Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



31 événements affichés, le premier en 1599 - le dernier en 1678



Mariage de Philippe III d'Espagne avec Marguerite d'Autriche-Styrie

Philippe III d'Espagne épouse le 18 avril 1599 sa cousine Marguerite d'Autriche-Styrie, sœur de l'empereur Ferdinand II de Habsbourg. Leurs enfants sont :



Mariage de Ferdinand II de Habsbourg avec Marie-Anne de Bavière

Ferdinand II de Habsbourg épouse à Graz le 23 avril 1600 Marie-Anne de Bavière, fille de Guillaume V de Bavière et de Renée de Lorraine. Leurs enfants sont :



Naissance de Ferdinand III de Habsbourg

Ferdinand III de Habsbourg naît à Graz en Autriche le 13 juillet 1608, fils de Ferdinand II de Habsbourg et de Marie-Anne de Bavière.

Il est instruit et éduqué dans la religion catholique par les jésuites.



Mort de Jean Charles de Habsbourg

Jean Charles de Habsbourg meurt le 26 décembre 1619.

Ferdinand III de Habsbourg devient l'héritier de Ferdinand II de Habsbourg.



Mariage de Léopold V d'Autriche-Tyrol avec Claude de Médicis

Le 19 avril 1626, Léopold V d'Autriche-Tyrol quitte ses fonctions d'évêque de Passau et de Strasbourg.

Léopold V d'Autriche-Tyrol épouse en 1626 Claude de Médicis (1604-1648), fille de Ferdinand Ier de Médicis et de Christine de Lorraine. Leurs enfants sont :



Ferdinand III de Habsbourg Roi de Hongrie

Ferdinand III de Habsbourg devient Roi de Hongrie le 8 décembre 1626.



Ferdinand III de Habsbourg Roi de Bohême

Ferdinand III de Habsbourg devient Roi de Bohême le 21 novembre 1627.



Mariage de Charles II de Nevers-Mantoue avec Marie de Mantoue

Mort de Vincent II Gonzague

Charles Ier Gonzague Duc de Mantoue et de Montferrat

Vincent II Gonzague n'a pas de perspective de descendance. Il souhaite que la branche des Nevers de la famille Gonzague prenne sa succession à la tête de Mantoue et Montferrat.

Vincent II Gonzague et Charles Ier Gonzague organise le mariage de la nièce de Vincent avec le dernier fils survivant de Charles.

Charles II de Nevers-Mantoue épouse à Mantoue le 26 décembre 1627 Marie de Mantoue. Leurs enfants sont :

Vincent II Gonzague meurt à Mantoue, âgé de 33 ans, quelques heures après la célébration.

Charles Ier Gonzague succède à son petit-cousin et devient Duc de Mantoue sous le titre de Charles Ier de Mantoue et Duc de Montferrat sous le titre de Charles Ier de Montferrat. Charles II de Nevers-Mantoue en est l'héritier.



Mariage de Ferdinand III de Habsbourg avec Marie-Anne d'Autriche

Ferdinand III de Habsbourg épouse en 1631 Marie-Anne d'Autriche, fille de Philippe III d'Espagne et de Marguerite d'Autriche-Styrie. Leurs enfants sont :



Naissance de Ferdinand IV de Habsbourg

Ferdinand-François de Habsbourg ou Ferdinand IV de Habsbourg naît à Vienne en Autriche le 8 septembre 1633, fils de Ferdinand III de Habsbourg et de Marie-Anne d'Autriche.


Bataille de Nördlingen par Jacques Courtois Albert de Brandebourg-Ansbach - par Benjamin Block en 1643

Prise de Ratisbonne

Première Bataille de Nördlingen

Gustaf Karlsson Horn Prisonnier

Mort de Frédéric de Brandebourg-Ansbach

Albert II de Brandebourg-Ansbach Margrave de Brandebourg-Ansbach

Sophie de Solms-Laubach Régente

Les Suédois ne peuvent tirer bénéfice de la victoire protestante à Lützen à cause de la mort de leur roi Gustave II Adolphe.

Ferdinand III de Habsbourg, en compagnie de Ferdinand d'Autriche, son cousin espagnol, assisté de Matthias Gallas et d'Ottavio Piccolomini, reprend l'avantage et occupent la ville de Ratisbonne le 26 juillet 1634, menaçant d'avancer plus loin en Saxe.

La première Bataille de Nördlingen a lieu le 5 et 6 septembre 1634.

Armand-Frédéric de Schomberg se fait connaître sous les ordres de Bernard de Saxe-Weimar lors de cette bataille.

Les protestants réalisent qu'ils doivent faire un effort pour reprendre la ville et planifient alors une attaque de nuit.

L'attaque des protestants se trouve en difficulté lorsque leur avance est bloquée par leur artillerie et les chariots de ravitaillement qui se trouvent devant l'infanterie.

Cela donne un délai aux troupes impériales pour se préparer.

Ensuite l'infanterie suédoise attaque sans l'appui de son artillerie, et parvient néanmoins à enfoncer une aile.

Le commandant des impériaux ordonne une attaque coordonnée sur la ligne saxonne. Les Suédois sont mis en déroute.

La rivalité de Gustaf Karlsson Horn et de Bernard de Saxe-Weimar qui lui dispute le commandement de l'armée suédoise est une des causes de leur défaite commune.

Bernard de Saxe-Weimar perd la bataille.

Gustaf Karlsson Horn est capturé et les alliés des protestants perdent entre 12 000 et 14 000 soldats.

Bien que la France ne soit pas engagée directement, des unités françaises servent du côté des protestants : Charles de Sainte-Maure, futur gouverneur de Louis le Grand Dauphin, Duc de Montausier, fait partie des rescapés.

Maximilien Ier de Bavière renoue avec le succès lors de cette bataille qui constitue le premier revers suédois dans la guerre de Trente Ans.

Cette importante victoire des forces impériales et espagnoles décide la France à intervenir ouvertement dans le conflit.

Frédéric de Brandebourg-Ansbach meurt le 6 septembre 1634 tué lors de cette bataille.

Albert II de Brandebourg-Ansbach lui succède et devient Margrave de Brandebourg-Ansbach.

Comme Albert II de Brandebourg-Ansbach est encore mineur, Sophie de Solms-Laubach, sa mère assure la régence jusqu'en 1639.



Naissance de Marie-Anne d'Autriche

Marianne (en espagnol " Mariana ") ou Marie-Anne d'Autriche naît à Wiener Neustadt le 24 décembre 1634, fille de Ferdinand III de Habsbourg et de Marie-Anne d'Autriche.



Retour d'Adam von Schwartzenberg à Berlin

Paix de Prague

Rapprochement de Jean-Georges Ier de Saxe avec le parti catholique

Les revers de fortune des Suédois entraînent le rappel d'Adam von Schwartzenberg à Berlin.

La Paix de Prague est négociée entre Ferdinand II de Habsbourg, fatigué, et plusieurs princes protestants dont :

Ferdinand III de Habsbourg, fils de Ferdinand II participe aux négociations.

Le 30 mai 1635, Ferdinand II de Habsbourg signe cette paix qui ramène l'Allemagne à la paix d'Augsbourg, signée 80 ans plus tôt.

La guerre se poursuivra néanmoins encore 11 années.

Les armées impériales commandées par Ottavio Piccolomini se retournent vers les Pays-Bas.

Sur le Rhin, les impériaux, commandés par Matthias Gallas, alliés aux troupes de Charles IV de Lorraine, font équilibre aux troupes de la France et de Bernard de Saxe-Weimar.

Adam von Schwartzenberg représente à Georges-Guillaume Ier de Brandebourg qu'il est possible de faire main basse sur le duché de Poméranie au détriment des Suédois à condition d'appuyer militairement les Habsbourg.

Il estime qu'il faut pour cela mobiliser une armée de 26 000 hommes.

Le recrutement est un échec et Georges-Guillaume Ier de Brandebourg ne parvient à lever qu'un contingent de 11 000 hommes.

Guillaume Ier de Bade-Bade recouvre ses possessions lors de cette paix.

Guillaume V de Hesse-Cassel conclut un pacte d'alliance avec la France, entraînant l'invasion de la Hesse-Cassel par les troupes de Ferdinand II de Habsbourg. Guillaume V doit s'enfuir avec sa famille.



Ferdinand III de Habsbourg Roi des Romains

Ferdinand III de Habsbourg devient Roi des Romains, c'est-à-dire héritier présomptif de l'Empire, le 30 décembre 1636.


Ferdinand III de Habsbourg

Mort de Ferdinand II de Habsbourg Empereur des Romains

Ferdinand III de Habsbourg Empereur germanique

Ferdinand II de Habsbourg meurt le 15 février 1637.

Ferdinand II de Habsbourg avait été guidé par son obsession de voir la maison des Habsbourg régner de façon héréditaire sur l'Empire et par son soutien à la Contre-réforme.

Son règne se solde par la perte pour l'Allemagne de la moitié de sa population et ruine pour les 200 ans à venir sa puissance politique.

Ferdinand III de Habsbourg devient Empereur germanique.

Il continue la guerre de Trente Ans, commencée par son père, et a à combattre à la fois les Suédois et les Français leurs alliés.

Ferdinand III appelle les troupes de Matthias Gallas qui rejettent les Suédois en Poméranie.

C'est la fin de la supériorité suédoise incontestée en Allemagne.



Mort de Charles Ier Gonzague

Charles II Gonzague Duc de Nevers, de Rethel de Mantoue et de Montferrat

Charles II Gonzague Marquis de Sommerive

Charles II Gonzague Comte de Rodigo et Rivalta, de Villars, de Tende

Incorporation du duché d'Aiguillon à la couronne de France

Marie de Mantoue Régente

Charles Ier Gonzague meurt dans son palais ducal de Mantoue le 14 juin 1637.

Toute sa vie, il aura montré l'image d'un prince-soldat de la Renaissance menant grand train, croyant, cultivé et bâtisseur.

Charles Ier Gonzague et Catherine de Mayenne sont sincèrement pieux.

En atteste leur quasi-frénésie de création de fondations pieuses, abbayes, monastères, collèges ou hôpitaux, les projets de croisade toutefois déçus ou le décès de Charles Ier Gonzague vêtu en moine franciscain.

Charles II Gonzague est le seul descendant masculin de Charles Ier Gonzague.

Il devient :

Le duché d'Aiguillon est requis par Richelieu qui le réintègre à la couronne de France.

Marie de Mantoue sa mère assure la régence jusqu'en 1647.

Marie de Mantoue adopte une politique sociale honnête et se fait aimer du peuple en réduisant les taxes.

Marie abandonne rapidement la politique pro-française de son beau-père, pour se rapprocher de l'Empire, beaucoup plus présent en Italie du nord.

Pour consacrer les liens avec les Habsbourg, Marie de Mantoue organise :

Elle déchaînant ainsi la colère de Louis XIV.



Naissance de Léopold Ier de Habsbourg

Léopold Ier de Habsbourg naît à Vienne en 1640, fils de Ferdinand III de Habsbourg et de Marie-Anne d'Autriche.



Complot du Comte de Soissons

Bataille de la Marfée

Mort de Louis de Bourbon-Condé Comte de Soissons

Siège de Sedan

Condamnation d'Henri II de Guise

Sedan forme en 1640 une principauté indépendante dont le prince, Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne, accueille les protestants et factieux fuyant la France et Richelieu.

Charles IV de Lorraine soutient le complot de Louis de Bourbon-Condé.

Marie Aimée de Rohan participe à cette conspiration.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne prend part à la conspiration des Princes de la paix, avec le Louis de Bourbon-Condé et Henri II de Guise, visant à rétablir les privilèges des grands féodaux.

Louis XIII envoie une arméee à Sedan sous les ordres de Gaspard III de Coligny pour mettre fin à ses agissements.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne demande et obtient une aide de Ferdinand III de Habsbourg, son ami personnel.

L'armée royale est déroutée vers la Marfée, proche de Sedan.

Gênée par le mauvais temps qui rend les chemins boueux, l'armée royale n'arrive sur le plateau que vers 11 heures le 6 juillet 1641, attendue par l'armée sedanaise.

L'affrontement commence et les Sedanais résistent bien au choc.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne, commandant la cavalerie, contourne le champ de bataille à l'abri de collines, et tombe sur le flanc de l'armée royale.

C'est alors la débandade, l'armée de Gaspard III de Coligny abandonne ses bagages.

Abraham de Fabert d'Esternay se signale lord de cette bataille.

Dès midi, le combat tourne de manière quasi-décisive à l'avantage de Louis de Bourbon-Condé.

Louis de Bourbon-Condé a la fâcheuse habitude de relever la visière de son casque avec son pistolet.

Louis de Bourbon-Condé fait ce geste machinal et le coup part.

Louis de Bourbon-Condé meurt.

Sans héritier légitime, avec lui s'éteint la branche des Soissons.

Son corps est placé en l'église de la chartreuse Notre-Dame-de-Bonne-Espérance d'Aubevoye, autrement dénommée chartreuse de Bourbon-lèz-Gaillon.

Louis XIII fait le projet d'intenter un procès pour lèse-majesté à la dépouille de Louis de Bourbon-Condé.

Malgré la défaite, l'armée royale commence le siège de Sedan.

Frédéric-Maurice de la Tour d'Auvergne négocie sa soumission dans un traité signé le 4 août 1641 avec Louis XIII, qui lui confie le commandement de l'armée d'Italie.

Richelieu, après avoir maîtrisé les coupables, décide d'arrêter Charles IV de Lorraine qui réussit à s'enfuir fin juillet 1641 et reprend le combat contre la France ennemie.

Henri II de Guise est condamné à mort, mais s'enfuit dans les Flandres.

Ses biens sont alors confisqués.



Seconde bataille de Breitenfeld

Prise de Leipzig

En 1642 Lennart Torstenson avance à travers le Brandebourg et la Silésie vers la Moravie, prenant sur sa route toutes les forteresses de quelque importance.

Le maréchal Lennart Torstenson, commandant en chef de l'armée suédoise, pour achever une brillante campagne militaire, se dispose à assiéger la forteresse impériale de Leipzig.

Léopold-Guillaume de Habsbourg, commandant avec Ottavio Piccolomini une armée de Saxons et d'Impériaux, supérieure en nombre, marche à sa rencontre.

Lennart Torstenson dispose son armée à Breitenfeld, entre les hameaux de Gross Widderitsch et de Haun à 6 km au nord-ouest de Leipzig.

Le 23 octobre 1642, la cavalerie suédoise parvient à briser la résistance de l'infanterie impériale.

Elle n'en compte pour autant, pas moins 4 000 hommes et 8 généraux tués ou blessés dont Torsten Stålhandske, commandant de la cavalerie, qui est sérieusement touché.

Les Saxons et les Impériaux, pour leur part, comptent 15 000 morts et blessés et perdent 46 canons, 191 drapeaux ainsi que tout leurs bagages.

Le lendemain 24 octobre 1642, Leipzig tombe aux mains des Suédois.

La victoire permet aux Suédois d'occuper la Saxe.

Elle amène l'Empereur Ferdinand III de Habsbourg à renoncer aux Préliminaires de Hambourg et à signer la paix.



Johann Eberhard Nithard Précepteur des enfants de Ferdinand III d'Autriche

En 1646, Ferdinand III de Habsbourg choisit Johann Eberhard Nithard comme précepteur de ses enfants :



Mort de Marie-Anne d'Autriche

Marie-Anne d'Autriche, épouse de Ferdinand III de Habsbourg, meurt en 1646.


Banquet de la garde civique d'Amsterdam à l'occasion de la paix de Münster par Bartholomeus van der Helst - peint en 1648 Carte de l'Europe après la Paix de Westphalie en 1648 Conquêtes de Louis XIV de France sur l'Espagne et l'Empire Charles Ier Louis du Palatinat

Les traités de Westphalie

Paix de Münster

Paix d'Osnabrück

Pendant les négociations préparatoires aux traités de Westphalie :

Incapable de lutter contre de pareils adversaires, Ferdinand III de Habsbourg se voit forcé de signer le 24 octobre 1648, les traités de Westphalie.

Ces traités concluent la guerre de Trente Ans et la guerre de Quatre-vingts ans.

Négociés pendant plusieurs années, ces traités sont signés en deux lieux distincts :

La guerre entre la France et l'Espagne n'est pas incluse dans leurs dispositions.

Charles IV de Lorraine, ayant échoué dans ses négociations avec Mazarin, est également exclu de ces traités.

Les décisions remodèlent l'Europe pour de longues années.

La France annexe :

L'indépendance des Provinces-Unies (Pays-Bas) est reconnue par l'Europe.

La Suède annexe la Poméranie occidentale et d'autres territoires qui lui donnent le contrôle des bouches de l'Oder, de l'Elbe et de la Weser.

Wismar, l'île Poel et la ville de Neukloster deviennent suédoise.

Wismar prend alors le nom de Wisborg.

Le Brandebourg annexe la Poméranie orientale.

La dignité électorale de Maximilien Ier de Bavière est confirmée ainsi que sa possession du Haut-Palatinat

Charles Ier Louis du Palatinat rentre en possession du Bas-Palatinat, qu'a perdu son père, et obtient, en dédommagement du reste de ses États héréditaires, l'investiture d'un huitième électorat, qui est créé en sa faveur, ainsi que la charge d'architrésorier de l'empire.

Élisabeth Stuart, sa mère, reste cependant en Hollande.

L'indépendance des Cantons suisses est reconnue.

Ces traités accordèrent la liberté de conscience à l'Allemagne, reconnaissaient les 3 confessions, catholique, luthérienne et calviniste dans le Saint-Empire : les princes conservent le droit d'imposer leur religion à leurs sujets.

Le Saint Empire se trouve morcelé en 350 petits États, sonnant le glas de la puissance des Habsbourg.

Le traité également érige l'État-nation souverain comme socle du droit international, mettant fin (en théorie) au droit du plus fort.

C'est une nouvelle conception de la souveraineté.

Guillaume Ier de Bade-Bade recouvre ses possessions lors de cette Paix.



Mariage de Ferdinand III de Habsbourg avec Marie-Léopoldine de Tyrol

Ferdinand III de Habsbourg est veuf de Marie-Anne d'Autriche.

Ferdinand III de Habsbourg épouse en 1648 Marie-Léopoldine de Tyrol, fille de Léopold V d'Autriche-Tyrol, Comte de Tyrol, Électeur du Tyrol, et de Claude de Médicis.

Leur enfant est :


Philippe IV d'Espagne - peint vers 1652-1655 Marie-Anne d'Autriche, - par Diego Vélasquez- vers 1655 - huile sur toile, 128,8 x 99 cm - Kunsthistorisches Museum de Vienne

Mariage de Philippe IV d'Espagne avec Marie-Anne d'Autriche

Philippe IV d'Espagne est veuf d'Élisabeth de France.

Philippe IV d'Espagne épouse en 1649 Marie-Anne d'Autriche, sa nièce, fille de Ferdinand III de Habsbourg et de Marie-Anne d'Autriche, sœur puînée de Philippe IV d'Espagne. Leurs enfants sont :

Marie-Anne d'Autriche, une jeune fille gaie, devient froide et moins enjouée après son mariage.

Elle est alors assujettit à l'implacable et oppressante étiquette de la cour Espagnole.

Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe IV d'Espagne, et d'Élisabeth de France, n'a que 3 ans de moins que Marie-Anne d'Autriche.

Elle est alors l'héritière de la couronne en l'absence d'héritier mâle.

Johann Eberhard Nithard suit Marie-Anne d'Autriche à Madrid. Il garde son rôle d'Aumônier et de Confesseur.

Johann Eberhard Nithard gagne la confiance de Philippe IV d'Espagne qui le nomme dans une série de commissions qui ont pour but d'améliorer le sort du peuple.

Johann Eberhard Nithard remplit ces tâches mineures à la satisfaction du roi qui, semble-t-il, souhaite le voir créer cardinal. Nithard, l'en dissuade. L'estime du roi n'en est que plus grande.


Éléonore de Nevers-Mantoue

Mariage de Ferdinand III de Habsbourg avec Éléonore de Nevers-Mantoue

Ferdinand III de Habsbourg est veuf de Marie-Léopoldine de Tyrol.

Ferdinand III de Habsbourg épouse à Wiener Neustadt en Autriche le 30 avril 1651 Éléonore de Nevers-Mantoue, fille de Charles II de Nevers-Mantoue et de Marie de Mantoue. Leurs enfants sont :



Naissance d'Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg

Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg naît en 1653, fille de Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Nevers-Mantoue.



Naissance de Marie-Anne Josèphe de Habsbourg

Marie-Anne Josèphe de Habsbourg naît en 1654, fille de Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Nevers-Mantoue.



Mort de Ferdinand III de Habsbourg

Ferdinand III de Habsbourg meurt à Vienne le 2 avril 1657.

Devenue veuve, Éléonore de Nevers-Mantoue continue activement son action culturelle et religieuse.

Éléonore est considérée comme une femme très cultivée et pieuse. Elle écrit des poèmes, dirige une académie littéraire et encourage la vie culturelle de Vienne.

Bien qu'elle soit catholique, elle se montre très tolérante à l'égard des écrivains protestants. Elle fonde plusieurs monastères, dont le cloître des Ursulines à Vienne.

Elle est la protectrice de l'ordre de Carmélites fondé en 1662 à Vienne.

Elle fonde un ordre religieux appelé Les esclaves de la vertu (Sklavinnen der Tugend).

Vienne lui doit aussi l'agrandissement du Hofburg.



Mariage de Michal Wisniowiecki avec Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg

Michal Wisniowiecki épouse en 1670 Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg, fille de Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Nevers-Mantoue.

Cette union restera sans postérité.



Mariage de Jean-Guillaume de Neubourg-Wittelsbach avec Marie-Anne Josèphe de Habsbourg

Jean-Guillaume de Neubourg-Wittelsbach épouse en 1678 Marie-Anne Josèphe de Habsbourg, fille de Ferdinand III de Habsbourg avec Éléonore de Nevers-Mantoue.



Mariage de Charles V de Lorraine avec Éléonore d'Autriche

Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg est veuve de Michal Wisniowiecki, Roi de Pologne.

Charles V de Lorraine épouse en 1678 Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg, fille de Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Nevers-Mantoue.

Leurs enfants sont :

Ce mariage le fait beau-frère de l'empereur Léopold Ier.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !