Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



48 événements affichés, le premier en 1089 - le dernier en 1148


Bertrade de Montfort

Mariage de Foulques IV le Réchin avec Bertrade de Montfort

Foulques IV le Réchin épouse en mai 1089 Bertrade de Montfort dont il est éperdument amoureux. Leurs enfants sont :



Naissance de Foulques V d'Anjou

Foulques V d'Anjou, dit le Jeune ou le Bel naît à Angers ou à Ptolémaïs en Macédoine en 1092, fils de Foulques IV le Réchin et de Bertrade de Montfort.



Mariage de Baudouin de Bourcq avec Morfia de Malatya

Pur se faire mieux accepter de la population arménienne, majoritaire à Édesse, Baudouin de Bourcq épouse en 1101 Morfia de Malatya ou de Mélitène, fille de Gabriel, Prince de Malatya et d'Arménie. Leurs enfants sont :



Foulques IV le Réchin et Geoffroy IV Martel le Jeune Co comtes d'Anjou et de Tours et du Maine

En 1103, Geoffroy IV Martel le Jeune se révolte contre Foulques IV le Réchin, son père, dont il désapprouve la politique et l'oblige à partager le gouvernement du comté.

Foulques V d'Anjou soutient son père contre son frère aîné Geoffroy IV Martel le Jeune.



Mort de Geoffroy IV Martel le Jeune

Foulques V d'Anjou associé au gouvernement du comté d'Anjou

Geoffroy IV Martel le Jeune, fils aîné de Foulques IV le Réchin, meurt assassiné au siège de Candé en 1106, peut-être à l'instigation de son père.

Foulques V d'Anjou quitte sa mère Bertrade de Montfort et la cour de Philippe Ier de France et rejoint l'Anjou pour être associé au gouvernement du Comté auprès de son père Foulques IV le Réchin.


Blason des Comtes d'Anjou

Mort de Foulques IV le Réchin

Foulques V d'Anjou Comte d'Anjou

Foulques IV le Réchin meurt à Angers le 14 avril 1109.

Foulques V d'Anjou devient Comte d'Anjou le 14 avril 1109.

Il a fait preuve de grandes qualités militaires et politiques, sa correction et sa loyauté envers ses vassaux, ses succès en France et en Terre Sainte en font un des grands personnages du Moyen Age.

Foulques le Jeune passa une bonne part de son activité en Anjou à rétablir l'ordre contre ses vassaux révoltés, en particulier ceux d'Amboise, à détruire les châteaux les plus dangereux, accomplissant au niveau de son territoire une tache semblable à celle du Roi Louis VI le Gros en Ile de France.

Foulques V d'Anjou arrive à jouer un jeu d'équilibre entre Henri Ier Beauclerc, Duc de Normandie et Roi d'Angleterre, et Louis VI le Gros, Roi de France.

Foulques V d'Anjou prend l'Île Bouchard en 1109.



Mariage de Foulques V d'Anjou avec Eremburge du Maine

Foulques V d'Anjou épouse en 1109 ou 1110 Eremburge du Maine, fille d'Élie Ier de Beaugency et de Mathilde de Château-du-Loir. Leurs enfants sont :

Ce mariage réunit définitivement le Maine à l'Anjou.



Foulques V d'Anjou Comte du Maine

Foulques V d'Anjou devient Comte du Maine à la mort de son beau-père en 1110.



Alliance de Robert II de Flandre avec Louis VI le Gros

Attaque de la Normandie

Henri Ier Beauclerc refuse de payer les traites de la rente annuelle accordée au Comte de Flandre en échange d'une aide qui lui a apportée. Robert II de Flandre s'allie à Louis VI le Gros et attaque la Normandie. Robert II de Bellême est du coté du Roi de France avec Foulques V d'Anjou.

En diversion, Thibault IV de Champagne dresse les barons français contre leur roi.



Guillaume Cliton réfugié à la cour de Baudouin VII de Flandre

Rébellion normande contre Henri Ier Beauclerc

Robert II de Bellême Prisonnier

En 1112 Henri Ier Beauclerc veut faire revenir Guillaume Cliton, mais avec la complicité d'Hélias de Saint-Saens, le jeune homme se réfugie à la cour de Baudouin VII de Flandre.

Bientôt une coalition se crée entre les barons normands mécontents et les ennemis d'Henri Ier Beauclerc, réclamant le duché de Normandie pour Guillaume Cliton. Cette revendication sert de prétexte à la rébellion normande qui durera de 1112 à 1120. Elle est soutenue par :

En 1112, Henri Ier Beauclerc emprisonne Robert II de Bellême. On n'entendra plus jamais parler de lui.



Conservation du Maine par Foulques V d'Anjou

Prise de Brissac

En 1112, avec l'aide de Louis VI le Gros et contre Henri Ier Beauclerc, Foulques V d'Anjou parvient à conserver le Maine. Foulques V d'Anjou prend Brissac en 1112.



Fiançailles de Guillaume Aetheling avec Mathilde d'Anjou

En 1113, Foulques V d'Anjou renverse ses alliances et fiance Mathilde, sa fille, à Guillaume Aetheling, fils d'Henri Ier Beauclerc.


Geoffroy V Plantagenêt

Naissance de Geoffroy V Plantagenêt

Geoffroy V, dit le Bel ou Plantagenêt, naît le 24 août 1113, fils de Foulques V d'Anjou et d'Eremburge du Maine.

Geoffroy est dit le Bel ou le Juste mais surtout Plantagenêt, surnommé ainsi pour le brin de genêt qu'il portait dans son chapeau.



Assistance de Foulques V d'Anjou à Henri Ier Beauclerc

En 1114, Foulques V d'Anjou assiste Henri Ier Beauclerc pour réduire dans le Perche un vassal de ce dernier qui s'est révolté.



Naissance de Sybille d'Anjou

Sybille d'Anjou naît en 1114, fille de Foulques V d'Anjou et d'Eremburge du Maine.



Naissance d'Hélie II d'Anjou

Élie ou Hélie II d'Anjou naît vers 1115, fils de Foulques V d'Anjou et d'Eremburge du Maine.



Foulques V d'Anjou allié du Roi de France Louis VI le Gros

En 1116, Foulques V d'Anjou est de nouveau l'allié du Roi de France Louis VI le Gros dans la lutte que celui-ci mène contre le Comte Thibault IV de Blois.

Louis VI le Gros élimine Enguerrand de Coucy, un seigneur pillard d'Île-de-France en 1117.



Siège de Montbazon

Foulques V d'Anjou assiège Montbazon en 1117.



Rébellion en Normandie soutenue par Louis VI le Gros

En 1117 et 1118, Foulques V d'Anjou assiste Louis VI le Gros dans sa lutte contre le Duc de Normandie.



Prise du château de Motte-Beuvron

Foulques V d'Anjou enlève au Duc de Normandie le château de Motte-Beuvron dans le Perche le 1er août 1118.



Prise de Montbazon

Foulques V d'Anjou prend Montbazon en 1118.



Prise d'Alençon

En décembre 1118, Foulques V d'Anjou s'empare du château et de la ville d'Alençon.



Pèlerinage de Foulques V d'Anjou à Jérusalem

Foulques V d'Anjou part en pèlerinage à Jérusalem en mai 1119. Il y acquiert une grande réputation.

Barisan ou Balian Ier d'Ibelin le Vieux ou l'ancien, se rend en Terre Sainte probablement lors du premier pèlerinage de Foulques V d'Anjou.

Sa famille est inconnue. On a parlé des vicomtes de Chartres, mais rien n'est prouvé. On a aussi émit l'hypothèse que Barisianus signifie habitant de Bari, en Italie.


Blason des Comtes de Flandre

Bataille de Bures-en-Brai

Mort de Baudouin VII de Flandre

Accord entre Louis VI le Gros et Henri Ier Beauclerc

Charles de Danemark Comte de Flandre

Baudouin VII de Flandre meurt en 1119 à Roeselare des suites d'une blessure, à la bataille de Bures-en-Brai ou Bures-en-Bray qui oppose Henri Ier Beauclerc à Louis VI le Gros.

Louis VI le Gros et Foulques V d'Anjou parviennent à un accord avec Henri Ier Beauclerc, lui reconnaissant ses droits sur la Normandie.

Baudouin choisi pour lui succéder son cousin Charles de Danemark, fils de Canut IV de Danemark et d'Adèle de Flandre.

Charles de Danemark est reconnu par les États convoqués à Rouliers comme successeur de Baudouin VII agonisant.

Il devient effectivement Comte de Flandre sous le nom de Charles Ier de Flandre le 19 juin 1119.

Sa prise de couronne est néanmoins vivement contestée. La comtesse douairière Clémence de Bourgogne-Comté s'avère son opposante la plus acharnée : elle favorise son propre candidat, Guillaume d'Ypres. Guillaume d'Ypres a épousé une nièce de la seconde femme de Godefroy Ier de Louvain qui le soutient.

Charles de Danemark vainc un à un tous ses rivaux :

Clémentine doit renoncer à une partie de son douaire.

Après ces débuts guerriers, Charles de Danemark gagne rapidement une réputation de grande vertu et de générosité envers les pauvres, ce qui lui vaut son surnom de “bon”. Il est bon sans être faible, et est naturellement fort pieux.

On raconte que l'abbé de St-Bertin, ayant une plainte à formuler à propos d'une terre dont l'abbaye avait hérité par donation, de présente au comte le jour de l'Épiphanie, ce dernier lui fait reproche de n'être pas présent en son abbaye pour y célébrer et y chanter la messe, alors qu'un messager aurait suffi pour transmettre la plainte. Charles rend toutefois justice en sa faveur.

Sa réputation était telle que le siège impérial et le trône de Jérusalem lui sont à tour proposés. Mais il décline es deux offres, arguant qu'il préfère se consacrer au bonheur de ses sujets flamands.



Mariage de Guillaume d'Anjou avec Mathilde d'Angleterre

En 1119, Foulques V d'Anjou se rapproche d'Henri Ier Beauclerc. Il concrétise le mariage de sa fille Mathilde avec l'héritier d'Henri, Guillaume, celui-ci a lieu à Lisieux en juin 1119.



Dédicace de la cathédrale du Mans

La cathédrale du Mans est considérée comme pleinement achevée en 1120.

Hildebert de Lavardin dédicace la cathédrale du Mans en présence de Foulques V d'Anjou le 25 avril 1120.

Grande pour l'époque, elle est comparable à la taille d'une grande église d'aujourd'hui.



Guerre de Louis VI le Gros contre les Anglais en Normandie

Quand il revient de pèlerinage Foulques V d'Anjou aide le Roi Louis VI le Gros à vaincre la coalition d'Henri Ier Beauclerc et d'Henri V de Franconie.

En 1120, sous la bannière de son suzerain Foulques V d'Anjou, Geoffroy III de Vendôme prend part à la guerre de Louis VI le Gros contre les Anglais en Normandie.

Ayant réussi à épargner la profanation aux reliques de sainte Opportune et de saint Chrodegand lors du pillage de l'abbaye d'Almenesches près d'Alençon, Geoffroy III de Vendôme obtint le droit de les rapporter à la collégiale Saint Georges.



Mariage de Guillaume Cliton avec Sybille d'Anjou

Guillaume Cliton Comte de Maine

Nouvelle rébellion en Normandie

Guillaume Cliton épouse en 1122 ou 1123 Sybille d'Anjou, fille de Foulques V d'Anjou, Comte d'Anjou et Tours, et d'Eremburge du Maine, Comtesse du Maine.

Guillaume Cliton reçoit le comté du Maine.

Louis VI le Gros et Foulques V d'Anjou sont de nouveau prêts à attaquer la Normandie, même si Charles de Danemark, Comte de Flandre, ne les soutient pas.

De 1122 à 1124, Louis VI le Gros mène en vain 3 campagnes contre Henri Ier Beauclerc pour soutenir les prétentions de Robert II Courteheuse et de Guillaume Cliton.

Henri Ier Beauclerc déjoue leurs manœuvres, en demandant à son beau-fils, l'empereur Henri V de Franconie, de harceler Louis VI le Gros sur le flanc est du royaume franc.



Prise de Montreuil-Bellay par Foulques V d'Anjou

Foulques V d'Anjou prend Montreuil-Bellay en 1124.



Annulation du mariage de Guillaume Cliton avec Sybille d'Anjou

Henri Ier Beauclerc se rapproche alors de Foulques V d'Anjou et parvient, en 1124, à faire annuler le mariage de Guillaume Cliton et de Sybille d'Anjou.



Mort d'Eremburge du Maine

Eremburge du Maine, femme de Foulques V d'Anjou, meurt en 1126.



Guillaume Ier de Bures en France

Baudouin de Bourcq n'ayant pas de fils, a besoin d'un héritier pour lui succéder sur le trône de Jérusalem.

En 1127, Baudouin de Bourcq envoie Guillaume Ier de Bures, son connétable, et Gautier de Brisebarre, Seigneur de Beyrouth, demander conseil auprès de Louis VI Le Gros, pour trouver un époux à Mélisende de Jérusalem.

En 1128, Louis VI Le Gros désigne Foulques V d'Anjou.


Foulques V d'Anjou et Mélisende de Jérusalem Blason des Comtes d'Anjou

Geoffroy V Plantagenêt Comte d'Anjou et du Maine

Mariage de Foulques V d'Anjou avec Mélisende de Jérusalem

Lutte de Geoffroy V Plantagenêt contre une révolte de ses barons en Anjou

Foulques V d'Anjou règle ses affaires et cède toutes ses possessions en France dont le Comté d'Anjou, à son fils Geoffroy V Plantagenêt.

Foulques V d'Anjou quitte la France au début 1129.

Il aborde à Saint-Jean-d'Acre au milieu du printemps 1129.

Foulques V d'Anjou est veuf d'Eremburge du Maine.

Foulques V d'Anjou épouse le 2 juin 1129 Mélisende de Jérusalem, fille de Baudouin de Bourcq et de Morfia de Malatya. Leurs enfants sont :

Dès le départ de Foulques V d'Anjou, Geoffroy V Plantagenêt est confronté à une coalition de ses vassaux conduite par Lisiard, Seigneur de Sablé.

Il vient à bout des révoltés un à un.

Il s'empare et brûle Meslay en Mayenne et oblige Guy IV de Laval à demander la paix.

Amaury VI de Thouars engage la lutte contre Geoffroy V Plantagenêt qui s'empare de Thouars en et fait raser le Donjon du château.

Les Seigneurs de Blaison et Parthenay se rendent et Mirebeau se soumet après un siège de 40 jours.

Geoffroy V Plantagenêt s'empare de l'Ile Bouchard dont le Seigneur, Peloquin, se soumet.

Geoffroy V Plantagenêt enlève Briollay et La Suze au Seigneur de Sablé et fait construire un château à Châteauneuf sur Sarthe pour le contrôler.



Naissance de Baudouin III d'Anjou

Baudouin III d'Anjou naît en 1131, fils de Foulques V d'Anjou et de Mélisende de Jérusalem.



Mort de Baudouin de Bourcq Roi de Jérusalem

Foulques V d'Anjou Roi de Jérusalem

Baudouin de Bourcq meurt à Jérusalem le 21 août 1131.

Reconnu roi sans difficulté par la Haute Cour du royaume, Foulques V d'Anjou et Mélisende de Jérusalem sont sacrés Roi et Reine au Saint Sépulcre le 14 septembre 1131.

Foulques V d'Anjou doit lutter contre sa belle-sœur Alix de Jérusalem, Princesse d'Antioche, soutenue par Pons de Toulouse qui n'hésite pas à appeler à leur aide l'atabeg Zengi.

Josselin II de Courtenay commence par soutenir les intriques d'Alix de Jérusalem, veuve de Bohémond II d'Antioche qui cherche à évincer Constance d'Antioche, sa fille, pour prendre le pouvoir.

Foulques V d'Anjou doit intervenir pour mettre au pas les comploteurs parvient à maintenir un équilibre entre les Francs et les Musulmans.

Josselin II de Courtenay doit défendre Turbessel attaquée par Sawar, gouverneur d'Alep nommé par Zengi, et subit de nombreuses pertes.



Siège de laforteresse de Montferrand

En 1132, la forteresse de Montferrand est assiégée par une bande de Turcomans.

Pons de Toulouse tente de leur faire lever le siège, mais subit un revers et doit se réfugier dans la forteresse.

À l'annonce de cette nouvelle, Cécile de France n'hésite pas à se rendre à Jérusalem pour alerter Foulques V d'Anjou qui vient avec son ost et oblige les Turcomans à battre retraite.



Mariage de Thierry III d'Alsace avec Sybille d'Anjou

Thierry III d'Alsace est veuf de Marguerite de Clermont-en-Beauvaisis. Sybille d'Anjou est veuve de Guillaume Cliton.

À son arrivée en Palestine, Thierry III d'Alsace épouse en février 1134 Sybille d'Anjou, fille de Foulques V d'Anjou, Roi de Jérusalem, et d' Eremburge du Maine, Comtesse du Maine. Leurs enfants sont :



Conflit entre Hugues II de Jaffa et Foulques V d'Anjou

Condamnation de Hugues II de Jaffa

Siège de Jaffa

Exil d'Hugues II de Jaffa

Hugues II de Jaffa Comte de Gargan

Mort d'Hugues II de Jaffa

Hugues II de Jaffa est apparenté avec la reine Mélisande de Jérusalem et ils ont des liens d'amitié étroit. La rumeur le dit trop familier avec la reine et il entre en conflit avec un Foulques V d'Anjou jaloux. On dit aussi qu'Hugues II de Jaffa est arrogant et refuse de rendre hommage au roi.

Peu à peu se forment deux camps, les partisans de Foulques V d'Anjou et ceux d'Hugues II de Jaffa.

En 1134, il semble qu'Hugues II de Jaffa et Romain du Puy, Seigneur d'Outre-Jourdain, se révolte contre Foulques V d'Anjou.

Selon Guillaume de Tyr, Gautier Ier de Grenier, Seigneur de Césarée et beau-fils d'Hugues, l'accuse de trahison et de conspiration lors d'une séance de la Haute Cour.

Hugues II de Jaffa réfute l'accusation, et il est décidé que l'accusation sera tranchée par un duel judiciaire. Quand le jour fixé pour le combat arrive, Hugues II de Jaffa ne vient pas, et est reconnu coupable par défaut.

Hugues II de Jaffa s'allie aux égyptiens d'Ascalon, et Foulques V d'Anjou assiège Jaffa. Les arrières vassaux d'Hugues II de Jaffa, entre autres son connétable Balian Ier d'Ibelin le Vieux, désertent son château et rallient le roi.

Le châtiment habituel pour un tel crime est la confiscation des biens et l'exil permanent, mais les appuis d'Hugues II de Jaffa réduisent la peine à un exil de 3 ans.

Alors qu'il attend à Acre le navire qui doit l'emmener en exil, un chevalier breton tente de l'assassiner. Il est blessé et son agresseur est arrêté, condamné et exécuté.

Voulant couper court aux accusations d'avoir commandité le meurtre et aux risques d'émeutes, Foulques V le Jeune fait juger Hugues II de Jaffa par la Haute Cour des barons et ordonne que l'audition soit publique et qu'on ne lui coupe pas la langue, pour lui permettre de parler jusqu'au bout.

La loyauté du roi dans cette affaire est reconnue par tous.

Remis de ses blessures, Hugues II de Jaffa va en Apulée, où son parent Roger II de Hauteville le fait Comte de Gargan.

Hugues II de Jaffa y meurt peu après vers 1134.

Mais le courroux de Mélisende de Jérusalem s'exerce longtemps sur les protagonistes, au point que certains craignent pour leur vie, avant qu'il ne finisse par s'apaiser.



Invasion de Gilead

Thierry III d'Alsace combat aux côtés de son beau-père Foulques V d'Anjou à l'invasion de Gilead.


États latins de Terre Sainte en 1135

Mariage de Raymond Ier de Poitiers avec Constance d'Antioche

Mélisende de Jérusalem profite de son ascendant sur Foulques V d'Anjou, son mari, pour le faire autoriser le retour d'Alix de Jérusalem, sa sœur, à Antioche.

Le nouveau patriarche d'Antioche, Raoul de Domfront, en lutte contre son clergé, trouve en Alix de Jérusalem une alliée et ne s'oppose pas à son retour.

Foulques V d'Anjou trouve une parade à ce retour et à cette complaisance en négociant le mariage de Raymond Ier de Poitiers avec Constance d'Antioche.

Le mariage a l'approbation de Raoul de Domfront, mais pas celui d'Alix de Jérusalem, mère de Constance d'Antioche à qui Raymond Ier de Poitiers a fait croire qu'il devait l'épouser.

Raymond Ier de Poitiers, Prince d'Antioche, épouse vers 1136 Constance d'Antioche. Leurs enfants sont :

Les premières années du règne commun de Raymond Ier de Poitiers et de Constance d'Antioche sont occupées par des conflits avec Jean II Comnène, qui cherche à récupérer la Cilicie et à réaffirmer ses droits sur Antioche.



Naissance d'Amaury Ier d'Anjou

Almaric ou Amalric ou Amaury Ier d'Anjou naît en 1136, fils de Foulques V d'Anjou et de Mélisende de Jérusalem.



Bataille du Mont-Pèlerin

Mort de Pons de Toulouse

Raymond II de Tripoli Comte de Tripoli

Pons de Toulouse attend Zengi au Mont-Pèlerin. La bataille est livrée en mars 1137.

Elle reste indécise, quand Pons de Toulouse est fait prisonnier par des hommes de Zengi qui ont pénétré dans sa tente.

Livré à l'atabeg, Pons de Toulouse meurt immédiatement exécuté.

Raymond II de Tripoli devient Comte de Tripoli.

Cécile de France demande Gibelet en douaire, mais reçoit Chastel-Rouge et Arzghan.

Les Seldjoukides prennent ensuite la direction de Jérusalem où Foulques V d'Anjou rassemble ses troupes.

Raymond II de Tripoli les poursuit et les surprend alors qu'ils assiègent Montferrand, mais Raymond de Tripoli est vaincu et emprisonné.

L'émir de Damas, inquiet de la puissance montante de Zengi s'allie au royaume de Jérusalem et les 2 armées le défont et le repoussent.


Krak de Moab

Alliance du Roi de Jérusalem aux byzantins

En 1137, Foulques V d'Anjou s'allie aux Byzantins contre l'Emir Turc Zengi, de Mossoul. Il aide les habitants de la ville musulmane de Damas à se défendre contre Zengi.

Foulques V d'Anjou fait construire le Krak de Moab pour défendre la partie sud de Jérusalem.



Balian Ier d'Ibelin le Vieux Seigneur d'Ibelin

En 1141, Foulques V d'Anjou fait construire un château à Yebna (actuelle Yavne), entre Jaffa et Ascalon, lieu qui est un point stratégique contrôlant la route venant de l'Égypte fatimide.

Foulques V d'Anjou nomme Balian Ier d'Ibelin le Vieux comme seigneur.

Celui-ci prend alors comme nom de famille la forme française du nom de ce château, qui est Ibelin.



Mort de Foulques V d'Anjou

Baudouin III d'Anjou Roi de Jérusalem

Mélisende de Jérusalem Régente du royaume de Jérusalem

Manassès d'Hierges Connétable du royaume de Jérusalem

Foulques V d'Anjou parvient avant sa mort à conclure un traité de paix avec l'émir de Damas.

Foulques V d'Anjou meurt à Acre en Palestine le 13 novembre 1142 ou le 10 novembre 1143 d'une chute de cheval.

Il est inhumé dans l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Baudouin III d'Anjou devient Roi de Jérusalem en 1143 sous la régence de Mélisende de Jérusalem, sa mère.

Dès son avènement, Baudouin III d'Anjou accompagne l'ost royal dans une expédition contre les Bédouins qui ont pris le château de Val-Moyse et massacré sa garnison.

Mélisende de Jérusalem nomme Manassès d'Hierges Connétable du royaume de Jérusalem.



Hélie II d'Anjou Comte de Maine

Hélie II d'Anjou Prisonnier

Il semble que Foulques V d'Anjou accorde à Hélie II d'Anjou, son fils, le comté de Maine, mais Geoffroy V Plantagenêt, son frère aîné, le conserve.

Hélie II d'Anjou le réclame et se révolte en 1145 pour s'en rendre maître.

Geoffroy V Plantagenêt, son frère, vainc Hélie II d'Anjou et l'emprisonne à Tours.



Ambassades à Rome

Mélisende de Jérusalem, Reine du Royaume de Jérusalem et veuve de Foulques V d'Anjou et mère du jeune roi Baudouin III d'Anjou, envoie une ambassade désespérée à Rome afin d'obtenir l'envoi de troupes pour soutenir la défense des États Latins d'Orient. En arrivant à Viterbe, où le pape Eugène III se trouve, cette ambassade en rencontre une autre envoyée par les Arméniens.


Concile d'Acre - Guillaume de Tyr- Historia (BNF - Mss.Fr.68 - folio 251)

Assises d'Acre

Balian Ier d'Ibelin le Vieux Seigneur de Ramla

Siège de Damas

Les Assises d'Acre ont lieu le 24 juin 1148. Lors de cette assemblée, Louis VII le Jeune, Baudouin III d'Anjou et Conrad III de Hohenstaufen décident d'attaquer Mu'în-al-Dîn Unur, le régent de Damas, allié des Francs et ami de feu le roi Foulques V d'Anjou.

Guillaume de Tyr, dans sa chronique, énumère tous les barons et prélats qui y ont assisté et parmi eux, il cite le nom de Robert de Craon, Maître du Temple, et de Raymond du Puy, Maître de l'Hôpital.

En 1148 Balian Ier d'Ibelin le Vieux hérite de la seigneurie de Ramla par sa femme Helvis de Rama.

Balian Ier d'Ibelin le Vieux est également présent au conseil tenu à Acre.

Robert Ier de Dreux participe au siège de Damas.

À mi-juillet 1148, les troupes se dirigent vers Damas en passant par Bâniyâs (Panéas) et les contreforts méridionaux de l'Hermon.

Après avoir traversé le Nahr al-Sâbirâni à gué, les croisés établissent leur campement à Dâreiya, à 6 km au sud-ouest de Damas, à l'orée de la Ghûta, terrains irrigués par de nombreux canaux et composés de vergers, de haies et de jardins entourant la ville de Damas.

Les croisés veulent s'emparer de ces vergers, pour priver la ville d'une partie de ses défenses et de son ravitaillement. Une succession de petites escarmouches commence le 24 juillet 1148 entre la chevalerie franque maladroite sur ce type de terrain et les archers damasquins cachés dans chaque recoin des jardins. Obligés de battre en retraite, les francs entament alors une fouille et une destruction systématique de chaque abri potentiel pouvant servir aux musulmans. Ils s'emparent ainsi d'une partie de la Ghûta et occupent les positions de Mezzé, de Neirab et de Rabwé, se rapprochant ainsi de Damas.

Les troupes de Baudouin III d'Anjou, utilisées comme force principale dans ces combats sont arrêtés sur les rives de la rivière Baradâ que les turcs ont garnies de défenseurs.

Conrad III de Hohenstaufen, avisé de cet arrêt, se porte à la tête du combat et parvient à mettre l'ennemi en déroute et s'empare ainsi d'une importante position stratégique, car elle commande toute l'irrigation de l'oasis de Damas. Les habitants de la ville pris de panique, commencent à se barricader le mieux possible. Au même moment, Thierry III d'Alsace, comte de Flandre, parvient à se faire promettre par Louis VII le Jeune et Conrad III de Hohenstaufen l'investiture de la future principauté franque de Damas.

Mu'în-al-Dîn Unur ne s'avoue pas vaincu, et dès le 25 juillet 1148, il dirige vers le camp ennemi une vigoureuse sortie qui cause énormément de pertes humaines du côté franc. Les jours suivants, grâce aux renforts arrivés des provinces damasquines du nord-est, il peut rétablir le moral de ses troupes et lancer de nouvelles contre-attaques et recommencer une guérilla meurtrière pour les francs dans les jardins de la Ghûta. L'avantage reste cependant du côté des francs.

Le 26 juillet 1148 au soir, des barons syriens parviennent à convaincre Louis VII et Conrad III de Hohenstaufen que la prise de la ville est impossible par ce côté de la Ghûta et qu'il faut changer de position. Cette attitude des barons syriens est sans doute due à la jalousie causée par l'investiture de Thierry III d'Alsace. L'abandon des positions sur la Bâranâ et dans la Ghûta prive les francs de tout leur ravitaillement en eau et en nourriture. Le siège de la ville est levé. Dès que les francs ont eu abandonné la Ghûta, Mu'în-al-Dîn Unur y fait envoyer nombre de guerriers avec pour mission d'y rétablir un système de défense inexpugnable. La situation des francs devient de plus en plus précaire.

Mu'în-al-Dîn Unur à l'approche de l'armée chrétienne avait résolu d'alerter ses anciens ennemis zengides pour qu'ils viennent à son aide. L'arrivée de l'armée de Nûr al-Dîn à Homs risque de provoquer l'encerclement des francs. Ceux-ci se résignent à quitter définitivement l'endroit et à opérer leur retraite vers Jérusalem le 28 juillet 1148.

L'action des barons syriens refroidit pour longtemps les relations entre les latins de Syrie et les latins d'Occident.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !