Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



19 événements affichés, le premier en 1397 - le dernier en 1471



Mariage de Jean Beaufort avec Marguerite Holland

Jean Beaufort Marquis de Dorset

Jean Beaufort épouse le 28 septembre 1397 Marguerite Holland, fille de Thomas II Holland et d'Alice FitzAlan.

Leurs enfants sont :

Le 30 septembre 1397, Jean Beaufort est créé marquis de Dorset.

Toujours en 1397, Jean Beaufort reçoit l'Ordre de la Jarretière.



Mariage de Richard de Beauchamp avec Elizabeth de Berkeley

Richard de Beauchamp épouse Elizabeth de Berkeley (vers 1386-28 décembre 1422), fille de Thomas de Berkeley.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Edmond Beaufort

Edmond Beaufort naît en 1406, fils de Jean Beaufort, premier Comte de Somerset, et de Marguerite Holland. Il est le neveu d'Henri Beaufort, évêque de Winchester.


Bataille du Vieil Baugé - par Martial d'Auvergne - enluminure issue de l'ouvrage Vigiles de Charles VII - Paris - XVe siècle

Bataille de Baugé

Mort de Thomas de Lancastre

Mort du baron de Ros

Mort du comte de Tankerville

Gilbert Motier de La Fayette Maréchal de France

Edmond Beaufort et le Comte de Huntingdon Prisonniers

Henri V de Lancastre prend le chemin du retour en Angleterre laissant derrière lui Thomas de Lancastre, son jeune frère, à la tête de l'armée d'occupation avec pour mission de récupérer les territoires encore occupés par les Armagnacs et Charles VII de France, le dauphin déshérité.

De son côté Charles VII de France scelle une alliance avec les Écossais, il obtient des renforts importants et les emploie à tenter de reconquérir son royaume.

En 1421, 5 000 à 6 000 Écossais, menés par Jean Stuart de Buchan de Darnley, débarquent à La Rochelle pour prêter main forte aux Français.

Le 21 mars 1421, veille de Pâques, l'armée anglaise, menée par Thomas de Lancastre, forte de 3000 hommes se repose près de la ville de Baugé.

Après avoir échoué devant Angers, elle se dirige vers Tours en suivant l'antique voie romaine.

Les archers se sont éloignés pour piller les alentours.

Le 22 mars 1421, un chevalier écossais est capturé et amené à Thomas de Lancastre qui apprend ainsi qu'une force de 5 000 ou 6 000 Franco-Écossais se trouve non loin de là.

Environ une heure avant le coucher du soleil, Thomas de Lancastre décide de profiter de l'effet de surprise et d'attaquer avec sa seule cavalerie, 1 500 hommes, sans attendre le reste de son armée, principalement les archers.

L'armée franco-écossaise est menée :

Le premier affrontement se fait sur le pont au-dessous de Vieil-Baugé, celui-ci est solidement défendu par Jean de Fontaine, capitaine du Mans, ce qui oblige Thomas de Lancastre à faire demi-tour et à tenter de déborder l'ennemi par la vallée.

Guérin de Fontaine, frère Jean de Fontaine, écuyer, sera une des seules victimes côté franco-angevin durant cette bataille.

Trop impulsif, Thomas de Lancastre lance son attaque sur les troupes franco écossaises massées sur les hauteurs. Cette attaque est un échec.

Cette bataille est la première défaite anglaise en bataille rangée depuis 1415.

Le combat tourne au carnage pour les troupes anglaises.

Thomas de Lancastre est tué tout comme le baron de Ros et le comte de Tankerville ou Tancarville.

Thomas de Lancastre est inhumé dans la cathédrale de Cantorbéry.

Le comte d'Exeter, Edmond Beaufort et le Comte de Huntingdon sont capturés lors de la bataille.

Edmond Beaufort restera prisonnier de Charles VII de France pendant 10 ans.

Edmond Beaufort, Comte de Somerset, est entré très jeune comme commandant dans l'armée anglaise.

Il est un des grands capitaines anglais de la fin de la Guerre de Cent-Ans et du début de la Guerre des Deux-Roses.

Les Anglais ont perdu 1 000 hommes et 500 sont faits prisonniers.

Les pertes franco-écossaises sont elles minimes.

Dans la nuit, le comte de Salisbury effectue la retraite vers la Normandie avec le reste de l'armée.

Suite à cette bataille, Charles VII de France reprend espoir et Jean V de Bretagne se rapproche de Charles VII de France.

Jean Stuart est récompensé de sa participation à cette bataille par la seigneurie de Concressault, près de Sancerre.

Gilbert Motier de la Fayette est fait Maréchal de France le 20 mai 1421 par Charles VI de France.



Libération d'Edmond Beaufort, de Charles d'Artois et William de La Pole

Libéré en 1431 en échange de Charles d'Artois, Comte d'Eu, Edmond Beaufort retourne en Angleterre où il se met au service d'Henri Beaufort, en lutte contre Humphrey de Gloucester pour le poste de régent.

Libéré en 1431, William de La Pole devient l'allié d'Henri Beaufort contre Humphrey de Gloucester dans sa lutte pour le pouvoir. Henri Beaufort est pour une trêve avec la France.



Mariage de Edmond Beaufort avec Éléonore Beauchamp

Edmond Beaufort, deuxième Duc de Somerset épouse en 1435 Éléonore Beauchamp, fille de Richard Beauchamp, comte de Warwick. Leurs enfants sont :


Jean de Dunois en prière devant la Vierge - Heures de Dunois - vers 1436

Arthur III de Bretagne Lieutenant-général en Île-de-France, Normandie, Champagne et Brie

Prise de Paris

Reconquête de la Normandie par Charles VII

Début 1436, 4 évêques, dont Pierre Cauchon, sont chargés de gouverner Paris au nom d'Henri VI Plantagenêt.

Charles VII de France se sent désormais en mesure d'engager la contre-offensive contre les Anglais. Il a hâte de retrouver sa capitale.

Le 8 mars 1436, Charles VII nomme Arthur III de Bretagne lieutenant-général en Île-de-France, Normandie, Champagne et Brie, avec la charge de reprendre Paris.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam assiste Arthur III de Bretagne.

Ayant reçu le renfort de troupes bourguignonnes, les Anglais sont repoussés aux portes de la capitale.

Le 13 avril 1436, Arthur III de Bretagne se présente sous les murs de la cité.

La ville est en pleine effervescence.

Victimes de la fureur populaire des Parisiens, les Anglais doivent se réfugier dans la bastille Saint-Antoine.

Le 15 avril 1436, la garnison capitule.

Pierre Cauchon est contraint de fuir, non sans s'être acquitté d'une forte somme d'argent.

Henri VI Plantagenêt perd donc la capitale du royaume de France.

La prise de Paris renforce encore la position d'Arthur III de Bretagne auprès de Charles VII de France, d'autant que les Bretons du connétable s'illustrent en Île-de-France aux côtés de :

Le château de Vincennes est également libéré de la présence anglaise.

En 1436, Henri Beaufort envoie Edmond Beaufort seconder John Talbot en Normandie où il résiste difficilement à l'armée de Charles VII de France.

Charles VII de France revient à Fontainebleau après la libération de l'Île-de-France et de Paris en 1436, privilégiant le lieu pour sa salubrité.



Naissance d'Edmond Beaufort

Edmond Beaufort le Jeune naît en 1439, fils de d'Edmond Beaufort, deuxième duc de Somerset et d'Éléonore Beauchamp.



Reprise de l'Île-de-France par les Français

L'Île-de-France est entièrement reprise par les Français mais, pour le moment, la Normandie reste entre les mains des Anglais. En 1440, Edmond Beaufort parvient à s'emparer de Harfleur, que les Français venaient de prendre, et à ralentir l'offensive française.

Jean de Dunois fait oublier sa conduite aux sièges d'Harfleur, de Gallardon et de Dieppe.



Trêve de Tours entre Français et Anglais

William de La Pole Marquis

Henri VI Plantagenêt, le Roi anglais, prétend toujours régner sur la France mais il envoie William de la Pole et Edmond Beaufort négocier une trêve avec Charles VII de France.

Ils arrangent en même temps le mariage d'Henri VI Plantagenêt avec Marguerite d'Anjou, une nièce de Charles VII.

Le contrat de mariage est signé à Tours le 22 mai 1444.

La trêve est signée à Tours le 28 mai 1444.

Comme récompense, Henri VI Plantagenêt élève William de La Pole au rang de marquis.



Edmond Beaufort Comte de Somerset

Prise du pouvoir par William de la Pole Comte de Suffolk

Edmond Beaufort, devient Comte de Somerset à la mort de son frère en 1445, Il est nommé lieutenant de France.

Henri VI Plantagenêt, très influençable, laisse les rênes du pouvoir à William de la Pole, Comte de Suffolk.

Il remplace comme maître de facto de l'Angleterre Henri Beaufort qui s'est retiré.

William de la Pole et Edmond Beaufort tente d'éliminer Humphrey de Gloucester qui pourrait leur contester le pouvoir.

La deuxième femme d'Humphrey de Gloucester est condamnée pour sorcellerie et enfermée à vie.


Prise de Fougères par François de Surienne - enluminure par Martial d'Auvergne - ouvrage Vigiles de Charles VII Prise de Fougères par François de Surienne - enluminure par Jean Chartier - ouvrage Chronique

Prise de Fougères par les Anglais

Conférence aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen

Après 3 ans de négociations vaines, Henri VI Plantagenêt décide de tenter un coup de force en prenant une place forte bretonne afin d'exiger de François Ier le Fratricide la libération de Gilles de Bretagne en échange de la restitution de cette place.

François de Surienne convainc Henri VI Plantagenêt de rompre la trêve et d'attaquer Fougères, place frontalière à la Normandie, alors anglaise, et en outre la plus riche ville des marches de Bretagne.

François de Surienne, dit l'Aragonais, est un capitaine mercenaire spécialisé dans l'attaque-surprise des villes à l'échelle.

Il en a déjà prises 32.

Henri VI Plantagenêt nomme François de Surienne capitaine de Condé-sur-Noireau, Conseiller de son grand conseil, et le fait Chevalier de la Jarretière.

De retour en Normandie, François de Surienne rassemble 600 mercenaires à Condé-sur-Noireau.

Le 19 mars 1449, François de Surienne quitte Condé-sur-Noireau en direction de Fougères.

Dans la nuit du 23 au 24 mars 1449, les Anglais arrivent en vue de la ville.

François de Surienne connaît la place et ses forces, tenu informé par un espion depuis plusieurs mois.

Les Anglais s'approchent alors de murailles avec leurs échelles et sans être aperçus, escaladent les murs sur 2 points.

Le premier groupe s'empare de la ville, le deuxième prend le château.

La garnison qui, en période de paix, ne compte qu'une poignée d'hommes, est capturée.

À l'aube du 24 mars 1449, à 7 heures du matin, les Anglais ouvrent les portes au gros de l'armée, restée à l'extérieur.

Les mercenaires se répandent alors dans la ville.

Les habitants sont, pour beaucoup, massacrés, et la ville est pillée de fond en comble.

Le butin prélevé par les Anglais est extrêmement lourd, près de 2 000 000 d'écus.

La réaction de François Ier le Fratricide n'est pas celle souhaitée par Henri VI Plantagenêt.

Il tente bien d'abord d'ouvrir des négociations et envoie à Fougères Michel de Parthenay, Maréchal de Bretagne, pour traiter avec François de Surienne qui refuse de rendre la place, même lorsqu'on lui propose la libération de Gilles de Bretagne.

François Ier le Fratricide envoie alors un ambassadeur à Edmond Beaufort, Comte de Somerset, commandant de la Normandie mais sans succès.

Edmond Beaufort désapprouve l'action de François de Surienne, mais comme celui-ci a des ordres du Roi, il a laissé faire.

Les négociations ayant échouée, François Ier le Fratricide s'adresse alors à Charles VII de France.

Ce dernier envoie à son tour des ambassadeurs en Angleterre, mais Henri VI Plantagenêt refuse de céder la place, avançant qu'il s'agissait d'un juste punition contre son vassal, en représailles de l'emprisonnement de Gilles de Bretagne.

Une conférence se tient aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen, mais n'a aucun résultat.

Il n'y avait désormais plus d'autres issues que la voie des armes.


Portrait Charles VII en 1450 Bataille de Formigny

Bataille de Formigny

Pierre de Brézé Sénéchal de Normandie

Mort de William de la Pole

Prise de Domfront

Charles VII de France resserre l'alliance bretonne, précieuse pour la reconquête de la Normandie.

Le 15 avril 1450, Jean de Dunois et Jean II de Bourbon expulse entièrement les Anglais de la Normandie par la victoire de Formigny et peut reconquérir la basse vallée de la Seine.

Jean V de Bueil sert lors de cette reconquête.

Charles de Bourgogne participe cette campagne.

Pierre de Brézé est nommé Sénéchal de Normandie.

Jean II d'Anjou participe aux sièges de Falaise et de Cherbourg.

Après la reconquête française, le Château de Caen perd définitivement tout intérêt stratégique au plan national.

Edmond Beaufort, Comte de Somerset défend très mal la Normandie.

En quelques mois, il perd tout le comté et doit rentrer en Angleterre

Le Parlement et le Conseil du roi Henri VI Plantagenêt ne pardonnent pas la défaite à William de la Pole.

Le 28 janvier 1450, William de La Pole est arrêté et emprisonné à la Tour de Londres.

William de La Pole est banni pour 5 ans.

Le bateau l'emmenant en France est intercepté par une bande de soldats mécontents appartenant au Duc d'Exeter qui le condamnent à mort.

William de La Pole meurt le 2 mai 1450 décapité.

Les Français reprennent le château Domfront le 2 août 1450.



Edmond Beaufort Conseiller de Henri VI Plantagenêt

En avril 1450, Edmond Beaufort prend la place de William de La Pole comme conseiller du roi et favori de la reine Marguerite d'Anjou.

Cette nomination est cependant contestée par Richard d'York, qui commence à s'aviser que ses droits à la Couronne d'Angleterre sont mieux fondés que ceux de Henri VI Plantagenêt et qui se pose de plus en plus en rival.



Folie de Henri VI Plantagenêt

Naissance d'Édouard de Lancastre

Le 10 août 1453, lors d'un accident, Henri VI Plantagenêt devient fou, incapable d'assumer ses fonctions. Marguerite d'Anjou détient le pouvoir après le début de la maladie mentale du roi.

Richard d'York prétend au trône et contesté l'autorité de Henri VI Plantagenêt.

Édouard de Lancastre naît au palais de Westminster à Londres le 13 octobre 1453, fils d'Henri VI Plantagenêt et de Marguerite d'Anjou.

Edmond Beaufort et James Butler sont tous deux suspectés d'être le père.

Finalement la légitimité de la paternité d'Henri VI Plantagenêt est publiquement reconnue.



Edmond Beaufort prisonnier

Edmond Beaufort est envoyé à la Tour de Londres où il végète un an.



Reprise du pouvoir par Henri VI Plantagenêt

Libération d'Edmond Beaufort

Première bataille de St-Albans

Début de la Guerre des Deux-Roses

Mort d'Edmond Beaufort

Richard d'York rassemble graduellement des forces prêtes à prendre son parti.

Au début de 1455, partiellement guéri, Henri VI Plantagenêt reprend le pouvoir et libère Edmond Beaufort, son ancien lieutenant. Celui-ci, appuyé par Marguerite d'Anjou, la reine, convoque aussitôt un grand conseil en vue de pourvoir à la sûreté du roi contre ses ennemis.

Se sentant menacé, Richard d'York marche sur Londres.

Le 22 mai 1455, les troupes royales, commandées par Edmond Beaufort, sont battues à la première bataille de St-Albans, première bataille de la Guerre des Deux-Roses.

Edmond Beaufort est tué pendant le combat et Henri VI Plantagenêt, blessé, est fait prisonnier.

Richard d'York est le maître de l'heure.

Au cours d'une discussion dans les jardins du Temple, Edmond Beaufort et Richard d'York auraient cueilli, l'un une rose rouge, l'autre une rose blanche. La Guerre des Deux-Roses tire son nom de cette histoire. La rose rouge devint l'emblème des Lancastre, la blanche celle des York.

Cependant, Richard d'York est bientôt forcé de faire marche-arrière et de se réconcilier avec le roi Henri V Plantagenêt I.

Quatre années passent ainsi dans un climat de paix extrêmement fragile.



Mariage d'Edmond Tudor avec Margaret Beaufort

Edmond Tudor, Comte de Richmond, épouse en 1455 Margaret Beaufort, soeur de Edmond Beaufort, comte de Somerset, qui est alors le favori du roi d'Angleterre. Edmond Tudor prend parti pour les Lancastre.


Bataille de Tewkesbury

Bataille de Tewkesbury

Mort d'Édouard de Lancastre

Mort de Edmond Beaufort le jeune Duc de Somerset

Marguerite d'Anjou prisonnière

L'armée de Marguerite d'Anjou est commandée par Edmond Beaufort le Jeune, Duc de Somerset, son dernier commandant aguerri.

Le 4 mai 1471, il veut traverser la rivière Severn à Gloucester. L'accès lui est refusé par le gouverneur yorkiste de la ville et du château de Gloucester, Sir Richard Beauchamp.

Les yorkistes arrivent à marches forcées sur une position préparée pour les 6 000 hommes. Ils sont supérieurs en artillerie mais légèrement moins nombreux.

Somerset se trompe dans ses positions de bataille suffisamment pour permettre au jeune frère du roi, Richard III d'York, Duc de Gloucester, d'attaquer son flanc. La panique s'installe parmi les lancastriens qui battent en retraite.

Edmond Beaufort, Duc de Somerset, aurait tué l'un de ses propres commandants, le seigneur Wenlock, comme punition pour son manque d'initiative. Wenlock était un ancien capitaine yorkiste.

Dans un champ connu comme le "pré sanglant", environ la moitié des forces Edmond Beaufort est massacrée. D'autres se réfugièrent dans l'abbaye. L'abbé qui célèbre une messe demande leur grâce mais beaucoup sont traînés à l'extérieur et égorgés.

Tous les chefs, incluant Edmond Beaufort le Jeune, sont exécutés sommairement peu après. Marguerite d'Anjou et sa belle-fille Anne Neville sont enfermées à la Tour de Londres où Henri VI Plantagenêt est déjà emprisonné.

Édouard de Lancastre, fils d'Henri VI Plantagenêt, meurt durant la bataille.

Il est le seul héritier présomptif au trône anglais mort dans une bataille.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !