Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



16 événements affichés, le premier en 1128 - le dernier en 1188



Mariage d'Alphonse VII le Bon avec Bérengère de Barcelone

Alphonse VII le Bon épouse à Saldana en Espagne le 17 novembre 1128 Bérengère de Barcelone, fille de Raymond-Bérenger III de Barcelone et de Douce Aldonza Ire de Provence. Leurs enfants sont :


Mathilde de Savoie

Mariage d'Alphonse Ier le Conquérant avec Mathilde de Savoie

Alphonse Ier le Conquérant, Roi de Portugal, épouse en 1146 Mathilde de Savoie. Leurs enfants sont:



Reprise d'Almeria par les Almohades

Mort d'Alphonse VII le Bon Empereur d'Espagne, Roi de León, de Galice et de Castille

Sanche III le Désiré Roi de Castille et de Tolède

Ferdinand II de Léon Roi de León et de Galice

En 1157, les Almohades réduisent l'enclave Castillane d'Almeria.

En portant secours à cette ville, Alphonse VII le Bon meurt à Fresneda (Huelva) le 21 août 1157 ou le 8 septembre 1157, dans la passe de Muradel lors du passage de la Sierra Morena.

La succession est difficile et le León se sépare de la Castille.

Sanche III le Désiré devient Roi de Castille et de Tolède en 1157.

Sanche III le Désiré renonce au León, qu'il laisse à son frère cadet Ferdinand II de Léon qui devient Roi de León et de Galice en 1157.



Mort de Sanche III le Désiré Roi de Castille et de Tolède

Alphonse VIII le Noble Roi de Castille, de León et de Tolède

Ferdinand II de Léon Régent du royaume de Castille

Sanche III meurt le 31 août 1158 à Tolède.

Alphonse VIII le Noble devient Roi de Castille, de León et de Tolède en 1158, à l'âge de 3 ans.

L'enfant-roi est alors un enjeu entre les deux partis nobiliaires qui se disputent le pouvoir, les Lara et les Castro.

Ferdinand II de Léon, son oncle et tuteur, réclame la régence, ce qui conduit à une quasi-guerre civile.

Ferdinand II de Léon apaise les troubles causés en Castille par la rivalité des Castro et des Lara.

Alphonse VIII le Noble est sauvé par un écuyer de la maison royale qui l'emmène dans les villes loyales du nord de la Castille, San Esteban de Gormaz et Ávila.

Alphonse VIII le Noble doit reconquérir son royaume par la force dès son adolescence.

Il reconquiert par surprise la capitale Tolède des mains des Lara.



Fiançailles d'Alphonse-Raymond II le Chaste avec Mathilde de Portugal

Mort de Mathilde de Portugal

Le 10 janvier 1160 ou 1159, Raymond-Bérenger IV de Barcelone rencontre Alphonse Ier le Conquérant dans le village de Santa María del Palo, près de Tuy.

Le 30 janvier 1160, Raymond-Bérenger IV de Barcelone négocie le mariage d'Alphonse-Raymond II le Chaste avec Mathilde de Portugal.

Selon certaines sources, Mathilde de Portugal meurt en 1160, ce qui rend le mariage impossible.

Selon d'autres sources, Ferdinand II de Léon, aurait convaincu Pétronille d'Aragon, après la mort de Raimond Bérenger IV, d'annuler le mariage.



Mariage de Ferdinand II de Léon avec Urraque de Portugal

Ferdinand II de Léon épouse en 1165 Urraque de Portugal, fille d'Alphonse Ier le Conquérant et de Mathilde de Savoie. Leur enfant est :



Naissance d'Alphonse IX de León

Alphonse IX de León naît en 1166 (selon le Grand Larousse encyclopédique) ou le 15 août 1171 (selon l'Encyclopedia Britannica de 1911), fils de Ferdinand II de Léon et d'Urraque de Portugal.



Siège de Badajoz

En 1169, Ferdinand II de Léon prête main forte à la ville musulmane de Badajoz assiégée par les Portugais de Gérard Sans Peur.

Les templiers refusent de soutenir la politique belliqueuse du Roi du León vis à vis du jeune Royaume du Portugal, et donc vis à vis de Chrétiens aux prises avec des musulmans. En conséquence, l'Ordre du Temple intervient pas en León-Castille alors que sa sa vitalité est grande en Aragon-Catalogne et au Portugal.



Fondation de l'Ordre de Santiago

En 1170, sous le roi Ferdinand II de Léon, un chevalier, Pedro Fernandez, avec une douzaine de compagnons, décide de fonder une milice analogue à celle de Calatrava. Cette confrérie de chevaliers, toujours à la pointe du combat, s'établie d'abord à Cacerès, en Estrémadure. Le besoin de posséder une règle se faisant sentir, ils s'adressent aux chanoines réguliers du monastère de Santa Maria de Loyo. La communauté de chanoines est absorbée par la milice et son prieur devient le chef spirituel des chevaliers. Un couvent est fondé dans à Cacerès. L'archevêque de Compostelle donne à Pedro Fernandez la bannière de Saint Jacques conservée dans la cathédrale, faite d'étoffe rouge sur laquelle est brodée l'image de l'apôtre Saint Jacques tueur de Maures (Matamoros) à cheval et brandissant une épée. C'est pouquoi l'Ordre est aussi appelé Ordre de Saint-Jacques de l'Épée.


Aliénor d'Angleterre et Alphonse VIII le Noble concédant le château et la ville d'Uclés à l'Ordre militaire de Santiago. Miniatura del Tumbo Menor de Castilla. Archivo Historico National.Madrid

Implantation de l'Ordre de Santiago à Uclés

La perte de Cacerès, oblige les chevaliers de l'Ordre de Santiago à chercher un refuge. Ils veulent s'établir, contre la volonté du roi de León, dans la place forte de Castrotorafe dont la situation leur permet de prendre pied au Portugal, où le roi Alphonse Ier le Conquérant désire leur confier des commanderies. Ferdinand II de Léon, furieux, annule toutes ses donations.

Le 6 janvier 1174, maître, prieur, chevaliers et chanoines, escortés de l'archevêque de Compostelle, derrière la bannière déployée de Santiago, viennent demander asile, à León, au roi Alphonse VIII le Noble de Castille qui leur donnent la place d'Uclés cédée par les hospitaliers de Saint-Jean. L'Ordre de Santiago s'y organise définitivement.

(Aliénor d'Angleterre et Alphonse VIII le Noble concédant le château et la ville d'Uclés à l'Ordre militaire de Santiago. Miniatura del Tumbo Menor de Castilla. Archivo Historico National.Madrid)

L'Ordre rassemble des clercs qui suivaient la règle de saint Augustin et des séculiers qui assument les missions militaires. Il est dirigé par un maître assisté de deux commandeurs, l'un pour la Castille, l'autre pour le León, et par trois prieurs, des clercs chargés de la direction spirituelle. Les chevaliers pouvent être mariés, et remplacent alors le voeu de chasteté par celui de fidélité conjugale. Cette particularité unique attire la noblesse que rebute l'austérité de la règle de Calatrava conçue pour des moines. L'Ordre de Santiago a comme finalité la défense de la Foi Chrétienne dans la lutte contre l'Islam.



Divorce de Ferdinand II de Léon et d'Urraque de Portugal

Ferdinand II de Léon et Urraque de Portugal divorcent en 1175.



Mariage de Ferdinand II de Léon avec Thérèse Nunez Perez de Lara et Trastamare

Ferdinand II épouse en 1176 Thérèse Nunez Perez, Dame de Lara et Trastamare, fille de Nuno, Seigneur de Lara, et de Thérèse de Trava. Leur enfant est :



Siège et prise de Cuenca

Rencontre de Alphonse VIII le Noble, Ferdinand II de Léon et Alphonse-Raymond II le Chaste

La trêve conclue en 1173 étant rompue par le Raid sur Uclès et Alharilla, Rodrigo Jiménez de Rada assiége la place arabe de Cuenca.

Les habitants de Cuenca appelent le calife à leur secours… mais en vain. D'autre part, une épidémie originaire du Maroc perturbe le système défensif Almohade, et aucun renfort ne parvint donc à la ville assiégée.

Les armées Almohades de Cordoue et de Séville tentent une diversion en agressant les forteresses de Tolède et de Talavera. Malgré cette diversion la détermination des Chrétiens resta intacte devant Cuenca.

La défense des musulmans est farouche. Maître Giraldo qui avait la fonction de conseiller auprès d'Alphonse VIII le Noble, narre le siège de Cuenca :

Afin que les Maures ne puissent sortir de la ville, les Castillans forment quatre postes d'attaque, :

Cette description, fausse quant aux noms des chefs d'armée, permet de connaître la disposition des troupes et d'estimer le nombre des protagonistes. La fourchette de deux mille à trois mille soldats pour le camp Chrétien semble plausible. La population musulmane, dans Cuenca est de 700 à 800 habitants. Une fois complètement encerclée, de nombreuses balistes sont construites et lancent des projectiles, incessamment, jour et nuit. Les maures manquent bientôt de vivres, mais ils restent fermes et refusent de se rendre. Les Chrétiens utilisent des feux grégeois, et la ville subit des incendies répétés.

S'il faut en croire une légende, les Chrétiens pénétrèrent dans Cuenca à partir d'un endroit proche de la jonction des fleuves Jucar et Huecar (à l'actuelle Puerta de San Juan). Cette légende pieuse et persistante raconte que c'est prêtre dénommé Martín Alhaja ou Alhaxa qui ouvrit la voie aux Chrétiens, après que la Vierge lui soit apparue.

Mais il semble que Cuenca, harcelée en continu, accablée de projectiles, proie des flammes de façon répétée, épuisée, exsangue, privée de l'espoir de tout secours, se rend le 21 septembre 1177, le jour de la fête de l'Apôtre Saint Mathieu après un siège de 9 mois.

L'association de la prise de Cuenca à la fête Saint Mathieu permit aussi d'amalgamer le symbole de la ville (le bol ou "cuenco") au calice de l'Apôtre tel qu'on le retrouve encore dans les armes actuelles de la ville.

L'Ordre de Santiago prend une part non négligeable au siège de Cuenca. Après la prise de la ville, il se consacre à la défense et au repeuplement du territoire conquis, mais aussi, à sa fonction hospitalière et au rachat de prisonniers chrétiens détenus par les musulmans.

Durant le long siège de Cuenca, Alphonse VIII le Noble réunit à Tarazona, Ferdinand II de Léon, Roi de León et Alphonse-Raymond II le Chaste, Roi d'Aragon. Si la coordination des troupes est un des objets de cette entrevue, il s'agit aussi, pour le roi de Castille, de maintenir un bloc diplomatique face au roi de Navarre et de maîtriser le roi de León, Ferdinand II qui aurait menacé les Castillans. Le bloc Castille-Aragon reste soudé. En récompense de ses bons offices et de son aide militaire, Alphonse II le Chaste reçoit d'Alphonse VIII le Noble la levée de son état de vassalité pour la ville de Sarragosse.



Reconnaissance du royaume de Portugal par le Pape

Le 23 mai 1179, le Pape Alexandre III, par sa bulle Manifestus probatum, reconnait le droit d'Alphonse Ier du Portugal à la couronne et le Portugal comme pays indépendant et vassal de l'Église à condition de lui payer un tribut.

Cette reconnaissance est favorisée par le fait de la division des deux royaumes de Castille et de León. Le Roi Alphonse VIII le Noble délie le Portugal de tout lien avec la Castille et le Roi Ferdinand II de Léon renonce au titre de "Roi des Espagnes".

Dans le nouveau royaume, la royauté est élective et héréditaire. Le Roi a pour successeur son fils et son petit-fils. S'il meurt sans postérité, son frère est proclamé Roi mais le fils de ce frère n'est pas Roi de droit de naissance, il n'est Roi qu'en vertu d'un vote des Cortes dont les membres, nommés par le Roi, représentent les trois ordres. À défaut d'héritiers mâles, les filles du souverain sont admises à la succession royale afin d'en exclure tout Prince étranger.



Mariage de Ferdinand II de Léon avec Urraca Lopez de Haro

Ferdinand II épouse en 1184 Urraca Lopez de Haro, fille de Lope II Diaz de Haro, Comte de Biscaye, et d'Aldonza de Castro.



Mort de Ferdinand II de Léon Roi de León et de Galice

Alphonse IX Roi de León et de Galice

Ferdinand II de Léon meurt à Bénévent en Campanie le 22 janvier 1188.

En 1188, Alphonse IX de León, fils de Ferdinand II de Léon, devient Roi de León et de Galice.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !