Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1684 - le dernier en 1757



Naissance d'Edward Vernon

Édouard ou Edward Vernon surnommé Old Grog naît à Westminster le 12 novembre 1684.

Edward Vernon doit son surnom à son vêtement de grogram (mélange de laine et de soie).

Edward Vernon va à l'école de Westminster.



Edward Vernon Marin

Edward Vernon s'enrôle dans la Marine en 1700.



Edward Vernon Lieutenant

Edward Vernon est promu au grade de lieutenant en 1702.


Bataille navale de Vélez-Malaga Louis-Alexandre de Bourbon - par Hyacinthe Rigaud en 1708

Bataille navale de Vélez-Malaga

Louis-Alexandre de Bourbon Chevalier de la Toison d'or

Mort de Louis Alphonse Ignace de Lorraine-Guise

Victor Marie d'Estrées est désigné comme mentor de Louis-Alexandre de Bourbon, Amiral de France.

Le 24 août 1704, devant Vélez et Malaga, Louis-Alexandre de Bourbon inflige de très lourdes pertes à la flotte anglo-hollandaise commandée par l'amiral George Rooke.

Charles Henri de Sainte-Maure prend part à cette bataille, dans l'avant-garde de l'escadre et est blessé.

Victor Marie d'Estrées participe à cette bataille.

Edward Vernon participe à cette bataille.

Philippe Le Valois commande l'avant-garde de la flotte française et affronte Cloudesley Shovell.

François de Bricqueville commande le vaisseau Le Fendant, 58 canons, dans l'escadre blanche.

Le Fier, le vaisseau de Philippe Le Valois, met à mal 3 ou 4 vaisseaux anglais avant de recevoir une bombe qui fait sauter son arrière et déclenche un incendie.

Cent hommes d'équipage sont tués ou blessés, mais Philippe Le Valois parvient finalement à le sauver.

C'est le dernier combat de Philippe Le Valois.

Louis Alphonse Ignace de Lorraine-Guise meurt lors de cette bataille.

Le roi Philippe V d'Espagne, son neveu, nomme Louis-Alexandre de Bourbon Chevalier de la Toison d'or en 1704.



Prise de Barcelone

Le 1er mai 1705 Cloudesley Shovell reçoit le commandement du corps expéditionnaire en Méditerranée, conjointement avec Charles Mordaunt, 3e comte de Peterborough, avec lequel il assiège et prend Barcelone.

Edward Vernon participe à la prise de Barcelone.



Edward Vernon Capitaine

Edward Vernon est nommé capitaine en 1706, prenant le commandement du HMS Rye, dans la flotte de l'amiral Cloudesley Shovell.


Désastre naval des îles Sorlingues avec le HMS Association au centre - gravure du XVIIIe siècle Mémorial à Cloudesley Shovell à Porthellick Cove

Désastre naval des îles Sorlingues

Mort de Cloudesley Shovell

La flotte britannique, placée sous les ordres de Cloudesley Shovell, reçoit l'ordre de rentrer au pays en faisant escale à Gibraltar avant de se diriger vers Portsmouth.

La flotte est constituée de :

La flotte de l'amiral Shovell quitte Gibraltar le 29 septembre 1707.

La traversée est marquée par le gros temps et une mer déchaînée. Alors que la flotte quitte l'océan Atlantique et entre dans le golfe de Gascogne, les bourrasques redoublent d'intensité faisant progressivement dévier les vaisseaux de leur route.

Le 21 octobre 1707 (1er novembre1707), profitant d'une éclaircie, Cloudesley Shovell effectue une observation astronomique pour déterminer la position de sa flotte, probablement la première qu'il est en mesure de faire depuis plusieurs jours.

Le lendemain, le temps se dégrade à nouveau et une nouvelle tempête frappe la flotte britannique.

Finalement, pendant la nuit du 22 octobre 1707 (2 novembre 1707 dans le calendrier grégorien), l'escadre entre dans la Manche et les pilotes de l'escadre croient alors que la traversée touche à sa fin.

Après avoir sondé les fonds et estimé leur profondeur à 90 fathoms, Cloudesley Shovell convoque les pilotes des différents navires de l'escadre à bord du HMS Association, et consulte ces derniers sur la position actuelle.

Tous pensent que la flotte se trouve à la même latitude qu'Ouessant au large des côtes de France, à l'exception du pilote breton du HMS Lenox, qui estime qu'ils sont à proximité des îles Sorlingues (en anglais : Isles of Scilly), et que 3 heures de navigation leur suffiraient pour être en vue de ces îles.

Cloudesley Shovell adopte l'opinion dominante et détache le HMS Lenox, le HMS Valeur et le HMS Phoenix en direction de Falmouth en Cornouailles.

Ces vaisseaux, suivant une route nord-est, se retrouvent bientôt entourés de rochers et d'îlots au sud-ouest des îles Sorlingues, où le Phoenix subit tant de dégâts que son capitaine et son équipage sont contraint d'échouer leur navire sur un banc de sable situé entre Tresco et St Martin's, pour se sauver.

La flotte ignore qu'elle se trouve en réalité à proximité immédiate des îles Sorlingues et vient s'abîmer sur des rochers affleurant.

Le HMS Association, commandé par le captain Edmund Loades, s'abîme sur le Outer Gilstone Rock au large Scilly's Western Rocks à 20 h 0 et coule. L'ensemble des membres d'équipage se noient y compris Cloudesley Shovell.

Suivant de près, le HMS Saint-George voit le vaisseau amiral sombrer en 3 ou 4 minutes. Le Saint-George heurte également les rochers et est endommagé mais parvient à se dégager.

Le HMS Phoenix s'échoue sur un banc de sable entre Tresco et St Martin's, il sera par la suite dégagé.

Le HMS Eagle, commandé par le captain Robert Hancock, heurte les Crim Rocks et se déporte en direction de Tearing Ledge qui fait partie des Western Rocks. Il coule à quelques centaines de mètres de distance du Bishop Rock, son épave repose à une profondeur de 130 pieds (39,6 m).

Le HMS Romney, commandé par le captain William Coney, heurte Bishop Rock et coule en quelques minutes. Tout l'équipage meurt noyé à l'exception d'un homme.

Le seul survivant des 3 plus gros vaisseaux est George Lawrence, qui était boucher avant de rejoindre l'équipage du Romney en tant que quartier-maître.

Le HMS Firebrand, commandé par le captain Francis Percy, s'abîme sur l'Outer Gilstone Rock comme l'Association, mais, contrairement à son vaisseau amiral, il est soulevé par une énorme vague. Percy parvient à conduire son navire gravement endommagé jusqu'à la côte sur des Western Rocks entre Saint-Agnes et Annet, mais il sombre dans le Smith Sound, à proximité du Menglow Rock perdant 28 hommes sur les 40 qui composaient son équipage.

Les estimations du nombre d'officiers et marins tués au cours de ces naufrages varient entre 1 400 et plus de 2 000.

Dans les jours qui suivent les naufrages, des corps continuent à s'échouer le long des côtes des Sorlingues avec les débris des vaisseaux de guerres et les effets personnels.

De nombreux marins sont enterrés sur l'île de Saint-Agnès.

Le corps de l'amiral Cloudesley Shovell, ainsi que celui de ses deux beau-fils Narborough et de son flag-captain, Edmund Loades, s'échouent sur Porthellick Cove, sur St Mary's le lendemain, à près de 7 milles (11,3 km) du lieu de naufrage de l'Association.

Un petit mémorial sera érigé plus tard sur ce site.

Cloudesley Shovell est enterré à titre temporaire sur la plage de St Mary's. Sur ordre de la Reine Anne son corps est exhumé par la suite, embaumé et emmené à Londres pour y être enterré dans l'abbaye de Westminster. Un large monument en marbre situé dans l'allée sud du chœur est sculpté par Grinling Gibbons.

Un important mémorial montrant le naufrage de l'Association a été sculpté dans l'église de Knowlton près de Douvres, ville d'origine des Narborough.

Edward Vernon sur le HMS Rye échappe à la catastrophe.



Edward Vernon Commodore de Port Royal

Edward Vernon est commodore de Port Royal en Jamaïque en 1720.


Bombardement des forts de Porto Bello le 22 novembre 1739 – par Samuel Scott (1702-1772) L'amiral Edward Vernon

Prise de Porto Bello

Les gros galions espagnols partent chargés de métaux précieux pour l'Europe à partir du port de La Havane, bien défendu.

Aussi la première cible britannique est-elle Porto-Bello, actuellement au Panama, petit port de la Nouvelle Grenade, mal défendue.

Le 1er décembre 1739 ou le 21 novembre du calendrier julien, 6 vaisseaux de ligne sous le commandement de l'amiral Edward Vernon écrasent la bourgade, prise au dépourvu, qui est ensuite mise à sac.

Edward Vernon est Commandant en chef de la flotte des Indes Occidentales de 1739 à 1742.

Cette première application de la politique de la canonnière est célébrée sans retenue en Grande-Bretagne :

Les Espagnols cherchent une parade aux attaques britanniques : ils mettent en alerte leurs troupes coloniales et renforcent les défenses de leurs ports.

Ils réorganisent aussi leur acheminement des métaux précieux. Au lieu de centraliser le transport dans les grands ports de Vera Cruz, Cartagène et surtout La Havane, et d'utiliser de gros galions, ils chargent de nombreux petits bateaux dans plusieurs petits ports.

Pour desservir leurs colonies du Pacifique, ils prennent la route maritime du Sud, par le cap Horn, au lieu de traverser l'isthme de Tehuantepec (de Vera Cruz à Acapulco) par les chemins muletiers.



Naissance du grog

Edward Vernon ordonne en 1740 que le rhum de ses marins soit coupé d'eau.

L'ensemble de la Royal Navy suit cet exemple, et la nouvelle boisson est appelée grog, ce qui rappelle son surnom.



Escadre française aux Caraïbes

L'aide française est demandée par l'Espagne, qui invoque les clauses du Pacte de famille.

André Hercule de Fleury envoie en 1740 aux Caraïbes une escadre de 22 navires de guerre, sous les ordres du vice-amiral le marquis d'Antin.

Mais les Français, affaiblis par les maladies tropicales et manquant d'approvisionnement, restent le plus souvent en rade de Saint-Domingue, à peu de distance de la Jamaïque.

Les ordres reçus par d'Antin ne sont d'ailleurs pas de livrer bataille à la Royal Navy, mais d'aider les Espagnols.

Objectif réussit car Edward Vernon, inquiet, doit diviser ses forces pour se prémunir d'une éventuelle attaque française.

La tension franco-anglaise est très vive.

Une corvette française est saisie près de Saint-Domingue et un petit groupe de vaisseaux est attaqué (sans succès) par les Anglais qui disent les avoir confondu avec des bâtiments espagnols.


Attaque de Carthagène Blas de Lezo

Siège de Cartagène-des-Indes

Tentative d'invasion de Cuba

Cartagène (aujourd'hui en Colombie) est avec Vera-Cruz et La Havane l'un des 3 grands ports d'où sont exportés les métaux précieux vers l'Espagne.

La Grande-Bretagne décide de frapper un grand coup en mars 1741, en prenant la ville et en en faisant un port britannique.

Des moyens techniques et humains énormes sont mis en œuvre à partir de La Jamaïque :

La ville n'est défendue que par 6 vaisseaux de ligne et 3 300 hommes :

La partie semble donc jouée d'avance mais l'expédition britannique souffre de deux handicaps notables :

Le commandant espagnol, est Don Blas de Lezo, vieux stratège expérimenté et tenace, militaire de métier, perclus de blessures de guerre, borgne, manchot et unijambiste. Il est affectueusement surnommé Medio-hombre, le Demi-homme par ses hommes.

Blas de Lezo décidé de maintenir une défense élastique autour de Cartagène en attendant le début de la saison des pluies, qui doit commencer début avril.

Blas de Lezo sait que les plages basses de sable mou, les marécages, les roselières et la lagune peu profonde vont freiner le déploiement de l'artillerie débarquée, les évolutions de masse de l'infanterie britannique et l'accès des bateaux ennemis.

Il prévoit que les Britanniques éprouveraient rapidement de grandes difficultés à approvisionner leurs troupes et leurs équipages, et à entretenir leurs bateaux.

Il sait que, une fois les pluies tropicales arrivées, la chaleur, l'humidité saturante, les moustiques, l'insalubrité d'un camp improvisé inondé de trombes d'eau, la boue paralysant l'artillerie et les fantassins britanniques lourdement équipés, et par là-dessus la survenue d'épidémies de maladies tropicales seront les meilleurs alliés des Espagnols.

Le 5 avril 1741, après avoir intensivement bombardé Cartagène pendant 2 semaines, les centaines de chaloupes Britanniques déversent les assaillants sur les plages, ainsi que de l'artillerie légère, pour attaquer la position avancée de Boca Chica.

Cette position tient le chenal d'entrée dans la lagune et est défendue par ses batteries et les 6 vaisseaux de ligne espagnols.

Les Espagnols défendent leurs casemates avec acharnement, puis reculent en combattant pied-à-pied, pendant que 2 de leurs vaisseaux se sabordent et bouchent le chenal.

L'élan des Britanniques est brisé, l'assaut tourne court. L'ordre vient de se rembarquer pour se regrouper et pénétrer ultérieurement dans la lagune.

La deuxième tentative d'attaque frontale, du côté de la mer, est couplée avec une attaque de diversion, menée du côté terre. Elles échouent toutes deux, les Britanniques perdant 600 hommes.

La garnison espagnole est bien à l'abri derrière ses remparts récemment rénovés, habituée au climat et soudée derrière son chef par la discipline et l'intérêt commun.

Le corps expéditionnaire britannique ne tarde pas à offrir un spectacle affligeant :

Les pertes sont en moyenne de près de 300 hommes par jour. Ainsi, les 3 000 colons du Vermont et de Virginie périrent presque tous de maladie.

Le pire est l'absence de coordination dans le commandement, due aux conflits entre Edward Vernon et le général Wentworth.

Ainsi, quand Wentworth veut lancer un assaut général contre Carthagène, Edward Vernon lui refuse l'appui-feu des canons de ses navires: à cause des haut-fonds de la lagune.

Un assaut, lancé dans la nuit du 14 avril 1741, échoue parce que les échelles sont trop courtes. Les assiégés tirent à bout portant dans la masse d'assaillants empêtrés dans les douves au pied des remparts, puis sortent en furie et massacrent tous les survivants.

Quand les pluies s'intensifient, le camp est transformé en bourbier. Les Britanniques décident de replier tout le monde sur les bateaux. Mais là, la promiscuité et le manque d'hygiène font s'étendre les maladies.

Finalement, à la mi-mai 1741, devant la démoralisation générale et les énormes pertes (18 000 hommes) dues moins aux combats qu'à la famine et aux maladie), les Britanniques décident d'abandonner le siège et de rentrer à La Jamaïque.

Ils sont obligés d'incendier et de couler 50 de leurs navires, trop délabrés et trop pauvres en hommes pour les manœuvrer.

La nouvelle d'une écrasante victoire parvient en Grande-Bretagne alors que les Espagnols résistent encore tenacement dans la citadelle et le fort San Felipe de Barajas.

La Cour exulte, des médailles commémoratives sont frappées, la presse se répand en louanges, des gravures montrent entre autres allégories Don Blas de Lezo en soldat ingambe agenouillé devant Lord Vernon.

L'euphorie retombe à l'annonce du désastre, le roi George II de Grande-Bretagne interdit qu'on mentionne désormais Carthagène.

Edward Vernon ne rentre pas immédiatement en Grande-Bretagne: il préfére laisser l'émotion retomber et prend son temps pour rédiger un rapport dans lequel il rejette toute la responsabilité du désastre sur Wenworth.

Wenworth, pour essayer de se racheter, se lance dans une tentative d'invasion de Cuba : le débarquement à Guantanamo est un échec total le 18 juillet 1741.

Dans un premier temps, la nouvelle du désastre est occultée en Grande-Bretagne, puis est noyée dans l'annonce du début de la Guerre de Succession d'Autriche.



Prise de la baie de Guantanamo

En juillet 1741 Edward Vernon arrive dans la baie de Guantánamo à Cuba avec 8 vaisseaux de ligne et 4 000 soldats, dans l'intention de marcher sur Santiago de Cuba.

Il doit se retirer en décembre 1741 devant les actions de guérilla de la population.



Mise à la retraite d'Edward Vernon

Ces échecs et son caractère difficile, source de conflits avec ses supérieurs et les gouverneurs de la Jamaïque, entraînent la mise à la retraite d'Edward Vernon en 1746.



Mort d'Edward Vernon

Edward Vernon meurt à Nacton dans le Suffolk le 30 octobre 1757.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !