Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



17 événements affichés, le premier en 1580 - le dernier en 1629



Naissance d'Ernst von Mansfeld

Peter Ernst II von Mansfeld ou Ernst von Mansfeld naît vers 1580, fils illégitime de Peter Ernst Ier von Mansfeld, Gouverneur de Luxembourg et de Bruxelles.

Il passe sa jeunesse dans le palais de son père à Luxembourg et est élevé dans la foi catholique.



Ernst von Mansfeld Gouverneur de Bohème

Siège de Pilsen

Le nouveau gouvernement de Bohème constitué de la noblesse protestante est donné à Ernst von Mansfeld.

Les nobles et les prêtres catholiques commencent à quitter le pays.

Certains des monastères et manoirs sont évacués et les réfugiés catholiques sont dirigés vers la ville de Pilsen (Plzen), où ils pensent qu'une défense peut s'organiser. La ville est bien préparée pour un siège prolongé, mais les défenseurs manquent de poudre pour leur artillerie.

Ernst von Mansfeld décide de capturer la ville avant que les catholiques ne reçoivent l'appui de l'extérieur.

Le 19 septembre 1618, les forces des protestants de Bohême menées par Ernst von Mansfeld atteignent les périphéries de la ville et mettent le siège. Les défenseurs ont bloqué deux portes et la troisième a été renforcée avec des gardes supplémentaires. L'armée protestante est trop faible pour attaquer directement le château. Mansfeld décide d'affamer la ville.

Le 2 octobre 1618 l'artillerie protestante arrive, mais le calibre et le nombre de canons est trop faible pour causé des dégâts sur les murs de ville.

Le siège se poursuit, les protestants recevant quotidiennement approvisionnements et recrues, alors que les défenseurs manquent de nourriture et de munitions. En outre, le puit principal de ville estdétruit et les réserves d'eau potable sont bientôt épuisées.

Le 21 novembre 1618 des fissures sont faites dans les murs et les soldats protestants pénètrent dans la ville. Après que plusieurs heures de combat au corps à corps, la ville est prise.

C'est la première grande bataille de la Guerre de Trente Ans.

Après la prise de la ville, Mansfeld exige 120 000 guldens d'or en dommages de guerre et 47 000 florins supplémentaires pour épargner la ville et ne pas la brûler.



Siège de Budweis

Bataille de Sablat

Bientôt le Saint-Empire et la Bavière regroupent assez de forces et franchissent la frontière avec la Bohême. Bucquoy est chargé de la répression du soulèvement en Bohême.

Ernst von Mansfeld à la tête de l'armée protestante est en route vers Ceské Budejovice (Budweis).

En juin 1619, Charles-Bonaventure de Longueval l'apprend.

Posté en embuscade, Charles-Bonaventure de Longueval, commandant l'armée catholique du Saint-Empire, le force à combattre le 10 juin 1619 à Sablat (aujourd'hui Zablati ou Záblatí u Prachatic, environ à 6 km à l'ouest de Prachatitz en Bohême).

Ernst von Mansfeld est sévèrement défait et perd au moins 1 500 hommes ainsi que tout son matériel.

À la suite de cet événement les Tchèques doivent abandonner le siège de Budweis.

Ernst von Mansfeld reste par la suite inactif pendant un bon laps de temps, et va jusqu'à proposer ses services à l'empereur.



Campagne de Tilly contre Ernst von Mansfeld

Suite à la bataille de la Montagne Blanche, plusieurs princes protestants lève leurs armées. Frédéric V du Palatinat offre à Ernst von Mansfeld le commandement de son armée, qu'il replie en Haut-Palatinat en 1621.

Tilly le poursuivit dans cette retraite mais ne parvient pas à le neutraliser.

Du Haut-Palatinat, Ernst von Mansfeld passe dans le Palatinat rhénan.

Pendant les quartiers d'hiver, le Palatinat est ravagé par les soldats cantonnés dans un pays hostile.



Prise de Frankenthal

Ernst von Mansfeld libère Frankenthal.



Prise de Haguenau

Ernst von Mansfeld prend Haguenau.



Bataille de Wiesloch

Le 27 avril 1622, les armées protestantes d'Ernst von Mansfeld et du margrave de Bade Georg Friedrich ou Georges Frédéric de Baden-Durlach, affronte l'armée de la Ligue catholique sous les ordres du comte Tilly près du village de Wiesloch près de Mingolsheim au sud d'Heidelberg en Allemagne.

La bataille se terminée par la victoire sans lendemain des protestants. Tilly subit une des rares défaites de sa carrière. Bernard de Saxe-Weimar combat dans le camp protestant.

Ernst von Mansfeld pillent l'Alsace et la Hesse.

Mais les ravages des troupes menées par Ernst von Mansfeld ne se limitent pas aux contrées ennemies, ils s'exercent aussi au détriment des régions dont il doit assurer la défense, ce qui choque fort son commanditaire. Frédéric V du Palatinat se trouve finalement contraint de le licencier avec ses troupes.



Bataille de Wimpfen

Georges-Frédéric de Bade-Durlach se trouve confronté à nouveau aux troupes de la Ligue Catholique commandées par Tilly, renforcées d'une armée espagnole sous les ordres de Gonzalo Fernández de Córdoba. La bataille de Wimpfen a lieu le 6 mai 1622.

Bernard de Saxe-Weimar combat dans le camp protestant.

Bien qu'en nette infériorité numérique, l'armée de Georges-Frédéric de Bade-Durlach commence néanmoins à résister aux troupes catholiques. Les protestants subissent finalement une sanglante défaite qui marque, pratiquement, la fin de la carrière militaire de Georges-Frédéric de Bade-Durlach.

Les pertes s'établissent de chaque côté à environ 2 000 hommes.

Tilly et Córdoba se mettent en devoir d'empêcher la jonction des troupes protestantes restantes avec celles d'Ernst von Mansfeld et de Christian de Brunswick.

Guillaume Ier de Bade-Bade devient alors régent du margraviat de Baden-Baden.



Bataille de Höchst

Le commandant en chef des protestants, Christian de Brunswick part en juin 1622, à la tête d'environ 15 000 hommes de la région des évêchés de Westphalie vers celle de la Hesse-Darmstadt pour y faire jonction avec les forces armées du comte Ernst von Mansfeld.

Après avoir traversé le Main aux environs de Höchst grâce à un pont de fortune, Christian de Brunswick et son armée rencontre le 20 juin 1622 une armée de la Ligue catholique venue du sud sous le commandement du comte de Tilly et du comte de Bronckhorst qui font ouvrir un feu très nourri.

L'armée de Christian de Brunswick réussit à repousser plusieurs attaques des catholiques mais pendant l'affrontement, la panique se propage parmi les hommes qui se trouvent sur le pont.

De nombreux soldats tombent dans le Main où ils se noient. Les pertes de l'infanterie protestante sont importantes, en morts, en blessés et en prisonniers.

Le train et toute l'artillerie tombent aux mains de Tilly et de Bronckhorst.

Christian de Brunswick parvient à s'échapper avec sa cavalerie et son trésor de guerre pour rejoindre Mansfeld.



Prise de Heidelberg et de Mannheim

Tilly ne peut empêcher la jonction des armées de Ernst von Mansfeld et de Christian de Brunswick qu'il parvient à éloigner momentanément.

Ernst von Mansfeld se joignit alors au comte Christian de Brunswick contre Rodolphe II du Saint-Empire et ensemble, ils passèrent en Lorraine, dévastant tout sur leur passage.

Tilly prend Heidelberg puis Mannheim.

Une partie des manuscrits de la bibliothèque d'Heidelberg est envoyée à Rome pour y être intégrée à la Bibliothèque Vaticane contre des subsides du pape.



Siège de Bergen-op-Zoom

Bataille de Fleurus

Ernst von Mansfeld passe donc au service des Provinces-Unies

Les troupes protestantes de Christian de Brunswick et d'Ernst von Mansfeld sont en route pour contrer le siège de Bergen-op-Zoom. Elles comportent 8 000 fantassins, 6 000 cavaliers et 11 canons.

Le 29 août 1622, ils sont confrontés à l'armée espagnole menée par Gonzalo Fernández de Córdoba, général de la Ligue catholique. Elle est formée de 6.000 fantassins, de 2.000 cavaliers et de 4 canons.

Les deux partis se livrent une bataille sanglante, pendant laquelle Christian de Brunswick perd le bras gauche. Il se fera poser, par la suite, une prothèse en argent.

Les deux partis s'attribuent l'avantage. L'armée espagnole compte 300 morts, 900 blessés.

Malgré des lourdes pertes (quelque 5.000 morts, blessés et capturés), Christian de Brunswick parvient à se frayer une route vers Bergen-op-Zoom et à forcer la levée du siège de la ville.

Ernst von Mansfeld occupe la Frise orientale, prenant des places-fortes et infligeant de sévères exactions sur les populations.



Bataille de Stadtlohn

Pendant l'été 1623, Christian de Brunswick tente vainement de susciter un nouveau foyer de soulèvement contre l'administration impériale dans la région de Basse Saxe.

Devant l'échec, Christian de Brunswick veut se réfugier aux Pays-Bas, avec son armée de 15 000 hommes, pour y retrouver le maître des coalisés protestants, Frédéric V du Palatinat et plus encore, la femme de celui-ci, Elizabeth Stuart à qui il porte une véritable dévotion.

Le 6 août 1623, l'armée protestante de Christian de Brunswick est attaquée par l'armée de la Ligue Catholique commandée par Tilly à Stadtlohn, à quelques kilomètres de la frontière des Pays-Bas,.

Bernard de Saxe-Weimar sert dans le camp protestant avec son frère William à Stadtlohn.

Matthias Gallas, alors colonel d'un régiment d'infanterie au service de la ligue catholique, se distingue dans les combats.

Christian peut disposer ses troupes sur une éminence partiellement entourée de zones marécageuses, position avantageuse. Cet avantage théorique ne se révèle pas décisif, les troupes catholiques étant plus nombreuses et beaucoup plus aguerries.

Elles infligent des pertes extrêmement lourdes à l'ennemi protestant. À peu près 2/3 des soldats commandés par Christian sont tués ou faits prisonniers. La déroute des protestants est si complète qu'elle dissuade Tilly de poursuivre son attaque. À la tombée de la nuit, Christian et les débris de son armée atteignent les Pays-Bas. Son train et son trésor de guerre tombent aux mains des catholiques.

Tilly continue de pourchasser Ernst von Mansfeld dans le nord de l'Allemagne.

Tilly regagne au catholicisme les évêchés de Halberstadt, Hildesheim, Minden et Osnabrück.



Voyages d'Ernst von Mansfeld à Londres et à Paris

Chef de mercenaires et mercenaire lui-même, Ernst von Mansfeld suspend souvent ses campagnes militaires pour trouver des fonds, c'est-à-dire vendre ses services au plus offrant.

Vers 1624 Ernst von Mansfeld fait 3 voyages à Londres où il est acclamé comme un héros par la populace, et au moins un à Paris.

Le roi d'Angleterre Jacques Ier désire ardemment lui fournir des subsides et des hommes pour reconquérir le Palatinat.



Retour d'Ernst von Mansfeld aux Pays-Bas

Christian IV de Danemark entreprend en 1626, en liaison une campagne militaire qui est prévue pour le mener tout d'abord en Thuringe, puis en Allemagne méridionale.

En janvier 1626, Ernst von Mansfeld et son armée de "gens faits de sac et de cordes" repassent de Douvres aux Pays-Bas.

Ernst von Mansfeld revient en Allemagne prend un commandement dans l'armée danoise.


Bataille du pont de Dessau

Bataille du pont de Dessau

Ernst von Mansfeld et son armée d'environ 12 000 hommes avancent du Brandebourg en direction de Magdebourg.

Le pont sur l'Elbe, à Dessau, est tenu par les impériaux sous les ordres de Johann von Aldringen.

Ceux-ci disposent de 86 canons.

Leur nombre, à vrai dire réduit, le paraissait encore plus du fait de leur campement dans des positions enterrées.

Ce que voyant, Ernst von Mansfeld estime possible de les affronter et ordonne une première attaque des positions tenues par les troupes impériales qui se défont complètement.

Peu de temps après ce premier combat, l'armée de Wallenstein parait, tandis qu'Ernst Von Mansfeld reçoit lui-même des renforts.

La confrontation décisive a lieu le 25 avril 1626.

Toutes les attaques de Ernst von Mansfeld contre les positions impériales, très solidement établies, sont repoussées cependant que Wallenstein, à la tête de sa cavalerie, enfonce les flancs des troupes protestantes.

C'est alors qu'un chariot chargé de poudre à canon explose du côté protestant, faisant de nombreuses victimes tuées ou blessées, et forçant Ernst von Mansfeld à ordonner la retraite.

La bataille de Dessau est le premier grand succès militaire de Wallenstein au service de l'Empire.

Il lui permettra sa fulgurante ascension.

Les services de Johann von Aldringen pendant cette bataille lui valent le titre de Freiherr :baron.

Poursuivi par Wallenstein, Ernst von Mansfeld fuit alors vers la Hongrie où il espère trouver l'appui de Gabriel Bethlen, Prince de Transylvanie.

Mais Gabriel Bethlen cherche à traiter avec l'Empereur.


Guillaume Ier de Saxe-Weimar

Mort de Jean-Ernest Ier de Saxe-Weimar

Guillaume Ier de Saxe-Weimar Duc de Saxe-Weimar

Jean-Ernest Ier de Saxe-Weimar combat dans les armées néerlandaise et danoise.

Passé au service d'Ernst von Mansfeld, Jean-Ernest Ier de Saxe-Weimar meurt à Sankt Martin en Hongrie le 6 décembre 1626 de ses blessures.

Guillaume Ier de Saxe-Weimar, son frère, devient Duc de Saxe-Weimar en 1626.



Mort d'Ernst von Mansfeld

Ernst von Mansfeld part vers Venise pour y lever de nouvelles troupes mais tombe gravement malade en route.

Ernst von Mansfeld meurt à Rakowitza en Bosnie-Herzégovine le 29 novembre 1629, réconcilié avec l'Église Catholique.

Il est inhumé à Spalato.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !