Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



16 événements affichés, le premier en 1454 - le dernier en 1546



Mariage de Jean II de Bourbon-Vendôme avec Isabelle de Beauvau

Jean II de Bourbon-Vendôme épouse à Angers le 9 novembre 1454 Isabelle de Beauvau, Dame de Champigny et de la Roche-sur-Yon, fille de Louis de Beauvau. Leurs enfants sont :



Mariage de Pierre II de Luxembourg avec Marguerite de Savoie

Pierre II de Luxembourg épouse en 1466 Marguerite de Savoie. Leur enfant est :



Naissance de François de Bourbon-Vendôme

François de Bourbon-Vendôme naît en 1470, fils de Jean II de Bourbon-Vendôme et d'Isabelle de Beauvau.



Mariage de François de Bourbon-Vendôme avec Marie de Luxembourg

Marie de Luxembourg est veuve de Jacques de Savoie.

François de Bourbon-Vendôme, Comte de Vendôme, épouse le 8 septembre 1487 Marie de Luxembourg, Comtesse de Saint-Pol ou Saint-Paul. Leurs enfants sont :

Marie de Luxembourg apporte en dot à la maison de Bourbon :



Naissance de Charles IV de Bourbon-Vendôme

Charles IV de Bourbon-Vendôme naît à Vendôme le 2 juin 1489 ou le jeudi 11 juin 1489, fils de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg.



Naissance de François Ier de Bourbon-Saint-Pol

François Ier de Bourbon-Saint-Pol naît né à Ham dans la Somme le 6 octobre 1491, fils de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg.



Naissance de Louis de Bourbon-Vendôme

François-Louis ou Louis de Bourbon-Vendôme latinisé en Vendocimo naît au château d'Ham en Picardie le 2 janvier 1493, fils de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg.

Louis de Bourbon-Vendôme a pour parrain Louis de Bourbon-Vendôme, Prince de La Roche-sur-Yon.



Naissance de Louise de Bourbon

Louise de Bourbon naît en 1495, fille de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg.



Mort de François de Bourbon-Vendôme

Charles IV de Bourbon-Vendôme Comte de Vendôme

François de Bourbon-Vendôme meurt en 1495.

Charles IV de Bourbon-Vendôme devient Comte de Vendôme.

Charles IV de Bourbon-Vendôme ne reçoit que la nue-propriété des biens de son père, François de Bourbon-Vendôme, Comte de Vendôme.

Marie de Luxembourg, sa mère, prend la tutelle de ses enfants, reçoit l'usufruit, et gouverne le comté de Vendôme.

Elle embellit fortement la ville de Vendôme, faisant restaurer ou reconstruire plusieurs édifices.

Après son veuvage, Marie de Luxembourg vient résider au château de La Fère.

Louis de Bourbon-Vendôme est élevé en grande partie au château de La Fère.


Françoise d'Alençon

Mariage de Charles IV de Bourbon-Vendôme avec Françoise d'Alençon

Françoise d'Alençon est veuve de François II d'Orléans-Longueville.

Charles IV de Bourbon-Vendôme épouse à Châteaudun le 18 mai 1513 Françoise d'Alençon, fille de René d'Alençon, et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont. Leurs enfants sont :



Mariage de Claude de Lorraine-Guise avec Antoinette de Bourbon-Vendôme

En présence de François Ier de France, Claude de Lorraine-Guise épouse à l'Hôtel des Tournelles à Paris en 1513 Antoinette de Bourbon-Vendôme (1493-1583), fille de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg, en présence du roi Louis XII. Leurs enfants sont :

Claude de Lorraine fonde l'illustre famille de Guise.



Naissance de François de Bourbon-Vendôme

François de Bourbon-Vendôme naît le 23 septembre 1519, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme avec Françoise d'Alençon.



Siège de Nice

Alfonso de Avalos est gouverneur du Milanais.

François Ier de France, allié au sultan Turc Soliman le Magnifique, ordonne de prendre la ville de Nice, se parjurant en transgressant sa propre décision de 1523 de renoncer solennellement à tous les droits que pourrait avoir la couronne de France sur Nice.

20 000 Franco-Turcs, sous les ordres François de Bourbon-Vendôme, mettent le siège devant la ville pendant que 120 galères de combat de la Sublime Porte, commandées par Keir-El Dîn Barberousse, attaquent Nice par la mer. Cette armada est accompagnée de 40 galiotes, 4 mahonnes et 22 galères françaises.

Le premier assaut est repoussé le 2 août 1543 : les ennemis installent une batterie de 25 canons à Cimiez, 20 canons et 6 couleuvrines sur la pente du mont Gros, ainsi que 28 canons et 2 couleuvrines géantes au mont Boron.

Le 7 août 1543, les Turcs attaquent le quartier Riquier.

Les 8 et le 9 août 1543 on se bat dans les faubourgs Lympia et Sincaire.

Un chroniqueur de l'époque raconte : "Le mardi 11, l'artillerie du château embocqua une canonnière des Turcs et tua le neveu de Barberousse, capitaine d'artillerie… Barberousse s'arrachoit la barbe de dépit".

Les assauts reprirent, et du 12 au 15 août 1543, plus de 1 200 coups de canons sont tirés sur la ville.

Le jour de l'Assomption, la flotte ennemie tire 975 coups de canons et autant de boulets de 75 et 109 livres.

La défense faiblit. Une bugadière, Catherine Ségurane, monte aux créneaux, assomme avec son battoir à linge un porte-étendard turc et lui arrache son drapeau.

Malgré cet acte héroïque, la ville basse est contrainte de capituler le 22 août 1543, mais le château résiste. Les Français ravagent la ville basse.

Pendant une trêve, Barberousse envoie ses janissaires piller la ville en même temps que d'autres escouades vont razzier jusque dans le haut pays.

Du donjon qui arbore toujours le pavillon de Savoie on voit passer une longue file de 5 000 prisonniers enchaînés, natifs de Nice, la Bolène, Sospel, Lantosque ou d'autres villages. Ils sont entassés dans les bateaux pour être vendus comme esclaves. Fort heureusement apparait la flotte espagnole de l'amiral Garcié qui bloque la baie et contraint Barberousse à libérer son butin humain.

Les Franco-Turcs se retirent précipitamment dans la nuit du 7 au 8 septembre 1543, Charles Quint et Charles III de Savoie arrivant à la tête des armées de secours commandée par Alfonso de Avalos.



Bataille de Cérisoles

Paul de La Barthe Prisonnier

Mort de Jean IV de Hautemer Seigneur du Fournet, de Fervaques et du Mesnil-Tison

François de Bourbon-Vendôme, Lieutenant Général du roi, commande les forces françaises du nord de l'Italie et François Ier de Bourbon-Saint-Pol s'oppose à la bataille de Cérisoles, mais Blaise de Lasseran parvient à décider François Ier de France.

Le 14 ou 15 avril 1544, François de Bourbon-Vendôme remporte la bataille de Cérisoles ou Ceresole Alba, Coni en Italie sur les troupes impériales commandées par Alfonso de Avalos.

François de Scépeaux se signale à cette bataille.

Blaise de Lasseran participe à cette bataille.

Gaspard de Saulx se distingue lors de cette journée.

A la bataille de Cerisoles, François Gouffier le Jeune combat la pique à la main au milieu de l'infanterie, n'ayant pu trouver de cheval de service. Il est blessé.

François Ier de Coligny-d'Andelot fait ses premières armes en Italie, et se distingue tellement à cette bataille que François de Bourbon-Vendôme l'arme chevalier sur le champ de bataille. Il est alors surnommé le chevalier Sans-Peur.

Paul de La Barthe est colonel de la cavalerie légère à la bataille de Cérisolles où il met en déroute la cavalerie florentine. Il y est cependant fait prisonnier.

Jean IV de Hautemer, enseigne de la compagnie de Jacques d'Albon, meurt le 14 avril 1544 lors de cette bataille.


La cité fortifiée de Saint-Dizier et son château 10 ans après le siège René de Chalon Guillaume Ier d'Orange-Nassau par Anthonis Mor

Siège de Saint-Dizier

Mort de René de Chalon

Sac de Joinville-en-Champagne

Après le désastre de Cérisoles dans le Piémont, Charles Quint est sur le point de perdre le Milanais.

Dans le cadre de la neuvième guerre d'Italie, Charles Quint ouvre un second front dans le nord de la France pour empêcher François Ier de reconquérir le Milanais.

Les troupes impériales pénètrent dans le duché de Lorraine au printemps 1544 pour attaquer la Champagne.

Il s'est assuré l'alliance de l'Angleterre, qui doit dépêcher un corps expéditionnaire en Picardie à l'automne.

Maurice de Saxe sert l'empereur Charles Quint, contre la France.

Claude II de Lorraine combat dans l'armée du Duc de Lorraine.

Charles Quint assiège Saint-Dizier et fait mettre à sac Joinville en Champagne.

François II de Saint-Nectaire sert en Champagne.

Louis IV de Bueil, gouverneur militaire de Saint-Dizier, assure la défense de la ville assisté par Louis de Bimont et Eustache de Bimont (dit capitaine Lalande).

Ils peuvent compter sur 2 000 soldats, 100 gens d'armes de Charles II d'Orléans, 800 bourgeois et 75 jeunes volontaires.

Louis IV de Bueil fait hisser en haut du clocher de l'église des canons qui visent le cantonnement espagnol au sud.

Charles Quint amène en personne des renforts aux troupes assurant le siège, menant le 13 juillet 1544 sous les murs de la ville une armée de 14 100 soldats (dont 1 600 sapeurs).

Lors de l'assaut du 14 juillet 1544, les assiégés se défendent vigoureusement, malgré le feu continu de l'artillerie ennemie qui brise l'épée de Louis IV de Bueil et une partie de son armure.

Au cours d'un assaut très violent, René de Chalon, capitaine des impériaux, est frappé à mort par les défenseurs, et agonise le 15 juillet 1544 avec Charles Quint à son chevet.

Louis IV de Bueil envoie une dépêche à François Ier de France, qui ordonne alors une procession et une messe d'action de grâces pour célébrer ce succès.

La ville de Saint-Dizier se voit octroyer la devise qui lui est restée : Regnum sustinent (ils soutiennent le royaume).

Le 23 juillet 1544, les avant-postes français tombent sous les coups des assaillants.

Le 23 juillet 1544, les avant-postes français tombent sous les coups des assaillants.

Une armée menée par Henri II de France prend position à Jâlons entre Châlons-en-Champagne et Épernay.

Elle tient en respect les assiégeants et les dissuade de tenter un nouvel assaut meurtrier.

Saint-Dizier est épuisée et, le 3 août 1544, Louis IV de Bueil envoie à Claude de Lorraine-Guise une lettre dans laquelle il lui fait part de l'impossibilité pour Saint-Dizier de tenir plus longtemps, faute de munitions et de vivres.

Cette lettre est interceptée par les Impériaux, qui s'empressent d'en tirer parti.

Nicolas Perrenot de Granvelle, chancelier de l'empereur, possède le chiffre utilisé par Louis IV de Bueil, et n'a aucun mal à déchiffrer la missive.

Il possède également le sceau de Claude de Lorraine-Guise.

Le 7 août 1544, les assiégés reçoivent une lettre portant le fameux sceau, et les invitant à se rendre dans les meilleures conditions possibles.

Saint-Dizier se rend le 17 août 1544.

Mais de graves problèmes financiers empêchent Charles Quint de rémunérer ses troupes, où se multiplient les désertions.

Charles Quint renonce à se retourner contre l'armée d'Henri II de France et marche sur Soissons.

François Ier de France salue l'héroïsme des habitants de Saint-Dizier.

François Ier de France, menacé sur toute sa frontière nord, doit rappeler des forces du Piémont, empêchant François de Bourbon-Vendôme de concrétiser les bénéfices de la victoire de Cérisoles.

En 1544, Charles Ier de Cossé est envoyé avec sa cavalerie légère et 2 000 fantassins à Vitry-en-Perthois.

De là, il harcèle l'armée impériale, enlève ses fourrageurs, coupe ses convois.

Louis III de Bourbon-Vendôme et Charles de Bourbon-Montpensier servent contre Charles Quint en Champagne.

Charles de Bourbon-Montpensier est fait prisonnier près de Châlons-sur-Marne.

Charles Quint détache sur lui 4 000 hommes avec un train d'artillerie.

La partie était trop inégale, Charles Ier de Cossé l'abandonne, et se retire vers Chalons.

Dans une vive escarmouche, Charles Ier de Cossé est pris 2 fois et 2 fois délivré par ses troupes.



Mort de François de Bourbon-Vendôme, Comte d'Enghien

François de Bourbon-Vendôme meurt le 23 février 1546.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !