Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



21 événements affichés, le premier en 51 - le dernier en 297



Naissance de Domitien

Deuxième fils de Vespasien, Titus Flavius Domitianus dit Domitien naît en 51.



Intérim de Mucien

De décembre 69 à octobre 70, la direction des affaires fut confiée à Mucien qui s'en acquitta fort bien, malgré les difficultés que lui causèrent l'ambition d'Antonius Primus et l'arrogance du jeune Domitien.

Mais Vespasien veillait de loin et envoyait ses ordres.



Hérédité du principat

Vespasien profitant de la lassitude des esprits et des progrès de l'idée dynastique dans les armées et les masses, en province surtout, il proclama d'emblée l'hérédité du principat en faveur de ses fils Titus et Domitien.

Titus est le principal collaborateur de Vespasien. Domitien dont Vespasien se méfie est pourtant promis au trône car Titus n'a pas de fils.

Le Sénat prisait en Vespasien l'esprit conservateur mais méprisait en lui le parvenu, et par dessus tout, ne pouvait accepter l'hérédité du principat.

Malgré sa déférence et des preuves de bonne volonté, Vespasien gouvernait en maître absolu.

Une opposition se forma, conduite par des sénateurs stoïciens mais Vespasien la musela. Il réussit à modifier profondément la composition de l'assemblée et de l'ordre sénatorial.

Vespasien expulsa les indésirables que les troubles avaient introduits au Sénat (des fils d'affranchis) et fit une grande fournée de sénateurs qui furent choisis parmi les chevaliers, officiers et notables des cités de l'Italie et des provinces occidentales.


Arc de Titus

Titus Empereur romain

Premier fils de Vespasien dont il est le co-régent, Titus arrive au pouvoir en 79 à l'âge de 39 ans, il est bon général.

Titus est plus avenant que Vespasien et désireux d'être aimé, mais il gouverna comme lui, avec le même despotisme paternaliste, et se garda bien de donner à Domitien, qui le détestait, quelque place que ce soit dans l'État.

Il se montrait plus réformateur : il donna aux soldats le droit de tester.

Sa dévotion pour Isis et Apis l'aurait peut être incité à une politique tournée vers l'Orient qui du reste lui témoigna le plus d'attachement.

Son règne fut marqué par de nombreuses catastrophes, qui lui permirent de témoigner, à tous, cette attentive bienveillance qui a fait sa légende.



Construction de l'amphithéâtre Flavien - Le Colisée

Le plus vaste monument de l'Antiquité romaine arrivé jusqu'à nous prit son nom actuel au Moyen Age.

Il fut construit par Vespasien, à l'emplacement d'un lac artificiel qui s'insérait dans l'immense domaine de la Domus Aurea, et constitua le premier théâtre fixe de la ville.

En 80, Titus inaugura l'amphithéâtre Flavien que son père avait commencé avec des fêtes et des jeux splendides qui durèrent selon les récits plus de 100 jours

Domitien puis Alexandre Sévère y modifièrent certains aspects architecturaux.

Les 48,5 mètres de la façade se composent de trois niveaux d'arcs encadrés par des colonnes encastrées et sont recouverts de travertin.

A l'intérieur, l'arène elliptique était séparée des gradins par une cavea et une balustrade.

En haut, les femmes prenaient place tandis qu'en bas les hommes puissants avaient leur place réservée.

On voit aujourd'hui les galeries et labyrinthes qui constituaient les souterrains de l'arène; la machine fascine dans son organisation où ascenseurs, décors et effets scénographiques s'accumulaient pour le plaisir des romains.

On pouvait en placer plus de 50.000 dans cet espace souvent couvert par une grande toile…

Mais au Moyen Age la structure devint une forteresse et très vite une mine pour les chantiers en cours durant la Renaissance.

Grâce à Benoît XIV, le démantèlement de l'Amphithéâtre Flavien prit fin et l'édifice fut consacré à la Passion de Jésus.



Mort de Titus

Titus mourut prématurément d'un mal inconnu, le 13 septembre 81, âgé de 42 ans, pleuré de tous sauf de son frère Domitien impatient de régner.



Domitien Empereur romain

Il parvient au pouvoir en 81à l'âge de 30 ans.

Domitien avait participé au pouvoir lors de la crise de 69, mais fut tenu à l'écart ensuite tant sous Vespasien et que sous Titus.

Sa capacité était indiscutable, mais il était orgueilleux, violent, jalousement autoritaire et ces défauts augmentèrent avec l'exercice du pouvoir absolu.

Salué Empereur sans difficultés par les prétoriens à la mort de Titus, il fut investi très vite de tous les pouvoirs par le Sénat.

Il s'appuyait sur l'armée dont il augmenta les soldes d'un quart.

Pour l'essentiel son gouvernement ne différait guère de celui de Vespasien, avec une rigueur accrue, et la remise en vigueur de châtiments anciens.

Domitien était bon administrateur. L'ordre équestre vit grandir son importance.

Les gouverneurs et les procurateurs furent surveillés et les abus réprimés.

Il soutenu la viticulture en crise et s'acquit ainsi une popularité auprès des propriétaires italiens.

Dans les provinces, l'annexion fut préférée à la politique augustéenne des États clients.

Populaire en Italie, dans les armées, auprès des prétoriens, Domitien rencontra à Rome une opposition sans merci. Domitien commit l'erreur de s'aliéner les sénateurs.

On lui reprocha :

L'opposition bientôt dangereuse pour sa vie rendit Domitien impitoyable : exécutions, exiles, persécutions.


Aqueduc de la Brévenne pour alimenter Lyon

Construction l'aqueduc de la Brévenne

En 82, Domitien fait construction l'aqueduc de la Brévenne pour alimenter Lyon.

Domitien fait achever ou réaliser de nombreux monuments dans Rome, ainsi il commence le Forum de Nerva, fait achever le Temple de la Paix (enterré à l'emplacement du carrefour entre la Via dei Fori Imperiali et la Via Cavour), engage des aménagements importants dans les Palais Impériaux, des Stades, ....

En 84, Agricola dirige une expédition jusqu'en Écosse.



Campagne en Dacie

De 85 à 89, Domitien combat les Daces sans résultat décisif. Domitien doit payer aux Barbares daces un humiliant et ruineux tribut.


Clément Ier Pape

Mort du Pape Clet

Clément Ier Pape

Clet meurt en 88. Il est considéré comme saint par l'Église catholique romaine.

On connaît de manière certaine l'existence d'un personnage nommé Anacletus, abrégé d'ordinaire en Clétus, qui mourut en martyr au cours de la persécution de Domitien sans doute entre 88 et 96.

Eusèbe de Césarée (Histoire ecclésiastique, III, 13 et 15), Irénée de Lyon (Contre les hérésies, III, 3, 3) et Augustin d'Hippone affirment qu'Anaclet et Clet ne sont qu'une seule et même personne. En revanche, le Catalogue libérien (354) et le Liber pontificalis distinguent deux personnes différentes.

Clément Ier de Rome ou Clément Romain (en latin Clemens Romanus) devient Pape en 88.

Clément Ier est assimilé par certains auteurs des premières années du christianisme à T. Flavius Clemens, qui est consul en même temps que son cousin, l'Empereur Domitien qui le fait assassiner.

Clément Ier est considère également comme l'un des pères apostoliques.

Il est certain c'est que Clément Ier est l'auteur d'une lettre qui est le premier document en faveur de la suprématie de l'évêque de Rome. Clément Ier doit intervenir auprès de l'Église de Corinthe en proie à des troubles internes graves entre factions rivales. Clément Ier écrit une lettre, en grec, qui est un véritable exposé sur la foi telle qu'elle était vécue à la fin du Ier siècle. Il mêle habilement une bonté paternelle à une fermeté et un sens inné de l'autorité. Il impose le rétablissement dans leur fonction de prêtres qui avaient été démis de leurs fonctions et la mise à l'écart de l'Église des fauteurs de troubles. Il s'agit du plus ancien texte théologique du christianisme, si l'on excepte bien sûr les Évangiles. Oubliée à partir du IVe siècle, cette lettre est retrouvée au XVIIe siècle dans le Codex Alexandrinus. En 1894, un bénédictin belge trouve à Namur un manuscrit du XIe siècle contenant la traduction en latin populaire de la lettre de Clément, traduction remontant au IIe ou IIIe siècle, soit presque contemporaine de son écriture.

Clément est très vénéré en Russie à cause d'une tradition qui le fait mourir en exil en Crimée.



Saturninus Empereur

En 89, le général Saturninus, commandant l'armée du Rhin, se fit proclamer Empereur à Mayence. CE soulèvement avorte grâce à la fidélité des troupes de Domitien. Il n'en mena pas moins une féroce répression.

De plus en plus soupçonneux Domitien s'attaqua y compris à ses proches.



Mort de Domitien

La terreur croissante a sa fin logique : un complot est organisé par les préfets du prétoire, des sénateurs et des chambellans. Domitien est poignardé le 18 septembre 96 ou le 01 octobre 96. Il est âgé de 45 ans.



Nerva et le Sénat

Choisi par les conjurés qui assassinèrent Domitien, il fut accepté sans difficultés par le Sénat dont il était un des membres respectés.

Sans descendance, donc sans risque de retour à l'hérédité naturelle déconsidérée depuis Domitien, issu d'une famille aux affaires depuis Auguste, ayant parcouru lui même une carrière complète, plus civile que militaire, et pour finir disgracié par Domitien, Nerva honnête et effacé, ne suscitait aucune appréhension.

Ses rapports avec le Sénat furent excellents, respectueux et même déférent, il se garde bien de lui rendre quelque pouvoir.

Il jura, en plein sénat, qu'il ne ferait mourir aucun sénateur, et il garda son serment, bien qu'on ait attenté à sa vie. Il ne faisait rien sans la participation de citoyens du premier rang.

Bien que Verginius Rufus eût été plusieurs fois proclamé empereur, il ne fit pas difficulté de le prendre pour collègue au consulat. On mit sur le tombeau de Verginius cette inscription : "Après la défaite de Vindex, il assura l'empire, non à lui-même, mais à sa patrie".

Nerva gouvernait avec tant d'honnêteté, qu'il dit un jour :

Je n'ai rien fait qui puisse m'empêcher de déposer l'empire et de vivre en sûreté dans une condition privée.

Crassus Calpurnius, descendant des fameux Crassus, ayant conjuré avec quelques autres contre lui, il les fit asseoir à ses côtés pendant un spectacle, avant qu'ils sussent que leur conjuration était découverte, et leur donna des épées, en apparence pour examiner, comme c'est la coutume, si elles étaient pointues ; mais, en réalité, pour faire voir que peu lui importait de mourir sur-le-champ en ce lieu même.



Condamnation de la mémoire de Domitien

Nerva accepta la condamnation par le Sénat de la mémoire et des actes de Domitien. Les nombreuses statues d'argent et même d'or de Domitien furent fondues, on en retira des sommes énormes. Les arcs de triomphes, élevés en trop grand nombre pour un seul homme, furent renversés..

Mais il savait qu'il devait éviter l'hostilité de l'armée et des prétoriens, fidèles à son souvenir et dont le mécontentement était visible.

Aelianus Caspérius sous le règne de Nerva, comme sous celui de Domitien, commandait les gardes prétoriennes.

Il souleva les soldats contre Nerva, en les poussant à demander la mort des meurtriers de Domitien. Nerva opposa une forte résistance à cette demande et leur présenta le cou pour leur montrer qu'ils devaient alors l'égorger. Mais cette résistance ne servit de rien, ceux qu'Aelianus voulait furent massacrés.

Les troupes de Pannonie songeaient à se soulever mais le philosophe Dion de Pruse parvint à les calmer.

L'armée du Rhin, bien tenue en main par Trajan, ne broncha point.



Tensions apaisées

Il obtint que les haines soulevées par les excès de Domitien ne dégénèrent pas en une aveugle répression et arrêta rapidement les vengeances contre les délateurs.

Nerva fit absoudre ceux qui étaient accusés de lèse-majesté et rappela les exilés.

Il fit mettre à mort tous les esclaves et affranchis qui avaient dressé des embûches à leurs maîtres et ne permit plus aux gens de cette condition de porter plainte en justice contre leurs maîtres.

Il ne permit pas aux autres d'accuser personne de lèse-majesté ou de judaïsme.

Beaucoup de délateurs furent condamnés à mort dont le philosophe Séras.

Un trouble extraordinaire étant survenu parce que tous se faisaient les accusateurs de tous, on rapporte que le consul Fronton dit que :

Si c'est un malheur d'avoir un prince sous qui il n'est permis à personne de rien faire, c'en est un pire encore quand il permet tout à tous

Nerva, qui entendit ces paroles, défendit d'user à l'avenir d'une telle licence ...

La vieillesse et une débilité qui lui faisait vomir sans cesse sa nourriture avaient affaibli Nerva qui défendit qu'on lui élevât des statues d'or ou d'argent.



Politique financière

Nerva s'attacha à résoudre une crise financière due à Domitien.

Comme il manquait d'argent, il vendit quantité de vêtements, de vases d'argent et d'or, ainsi que d'autres meubles, tant des siens propres que ceux de l'Etat, quantité de terres et de maisons, ou plutôt il vendit tout, excepté les objets nécessaires. Il ne montra aucune petitesse à l'égard du prix de ces objets, loin de là, il en fit un moyen d'obliger les gens.

La fiscalité fut allégée :

Il abolit un grand nombre de sacrifices, de jeux du cirque et d'autres spectacles, restreignant, autant que possible, les dépenses.



Action pour les Pauvres

Il rendit aux citoyens dépouillés sans motif par Domitien, toutes les sommes qui se trouvaient être encore dans le fisc.

Une loi agraire organisa l'achat de grands domaines pour allotir aux citoyens pauvres de Rome des terres pour le prix d'environ quinze cent mille drachmes. Il confia l'acquisition et la distribution à des sénateurs.

Enfin Nerva songea à financer l'entretien d'enfants de familles nécessiteuses ce qui sera réalisé par Trajan.

Il publia plusieurs lois, entre autres, pour défendre de ne faire aucun homme eunuque, et d'épouser sa nièce.


Colonne de Trajan Colonne de Trajan

Trajan Grand bâtisseur

Dès le début de son règne, il renforce les frontières de l'empire. Il fortifie les frontières du Rhin en continuant les lignes de fortifications germaniques. Il bâtit des forteresses dans les endroits les plus exposés dont la situation était avantageuse.

À l'intérieur de l'Empire, Trajan entreprit une politique de grands travaux :

Sur le Danube son architecte, Apollodore de Damas, bâtit un pont long de 1500 mètres supporté par vingt piliers.

Trajan fit construire l'amphithéâtre de Vérone.

Il acheva de plus les forums commencés par Domitien, et plusieurs autres ouvrages, et les embellit des plus magnifiques ornements.

Mais sa plus grande œuvre est le forum qui porte son nom. Apollodore de Damas en traça les plans. Sa construction eu lieu de 109 à 113.

Ce forum, le plus grand de tous ceux qui avaient déjà été construits, mesurait 280 m sur 200 m.

Pour sa réalisation la base du mont Quirinal fut aplanie et de nombreuses demeures furent rasées.

Sur le forum de Trajan se dressait la colonne Trajane haute de 30m. Construite en marbre blanc, elle représentait les épisodes les plus marquants de la campagne de Dacie.



Première guerre contre les Daces

La Dacie est un puissant royaume situé au nord de la frontière du Danube, dans la Roumanie actuelle.

Le roi dace Décébale viole effrontément le traité de paix conclu avec Domitien.

On ne saura jamais si l'expédition de Trajan était absolument nécessaire. Elle a pour but de prévenir les troubles dans cette région en réglant une fois pour toute les comptes avec Décébale.

Au début de 101, après avoir rassemblé 100 000 hommes, Trajan quitte Rome, traverse le Danube et frappe au nord, au coeur de la Dacie.

Vers la fin de 101, il défait l'armée dace près de Tapae.

Puis la mauvaise saison arrivant Trajan cesse les combats et Décébale s'efforce de contre-attaquer en traversant le Danube plus bas, mais il est repoussé.

Trajan reprend les hostilités au printemps 102 et conclut victorieusement cette campagne, après s'être avancé plus profondément en territoire dace et avoir installé son camp devant la capitale du pays, Sarmizegetusa.

Trajan oblige le chef des Daces, Décébale à signer un armistice reconnaissant les romains vainqueurs et faisant de la Dacie un état vassal. La paix est accordée avec une relative clémence. De larges étendues de terre sont annexées au nord du Danube inférieur.

En 103, Trajan regagne Rome pour célébrer son triomphe qui est magnifique et reçoit le titre de Dacius de la part du sénat.



Commode Empereur

A la mort de Marc-Aurele, son fils Commode, âgé de 19 ans, est avec lui dans la région du Danube. Il lui succède sans difficultés et devient empereur le 17 mars 180.

Il fut le deuxième empereur à recevoir le pouvoir de son père biologique. Avant lui, il y eut Titus, fils de Vespasien et frère aîné de Domitien. Commode est le dernier souverain de la dynastie des Antonins.

Il fut nommé 7 fois Consul, 18 fois investi de la puissance tribunitienne, et 8 fois salué imperator (général).



Domitien Empereur en Égypte

Aurelius Achilleus Empereur en Égypte

La révolte aboutit à l'usurpation du préfet Lucius Domitius Domitianus soutenu par le correcteur Aurelius Achilleus.

En juin - juillet 297, Achilleus se proclame empereur sous le nom de L.Domitius Domitianus en Égypte.

En 297, Aurelius Achilleus usurpateur en Égypte.

Dioclétien doit intervenir en personne. En 298, Dioclétien s'empare d'Alexandrie où Achilleus se réfugiait après 8 mois de siège.

L'Égypte est divisée en 3 provinces.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !