Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



154 événements affichés, le premier en 780 - le dernier en 1120



Mariage d'Adrien d'Orléans avec Waldrade de Wormsgau

Adrien d'Orléans épouse en 780 Waldrade de Wormsgau, fille de Lambert III de Wormsgau et Gerberge de Laon. Leur enfant est :



Naissance d'Eudes Ier d'Orléans

Vodon ou Eudes Ier d'Orléans naît vers 790, fils d'Adrien d'Orléans et de Waldrade de Wormsgau.



Mariage de Leuthard Ier de Fézensac avec Grimeut d'Alsace

Leuthard Ier de Fézensac, Comte de Fézensac et de Paris, épouse en 800 Grimilde ou Grimeut d'Alsace. Leurs enfants sont :



Mariage de Robert III de Hesbaye avec Wiltrude d'Orléans

Robert III de Hesbaye épouse vers 808 Waldrade ou Wiltrude d'Orléans, fille d'Adrien d'Orléans et de Waldrade de Wormsgau. Leurs enfants sont :



Mort d'Adrien d'Orléans Comte d' Orléans, de Souabe et Comte palatin du Rhin

Eudes Ier d'Orléans Comte d'Orléans

Adrien d'Orléans meurt après le 10 novembre 821.

Eudes Ier d'Orléans devient Comte d'Orléans.



Mariage d'Eudes Ier d'Orléans avec Engeltrude de Fézensac

Eudes Ier d'Orléans, Comte d'Orléans, épouse en 825 Engeltrude de Fézensac.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Ermentrude d'Orléans

Hirmintrude ou Hermentrude ou Ermentrude d'Orléans naît en 825, fille d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.



Destitution de Hugues de Tour et de Mainfroi d'Orléans

Louis Ier le Pieux fait destituer Hugues le Peureux et Mainfroi d'Orléans, les deux comtes déserteurs, en 828.

Mainfroi est remplacé à Orléans par Eudes Ier d'Orléans, dont le frère Guillaume est déjà Comte à Blois et Chartres.

Eudes et Guillaume sont cousins de Bernard de Septimanie et alliés au clan des Aquitains.

Ils sont issus de la famille des Gérold de Bavière.

De cette famille est issue Hildegarde la femme de Charlemagne.



Naissance de Guillaume d'Orléans

Guillaume d'Orléans naît en 829, fils d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.



Naissance d'Engeltrude d'Orléans

Engeltrude d'Orléans naît en 830 ou 831, fille d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.



Mariage de Raymond Ier de Toulouse avec Berthe de Reims

Raymond Ier de Toulouse épouse en 830 Berthe de Reims, Dame de Roucy, fille de Rémy IV Rémigius, Comte de Reims et Roucy, et d'Arsinde de Ponthieu. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes Ier de Toulouse

Eudes Ier de Toulouse naît en 832, fils de Raymond Ier de Toulouse et de Berthe de Reims.



Naissance de Judith de Frioul d'Orléans

Judith de Frioul d'Orléans naît en 834, fille d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.



Révolte de Eudes Ier d'Orléans et de Guillaume de Blois

Mort d'Eudes Ier d'Orléans

Mort de Guillaume de Blois

Guillaume d'Orléans Comte d'Orléans

Après la seconde déposition de Louis Ier le Pieux en 834, Eudes Ier d'Orléans et Guillaume de Blois soulèvent les contrées de la Loire en faveur de Louis Ier le Pieux et marchent contre Mainfroi d'Orléans et Lambert II de Nantes.

Ces derniers sont vainqueurs quelque part en Touraine.

Eudes Ier d'Orléans et Guillaume de Blois sont tués ainsi que l'Abbé de Marmoutiers et de nombreux fidèles de l'Empereur.

Guillaume d'Orléans devient Comte d'Orléans.

Louis Ier le Pieux est replacé sur le trône le 1er mars 834.

L'Empereur lève une nouvelle armée et ses deux fils Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique se rallient à lui.



Destitution de Robert le Fort

Destitution de Guérin II d'Auvergne

Nouveau couronnement de Louis Ier le Pieux

Lors des luttes de pouvoir entre les fils de Louis Ier le Pieux, Robert le Fort, cité dès 836, prend parti pour Charles II le Chauve, qui était le gendre d'Eudes Ier d'Orléans.

Robert IV de Hesbaye doit abandonner ses terres, incorporées dans le royaume de Lothaire Ier, pour se réfugier à l'Ouest, dans sa famille maternelle.

Ayant pris le parti de Lothaire Ier, Guérin II d'Auvergne est destitué de ses titres par Louis Ier le Pieux vers 836.

Louis Ier le Pieux est couronné de nouveau.



Mariage de Charles II le Chauve avec Ermentrude d'Orléans

Couronnement d'Ermentrude d'Orléans

Adalard de Fézansac incite Charles II le Chauve à épouser la fille de sa sœur Engeltrude de Fézensac.

Charles II le Chauve épouse au Palais de Quierzy ou à à Crécy-en-Ponthieu ou Crécy sur Oise le 13 décembre 842 Ermentrude d'Orléans, fille d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.

Leurs enfants sont :

Ermentrude d'Orléans est couronnée à Saint-Médard de Soissons.


Le royaume franc après le Traité de Verdun Louis II le Germanique Charles II le Chauve Charles II le Chauve Charles II le Chauve

Traité de Verdun

Lothaire Ier Empereur d'Occident

Lothaire Ier Roi de Francia Média

Louis II le Germanique Roi de Francia orientalis

Charles II le Chauve Roi de Francia occidentalis

Charles II le Chauve, Louis II le Germanique et Lothaire Ier négocient afin de partager le royaume en 3 parts égales.

En août 843, le conflit entre les trois frères s'achève provisoirement par un compromis : le traité de Verdun.

Lothaire Ier, l'aîné, garde le titre, purement honorifique, d'empereur d'Occident et se contente de la partie centrale de l'empire, la Francia Média.

La Lotharingie, le domaine de Lothaire Ier consiste en une frange de territoires étirée des bouches de l'Escaut à la plaine du Pô, en Italie, en passant par le couloir rhénan et le sillon rhodanien.

Après moult déformations, le nom de Lotharingie deviendra ... Lorraine.

La Provence et la Bourgogne Transjurane sont englobées à la Lotharingie qui suscite la convoitise de ses deux puissants voisins : la Francie occidentale et la Francie orientale.

L'un des vassaux le plus important du roi est Hucbert d'Arles, Marquis de Transjurane, frère de Theutberge de Bourgogne, épouse de Lothaire II de Lotharingie.

Les comtés de la Haute-Bourgogne, c'est à dire Portois, Varais, Escuens, Amous et Ajoie sont incorporés dans le royaume de Lotharingie.

Louis II le Germanique devient Roi de Francia orientalis ou Roi de Germanie.

Son domaine comporte la Bavière, la Carinthie et la Saxe.

Adalard de Fézansac suit alors Louis II le Germanique en Francie Orientale.

Charles II le Chauve a la Francia occidentalis, future France.

Son royaume est délimité entre la Meuse, la Saône, les Cévennes et les Pyrénées.

Il doit son surnom au fait qu'il se soit fait rasé le crâne lors d'une cérémonie religieuse en signe de soumission à l'église, à l'encontre de la tradition franque exigeant que le roi ait les cheveux longs.

Suite au traité de Verdun, Eudes Ier de Troyes-Robertien et Robert IV de Hesbaye, possessionné en Austrasie, quittent leurs biens pour rejoindre Charles II le Chauve.



Eudes Ier de Troyes-Robertien Comte d'Angers

En 846, Charles II le Chauve fait Eudes Ier de Troyes-Robertien Comte d'Angers.

Eudes Ier de Troyes-Robertien a également des biens dans la région de Châteaudun.



Mariage de Eudes Ier de Troyes-Robertien avec Wandilmodis

Eudes Ier de Troyes-Robertien épouse Wandilmodis ou Wandelmodis, fille d'Aléran de Troyes, Comte de Troyes.

Leurs enfants sont :



Mariage d'Aubry de Gâtinais avec Engeltrude d'Orléans

Aubry de Gâtinais, Vicomte d'Orléans et Seigneur de Sens, épouse en 850 Engeltrude d'Orléans, fille d'Eudes Ier d'Orléans, Comte d'Orléans, et d'Engeltrude de Fézensac. Leurs enfants sont :



Mort d'Aléran de Troyes

Eudes Ier de Troyes-Robertien Comte de Troyes

Robert IV de Hesbaye Comte d'Angers

Aléran de Troyes meurt en 852, en repoussant une attaque des Musulmans.

Eudes Ier de Troyes-Robertien, son gendre, devient Comte de Troyes.

Robert IV de Hesbaye, frère d'Eudes, lui succède à Angers.



Louis II le Bègue Comte du Mans

Révolte des grands d'Aquitaine contre Charles II le Chauve

En 856, Charles II le Chauve donne à son fils Louis II le Bègue une sorte de vice-royauté sur une Marche à l'est de la Bretagne entre la Seine et la Loire pour défendre le pays contre les Vikings, les Bretons et les Aquitains. Louis II le Bègue devient Comte du Mans.

Mais la présence dans le Maine de l'héritier du trône, Louis II le Bègue, réduit considérablement l'autonomie et le pouvoir des comtes de cette région. C'est le soulèvement général des Grands, dont Eudes Ier de Troyes-Robertien et Robert IV de Hesbaye.

Les Comtes du centre ouest sont pour la plupart apparentés à la femme de Charles II le Chauve, Ermentrude d'Orléans.



Destitution de d'Eudes Ier de Troyes-Robertien

Rodolphe de Bavière Comte de Troyes

Charles II le Chauve sanctionne ceux qui l'ont trahi lors de la révolte des grands d'Aquitaine et met en place des membres de la famille de sa mère, les Welfs.

Pour s'être révolté, Eudes Ier de Troyes-Robertien est destitué en 858. Rodolphe de Bavière, Comte de Ponthieu, oncle de Charles II le Chauve, devient Comte de Troyes. Eudes Ier de Troyes-Robertien trouve alors refuge de l'autre côté de la Saône.



Mariage d'Arduin Ier avec Guérimbourg

Arduin Ier épouse Guérimbourg ou Guerimbourg, fille d'Eudes. Leur enfant est :



Mort d'Arduin Ier

Eudes Ier Comte de Varais

Arduin Ier, Missus et Comte en Bourgogne, meurt en 859.

En 859, Eudes Ier, son fils, semble titulaire d'une grande partie du comté de Varais.



Mariage d'Émenon de Poitiers

Veuf, Émenon de Poitiers épouse une fille d' Eudes Ier de Troyes-Robertien et de Wandilmodis. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes Ier de France

Eudes Ier de France naît en 856 ou 860, fils de Robert IV de Hesbaye et d'Adélaïde de Tours.



Mariage d'Eudes Ier de Toulouse avec Gersende d'Albi

Eudes Ier de Toulouse épouse en 860 Gersende d'Albi, fille d'Ermengaud d'Albi, Comte d'Albi. Leurs enfants sont :



Naissance d'Arsinde de Toulouse

Arsinde de Toulouse naît en 860, fille d'Eudes Ier de Toulouse et de Gersende d'Albi.



Naissance de Raymond II de Toulouse

Raymond II de Toulouse naît en 861, fils d'Eudes Ier de Toulouse et de Gersende d'Albi.



Onfroi Marquis de Toulouse

Mort de Onfroi Comte d'Autun

Bernard Plantevelue Comte d'Autun

Mariage de Bernard Plantevelue avec Ermengarde d'Auvergne

Eudes Ier Comte de Mâcon et de Dijon

Onfroi devient Marquis de Toulouse en 863.

Onfroi meurt en 863.

Bernard Plantevelue, cousin d'Onfroi, prend possession du comté d'Autun. Il le restera jusqu'en 869.

Bernard Plantevelue épouse en 863 Ermengarde d'Auvergne, fille de Bernard de Septimanie (ou peut-être de Guérin Ier de Vergy) et de Liégarde d'Auvergne, Dame de Châlon et Vergy. Leurs enfants sont :

Eudes Ier, fils d'Arduin Ier, rentre dans les faveurs de Charles II le Chauve et devient Comte de Mâcon et de Dijon en 863.

Le voilà installé sur les deux côtés de la Saône.

En 863, Eudes Ier aide les moines de Glanfeuil fuyant les invasions normandes à s'installer dans la région de Lons le Saunier.



Mariage de Robert IV de Hesbaye avec Adélaïde de Tours

Adélaïde de Tours est veuve de Conrad Ier de Bavière.

Robert IV de Hesbaye épouse en 864 peut-être Adélaïde de Tours, fille Hugues le Peureux et d'Ava de Morvois d'Alsace. Leurs enfants sont :



Pillage du Mans

Bataille de Brissarthe

Mort de Robert IV de Hesbaye

Mort de Ramnulf Ier de Poitou Duc d'Aquitaine

Louis II le Bègue Comte d'Autun

Hugues l'Abbé tuteur de Robert Ier de France et Eudes Ier de France

Eudes Ier de France Marquis de Neustrie

En 866, le prince breton Salomon s'est allié au Danois Hasting (Hásteinn) pour une expédition contre l'Anjou, le Maine, et la Touraine. La ville du Mans est saccagée et toute la contrée est ravagée. Louis II le Bègue n'ayant pas su empêcher ce pillage, Robert IV de Hesbaye est rappelé en Neustrie et y reprend ses possessions. Il reçoit, en outre, l'abbaye de Saint-Martin de Tours. Robert IV de Hesbaye parvient à réunir une armée franque alors que les Bretons et Scandinaves se replient avec leur butin. Il a avec lui Ramnulf Ier, Comte de Poitiers, Gauzfrid, Comte du Maine, et Hervé du Maine. Gauzfrid, comte du Maine bat les vikings entre la Loire et le Mans.

Robert, Ramnulf Ier de Poitou et Gauzfrid assiègent les vikings d'Hasting à Brissarthe près Angers.

Une bataille oppose les Francs aux Normands le 15 septembre 866.

Robert IV de Hesbaye et Ramnulf Ier de Poitou sont tués au combat. Robert est tué en repoussant sans casque ni cuirasse une sortie des Vikings qu'il avait enfermés dans l'église.

Hasting n'est pas né en Scandinavie mais dans les environs de Troyes. Toutefois, Hasting préfère embrasser une carrière de mercenaire et de Prince pillard à la tête d'une bande de vikings, au noble métier de paysans qu'exerçaient ses parents sous le joug du servage.

En 866, Charles II le Chauve attribue le comté d'Autun à Louis II le Bègue, son fils, malgré les tentatives de prise du pouvoir par Bernard Plantevelue, toujours présent dans la région.

Eudes n'a que 6 ans. En 866, Hugues L'Abbé, beau-fils de Robert IV de Hesbaye, se voit confier par Charles II le Chauve la tutelle de Robert Ier de France et Eudes Ier de France, les enfants de Robert IV de Hesbaye, ceux-ci étant trop jeunes pour assumer les charges et honneurs de leur père.

Eudes Ier de France hérite du titre de marquis de Neustrie.

Hugues l'Abbé s'acquitte fort bien de son rôle de tuteur et fortifie leur position quant aux places fortes héritées de leur père : Orléans, Meung sur Loire, Blois, et Châteaudun.



Eudes Ier Comte d'Autun

En 867, Charles II le Chauve remplace Louis II le Bègue sur le comté d'Autun par Eudes Ier, fils d'Arduin Ier.



Mariage d'Eudes Ier avec Gwendamode

Eudes Ier, fils d'Arduin Ier, épouse Wandelmodis ou Gwendamode, fille de Milon, Missus.



Hugues l'Abbé Comte d'Auxerre, d'Anjou, de Blois, du Maine, de Tours

Hugues l'Abbé Duc des Francs

Hugues l'Abbé Marquis de la Marche bretonne

En 868, Charles II le Chauve démet Eudes Ier de France de ces honneurs qu'il donne à Hugues l'Abbé.

Hugues l'Abbé devient Comte d'Auxerre, Comte d'Anjou, Comte de Blois, Comte du Maine, Comte de Tours, Duc des Francs et Marquis de la Marche bretonne.



Naissance d'Ermengaud Ier de Rouergue

Ermengaud Ier de Rouergue naît vers 870, fils d'Eudes Ier de Toulouse et de Gersende d'Albi.



Mort d'Eudes Ier de Troyes-Robertien

Eudes II Comte de Troyes

Eudes Ier de Troyes-Robertien meurt le 10 juin 871.

Eudes II de Troyes, son fils, devient Comte de Troyes.



Mort d'Eudes Ier Comte du Varais

Rofroi Comte du Varais

Rofroi Archicomte de Haute-Bourgogne

Boson V de Provence Comte de Troyes

Eudes Ier, fils d'Arduin Ier, Comte du Varais, meurt à l'automne 870 ou en 871.

Boson V de Provence, en compagnie du marquis Bernard de Gothie, est son exécuteur testamentaire.

Le comté de Varais est un ancien comté de la Lotharingie, qui s'étendait autour de Besançon.

Rofroi devient Comte du Varais et exerce un pouvoir archi-comtal sur la Haute-Bourgogne.

Cette unité autour de Rofroi, s'explique en partie par l'absence d'autre cité importante, mais également par la présence de l'archevêché sur cette ville.

Charles II le Chauve confie à Boson V de Provence l'administration du comté de Troyes.



Mariage de Conrad II d'Auxerre avec Judith de Frioul d'Orléans

Conrad II d'Auxerre, Duc de Bourgogne Transjurane, épouse en 871 Judith de Frioul d'Orléans, fille d'Eudes Ier d'Orléans, Comte d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.

Leur enfant est :



Mort de Bernard II de Toulouse

Eudes Ier de Toulouse Comte de Toulouse

Bernard Plantevelue Comte de Rouergue, de Toulouse et de Limousin

Bernard II de Toulouse meurt en 872 ou 874.

Eudes Ier de Toulouse devient troisième Comte de Toulouse.

Bernard Plantevelue devient Comte de Rouergue, de Toulouse et de Limousin en 872.



Naissance de Garsinde de Narbonne

Garsinde de Narbonne naît en 875, fille d'Eudes Ier de Toulouse et de Gersende d'Albi.



Eudes Ier de Toulouse Comte de Rouergue

Eudes Ier de Toulouse devient Comte de Rouergue en 875.



Eudes Ier de Toulouse Comte de Toulouse

Après une guerre contre Bernard Plantevelue, Comte d'Auvergne, Eudes Ier de Toulouse, frère de Bernard II de Toulouse se réinstalle à Toulouse et devient Comte de Toulouse en 877.



Mariage de Francon de Narbonne avec Arsinde de Toulouse

Francon de Narbonne épouse Arsinde de Toulouse fille d'Eudes Ier de Toulouse, Comte de Rouergue et de Gersende d'Albi.

Leurs enfants sont :



Mariage d'Eudes Ier de France avec Théodérade de Troyes

Eudes Ier de France épouse vers 882 Théodérade de Troyes, petite-fille d'Aléran de Troyes.

Leurs enfants sont :



Eudes Ier de France Comte de Paris

En 882 ou 883, Eudes Ier de France devient Comte de Paris.


Siège de Paris par les Vikings - peinture exposée au château de Versailles

Siège de Paris par les Vikings

Le 24 novembre 885, les Vikings, commandés par Sigefroi, sont sous les murs de Paris, où leur armée est évalue à 30 000 combattants.

Près de 700 drakkars couvrent 2 lieues de la Seine.

Paris a subit déjà 3 fois le pillage des hommes du nord sans recevoir assistance de Charles III le Gros.

La ville ne consiste encore que dans l'île de la cité, entourée de murailles flanquées de tours de distance en distance.

On n'y entre que par deux ponts : le Petit Pont et le Pont au change, chacun de ces ponts étant défendu par deux tours, à la place desquelles on bâtira dans la suite le grand et petit Châtelet.

Les Normands mettent le feu à la tour du petit Châtelet, et la détruisirent entièrement.

Après avoir tâché de combler les fossés de la tour du Grand Châtelet avec des fascines, avec des bœufs et des vaches qu'ils tuent exprès, ils égorgent une partie des prisonniers qu'ils avaient faits et jettent leur corps pour leur servir de pont.

Gozlin, évêque de Paris, saisi d'horreur et d'indignation, lance un javelot et tue un de ces barbares, que ses camarades jettent aussitôt avec les autres.

Mais les Viking ne peuvent se rendre maîtres de la tour.

Les Normands assiégent pour la quatrième fois Paris et se retranchent sur la rive droite de la Seine autour de Saint Germain l'Auxerrois, à l'emplacement actuel du Louvre.

Le siège dure une année et demie.

La ville résiste vaillamment.

Derrière les murailles romaines qu'ils ont relevées, les parisiens font preuve d'un courage inébranlable, malgré la famine et la contagion.

Ils ont à leur tête :

Sigefroi cherche à couper les vivres aux assiégés, en faisant enlever par sa cavalerie tout ce qui existait dans les environs.

Les Parisiens trompe la vigilance de ses soldats et se procure du pain.

Le comte Eudes Ier de France partage ses troupes en 3 corps, deux furent chargés de la défense des ponts.

Le troisième s'enferme avec lui dans la grande tour, bien décidé à mourir plutôt que de se rendre.

Sigefroi fait entasser à la base de la tour du bois, de la paille et y fait mettre le feu.

Il ne remarqué pas que le vent souffle du côté qui faisait face à ses soldats.

Les flammes viennent mordre les mantelets et tous ses ouvrages sont incendiés : Nombre de ses hommes périssent par le feu.

L'évêque Gozlin, suivi de son neveu et de Robert, sortent de la place et profitant de la confusion et de la terreur des Normands, se jettent sur eux et les poursuivent jusqu'aux portes de leur camp.

Les Normands demandent la destruction du pont qui les empêche de remonter en amont pour piller la Bourgogne.

D'accord avec l'évêque Gozlin et la population, Eudes Ier de France refuse.

L'évêque Gozlin, chaque jour, après avoir donné la bénédiction à son peuple, s'équipe d'un casque, d'un carquois, et d'une hache à sa ceinture.

Il plante une croix sur le rempart et combat à sa vue.

Il meurt de fatigue au milieu du siège.

Grossies par les pluies, les eaux de la Seine débordent et se ruent avec une telle impétuosité contre les piles du petit pont de bois communiquant avec la rive gauche.

Le pont s'écroule et la tour du Petit Châtelet se trouve isolée et cernée d'un côté par la Seine, de l'autre par les assiégeants.

A la vue de ce désastre, il s'élève de Paris un immense cri de douleur et de consternation que couvrent les chansons joyeuses des hommes du Nord.

Les défenseurs de la tour sont sommés de se rendre, mais ils rejettent cette proposition avec hauteur.

Ils ne sont que 12 : Ermenfride, Hervé, Eriland, Odoacre, Erwig, Arnold, Soties, Gozbert, Guy, Ardrade, Eynard et Goswin.

Ils soutiennent pendant plusieurs heures tous les efforts des assiégeants, qui, ne pouvant pénétrer par la brèche, entassent des monceaux de paille, de poix et de résine au pied de la tour et y mettent le feu.

Les douze braves, absorbés par les soins de la défense, ne peuvent arrêter les progrès de la flamme.

Ils se retirent sur le pont dont la première arche est restée debout et continuent la lutte.

Sûr l'autre rive, les Parisiens les encouragent du geste et de la voix et ils se voient dans l'impossibilité de les secourir.

Cette poignée d'hommes finit par succomber sous le nombre de ses adversaires.

Onze périrent.

Hervé, est fait prisonnier par les Normands, qui le prennent pour un grand seigneur espérant en tirer une rançon.

Mais il s'échappe de leurs mains, saute sur une épée et vend chèrement sa vie.

La tour fut complètement rasée."



Demande d'aide à Charles III le Gros

Eudes envoie des messagers demandant de l'aide à l'empereur Charles III le Gros qui est tranquillement occupé de l'autre côté du Rhin à quelques affaires de cour.

L'empereur se fait prier pendant longtemps avant d'envoyer deux petites expéditions :

Désespéré de ne pas voir venir cette armée de secours qu'il attendait vainement, Eudes Ier de France se décide à partir pour Metz afin de rappeler l'empereur à ses devoirs.

Mais son départ est interprété comme un abandon.

Les bourgeois sont consternés.

Ceux qui savent pourquoi Eudes Ier de France est parti, craignent qu'il ne puisse rentrer, la seule porte de Paris étant gardée par les Normands.

Tous décimés par la faim s'épuisent dans des sorties tentées pour enlever à l'ennemi quelques têtes de bétail.

Enfin Eudes Ier de France reparaît avec de légers renforts qui réussissent à entrer dans la place.



Paix honteuse de Charles III le Gros avec les Normands

Charles III le Gros, arrivant de Germanie, paraît enfin sur le mont de Mars, aujourd'hui Montmartre.

Ses troupes sont 4 fois supérieures en nombre aux Normands pris de panique.

Déjà les Parisiens se réjouissent de pouvoir écraser leurs ennemis.

Mais Charles ne profite pas de sa supériorité, il n'ose pas attaquer les Normands, il ne vient que pour acheter une trêve honteuse.

Le 30 novembre 886, Charles III le Gros cède la Normandie et s'engage à payer aux Normands 700 livres pesant d'argent au 1er mars 887.

Il les autorise à ravager la Bourgogne qui est en révolte contre le pouvoir central.

Il ordonne aux Parisiens de les laisser passer, ce qu'ils refusent de faire depuis 10 mois.

Le comte Eudes Ier de France refuse avec hauteur.

Les décisions de Charles III le Gros altérent profondément son prestige.

Les Normands, ne pouvant passer avec leurs drakkars sous les ponts de la ville, doivent les tirer de l'eau et les transporter durant 3 500 mètres par voie de terre en les poussant sur des rondins.

Ils quittent Paris pour aller piller la Bourgogne, tandis que Charles III le Gros retourne en Alsace.

L'abbaye de Saint-Germain d'Auxerre est brûlée.



Mort de Hugues l'Abbé Marquis de la marche bretonne

Eudes Ier de France Marquis de la marche Bretonne

Mort de Gozlin

En septembre 886, devenu l'homme de confiance de l'Empereur Charles III le Gros, Eudes Ier de France récupère les anciennes possessions de sa famille.

Il devient Marquis de la marche bretonne, avec tout ce qui en dépend, le pays de France (Île-de-France) et toutes les régions situées entre Seine et Loire.

Eudes Ier de France y ajoute, après la mort de Gozlin durant le siège, les abbayes de Saint Denis et de Saint Germain des Prés.

Il est alors le plus puissant seigneur de Gaule.


Eudes Ier de France Eudes Ier de France

Mort de Charles III le Gros

Guy III de Spolète Roi de Francie occidentale

Eudes Ier de France Roi de Francie occidentale

Retour de Guy III de Spolète en Italie

Accord avec Ramnulf II de Poitou

Manassès Ier de Chalon-sur-Saône Comte d'Oscheret

Anschaire Ier d'Ivrée Marquis d'Ivrée en Italie

En Francie occidentale, Charles III le Gros est sur le point d'être déposé par les Grands pour avoir essayé d'acheter les envahisseurs normands au lieu de les combattre.

Vers les derniers jours de sa vie, Charles III le Gros est tombé dans un tel dénuement, qu'il vit des aumônes de l'archevêque de Mayence.

Charles III le Gros meurt au cloitre de Neudingen situé en bordure du Danube le 12 ou le 13 janvier 888.

Il est inhumé dans l'abbaye de Reichenau, située dans une île du lac de Constance, en, Souabe.

On prétend que se sont ses propres domestiques qui l'ont étranglé.

Foulques le Vénérable, Archevêque de Reims, demande à Guy III de Spolète, Duc de Spolète de venir d'Italie pour se faire sacrer roi.

Gui traverse les Alpes, et arrive à Langres où se trouvent ses partisans bourguignons tous proches de Foulques le Vénérable :

L'évêque Gîlon de Langres, le sacre roi début 888.

Les seigneurs de Francie occidentale se refusent à élire Charles III le simple, écarté en raison de sa jeunesse.

Ils lui préfèrent l'un des leurs Eudes Ier de France, Comte de Paris et de Troyes, héros du siège de Paris par les Vikings.

Le 29 février 888, Eudes Ier de France est élu Roi de Francie occidentale et couronné en l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne par Gautier de Sens, Archevêque de Sens.

L'autorité du nouveau roi est purement nominale.

Elle s'étend sur les territoires occupés par les Francs et situés à l'Ouest de la Meuse.

Ils recouvrent à peu près le nord de l'actuelle France.

Herbert Ier de Vermandois trahit la cause de Charles III le Simple et reconnaît Eudes Ier de France comme souverain.

Audoin Ier d'Angoulême et Guillaume Ier de Périgueux prennent le parti d'Eudes Ier de France, contre Charles III le Simple.

Audoin Ier d'Angoulême a un en grand crédit auprès d'Eudes Ier de France.

Ramnulf II de Poitou, qui est le gardien du Carolingien Charles III le Simple, ne reconnaît pas Eudes Ier de France.

Il est suivi en cela :

Mais Foulques le Vénérable abandonne son favori suite au couronnement d'Eudes Ier de France.

Eudes Ier de France se dirige alors vers Poitiers accompagné des deux frères de Ramnulf II de Poitou, Gauzbert et Èbles devenu Évêque de Paris et Chancelier du nouveau Roi.

Ramnulf II de Poitou va à sa rencontre et trouve un accord à minima avec Eudes Ier de France.

Guy III de Spolète repart en Italie et emmène ses partisans.

Guy III de Spolète remercie Anschaire Ier d'Ivrée en fondant le marquisat d'Ivrée.

Anschaire Ier d'Ivrée devient le premier margrave ou marquis d'Ivrée.

Il est le fondateur de la maison d'Ivrée.

Le comté d'Oscheret est donné à Manassès Ier de Chalon-sur-Saône.



Campagne contre les Normands, les Bretons et les Gascons

La lutte recommence et Eudes Ier de France défend Paris contre une nouvelle attaque des Normands.

Eudes Ier de France doit empêcher la Bretagne et la Gascogne de devenir indépendantes.



Bataille de Montfaucon-en-Argonne

Deuxième couronnement Eudes Ier de France

Sous Eudes Ier de France, la défense du territoire contre les invasions se fait au niveau régional, afin d'être plus efficace, aussi les comtes et ducs ont de plus en plus de pouvoir.

Grâce à ce remaniement, les Normands subissent d'importantes défaites.

En 888, Eudes Ier de France se met à la poursuite des Normands.

Aymar de Poitou combat aux cotés d'Eudes Ier de France contre les Normands.

Le 24 juin 888, Eudes Ier de France les rejoint entre Verdun, Stenay et Montmédy et leur tue 19 000 hommes dans les bois de Montfaucon-en-Argonne à l'entrée des défilés de l'Argonne.

Après cette défaite, les Normands cesseront de menacer Paris pendant une vingtaine d'années.

Cette victoire lui vaut d'être reconnu Roi des Francs par Arnulf de Carinthie, Roi de Francie orientale et de recevoir un deuxième couronnement à Reims en novembre 888.

Herbert Ier de Vermandois est cité en 889 comme un fidèle du roi Eudes Ier de France.



Prise de Poitiers par Eudes Ier de France

Guillaume Ier le Pieux Comte d'Auvergne déchu de ses biens

Eudes Ier de France se rend à Poitiers avec une armée et prend la ville.

En conséquence de quoi il se fâche avec Gauzbert et Èbles les frères de l'ancien Comte Ramnulf II.

Eudes Ier de France déclare Guillaume Ier le Pieux, Comte d'Auvergne, déchu de ses biens et les attribue à Hugues de Bourges, Comte de Bourges.



Mort de Gauzbert et d'Èbles

Prise de Poitiers par Adhémar

Aymar de Poitiers Gouverneur du Poitou

En Poitou la guerre se poursuit et les deux oncles du Comte, Gauzbert et Èbles, meurent dans des combats en 892.

Eudes Ier de France attribue alors le Comté de Poitiers à son frère Robert, le puissant Comte de Paris, Aymar de Poitiers se sent trompé et il parvient à reprendre Poitiers aux dépens de l'armée du Roi Eudes Ier de France.

Èbles Manzer a un rival, Adhémar ou Aymar de Poitiers, un fils d'Émenon de Poitiers, l'ancien Comte du Poitou.

Adémar ou Aymar s'intercale dans la lignée des comtes de Poitou de 892 à 902. À aucun moment, il ne porte le titre de comte.

Aymar de Poitiers est marié à la fille de Vulgrin Ier d'Angoulême, Comte d'Angoulême.

Èbles Manzer se réfugie auprès de Guillaume Ier le Pieux, Comte d'Auvergne, qui s'est intronisé lui même Duc d'Aquitaine.



Mort d'Hugues de Bourges Comte de Bourges

En 892, Hugues de Bourges Comte de Bourges est vaincu et tué par Guillaume Ier le Pieux, Comte d'Auvergne.

Eudes Ier de France, occupé par sa lutte contre Charles III le Simple, reconnaît alors la possession du Poitou à Aymar de Poitiers et reconnaît tous les titres de Guillaume Ier le Pieux, s'assurant ainsi de leur neutralité.



Bataille de Montpensier en Limagne

Eudes Ier de France vainc les Vikings en 892, près de Montpensier en Limagne.

Les Vikings mettent néanmoins à sac les villes de Meaux, Troyes, Toul, Verdun, Évreux et Saint-Lô.



Gauzlin II du Maine Comte du Maine

Eudes Ier de France destitue Roger Ier du Maine et nomme Gauzlin II du Maine comme comte du Maine en 893.


Charles III le Simple Charles III le Simple Charles III le Simple

Charles III le Simple Roi de Francie occidentale

Eudes Ier de France est parti mâter les Gascons et les Bretons.

Le 28 janvier 893, Foulques le Vénérable, archevêque de Reims et grand défenseur de la dynastie carolingienne fait couronner Charles III le Simple, Roi de France, en l'abbaye Saint-Rémy de Reims, à l'âge de 14 ans. Charles est immédiatement reconnu par les adversaires d'Eudes Ier de France et en particulier par Guillaume Ier le Pieux.

Eudes Ier de France pour se concilier Richard le Justicier se rend à Chalon en mai 893 et séjourne quelques jours dans la région, mais Richard conserve sa neutralité dans la lutte qui oppose Charles III le Simple à Eudes Ier.



Zwentibold Roi de Lotharingie

Siège de Laon

Après avoir repoussé dans les montagnes de la Suisse les armées de Rodolphe Ier de Bourgogne, Arnulf de Carinthie devint le maître paisible des contrées de Lotharingie.

En 894, Arnulf de Carinthie cède à Zwentibold, son fils naturel, la Lotharingie qui retrouve ainsi son autonomie nationale. Zwentibold devient Roi de la Lotharingie. C'est placer un fou sur le trône de Lotharingie.

Le premier acte du nouveau prince est de s'allier avec son cousin le roi Charles III le Simple, et d'assièger Laon favorable au roi Eudes Ier de France.



Fiancailles de Arnould et d'Alix de Vermandois

Conflit entre Baudouin II de Flandre et Charles III le Simple

Alix de Vermandois est fiancée au fils aîné de Baudouin II de Flandre, Arnould. Malgré cette réconciliation passagère, les hostilités reprennent, Baudouin II de Flandre s'opposant cette fois au roi Charles III le Simple, qui avait favorisé Herbert Ier.

Charles III le Simple reprend Péronne qui avait été occupée une nouvelle fois, et s'empare de Saint-Omer, du château de St-Vaast, et de son abbaye. Le roi en donne alors bénéfice à l'archevêque de Reims, Foulques le Vénérable, qui l'échange bientôt contre Saint-Médard près de Soissons. Ce qui n'empêche pas la rancœur de Baudouin II de Flandre.

Après la mort de Raoul, abbé de Saint-Bertin, Baudouin II de Flandre demande la gestion temporelle de l'abbaye, mais les moines, craignant les exactions du comte, font appel à Foulques le Vénérable, qui est finalement élu abbé.

Cette nomination sera confirmée à la mort d'Eudes Ier de France par Charles III le Simple.



Arrangement entre Charles III le Simple et Eudes Ier de France

Foulques le Vénérable chancelier

En 897, après dix ans de guerres, Foulques le Vénérable parvient à concilier les deux rivaux Eudes Ier de France accepte de partager le royaume avec son rival.

Sous la pression d'Arnulf de Carinthie, Charles III le Simple se soumet à Eudes Ier de France qui désigne Charles III le Simple comme successeur. Charles reconnaissant nomme Foulques le Vénérable chancelier.



Richard le Justicier Marquis de Bourgogne

En 898, Richard le Justicier est autorisé par Eudes Ier de France à fusionner ses comtés et prend le titre de marquis (marchio) en 898.



Mariage de Guifred II Borrel de Barcelone avec Garsinde de Narbonne

Guifred II Borrel de Barcelone épouse en 898 Garsinde de Narbonne de Toulouse, fille d'Eudes Ier de Toulouse et de Gersende d'Albi. Leur enfant est :



Mort d'Eudes Ier de France

Charles III le Simple seul Roi de France

Robert Ier de France confirmé Duc des Francs

Sous la pression d'Arnulf de Carinthie, Eudes Ier de France doit reconnaître, juste avant sa mort, Charles III le Simple comme son successeur.

Eudes Ier de France meurt à La-Fère dans l'Aisne le 1er janvier 898. Il est inhumé à Saint-Denis.

Charles III le Simple est à nouveau sacré Roi de France et réunifie la Francie occidentale, de l'Atlantique au Rhin. Adélaïde de Frioul, sa mère, assiste au couronnement.

Richard le Justicier est l'un des grands qui peut prétendre à la couronne, mais comme les autres, il reconnaît Charles III le Simple, le Carolingien.

Charles III le Simple est contraint et forcé de coopérer avec Robert Ier de France, le puissant Comte de Paris, frère d'Eudes Ier de France.

Robert Ier de France reconnaît l'autorité de Charles III le Simple qui lui confirme le titre et les pouvoirs de Duc des Francs.



Mort d'Eudes Ier de Toulouse

Raymond II de Toulouse Comte de Toulouse

Eudes Ier de Toulouse meurt en 918 ou 919.

Raymond II de Toulouse, fils d'Eudes, devient quatrième Comte de Toulouse en 918.



Mariage de Thibault Ier le Tricheur avec Luitgarde de Vermandois

Luitgarde de Vermandois est récente veuve de Guillaume Ier Longue-Épée .

Thibault Ier le Tricheur épouse en 943 Luitgarde de Vermandois, fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France. Leurs enfants sont :

Luitgarde de Vermandois apporte à Thibault Ier le Tricheur le comté de Provins et procure à sa descendance la succession du comté de Champagne.



Mort de Bouchard de Vendôme

Bouchard de Vendôme meurt en 944.

Bouchard de Vendôme est investi du Comté de Vendôme par Eudes Ier de France.



Naissance d'Eudes Ier de Blois

Eudes Ier de Blois naît en 945 et ou 950, fils de Thibault Ier le Tricheur et de Luitgarde de Vermandois.



Eudes Ier de Blois Seigneur de Vierzon, de Sancerre

Eudes Ier de Blois devient Seigneur de Vierzon et de Sancerre en 950.



Renaissance de L'abbaye Saint-Florentin-et-Saint-Hilaire

Vers 960, Eudes Ier de Blois fait renaître L'abbaye Saint-Florentin-et-Saint-Hilaire.



Mariage de Conrad III le Pacifique avec Mathilde de France

Conrad III le Pacifique épouse en 964 Mathilde de France, fille de Louis IV d'Outremer et de Gerberge de Saxe, sœur de Lothaire. Leurs enfants sont :

Mathilde de France lui donne en dot ses droits de suzeraineté sur le comté de Lyon.

Gerberge est surtout nièce d'Othon. Les relations avec la famille Ottonienne se renforcent.



Transmission de Coucy à Eudes Ier de Blois

En 965, Thibault Ier le Tricheur rend le château de Coucy à Odelric le nouvel Archevêque de Reims qui le concède aussitôt "en précaire" à Eudes Ier de Blois, le fils de Thibault Ier le Tricheur.



Conan Ier le Tors Comtes de Rennes

Dans les conflits pour le duché de Bretagne, Eudes Ier de Blois soutient le comte de Rennes, Conan Ier le Tors, affermissant l'influence de sa famille dans ce territoire.

Conan Ier de Bretagne, dit le Tors devient Comte de Rennes en 970.



Eudes Ier de Blois Vicomte de Brie

Eudes Ier de Blois devient Vicomte de Brie en 974.



Mort de Thibault Ier le Tricheur Comte de Blois

Eudes Ier de Blois Comte de Blois

Thibault Ier le Tricheur meurt à Saumur le 16 janvier 975 ou 977.

Il est inhumé dans l'abbaye Saint-Florentin de Saumur.

Eudes Ier de Blois devient Comte de Blois.



Rattachement d'une partie du Maine au Comté de Vendôme

Vers 975, Hugues II du Maine s'allie à Eudes Ier de Blois, dans une coalition contre Hugues Capet.

Sigefroy de Bellesme, évêque du Mans, fidèle à Hugues Capet doit fuir la ville et se réfugier auprès de Bouchard Ier le Vénérable, comte de Vendôme.

Bouchard Ier le Vénérable passe un accord avec Sigefroy de Bellesme qui lui donne une partie du Maine qui formera le Bas-Vendômois.



Mariage de Herbert III de Vermandois le Jeune avec Ermengarde de Bar

Herbert III de Vermandois le Jeune épouse en 977 Hermengarde ou Ermengearde ou Ermengarde de Bar, fille de Renaud ou Renard de Bar-sur-Seine. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes Ier de Vermandois

Otton ou Othon ou Eudes Ier de Vermandois naît en 979, fils d'Herbert III de Vermandois le Jeune et d'Ermengarde de Bar.



Mariage de Raoul II de Déols avec Dada

Raoul II de Déols épouse en 980 Dada. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes Ier de Déols

Eudes Ier de Déols dit l'Ancien naît en 980, fils de Raoul II de Déols et de Dada.



Naissance de Thibault II de Blois

Thibault II de Blois naît vers 980, fils d'Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne.



Mariage d'Eudes Ier de Blois avec Berthe de Bourgogne

Eudes Ier de Blois épouse en 983 Berthe de Bourgogne, fille de Conrad III le Pacifique et de Mathilde de France. Leurs enfants sont :

Ce mariage fait entrer Eudes Ier de Blois dans les plus grandes familles d'Occident: Carolingiens et Welfs.



Naissance de Eudes II de Blois

Odo ou Odon ou Eudes II de Blois naît en 983 ou 989 ou 990, fils d'Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne.

Eudes est élevé auprès du Roi Robert II le Pieux et ne s'en montrera guère reconnaissant une fois adulte.



Mort de Othon II le Roux Empereur germanique

Othon III du Saint-Empire Roi de Germanie

Othon III du Saint-Empire Empereur romain germanique

Libération d'Henri II le Querelleur

Enlèvement d'Othon III du Saint-Empire par Henri le Querelleur

Théophano Skleros et Adélaïde de Bourgogne Régentes de Germanie et de L'empire

Othon II Le Roux meurt prématurément d'un accès de fièvre à Rome le 7 décembre 983. Il laisse Othon III du Saint-Empire, un très jeune fils, qui lui succède.

Othon III du Saint-Empire, fils d'Othon II le Roux devient Roi de Germanie et est sacré empereur à Aix-la-Chapelle en décembre 983.

Henri II le Querelleur obtient d'être libéré.

Henri II le Querelleur réussit à s'emparer du jeune Othon III du Saint-Empire, dont il compte exercer la tutelle, et des insignes royaux. Il revendique la royauté qu'il l'obtient des grands mais il n'est pas sacré.

Henri II le Querelleur s'allie un temps avec le roi Lothaire II de France.

Herbert IV de Vermandois le Jeune et Eudes Ier de Blois sont les alliés de Lothaire II de France et l'assiste dans les querelles entourant la succession de l'Empereur Othon II en 983.

Les évêques, croient eux aussi, dans un premier temps, que.

Mais l'archevêque de Mayence et les évêques avec à leur tête l'archichapelain Willigis, soutenu par d'autres grands, condamne cette usurpation mais pensent que le choix d'un chef capable d'agir tout de suite s'impose.

Ils reconnaissent que, si Othon III du Saint-Empire ne peut évidemment régner par lui-même, Théophano Skleros, sa mère et Adélaïde de Bourgogne, sa grand-mère, ont les qualités requises pour assurer la régence et gouverner à sa place.

Ces deux femmes d'une exceptionnelle personnalité lui donnent une parfaite éducation et une immense culture gréco-latine.



Mort de Herbert III de Vermandois le Vieux

Eudes Ier de Blois Comte de de Reims

Herbert IV de Vermandois le Jeune Comte d'Omois

Herbert III de Vermandois le Vieux, Comte d'Omois, meurt en 984.

Ses neveux se partage son héritage.

Herbert IV de Vermandois devient Comte d'Omois sous le nom de Herbert IV d'Omois.

Eudes Ier de Blois hérite :


Hugues Ier Capet Hugues Ier Capet

Accusation de trahison contre Adalbéron

Mort de Louis V le Fainéant Roi des Francs

Hugues Capet Roi de France

Sacre d'Hugues Capet

Louis V le Fainéant assiège Reims en mars 987.

Louis V le Fainéant convoque un plaid, une assemblée de Francs, à Compiègne pour le 18 mai 987 pour juger Aldalbéron, l'archevêque de Reims.

Il l'accuse d'avoir soutenu l'empereur Otton II le Roux dans sa querelle contre Lothaire II de France.

Après seulement 15 mois sur le trône, la veille de la réunion, Louis V le Fainéant meurt sur les terres d'Hugues Capet dans la forêt de Cuise près de Compiègne le 18 ou le 21 ou le 22 mai 987 d'une chute de cheval durant une chasse.

Il est inhumé dans l'abbaye Sainte-Corneille de Compiègne.

Louis V, dernier roi Carolingien, n'a pas de descendance male.

Son plus proche parent est Charles Ier le Gros, Duc de Basse-Lotharingie, son oncle qui n'a pas été associé au règne de son frère Lothaire II de France.

L'assemblée des Grands se réunit en juin 987 à Senlis pour discuter de la succession au trône de France.

Allié au comté de Nantes contre celui de Rennes, Geoffroy Ier Grisegonelle, par crainte des entreprises du Comte de Blois, est porté à l'alliance avec Hugues Capet.

Il est un des artisans de son avènement.

Eudes Ier de Blois soutient en coulisse Charles Ier le Gros et agit en liaison étroite avec son cousin Herbert IV de Vermandois le Jeune.

La situation se retourne en faveur d'Adalbéron.

L'archevêque de Reims prononce un discours rapporté par Richer en défaveur du Carolingien.

Il plaide en faveur de la candidature d'Hugues, Duc des Francs, issu du lignage des Robertides.

Conseiller d'Adalbéron, l'archevêque de Reims, Gerbert, futur Sylvestre II, soutient également la candidature d'Hugues Capet.

Les Grands élisent Hugues Capet le 1 juillet 987.

Albert Ier de Vermandois s'oppose à l'élection d'Hugues Capet, mais doit se soumettre.

Par solidarité carolingienne, Arnould II de Flandre soutient Charles Ier le Gros et son fils Othon face à Hugues Capet, et ne reconnaît pas le roi élu.

Le 3 juillet 987, dans la vieille cathédrale de Noyon, Hugues Capet devient Roi des Francs sous le nom d'Hugues Ier.

Il est sacré par l'évêque de Reims, Adalbéron, selon un rituel germanique inauguré par Pépin III le Bref en 751.

L'avènement d'Hugues Capet marque la vraie naissance de la France.

Au moment de son sacre, Hugues Ier est un homme mûr de 47 ans, issu de la famille des Robertiens qui domine la Francie (région entre Meuse et Loire) depuis un siècle.

Il est :

Le surnom de Capet vient du mot cappa , " chape ", et désigne le porteur d'un petit manteau.

Hugues et son père étant abbés laïques de nombreuses abbayes, peut-être le surnom fait-il allusion à ses nombreuses chapes d'abbés, dont celle, prestigieuse entre toutes, de Saint-Martin-de-Tours.

Au XIIe siècle, la chape étant devenue un chaperon ou chapeau, Hugues Capet fut considéré comme "l'homme au chapeau" et la légende, appuyée sur cette fausse étymologie, naquit, selon laquelle il n'avait pas pu ou voulu recevoir la couronne.

Le surnom fait sa première apparition vers 1030 dans la chronique d'Adémar de Chabanne, il s'applique alors au père d'Hugues Capet, le Duc Hugues Ier.

Il ne qualifie Hugues Capet qu'au début du XIIe siècle et le terme " capétien " apparaît pour la première fois chez le chroniqueur anglais Raoul de Diceto (Mort en 1202).

Les révolutionnaires le donnèrent par dérision à Louis XVI détrôné (le " citoyen Capet ") et à sa famille.


Blason des Comtes d'Anjou

Mort de Geoffroy Ier Grisegonelle Comte d'Anjou

Foulques III Nerra Comte d'Anjou

Geoffroy Ier Grisegonelle et son fils Foulques III Nerra, font le siège de Marcon près de Château-du-Loir.

Geoffroy Ier Grisegonelle meurt en 987.

Foulques III Nerra devient Comte d'Anjou, le 21 juillet 987, alors âgé de 15 ans.

Les possessions des Comtes de Blois et d'Anjou sont enchevêtrées particulièrement en Touraine.

Foulques III Nerra possède Amboise qui constitue une enclave dans le comté de Blois tandis qu'Eudes Ier de Blois possède Saumur, point stratégique avancé en plein comté d'Anjou.

Amboise a été presque entièrement ruiné par les Normands.

Louis de Bègue, nouveau seigneur a, à la hâte fait reconstruire un château fort et des remparts en bois.

Saumur, par contre, puissamment fortifiée, commande la navigation sur la Loire, question capitale pour le comté d'Anjou.

Foulques apprend par un espion le projet d'Eudes Ier de Blois qui est de s'emparer d'Amboise, puis de Loches.

Avec rapidité, il réunit ses troupes et fonce vers Amboise.

Mais Eudes est aussi renseigné et maintient ses troupes en Beauce.

Quand Foulques arrive devant Amboise, il ne trouve personne aussi va t'il chercher l'ennemi là où il est.

Les Angevins traversent la Beauce à la poursuite des troupes d'Eudes qui simule une retraite.

Ils entraînent les Angevins loin de leurs bases et les attendent dans la forteresse de Châteaudun.

Dès que les troupes de Foulques sont sous les murs de Châteaudun, les Dunois et les Blésois font une sortie mais, refoulés par les Angevins, ils regagnent leurs remparts.

Toute la journée se répète ce mouvement de va-et-vient sans résultats de part et d'autre.

À la tombée du jour, Foulques fait reculer ses troupes, les éparpille et donne l'impression de s'en aller.

Les gens d'Eudes sortent de la ville et s'élancent sur les arrières du comte d'Anjou.

C'est ce que voulait Foulques.

Les Angevins, disciplinés, s'écartent laissant un grand espace où s'avancent les troupes d'Eudes puis, brusquement, font volte-face, les encerclent et les massacrent.

Foulques ne fait pas même grâce aux prisonniers, sauf à vingt chevaliers qui pourront, à l'occasion, lui servir d'otages.

Landry de Dunois, un fidèle d'Eudes Ier de Blois, possède à moins d'une lieue d'Amboise une maison très bien fortifiée constituant un danger pour la ville de Foulques.

Sans laisser le temps à son ennemi de se ressaisir, Foulques entraîne ses Angevins à marche forcée et, trois jours après sa victoire de Châteaudun, il attaque Landry.

La petite garnison et les habitants terrifiés, privés de leur chef et du gros des troupes, se rendent sans défense sous la seule condition qu'on leur laisse la vie.

Foulques prend alors possession de la forteresse et la détruit de fond en comble jusqu'aux fondations et aux fossés.



Prise de Laon

Charles Ier le Gros s'empare de Laon en mai 988 et y est proclamé Roi.

Eudes Ier de Blois assiste Charles Ier le gros dans sa prise de Laon, qui a appartenu à son père Thibault Ier le Tricheur.



Prise de Tours par Foulques III Nerra

Foulques III Nerra s'empare de Tours, possession d'Eudes Ier de Blois, en 990 avec l'aide d'Aldebert Comte du Périgord, qui de son coté submerge l'Aquitaine et le Poitou.

Foulques III Nerra pénètre dans Tours où il est mal accueilli par les Tourangeaux.

Il entre à cheval et en armes dans la Basilique Saint-Martin de Tours afin d'y pourchasser un chanoine.

Il doit se retirer de Tours et comprend qu'il lui faut avoir des points d'appui pour acquérir la Touraine.



Cession de Dreux à Eudes Ier de Blois

Prise de Melun par Eudes Ier de Blois

Reprise de Melun par Hugues Capet

En 991, Eudes Ier de Blois abandonne le parti de Charles Ier le Gros.

Il obtient en échange la ville de Dreux.

Cela inquiète Richard Ier Sans Peur.

Eudes Ier de Blois souhaite encercler le domaine Royal à partir des positions qu'il occupe sur la Marne et la Loire.

Melun appartient à Bouchard Ier le Vénérable Comte de Vendôme et de Paris et beau père de Foulques III Nerra.

En 991, grâce à la trahison du châtelain, Eudes Ier de Blois s'empare de la forteresse de Melun qui contrôle le passage de la Seine en amont de Paris.

L'alliance entre Hugues Capet, Richard Ier Sans Peur et Foulques III Nerra, gendre de Bouchard fonctionne aussitôt.

Foulques III Nerra et Richard Ier Sans Peur participent à la reprise de Melun.



Eudes Ier de Blois Abbé laïc de Saint-Martin de Tours et de Marmoutier

Eudes Ier de Blois reçoit d'Hugues Capet le titre d'abbé laïc de Saint-Martin de Tours et de Marmoutier qui devient la nécropole dynastique des comtes de Blois.



Opérations militaires consécutives à l'affaire de Melun

Bouchard Ier le Vénérable bat une armée d'Eudes Ier de Blois près d'Orsay.

Foulques III Nerra ouvre un second front pour soulager son beau-père, saccage le Comté de Blois et arrive même tout près de cette ville.

Eudes Ier de Blois fait sa soumission au Roi, mais se venge sur Foulques III Nerra et ravage l'Anjou.

Il réunit une armée avec ses vassaux :

La bataille commence mal car Foulques III Nerra est d'abord fait prisonnier mais rétablit la situation puisqu'au final il sort vainqueur.

Il vient alors mettre le siège devant Tours dont il prend une partie : le bourg de Châteauneuf.

Eudes Ier de Blois essaie ensuite de reprendre la Touraine, mais pris a revers par l'armée royale il est contraint de demander une trêve qu'Hugues Capet lui accorde.

Cet épisode est sans doute achevé au début de 992.



Complot de Eudes Ier de Blois et d'Adalbéron de Laon contre Hugues Capet et Robert II

Eudes Ier de Blois est apparenté à l'Empereur par sa femme Berthe de Bourgogne et il rêve sans doute, avec le soutien de ce dernier d'établir sa prééminence en Francie.

En 993, Eudes Ier de Blois est mêlé, en association avec l'Évêque Adalbéron de Laon, à un complot contre Hugues Capet et Robert II Le Pieux ayant pour objectif de leur substituer Othon III du Saint-Empire.


La France vers 995

Guerre entre Eudes Ier de Blois et Foulques III Nerra

Siège du château de Langeais

En 995 la guerre reprend entre Eudes Ier de Blois et Foulques III Nerra, soutenu par le Roi de France, qui prend l'initiative en Touraine.

Foulques III Nerra construit une forteresse à Langeais (peut être le premier château en pierre du Moyen Age) et y installe une garnison.

Eudes Ier de Blois parvient à créer une alliance qui réunit :

Les Aquitains en particulier sont inquiets de la pénétration accrue de Foulques III Nerra en Poitou.

Adalbert Ier de la Marche fait partie de cette alliance.

Pendant l'hiver 995-996, Eudes Ier de Blois met le siège devant le château de Langeais, où s'et enfermé Foulques III Nerra.

L'arrivée d'Hugues Capet au secours de Foulques III Nerra prend à revers Eudes Ier de Blois qui réclame une trêve.

Foulques III Nerra garde Langeais et renforce ses positions à l'approche de Tours, objectif de sa politique.

Selon le chroniqueur Adhémar de Chabannes, Adalbert Ier de la Marche, refuse de lever le siège.

Hugues Capet lui demande :

et l'autre de répliquer :


Thibault II de Blois

Mort d'Eudes Ier de Blois Comte de Blois

Berthe protégée par Robert II Le Pieux

Thibault II de Blois Comte de Blois

Eudes Ier de Blois tombe malade et rentre à l'Abbaye de Marmoutier de Tours où il meurt le 12 mars 996.

Il y est inhumé.

Comme son père, Eudes Ier de Blois est pendant sa vie habile, dynamique et entreprenant, animé d'une ambition et d'une volonté de conquêtes farouches.

Eudes Ier de Blois se comporte de manière indépendante par rapport à son Seigneur Hugues Capet, Duc de France puis Roi de France mais en évitant tout conflit direct avec lui.

Il laisse veuve Berthe de Bourgogne et ses enfants dans une situation difficile avec sa principauté en péril.

Berthe retourne la situation, avec l'aide de Landri, Comte de Nevers, en se faisant protéger par Robert II Le Pieux.

Thibault II de Blois devient Comte de Blois en 996.

En pratique les premières années après 996 le Comté de Blois est administré par Robert II le Pieux et donc protégé contre les entreprises de Foulques III Nerra.



Naissance d'Agnès de Blois

Aénor ou Ainor ou Aynor ou Aldéarde ou Adenordis ou Agnès de Blois naît en 996, fille d'Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne.



Mariage d'Hugues du Perche avec Béatrice de Mâcon

Hugues du Perche est fils cadet de Fulcois, Comte du Perche.

Béatrice de Mâcon est veuve de Geoffroy Ier Ferréol, Comte du Gâtinais

Hugues du Perche épouse entre 996 et 1003 Béatrice de Mâcon.

Leurs enfants sont :

Étant issu d'une famille vassale des comtes de Blois, alors que les comtes du Gâtinais étaient fidèles aux rois de France capétiens, le mariage eut probablement lieu pendant une période de rapprochement entre les deux familles, soit durant l'union du roi Robert II le Pieux et de Berthe de Bourgogne, veuve d'Eudes Ier de Blois, entre 996 et 1003.

Les maisons de Blois et d'Anjou étant des ennemies irréductibles du Xe siècle au XIIe siècle, les Plantagenêts, descendants des comtes d'Anjou, chercheront à masquer Hugues de Perche pour cacher une origine masculine dans une lignée de vassaux des comtes de Blois.

Des généalogistes médiévaux iront même jusqu'à inventer un Bouchard, Comte de Gâtinais, comme père de Geoffroy II Ferréol.



Mariage de Geoffroi Ier de Rennes avec Havoise de Normandie

Pour se libérer de la tutelle de Thibault de Chartres, Geoffroi de Rennes se rapproche de Robert II le Pieux, Roi de France, et de Richard II l'Irascible, Duc de Normandie, dont il épouse la soeur.

Geoffroi Ier de Rennes épouse vers 996 Havoise de Normandie.

Leurs enfants sont :



Mariage de Robert II le Pieux avec Berthe de Bourgogne

Berthe de Bourgogne est veuve d'Eudes Ier de Blois.

Robert II le Pieux épouse en octobre 996 Berthe de Bourgogne, sa cousine.

Ceci conduit à un renversement des alliances au détriment de Foulques III Nerra et en faveur d'Eudes II de Blois, fils de Berthe de Bourgogne.

Ce mariage pose certes un problème de consanguinité mais surtout un problème politique : Berthe de Bourgogne apporte en dot des droits sur le duché de Bourgogne et le comté de Bourgogne dont une grande partie du territoire appartient au Saint Empire.

Or le pape Grégoire V est le cousin de l'empereur Otton III.

Robert II le Pieux rentre ainsi en conflit avec le pape.

Le Roi est menacé d'excommunication et le royaume d'interdit.



Naissance d'Eudes Ier de Penthièvre

Éon ou Eudon ou Eudes Ier de Penthièvre naît en 999, fils de Geoffroi Ier de Rennes et d'Havoise de Normandie.



Mort de Geoffroi Ier de Rennes

Alain III Duc de Bretagne

Havoise de Normandie Régente du duché de Bretagne

Geoffroi Ier de Rennes meurt à Rome le 20 novembre 1008 (34 ans), au retour d'un pèlerinage dans cette ville.

Au titre de bienfaiteur, il est inhumé au Mont Saint-Michel.

Il laisse deux fils tout jeune : Alain III le Refru et Eudes Ier de Penthièvre sous la tutelle de leur mère Havoise de Normandie, Duchesse douairière de Bretagne qui assure la régence du duché de Bretagne.

Alain III le Refru, fils de Geoffroi Ier, devient Duc de Bretagne en 1008.



Mariage d'Eudes Ier de Déols

Eudes Ier de Déols épouse en 1010 une fille née vers 970 d'Emenon d'Issoudun et d'Adhémauris. Leur enfant sont :



Naissance de Raoul III de Déols

Raoul III de Déols dit le Prudent naît en 1010, fils d'Eudes Ier de Déols.



Abdication d'Albert II de Vermandois

Eudes Ier de Vermandois Comte de Vermandois

Le 15 juillet 1010, Albert II de Vermandois renonce au comté de Vermandois en faveur d'Eudes Ier de Vermandois, son frère, qui devient Comte de Vermandois.



Mariage de Bernard Ier de la Marche avec Amélie de Montignac

Bernard Ier de la Marche épouse en 1017 Aina ou Amélie de Montignac dite de Razès (née vers 980), fille de Géraud, Seigneur de Montignac, et de Nonie ou Nonia de Granol ou de Grignols. Leurs enfants sont :



Naissance de Tihern de Châteaubriand

Tihern de Châteaubriand naît en 1020, fils d'Eudes Ier de Penthièvre et d'Agnès de Cornouaille.



Mariage de Geoffroy II de Thouars avec Agnès de Blois

Geoffroy II de Thouars épouse en 1020 Agnès de Blois, fille d'Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne. Leurs enfants sont :



Mariage d'Eudes Ier de Vermandois avec Pavie d'Ham

Eudes Ier de Vermandois épouse en 1020 Pavia ou Pavie d'Ham. Leurs enfants sont :



Naissance d'Herbert V de Vermandois

Herbert V de Vermandois naît en 1020 ou 1032, fils Eudes Ier de Vermandois et de Pavie d'Ham.



Mariage de Manassès de Dammartin avec Constance de France

Manassès de Dammartin épouse avant 1023 Constance de France, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles. Leurs enfants sont :

L'identification de l'épouse comme fille du Roi est une hypothèse de J. Depoin reposant sur l'onomastique uniquement (Recueil de chartes, Paris, 1912).



Mariage d'Alain III Canhiart avec Judith de Nantes

Alain III Canhiart épouse vers 1025 ou 1026 Judith de Nantes (morte en 1063 ou 1064). Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes Ier de Dammartin

Eudes Ier de Dammartin naît en 1030 ou 1031, fils de Manassès de Dammartin et de Constance de France.



Donation à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel

En 1031, Eudes Ier de Penthièvre et Alain III le Refru sont présent lors d'une donation faite à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel.



Création de l'abbaye de Saint-Georges à Rennes

Construction du premier château de Montmuran

En 1032 ou 1036, Alain III le Refru crée pour sa sœur Adèle de Rennes et les moniales bénédictines, l'abbaye de Saint-Georges (abbatia Sancti Georgii) à Rennes et lui confie la Seigneurie de Tinteniac avec droit de haute justice.

Eudes Ier de Penthièvre est présent à l'acte.

L'abbaye est fondée pour 45 religieuses. L'abbesse jouit d'un revenu annuel de 20 000 francs.

L'Abbesse demande au Chevalier Donoual ou Donoal, qui prendra le nom de Tinteniac, de construire un château pour protéger ses terres, sous la condition d'hommage lige et devoirs de chambelnage. Le château de Montmuran est construit en bois.



Mariage de Eudes Ier de Penthièvre avec Agnès de Cornouaille

Eudes Ier de Penthièvre épouse entre 1034 et 1037 Agnès de Cornouaille, fille d'Alain III Canhiart et de Judith de Nantes. Leurs enfants sont :



Naissance d'Adèle de Penthièvre

Adèle de Penthièvre naît en 1035, fille d'Eudes Ier de Penthièvre et d'Agnès de Cornouaille.



Eudes Ier de Penthièvre Comte de Penthièvre

Après un conflit avec Alain III le Refru, son frère, et l'arbitrage de leur oncle Judicaël, Évêque de Vannes, Eudes Ier de Penthièvre obtient d'Alain III en 1035 un vaste apanage.

Alain III le Refru crée le comté de Penthièvre constitué dans les évêchés de Saint Brieuc, Tréguier Saint Malo et Dol de Bretagne, comportant l'ancienne Domnonée, Dol, Aleth, le Penthièvre, le Goëlo, le pays de Tréguier Avaugour et Lamballe.



Mort d'Eudes Ier de Déols Seigneur de Déols, de Châteauroux et d'Issoudun

Eudes Ier de Déols meurt en 1038.



Mort d'Alain III le Refru Duc de Bretagne

Conan II de Bretagne Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre Régent du duché de Bretagne

Alain III le Refru meurt à Vimoutiers le 1er octobre 1040, peut-être victime d'un empoisonnement.

Conan II de Bretagne, fils mineur d'Alain III le Refru, devient Duc de Bretagne en 1040.

Conan II de Bretagne est d'abord confié à la garde de sa mère Berthe de Blois.

Eudes Ier de Penthièvre assure la régence et possède la réalité du pouvoir.

Gilbert de Brionne est nommé tuteur de Guillaume le Conquérant.



Mariage de Payen de Fréteval avec Helvise de Montoire

Payen de Fréteval épouse en 1043 Helvise de Montoire, fille d'Eudes Ier de Mondoubleau et de Plaisante de Montoire. Leur enfant est :



Mort d'Eudes Ier de Vermandois

Herbert V de Vermandois Comte de Vermandois

Eudes Ier de Vermandois meurt le 25 mai 1045.

Herbert V de Vermandois, son fils, devient Comte de Vermandois.



Mariage d'Hugues IV du Maine avec Berthe de Blois

Eudes Ier de Penthièvre Comte de Bretagne

Berthe de Blois est veuve d'Alain III le Refru, Duc de Bretagne

Gervais de Château-du-Loir, évêque du Mans, arrange le mariage d'Hugues IV du Maine avec Berthe de Blois, mais Geoffroy II Martel, comte d'Anjou réplique en envahissant le Maine.

Hugues IV du Maine épouse vers 1046 Berthe de Blois, fille d'Eudes II de Blois, Comte de Blois, et d'Irmengarde d'Auvergne.

Leurs enfants sont :

Eudes Ier de Penthièvre, son frère, s'empare de la garde de son neveu Conan II de Bretagne et se proclame Comte de Bretagne.



Libération de Conan II de Bretagne

Couronnement de Conan II de Bretagne Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre fait partie des adversaires de Guillaume le Conquérant.

En 1047, après la bataille de Val-ès-Dunes, Eudes Ier de Penthièvre son oncle, affaibli par sa défaite, accepte la fin de la minorité. Les barons bretons libèrent Conan II de Bretagne et le font couronner Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre continue de régner sur une grande partie du territoire.



Liaison de Eudes Ier de Penthièvre

Eudes Ier de Penthièvre a des liaisons.

Ses enfants sont :



Mariage de Guillaume Ier Tête-Hardie avec Étiennette de Longwy-Metz

Guillaume Ier Tête-Hardie épouse en 1053 Étiennette de Longwy-Metz, fille d'Albert II d'Alsace avec Clémence de Foix. Leurs enfants sont :



Bataille de Mortemer

À la fin de l'hiver 1053-1054, deux armées franco-angevines envahissent la Normandie :

Le projet est de réunir les deux armées devant Rouen, la capitale du duché de Normandie.

En face Guillaume le Conquérant choisit une attitude défensive, il constitue également deux armées : l'une dirigée par lui-même contre l'armée du roi et l'autre commandée par Gautier Giffard et Robert d'Eu en pays de Bray.

Les deux armées ont pour ordres d'éviter l'affrontement et de surveiller les corps adverses, pour n'agir qu'au moment le plus propice.

Hugues II de Montfort-sur-Risle est aux côtés de Guillaume le Conquérant.

La bataille de Mortemer a lieu sur le territoire de la commune de Mortemer, dans le pays de Bray en Seine-Maritime.

Profitant de la négligence des Français, les Normands attaquent pendant la nuit le camp français, mettant le feu au village.

Surpris dans leur sommeil les Français sont anéantis et les Normands remportent une victoire facile.

Henri Ier de France, Thibault III de Blois et Eudes Ier de Penthièvre, sont vaincus.

Raoul III de Valois participe à la bataille et est fait prisonnier.

Roger de Mortemer, Seigneur de Mortemer-en-Bray (Seine-Maritime), son vassal, à qui on l'a confié, le libère.

Guillaume le conquérant, un autre suzerain de Roger de Mortemer, lui retire ses fiefs en représailles et le bannit.

Roger se réfugie à la cour de Valois.

Roger de Mortemer se réconciliera avec Guillaume le Conquérant un peu plus tard, et il retrouvera ses possessions à l'exception du château de Mortemer qui est confié à Guillaume de Warenne.



Naissance d'Étienne Ier de Penthièvre

Étienne Ier de Penthièvre naît vers 1055 ou 1060, fils d'Eudes Ier de Penthièvre et d'Agnès de Cornouaille.



Mariage de Geoffroy II Martel d'Anjou avec Adèle de Penthièvre

Geoffroy II Martel d'Anjou épouse en 1056 Adèle de Penthièvre, fille d'Eudes Ier de Penthièvre et d'Agnès de Cornouaille.



Mariage de Henri Ier Donzel de Bourgogne avec Sibylle de Barcelone

Henri Ier Donzel de Bourgogne épouse en 1056 Sibylle de Barcelone, fille de Bérenger-Raymond Ier le Courbé, Comte de Barcelone, et de Guisle de de Lhuça. Leurs enfants sont :



Prise de Rennes

Eudes Ier de Penthièvre prisonnier

En 1056 Conan II de Bretagne se rend maître de Rennes et fait Eudes Ier de Penthièvre prisonnier.



Mort d'Agnès de Cornouaille

Agnès de Cornouaille, femme d'Eudes Ier de Penthièvre, meurt en 1056.



Naissance d'Eudes Ier Borel

Eudes Ier Borel ou Borrel, dit le Roux, naît en 1058, fils d'Henri Ier Donzel et de Sibylle de Barcelone.



Paix entre Conan II de Bretagne et Geoffroy Ier de Penthièvre

En 1062, la paix est conclue entre Conan II de Bretagne et Geoffroy Ier de Penthièvre, fils aîné d'Eudes Ier de Penthièvre qui continue seul le combat.



Mariage d'Eudes III de Champagne avec Adélaïde de Normandie

Eudes III de Champagne Comte d'Aumale

Adélaïde de Normandie, sœur de Guillaume le Conquérant, est veuve de Lambert de Lens.

Quelque temps après son arrivée en Normandie, Eudes III de Champagne épouse entre 1065 et 1070 Adélaïde de Normandie, fille de Robert II dit le Diable ou le Magnifique, Duc de Normandie, et d'Herleva de Falaise. Leur enfant est :

Après leur mariage, Eudes III de Champagne obtient de Guillaume le Conquérant de ne pas retourner en Champagne, où la situation est trop dangereuse pour lui.

Eudes III de Champagne devient Comte d'Aumale sous le nom d'Eudes Ier d'Aumale.

Eudes III de Champagne obtient, en droit de sa femme, la cité d'Aumale avec 10 chevaliers de l'archevêque de Rouen, charge à lui de porter l'étendard de l'archevêque lorsqu'il utilise ces hommes.



Mort d'Eudes Ier de Dammartin Comte de Dammartin

Hugues Ier de Dammartin Comte de Dammartin-en-Goële

Eudes Ier de Dammartin meurt en 1067.

Hugues Ier de Dammartin, son frère, lui succède et devient Comte de Dammartin-en-Goële.

Hugues Ier de Dammartin continue alors la politique de son frère à l'égard de Philippe Ier de France, préférant s'assurer son soutien.



Soulèvement des féodaux contre Hoël II de Cornouaille

Eudes Ier de Penthièvre participe encore en 1075 au soulèvement des féodaux contre Hoël II de Cornouaille, époux d'Havoise de Rennes.

Eudes Ier de Penthièvre laisse toutefois la conduite des opérations à Geoffroy Ier de Penthièvre, son fils aîné.

Geoffroy Grenonat se joint à cette révolte.



Bataille du Puiset

Guillaume Ier de Nevers et Lancelin de Beaugency prisonniers

Eudes Ier Borel, Guillaume Ier de Nevers, Comte de Nevers, et Lancelin de Beaugency, Seigneur de Beaugency, aident Philippe Ier de France dans sa lutte contre Hugues Ier Blavons, Seigneur du Puiset, un vassal indocile.

Hugues Ier Blavons leur livre bataille et les vainc sous les murs du Puiset en 1078.

Guillaume Ier de Nevers et Lancelin de Beaugency sont fait prisonniers.


Blason des Ducs de Bourgogne

Abdication de Hugues Ier le Moine

Hugues Ier le Moine Prieur de l'Abbaye de Cluny

Eudes Ier Borel Duc de Bourgogne

Au retour de son périple espagnol, Hugues Ier le Moine abandonne son duché.

Il se fait Moine à Cluny en 1079.

Le duché passe aux mains de son frère Eudes Ier Borel qui devient Duc de Bourgogne.

Eudes poursuit l'œuvre de son frère.



Mort d'Eudes Ier de Penthièvre Comte de Penthièvre

Geoffroy Ier de Penthièvre Comte de Penthièvre

Eudes Ier de Penthièvre meurt le 7 janvier 1079.

Il est inhumé dans la cathédrale de Saint Brieuc.

Geoffroy Botterel, son fils, devient Comte de Penthièvre en 1079 sous le nom de Geoffroy Ier de Penthièvre.

Étienne Ier de Penthièvre devient Comte de Trégor et Seigneur de Goëlo.



Mariage de Eudes Ier Borel avec Sybille

Eudes Ier Borel épouse en 1080 Sybille de Bourgogne (1065-après 1103), fille de Guillaume Ier Tête-Hardie et d'Étiennette de Longwy-Metz. Leurs enfants sont :



Naissance d'Hélène de Bourgogne

Alix Héliette ou Hélène de Bourgogne naît en 1078 ou 1080, fille d'Eudes Ier Borel et de Sybille de Bourgogne.



Naissance de Florine de Bourgogne

Florine de Bourgogne naît en 1083, fille d'Eudes Ier Borel et de Sybille de Bourgogne.



Pèlerinage à Vézelay d'Eudes Ier Borel

En 1084, Eudes Ier Borel, Duc de Bourgogne, et toute sa famille font un pèlerinage à Vézelay.



Naissance d'Hugues II le Pacifique

Hugues II le Pacifique dit Borel naît en 1084 ou 1085, fils d'Eudes Ier Borel, Duc de Bourgogne, et de Sibylle de Bourgogne.



Mort de Boson III de La Marche

Eudes Ier de la Marche Comte de la Marche

Boson III de La Marche meurt en 1091.

Eudes Ier de la Marche, son oncle, devient Comte de la Marche.



Mariage de Bertrand II de Toulouse avec Hélène de Bourgogne

Bertrand II de Toulouse épouse le 16 juin 1095 Hélène de Bourgogne, fille d'Eudes Ier Borel, Duc de Bourgogne, et de Sibylle de Bourgogne-Comté. Leurs enfants sont :



Eudes Ier Borel premier Comte du Portugal

Eudes Ier Borel devient le premier Comte du Portugal en 1097, et le fondateur de la première maison royale du Portugal. Ses descendants règneront jusqu'en 1383 sur ce royaume.


Blason des Ducs de Bourgogne

Mort d'Eudes Ier Borel Duc de Bourgogne

Hugues II le Pacifique Duc de Bourgogne

Eudes Ier Borel ne semble pas s'être engagé dans la première croisade, mais se rend quelques années plus tard en Terre sainte.

Eudes Ier Borel meurt le 23 mars 1103 à Tarsus (Tarse en Cilicie) en Turquie.

Violent et brutal les chroniqueurs de son époque le décrivent comme un brigand qui rançonne ceux qui traversaient ses états.

Hugues II le Pacifique devient Duc de Bourgogne.



Mariage de Hugues Ier de Champagne avec Isabelle de Bourgogne-Comté

Hugues Ier de Champagne épouse en 1110 Isabelle de Bourgogne-Comté, Dame de Champlitte, fille d'Étienne Ier de Bourgogne et de Béatrice de Lorraine. Leur enfant est:



Mort d'Eudes Ier de la Marche

Eudes Ier de la Marche meurt en 1112.



Mariage de Guillaume III de Bellême avec Hélène de Bourgogne

Hélène de Bourgogne est veuve de Bertrand II de Toulouse.

Guillaume III de Bellême, Comte d'Alençon et de Ponthieu, épouse vers 1115 Hélène de Bourgogne, fille de Eudes Ier Borel et de Sibylle de Bourgogne. Leurs enfants sont :



Naissance d'Eudes de Champlitte

Eudes Ier de Champagne ou Eudes de Champlitte ou le Champenois naît en 1120 ou 1123, fils Hugues Ier de Champagne et d'Isabelle de Bourgogne-Comté.

Hugues Ier de Champagne ne reconnaît pas l'enfant né tardivement et chasse Isabelle de Bourgogne-Comté, la mère, et Eudes de Champlitte, son fils.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !