Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



19 événements affichés, le premier en 1793 - le dernier en 1861


Frédéric-Guillaume III de Prusse et Louise de Mecklembourg-Strelitz - 1799

Mariage de Frédéric-Guillaume III de Prusse avec Louise de Mecklembourg-Strelitz

Frédéric-Guillaume III de Prusse épouse en 1793 Louise de Mecklembourg-Strelitz, fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz et de Friederike de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :



Naissance de Frédéric-Guillaume IV de Prusse

Frédéric-Guillaume IV de Prusse naît à Berlin le 15 octobre 1795, fils de Frédéric-Guillaume III de Prusse et de Louise de Mecklembourg-Strelitz.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse appartient à la première branche de la Maison de Hohenzollern.

Beaucoup de précepteurs du jeune prince héritier étaient des fonctionnaires expérimentés. Certains le marqueront à vie, comme Frédéric Ancillon.


Frederica Caroline Wilhelmina de Bade Filles cadettes de Maximilien Ier Joseph de Bavière – Ludovica - Sophie - Marie

Mariage de Maximilien Ier Joseph de Bavière avec Frederica Caroline Wilhelmina de Bade

Maximilien Ier Joseph de Bavière est veuf de Wilhelmine de Hesse-Darmstadt.

Maximilien Ier Joseph de Bavière épouse en 1797 Frederica Caroline Wilhelmina de Bade, fille de Charles Louis de Bade et d'Amélie de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric-Guillaume IV de Prusse avec Élisabeth Louise de Bavière

Frédéric-Guillaume IV de Prusse épouse en 1823 Élisabeth Louise de Bavière. Le couple n'aura pas d'enfant.


Élisabeth Louise de Bavière

Mariage de Frédéric-Guillaume IV de Prusse avec Élisabeth Louise de Bavière

Frédéric-Guillaume IV de Prusse épouse le 29 novembre 1823 Élisabeth Louise de Bavière.


Frédéric-Guillaume IV de Prusse

Mort de Frédéric-Guillaume III de Prusse

Frédéric-Guillaume IV de Prusse Roi de Prusse

Frédéric-Guillaume III de Prusse meurt le 7 juin 1840.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse, son fils, lui succède et devient Roi de Prusse.

Son arrivée au trône soulève d'immenses espoirs.

Son penchant pour le romantisme est considéré avec sympathie, car garant de l'identité allemande, et un changement est attendu pour en finir avec la politique répressive de son père.

En effet, Frédéric-Guillaume IV de Prusse :



Réforme de Frédéric-Guillaume IV de Prusse

En 1841, Frédéric-Guillaume IV de Prusse :

Cependant, inspiré par le piétisme, et influencé par Clément-Wenceslas de Metternich ou le tsar Nicolas Ier de Russie, son beau-frère, Frédéric-Guillaume IV de Prusse refuse de donner une Constitution.

L'assemblée de Königsberg est la première à lui rappeler à Frédéric-Guillaume IV de Prusse les promesses de 1815.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse fait réunir les Landtage provinciaux, mais sans véritable effet.



Napoléon Louis de Talleyrand-Périgord Duc de Sagan

En 1845 et 1846, Frédéric-Guillaume IV de Prusse confirme le titre de duchesse de Sagan à Dorothea von Biron, avec succession pour ses descendants masculins, dont l'aîné prend le titre de prince de Sagan.

Napoléon Louis de Talleyrand-Périgord devient Duc de Sagan le 6 janvier 1845.


Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau à l'âge de 30 ans - une femme bafouée (Koelman,1840) Johannes van Rossum

Liaison de Joachim van Rossum avec Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

Très pieuse et charitable, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau n'use pas moins à la cour de Berlin d'une très grande liberté de parole et d'action.

Cela lui aliène rapidement :

Après avoir donné le jour à 5 enfants, lasse des infidélités de Frédéric Henri Albert de Prusse et de ses manières curiales, défiant les convenances, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau s'éprend de Johannes van Rossum (né vers 1809), son cocher, et s'enfuit avec lui en mars 1845. Leur enfant est :

Ils voyagent autour de la Méditerranée et se marie peu de temps après en Italie,

Frédéric-Guillaume IV de Prusse refuse à Frédéric Henri Albert de Prusse et à Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau l'autorisation de divorcer.



Révoltes en Prusse

Frédéric-Guillaume IV de Prusse est abord opposé à la réunification de l'Allemagne et favorable à une direction autrichienne de l'Allemagne (ce qu'on appelle la " Solution grande-allemande ").

Frédéric-Guillaume IV de Prusse accepte lors des révoltes de 1848 de promouvoir la réunification et la formation d'un gouvernement libéral.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse reprend la situation en main et fait occuper Berlin par l'armée.

Il dissout l'assemblée en décembre 1848.



Refus de la couronne d'Allemagne par Frédéric-Guillaume IV de Prusse

L'assemblée nationale de Francfort propose à Frédéric-Guillaume IV de Prusse le 3 avril 1849 la couronne d'Allemagne.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse la refuse, officiellement car il considère que ce titre ne pourrait lui être accordé que par l'ensemble des princes et rois d'Allemagne.

En privé il déclare qu'il ne la ramasserait pas dans le caniveau. Lui roi de droit divin, ne veut pas devenir un roi de droit populaire, élu par les " cordonniers et les gantiers " et " béni par les charcutiers et les boulangers ".



Cession des principauté de Hohenzollern-Sigmaringen et de de Hohenzollern-Hechingen au royaume de Prusse

Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen renonce à les droits souverains sur sa principauté en faveur de Frédéric-Guillaume IV de Prusse, son lointain cousin, par le Traité d'État du 7 décembre 1849.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse intègre cette principauté au royaume de Prusse.

Le 7 décembre 1849 Constantin de Hohenzollern-Hechingen cède à Frédéric-Guillaume IV, la Principauté de Hohenzollern-Hechingen contre une rente viagère de 10 000 thalers.

À cette date, Constantin de Hohenzollern-Hechingen acquiert les prérogatives d'un prince de la famille royale prussienne à Löwenberg en Silésie.



Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen Altesse

Le 20 mars 1850, Frédéric-Guillaume IV de Prusse confère à Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen pour lui et le premier né de sa maison, le titre d'Altesse avec les prérogatives réservées aux princes cadets de la maison de Prusse.


L'Église Saint-Augustin siège de l'Union d'Erfurt

Union d'Erfurt

Reculade d'Olmütz

Frédéric-Guillaume IV de Prusse essaie d'établir un rassemblement des États allemands excluant l'Autriche.

Un premier parlement se réunit dans l'Église Saint-Paul de Francfort-sur-le-Main à partir du 20 mars 1850 et commence la rédaction d'une constitution qui part de la volonté de Joseph von Radowitz de réaliser une union de l'Allemagne par le haut.

La plupart des membres de la fraction casino ayant participé au parlement de Gotha tels que :

viennent siéger dans l'Église Saint-Augustin d'Erfurt dans un nouveau parlement afin de terminer le travail de rédaction entamé à Francfort-sur-le-Main.

Ils suivent toujours les idées de Radowitz.

L'objectif est d'obtenir :

L'Union d'Erfurt (Erfurter Unionsparlament en allemand) est constituée :

Seuls les conservateurs, parmi lesquels Otto von Bismarck et Ernst Ludwig von Gerlach font entendre leur différence.

La mise en place de cette constitution échoue parce que les États faisant partie de l'alliance des trois roi (Dreikönigsbündnis), c'est-à-dire :

ne sont pas prêts à reconnaître l'hégémonie prussienne.

Le commissaire responsable de cette alliance est Albert von Carlowitz.

Les pressions venues d'Autriche ont un rôle déterminant dans la frilosité des trois États.

Un différent entre la Prusse et l'électeur Frédéric-Guillaume Ier de Hesse-Cassel menace alors de dégénérer en guerre entre États allemands. Cela permet à l'Autriche de convoquer une conférence inter-allemande à Olmütz en territoire autrichien, Présidée par le chancelier autrichien Felix zu Schwarzenberg,.

Le 29 novembre 1850, l'Autriche oblige la Prusse lors de la conférence d'Olmütz à renoncer à ses prétentions et à dissoudre l'Union d'Erfurt.



Promulgue d'une nouvelle constitution en Prusse

Frédéric-Guillaume IV de Prusse promulgue alors une nouvelle constitution avec un parlement sur le modèle britannique :

Frédéric-Guillaume IV de Prusse conserve le droit de nommer tous les ministres et les fonctionnaires et garde ainsi la maîtrise de la bureaucratie et de l'armée.

Cette constitution demeurera en place jusqu'à la défaite de 1918.


Frédéric-Guillaume de Hesse-Rumpenheim - vers 1845

Fiançailles de Frédéric-Guillaume de Hesse-Rumpenheim ave Marie Anne Frédérique de Prusse

Rencontre de François-Joseph Ier d'Autriche avec Marie Anne Frédérique de Prusse

Pour sceller la réconciliation entre la Prusse et la Hesse-Cassel, Marie Anne Frédérique de Prusse est engagée envers Frédéric-Guillaume de Hesse-Rumpenheim, fils aîné du landgrave de Hesse-Rumpenheim, héritier de l'électeur de Hesse-Cassel.

François-Joseph Ier d'Autriche rencontre Marie Anne Frédérique de Prusse à la cour de Berlin à la fin de l'année 1852. Il la demande en mariage.

D'une beauté réputée, elle est une pianiste accomplie formée par Theodor Kullak.

Sophie Dorothée Wilhelmine Friederike de Bavière, la mère de l'empereur, s'entremet sans succès auprès de sa sœur, Élisabeth Louise de Bavière, reine de Prusse, tante de la jeune fille.

En réaction de la reculade d'Olmütz, 2 ans plus tôt, Frédéric-Guillaume IV de Prusse oppose une fin de non-recevoir.

De plus, la cour de Prusse protestante, qui convoite toujours la première place au sein de la Confédération Germanique, ne veut en aucun cas s'allier à sa rivale autrichienne catholique.

Aussi, le roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse, oncle de la princesse, tout en y mettant les formes, opposa-t-il une fin de non-recevoir aux propositions impériales.

Ce refus est un camouflet pour la Maison de Habsbourg-Lorraine.



Guillaume Ier de Prusse Régent de Prusse

Une congestion cérébrale laisse Frédéric-Guillaume IV de Prusse partiellement paralysé et largement incapable mentalement.

Comme Frédéric-Guillaume IV de Prusse est sans postérité, c'est Guillaume Ier de Prusse, son frère cadet, qui assume la régence à partir de 1858.


Guillaume Ier de Prusse

Mort de Frédéric-Guillaume IV de Prusse

Guillaume Ier de Prusse Roi de Prusse

Frédéric-Guillaume IV de Prusse meurt au Palais de Sanssouci le 2 janvier 1861. Il est inhumé dans la crypte de l'église Friedenskirche (église de la paix) à Potsdam.

Guillaume Ier de Prusse, son frère, lui succède et devient le cinquième Roi de Prusse.

Patrice de Mac Mahon représente la France au couronnement de Guillaume Ier de Prusse.



Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen Altesse royale

Le 18 octobre 1861, Frédéric-Guillaume IV de Prusse confère à Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen le titre d'Altesse royale.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !