Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



26 événements affichés, le premier en 1583 - le dernier en 1702


Louise de Châtillon-Coligny

Mariage de Guillaume Ier d'Orange-Nassau avec Louise de Châtillon-Coligny

Guillaume Ier d'Orange-Nassau est veuf de Charlotte de Bourbon-Vendôme.

Louise de Châtillon-Coligny est veuve de Charles-Louis de Téligny.

Guillaume Ier d'Orange-Nassau épouse en 1583 Louise de Châtillon-Coligny, fille de Gaspard II de Coligny et de Charlotte de Laval. Leur enfant est :



Naissance de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau naît à Delft le 29 janvier 1584, fils de Guillaume Ier d'Orange-Nassau et de Louise de Châtillon-Coligny.

Maurice d'Orange-Nassau, son frère aîné, assure l'éducation du jeune Frédéric Henri de d'Orange-Nassau.



Siège de Breda

Ambrogio Spinola met le siège devant Breda le 28 août 1624.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau fait tout pour sauver la ville.

Maurice d'Orange-Nassau ne peut faire lever le blocus de Breda par Ambrogio Spinola qui obtient la reddition de la ville.



Mariage de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau avec Amélie de Solms-Braunfels

La vie de jeune adulte de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est marquée principalement par son éducation rigoureuse ponctuée d'amours homosexuels à l'intérieur de l'armée néerlandaise et ce jusqu'à la quarantaine.

Maurice d'Orange-Nassau n'étant devenu père que par son union extra maritale, pour assurer la pérennité de la maison d'Orange-Nassau, contraint Frédéric-Henri à se marier.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau épouse en 1625 Amalia von Solms-Braunfels ou Amélie de Solms-Braunfels (1602-1675), fille du Comte Jean Albert Ier von Solms-Braunfels. Leurs enfants sont :


Frédéric-Henri d'Orange-Nassau

Mort de Maurice d'Orange-Nassau

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau Stathouder de Hollande, Zélande, Gueldre, d'Utrecht, Overrijssel

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau Capitaine et amiral de l'Union

Maurice de Nassau meurt le 23 avril 1625.

C'est de son prénom que vient le nom de l'île Maurice.

Maurice d'Orange-Nassau est un des premiers capitaines de son époque. Il laisse la réputation d'un ambitieux froid et cruel.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, son demi-frère, devient stathouder dans 5 des 7 provinces :

Il lui succède également comme capitaine et amiral de l'Union.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est presque un aussi bon général que son frère aîné.

En tant qu'homme d'État et de politicien, il montre de grandes capacités de tacticien.

Pendant les 22 ans qu'il demeure aux services des États généraux des Provinces-Unies, la puissance du stathoudérat est à son apogée.

Cette période, qui se poursuivit jusqu'au début du XVIIIe siècle, sera qualifiée par les néerlandais d'âge d'or des Provinces-Unies.



Naissance de Louise-Henriette d'Orange-Nassau

Louise-Henriette d'Orange-Nassau naît en 1627, fille de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau et d'Amélie de Solms-Braunfels.


Henri Van den Bergh

Siège de Groenlo

Groenlo, alors sous domination espagnole, est une cité de taille modeste, bien fortifiée et défendue.

Comme Oldenzaal, Bredevoort et Lingen, elle sert au contrôle de l'est du pays et jouit d'une position stratégique dans la province de Gueldre pour le commerce avec l'Allemagne.

Au lieu de se contenter de la nette domination de la flotte hollandaise sur la flotte espagnole, les États généraux des Provinces Unies des Pays-Bas décide d'engager une offensive terrestre contre Groenlo.

Matthijs Dulken, militaire expérimenté, commande la garnison espagnole de Groenlo, avec 1 200 soldats d'infanterie plus des civils engagés et 100 cavaliers commandés par Lambert Verreyken.

Ayant été bien approvisionné, Matthijs Dulken ordonne de renforcer les défenses de la cité.

La ligne de défense terminée, Groenlo est bombardée par les attaquants, pendant que des groupes de sapeurs hollandais, anglais et français creusent des tranchées en direction de la cité.

François de L'Aubespine, colonel lors de ce siège, commande un des 3 régiments français qui servent Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

L'artillerie hollandaise cause de nombreuses pertes et provoque d'importants dégâts qui sont continuellement réparées par les assiégés.

Matthijs Dulken lui-même est blessé à l'épaule, et doit confier le commandement à Lambert Verreyken.

Lambert Verreyken, avec sa cavalerie, attaque sans grand succès les positions ennemies, spécialement les tranchées et le fortin d'Ernest Casimir de Nassau-Dietz.

À Groenlo, par la négligence d'un soldat, deux barils de poudre explosent, causant 40 morts chez les assiégés.

Entre temps, les sapeurs anglais poussent leurs tranchées jusqu'au fossé qui entourait Groenlo, alimenté par la rivière Slinge. Pour faciliter la traversée du fossé, ils détruisirent l'écluse au nord de la cité, ce qui provoque la baisse du niveau de l'eau.

Les assaillants essaient de traverser le fossé en construisant un barrage, mais ce dernier est incendié par les défenseurs.

Finalement, avec l'appui de 2 pièces d'artillerie, les attaquants réussissent à terminer deux barrages au prix de nombreuses pertes.

Après avoir passé le fossé, ils commencent à miner les murs de Groenlo, sous le feu constant tiré depuis la ville.

Entre temps, Henri Van den Bergh arrive au voisinage de la cité avec son armée, à laquelle il a ajouté 1 800 mercenaires allemands, dépassant en nombre les forces de son cousin Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

Cependant, à cause du manque d'argent, cette armée manque de moyens et arrive à Groenlo trop tard pour affronter les attaquants dans une bataille en terrain ouvert.

Il conçoit un plan pour couper les lignes d'approvisionnement hollandaises, mais ce plan échoue à cause de mésententes entre les tercios espagnols et italiens.

Henri Van den Bergh décide alors d'attaquer la ligne de fortifications et de pénétrer dans la cité. Son attaque contre les forces écossaises, victorieuse au début, est repoussée par la contre-attaque des troupes de l'officier Morre, qui oblige les espagnols à se retirer.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau essaie de négocier la reddition de Matthijs Dulken, en lui faisant valoir l'impossibilité de recevoir des renforts depuis l'extérieur, mais celui-ci rejette les propositions.

Le 18 août 1627, les troupes anglaises passent le fossé et ouvrent une brèche dans la muraille de Groenlo, par où ils essaient de pénétrer dans la cité.

Par 3 fois, ils se lancent à l'attaque, mais sont repoussés par les tirs de mousquets de Lambert Verreyken, qui causent de nombreux morts parmi les Anglais.

Au bout d'un mois de siège, Matthijs Dulken, comprend qu'il ne pourra pas continuer à repousser longtemps les attaques, faute d'hommes et d'armes.

Il envoie des délégués pour négocier un armistice. 3 jours après, les deux parties signent un traité selon lequel la cité restera au pouvoir des Provinces Unies.

Matthijs Dulken abandonne la cité et ses troupes. Les troupes et les citoyens espagnols de Groenlo peuvent partir avec leurs armes et leurs biens. On leur fournit des moyens de transport pour le départ.

La cité est occupée par une garnison de l'armée de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau ;

Les fortifications sont rasées et les tranchées comblées pour prévenir leur utilisation dans de futures attaques.

Groenlo resta au pouvoir des Provinces Unies jusqu'à la fin de la guerre.


Frédéric-Henri d'Orange-Nassau et Ernst Casimir au siège de Bois-le-Duc – par Pauwels van Hillegaert

Siège de Bois-le-Duc

Prise d'Amersfoort

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne Gouverneur de Maestricht

Bois-le-Duc est le principal bastion du Roi d'Espagne dans la région.

Bernard de Saxe-Weimar est présent lors du siège de Bois-le-Duc.

D'importantes sommes d'argent sont investies pour renforcer sa défense, confiée à Anton ou Anthonie Schetz, Comte de Grobbendonck, Gouverneur militaire de la ville.

Les fossés qui entourent la place rendent les assauts improbables.

Creuser des tranchées et des mines souterraines dans les sols marécageux des environs est impensable.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau se présente devant la ville en avril 1629 avec une armée de 24 000 fantassins, 4 000 cavaliers et 4 000 miliciens

Pour assécher les marais, Frédéric-Henri d'Orange-Nassau détourne :

qui les alimentent.

Une digue de 40 kilomètres est dressée, des moulins mus par des chevaux achèvent d'assécher les terrains.

Des tranchés peuvent alors être creusées.

Pendant ce temps, les autorités espagnoles envoient une armée de renfort commandée par Henri van den Bergh, Comte de Bergh, cousin de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, qui arrive en juillet 1629.

Henri Van den Bergh comprend que le siège est trop avancé pour qu'il puisse le lever.

Henri Van den Bergh essaie de détourner l'attention du stathouder en prenant la ville d'Amersfoort le 14 août 1629.

Les lignes de ravitaillement d'Henri Van den Bergh sont coupées par la Wesel et il doit se retirer en laissant Bois-le-Duc à la merci des rebelles.

Les assaillants bombardent constamment la ville.

Le 18 juillet 1629, le fort Isabella tombe.

Le 19 juillet 1629, c'est au tour du fort Anthon. Mais les 2 500 hommes la garnison résistent toujours.

Les Hollandais poursuivent leurs travaux de sape jusque sous la porte sud.

Le 11 septembre 1629, une explosion importante ouvre une brèche dans les murs.

Le 14 septembre 1629, le gouverneur Anthonie Schetz capitule.

La perte de Bois-le-Duc porte un grand coup au prestige des Espagnols dont les positions dans le nord du pays sont sérieusement menacées.

Aujourd'hui encore, le duché de Brabant reste divisé en deux provinces :

Cette dernière province sera toujours durement traité par les Provinces-Unies étant considérée comme pays conquis.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau continue sa campagne avec l'aide de son cousin et ancien rival Henri van den Bergh, qui change de camp après avoir été accusé de trahison.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne participe avec les Hollandais au siège de Bois-le-Duc en 1629.

Il reçoit en récompense le gouvernement de Maastricht.



Échec de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau à Dunkerque

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau subit un échec à Dunkerque en 1631.



Débuts d'Armand-Frédéric de Schomberg

En 1632, Armand-Frédéric de Schomberg se fait connaître sous les ordres de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.



Prise de Maastricht

Mort de Louis de Valençay Marquis d'Estiaux

En 1632, Frédéric-Henri d'Orange-Nassau assiège Maastricht et la prend aux Espagnols après 74 jours.

Louis de Valençay meurt tué devant Maestricht, au service de la Hollande.

Il permet alors à Maastricht de s'intégrer aux Provinces-Unies protestantes.

Le condominium entre le duc de Brabant et Liège est rétabli.

Les conditions de la paix sont de donner aux protestants et catholiques les mêmes droits afin que les deux aient la liberté religieuse.



Bataille des Avins

Les combats se portent vers les Pays-Bas.

Urbain de Maillé-Brézé reçoit le commandement de l'armée des Flandres avec Gaspard III de Coligny.

Gaspard III de Coligny et Urbain de Maillé-Brézé vainquent les Espagnols commandés par Thomas-François de Savoie-Carignan aux Avins ou Avein ou Avin (Clavier) (40 km au sud ouest de Liège, 50 km au sud-est de Namur) le 20 mai 1635.

Les Espagnols perdent 5 000 hommes dont 900 sont faits prisonniers et 14 canons.

Philippe de La Mothe-Houdancourt participe à ce combat.

Philippe de La Mothe-Houdancourt combat au siège de Louvain en 1635.

Philippe de La Mothe-Houdancourt Participe à la prise du fort de Schenk en 1635.

Gaspard III de Coligny et Urbain de Maillé-Brézé se joignent ensuite à Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

Mais des atermoiements franco hollandais permettent aux Espagnols de recevoir des renforts et de sauver leurs possessions.



Bataille de Skink

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est vainqueur à Skink en 1636.



Naissance d'Henriette-Catherine d'Orange-Nassau

Henriette-Catherine d'Orange-Nassau naît en 1637, fille de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, Prince d'Orange-Nassau (1584-1647) et d'Amélie de Solms-Braunfels (1602-1675).


Maarten Tromp - gravure de Jan Lievens

Maarten Tromp Lieutenant Amiral

Maarten Tromp marque alors une pause de quelques années au service de la marine.

Le lieutenant amiral Philips Van Dorp et d'autres officiers sont limogés pour incompétence.

Maarten Tromp est promu au rang de lieutenant amiral des flottes de Hollande et de Frise occidentale en 1637.

Bien qu'officiellement sous les ordres de l'amiral général Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, Maarten Tromp exerce en réalité les fonctions de commandant suprême de la flotte néerlandaise, le stathouder ne combattant jamais en mer.



Bataille de Bréda

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est vainqueur à Bréda en 1637.



Premières armes en Hollande d'Henri Charles de La Trémoïlle

En 1638, Henri Charles de La Trémoïlle fait ses premières armes en Hollande auprès de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, son oncle.



Armand-Frédéric de Schomberg à nouveau au service Frédéric-Henri d''Orange-Nassau

De 1639 à 1650, Armand-Frédéric de Schomberg sert à nouveau Frédéric-Henri d'Orange-Nassau

Armand-Frédéric de Schomberg sert son fils Guillaume II d'Orange-Nassau.



Bataille de Gennep

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est vainqueur à Gennep en 1640.



Bataille de Sas-de-Gand

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est vainqueur à Sas-de-Gand en 1640.



Frédéric-Henri d'Orange-Nassau Stathouder de Drenthe

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau devient Stathouder de Drenthe en 1640.



Bataille de Hulst

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est vainqueur à Hulst en 1645.


Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg avec Louise-Henriette d'Orange-Nassau - par Jan Mytens - Musée des Beaux-Arts de Rennes

Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg avec Louise-Henriette d'Orange-Nassau

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg épouse en décembre 1646 Louise-Henriette d'Orange-Nassau, fille de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

Leurs enfants sont :



Mort de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau

Guillaume II d'Orange-Nassau Stathouder des Provinces-Unies

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau meurt à La Haye le 14 mars 1647.

Ses funérailles sont somptueuses.

Il est inhumé à Delft près de son père.

Guillaume II d'Orange-Nassau devient stathouder des Provinces-Unies : Hollande, Zélande, Utrecht, Gueldre, Overijssel, Groningue et Drenthe le 14 mars 1647.



Indépendance des Provinces-Unies

Pendant toute la durée de son gouvernement, son alliance avec la France est le pivot de la politique étrangère de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

Mais vers la fin de sa vie, il choisit de sacrifier cette alliance pour signer une paix séparée avec L'Espagne qui reconnaît l'indépendance des Provinces-Unies en 1648.


Anne Ire de Grande-Bretagne

Mort de Guillaume III d'Orange-Nassau

Anne Ire de Grande-Bretagne Reine d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande

Jean Guillaume Friso de Nassau-Dietz Prince d'Orange

Guillaume III d'Orange-Nassau meurt le 8 mars 1702, des suites d'une chute de cheval. La lignée d'Orange-Nassau s'éteint.

Anne Ire de Grande-Bretagne, sœur de Marie II d'Angleterre, devient Reine d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande le 19 mars 1702, au détriment de son demi-frère Jacques François Édouard Stuart.

Elle est couronnée à Londres le 23 avril 1702.

Sidney Godolphin n'est pas un favori d'Anne Ire de Grande-Bretagne. Cependant Sidney Godolphin estnommé à son ancien poste, suivant les vives recommandations de John Churchill.

Jean Guillaume Friso de Nassau-Dietz est l'aîné dans les prétendants à la succession des Pays-Bas. Il a pour ascendant :

Les provinces qui sont gouvernées par Guillaume III d'Orange-Nassau-Nassau : la Hollande, Utrecht, Gelderland et Overijssel, restent sans gouverneur.

Selon la volonté de Guillaume III d'Orange-Nassau-Nassau, Jean Guillaume Friso de Nassau-Dietz devient Prince d'Orange en 1702.

Les relations si proches entre l'Angleterre et les Pays-Bas prennent de la distance.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !