Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



20 événements affichés, le premier en 1260 - le dernier en 1475



Mariage de Philippe Le Portier de Marigny

Philippe Le Portier de Marigny est le fils d'Enguerran II Le Portier (1208-1246), Seigneur de Marigny.

Philippe Le Portier de Marigny épouse X de Villaine. Leurs enfants sont :



Naissance d'Enguerrand III de Marigny

Enguerrand III de Marigny naît à Lyons-la-Forêt dans l'Eure vers 1260 ou vers 1265 ou vers 1270, fils de Philippe Le Portier de Marigny (mort en 1306), Seigneur d'Écouis.



Mariage d'Enguerrand III de Marigny avec Jeanne de Saint-Martin

Enguerrand III de Marigny entre comme écuyer au service d'Hugues III de Bouville, Chambellan et secrétaire de Philippe IV le Bel.

Puis Enguerrand III de Marigny est attaché comme panetier à la maison de la reine Jeanne Ire de Navarre, épouse de Philippe IV le Bel, qui fait de lui son exécuteur testamentaire.

Enguerrand III de Marigny épouse Jeanne de Saint-Martin (vers 1275-vers 1292). Leurs enfants sont :

Jeanne de Saint-Martin est la filleule de Jeanne Ire de Navarre.



Naissance d'Isabelle de Marigny

Isabelle de Marigny naît vers 1292, fille d'Enguerrand III de Marigny et de Jeanne de Saint-Martin.



Mariage d'Enguerrand III de Marigny avec Alips de Mons

Enguerrand III de Marigny épouse Alips de Mons. Leurs enfants sont :



Enguerrand III de Marigny Gardien du château d'Issoudun.

En 1298, Enguerrand III de Marigny reçoit la garde du château d'Issoudun.



Enguerrand III de Marigny Coadjuteur du royaume

Après la mort de Pierre Flote, Enguerrand III de Marigny devient en 1302 le grand conseiller de Philippe IV le Bel, qui le nomme coadjuteur du royaume, le plaçant ainsi à la tête de l'administration.



Enguerrand III de Marigny président de la Chambre des Comptes de Normandie

En 1306, Enguerrand III de Marigny est envoyé pour présider la Chambre des Comptes de Normandie.

Enguerrand III de Marigny reçoit de Philippe IV le Bel de nombreux présents, mais aussi une pension d'Édouard II Carnavon.

Cultivé et adroit, Enguerrand III de Marigny est l'homme qu'il faut pour servir les plans de Philippe IV le Bel, dont il a la confiance. Enguerrand III de Marigny partage la haine que s'attire le roi dans l'opinion publique en dévaluant la monnaie.

Enguerrand III de Marigny est l'agent de Philippe IV le Bel dans le conflit qu'il a avec Louis Ier de Nevers, fils de Robert III de Flandre, emprisonnant Louis et forçant Robert à abandonner Lille, Douai et Béthune.


Enguerrand III de Marigny

Enguerrand III de Marigny Surintendant aux finances

Philippe IV le Bel nomme Enguerrand III de Marigny Surintendant aux finances et Gardien du Trésor sur lequel sa mainmise est assurée à partir de 1309.



Enguerrand III de Marigny Chancelier de France

Conférences de Tournai avec les Flamands

Enguerrand III de Marigny est nommé en 1311 Chancelier de France.

Philippe IV le Bel, ayant souffert du remariage de Philippe III le Hardi, son père, avec Marie de Brabant, porte de l'affection à Charles Ier de Valois, son frère, qui se trouve de ce fait placé à des responsabilités qui dépassent largement son talent.

Charles Ier de Valois dirige en 1311 l'ambassade royale aux conférences de Tournai avec les Flamands.

Il s'y brouille avec Enguerrand III de Marigny, qui l'éclipse ouvertement.

Le frère du roi ne pardonnera pas l'affront et sera le plus acharné contre Marigny après la mort du roi.

La situation d'Enguerrand III de Marigny devient plus délicate quand les princes du sang, qui viennent à faire la guerre aux Flamands, sont déçus par ses négociations de paix en septembre 1311.

Enguerrand III de Marigny est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin et Charles Ier de Valois le dénonce à Philippe IV le Bel mais ce dernier le soutient et cette attaque n'a aucun résultat.


Collégiale d'Écouis

Construction de la collégiale d'Écouis

Enguerrand III de Marigny fonde la collégiale d'Écouis dans l'Eure dont la construction débute en 1310.

La collégiale reçoit :

Elle est consacrée à Notre-Dame de l'Assomption le 9 septembre 1313 en présence d'Alips de Mons et de Jean de Marigny.

On peut toujours admirer un remarquable ensemble de statues commandées par Enguerrand III de Marigny.



Réunion des États généraux

Constitution des Ligues nobiliaires

Enguerrand III de Marigny harangue les États généraux de 1314 et réussit même à faire décider une augmentation des impôts pour la guerre de Flandre, s'attirant par là une grande rancune.

Le mécontentement de toutes les classes de la société est alors à son comble, provoqué par la fiscalité de Philippe IV le Bel, le fait que le clergé a à supporter des charges énormes, les lois somptuaires et autres mesures de ce genre qui blessent particulièrement la noblesse, la misère générale du peuple.

En 1314, la petite noblesse est le moteur d'une réaction aristocratique qui s'amorce contre les empiétements de la justice royale.

Les nobles ruinés par la hausse des prix, n'admettent pas que l'administration royale locale empiète sur leurs pouvoirs et réduise leurs finances.

Les provinces se soulèvent.

Les nobles, le clergé régulier et le tiers état créent des ligues nobiliaires, pays par pays, présentant leurs doléances dans de longs rouleaux.

Les ligues doivent avoir des assemblées annuelles et des commissions correspondant entre elles, qui surveillèrent les empiétements des agents royaux; la ligue de Bourgogne est entre toutes importante.

Les grands, menés par Charles Ier de Valois l'oncle du roi, sont hostiles aux méthodes de gouvernement de Philippe IV le Bel, et en particulier à l'entrée des légistes au Conseil qu'ils veulent à nouveau dominer pour diriger à leur profit les affaires du royaume.

Jean de Charny est l'un des barons bourguignons qui s'allient contre les abus du gouvernement de Philippe IV le Bel, en novembre 1314.



Construction du gibet de Montfaucon

Le gibet de Montfaucon, surnommé "Fourches de la grande justice", est le principal gibet des rois de France.

De type fourches patibulaires, le gibet se situe au lieudit Montfaucon, au nord est de Paris, sur une éminence proche de la route de Meaux (actuelle rue de la Grange-aux-Belles) et de la place du Colonel-Fabien.

Il y est érigé en remplacement d'un gibet originel en bois, à la requête d'Enguerrand III de Marigny.

Le gibet est formé de 16 piliers de pierre de 10 à 12 m. de haut, reliés entre eux par des poutres en bois auxquelles s'accrochaient les chaînes qui supportaient les corps qu'on laissait pourrir ou se dessécher.

Il peut y en avoir 500 simultanément.



Mise à l'écart des ministres de Philippe IV le Bel

Pierre de Latilly et Raoul de Presles Prisonniers

Étienne de Mornay Chancelier

Condamnation d'Enguerrand III de Marigny

Les principaux ministres de Philippe IV le Bel sont éloignés ou poursuivis, Charles Ier de Valois et les princes du sang voulant se venger d'avoir été écartés des affaires par les légistes et les favoris.

Charles Ier de Valois prive d'abord Pierre de Latilly de sa charge de chancelier, qu'il attribue à Étienne de Mornay, son chambellan, et le fait ensuite jeter en prison avec Raoul de Presles, avocat principal au parlement, les accusant de crimes imaginaires.

Poursuivi par la haine populaire, et plus encore par la haine de Charles Ier de Valois, Enguerrand III de Marigny, qui avait été tout-puissant sous Philippe IV le Bel, est pris comme bouc émissaire.

Enguerrand III de Marigny est arrêté sur l'ordre de Louis X le Hutin, répondant à la demande de Charles Ier de Valois.

On porte sur lui 41 chefs d'accusation (la totalité de ceux-ci sont répertoriés dans les Grandes Chroniques de France).

On refuse de l'entendre.

Mais comme ses comptes sont en ordre et ne présentent aucune irrégularité, Louis X le Hutin souhaite seulement condamner l'ancien bras droit de son père au bannissement dans l'île de Chypre.

Charles Ier de Valois présente alors une accusation de sorcellerie qui, bien que totalement fausse, est plus efficace.

Enguerrand III de Marigny refuse de se défendre face à un tribunal où l'accusateur principal n'est autre que son propre frère cadet, l'évêque Jean de Marigny.

Cette trahison, selon toute vraisemblance, le rend très amer.

La seule déclaration d'Enguerrand III de Marigny est d'affirmer avec énergie que, dans tous ses actes, il n'a fait que servir son roi, Philippe IV le Bel.


Exécution d'Enguerrand III de Marigny

Mort d'Enguerrand III de Marigny Seigneur de Marigny, d'Écouis, de Mainneville, de Gaillefontaine, Comte de Longueville

Enguerrand III de Marigny est condamné.

Enguerrand III de Marigny meurt le 30 avril 1315 pendu au gibet de Montfaucon à Paris par Neuville.

Son ami Paviot est pendu avec lui, mais l'arrêt précise de pendre Enguerrand a la plus haute traverse du gibet et de punir Paniot de pareille punition, excepté qu'il sera attaché au-dessous d'Enguerrand.

Enguerrand III de Marigny restera pendu pendant 2 ans !

Louis X le Hutin laisse les enfants d'Enguerrand III de Marigny prendre possession de l'héritage de leur père.



Second procès d'Enguerrand III de Marigny

Le corps d'Enguerrand III de Marigny reste exposé au gibet pendant deux ans.

En 1317, le nouveau roi Philippe V le Long demande un second procès qui le disculpe des méfaits qu'on lui impute et réhabilite sa mémoire.

Ses restes sont alors inhumés dans l'église des Chartreux de Vauvert.



Transfert des restes d'Enguerrand III de Marigny

Les restes d'Enguerrand III de Marigny sont transférés en 1325 ou 1326 dans la collégiale d'Écouis.


Gisant de Charles Ier de Valois à la Basilique de Saint-Denis

Mort de Charles Ier de Valois

Philippe VI de Valois Comte de Valois

Charles II d'Alençon Comte de Chartres

Sur son lit de mort, Charles Ier de Valois, ennemi juré d'Enguerrand III de Marigny, est pris de remords et ordonne qu'on distribue des aumônes aux pauvres de Paris en leur demandant de prier conjointement pour son âme et pour celle d'Enguerrand III de Marigny.

Charles Ier de Valois meurt le 16 décembre 1325 à Nogent-le-Roi (Le Perray-en-Yvelines), laissant un fils qui montera sur le trône de France sous le nom de Philippe VI de Valois et commencera la branche des Valois : une revanche posthume pour l'homme qui voulut être roi.

Charles Ier de Valois est fils de roi, frère de roi, oncle de rois, père de roi et jamais roi. Il rêve donc de mieux et court toute sa vie après une couronne qu'il n'obtiendra jamais.

Charles Ier de Valois est moyennement intelligent, démesurément ambitieux et passablement avide. Sa principale qualité est d'être un bon chef de guerre.

Philippe VI de Valois devient Comte de Valois.

Conformément à l'accord de partage de 1314, Charles II d'Alençon reçoit le comté de Chartres, les terres de Champrond, Châteauneuf-en-Thymerais et Senonches, ainsi que la forêt de Perche,



Mariage de Geoffroy Marcel de Longueil avec Isabelle de Marigny

Geoffroy Marcel de Longueil épouse Isabelle de Marigny (vers 1292-1339), Vicomtesse d'Auge, fille d'Enguerrand III de Marigny et de Jeanne de Saint-Martin. Leur enfant est :



Érection d'un mausolée sur le tombeau d'Enguerrand III de Marigny

En 1475, Louis XI élève un mausolée sur le tombeau d'Enguerrand III de Marigny, qui sera profané à la Révolution.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !