Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1430 - le dernier en 1565



Mariage de Jean II du Bellay avec Jeanne de Logé

Jean II du Bellay épouse Jeanne de Logé (née en 1410), Dame du Bois-Thibault. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eustache du Bellay

Eustache du Bellay naît en 1440, fils de Jean II du Bellay et de Jeanne de Logé.



Mariage d'Eustache du Bellay avec Catherine de Beaumont-La Forest

Eustache du Bellay épouse le jeudi 21 novembre 1461 Catherine de Beaumont-La Forest (née en 1443), Dame de La Chapelle-Themer, , fille de Louis de Beaumont-La Forest (né en 1407) et de Jeanne Jousseaume (1423-1478). Leurs enfants sont :



Naissance de Jean III du Bellay

Jean III du Bellay naît en 1480, fils d'Eustache du Bellay (1440-1504), Seigneur du Bellay et de Gizeux, Chambellan du Roi René, et de Catherine de Beaumont-La Forest (née en 1443), Dame de La Chapelle-Themer,



Mariage de René du Bellay avec Marguerite de Laval

René du Bellay épouse le samedi 29 août 1496 Marguerite de Laval, fille de Pierre de Laval et de Philippe ou Philippa de Beaumont-Bressuire. Leurs enfants sont :



Mort d'Eustache du Bellay Seigneur du Bellay et de Gizeux

Eustache du Bellay meurt en 1504.



Eustache du Bellay conseiller au Parlement de Paris

Eustache du Bellay est le fils de René du Bellay et de Marguerite de Laval.

Eustache du Bellay est conseiller au Parlement de Paris.

Eustache du Bellay est pourvu de nombreux bénéfices ecclésiastique :



Jules III Président du Concile de Trente

Ouverture du Concile de Trente

Marcel II Légat pontifical

Paul III relance alors énergiquement le projet de tenue d'un concile œcuménique.

Charles Quint a développé un programme de son crû, en porte-à-faux sur plusieurs points essentiels avec celui du pape. Puisque les protestants répudient un concile présidé par le Pontife romain, Charles Quint est résolu soumettre les princes par les armes.

Paul III ne s'y oppose pas, et il promit de l'aider avec 300 000 ducats et 20 000 hommes de pied ; mais il ajoute sagement la condition que Charles Quint ne devra conclure aucun traité séparé avec les hérétiques et ne passer aucun accord préjudiciable à la Foi et aux droits du Saint-Siège.

Charles Quint souhaite alors que le concile soit prolongé jusqu'à la victoire des Catholiques.

De plus, prévoyant que la lutte avec les prédicateurs de l'hérésie sera plus obstinée que le conflit avec les princes, Charles Quint presse Paul III d'éviter de formuler des dogmes de foi pour le présent et de confiner les travaux du concile au renforcement de la discipline. Le pape ne peut souscrire à aucune de ces idées.

Eustache du Bellay montre un grand zèle au concile de Trente, pour soutenir les droits de l'épiscopat.

Lors d'un consistoire tenu le 6 février 1545, Jules III est nommé premier président du concile de Trente.

Finalement, après d'incessantes difficultés, Jules III ouvre la première session du concile à Trente le 13 décembre 1545 avec un bref discours solennel.

Jules III représente les intérêts pontificaux contre l'empereur Charles Quint, avec qui il entre en conflit à différentes occasions.

Marcel II joue un rôle important comme Légat pontifical.

Ercole Gonzague est un des présidents du concile de Trente.

Pendant le concile de Trente, Pie V reste fidèle au clan Carafa.

Grégoire XIII participe comme juriste au concile de Trente.

Le concile de Trente marque le commencement de la Contre-réforme. Charles Quint gagne quelques princes du Saint-Empire à la cause catholique.



Disgrâce de Jean du Bellay

Eustache du Bellay Évêque de Paris

Retraite de Jean du Bellay à Rome

En 1547, à la mort de François Ier, Jean du Bellay est privé de son rang et de son crédit, par les intrigues de Charles Ier Cardinal de Lorraine.

Jean du Bellay se démet de l'évêché de Paris en faveur d'Eustache du Bellay, son cousin, et de l'archevêché de Bordeaux.

Jean du Bellay se retire à Rome.



Eustache du Bellay Évêque de Paris

Pressenti pour être évêque du Mans, Eustache du Bellay est désigné comme évêque de Paris en succession de son parent Jean du Bellay le 16 mars 1551.

Eustache du Bellay est consacré le 15 novembre 1551.

Eustache du Bellay gouverne son diocèse avec beaucoup de sagesse.

Eustache du Bellay est doyen commendataire de l'abbaye de Saint-Maur de 1551 à 1563.



Entrée à Massy d'Eustache du Bellay

Louis d'Harcourt assiste en 1551 à l'entrée à Massy d'Eustache du Bellay, Évêque de Paris.



Publication des statuts synodiaux

Eustache du Bellay publie des statuts synodiaux en 1557.



Réouverture du concile de Trente

Conformément à la capitulation électorale votée par les cardinaux pendant le conclave, et avec l'appui de Philippe II d'Espagne, Pie IV ouvre de nouveau en 1562 le concile de Trente.

Jean de Morvilliers fait partie de la délégation qui se rend au concile de Trente lors de sa dernière phase.

Philibert Babou de La Bourdaisière participe à ce Concile en 1562 et 1563.

La nouvelle session, à laquelle les Espagnols et Français assistent plus nombreux qu'auparavant, s'attache en particulier à réformer le clergé :

La bulle Professio fidei tridentina (" profession de foi tridentine ") s'impose désormais à tous les clercs, supérieurs d'ordre et professeurs d'université.

Pie IV suit de près les efforts conciliaires, dépêchant, outre ses légats, les théologiens Jacques Lainez et Alonso Salmeron, deux jésuites, ainsi que le dominicain Pedro Soto.

Les pères conciliaires en viennent à se plaindre de travaux trop dirigés par la papauté, et l'on raille l'Esprit Saint arrivant dans les carrosses de la Curie.

Ces dissensions touchent également le pouvoir pontifical en lui-même, la révision en 1564 du sévère Index édicté par Paul IV n'étant pas au goût de tous.

Dans ses efforts pour faire appliquer les décrets du concile, Pie IV est épaulé par son neveu, Charles Borromée, qu'il avait fait venir à Rome dès le début de son règne et qu'il a couvert d'honneurs : cardinal, archevêque de Milan, légat à Bologne et en Romagne et secrétaire privé.

Eustache du Bellay montre un grand zèle au concile de Trente :



Démission d'Eustache du Bellay de l'évêché de Paris

Eustache du Bellay se démet de l'évêché de Paris en 1563.



Mort d'Eustache du Bellay

Eustache du Bellay meurt à Bellay en Anjou le 4 septembre 1565.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !