Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



8 événements affichés, le premier en 1695 - le dernier en 1771



Naissance de François Antoine

François Antoine naît en 1695, fils de Jean Marc Antoine (1669-1737), Seigneur de Champeaux, et de Marie Cécile le Maire (morte en 1746)



François Antoine militaire dans le régiment royal des dragons réguliers de Beaucourt

François Antoine commence sa carrière dans le régiment royal des dragons réguliers de Beaucourt en 1720.



Mariage de François Antoine avec Elisabeth Longy

François Antoine épouse en la cathédrale Saint-Louis de Versailles le 1er mai 1744 Élisabeth Longy, fille de Jean Baptiste Longy, Receveur des octrois de Châlons, et de Marie Anne Balote. Leurs enfants sont :



Naissance d'Élisabeth Marie Françoise Antoine

Élisabeth Marie Françoise Antoine naît à Versailles le 25 septembre 1744, fille de François Antoine (1695-1771) et d'Élisabeth Longy.



François Antoine Sous-lieutenant des chasses de la capitainerie royale de Saint-Germain-en-Laye

Le 10 novembre 1754, François Antoine est fait sous-lieutenant des chasses de la capitainerie royale de Saint-Germain-en-Laye, accompagnant le roi pendant les chasses à l'étranger et lui sauvant la vie plusieurs fois.



François Antoine Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis

François Antoine reçoit la croix de Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis le 1er février 1755.



Mort de la Bête du Gévaudan

En juin 1765, sur les ordres de Louis XV et d'Étienne-François de Choiseul, François Antoine succède aux louvetiers normands, les d'Enneval, pour tuer la Bête du Gévaudan.

Le Roi vient de se déterminer à envoyer le sieur Antoine, son porte-arquebuse, avec 6 autres bons tireurs et de bons chiens, dans le Gévaudan, pour y donner la chasse au monstre.

Pour François Antoine, la Bête n'est rien d'autre qu'un loup : les traces relevées n'offrent aucune différence avec le pied d'un grand loup.

François Antoine ne parvient cependant pas immédiatement à débusquer l'animal. Mis à mal par la géographie du pays, François Antoine demande de nouveaux chiens en renfort.

À la mi-juillet 1765, François Antoine s'installe avec ses gardes au Besset, paroisse de La Besseyre-Saint-Mary.

Le 9 août 1765, la Bête est débusquée près de Servières mais elle s'enfuit sans qu'on puisse la tirer.

Les chasseurs rebroussent chemin vers le Besset.

Moins de 3 heures plus tard, la Bête tue une vachère à moins de 500 mètres des fenêtres du château.

Le 16 août 1765, François Antoine fait enfermer 3 membres du clan Chastel à Saugues, après une altercation avec ses propres gardes de la capitainerie royale.

Le 18 septembre 1765, après de long mois de traque, François Antoine se rend près de Saint-Julien-des-Chazes en Auvergne alors que la Bête n'y a jamais été signalée.

François Antoine voit un énorme loup venir à lui et lui tire dans l'œil avec sa canardière, chargée de 5 coups de forte poudre, de 35 postes à loup et d'une balle de calibre.

Ce coup le fait reculer de 2 pas. Le loup tombe mais se relève aussitôt.

François Antoine, qui n'a pas eu le temps de recharger, tire son couteau de chasse et retourne sa canardière pour assommer l'animal avec la crosse.

Le garde-chasse Rinchard accourt et tire un coup de carabine.

Le loup fait quelques mètres et meurt.

François Antoine en conclut qu'il s'agit de la Bête et la fait aussitôt ouvrir par un chirurgien de Saugues.

La dépouille arrive jusqu'à Versailles. Le Roi déclare la Bête du Gévaudan officiellement morte, et attribue à François Antoine le droit de porter dans ses armes un loup mourant, symbolisant la Bête.

Cependant les massacres reprennent derechef en Gévaudan après le départ des chasseurs pour Paris.

Malgré le mécontentement général et la consternation des curés, François Antoine ne reviendra pas en Gévaudan et soutiendra qu'il a bien tué la Bête, bien que les actes de sépultures de 1766 et 1767 contredisent ses affirmations.



Mort de François Antoine

François Antoine meurt en la Cathédrale église Sainte-Marie de Dax le 8 septembre 1771.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !