Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



26 événements affichés, le premier en 1658 - le dernier en 1746



Naissance d'Henri de Briqueville de La Luzerne

Henri de Briqueville de La Luzerne naît vers 1658, fils de Gabriel François de Bricqueville (8 décembre 1630-1684) et de Marguerite de Bonvoust (vers 1636-1721 ou 1724).



Naissance de François de Bricqueville

François de Bricqueville naît vers 1665, fils de Gabriel François de Bricqueville (8 décembre 1630-1684) et de Marguerite de Bonvoust (vers 1636-1721 ou 1724).

Gabriel François de Bricqueville est 2e Marquis de la Luzerne, Seigneur d'Osmanville, d'Amanville et de Monfréville, Lieutenant du Roi en Basse-Normandie, et Gouverneur de Louis de Bourbon.

François de Bricqueville descend de la branche Bricqueville de la Luzerne, l'une des 3 branches de la famille de Bricqueville, une ancienne famille de la noblesse normande dont l'origine remonte au XIe siècle.



François de Bricqueville Garde-marine

François de Bricqueville entre dans la marine royale en tant que garde-marine en 1680.



François de Bricqueville Enseigne de vaisseau

François de Bricqueville est enseigne de vaisseau en 1681



François de Bricqueville Lieutenant de vaisseau

François de Bricqueville est promu au grade de Lieutenant de vaisseau en 1682.



Bombardement d'Alger

Philippe Le Valois commande L'Excellent et participe au bombardement d'Alger en 1683.

François de Bricqueville se distingue lors de ce bombardement en 1683 sous les ordres d'Abraham Duquesne.



Bombardement de Gênes

Bravant avec superbe les demandes françaises, Francesco Maria Imperiale Lercari provoque le courroux de Louis XIV en vendant des munitions aux corsaires barbaresques de la régence d'Alger.

Louis XIV envoie sa flotte bombarder la ville de Gênes en mai 1684.

Abraham Duquesne et Jean-Baptiste Antoine Colbert participent à ce bombardement.

François de Bricqueville se distingue lors de ce bombardement.



François de Bricqueville Capitaine de vaisseau

François de Bricqueville devient Capitaine de vaisseau en 1689.


Bataille de la baie de Bantry Bataille de la baie de Bantry

Bataille navale de la baie de Bantry

Débarquement en Irlande de Jacques II Stuart

Pour contrer la Ligue d'Augsbourg, Louis XIV envoie un corps expéditionnaire en Irlande pour aider Jacques II Stuart à reconquérir le trône et ainsi déplacer la guerre en Angleterre.

Antonin Nompar de Caumont commande cette expédition.

La flotte française, commandée par François-Louis Rousselet, part de Brest le 6 mai 1689 et amène en Irlande le corps expéditionnaire de 8 000 hommes.

La flotte anglaise de l'amiral Herbert navigue près des côtes irlandaises pour l'intercepter.

Le 11 mai 1689, la flotte française bat la flotte anglaise dans la baie de Bantry.

L'armée franco-jacobite peut ainsi débarquer et commencer l'expédition d'Irlande.

Capitaine du HMS Edgar, Cloudesley Shovell est présent lors de cette combat.

À l'issue de la bataille, Cloudesley Shovell et le capitaine John Ashby sont fait chevaliers par Guillaume III d'Orange-Nassau.

François de Bricqueville prend part au combat à Bantry.


Bataille du cap Béveziers Bataille du cap Béveziers

Bataille navale du cap Béveziers

Le 10 juillet 1690 et les jours suivants, pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg, Anne Hilarion de Costentin commande l'armée navale française composée de 75 vaisseaux.

L'armée navale française disperse la flotte anglo-hollandaise au Cap Béveziers à l'est de l'île de Wight (appelé Beachy Head par les Anglais).

Victor Marie d'Estrées, de retour dans la marine, commande 20 navires lors de cette bataille.

François-Louis Rousselet participe à cette bataille.

André de Nesmond participe à cette bataille comme capitaine du Souverain.

Philippe Le Valois commande à bord du vaisseau Le Conquérant, 70 canons, une escadre.

François de Bricqueville articipe à cette bataille.

Cloudesley Shovell est promu Rear Admiral of the Blue et combat lors de cette bataille.

Philippe Le Valois prend 9 ou 10 bâtiments hollandais et harcèle ceux qui n'ont pas eu le temps de fuir et de se réfugier dans la Tamise.

Quoique moribond, Jean-Baptiste Antoine Colbert participe également en personne à cette bataille.

Cette bataille est la victoire la plus éclatante de toute l'histoire de la marine française sur les Anglais et même la seule dans la Manche.

Anne Hilarion de Costentin fait subir de lourdes pertes aux coalisés. Il peut alors occuper la mer et protéger les côtes françaises.

Cependant, Louis XIV est déçu car Anne Hilarion de Costentin, faute de troupes de débarquement, n'exploite pas cette victoire

Selon certains historiens cette victoire sans suite détournera Louis XIV de continuer à investir beaucoup dans sa marine.



Débarquement à Teignmouth

Le 5 août 1690, les Français débarquent à Teignmouth en Angleterre du Sud-Ouest où ils détruisent plusieurs vaisseaux marchands.

François de Bricqueville participe à ce raid sur Teignmouth.


Bataille de Barfleur-la Hougue Bataille de la Hougue - par Richard Paton

Bataille de Barfleur

Mort du Contre-amiral Carter

Bataille de la Hougue

Pour aider Jacques II Stuart, son cousin, à retrouver son trône, Louis XIV lui propose une flotte et des hommes mis sous l'autorité d'Anne Hilarion de Costentin.

Bernardin Gigault est le commandant du corps expéditionnaire.

L'embarquement est prévu en Cotentin avec 20 000 hommes et 70 vaisseaux pour débarquer près de l'Île de Portland.

Une des conditions de la réussite de ce plan est qu'Anne Hilarion de Costentin entre en Manche avec une force navale suffisante pour tenir tête à la flotte coalisée.

L'opération est placée sous le commandement de Jacques II Stuart, de Bonrepaus et de Bellefonds, ce dernier doit commander le corps expéditionnaire.

Une flotte de protection et de transport basée à Brest doit venir à Saint-Vaast pour embarquer les troupes.

Devant l'ampleur de la tâche pour rassembler les troupes, de nombreuses difficultés surviennent notamment entre l'armée de terre et la marine.

Victor Marie d'Estrées à la tête de l'escadre du Levant appareille de Toulon le 21 mars 1692.

Le 26 mars 1692, Louis XIV adresse un courrier à Anne Hilarion de Costentin contenant les directives quant au déroulement de l'opération.

Bien qu'il commande à la flotte, Anne Hilarion de Costentin ne possède donc aucun pouvoir décisionnaire.

Il doit appareiller impérativement le 25 avril 1692 et aucun retard ne sera toléré quitte à laisser en arrières les vaisseaux non armés.

Il doit envoyer la partie de sa flotte la plus rapide au Havre prendre contact avec Bonrepaus pour le prévenir de son arrivée ensuite, il doit se rendre à la Hougue pour embarquer l'infanterie puis attendre l'arrivée des navires emportant le reste des troupes.

Par ce courrier, l'amiral apprend que le lieu du débarquement sera désigné par le roi Jacques II Stuart et qu'il lui obéira en tout point ainsi qu'à Bellefonds.

Une fois le débarquement terminé, il renverra les bâtiments de transport dans leurs ports respectifs et restera en Manche.

Toutefois, si Anne Hilarion de Costentin rencontre les anglais avant d'arriver à la Hougue, le roi lui donne l'ordre de les combattre.

Sa Majesté veut qu'il les combatte en quelque nombre qu'ils soient [...] et s'il a du désavantage, Sa Majesté se remet à lui de sauver l'armée le mieux qu'il pourra.

Victor Marie d'Estrées capture deux navires anglais le 15 avril 1692.

Alors qu'elle s'apprête à passer Gibraltar le 18 avril 1692, l'escadre du Levant traverse une violente tempête qui détruit 2 vaisseaux.

L'amiral est contraint de faire demi-tour pour s'abriter à Malaga et réparer les avaries.

En avril 1692, Jacques II Stuart, de Bonrepaus et de Bellefonds s'installent à Saint-Vaast.

Victor Marie d'Estrées apprend qu'un convoi anglais se trouve à proximité. Le 22 avril 1692, Victor Marie d'Estrées envoie 5 navires les attaquer. Pour éviter la capture, les anglais incendient leurs bateaux.

L'escadre du Levant ne franchit le détroit de Gibraltar que le 25 avril 1692.

À la date prévue du déclenchement de l'opération, manquent encore environ 2 500 hommes, les 20 navires de Chateaurenault et l'escadre du Levant.

Alors qu'initialement, Anne Hilarion de Costentin devait disposer de 70 vaisseaux, il n'en dispose que d'une quarantaine sous-armés en hommes et en équipement.

Le 12 mai 1692 sous les ordres d'Anne Hilarion de Costentin, la flotte du Ponant quitte Brest.

Les 16 navires de l'escadre du Levant mouille à Bertheaume le 29 mai 1692.

Le 29 mai 1692, la flotte du Ponant d'Anne Hilarion de Costentin se dirige vers la Hougue, pour embarquer l'armée de Jacques II Stuart. Mais on annonce la flotte anglo-hollandaise au large de Barfleur.

L'amiral n'est pas prévenu à temps que la flotte anglaise lui est supérieure :

Louis XIV ayant donné l'ordre d'attaquer quelles que soient les circonstances, Anne Hilarion de Costentin décide d'attaquer la flotte ennemie en plein centre, pendant près de 12 heures.

Anne Hilarion de Costentin fait jeu égal avec la flotte coalisée et parvient au prix de combats acharnés et de manœuvres habiles à ne perdre aucun bâtiment.

Par contre, les Anglais déplorent la mort du contre-amiral Carter et la perte de deux navires.

Philippe Le Valois commande avec le grade de vice-amiral une escadre de 6 vaisseaux : L'Ambitieux, Le Courageux, La Couronne, Le Maure, Le Henri et Le Fort.

François de Bricqueville commande brillamment Le Courageux.

Philippe Le Valois se distingue en protégeant le Soleil Royal, navire amiral sur lequel se trouve Anne Hilarion de Costentin, attaqué par 4 vaisseaux anglais, mais il est obligé de brûler L'Ambitieux, 92 canons, et Le Fort, 58 canons, pour éviter leur capture.

Pendant le combat, Philippe Le Valois endommage lourdement le HMS Royal Sovereign, commandé par l'Admiral Delaval.

Finalement, la flotte française renonce, et tente de se mettre à l'abri, profitant de la nuit et de la brume.

Faute de fortification sur la côte normande, Anne Hilarion de Costentin tente de rejoindre Brest ou Saint-Malo. Une majorité des navires, 27 navires, parviennent à franchir le Cap de la Hague, mais 13 ne peuvent franchir des courants du raz Blanchard. Ils sont contraints de revenir vers l'ennemi et de se réfugier dans la baie de Saint-Vaast-la-Hougue.

Le 1er juin 1692, 3 navires fortement touchés s'échouent au large de Cherbourg :

L'artillerie des fortifications de la ville tient pour quelque temps l'ennemi à distance. Le stock de poudre du Soleil Royal et du Triomphant, en s'embrasant, explose et les projections provoquent de gros dégâts matériels et humains dans la ville.

La proximité des côtes françaises permet de récupérer la quasi totalité des équipages ce qui relativise la perte subit. À l'époque, il est plus aisé de remplacer un navire qu'un équipage expérimenté.

Les 2 et 3 juin 1692, les Anglais, embarqués sur des chaloupes, incendient l'un après l'autre les navires en rade de la Hougue.

Jacques II Stuart regarde sur les hauteurs de Quinéville, ce spectacle qui signifie la fin de ses ambitions.

Louis XIV ne tiendra pas rigueur à Anne Hilarion de Costentin de cette défaite.

Après la défaite de La Hougue, la marine française ne fera jamais plus jeu égal contre la marine anglaise...

Cette sévère défaite révèle la nécessité de consolider la défense de la baie, avec deux tours similaires, l'une sur le fort de la Hougue et l'autre sur Tatihou.

Elle révèle aussi amèrement l'erreur commise par les adversaires de Sébastien Le Prestre, qui ont convaincu le Roi d'arrêter les travaux du port de Cherbourg et même de détruire ses fortifications.

On impute à Louis II Phélypeaux de Pontchartrain une part de responsabilité dans ce désastre de La Hougue.

Pendant quelques décennies, les vestiges de la flotte d'Anne Hilarion de Costentin serviront de mouillage pour les marins et de ressources en bois. Peu à peu oubliées, les épaves sont redécouvertes en 1985 et présentées en partie au musée maritime de Tatihou.



François de Bricqueville à Port-Louis

Commandant le vaisseau Le Furieux, François de Bricqueville rejoint Port-Louis le 16 novembre 1699 avec un navire hambourgeois, qu'il a capturé.



Mariage de François de Bricqueville avec Marguerite Poyer de Drumare

François de Bricqueville épouse en 1701 Marguerite Poyer de Drumare. Leurs enfants sont :



Dispersion d'une flotte de hollandaise par François de Bricqueville

François de Bricqueville croise dans les eaux écossaises en mer du Nord lorsque, début août 1703, en compagnie du Chevalier de Saint-Pol.

François de Bricqueville disperse une flotte de navires de pêche hollandais et prend à l'abordage 2 vaisseaux hollandais.


Bataille navale de Vélez-Malaga Louis-Alexandre de Bourbon - par Hyacinthe Rigaud en 1708

Bataille navale de Vélez-Malaga

Louis-Alexandre de Bourbon Chevalier de la Toison d'or

Victor Marie d'Estrées est désigné comme mentor de Louis-Alexandre de Bourbon, Amiral de France.

Le 24 août 1704, devant Vélez et Malaga, Louis-Alexandre de Bourbon inflige de très lourdes pertes à la flotte anglo-hollandaise commandée par l'amiral George Rooke.

Charles Henri de Sainte-Maure prend part à cette bataille, dans l'avant-garde de l'escadre et est blessé.

Victor Marie d'Estrées participe à cette bataille.

Edward Vernon participe à cette bataille.

Philippe Le Valois commande l'avant-garde de la flotte française et affronte Cloudesley Shovell.

François de Bricqueville commande le vaisseau Le Fendant, 58 canons, dans l'escadre blanche.

Le Fier, le vaisseau de Philippe Le Valois, met à mal 3 ou 4 vaisseaux anglais avant de recevoir une bombe qui fait sauter son arrière et déclenche un incendie.

Cent hommes d'équipage sont tués ou blessés, mais Philippe Le Valois parvient finalement à le sauver.

C'est le dernier combat de Philippe Le Valois.

Le roi Philippe V d'Espagne, son neveu, nomme Louis-Alexandre de Bourbon Chevalier de la Toison d'or en 1704.



Siège de Gibraltar

Bataille de Marbella

Le siège de Gibraltar, opération coûteuse, ne porte aucun fruit :

René III de Froulay en conclut que Gibraltar ne pourra tomber qu'à la suite d'une action terrestre et maritime combinée.

L'escadre française est dépêchée à cette fin mais elle est destruite de le 21 mars 1705 lors de la bataille de Marbella.

François de Bricqueville.

René III de Froulay décide l'abandon du siège à fin avril 1705.

René III de Froulay s'applique ensuite à repousser l'invasion anglo-portugaise dirigée par Henri de Massue.

René III de Froulay laisse du terrain aux envahisseurs, puis les vainct à Badajoz et à Alcántara.

François de Bricqueville participe au siège de Gibraltar.

François de Bricqueville rentre à Toulon le 31 juillet 1705.

Le 1er novembre 1705, François de Bricqueville est gratifié d'une pension de 1 000 livres sur le budget de la Marine, à la place du capitaine de vaisseau Perrinet qui vient de mourir6.



François de Bricqueville Commandant de la Marine à Dunkerque puis à Brest

En 1708, François de Bricqueville est nommé commandant de la Marine à Dunkerque puis à Brest.



Charles Henri de Sainte-Maure Chef d'escadre

Le 6 octobre 1712, la pension de François de Bricqueville est portée 1 500 livres sur le budget de la Marine, à la place de Charles Henri de Sainte-Maure qui la laisse vacante.

Le 22 octobre 1712, Charles Henri de Sainte-Maure est nommé Chef d'escadre.



François de Bricqueville chef d'escadre de la province de Roussillon

Claude de Forbin quitte le service.

Lors de la dernière promotion effectuée par Louis XIV avant de mourir, François de Bricqueville remplace Claude de Forbin et reçoit un brevet de chef d'escadre de la province de Roussillon le 5 août 1715.



François de Bricqueville Lieutenant général des armées navales du Roi

François de Bricqueville est promu Lieutenant général des armées navales du Roi le 1er mars 1727.

François de Bricqueville fait enregistrer ses provisions le 9 mai 1727 à Brest.



François de Bricqueville Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis

François de Bricqueville est nommé commandeur de l'Ordre de Saint-Louis, le 13 mars 1728.


Frédéric-Auguste II de Saxe –par Pietro Antonio Rotari Frédéric-Auguste II de Saxe

Mort de Frédéric-Auguste Ier de Saxe

Stanislas Ier Leszczynski Roi de Pologne

Stanislas Ier Leszczynski Grand-duc de Lituanie

Guerre de Succession de Pologne

Frédéric-Auguste II de Saxe Roi de Pologne

Occupation de la Lorraine et du Barrois

Frédéric-Auguste Ier de Saxe meurt à Varsovie le 1er février 1733.

Son cœur repose à Dresde. Son corps est inhumé à Cracovie.

Frédéric-Auguste Ier de Saxe est l'ancêtre de George Sand.

Il fait interdire les loges maçonniques.

Protecteur des arts, grand mécène, il fait de sa capitale Dresde la Florence de l'Elbe.

C'est sous son règne qu'est découvert le secret de fabrication de la porcelaine dure par l'alchimiste Johann Friedrich Böttger, qu'il a fait enfermer.

Frédéric-Auguste Ier de Saxe établit une manufacture à Meissen, qui fait la renommée de la porcelaine de Saxe.

Frédéric-Auguste II de Saxe, fils de Frédéric-Auguste Ier de Saxe, hérite de la Saxe.

Frédéric-Auguste II de Saxe et Stanislas Ier Leszczynski se disputent le trône de Pologne.

Louis XV soutient Stanislas Ier Leszczynski, qui vit en exil en France aux frais de son gendre.

Le 31 août 1733, François de Bricqueville part de Brest.

Tandis qu'un sosie prend ostensiblement la mer à Brest sur un navire français, Stanislas Ier Leszczynski traverse secrètement l'Allemagne et arrive à Varsovie le 8 septembre 1733.

Avec l'aide d'une armée de 2 000 hommes, Stanislas Ier Leszczynski fait pression sur les nobles polonais.

Le 12 septembre 1733, grâce au soutien de la France, Stanislas Ier Leszczynski est élu par la diète, Roi de Pologne et Grand-duc de Lituanie.

François de Bricqueville mouille le 15 septembre 1733 au large d'Elseneur au Danemark, avec l'escadre qu'il commande.

Composée de 9 vaisseaux de ligne et de 5 frégates, elle est chargée de soutenir la candidature de Stanislas Ier Leszczynski au trône de Pologne.

Frédéric-Auguste II de Saxe, neveu par alliance de Charles VI de Habsbourg, est soutenu par la Russie, l'Autriche, et le Saint Empire.

Renaud III de Modène, tout en restant officiellement neutre, prend secrètement le parti de l'Autriche.

La Russie et l'Autriche envahissent la Pologne.

Anne Ire de Russie envoie une armée de 20 000 hommes pour chasser Stanislas Ier Leszczynski.

Le 22 septembre 1733, Stanislas Ier Leszczynski doit se réfugier à Dantzig (Gdansk) pour y attendre de l'aide promise par la France.

Le 5 octobre 1733 à Varsovie, sous la protection des armées russes, Frédéric-Auguste II de Saxe est proclamé roi sous le nom de Auguste III de Pologne.

Frédéric-Auguste II de Saxe est le dernier roi de Pologne de la Maison de Wettin.

Louis XV est conseillé par Germain Louis Chauvelin, secrétaire d'État aux Affaires étrangères, et influencé par le parti antiautrichien animé Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle qui est mécontent du soutien de Vienne à Frédéric-Auguste II de Saxe.

Malgré la politique pacifiste d'André Hercule de Fleury, la France déclare la guerre à l'empereur germanique.

Charles-Emmanuel III de Savoie, Roi de Sardaigne, Duc de Savoie et Prince de Piémont, la Bavière et l'Espagne s'allient à La France pour soutenir Stanislas Ier Leszczynski et libérer l'Italie du joug autrichien.

L'Espagne qui convoite le Royaume de Naples et la Sardaigne qui convoite le Milanais, s'unissent à la France.

L'Angleterre, les Provinces-Unies, la Suède, le Danemark, la République de Venise reconnaissent que l'agression de l'Autriche et de la Russie contre la Pologne est un motif de guerre et s'engagent à rester neutres.

L'intervention sans conviction de la France ne permet pas de renverser le cours de la guerre, et Stanislas Ier Leszczynski ne retrouve pas son trône.

En 1733 les Autrichiens sont expulsés d'Italie par les forces franco-espagnoles.



François de Bricqueville Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit

François de Bricqueville est nommé Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit, le 2 février 1739.



François de Bricqueville Vice-amiral de la flotte du Ponant

Le 6 mai 1741, François de Bricqueville est nommé vice-amiral de la flotte du Ponant, basée à Brest



Mort de François de Bricqueville Comte de la Luzerne, seigneur de Monfréville et de Fontaines

François de Bricqueville meurt à Paris le 29 septembre 1746.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !