Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



25 événements affichés, le premier en 1401 - le dernier en 1468



Naissance de François Ier Sforza

Francesco ou François Ier Sforza naît le 23 juillet 1401 à San Miniato en Toscane, fils naturel de Giacomuzzo ou Muzio Attendolo Sforza et de Lucia Terzani de Marsciano.

Son père est un condottière originaire de Pescara, qui a tour à tour combattu au service des Visconti, de Florence et enfin des Ducs d'Anjou de Naples.



Liaison de Philippe Marie Visconti avec Agnès du Maine

Philippe Marie est soupçonné de comportement luxurieux. Alors qu'à sa cour il s'est entouré de pages qui le suivent partout, il entretient un rapport stable avec Agnès del Maino ou Agnès du Maine, fille du comte palatin Ambrogio, et probablement dame de compagnie de sa femme. Leurs enfants sont :

Il veut se débarrasser de Béatrice Lascaris qui devient gênante.



Mariage de François Ier Sforza avec Polissena Rufor

François Ier Sforza épouse Polissena Rufor (morte empoisonnée en 1420), Comtesse de Menalto. Leur enfant est :



Mort de Muzio Attendolo Sforza

Lorsque Muzio Attendolo Sforza meurt, en 1424, François Ier Sforza, son fils, lui succède à la tête de ses mercenaires et continue sa carrière de condottiere, se vendant au plus offrant.



Siège de Naples

François Ier Sforza se met au service de Jeanne II de Durazzo pour qui il assiège Naples.



Prise de la marche d'Ancône

François Ier Sforza se met au service des Visconti de Milan contre Venise et le pape Eugène IV auquel il enlève la marche d'Ancône.



Conquête du marquisat de Montferrat

Traité de paix

Toutefois la politique expansionniste de Jean-Jacques Paléologue et de Théodore II de Montferrat, son père, avant lui génère la défiance d'Amédée VIII de Savoie et de Philippe Marie Visconti.

Amédée VIII de Savoie et de Philippe Marie Visconti décident de prendre des mesures décisives contre le Montferrat.

Philippe Marie Visconti envoie François Ier Sforza, son général, conquérir la quasi totalité du marquisat à l'exception de Casale Monferrato.

Un traité de paix est signé entre les partis le 26 avril 1433 par l'entremise de la Maison d'Este et du Saluces mais le Montferrat reste occupé par les Savoyards et Jean-Jacques Paléologue doit se réfugier à Venise.


Jean-François Gonzague

Jean-François Gonzague 1er Marquis de Mantoue

Mariage de Louis III de Gonzague avec Barbara de Brandebourg

En 1433, pour la somme de 12 000 florins, Jean-François Gonzague obtient de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg le titre de Marquis.

Dans le même temps, l'empereur s'engage à marier sa nièce au fils aîné de Jean-François.

Louis III de Gonzague, âgé de 19 ans, épouse en 1433 Barbara de Brandebourg, âgée de 10 ans, fille de Jean IV de Brandebourg-Kulmbach? dit l'Alchimiste. Leurs enfants sont :



François Ier Sforza Vicaire pontifical

En 1434, le pape Eugène IV offre à François Ier Sforza le titre de vicaire pontifical et de gonfalonier de l'Église en échange de son service contre Milan.



Paix de Crémone

Battu par les troupes coalisées de Florence et de Rome, Philippe Marie Visconti, Duc de Milan, signe la paix à Crémone en 1441, paix qui le réconcilie avec François Ier Sforza.



Mariage de François Ier Sforza avec Blanche Marie Visconti

François Ier Sforza épouse en novembre 1441 Bianca Maria Visconti ou Blanche Marie Visconti (1425-1468).

Leurs enfants sont :

François Ier Sforza obtient la promesse de succéder à son beau-père lorsqu'il décèdera.



Naissance de Galéas Marie Sforza

Galazzo Maria ou Galéas Marie Sforza naît en 1444, fils de François Ier Sforza et de Blanche Marie Visconti.



Naissance d'Ippolita Maria Sforza

Ippolita Maria Sforza naît en 1445 ou en 1446, fille de François Ier Sforza et de Blanche Marie Visconti.



Tentative de rapprochement de Philippe Marie Visconti avec François Ier Sforza

Lors des années récentes, Philippe Marie Visconti a tenté le plus possible d'écarter son gendre du pouvoir.

Vers la fin du printemps 1446, en raison de l'aggravation de ses conditions de santé, Philippe Marie Visconti se préoccupe du salut de son âme en chargeant un groupe de théologiens de savoir si un "signore temporale si possa salvare appresso Iddio" (seigneur temporel pouvait être sauvé après Dieu).

Ces derniers l'invitent, pour la tranquillité de l'état, à penser à la succession.

Philippe Marie Visconti tente un rapprochement avec François Ier Sforza et sa fille Blanche Marie.

Les tenants de Sforza à la cour voient en lui le successeur naturel et surtout celui qui il les défendra de l'avidité vénitienne.

François Ier Sforza, à qui les sautes d'humeur du beau-père sont rapportées, hésite et repousse son retour à Milan, en demandant des garanties en échange des promesses du beau-père.

Les négociations se prolongent et subissent un arrêt en raison de l'excessif enthousiasme avec lequel Sforza est attendu à Milan.



Mort de Philippe Marie Visconti

Instauration de la République Ambrosienne

Indépendance de Pavie et de Parme

Cession de Lodi et Plaisance à Vénise

Reconquête de Lodi et Plaisance

Cession de Brescia et Crema à Vénise

Le 6 août 1447, Philippe Marie Visconti renonce aux soins.

Le 11, son état empire.

Dans la nuit du 12 au 13 août 1447, Philippe Marie Visconti demande à être tourné dans son lit avec le visage face au mur et, peu après, il meurt à Milan, isolé et indigné comme il avait vécu.

Les prétendants sérieux se multiplient :

D'habiles juristes, parmi lesquels Piccolomini, qui soutiennent que le titre doit être rendu à l'Empereur.

Un groupe de nobles et de juristes de l'université de Pavie instaure, alors un gouvernement républicain qui est nommé République Ambrosienne (Aurea Repubblica Ambrosiana).

Cela entraîne, malheureusement pour elle, la défection des principales cités du duché :

Voulant éviter la division du duché, la République fait appel à François Ier Sforza.

Louis III de Gonzague reste relativement en dehors de ces conflits.

Charles de Gonzague, son frère s'engage d'abord aux côtés de François Ier Sforza dans la défense de Milan contre Venise.

François Ier Sforza reconquiert Lodi et Plaisance et s'impose Seigneur de Pavie.



Pacte entre François Ier Sforza et Venise

Puis François Ier Sforza conclut un pacte de partage du duché de Milan avec Venise en octobre 1448.

François Ier Sforza consent à lui céder Brescia et Crema en échange de sa reconnaissance comme seigneur de tous les territoires qu'il réussira à conquérir.

Charles de Gonzague quitte François Ier Sforza en restant milanais et devient capitaine général du peuple.



Massacre des gibelins de Milan

Charles de Gonzague rejoint à nouveau François Ier Sforza, en septembre 1449, lorsque le gouvernement guelfe de Milan passe les gibelins par les armes.


François Ier Sforza - par Bonifacio Bembo vers 1460 - Pinacothèque de Brera à Milan Sforza

François Ier Sforza Duc de Milan

François Ier Sforza s'empare de Pavie, Novare et Alexandrie.

Survient une ultime révolte populaire milanaise due à la famine.

François Ier Sforza assiège et de prend Milan le 26 février 1450.

Il y entre triomphalement avec des vivres en mars 1450.

La population milanaise le proclame Seigneur et Duc de la ville.

Une paix précaire revient.

Les Vénitiens cherchent cependant à détrôner François Ier Sforza parce qu'il n'a pas respecté le pacte de partage de Milan de 1448, et se liguent avec :

François Ier Sforza consacre ses premières années de gouvernement à négocier une paix à long terme avec ses voisins.

Devant cette attitude menaçante, une coalition est créée entre :



Naissance de Ludovic le More

Ludovico ou Ludovic Sforza, dit Ludovic le More, (en italien il Moro) naît à Vigevano, entre Milan et Pavie, en 1451 ou le 27 juillet 1452, fils de François Ier Sforza, Duc de Milan, et de Blanche Marie Visconti.



Mort d'Isabelle Ire de Lorraine

Jean II d'Anjou Duc de Lorraine et de Bar

Campagne de René Ier d'Anjou en Lombardie

Isabelle Ire de Lorraine, épouse de René Ier d'Anjou, meurt le 28 février 1453.

René transmet les duchés de Lorraine et de Bar à son fils Jean II d'Anjou en 1453.

Mais Jean II d'Anjou continue de seconder son père dans ses ambitions italiennes. Jean II d'Anjou combat en Lombardie en 1453 où son père est allé secourir son allié François Ier Sforza, attaqué par les Vénitiens et le Roi d'Aragon.


Les deux Foscari par Francesco HayezFrancesco

Exil perpétuel de Jacopo Foscari

Mort de Jacopo Foscari

En 1455, Jacopo Foscari écrit à François Ier Sforza, Duc de Milan, pour lui demander d'intercéder en sa faveur auprès du gouvernement vénitien.

La lettre tombe entre les mains du Conseil des Dix. Ramené à Venise, Jacopo reconnaît en être l'auteur mais uniquement à cause de son désir de revoir son pays.

Il est condamné à l'exil perpétuel en Crête et à être enfermé pendant la première année. En outre, on le menace de mort pour le cas où il lui prendrait la fantaisie d'écrire d'autres lettres du même genre.

C'est à ce moment-là qu'un noble vénitien, Nicolo Erizzo, révèle sur son lit de mort être le véritable meurtrier de Donato. Plusieurs sénateurs décident alors de plaider la grâce de Jacopo Foscari mais celui-ci meurt au même moment dans sa prison de Crète.

Francesco Foscari se désintéresse progressivement des affaires de l'État, refusant d'assister aux séances du Conseil.

A deux reprises il veut abdiquer mais le Conseil des Dix refuse son abdication, lui faisant même jurer de demeurer en fonction jusqu'à sa mort.



Cession de Gênes au duché de Milan

En 1463, François Ier Sforza signe un traité avec Louis XI de France qui lui cède la ville de Gênes. François Ier Sforza est alors considéré comme l'homme le plus puissant d'Italie. En politique intérieure, il a mis en place un gouvernement très centralisé à Milan et c'est lui qui fait entrer sa ville de plain-pied dans la Renaissance.

Les enfants sont éduqués par des humanistes célèbres. L'écrivain et poète Antonio Cornazzano écrit, en 1454 :



Bataille de Montlhéry

Mort de Jean Fourquet

Mort de Pierre de Brézé Comte de Maulévrier

Le 10 mars 1465, Charles de France frère de Louis XI prend la tête de la Ligue du Bien public.

Odet d'Aydie le Vieux est le confident de Charles de France. Il est de tous les complots contre le Roi.

Jean de Dunois participe à la Ligue du Bien public.

Jean V de Bueil rejoint la Ligue du Bien public.

François II de Bretagne n'apporte qu'une adhésion tardive et insuffisante.

Jean de Bourgogne est un partisan et un soutien de Louis XI contre la Ligue du Bien public.

Pierre de Laval choisit la fidélité à Louis XI.

Jean II de Bourbon-Vendôme se rallie à Louis XI et combat pour lui à la bataille de Montlhéry ;

Louis Ier de Luxembourg entre dans la Ligue du Bien public et commande l'avant garde de Charles le Téméraire.

Louis XI nomme Charles d'Artois lieutenant général pour l'Île-de-France, la Brie, le bailliage de Senlis et le duché de Normandie, ainsi que gouverneur de Paris.

Pour se défendre, Louis XI de France fait appel à François Ier Sforza et aux Liégeois.

Louis XI se met personnellement à la tête d'une grande offensive. Après la chute de Moulins, les Bourbons se soumettent.

Louis XI fait volte-face vers Paris, menacée par les Bretons et les Bourguignons.

Les armées se rencontrent à Montlhéry le 16 juillet 1465.

La bataille est pleine de confusion et de sang et sans réel vainqueur, mais le siège de Paris est brisé.

La désobéissance de Louis Ier de Luxembourg provoque la bataille de Montlhéry, et sa fuite manque d'entraîner une déroute bourguignonne.

Jean Fourquet, officier supérieur des gardes du palais de Louis XI, meurt lors de la bataille. Jeanne Hachette, sa fille, est adoptée par une dame Laisné, qui l'élève jusqu'à ses 18 ans.

Pierre de Brézé meurt lors de la bataille.



Mort de François Ier Sforza Duc de Milan

Galéas Marie Sforza Duc de Milan

François Ier Sforza meurt le 8 mars 1466 à Milan. Galéas Marie Sforza, son fils, est couronné Duc de Milan.



Mariage d'Alphonse II de Naples avec Ippolita Maria Sforza

Alphonse II de Naples épouse Ippolita Maria Sforza (1446-1488), fille de François Ier Sforza et de Blanche Marie Visconti. Leurs enfants sont :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !