Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



14 événements affichés, le premier en 1508 - le dernier en 1582



Naissance de Ferdinand Alvare de Tolède

Ferdinand Alvare de Tolède ou Fernando Álvarez de Toledo y Pimentel naît à Piedrahíta le 29 octobre 1508, fils de Frédéric Hernandez de Tolède, Duc d'Albe.



Siège de Perpignan

Dans le cadre de la Neuvième guerre d'Italie, Henri II de France commande l'armée de Roussillon en 1542, et assiège inutilement Perpignan.

François II de Saint-Nectaire sert au siège de Perpignan.

Louis III de Bourbon-Vendôme et Charles de Bourbon-Montpensier servent contre Charles Quint en Roussillon en 1542

François-Armand de Polignac sert lors de ce siège.

La jeune noblesse de l'armée française est livrée au plaisir et au jeu sous les tentes du prince.

Elle veille peu aux mouvements des assiégés.

Ceux-ci font une sortie, comblent les tranchées et se portent sur le parc de l'artillerie.

Ils détruisent la majeure partie de l'artillerie lourde française

Charles Ier de Cossé s'avance une pique à la main, reçoit tout le feu des ennemis, et, malgré une blessure à la cuisse, entretient le combat jusqu'à l'arrivée de l'infanterie qui le dégage.

Le dauphin lui dit en l'embrassant : qu'il voudrait être Brissac, s'il n'était pas dauphin.

Le siège s'enlise.

Une épidémie frappe le camp français, affaiblissant considérablement les troupes.

Au cours de ce siège, Ambroise Paré, accompagnant l'armée française, a l'idée d'une nouvelle technique.

Charles Ier de Cossé ayant reçu une balle dans l'épaule

Ambroise Paré a l'idée de replacer le blessé dans la position initiale au moment de l'impact pour révéler l'emplacement de la balle perdue et ainsi permettre à Nicole Lavernault, chirurgien du Dauphin de l'extraire.

L'arrivée d'une armée de secours espagnole commandée par Ferdinand Alvare de Tolède oblige les Français à lever le siège et à battre en retraite.



Bataille de Muehlberg

Philippe Ier de Hesse Prisonnier

Diète d'Augsbourg

En s'emparant de la ville de Wurzen, Jean-Frédéric Ier de Saxe lèse les droits de son cousin Maurice de Saxe.

Emmanuel-Philibert de Savoie sert Charles Quint dans la guerre contre les confédérés de Smalkalde en 1547.

Le 24 avril 1547, Maurice de Saxe et Ferdinand Alvare de Tolède gagne pour Charles Quint la bataille de Mühlberg ou Muehlberg sur :

Antoine Perrenot de Granvelle prend part aux négociations de paix qui suivent cette bataille. Il y fait preuve d'une grande finesse.

Jean-Frédéric Ier de Saxe est emprisonné par Maurice de Saxe.

Condamné à mort, Jean-Frédéric Ier de Saxe a la vie sauve en abandonnant tous ses droits et possessions à son cousin. Jean-Frédéric Ier de Saxe perd l'électorat de Saxe.

Jean-Frédéric Ier de Saxe ne garde que le titre de Duc de Saxe.

Charles Quint fait emprisonner Philippe Ier de Hesse. Il le retiendra 4 ans.

En 1547, lors de la Diète d'Augsbourg, Charles Quint crée un compromis doctrinal, qu'il espère convenir à la fois aux catholiques et aux protestants.



Prise de Casal

En 1555, par un coup aussi heureux que hardi, Charles Ier de Cossé surprend Casal.

Toute la noblesse de l'armée impériale y assiste à un tournoi, le gouverneur et ses soldats, n'ont que le temps de se jeter dans la citadelle, la plupart sans habits, et presque tous sans armes.

Charles Ier de Cossé entre dans la ville, interdit le pillage, attaque la citadelle, défendue par un bon fossé et quatre bastions, et se dispose à un assaut général. Les ennemis capitulent et promettent de se rendre si, dans 24 heures, ils ne sont point secourus. La capitulation est à peine signée qu'on apprend que Pescaire marche avec 3 000 hommes pour se jeter dans la citadelle.

Charles Ier de Cossé tient ses troupes toute la nuit sous les armes et fait avancer les horloges. La citadelle se rend, il y trouve, comme dans la ville, une artillerie nombreuse, tire de la rançon de la noblesse allemande qui y est rassemblée, écus qui réjouissent fort le soldat, mal payé, jusque-là.

Henri II de France lui fait présent de l'épée qu'il porte à la guerre, accompagnée d'une lettre où sa valeur, sa diligence, son zèle est peints avec les plus vives couleurs.

Le roi lui ordonne de lever un impôt sur le clergé, la noblesse et le peuple du Piémont. Charles Ier de Cossé se comprend le premier dans cette taxe, et donne 10 000 écus de son bien.

Les maladies qui se répandent dans son armée, par la mauvaise nourriture, ne l'empêchent pas de soumettre encore quelques places qu'il fait raser.

Charles Ier de Cossé reçoit un renfort de la France.

Suivi de plusieurs princes et d'un grand nombre de seigneurs volontaires, Charles Ier de Cossé marche au secours de Santhia, assiégée par le Ferdinand Alvare de Tolède, qui a remplacé Don Ferrante Gonzaga.

Il le force à se retirer.

Il laisse dans son camp 400 malades, ses vivres et une bonne partie de son artillerie.

François Gouffier le Vieux s'illustre à Santhia.



Onzième guerre d'Italie

Campagne de Philippe II d'Espagne en Italie

La onzième guerre d'Italie dure de 1556 à 1559.

Philippe II d'Espagne continue la lutte contre la France d'Henri II de France alliée au pape Paul IV.

En 1556, François Ier de Lorraine-Guise prend la tête de l'expédition qui doit reprendre Naples aux Espagnols.

François Ier de Lorraine-Guise arrive en Italie au début 1557.

En 1556 et 1557, Claude de La Châtre accompagne François Ier de Lorraine-Guise en Piémont et en Lombardie.

L'Espagne y tente des offensives, partant de Naples, occupant Anagni, Tivoli près de Rome. Les français, dont Blaise de Lasseran doivent se retirer de Toscane.

Philippe II d'Espagne charge Ferdinand Alvare de Tolède d'envahir les états pontificaux en automne 1556.



Rencontre de Catherine de Médicis avec Ferdinand Alvare de Tolède

En juin 1565, Ferdinand Alvare de Tolède dirige une ambassade espagnole qui rencontre la Catherine de Médicis à Bayonne.

Ferdinand Alvare de Tolède exige que la monarchie française organise une répression plus sévère du protestantisme en France, proteste contre les visées françaises en Floride.

Ferdinand Alvare de Tolède refuse aussi nettement les projets d'alliance matrimoniale proposés par la régente française.


Ferdinand Alvare de Tolède - Duc d'Albe - peint par le Titien

Révolte aux Pays-Bas

Ferdinand Alvare de Tolède vice-roi des Pays-Bas

À la suite de Marguerite de Parme, Ferdinand Alvare de Tolède, Duc d'Albe, est nommé en 1566 gouverneur des Pays-Bas pour Philippe II d'Espagne, avec le titre de vice-roi, et investi d'un pouvoir absolu afin de réprimer les velléités d'indépendance qu'y avaient excités les dissensions religieuses.

Ferdinand Alvare de Tolède réunit une immense armée, qu'il mène d'Italie en Flandres par la Savoie et la Franche-Comté, et pénètre dans son vice-royaume en août 1566.

En août 1566, le passage du duc d'Albe le long du nord-est de la France inquiète les protestants, qui croient que l'armée mobilisée pour protéger le royaume, avec les milliers de Suisses recrutés à cette occasion, va finalement être tournée contre eux.

Le nom sous lequel il est connu lui vient de son château d'Alba-de-Tormès.



Ferdinand Alvare de Tolède Régent des Pays-Bas

Création du Conseil des troubles

Lamoral d'Egmont et Philippe II de Montmorency-Nivelle Prisonniers

Philippe-Guillaume d'Orange-Nassau Prisonnier

En 1567, les désaccords avec son frère conduisent Marguerite de Parme à demander la fin de sa charge.

Elle est remplacée par Ferdinand Alvare de Tolède.

Alors qu'il fait route vers les provinces des Pays-Bas, Guillaume Ier d'Orange-Nassau s'échappe de Bruxelles et conseille à Lamoral d'Egmont et à Philippe II de Montmorency-Nivelle de faire de même, mais ils ne le font pas.

Ferdinand Alvare de Tolède fait son entrée dans Bruxelles à la tête de l'armée espagnole le 8 août 1567.

Ferdinand Alvare de Tolède s'illustre par la cruauté de sa politique répressive.

Il établit, sous le titre de Conseil des troubles, un tribunal qui déploie tant de rigueur qu'on ne l'appela que le Conseil de sang.

Il prononcera 8000 condamnations à mort.

Ferdinand Alvare de Tolède fait arrêter Lamoral d'Egmont, Comte d'Egmont, et Philippe II de Montmorency-Nivelle, Comte d'Hornes.

En 1567, Philippe-Guillaume d'Orange-Nassau, âgé de 13 ans, est pris en otage à l'Université de Louvain par Ferdinand Alvare de Tolède et est envoyé en Espagne pour conclure ses études.

Demeuré catholique, il est tenu à l'écart de la rébellion et demeure fidèle à la couronne d'Espagne.

Il poursuit ses études à l'université d'Alcalá de Henares.


Bataille de Heiligerlee Statue du Comte d'Egmont et du Comte de Hornes dans le Petit-Sablon à Bruxelles

Guerre de Quatre-vingts Ans

Bataille de Heiligerlee

Mort de Lamoral d'Egmont Comte d'Egmont

Mort de Philippe II de Montmorency-Nivelle Comte d'Altena et de Hornes, Seigneur de Hachicourt, de Wimy, de Farbus, du Bosquet, d'Escarpel, de Sauchy-le-Caucher

Bataille de Jemmingen

Les troupes Guillaume Ier d'Orange-Nassau, commandées par Louis de Nassau-Dillenbourg, remportent l'escarmouche d'Heiligerlee le 23 mai 1568.

Ferdinand Alvare de Tolède fait exécuter Lamoral d'Egmont et Philippe II de Montmorency-Nivelle, accusés de rébellion, bien qu'ils ne soient pas protestants.

Ils sont décapités sur la Grand Place à Bruxelles le 5 juin 1568.

Lamoral d'Egmont est inhumé le lendemain de son exécution à Zottegem, dans la propriété de sa femme, dans une crypte où tous deux reposent entourés de leurs onze enfants.

Ces excès décident les Flamands à combattre pour une sécession définitive.

La révolte contre la monarchie espagnole des Provinces du Nord (les Pays-Bas actuels), qui leur permit d'accéder à l'indépendance, est appelée guerre de Quatre-vingts Ans.

Elle durera jusqu'en 1648.

Ferdinand Alvare de Tolède remporte une grande victoire sur les insurgés commandés par Guillaume Ier d'Orange-Nassau à la bataille de Jemmingen en 1568.



Bataille de Haarlem

Luís de Zúñiga y Requesens Gouverneur des Pays-Bas

Ferdinand Alvare de Tolède remporte une grande victoire sur les insurgés commandés par Guillaume Ier d'Orange-Nassau à la bataille de Haarlem en 1573

Mais il ne peut les réduire entièrement.

Dégoûté d'une lutte perpétuelle, il finit par demander lui-même son rappel en 1573.

Ferdinand Alvare de Tolède quitte ce pays au bout de 7 ans, après l'avoir hérissé de forteresses et inondé de sang, laissant la réputation d'un grand capitaine, mais d'un homme impitoyable.

À son retour en Espagne, Ferdinand Alvare de Tolède reste pendant quelque temps en disgrâce.

Ferdinand Alvare de Tolède est même exilé par suite d'une intrigue de cour.

En 1573, Philippe II d'Espagne rappelle le duc d'Albe et le remplace par Luís de Zúñiga y Requesens.


Don Juan d'Autriche

Attribution de la rose d'or à Don Juan d'Autriche

Don Juan d'Autriche Gouverneur des Pays-Bas

La victoire de Lépante vaut à Don Juan d'Autriche de recevoir du pape, en 1576, la rose d'or, d'abord réservée exclusivement au préfet de Rome, puis, plus tard offerte à un fidèle catholique qui rend un service important à l' Église.

Pour récompenser Don Juan d'Autriche de sa victoire à Lépante, peut-être aussi pour mettre fin à ses ambitions, Philippe II d'Espagne investit Don Juan d'Autriche comme gouverneur aux Pays-Bas en 1576.

Ferdinand Alvare de Tolède et Luís de Zúñiga y Requesens ont déjà échoués à ce poste extrêmement difficile, incapables de mettre fin à la rébellion protestante.

Pour convaincre Don Juan d'Autriche d'accepter cette mission périlleuse, Philippe II d'Espagne évoque la possibilité de lancer par la suite une invasion de l'Angleterre, destinée à placer sur le trône britannique une reine catholique, Marie Ire Stuart.

Très rapidement, Don Juan d'Autriche comprend le caractère irréaliste de ce projet, tandis qu'il échoue entretemps jour après jour dans sa tentative de contenir la rébellion des Pays-Bas.

À son arrivée, Don Juan d'Autriche trouve toutes les provinces unies contre les armées espagnoles qui ravagent le pays.

Philippe III de Croÿ réserve un accueil mitigé à Don Juan d'Autriche.



Le comte d'Egmont Prisonnier

François III de la Noue Prisonnier des Espagnols

Fatigué des rivalités aux visées essentiellement politiques, François III de la Noue quitte la France pour apporter son soutien aux protestants révoltés des Pays-Bas, opprimé par Ferdinand Alvare de Tolède, Duc d'Albe.

François III de la Noue prend de nombreuses villes et capture le comte d'Egmont, en 1580.

Odet de La Noue est aux côtés de son père et commande la cavalerie.

François III de la Noue est fait prisonnier par les Espagnols le 9 mai 1580.

François III de la Noue est enfermé pendant 5 ans au château de Limbourg. C'est là qu'il compose ses Discours politiques et militaires. S'appuyant sur son expérience, l'auteur y analyse avec acuité la situation politique de la France. Il préconise une politique de tolérance tout en manifestant sa foi dans l'action.

Publiés en 1587 à Bâle, en 1590 à La Rochelle, en 1592 et en 1612 à Francfort, les Discours politiques et militaires sont une œuvre d'un intérêt majeur, ayant eu une influence importante sur les armées de tous les pays en raison de l'étude approfondie de l'art et de la stratégie militaires qu'il y présente. Napoléon Ier qualifiera plus tard ces discours de "Bible du soldat".

Enfin, il entreprend une réflexion sur le rôle et la place de la noblesse dans le royaume de France. Il préconise la création d'académies pour une formation polyvalente des jeunes nobles qui les préparerait aussi bien au métier militaire qu'aux fonctions civiles.

Célèbre pour sa galanterie, son honneur et sa pureté de caractère, François III de la Noue force l'admiration de tous, ce qui va malheureusement concourir à rendre ses conditions de détention épouvantables, et les conditions de sa libération exagérées.



Conquête du Portugal

Dynastie de Habsbourg

Philippe Ier Roi de Portugal

En 1581, Philippe II d'Espagne rappelle Ferdinand Alvare de Tolède pour le mettre à la tête d'une armée qu'il envoie en Portugal.

Ferdinand Alvare de Tolède réussit à soumettre le pays, chasse don Antonio, prince de Crato, qui avait été proclamé roi, et s'empare de Lisbonne.

Mais Ferdinand Alvare de Tolède y laisse commettre des cruautés qui souillent sa victoire.

Les Cortes de Tomar sont contraint de reconnaître Philippe II d'Espagne comme Roi de Portugal sous le nom de Philippe Ier. Une condition est imposée : le royaume et ses colonies ne pourraient pas devenir des provinces espagnoles. Il réalise un rêve vieux de cent ans: unifier la péninsule. En recevant du même coup les colonies portugaises, il constitue un empire sur lequel "le soleil ne se couche jamais".

Philippe a prend plus de temps pour réussir á conquérir les Açores, et subit de fréquentes attaques sur les côtes et les îles portugaises de la part de résistants, aidés par les anglais et les français.

A Macao, pendant toute la durée de la dynastie des Habsbourg, les rois Philippes n'ont jamais réussi a se faire rendre hommage, et la ville ne retourna à la couronne portugaise qu'a l'accession au trône de Jean IV de Portugal, en 1640.

En 1581, Catherine de Médicis, avec l'assentiment du roi Henri III de France, décide d'armer une flotte de corsaires commandée par Philippe Srozzi di Piero pour soutenir les prétentions de son candidat au trône du Portugal, dom Antonio, prior de Crato, et contrer celles de Philippe II d'Espagne qui a déjà envahi le pays.



Mort de Ferdinand Alvare de Tolède Duc d'Albe de Tormes et de Huescar, Marquis de Coria, Comte de Salvatierra

Ferdinand Alvare de Tolède meurt à Lisbonne le 11 décembre 1582.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !