Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



101 événements affichés, le premier en 1120 - le dernier en 1365


Judith de Bavière

Mariage de Frédéric II le Borgne avec Judith de Bavière

Frédéric II le Borgne épouse en 1120 ou 1121 Judith de Bavière, fille d'Henri VII Welf et de Wulfhilde de Saxe. Leurs enfants sont :



Naissance de Frédéric Ier Barberousse

Frédéric III de Hohenstaufen, futur empereur Frédéric Ier Barberousse, naît en 1122 ou 1123 à Waiblingen en Allemagne, fils de Frédéric II le Borgne et de Judith de Bavière.



Mariage de Mathieu Ier de Lorraine avec Berthe de Hohenstaufen

Mathieu renforce les liens entre la Lorraine et le Saint-Empire où une nouvelle dynastie, les Hohenstaufen, viennent de s'installer.

Mathieu Ier de Lorraine épouse le 25 mars 1139 Berthe de Hohenstaufen. Leurs enfants sont :

Berthe de Hohenstaufen est la sœur de Frédéric Ier Barberousse.



Naissance d'Iaroslav d'Opole

Iaroslav d'Opole ou en polonais Jaroslaw Opolski naît entre 1143 et 1160, fils de Boleslas Ier le Long et de de Zwienislawa de Kiev.

Iaroslav d'Opole passe sa jeunesse à la cour de Frédéric Ier Barberousse, à Altenburg, où sa famille s'est réfugiée.



Première mention du Château du Haut-Kœnigsbourg

Le château du Haut-Kœnigsbourg a été construit en toute illégalité sur les terres confiées aux moines de l'abbaye de Lièpvre. En 1147, Eudes de Deuil, moine de Saint-Denis presse Louis VII Le Jeune d'intervenir auprès du roi Conrad III de Hohenstaufen afin de réparer cette injustice.

C'est la première mention du Château du Haut-Kœnigsbourg dans un document écrit.

À cette date, le site comportait déjà deux tours permettant de surveiller la route d'Alsace du nord au sud, l'une appartenant à Conrad III de Hohenstaufen, l'autre à son neveu Frédéric Ier Barberousse.



Mariage de Frédéric Ier Barberousse avec Adélaïde von Vohlburg

Frédéric Ier Barberousse épouse en 1147 Adélaïde von Vohlburg, fille de Diepold III, Margrave de Vohburg.



Mort de Frédéric II le Borgne

Frédéric Ier Barberousse Duc de Souabe

Frédéric II le Borgne meurt à Alzey en Rhénanie-du-Nord-Westphalie ou à Haguenaudans le Bas-Rhin le 6 avril 1147.

Frédéric Ier Barberousse est couronné Duc de Souabe.



Bataille de Dorylée

Trahi par ses guides grecs, l'armée de Conrad III de Hohenstaufen est décimée le 26 octobre 1147 par les turcs dans la région de Dorylée.

Peu de chevaliers réussissent à s'enfuir, parmi eux Henri II Jasomirgott ainsi que Frédéric Ier Barberousse.

Conrad III de Hohenstaufen doit se résigner à battre en retraite avec les débris de son armée vers Nicée où il arrive au début novembre 1147.

Le surnom d'Henri II, Jasomirgott, apparaît XIIIe siècle sous la forme Jochsamergott ; on en ignore le sens exact. Une théorie évoque la possibilité d'une transformation d'un mot d'origine arabe en rattachant le surnom à la participation à la deuxième croisade. Une légende voit dans le surnom la formule Ja so mir Gott helfe (" Que Dieu m'aide ").



Mort de Conrad Ier de Zähringen

Berthold IV de Zähringen Duc de Zähringen

Conrad Ier de Zähringen meurt à Constance le 8 janvier 1152.

Berthold IV de Zähringen devient Duc de Zähringen en 1152.

Peu après son avènement, soutenu par l'empereur Frédéric Ier Barberousse, Berthold IV de Zähringen prépare la conquête du Comté de Bourgogne.



Mariage d'Alphonse VII le Bon avec Richilde de Pologne

Richilde de Pologne est la fille de Ladislas II de Pologne et d'Agnès de Babenberg et la nièce de Frédéric Ier Barberousse.

Alphonse VII le Bon est veuf de Bérengère de Barcelone.

Alphonse VII le Bon épouse en octobre 1152 Richilde de Pologne. Leurs enfants sont :



Mort de Conrad III de Hohenstaufen Roi des Romains

Frédéric Ier Barberousse Roi d'Allemagne

Frédéric Ier Barberousse Roi des Romains

Conrad III de Hohenstaufen meurt à Bamberg en Allemagne le 15 février 1152.

Frédéric Ier Barberousse est élu roi d'Allemagne (Rex Romanorum) le 4 mars 1152 en succédant à son oncle Conrad III de Hohenstaufen.

Henri II de Limbourg assiste au couronnement de Frédéric Ier Barberousse.



Diète d'Empire à Wurtzbourg

Frédéric Ier Barberousse a grand intérêt à s'allier à Henri III Welf le Lion, il projette une campagne en Italie pour laquelle il a besoin de ses troupes.

Frédéric Ier Barberousse accepte alors qu'Henri III Welf le Lion se trouve à la tête et de la Bavière et de la Saxe.

Frédéric Ier Barberousse invite Henri Welf et Henri II Jasomirgott à la diète d'Empire à Wurtzbourg en 1152 pour négocier la question de la Bavière. Henri II Jasomirgott s'absente.



Séjour de Frédéric Ier Barberousse à Colmar

Frédéric Ier Barberousse séjourne à Colmar le 30 janvier 1153.



Alexandre III Chancelier de l'Église

En 1153, Alexandre III devient chancelier de l'Église, et est le meneur des cardinaux opposés à l'empereur Frédéric Ier Barberousse qui veut étendre son pouvoir sur l'Italie.



Visite de Frédéric Ier Barberousse à Besançon

Frédéric Ier Barberousse visité le Comté de Bourgogne en 1153, il séjourne à Besançon et à Baume les Dames et il entend s'intéresser personnellement à l'ancien royaume de Bourgogne.



Divorce de Frédéric Ier Barberousse et d'Adélaïde von Vohlburg

Frédéric Ier Barberousse et Adélaïde von Vohlburg divorcent en 1153.



Interdit sur Rome

Expulsion d'Arnaud de Brescia

Aussitôt élu, Adrien doit reprendre en main la ville de Rome, secouée par des prédications subversives. Rompant avec les demi-mesures de son prédécesseur, Adrien IV lance l'interdit sur la ville. La cessation des pèlerinages, et donc des flux d'argent apportés par les pèlerins, finit par mettre la Ville au pas. Adrien IV finalement force Arnaud de Brescia à s'enfuir avec l'aide de l'empereur Frédéric Ier Barberousse.



Guerre contre Milan

Dés 1154, au cours de la guerre contre Milan, Hermann III de Bade combat en Lombardie et assiste l'empereur Frédéric Ier Barberousse lors du siège de Milan.



Comtés de Viennois et de Grenoble Terre d'Empire

En 1155, à Rome, Guigues V d'Albon reconnaît la suzeraineté de l'empereur germanique Frédéric Ier Barberousse qui en échange lui confirme la possession des terres que les précédents Comtes d'Albon ont acquis de manière litigieuse.

Par cet acte, la province qu'on n'appelle pas encore Dauphiné est confirmée comme terre d'Empire.

Le Roi de France de l'époque, Louis VII le Jeune est donc un étranger pour les habitants de la vallée, voire un ennemi !

Frédéric Ier Barberousse le fait Chevalier de sa propre main

Frédéric Ier Barberousse lui fait don d'une mine d'argent qui est à Rame dans le Briançonnais avec pouvoir de battre monnaie.

Guigues V d'Albon est le premier de sa race qui prend le titre de Comte de Viennois en vertu de la cession que lui fait Berthold IV, Duc de Zeringen, de tous les droits que ses ancêtres ont possédés dans la ville de Vienne par acte passé en 1155, en présence de Frédéric Ier Barberousse.



Amédée de Clermont Chancelier du royaume de Bourgogne

En 1155, Frédéric Ier Barberousse confirme les possessions et droits de l'église de Lausanne et nomme Amédée de Clermont chancelier du royaume de Bourgogne.



Deuxième guerre des Baux

Vers 1155, après 5 années d'attente, Étiennette de Carlat et ses fils reprennent leur revendication sur la Provence.

Allié à Raymond VII de Toulouse, Hugues Ier des Baux obtient un premier succès d'ordre diplomatique, et reçoit de la part de l'empereur germanique, Frédéric Ier Barberousse, confirmation des titres de sa maison.

Mais les hostilités une fois encore tournent à sa confusion.

La maison des Baux doit s'avouer battue et s'engager à ouvrir le château de Castillon en Provence et diverses places fortes à première réquisition.

Le château des Baux et quelques-unes de ses défenses avancées sont exclus de cette humiliante condition.



Prise de Rome par Frédéric Ier Barberousse

Mort d'Arnaud de Brescia

Frédéric Ier Barberousse Empereur Germanique

Une réconciliation entre Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse intervient.

Frédéric Ier Barberousse, accompagné de Mathieu Ier de Lorraine, prend le contrôle de Rôme.

Arnaud de Brescia, autorité spirituelle dénie au pape Adrien IV tout droit de gouverner la ville.

En 1155, Frédéric Ier Barberousse livre Arnaud de Brescia au préfet de Rome.

Il meurt pendu.

Son corps est brûlé et ses cendres jetées dans le Tibre.

De la dynastie rivale Welfs, Frédéric est issu d'une des principales familles d'Allemagne, faisant de lui un choix acceptable pour les princes électeurs.

Frédéric Ier Barberousse est couronné Empereur Germanique le 18 juin 1155 à Rome par le pape Adrien IV.

Cependant, pendant la messe, Adrien décide de lui-même de modifier le rituel pour bien marquer sa supériorité sur l'empereur.

Furieuses, les troupes allemandes manquent d'emprisonner le pape.



Paix au Brabant

Mariage de Godefroy III de Louvain avec Marguerite de Limbourg

Avec l'avènement de Frédéric Ier Barberousse, la paix est rétablie au Brabant entre Henri II de Limbourg et Godefroid III de Louvain.

Mettant fin à la rivalité entre les deux lignées à propos de la Basse-Lotharingie, Godefroy III de Louvain épouse en janvier 1155 Marguerite de Limbourg, fille de Henri II de Limbourg et de Mathilde de Saffenberg.

Leurs enfants sont :



Révolte des barons normands de Sicile

Expédition de Manuel Ier Comnène contre le royaume normand de Sicile

Prise de Bari

À majeure partie des barons normands contestent un pouvoir qu'ils jugent trop centralisé à leur goût, de la part de la cour royale palermitaine et haïssent Maion de Bari, qualifié par ses détracteurs de diabolique, de corrompu et de comploteur.

Des barons normands de Sicile, et notamment le comte Robert de Loritello, et toute l'Italie du Sud se révoltent contre Guillaume Ier le Mauvais.

Ils n'hésitent pas à s'allier aux Byzantins contre leur roi.

Son titre de roi est d'ailleurs contesté par l'empereur byzantin Manuel Ier Comnène, ainsi que par le pape Adrien IV.

Manuel Ier Comnène envoie Michel Paléologue et Jean Dukas avec des troupes byzantines et une bonne quantité d'or pour envahir l'Apulie en 1155.

Les deux généraux cherchent le soutien de Frédéric Ier Barberousse.

Le conflit entre Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse reprend et Frédéric Ier Barberousse qui se présente au sud des Alpes à ce moment, décide finalement de ne pas attaquer les Normands de Sicile.

Les armées de Frédéric Ier Barberousse sont démoralisées et ses hommes le pressent de retourner au nord des Alpes.

Néanmoins, l'expédition de Manuel Ier Comnène progresse de manière stupéfiante.

S'ensuit un enchaînement de succès spectaculaires, avec la prise de nombreuses places fortes, soit par la force, soit achetées par l'or byzantin.

La cité de Bari, qui avait été la capitale du catépanat des Pouilles des siècles avant l'arrivée des Normands, ouvre ses portes à l'armée impériale, et ses habitants sont ravis de pouvoir démolir la citadelle normande, symbole de leur oppression.



Traité de Bénévent

Reconnaissance du Royaume de Sicile par le Pape

Guillaume Ier le Mauvais assiège Bénévent, où se trouvent encore Adrien IV et quelques-uns de ses cardinaux.

Contraint de négocier, Adrien IV doit reconnaître à Guillaume le Mauvais la couronne de Sicile et accepter la création d'un État unifié comprenant la Sicile, l'Apulie ou encore la Campanie.

En compensation, Adrien IV obtient le droit de libre nomination des évêques dans ces régions.

Guillaume Ier le Mauvais devient alors un fidèle allié de la Papauté contre les menées de l'empereur germanique Frédéric Ier Barberousse.

Guillaume Ier le Mauvais rétablit alors violemment l'ordre dans ses possessions.

Banni du royaume normand de Sicile, Tancrède de Lecce vit à Byzance avec d'autres exilés du royaume.



Séjour de Frédéric Ier Barberousse à Colmar

Frédéric Ier Barberousse séjourne à Colmar en 1156.


Henri II Jasomirgott - Vienne

Diète impériale à Ratisbonne

Henri III Welf le Lion Duc de Bavière

Henri II Jasomirgott Duc d'Autriche

Privilegium Minus

Frédéric Ier Barberousse essaie de trouver un consensus avec les Welfs et de faire la paix avec Henri III Welf le Lion et lui rend la Bavière.

Une rencontre secrète a lieu entre Frédéric Ier Barberousse et Henri II Jasomirgott le 5 juin 1156 à Ratisbonne.

La diète de Ratisbonne commence le 8 septembre 1156, le camp d'Henri II Jasomirgott se trouve près de la ville, il est arrivé pour confirmer des décisions déjà en vigueur depuis le 5 juin 1156.

Frédéric Ier Barberousse, accompagné des Grands du royaume dont Henri III Welf le Lion, visite le camp d'Henri II Jasomirgott sur les prés de Barbingen.

Le fait que Frédéric Ier Barberousse se déplace pour Henri II Jasomirgott, même si ce n'est que pour 2 000 allemandes, montre l'attitude conciliante du roi vis-à-vis des Babenbergs.

Henri II Jasomirgott donne symboliquement sept drapeaux à Frédéric Ier Barberousse, qui signifient l'abandon de la Bavière.

Henri III Welf le Lion devient alors le vassal de Frédéric Ier et rend deux des sept drapeaux au roi.

Henri III Welf le Lion devient Duc de Bavière sous le nom d'Henri XII de Bavière.

Frédéric Ier Barberousse élève le margraviat d'Ostarrîchi en duché héréditaire et donne symboliquement deux drapeaux à Henri II Jasomirgott et à sa femme.

Par le biais du Privilegium minus, signé le du 17 septembre 1156 par Frédéric Ier Barberousse, l'Autriche devient un duché indépendant de la Bavière.

Henri II Jasomirgott devient Duc d'Autriche sous le nom d'Henri II d'Autriche.

Il reçoit le duché avec tous ses fiefs du temps de Léopold IV de Babenberg.

Frédéric Ier a réussi à résoudre le conflit autour de la Bavière à long terme par la vassalité.

La transformation du margraviat en duché est proclamée par l'un des plus importants Grands de l'Empire, Venceslas Ier de Bohême.

Les Babenberg portent le titre de duc sans cependant renoncer aux privilèges du margrave.

En tant que margrave, il avait la possibilité de demander des services, surtout de nature financière à l'Église.

Frédéric Ier Barberousse reçoit les contingents militaires nécessaires pour sa campagne en Italie sans devoir faire des concessions à Henri III Welf le Lion.

En cas d'absence d'un héritier direct, Henri II Jasomirgott obtient le droit de choisir son successeur.

La descendance en ligne féminine est prévue.

C'est un cas très rare au Moyen Âge pour un vassal de pouvoir choisir son successeur au lieu du roi.

Ce privilège n'est valable que pour Henri II Jasomirgott et sa femme Théodora Comnène.

Frédéric Ier garde le droit de nommer des successeurs ultérieurs.

Ce privilège est basé sur la situation des Babenbergs à cette époque.

Henri Jasomirgott et Théodora Comnène n'ont pas d'enfant.

De son premier mariage, Henri II Jasomirgott a une fille, Agnès, qui est alors encore mineure.

L'obligation de participer aux diètes impériales est restreinte à celles ayant lieu en Bavière en cas d'invitation.

Le but est de soulager financierement Henri II Jasomirgott

Le service militaire n'est uniquement obligatoire que dans les territoires proches de l'Autriche.


Mariage de Frédéric Barberousse avec Béatrice Ire de Bourgogne – par Giovanni Battista Tiepolo -1751 - Imperial Hall of the Residenz à Würzburg

Mariage de Frédéric Ier Barberousse avec Béatrice Ire de Bourgogne

Maison de Hohenstaufen

Béatrice Comtesse de Bourgogne

Frédéric Ier Barberousse Comte de Bourgogne

Berthold IV de Zähringen Recteur de Bourgogne

Frédéric Ier Barberousse préfère épouser l'héritière du comté de Bourgogne Cisjurane et la Provence plutôt que de les conquérir.

Frédéric Ier Barberousse épouse dans la cathédrale de Würzburg ou Wurzbourg le le 9 ou le 16 juin 1156 Béatrice Ire de Bourgogne, fille de Renaud III de Bourgogne et d'Agathe de Lorraine.

Leurs enfants sont :

Béatrice Ire de Bourgogne récupère ses droits sur le comté de Bourgogne.

Les deux fils de Guillaume IV de Bourgogne-Comté :

restent encore très présents dans l'histoire du comté, et notamment sur Lons Le Saunier et sa saline où ils exercent une co-seigneurie.

Étienne II de Bourgogne-Comté exclut de l'héritage comtois s'emploie à miner l'autorité impériale.

Le comté échappe à Berthold IV de Zähringen qui, en compensation, reçoit en 1156 de Frédéric Ier Barberousse le titre de recteur de Bourgogne et l'autorité sur les villes Sion, Lausanne et Genève.

Le pape Alexandre III soutient l'évêque de Lausanne, dans ses prétentions temporelles faisant reculer Berthold IV de Zähringen.

Les trois évêques maintiennent leur autonomie.



Troisième départ en croisade de Thierry III d'Alsace

Philippe Ier d'Alsace associé au pouvoir comtal en Flandre

Conflits entre Florent III de Hollande et les marchands flamands

Expédition de Philippe Ier d'Alsace contre Florent III de Hollande

Thierry III d'Alsace repart en Terre Sainte en 1157 avec cette fois Sybille d'Anjou, son épouse.

Le gouvernement du comté est confié à son fils Philippe Ier d'Alsace.

Frédéric Ier Barberousse remercie Florent III de Hollande en l'intégrant dans la noblesse impériale et en lui accordant les droits de douane sur Geervliet, la plus importante cité commerciale de la région.

Ce n'est que la légalisation d'une situation existante, car les comtes de Hollande percevaient indument des taxes depuis le XIe siècle

Florent III de Hollande créé sur l'Escaut oriental, à Geervliet, un tonlieu qui grève considérablement les transports.

En droit féodal, le droit de tonlieu est un impôt prélevé pour l'étalage des marchandises sur les marchés.

C'est aussi un péage sur les marchandises transportées prélevé lors du passage d'un fleuve (pont, bac) ou aux portes de certaines villes.

De nombreux paysans s'installent en Hollande pour convertir les marais en polders.

Des barrages et des canaux sont construits, et la frontière entre le comté de Hollande et l'évêché d'Utrecht doivent être précisée.

Vers 1157, des conflits surgissent entre le comte Florent III de Hollande et les marchands flamands.

Philippe Ier d'Alsace, qui assure le gouvernement de la Flandre pendant que son père est à la croisade, dirige une expédition navale contre Florent III de Hollande et en revient victorieux.



Naissance de Béatrice d'Allemagne-Hohenstaufen

Béatrice d'Allemagne-Hohenstaufen naît en 1157, fille de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne.



Invasion de la Pologne

En 1157, après un ultimatum exigeant le retour de Ladislas II de Pologne, Frédéric Ier Barberousse, les Saxons et les Tchèques lancent leur invasion de la Pologne.

Albert Ier de Brandebourg participe à cette expédition.

Les troupes impériales traversent l'Oder et posent leurs conditions à Boleslas IV le Frisé et aux ducs polonais :

Boleslas IV le Frisé et les Polonais doivent reconnaître la suzeraineté impériale.



Mariage de Guigues V d'Albon avec Béatrice de Montferrat

Frédéric Ier Barberousse donne Béatrice de Monterrat, sa parente, en mariage à Guigues V d'Albon.

Guigues V d'Albon épouse vers 1157 Béatrice de Montferrat, fille de Guillaume V de Montferrat et de Judith de Babenberg.

Leur enfant est :



Diète de Besançon

En octobre 1157, Frédéric Ier Barberousse préside une diète à Besançon et se rend dans le sud du comté (Salins, Arbois).



Alliance entre Henri II Plantagenêt et Frédéric Ier Barberousse

En 1157, victorieux des Gallois et des Ecossais, Henri II Plantagenêt accepte les propositions d'alliance de l'Empereur Frédéric Ier Barberousse.



Malentendu entre Frédéric Ier Barberousse et les légats du Pape

Expulsion des légats du Pape

En 1157, Adrien IV doit dépêcher deux cardinaux en Allemagne, pour justifier auprès de Frédéric Ier Barberousse le traité de Bénévent conclu avec les Normands.

Une "erreur" de traduction du chancelier allemand provoque la colère des princes allemands : Adrien IV considère l'Empire comme un "fief" (beneficium) de la papauté.

Les légats sont aussitôt expulsés.



Vladislav II de Bohême Seigneur de Haute Lusace

Vladislav II de Bohême Roi de Bohême

Vladislav II de Bohême se lie d'amitié avec Frédéric Ier Barberousse.

En récompense de sa fidélité, Vladislav II de Bohême obtient à Rastibonne le 11 janvier 1158 la Haute Lusace en fief.

Il est couronné Roi de Bohême le 11 janvier 1158.

Il devient ainsi le deuxième prince souverain tchèque à pouvoir s'enorgueillir de cette distinction impériale.



Réconciliation apparente d'Adrien IV avec Frédéric Ier Barberousse

Siège de Milan

En 1158, Adrien IV doit expliquer qu'il a voulu parler d'un "bienfait", et non d'un fief.

Les relations s'apaisent, du moins en apparence.

A l'été 1158, Frédéric Ier Barberousse entreprend une expédition conséquente.

Florent III de Hollande est un fidèle vassal de Frédéric Ier Barberousse et l'accompagne lors de cette expédition.

Boleslas Ier le Long accompagne Frédéric Ier Barberousse dans cette campagne italienne.

Vladislav II de Bohême, ferme soutien de Frédéric Ier Barberousse, l'accompagne personnellement.

En 1158, Boleslas IV le Frisé et les ducs polonais annulent le traité alors que Frédéric Ier Barberousse a commencé sa campagne italienne. Ils n'envoient pas de troupes à l'empereur.

Après un mois de siège, Frédéric Ier Barberousse impose des conditions sévères à Milan défaite.

Une seconde couronnement de Vladislav II de Bohême comme Roi de Bohême est célébrée devant Milan le 8 septembre 1158.

En novembre 1158, Frédéric Ier Barberousse réunit à Roncaglia une assemblée de juristes et de représentants des Cités italiennes afin de clarifier la situation des droits régaliens relevant de l'Empereur.

Le Nord et le Centre de la péninsule se sont en effet émancipés de la tutelle impériale depuis le règne de Conrad III de Hohenstaufen.

L'organisation qu'il met en place est loin de rencontrer l'approbation du pape.



Désaccord Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse

Le désaccord s'envenime. À la mi 1159, Adrien IV menace d'excommunier Frédéric Ier Barberousse.


Alexandre III Pape Alexandre III Pape Alexandre III Pape

Mort d'Adrien IV

Alexandre III Pape

Victor IV Antipape

Concile de Pavie

Adrien IV meurt le 1er septembre 1159.

Cela met fin à la crise avec Frédéric Ier Barberousse.

Il est inhumé à la basilique Saint-Pierre.

On attribue à Adrien IV la bulle Laudabiliter qui autorise Henri II d'Angleterre à envahir l'Irlande.

Cependant, l'authenticité de cette bulle est fortement contestée.

Orlando Bandinelli est élu Pape le 7 septembre 1159, sous le nom d'Alexandre III.

Une minorité de cardinaux, pro germaniques, élisent comme antipape le cardinal prêtre Octavie qui prend le nom de Victor IV.

Victor IV est reconnu lors du concile de Pavie réuni par Frédéric Ier Barberousse.

Mais la France, l'Angleterre, la Sicile, et les royaumes ibériques reconnaissent Alexandre III comme seul pape légitime.



Mort d'Arnold von Selenhofen

Raoul de Zähringen Évêque et Électeur de Mayence

Arnold von Selenhofen meurt en 1160 assassiné.

Raoul de Zähringen est élu par le chapitre de Mayence pour lui succéder comme Évêque et Électeur de Mayence.

Mais l'empereur Frédéric Ier Barberousse refuse de reconnaître cette nomination.

Les rivalités entre les Hohenstaufen et les Zähringen jouent dans ce conflit.



Excommunication de Frédéric Ier Barberousse

En 1160, Alexandre III excommunie Frédéric Ier Barberousse.

C'est la guerre.



Rencontre entre Frédéric Ier Barberousse et Louis VII le Jeune

Dans le conflit du sacerdoce et de l'Empire, Henri II Plantagenêt et Louis VII le Jeune prennent le parti du pape Alexandre III.

En 1161, Frédéric Ier Ier Barberousse revient à Vesoul et à Besançon après que ses représentants ont rencontré ceux de Louis VII le Jeune à Saint-Jean-de-Losne pour échanger sur le schisme religieux de l'époque.

Ils se mettent d'accord sur une entrevue commune des souverains pontifes; mais celle-ci n'a pas lieu.



Voyage à Turin de Raymond-Bérenger IV de Barcelone et de Raymond Bérenger III de Provence

En août 1161, Raymond-Bérenger III de Provence se rend avec Raymond-Bérenger IV de Barcelone, son oncle, à Turin pour obtenir de l'empereur Frédéric Ier Barberousse la confirmation de la possession du comté de Provence, lequel était en droit fief du Saint-Empire.

Raymond-Bérenger III de Provence y rencontre Richilde de Pologne, veuve d'Alphonse VII le Bon.



Troisième guerre des Baux

Mariage de Raymond-Bérenger III de Provence avec Richilde de Pologne

En 1162, les catalans battent définitivement leurs adversaires baussenques.

Le château des Baux est rasé et le territoire avoisinant ravagé.

La maison de Barcelone veut faire reconnaître sa victoire militaire par les chancelleries.

Hugues Ier des Baux, s'empresse de contrarier cette démarche, et fait état auprès de Frédéric Ier Barberousse des deux diplômes pourvus de la bulle d'or impériale, émanant l'un de Conrad III de Hohenstaufen, l'autre de Frédéric Ier Barberousse lui-même.

Frédéric Ier Barberousse ergote, fait valoir que le nom de la Provence ne figure pas dans les actes précités et se garde bien de donner raison au vaincu.

Raymond-Bérenger III de Provence, Comte de Provence, épouse en 1162 Richilde de Pologne, nièce de Frédéric Ier Barberousse.

Leur enfant est :

Maîtresse des champs de bataille, la dynastie catalane de Provence se couvre d'une reconnaissance impériale, à la vérité plus flatteuse qu'efficace.



Nouveau siège de Milan

En 1162, dans un contexte de schisme pontifical, devant l'insoumission persistante de Milan, celle ci est à nouveau assiégée.

Frédéric Ier Barberousse s'empare de Milan en 1162 après 7 mois de siège.

Avec le concours de cités voisines opprimées par les Milanais, il fait démolir les fortifications.

Les reliques des Rois mages sont transférées à Cologne après avoir été enlevées à l'église Saint-Eustorge de Milan.

Les Villes alliées à Milan se voient imposées des conditions strictes (Brescia, Plaisance...)

Par mesure de précaution le pape Alexandre III vient se réfugier en France.



Exil d'Alexandre III en France

Négociations de Henri II Plantagenêt et et de Louis VII le Jeune avec Frédéric Ier Barberousse

En raison du schisme, Alexandre III et la curie pontificale s'installent à Sens en 1162 sous la protection de Louis VII le Jeune.

Henri II Plantagenêt et Louis VII le Jeune ont des politiques discordantes dans les négociations avec l'Empereur Frédéric Ier Barberousse, en 1162.

Le pape Alexandre III cherche à dissiper la tension entre Henri II Plantagenêt et Louis VII le Jeune.



Autonomie de Gênes

Frédéric Ier Barberousse reconnaît l'autonomie communale de Gênes en 1162.

Frédéric Ier Barberousse confère le titre de prince du Saint Empire à l'évêque de Genève en 1162.



Intervention de Vladislav II de Bohême en Hongrie

Mariage de Svatopluk de Bohême avec Odola Arpad

Vladislav II de Bohême intervient en Hongrie en 1163 pour le compte de Frédéric Ier Barberousse.

Lors de cette expédition, Svatopluk de Bohême, fils de Vladislav II de Bohême, épouse Odola Arpad.

Cette expédition est l'occasion d'un contact direct avec l'empereur grec Manuel Ier Comnène, qui tentait un ultime effort pour rétablir l'influence byzantine vers les états slaves et les Balkans.


Étienne III Arpad

Bataille de Székesfehérvár

Étienne III Arpad à nouveau Roi de Hongrie

Fiançailles de Béla III Arpad et de Marie Comnène

Béla III Arpad Héritier de l'Empire byzantin

Étienne IV Arpad est vaincu le 19 juin 1163 dans les environs de Székesfehérvár par l'armée d'Étienne III Arpad, son neveu, soutenu par des mercenaires recrutés en Autriche avec l'appui de l'empereur Frédéric Ier Barberousse.

Étienne III Arpad devient à nouveau Roi de Hongrie le 19 juin 1163.

Étienne IV Arpad se réfugie en territoire byzantin et demande aussitôt l'aide de l'empereur Manuel Ier Comnène.

Ce dernier refuse de le soutenir et se rapproche d'Étienne III Arpad.

Béla III Arpad, l'héritier hongrois est envoyé à la cour de Manuel Ier Comnène à Constantinople pour y être éduqué.

Manuel Ier Comnène fiance Béla III Arpad en 1163 avec Marie Porphyrogénête, sa fille.

Il a l'intention d'en faire de son héritier, assurant ainsi une union durable entre la Hongrie et l'Empire.

À la cour, Béla III Arpad prend pour nom Alexis et reçoit le titre de despote, la qualité de "kaisar", qui n'a été jusque là utilisé que pour désigner l'Empereur lui-même.



Mort de Victor IV Antipape

Pascal III Antipape

Victor IV meurt en 1164.

Guido da Crema est élu antipape en 1164 par les évêques impériaux sous le nom de Pascal III.

Il est consacré par Henri II de Leez.

Il est soutenu par Frédéric Ier Barberousse et lutte pendant 10 ans contre Alexandre III.



Ligue de Vérone

La Ligue de Vérone s'oppose à Frédéric Ier Barberousse dés 1164.



Campagne de Frédéric Ier Barberousse en Italie

Nouveau Couronnement de Frédéric Ier Barberousse

Mort d'Henri II de Limbourg

Henri III de Limbourg Duc de Limbourg et Comte d'Arlon

Le pape Alexandre III doit à nouveau fuir en 1165.

Frédéric Ier Barberousse passe de nouveau à Besançon et à Dole pour aller prendre Ancône où l'empire byzantin a repris pied.

Henri II de Limbourg accompagne de nouveau Frédéric Ier Barberousse en Italie.

Frédéric Ier Barberousse prend alors Rome et se fait couronner à nouveau empereur par l'antipape Pascal III.

Mais l'armée impériale est décimée par une épidémie de peste.

Henri II de Limbourg meurt à Rome en août 1165 de la peste.

Henri III de Limbourg devient Duc de Limbourg et Comte d'Arlon en 1165.



Conflit entre Florent III de Hollande et Godefroid de Rhenen

Un conflit oppose Florent III de Hollande à Godefroid de Rhenen, Évêque d'Utrecht, au sujet d'un barrage sur le Rhin à Zwammerdam en 1165.

Frédéric Ier Barberousse arbitre ce litige.



Canonisation de Charlemagne

Pascal III canonise Charlemagne à Aix-la-Chapelle en 1165, à la demande de Frédéric Ier Barberousse.



Naissance d'Henri VI le Sévère

Henri VI Hohenstaufen, dit Henri VI le Sévère ou le Cruel naît en novembre 1165 à Nimègue en Gueldre aux Pays-Bas, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne.



Donation de terres à Eudes de Champlitte

Béatrice Ire de Bourgogne et Frédéric Ier Barberousse donnent les terres de Quingey en Bourgogne, de l'Isle et de Longey à Eudes de Champlitte en 1166.



Mort de Daniel Ier de Prague

Daniel Ier de Prague est conseiller de Vladislav II de Bohême.

Daniel Ier de Prague meurt en 1167.

Les relations entre Vladislav II de Bohême et Frédéric Ier Barberousse commencent à se tendre.



Naissance d'Othon Ier de Hohenstaufen

Othe ou Otton ou Othon Ier de Hohenstaufen ou de Bourgogne naît en 1167, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne.



Nouvel exil d'Alexandre III

Ligue lombarde

Alexandre III se réfugie à partir de 1167 dans les villes du nord de l'Italie : à Gaète, Bénévent, Anagni et Venise. Alexandre III organise la révolte avec la Ligue lombarde.

En 1167, la Ligue lombarde ruine la politique impériale de Frédéric Ier Barberousse en Italie.

Guillaume V de Montferrat et ses fils combattent avec l'empereur Frédéric Ier Barberousse dans la longue lutte contre la Ligue lombarde.



Construction d'Alexandrie en Italie

La ville d'Alexandrie en Italie est construite à la hâte en bois et en chaume, en 1168, par la ligue lombarde pour s'opposer à Frédéric Ier Barberousse.

Elle reçoit le nom d'Alexandrie en l'honneur du pape Alexandre III, qui règne alors.

Frédéric Ier Barberousse l'appellera par dérision Alexandrie de la Paille, nom qui lui est resté.



Mort de Pascal III Antipape

Calixte III Antipape

Pascal III meurt à Rome en 1168. Jean, né à Arezzo en Italie, abbé de Struma, est élu antipape en septembre 1168 sous le nom de Calixte III soutenu par Frédéric Ier Barberousse.

Frédéric Ier Barberousse repasse dans la Comté de Bourgogne lors de son retour d'Italie en 1168.



Naissance de Conrad de Hohenstaufen

Conrad de Hohenstaufen naît en 1172 ou 1173, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne.



Abdication de Vladislav II de Bohême

Frédéric Ier de Bohême Prince de Bohême

Au nom du principe de la primogéniture, Vladislav II de Bohême veut imposer son fils Frédéric Ier de Bohême à sa succession au poste, alors électif, de prince de Bohême.

Vladislav II de Bohême abdique en sa faveur en 1172 sans l'accord préalable de la diète des nobles tchèques ni l'aval de Frédéric Ier Barberousse.

Son règne est marqué par une éclosion monastique sur les terres tchèques avec l'arrivée des ordres réformés des cisterciens et des prémontrés et la fondation de nombreux monastères.

Il édifit un pont de pierre sur la Vltava à Prague, nommé Pont Juditin en l'honneur de Judith de Thuringe, sa seconde épouse.

Frédéric Ier de Bohême devient prince de Bohême.



Iaroslav d'Opole Duc d'Opole

En 1173, Frédéric Ier Barberousse joue un rôle de médiateur :

en échange :

Il est probable que Boleslas Ier le Long paie un tribut à l'empereur.



Déposition de Frédéric Ier de Bohême

Oldrich de Bohême Duc de Bohême

Sobeslav II de Bohême Duc de Bohême

Frédéric Ier de Bohême entre en conflit avec Oldrich de Bohême et Venceslas, les fils de Sobeslav Ier de Bohême, son grand-oncle.

Ils obtiennent le soutien de Frédéric Ier Barberousse qui dépose Frédéric Ier de Bohême en septembre 1173.

Frédéric Ier Barberousse nomme Oldrich de Bohême Duc de Bohême.

Oldrich de Bohême se retire immédiatement au profit de son frère ainé Sobeslav II de Bohême.


Château de Suze-la-Rousse

Mariage de Bertrand Ier des Baux avec Thiburge II de Montpellier

Bertrand Ier des Baux Prince d'Orange

Construction du château de Suze-la-Rousse

Bertrand Ier des Baux épouse en 1173 Thiburge II de Montpellier, Comtesse d'Orange, fille de Guillaume d'Omelaz et de Thiburge d'Orange. Leurs enfants sont :

Bertrand Ier des Baux et Thiburge II de Montpellier sont tous deux poètes et troubadours.

Bertrand Ier des Baux est créé Prince d'Orange en 1173 par Frédéric Ier Barberousse.

Bertrand Ier des Baux fait bâtir un château fort sur une colline qui domine le village de Château de Suze-la-Rousse.

Il est à demi incrusté dans la roche ocre, doté de remparts défensifs gigantesques, de douves profondes et d'un pont-levis, de créneaux et d'un puits de 34 mètres, d'une chapelle Saint-Turquois.



Frédéric Ier Barberousse à Dole

Frédéric Ier Barberousse est encore présent en 1173, 1176 et 1178 à Besançon et dans le comté.

Mais c'est Dole qui a sa prédilection, Frédéric Ier Barberousse y construit un château, et il confirme cette ville comme capitale du comté.



Campagne en Italie de Frédéric Ier Barberousse

Incendie de Suse

Frédéric Ier Barberousse ne revient en Italie qu'en 1174 avec une armée bien moins forte.

Humbert III de Savoie prend le parti du pape Alexandre III contre l'empereur Frédéric Ier Barberousse, qui envahit ses États, incendiant Suse en 1174.

Les archives du duché sont détruites à cette occasion.



Négociations de Montebello

Les négociations de Montebello en 1175 entre Frédéric Ier Barberousse et les villes de la Ligue Lombarde sont un échec.

En 1175, Henri III Welf le Lion refuse d'aider Frédéric Ier Barberousse, son cousin contre la ligue Lombardie car il n'accepte pas la condition pour obtenir la riche ville de Goslar.

L'empereur ne peut tolérer cette insubordination.



Prise de Turin

Humbert III de Savoie se venge de Frédéric Ier Barberousse par la prise de Turin en 1175.



Naissance de Philippe Ier de Souabe

Philippe Ier de Souabe Hohenstaufen, dit Sans-Terre, naît en 1176 ou en août 1177, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne.



Bataille de Legnano

Les Milanais et les villes de la Ligue Lombarde infligent à Frédéric Ier Barberousse une sévère défaite à la Legnano le 29 mai 1176.

Les fantassins lombards l'emportent sur les cavaliers de Frédéric Ier Barberousse.

Florent III de Hollande accompagne Frédéric Ier Barberousse de 1176 à 1178.


Frédéric Ier Barberousse reconnaissant le pouvoir d'Alexandre III

Traité de Venise

Alliance de Guillaume V de Montferrat avec Manuel Ier Comnène

Frédéric Ier Barberousse soutient les exactions de ses vassaux les Comtes de Chalon sur Saône et de Mâcon contre les églises et notamment celle de Cluny, qui soutiennent le pape.

Revers politique plus grave que la défaite militaire de Legnano, Frédéric Ier Barberousse cède aux exigences papales d'Alexandre III mais parvient à le désolidariser de la cause des cités lombardes.

Frédéric Ier Barberousse cède et reconnaît Alexandre III comme pape au traité de Venise en 1177 et la fin du schisme.

Frédéric Ier Barberousse se jette au pied du pape Alexandre III.

Frédéric Ier Barberousse prête serment au pape qui le bénit.

Sebastian Ziani signe en 1177 la trêve dite de Venise entre Frédéric Ier Barberousse et la Ligue lombarde.

Manfred II de Saluces est mentionné pour la première fois dans cette trêve.

Après le traité de Venise, Guillaume V de Montferrat doit régler seul le problème des villes rebelles.

Manuel Ier Comnène demande en même temps le règlement du solde pour ses troupes engagées en Italie.

Guillaume V de Montferrat rompt avec Frédéric Ier Barberousse et s'allie avec Manuel Ier Comnène.



Bataille de Lodenice

Bataille de Prague

Frédéric Ier de Bohême Prince de Bohême

Profitant d'un conflit entre Sobeslav II de Bohême et Frédéric Ier Barberousse, Frédéric Ier de Bohême s'assure du soutien de Frédéric Ier Barberousse.

Frédéric Ier de Bohême lève une armée et défait Sobeslav II de Bohême, son cousin, lors des batailles de Lodenice puis de Prague.

Frédéric Ier de Bohême devient prince de Bohême en 1178.

Appliquant la devise Diviser pour mieux régner, Frédéric Ier Barberousse nomme Prince impérial Bretislav Jindrich, évêque de Prague et cousin de Frédéric Ier de Bohême.

Il fait de lui un vassal direct de l'empire au même titre que Frédéric Ier de Bohême.

Pour un temps, les terres de la couronne de Bohême restent divisées entre :



Privilège d'immédiateté accordé aux Mévouillons

Frédéric Ier Barberousse accorde aux Mévouillons en 1178 le privilège d'immédiateté.

L'immédiateté impériale est un privilège féodal et un statut politique accordé dans le Saint-Empire romain germanique à certaines villes, abbayes ou principautés. Le terme immédiat signifie sans intermédiaire.

Ces villes, abbayes ou territoires relevent directement de l'empereur (ou du roi des Romains) et de ce fait ne sont pas assujettis à un seigneur local.

Les Mévouillons ne dépendent donc ni du comte de Provence ni du dauphin mais directement de l'Empereur.



Frédéric Ier Barberousse Roi de Bourgogne

Frédéric Ier Barberousse pénètre en Bourgogne, et le 30 juillet 1178, se fait couronner Roi de Bourgogne, par l'archevêque d'Arles.



Bertrand Ier des Baux Prince d'Orange

En 1178, Bertrand Ier des Baux reçoit de Frédéric Ier Barberousse le droit de se qualifier prince d'Orange, d'en prendre les armes, d'user de ses prérogatives et de porter la couronne et tous les insignes de la souveraineté, dont le droit de porter une couronne fermée.

Bertrand Ier des Baux est un vassal direct de Frédéric Ier Barberousse et dispose de droits régaliens.

Bertrand Ier des Baux ne demeure pas moins le vassal des comtes de Toulouse, en leur qualité de marquis de Provence.

Frédéric Ier Barberousse approuve le testament d'Hugues Ier des Baux en faveur de Bertrand Ier des Baux.



Bulle de Frédéric Ier Barberousse

Le 30 juillet 1178, Frédéric Ier Barberousse accorde des privilèges à l'évêque de Die. Il y est mentionné que l'évêque n'exerce son pouvoir que sur la moitié de Crest.



Séjour de Frédéric Ier Barberousse à Colmar

Frédéric Ier Barberousse séjourne à Colmar en 1179.


Othon Ier de Bavière Othon Ier de Bavière devant le Hofgarten de Munich

Henri III Welf le Lion au ban de l'empire

Otton V de Wittelsbach Duc de Saxe et de Bavière

Frédéric Ier Barberousse cite Henri III Welf le Lion devant plusieurs diètes. Il le fait mettre au ban de l'empire et dépouiller de ses deux grands duchés : la Saxe et la Bavière en 1180. Il est réduit à la possession de Brunswick et de Lunebourg.

Frédéric Ier Barberousse donne la Saxe et la Bavière à Otton V de Wittelsbach qui devient Duc de Bavière en 1180 sous le nom d'Othon Ier de Bavière.

Le duché devient un État territorial sur lequel la Maison de Wittelsbach va régner jusqu'en 1918.



Adolphe III de Holstein à nouveau Comte de Holstein

Adolphe III de Holstein s'attache alors à Frédéric Ier Barberousse, avec l'aide duquel il retrouve sa seigneurie de Holstein en 1181 après la chute d'Henri III Welf le Lion.



Déposition de Alexis II Comnène

Alexis II Comnène Prisonnier

Mort de Marie d'Antioche

Mort de Rénier de Montferrat

Mort de Marie Porphyrogénête

Le 27 août 1182, Andronic Ier Comnène, cousin sexagénaire d'Alexis II Comnène, organise un coup d'État et entre dans Constantinople. Il fait arrêter Alexis II Comnène et Marie d'Antioche, sa mère, qu'il fait étrangler.

La politique pro-occidentale de Manuel Ier Comnène cause beaucoup de ressentiment au sein de l'Empire et conduit au massacre des Latins lors du retour d'Andronic Ier Comnène.

Rénier de Montferrat et Marie Porphyrogénête meurent en 1182.

La famille de Montferrat se rapproche de nouveau de Frédéric Ier Barberousse.



Voyage de Godefroy III de Louvain en terre sainte

Henri Ier de Brabant Duc de Brabant

Henri Ier de Brabant, son fils, étant capable de gouverner leurs domaines, Godefroy III de Louvain part pour libérer la ville de Jérusalem de 1183 à 1184.

Frédéric Ier Barberousse érige le landgraviat du Brabant en duché de Brabant en sa faveur. Henri Ier porte alors le titre de Duc de Brabant.



Conrad Ier de Montferrat Délégué impérial

Conrad Ier de Montferrat représenter Frédéric Ier Barberousse à Tortona en 1183.



Élection de Folcmare Évêque de Trêves

En 1183, Henri III de Limbourg appuie l'élection de Folcmare comme évêque de Trêves, mais cette élection n'est pas accepté par l'empereur Frédéric Ier Barberousse, ce qui entraînequelques troubles dans la ville.



Paix de Constance

Frédéric Ier Barberousse signe de la paix de Constance en 1183 par laquelle il reconnaît l'indépendance de fait des cités lombardes.



Projet de campagne militaire de l'Empire contre la Pologne

Mieszko III le Vieux continue à vouloir conspirer et à mener une politique diplomatique contre Casimir II le Juste.

Il s'allie avec Boleslas Ier le Long et avec la cour allemande.

En 1184, Frédéric Ier Barberousse donne l'ordre à Henri VI le Sévère, son fils, de mettre sur pied une campagne militaire contre la Pologne afin de soutenir Mieszko III le Vieux.

Casimir II Le Juste retient l'empire en réaffirmant sa vassalité et en faisant sans doute d'autres concessions.



Traité de Frédéric Ier Barberousse conclu avec Alexandrie

Lors du traité conclu avec la ville d'Alexandrie en Italie le 13 mai 1184, Manfred II de Saluces apparaît comme Marquis del Vasto.



Séjour de Frédéric Ier Barberousse à Colmar

Frédéric Ier Barberousse séjourne à Colmar en 1186.


Bataille d'Hattin Mort de Renaud de Châtillon - Guillaume de Tyr - Historia - BNF, Mss.Fr.68, folio 399

Bataille d'Hattin

Mort de Renaud de Châtillon

Guillaume V de Montferrat Prisonnier

Prise de Saint Jean-d'Acre par Saladin

Prise de Jérusalem

En 1187, Renaud de Châtillon attaque encore une caravane allant d'Égypte à Damas.

La trêve est rompue et Saladin engage la guerre contre le royaume de Jérusalem.

La bataille entre les deux armées a lieu le 4 juillet 1187 à Hattin.

Les troupes de Saladin écrasent les croisés et les déciment.

Renaud de Châtillon est fait prisonnier et meurt immédiatement décapité d'un coup de sabre par Saladin.

La plupart des barons, dont Guillaume V de Montferrat, Onfroy IV de Toron, Guy de Lusignan, Geoffroy Ier de Lusignan et Amaury Ier de Lusignan sont capturés par les soldats de Saladin.

Raymond III de Tripoli en réchappe en perçant les lignes ennemies, mais, isolé avec son avant-garde, il fuit vers Tyr, puis il se réfugie à Tripoli.

Saint Jean-d'Acre se rend à Saladin sans combat le 10 juillet 1187.

À la même époque, Conrad Ier de Montferrat, son second fils, arrive à Tyr, met la ville en état de défense et met Saladin en échec.

Saladin tente de faire fléchir Conrad Ier de Montferrat, en lui montrant Guillaume V de Montferrat, son père, prisonnier et en lui promettant la vie sauve et la liberté en échange de la ville, mais le père et le fils refusent l'échange.

N'ayant plus de résistance devant lui, Saladin s'empare de la Galilée dans les jours qui suivent.

Il prend les différents ports de Terre Sainte durant l'été 1187.

Saladin s'empare de la quasi-totalité des places fortes du royaume. Il assiège puis prend Jérusalem, le 2 octobre 1187.

Ses victoires sont à l'origine de la troisième croisade, menée par Philippe-Auguste, Richard Cœur de Lion et Frédéric Ier Barberousse.

Bohémond III de Poitiers résiste victorieusement aux assauts de Saladin à Antioche grâce à l'aide d'une flotte sicilienne.

Le nom de royaume de Jérusalem restera l'appellation officielle du royaume croisé de Terre Sainte, que le titulaire règne ou pas sur la ville sainte.


Grégoire VIII Pape

Mort d'Urbain III Pape

Grégoire VIII Pape

Urbain III meurt (de douleur selon la légende quand les Sarrasins occupent Jérusalem), le 20 octobre 1187.

Urbain III lutte contre Frédéric Ier Barberousse.

Alberto di Mora, né à Bénévent, Cardinal de Saint-Laurent en Lucina, est élu Pape le 21 octobre 1187 sous le nom de Grégoire VIII et consacré 4 jours plus tard.


Clément III Pape

Mort de Grégoire VIII Pape

Clément III Pape

Grégoire VIII meurt le 17 décembre 1187.

Grégoire VIII, très estimé par Frédéric Ier Barberousse, aurait certainement réglé les différents entre l'Église et l'Empire si son pontificat avait été plus long. Il aide les Chrétiens à lutter contre les infidèles en Terre Sainte.

Paolo Scolari, Cardinal-Évêque de Palestrine, est élu Pape à Pise le 19 décembre 1187 sous le nom de Clément III.

Clément III parvient peu après son élection à calmer les tensions entre l'Église et la population de Rome en permettant aux citoyens romains d'élire eux-mêmes leurs magistrats tandis que le pape garde le pouvoir de choisir le gouverneur de la ville.



Rejet de la demande d'Adolphe III de Holstein concernant la ville de Lübeck

En 1188 Frédéric Ier Barberousse rejette la demande d'Adolphe III de Holstein concernant la ville de Lübeck.



Fiançailles d'Ermesinde Ire de Luxembourg avec Henri II de Champagne

Arbitrage pour l'héritage d'Henri Ier de Namur

En 1188, Henri Ier de Namur, âgé de 76 ans, cherche un protecteur pour Ermesinde Ire de Luxembourg, sa fille, âgée de 2 ans. Il la fiance à Henri II de Champagne.

Ermesinde Ire de Luxembourg vit alors son enfance en France à la cour de Champagne.

Baudouin V de Hainaut ne renonce pas à l'héritage du Luxembourg promis par Henri Ier de Namur. À l'issue d'une guerre et d'un arbitrage de l'empereur Frédéric Ier Barberousse, il est décidé qu'à la mort d'Henri Ier de Namur :



Diète d'Empire à Mayence

Le 27 mars 1188, la Diète d'Empire se tient à Mayence. Henri de Marcy prêche pour la troisième croisade. Frédéric Ier Barberousse prend la croix.

Le 11 mai 1188, Raoul de Zähringen part en croisade avec son armée.



Mariage de Conrad de Hohenstaufen avec Bérengère de Castille

Conrad de Hohenstaufen, Duc de Rothenbourg (Souabe), épouse en juin 1188 Bérengère de Castille.

Conrad de Hohenstaufen (1173-1196), Duc de Rothenbourg (Souabe), est le fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire, comtesse palatine de Bourgogne.


Frédéric Ier Barberousse habillé en croisé. Miniature de 1188

Départ de Frédéric Ier Barberousse pour la troisième croisade

Henri VI le Sévère Régent

Âgé de plus de 65 ans, Frédéric Ier Barberousse quitte Ratisbonne le 11 mai 1189 pour la troisième croisade. Henri VI le Sévère exerce alors le pouvoir sur le Saint-Empire romain germanique.

Gérard II de Looz prend part à la troisième croisade.

Florent III de Hollande est un des chefs de cette croisade.

Adolphe III de Holstein accompagne Frédéric Ier Barberousse à cette croisade.


Othon Ier de Hohenstaufen - cathédrale St Jean de Besançon

Mort de Frédéric Ier Barberousse Empereur Germanique

Henri VI le Sévère Roi des Romains

Othon Ier de Hohenstaufen Comte palatin de Bourgogne

Frédéric Ier Barberousse se noie dans les eaux de la rivière Saleph ou Selef le 10 juin 1190 en Cilicie dans le sud est de l'Anatolie en Turquie, pendant le voyage aller de la croisade.

Frédéric est le sujet d'une légende de héros endormi, qui dit qu'il n'est pas mort, mais endormi avec ses chevaliers dans une cave dans les montagnes de Kyffhäuser en Thuringe et que lorsque les corbeaux cesseront de voler autour de la montagne il se réveillera et rétablira l'Allemagne dans son ancienne grandeur. En accord avec l'histoire sa barbe rousse a poussé à travers la table auprès de laquelle il est assis. Ses yeux sont à demi clos dans son sommeil, mais de temps en temps il lève la main et envoie un garçon voir si les corbeaux ont cessé de voler.

Henri VI le Sévère, fils de Frédéric Ier Barberousse, lui succéde comme roi des Romains et empereur d'Allemagne.

Frédéric Ier Barberousse laisse le comté à son troisième fils Othon Ier de Hohenstaufen qui est le premier à porter le titre de comte "Palatin" de Bourgogne.

Comte "Palatin" est le titre que donne les empereurs germaniques à ceux qui sont de l'administration des domaines de la Couronne.



Mariage de Othon Ier de Hohenstaufen avec Marguerite de Champagne

Othon Ier de Hohenstaufen, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice Ire de Bourgogne, épouse en 1190 Marguerite de Champagne, fille de Thibaut V de Blois et d'Alix de France. Leurs enfants sont :



Mort de Frédéric II de Hohenstaufen

Conrad IV de Hohenstaufen Empereur germanique

Conrad IV de Hohenstaufen Roi de Sicile

Frédéric II de Hohenstaufen meurt le 13 décembre 1250 au château de Fiorentino près de San Severo et de Lucera dans les Pouilles avant d'avoir vu la conclusion de la guerre civile qui déchire l'Allemagne et la Sicile.

Il est le dernier empereur de la famille des Hohenstaufen.

Après sa mort, Frédéric II Hohenstaufen devient légendaire et est surnommé Stupor Mundi, "l'émerveillement du monde", au point qu'on attendait même son retour (son personnage était alors confondu avec celui de son grand-père Frédéric Ier Barberousse).

Frédéric II de Hohenstaufen gère son État d'une manière radicalement nouvelle.

Il met en place un système centralisé d'administration en Sicile et tente de le généraliser (avec moins de succès) dans les États allemands, où il doit octroyer de plus en plus d'indépendance aux princes allemands, au fur et à mesure que son conflit en Lombardie se détériore.

Il montre parfois une extrême cruauté envers ses ennemis.

Cultivé, Frédéric II de Hohenstaufen lit et parle 9 langues: le latin, le grec, le sicilien, l'arabe, le normand, l'allemand, l'hébreu, le yiddish et le slave.

Il est un mécène des sciences, portant un grand intérêt aux sciences et aux arts, accueillant à sa cour des savants du monde entier.

Il écrit un manuel de fauconnerie "De arte venandi cum avibus" (De l'art de chasser au moyen des oiseaux) dont la préface contient un éloge de l'expérience contre les théories de l'École.

L'ouvrage déborde largement la simple fauconnerie et contient aussi une partie sur l'anatomie des oiseaux.

Ainsi les différentes positions des ailes durant le vol sont remarquablement décrites.

Les illustrations situées dans les marges sont d'une grande qualité pour l'époque.

Ce livre, du fait des opinions de Frédéric II de Hohenstaufen, est mis à l'index par l'Église et ne reparaît qu'à la fin du XVIe siècle.

Les ornithologues n'en découvrent son intérêt qu'au XVIIIe siècle.

Très critiqué par l'Église qui le surnomme : l'Antéchrist, cela ne l'empêche pas d'être le défenseur de l'orthodoxie chrétienne et d'autres religions comme le judaïsme et l'Islam.

Frédéric II de Hohenstaufen indigne son époque en adoptant les moeurs de l'Islam en s'habillant parfois en tenue orientale.

Pour imiter les princes musulmans, il a même un harem et une ménagerie à sa cour de Sicile où il se plait à résider habituellement.

Il écrit qu'il envie les califes qui sont à la fois dirigeants spirituels et terrestres.

Par contre il se montre sévère contre les sectes accusées d'hérésies surtout en Allemagne où il laisse l'Inquisition brûler de nombreux Juifs, Vaudois, Cathares ou autres dissidents contestataires...

Conrad IV de Hohenstaufen, Duc de Souabe, est élu Empereur germanique en 1250.

Le pape Innocent IV combat son élection, lui oppose Guillaume Ier du Saint-Empire, et fait prêcher une croisade contre lui.

Durant les deux premières années, Conrad IV de Hohenstaufen oriente sa politique vers l'Allemagne.

Son absence du Royaume de Sicile profite momentanément à Manfred Ier de Hohenstaufen, qui tente alors de rallier les barons siciliens à sa cause afin d'usurper le titre de roi de Sicile.

Pour éviter que leurs fiefs ne subissent les troubles liés à l'anarchie qui suit la mort de Frédéric II de Hohenstaufen, Henri de Gueldre, l'évêque de Liège, Henri III de Brabant et Otton II de Gueldre concluent une confédération chargée d'assurer leur défense commune.

La mort de Frédéric II de Hohenstaufen donne un bref sursis à Boniface II de Montferrat et calme ses velléités politiques.



Charles Ier de Luxembourg Roi d'Arles

Amédée VI de Savoie Vicaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles

Charles IV est très francophile, suivant en cela l'exemple de son père, Jean Ier de Luxembourg.

Pour affirmer les droits de l'Empire sur le royaume d'Arles, comme son prédécesseur Frédéric Ier Barberousse, Charles Ier de Luxembourg, vient après son passage à Avignon, se faire couronner le 4 juin 1365 Roi d'Arles à l'Église Saint-Trophime.

Charles Ier de Luxembourg garantit à Jeanne Ire d'Anjou ses droits sur la Provence.

Amédée VI de Savoie réussit à obtenir le titre de "vicaire perpétuel et héréditaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles" des mains de Charles Ier de Luxembourg de passage à Chambéry, lui permettant d'exiger l'hommage des évêques de Tarentaise, Maurienne, Belley, Sion et Genève, même si ce dernier se dérobe vite.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !