Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



21 événements affichés, le premier en 1490 - le dernier en 1557


Isabelle d'Este -portrait par le Titien (1534/1536)

Mariage de François II Gonzague avec Isabelle d'Este

François II Gonzague épouse le 12 février 1490 Isabelle d'Este, fille d'Hercule Ier d'Este et d'Éléonore de Naples. Leurs enfants sont :

Isabelle d'Este est une princesse d'une rare beauté, une des grandes figures de la Renaissance italienne.



Naissance de Ferdinand Ier Gonzague

Ferdinand Ier Gonzague ou Ferrante Gonzaga en italien naît le 28 janvier 1507, fils de François II Gonzague et d'Isabelle d'Este.



Ferdinand Ier Gonzague à la cour de Charles Quint

Ferdinand Ier Gonzague va dès 1523 à la cour de Charles Quint, auquel il restera fidèle toute sa vie.


Charles IV de Bourbon-Vendôme

Prise et Sac de Rome

Mort de Charles III de Bourbon

Clément VII Prisonnier

Charles IV de Bourbon-Vendôme Duc de Bourbon

Charles Quint fait Philibert de Châlon-Arlay gouverneur et capitaine général du Royaume de Naples.

Abandonné par Charles Quint, qui ne veut pas satisfaire ses ambitions, Charles III de Bourbon résout de se créer une principauté en Italie.

Les mercenaires allemands qui stationnent en Italie du Nord sous les ordres du connétable Charles III de Bourbon décident de descendre sur Rome afin de se rétribuer par le pillage, comme il était assez courant à l'époque.

Charles III de Bourbon met le siège devant Rome qu'il prend mais il meurt pendant l'assaut le 6 mai 1527.

La ville est pillée.

Philibert de Châlon-Arlay est acclamé par les troupes comme généralissime et tente de calmer les lansquenets protestants de Georg von Frundsberg sans pouvoir empêcher le sac de Rome.

Ferdinand Ier Gonzague prend part au sac de Rome où il pille les palais de ses propres parents.

Philibert de Châlon-Arlay réussit néanmoins à garantir la sécurité de Clément VII qui, assiégé dans le château Saint-Ange, se rend à lui.

Clément VII est emprisonné quelques mois. Cela permet d'empêcher le pape d'annuler le mariage d'Henri VIII Tudor et de Catherine d'Aragon, tante de Charles Quint, qui ne pouvait pas donner d'héritier à l'Angleterre.

Jules III figure parmi les otages donnés par Clément VII aux Impériaux et aurait été tué par les lansquenets impériaux à Campo di Fiori, s'il n'avait pas été libéré en secret par le Cardinal Pompeo Colonna.

Les domaines de Charles III de Bourbon, dont le duché de Bourbon, sont réunis à la couronne. Charles IV de Bourbon-Vendôme devient Duc de Bourbon en 1527.



Siège de Naples

Mort d'Odet de Foix Maréchal de France

Mort d'Antoine de Tournon

Mort de Jean de Tournon Seigneur d'Arlenc

Envoyé au siège de Naples, en 1528, Charles Ier de Cossé est attaqué par les Espagnols à la descente des galères.

Paul de La Barthe fait ses premières armes dans les guerres d'Italie et se signale au siège de Naples en 1528.

Ses troupes reculent jusqu'au bord de la mer : seul, à pied, sans casque, sans cuirasse, sa seule épée à la main, Charles Ier de Cossé se défend contre un cavalier armé de toutes pièces et le fait prisonnier.

Ferdinand Ier Gonzague défend Naples contre les troupes françaises d'Odet de Foix.

La France, avec Odet de Foix à la tête des troupes, reconquiert le Milanais durant l'été 1528.

Après la capture de François Ier de Bourbon-Saint-Pol, Claude d'Annebault assume pour la première fois le commandement d'armées à la campagne milanaise de 1528-1529.

Mais Odet de Foix meurt le 15 août 1528 d'une épidémie de choléra qui décime l'armée française, qui par la suite connaît la déroute.

François Ier de France s'embourbe en Italie.

Antoine de Tournon et Jean de Tournon, son frère, meurt lors de ce siège.



Naissance de César Gonzague

César Gonzague naît en 1530, fils de Ferdinand Ier Gonzague et d'Isabelle de Capoue.


Philibert de Chalon-Arlay

Siège et prise de Florence

Reddition de la République de Florence

Retour au pouvoir des Médicis

Bataille de Gavinana

Mort de Philibert de Châlon-Arlay Prince d'Orange

René de Chalon Prince d'Orange Seigneur d'Arlay et de Nozeroy

Philibert de Chalon-Arlay combat pour rétablir la famille de Médicis à Florence

Les troupes impériales prennent Florence en 1530, après un siège de 11 mois.

Ferdinand Ier Gonzague obtient la reddition de la République de Florence.

Clément VII peut y installer son fils illégitime Alexandre comme Duc de Toscane. Le règne des Médicis est restauré après un bannissement de 3 ans.

Clément VII nomme Ferdinand Ier Gonzague gouverneur de Bénévent.

Philibert de Châlon-Arlay meurt le 3 août 1530, lors de la bataille de Gavinana, à côté de Florence.

Ses cendres sont rapatriées à Lons le Saunier où sa mère Philiberte de Luxembourg lui fait célébrer des obsèques grandioses.

René de Chalon, cousin germain de Philibert de Châlon-Arlay, hérite de ses biens.

Le château de Montfort et le château de Nozeroy passent à la famille de Nassau, résidant aux Pays-Bas.

Jusqu'à la conquête française en 1678, des capitaines-gouverneurs issus de la famille des Montrichard de Sirod gèreront les affaires du château de Nozeroy.

Ferdinand Ier Gonzague succède à Philibert de Châlon-Arlay comme capitaine général des armées impériales en Italie.



Mariage de Ferdinand Ier Gonzague avec Isabelle de Capoue

Ferdinand Ier Gonzague épouse en 1534 Isabelle de Capoue, unique héritière de Ferdinand de Termoli, Duc de Termoli et Prince de Molfetta. Leurs enfants sont :



Ferdinand Ier Gonzague Vice-roi de Sicile

Charles Quint nomme Ferdinand Ier Gonzague Vice-roi de Sicile en 1535.


Ferdinand Ier Gonzague

Cession de la seigneurie de Guastalla

En 1539, Ferdinand Ier Gonzague achète pour la somme de 22 280 écus d'or, à la duchesse Ludovica Torello, la seigneurie de Guastalla, sur la rive gauche du Pô, seigneurie que Charles Quint érige en comté.


François III Gonzague

Mort de Frédéric II Gonzague

François III Gonzague Duc de Mantoue et Marquis de Montferrat

Marguerite de Montferrat, Ercole Gonzague et Ferdinand Gonzague Régents du duché de Mantoue

Frédéric II Gonzague meurt à Marmirolo le 28 juin 1540, miné par la petite vérole (variole).

François III Gonzague, âgé de 7 ans, devient 2e Duc de Mantoue, sous le nom de François III, et Marquis de Montferrat, sous le nom de François Ier.

La régence est assumée par :

Ercole Gonzague, vivant à Mantoue, est le plus actif et stabilise les finances de l'État, entre autres en favorisant la création de nouvelles manufactures citadines.


Claude d'Annebault - par Adolphe Brune - 1833 - Œuvre commandée par Louis-Philippe Ier de France pour le musée historique de Versailles

Prise de Landrecies et de Luxembourg

Charles Quint apprend alors que Landrecies, dont il voulait faire le siège, est pourvue de munitions et de vivres, et que l'armée française s'est retirée auprès du Cateau-Cambresis.

Il poursuivit l'arrière-garde commandée par Charles Ier de Cossé qui le repousse.

Les succès français sont mal exploités. Charles Quint rencontre des problèmes avec son armée. Toutes ces raisons entraînent un enlisement du conflit.

En 1543, Jean Caracciolo secourt Landrecies.

François Gouffier le Jeune et Louis IV de Bueil participent à la bataille de Landrecies.

Ferdinand Ier Gonzague s'illustre lors de la bataille de Landrecies.

En 1543, Claude d'Annebault mène une campagne réussie sur la frontière nord du royaume avec la prise de Landrecies et de Luxembourg avec l'appui de Guillaume de Clèves.

Rentré en France en 1543, Pierre Strozzi prend part au siège de Luxembourg sous Charles II d'Orléans.

Gaspard de Saulx suit Charles II d'Orléans dans sa campagne du Luxembourg.

En 1543, Jean Caracciolo secourt Luxembourg.

Claude d'Annebault participe en même temps au gouvernement, grâce à la proximité du roi, qui suit les armées, en retrait, avec ses autres conseillers.



Ferdinand Ier Gonzague Gouverneur du duché de Milan

Charles Quint nomme Ferdinand Ier Gonzague Gouverneur du duché de Milan en 1546.



Mort de Pierre Louis Farnèse

Occupation de Plaisance

Octave Farnèse Duc de Parme

Octave Farnèse Gonfalonier de l'Église

Horace Farnèse Duc de Castro

Une querelle survient entre Paul III et Ferdinand Ier Gonzague, gouverneur impérial de Milan.

Pierre Louis Farnèse meurt à Plaisance le 10 septembre 1547, poignardé par un noble de cette ville avec l'accord de Ferdinand Ier Gonzague.

Les troupes de Charles Quint sous le commandement de Ferdinand Ier Gonzague, occupent Plaisance.

Paul III, sans perdre de temps, convoque le consistoire et déclare expressément qu'Octave Farnèse est Duc de Parme et inféodé à l'Église selon l'investiture réalisé par lui même.

Au cours du même consistoire, Paul III attribue à Octave Farnèse la charge de Gonfalonier de l'Église.

Paul III continue de négocier avec Charles Quint.

Charles Quint considère le Duché de Parme et Plaisance comme une dépendance de l'empire.

Paul III décide d'exiger Parme pour l'église et de donner Castro et Cametino à ces deux petits fils Charles Farnèse et Alexandre Farnèse.

Paul III, profitant de l'absence d'Octave Farnèse, envoie Camillo Orsini comme légat pour prendre possession de la ville.

A peine Octave Farnèse en est-il informé qu'il se précipita à Parme pour faire valoir son droit. Il cherche à reconquérir Parme par la force mais c'est un échec.

Le courage montré par Octave Farnèse pour la reconquête de Parme face aux ambitions de l'Empereur et du pape amène Marguerite à porter un jugement nouveau à l'encontre de son mari, sentiment composé d'amitié et de compréhension.

Horace Farnèse devient troisième Duc de Castro et reçoit la charge de préfet de Rome.



Mort de Paul III Pape

Réunion du Conclave

Octave Farnèse négocie alors avec Ferdinand Ier Gonzague et se confie à la générosité de l'empereur.

Peu avant sa mort, son petit fils Alexandre Farnèse convainc Paul III d'envoyer une bulle au légat Camillo Orsini lui enjoignant de se retirer de Parme pour Bologne laissant ainsi la cité à Octave Farnèse.

La rébellion d'Octave Farnèse à l'égard de Paul III, son grand père, accélère sa mort..

Paul III est pris d'une violente fièvre et meurt au Quirinal à Rome le 10 novembre 1549.

Il repose sous la chaire de Pierre dans la Basilique Saint-Pierre dans la tombe dessinée par Michel-Ange et érigée par Guglielmo della Porta.

Les 15 années de son pontificat virent la complète restauration de la Foi Catholique et de la piété retournant le cours des choses en faveur de la religion.

Dans Rome, Paul III effectue de nombreuses rénovations : la Chapelle Pauline, les travaux de Michel-Ange à la Chapelle Sixtine. Il l allonge et élargit les rues.

Paul accorde ses faveurs aux nouveaux ordres religieux : Capucins, Barnabites, Théatins, Jésuites, Ursulines et bien d'autres.

Son règne est l'un des plus fructueux de l'histoire de l'Église.

Mais la nouvelle du siège papal vacant arrive à Parme et le légat refuse de suivre l'ordre de se retirer de Parme à moins qu'il ne soit donné par un autre pape.

Les 48 cardinaux présents à Rome entrent en conclave le 29 novembre 1549. Ils sont divisés en 3 fractions dont aucune n'a la majorité :

Les amis de Farnèse s'unissent avec le parti Impérial et proposent comme leurs candidats Reginald Pole et Juan de Toledo.

Le parti français les rejette tous deux et, bien que minoritaire, est assez fort pour empêcher l'élection de tout autre candidat.


Statue monumentale de bronze représentant Jules III érigée à Pérouse en 1555

Jules III Pape

Charles Quint exclut expressément Jules III de la liste des candidats.

Jean du Bellay recueille 8 voix du conclave lors de l'élection du nouveau pape.

Mais les partisans de Farnèse et du parti français passent finalement un compromis et s'entendent sur le nom Giovan Maria de'Ciocchi del Monte, qui est élu en bonne et due forme le 7 février 1550, après un conclave de 10 semaines, sous le nom de Jules III (en latin Julius III, en italien Giulio III).

Antoine Sanguin participe à ce conclave.

Obéissant aux promesses faites pendant le conclave, le nouveau pape ne se montre pas ingrat et enjoint à Camillo Orsini de remettre Parme entre les mains d'Octave Farnèse.

Quelques jours après, Octave Farnèse fait une entrée triomphale dans la ville et avec l'appui du pape, quelques mois après, il entre en possession de Plaisance.

Ces faits sont rapportés par Ferdinand Ier Gonzague à Charles Quint de manière négative.

Henri II de France envoie Robert IV de La Marck en ambassade auprès du pape Jules III pour lui porter son obédience filiale.

La grande faute de son pontificat est le népotisme.

Peu de temps après son accession au trône, il a accorde la pourpre à son favori, l'indigne Innocenzo del Monte, un jeune garçon de 17 qu'il a ramassé dans les rues de Parme quelques années plus tôt et qui a été adopté par Baudouin, le frère du pape. Un tel acte est le prétexte de quelques rumeurs venimeuses concernant la relation entre le pape et Innocenzo.

Jules III se montre aussi extrêmement généreux dans l'attribution à ses parents de dignités ecclésiastiques et de bénéfices.



La guerre de Parme

Traité entre Octave Farnèse et Henri II de France

Perte du Duché de Parme par Octave Farnèse

Perte des titres d'Horace Farnèse

Ferdinand Ier Gonzague distille des horreurs dans l'esprit d'Octave Farnèse lui faisant croire que Charles Quint, son beau père, veut lui enlever le duché de Parme.

Jules III enjoint à Octave Farnèse de restituer Parme en échange de Camerino. Octave Farnèse refuse.

Octave Farnèse se rapproche de ses frères et d'un commun accord, ils décident de négocier avec le roi de France Henri II de France contre le pape Jules III et l'empereur Charles Quint.

Le 27 mai 1551, ils signent un traité dans lequel Octave Farnèse promet de ne pas abandonner l'alliance avec les Valois et Henri II de France prend sous sa protection la maison Farnèse lui assurant des troupes et de l'argent.

Sienne, l'île de Corse, et les princes d'Allemagne recherchent aussi la protection d'Henri II de France, qui est nommé par ces derniers le Protecteur de l'empire, et Restaurateur de la liberté germanique.

Jules III, suite à cet accord, déclare Octave Farnèse rebelle et lui ôte son titre et son duché. Jules III envoie des troupes sous les ordres de son neveu Giambattista del Monte pour prendre Parme de concert avec Ferdinand Ier Gonzague.

Horace Farnèse rejoint immédiatement son frère. Le pape lui retire la préfecture de Rome et met sous séquestre la Duché de Castro.

La guerre commence mal pour les Farnèse : Ferdinand Ier Gonzague prend rapidement Colorno et peu après Horace Farnèse est battu vers Mirandola.

Pour rendre la défaite plus cuisante, Ferdinand Ier Gonzague dévaste la campagne parmesane prenant le risque de déclencher la colère du pape et provoquant une famine.

Marguerite de Parme reste toujours en ville ce qui réconforte, par sa présence, les Parmesans. Don Ferrante fait régulièrement arriver des provisions pour Marguerite de Parme pour ne pas encourir des sanctions de l'empereur.



Campagne de l'armée française en Lombardie

Siège de Lenz

Henri II de France qui a maintenu d'excellentes relations avec le sultan Soliman, reçoit de lui l'aide d'une flotte.

Le 12 septembre 1551, une armée française traverse les Alpes et Ferdinand Ier Gonzague doit retirer ses troupes pour défendre la Lombardie.

À partir de ce moment, les perspectives de la guerre changent.

Charles Ier de Cossé, en 1551, se rend maître de Quiers et de plusieurs autres villes en Piémont ces succès obligent Ferdinand Ier Gonzague à lever le siège de Parme.

Claude II de Lorraine et René II de Lorraine-Guise participent à la conquête du Piémont en 1551

François de Montmorency fait ses premières armes au siège de Lens ou Lenz en Piémont, en 1551.

Lieutenant de cent hommes d'armes, Artus de Cossé-Brissac se signale lors de ce siège.

Jacques de Savoie-Nemours se signale également lors de ce siège.



Prise de Verceil

En 1553, Charles Ier de Cossé prend, par escalade, Verceil, et la livre au pillage.

Les meubles précieux, les pierreries et le trésor de Charles III de Savoie sont enlevés. Ce prince les avait fait transporter dans cette place qu'il croyait imprenable.

Charles Ier de Cossé n'a pas assez de canon pour forcer la citadelle. Il se retire, toujours suivi par les ennemis, et ne perd rien du butin qu'il emporte.

Ferdinand Ier Gonzague, redoutant les entreprises de Charles Ier de Cossé, double toutes ses garnisons et affaiblit son armée.

C'est ce que désire Charles Ier de Cossé. Presque toujours sans argent, Charles Ier de Cossé n'est point en état de tenir la campagne. Le peu de troupes qui lui reste depuis qu'il a envoyé des détachements en France, n'est pas payé et ne se soutient que par son attachement pour son général.



Siège Saint-Quentin

Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Jacques d'Albon et Louis III de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Construction du Palais de l'Escurial

Mort de François III de La Tour d'Auvergne

Mort de Jean de Bourbon

Mort de René II de Laval Seigneur du Bois-Dauphin, Vicomte de Bresteau, Seigneur de Précigné et de Saint Mars

En 1557, après la rupture de la trêve de Vaucelles passée avec Charles Quint, Philippe II d'Espagne fait ligue avec les Anglais et accompagne son cousin Emmanuel-Philibert de Savoie, sur le sol français avec 40 à 60 000 hommes. Les espagnols assiègent la ville de Saint-Quentin.

Lamoral d'Egmont sert dans l'armée espagnole.

Peter Ernest Ier von Mansfeld-Vorderort prend part à cette bataille.

Philippe II d'Espagne se montre plus dévot que brave et passe en prière le temps de la bataille.

Les 8 000 habitants résistent 17 jours et 17 nuits.

Gaspard II de Coligny parvient dans la ville dans la nuit du 2 au 3 août 1557, avec 500 hommes armés et avec l'aide du Baron d'Armerval, Monsieur Théligny, Monsieur de Gibercourt et de Jean V, Duc de Caulaincourt.

Chargé de conduire des secours à Gaspard II de Coligny, François Ier de Coligny-d'Andelot se trouve enfermé dans la place, contribue à en prolonger le siège. Il ne se rendra que lorsqu'accablé par le nombre des ennemis qui pénétraient dans la ville par les brèches faites aux remparts, toute résistance aurait été inutile.

Honorat II de Savoie est blessé lors de ce siège.

Lors de cette bataille, François Gouffier le Jeune voit son cheval tué sous lui

François Gouffier le Jeune est fait prisonnier mais réussit à s'échapper.

Le 10 août 1557, le jour de la Saint Laurent, la ville est emportée d'assaut par les Espagnols de Emmanuel-Philibert de Savoie.

Gaspard II de Coligny doit se rendre. La ville s'abîme dans le sang et dans les flammes. Il y a plus de 9 000 morts.

Ferdinand Ier Gonzague fait une chute de cheval lors de la bataille de Saint Quentin.

Albert de Gondi, François de Montmorency et Louis Ier de Bourbon-Condé participent à ce combat.

Jean VI d'Aumont est blessé et fait prisonnier.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Louis III de Bourbon-Vendôme combat à Saint-Quentin en 1557 où son cheval est tué sous lui.

Philippe II de Montmorency-Nivelle commande l'aile droite de l'infanterie avec le comte de Mansfeld lors de l'assaut final contre Anne de Montmorency.

François Ier de Coligny-d'Andelot, Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Louis III de Bourbon-Vendôme, Léonor d'Orléans-Longueville et Jacques d'Albon sont fait prisonnier.

Louis de Gonzague est fait prisonnier et ne sera libéré que contre une forte rançon.

René II de Laval meurtlors de la bataille.

François III de La Tour d'Auvergne et Jean de Bourbon meurent tué lors de cette bataille.

Henri de La Tour d'Auvergne est orphelin à l'âge de 2 ans. Henri II de France qui est son parrain fait nommer un curateur pour s'occuper de ses biens.

L'armée espagnole de Philippe II d'Espagne s'empare de Hamm, du Câtelet, …, déferle jusqu'à Noyon mais elle ne remporte pas de victoire décisive et ne peut pas marcher sur Paris faute de ravitaillement.

Philippe II d'Espagne fait ériger le magnifique palais de l'Escurial en l'honneur de la victoire de Saint-Quentin.

Charles Ier de Cossé bat partout les ennemis lorsqu'il apprend la défaite des Français à Saint-Quentin.

Il reçoit l'ordre de faire partir 5 000 Suisses, 4 compagnies de gendarmerie, autant de cavalerie légère, et de se tenir en Piémont sur la défensive.

Henri II de France a perdu ses meilleurs capitaines et la route de Paris est ouverte à l'invasion.



Mort de Ferdinand Ier Gonzague

César Gonzague Comte de Guastalla

Ferdinand Ier Gonzague meurt à Bruxelles le 15 novembre 1557 des suites d'une chute de cheval lors de la bataille de Saint Quentin.

César Gonzague, son fils, lui succède et devient Comte de Guastalla.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !