Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



111 événements affichés, le premier en -294 - le dernier en 1910


Antiochus Ier et Stratonice Ire par Jacques-Louis David

Antiochos Ier Sôter Gouverneur général des satrapies orientales

Mariage d'Antiochos Ier Sôter avec Stratonice Ire

Séleucos Ier Nicator crée un gouvernement général des satrapies orientales dont il confie la direction à Antiochos Ier, son fils, qu'il nomme vice-roi en 294 avant Jésus-Christ.

Apprenant par le médecin Érasistrate que son fils Antiochos Ier Sôter est épris de Stratonice Ire de manière maladive, Séleucos Ier Nicator s'en sépare et laisse son fils l'épouser.

Antiochos Ier Sôter épouse en 294 avant Jésus-Christ Stratonice Ire. Leurs enfants sont :

Cet épisode a été représenté par David et Ingres.



Naissance de Natronai ben Nehemiah David

Bernarius ou Natronai ben Nehemiah David naît à Babylone en 680, fils de Nehemiah ben Haninai David.



Mariage de Natronai ben Nehemiah David avec Hisdai Shahrijar David

Natronai ben Nehemiah David épouse Hisdai Shahrijar David, fille de Hisdai Shahrijar David. Leur enfant est :



Naissance d'Habibai ben Natronai David

Bernarius David ou Thierry ou Théoderic ou Habibai ben Natronai David naît en 705, fils de Natronai ben Nehemiah David et de Hisdai Shahrijar David.



Mariage de Natronai ben Nehemiah David avec Chrodelinde d'Austrasie

Natronai ben Nehemiah David épouse en 705 Chrodelinde d'Austrasie, fille d'Hugobert d'Austrasie et d'Irmina d'Oeren.



Mariage d'Habibai ben Natronai David avec Rolinde d'Aquitaine

Habibai ben Natronai David épouse en 730 Rolinde d'Aquitaine, fille de Norbert d'Aquitaine et Berthe de Neustrie. Leurs enfants sont :



Naissance de Thierry Ier d'Autun

Makhir ben Habibai David ou Theodoric ou Teodric ou Thierry Ier d'Autun dit le Pieux naît à Narbonne, en 725 ou vers 730, fils d'Habibai ben Natronai David ou Théoderic ou Thierry d'Autun (vers 705 ou 708-752 ou après 755) et de Rolinde de Laon ou d'Aquitaine (née vers 695).



Habibai ben Natronai David Comte d'Autun

En 733, Charles Martel confie Autun à Habibai ben Natronai David Sous le nom de Théodoric Ier d'Autun. Il est le fondateur de la lignée des Thierry Comtes d'Autun



Expédition de Charles Martel en Burgondie et dans la vallée du Rhône

Troisième raid sarrasin, par l'Est

Charles Martel intervient en Bourgogne en 736, pour exercer son pouvoir. Habibai ben Natronai David est l'un de ses fidèles.

Le Duc de Mauronte, préfet de Marseille, l'un des patrices francs, est à peu près seul maître en Provence depuis 721. L'autorité des rois francs n'y est pas plus puissante que des empereurs.

Les Sarrasins possèdent encore la Septimanie, leur première conquête en France, gouvernée par Jusif Abdérame.

Ayant peur des ravages fait par les francs, Mauronte et ses confédérés forment une ligue secrète avec Jusif à qui ils promettent de l'introduire au de là du Rhône.

La présence de Charles Martel intimide Mauronte et les autres rebelles.

En 736, dès qu'ils sont informés de son départ pour faire la guerre aux Saxons, ils reprennent les armes, et en exécution du traité secret, ils livrent aux infidèles les villes et autres lieux suivants :

Les Sarrasins portent la désolation dans tous les pays situés des deux côtés de ce fleuve :

sans que personne n'ose s'opposer ou cours de tant de maux, ni arrêter la fureur des barbares.

Pendant 4 ans, les Sarrasins sous la conduite de Jusif renouvelent tous les ans leurs courses dans la province.



Mort de Natronai ben Nehemiah David

Natronai ben Nehemiah David meurt en 740.



Mort d'Habibai ben Natronai David

Thierry Ier d'Autun Comte d'Autun

Habibai ben Natronai David meurt en 755.

Thierry Ier d'Autun devient un des premiers Comtes d'Autun en 755. Il est également en possession des comtés de Mâcon et de Vienne.



Mariage d'André Ier Arpad avec Anastasia Agmunda Yaroslavna

André Ier Arpad épouse en 1038 Anastasia Agmunda Yaroslavna, fille de Yaroslav Ier de Kiev et d'Ingegerd de Suède. Leurs enfants sont :

On lui attribue un autre fils, György qui, d'après les Europäische Stammtafeln, part en Angleterre avec Édouard Aetheling en 1055 et s'établit en Écosse où il devint l'ancêtre de la famille Drummond.



Mariage de Vseslav de Polotsk

Vseslav de Polotsk se marie vers 1060. Leurs enfants sont :


Malcolm III d'Écosse et Sainte Marguerite-Fresque du XIXe siècle

Mariage de Malcolm III d'Écosse avec Marguerite Atheling

L'alliance avec l'Angleterre est scellée par un mariage.

Malcolm III d'Écosse épouse à l'abbaye de Dunfermline (Fife) en 1069 ou 1070 Marguerite Atheling ou d'Angleterre, fille d'Édouard III d'Outre-mer et d'Agathe de Kiev.

Leurs enfants sont :



Naissance de David Ier d'Écosse

Dabíd mac Maíl Choluim ou David Ier d'Écosse, dit le Saint, naît en 1084 ou 1085, fils Malcolm III d'Écosse et de Marguerite Atheling.

Il est instruit en Angleterre.


Godefroy de Bouillon Siège de Jérusalem Siège de Jérusalem

Prise de Jérusalem

À la tête de l'avant-garde de l'armée, Gaston IV de Béarn entre le 3 juin 1099 dans Ramallah, tandis que le Normand Tancrède de Hauteville se dirige vers Bethléem.

De Ramallah, Gaston IV de Béarn chevauche jusqu'à Jérusalem, et il est le premier des croisés à en apercevoir les murailles.

Le 7 juin 1099 les croisés arrivent sous les remparts de Jérusalem où par crainte de trahison les arabes égyptiens ont déjà expulsé tous les chrétiens de la ville.

Gaston IV de Béarn subit une attaque de la garnison fatimide qui aurait pu lui coûter la vie sans l'arrivée opportune de Tancrède de Hauteville.

Dès lors les prêtres et moines lavent les soldats dans le Jourdain pour les purifier et organisent maintes processions avec palmes, croix et chants liturgiques sous les quolibets et les rires amusés des arabes. Mais leur joie ne durera guère...

Gaston IV de Béarn, Centulle II de Bigorre et Robert II Bertrand de Bricquebec participent à la prise de Jérusalem.

Gaston IV de Béarn est chargé de la construction des machines essentielles au siège, les châteaux roulants.

Gaston IV de Béarn profite de la présence à Haifa de la flotte génoise qui après avoir apporté des renforts se trouve bloquée par la flotte fatimide. Gaston IV de Béarn obtient des chefs de la flotte qu'ils lui cèdent leurs charpentiers et le bois de leurs navires pour la construction des machines de guerre.

Gaston IV de Béarn assume avec Tancrède de Hauteville le commandement des troupes gasconnes, face à la porte de Goliath, à l'ouest de Jérusalem.

Thomas de Marle et Robert II de Flandre participe également à la prise de Jérusalem.

Hugues II de Campdavaine monte parmi les premiers à l'assaut.

Dans la matinée du 15 juillet 1099, les hommes de Godefroy de Bouillon parviennent à approcher le château et à y ouvrir une brèche.

Tancrède de Hauteville et Gaston IV de Béarn (Il fut, dit-on, le premier croisé à pénétrer dans la Cité Sainte) se lancent immédiatement à l'attaque, dépassent les tours de David et Goliath et se dirigent vers l'esplanade du Temple pendant que l'armée croisée se livre au pillage et au massacre généralisé.

Lors de l'assaut final, vers midi, Letold et Gilbert de Tournai sont au premier rang puis viennent Godefroy de Bouillon suivi de son frère Eustache III de Boulogne. Ils se hissent en haut des remparts pendant que la muraille Nord est envahie à son tour.

A toute vitesse les défenseurs se replient vers le temple et Iftikhar al-Dawla gouverneur de Jérusalem, cerné par les provençaux se rend avec son entourage à Raymond VI de Toulouse qui en toute loyauté respecte sa promesse de vie sauve, formulée avant la prise des remparts.

Au Temple, Tancrède de Hauteville et Gaston IV de Béarn laissent leurs étendards à un groupe de civils réfugié en haut d'une mosquée. Le jour suivant, un groupe de croisés exaltés se dirigeant vers le Temple, assassine ces civils, provoquant la colère de Tancrède de Hauteville et Gaston IV de Béarn.

Toutes les autres promesses données par les autres commandants ne sont pas respectées. Tancrède de Hauteville fait des centaines de prisonniers musulmans, tente de les conduire dans l'asile d'une mosquée, mais ils sont massacrés malgré sa protection.

Pendant 2 jours les croisés se livrent à un des plus abominables massacre de l'Histoire. Environ 60.000 personnes sont exterminées.

Les portes sont enfoncées, les civils, hommes, femmes, enfants, vieillards sont exécutés sans distinction, ni pitié.

Des musulmans sont décapités, d'autres tombent des remparts criblés de flèches, d'autres enfin brûlent dans les flammes ! A travers les rues et les place publiques de la ville sainte on voit des amoncellements de pieds, de mains et de têtes coupées imprégnées de sang coagulé... Dans l'ancien temple de Salomon où les musulmans ont l'habitude de célébrer leur fêtes religieuses on avance avec du sang jusqu'à la hauteur des genoux...

Toute la communauté juive est enfermée dans une synagogue où l'on met le feu, il n'y a aucun survivant.

Après la prise de la ville, il est beau de voir devant le Saint Sépulcre, la dévotion des pèlerins qui manifestent leur joie en chantant au Dieu vainqueur et triomphant par des chants inexprimables en paroles !



Mort de Edgard Ier d'Écosse Roi d'Écosse

Alexandre Ier Roi d'Écosse

David Ier d'Écosse Comte de Cumbria

Edgard Ier d'Écosse meurt en 1107.

Alexandre Ier devient Roi d'Écosse en 1107.

David Ier d'Écosse, frère cadet Alexandre Ier d'Écosse, devient Earl ou comte de Cumbria région sud-ouest de l'Écosse.



Mariage de David Ier d'Écosse avec Mathilde de Waltheof

David Ier d'Écosse Comte de Northampton et d'Huntingdon

Mathilde de Waltheof est veuve de Simon Ier de St Lyz (mort en 1111) Comte de Northampton et d'Huntingdon.

David Ier d'Écosse épouse à Noël 1113 Maud ou Mathilde de Waltheof, fille de Waltheof, un saxon, Comte de Northumbrie. Leurs enfants sont :

David Ier d'Écosse devient donc Comte de Northampton et d'Huntingdon en droit de sa femme.



Mariage de Guillaume II de Warenne avec Isabelle de Vermandois

Isabelle de Vermandois est veuve de Robert Ier de Beaumont-le-Roger.

Guillaume II de Warenne épouse en 1118 Isabelle de Vermandois, fille d'Hugues Ier de Vermandois et d'Adélaïde de Vermandois. Leurs enfants sont :


David Ier d'Écosse

Mort d'Alexandre Ier d'Écosse

David Ier d'Écosse Roi d'Écosse

Alexandre Ier d'Écosse meurt en 1124.

David Ier d'Écosse devient Roi d'Écosse en avril 1124.

Dès le début de son règne sur l'ensemble de l'Écosse, il introduit le système féodal normand.

Il donne à des Normands : Bruce, FitzAlan, Comyn, des terres et des titres.

En retour, il s'attend à ce que ses chevaliers combattent pour lui, puisque ces Normands ont tout pouvoir sur la population locale.



Bataille de Strathcathro

En 1130, l'armée de David Ier d'Écosse, commandée par le connétable Edward, fils de l'Earl Siward, écrase la révolte des hommes de Moray à la bataille de Strathcathro dans le comté de Forfar dans les Highlands.

Le roi Angus mac Aedh tombe avec 4 000 combattants.



Vue de David Ier d'Écosse sur le comté de Northumbrie

Dès 1135, le roi David Ier d'Écosse, qui est partisan de sa nièce Mathilde l'Emperesse, adopte une attitude agressive sur la frontière anglaise, espérant s'approprier le comté de Northumbrie.



Conflit entre David Ier d'Écosse et Étienne de Blois

Henry de Northumberland Comte de Huntingdon

En janvier 1136, David Ier d'Écosse franchit la frontière avec l'Angleterre et atteint Durham. David Ier d'Écosse prend Carlisle, Wark, Alnwick, Norham et Newcastle-upon-Tyne.

Le 5 février 1136, Étienne de Blois atteint Durham avec une troupe imposante de mercenaires flamands, et David Ier d'Écosse est obligé de parlementer.

Étienne de Blois récupère Wark, Alnwick, Norham et Newcastle, et laisse David Ier d'Écosse conserver Carlisle et Doncaster, en espérant qu'il sera plus loyal envers lui à l'avenir.

Avec Carlisle va une grande partie du Cumberland, ainsi que les honneurs du Lancashire.

Étienne de Blois demande à David Ier d'Écosse de lui faire serment d'allégeance, mais ce dernier répond qu'il l'a déjà juré à Mathilde l'Emperesse.

Afin de satisfaire Étienne de Blois, David Ier d'Écosse demande à son jeune fils Henry de Northumberland, de prêter serment.

Henry de Northumberland reçoit en récompense le Comté de Huntingdon, le comté de Northampton inclus. Ces comtés étaient jusque là tenus par son père.



Liaison de Geoffroy V Plantagenêt

Geoffroy V Plantagenêt a une liaison. Leur enfant est :



Bataille de l'Étendard

Alors qu'Étienne de Blois est appelé à intervenir en Normandie, le roi David Ier d' Écosse organise une série de razzias dans la zone frontalière en 1138 à la demande de Mathilde l'Emperesse.

Les Écossais sont confrontés à une armée de barons du nord de l'Angleterre, à la tête de laquelle se trouve Thurstan, archevêque d'York, et Walter Espec, Seigneur du château de Helmsley.

Le 22 août 1138, l'armée anglaise inflige une défaite aux Écossais à Cowton Moor près de Northallerton, à la bataille de l'étendard (Battle of the Standard). Elle est connue sous ce nom parce que les Anglais se battent sous les bannières de Saint-Pierre d'York, de Saint-Jean de Beverley et de Saint-Wilfrid de Ripon, fixées à un mât de vaisseau.

David Ier d'Écosse est obligé de se réfugier à Cardiff, au château de Gloucester.



Mariage d'Henry de Northumberland avec Ada de Warenne

Probablement à la demande d'Étienne de Blois, Henry de Northumberland épouse en 1139 Ada de Warenne. Leurs enfants sont :



Siège de Boulogne

Bataille de Winchester

Capture de Robert de Gloucester

Avec Robert de Gloucester et David Ier d'Écosse, Mathilde l'Emperesse va assiéger Boulogne.

Une armée de renfort, dont des mercenaires flamands et des Londoniens, menée par Mathilde de Boulogne, et par Guillaume d'Ypres, ne tarde pas à assiéger Mathilde l'Emperesse.

Le 13 septembre 1141 les partisans de Mathilde l'Emperesse sont anéantis.

Robert de Gloucester, le commandant militaire et demi-frère de Mathilde l'Emperesse, qui couvre la fuite de Mathilde l'Emperesse est capturé.

D'après le chroniqueur Florence de Worcester, Réginald de Dunstanville mène l'escorte qui conduit l'Emperesse en sécurité.


Couronnement de Baudouin III d'Anjou - Guillaume de Tyr – Historia - BNF, Mss.Fr.68, folio 233

Couronnement de Baudouin III d'Anjou

Retour en Europe de Manassès d'Hierges

Hugues d'Ibelin Seigneur de Rama

En 1152, la majorité de Baudouin III d'Anjou approche mais la régente Mélisende de Jérusalem ne semble pas encline à céder son pouvoir.

Le couronnement de Baudouin III d'Anjou est prévue le 30 mars 1152. Mélisende de Jérusalem compte être couronnée aux côtés de son fils, mais Baudouin III d'Anjou se présente seul à la cérémonie et le clergé, pourtant favorable à Mélisende de Jérusalem, ne peut refuser le couronnement.

Baudouin III d'Anjou a pour lui le soutien des barons francs, ainsi que la légitimité que lui assurent les lois du royaume.

Soutenu par Onfroy II de Toron qu'il nomme connétable et par d'autres barons, Baudouin III d'Anjou réclame à sa mère les villes de Jérusalem et de Samarie comme indispensable à la défense du royaume.

Mélisende de Jérusalem refuse de céder, et Baudouin marche immédiatement sur Mirabel, possession de Manassès d'Hierges, le principal soutien de la reine mère, qu'il soumet. Manassès d'Hierges doit abandonner ses terres et ses charges et retourner en Europe.

Puis Baudouin III d'Anjou se rend à Jérusalem et doit prendre d'assaut la Tour de David, dans laquelle Mélisende de Jérusalem s'était retranchée.

Mélisende de Jérusalem, vaincue, se retire dans son fief de Naplouse. Elle se retire de la vie politique et se consacre aux affaires religieuses.

Hugues d'Ibelin hérite d'Helvis de Rama, sa mère, de la seigneurie de Rama.



Mort de David Ier d'Écosse

Malcolm IV Roi d'Écosse

David Ier d'Écosse meurt à Carlisle le 24 mai 1153. Il est inhumé à l'abbaye de Dunfermline.

Malcolm IV (Máel Coluim) l'aîné de ses petits-fils devient Roi d'Écosse en 1153.



Mort de Guillaume II le Bon Roi de Sicile

Guillaume II le Bon, Roi de Sicile, meurt prématurément et sans descendance légitime le 18 novembre 1189, plongeant le royaume siciliano-normand dans de graves problèmes de succession. L'Empire germanique prétend à l'héritage du royaume de Sicile par mariage.

Dans la Divine Comédie, Dante fait mention du roi Guillaume II le Bon, un "souverain estimé et aimé de ses sujets, le plaçant au paradis dans le 6e ciel, le ciel de Jupiter, parmi les princes pieux, justes et sages, aux côtés des David, Trajan, Constantin.

L'héritière de Guillaume II le Bon est sa tante Constance de Hauteville qui est mariée à l'empereur Henri VI le Sévère.



Mort d'Haraldr II Maddadarson

Haraldr II Maddadarson, Jarl des Orcades, se déclare de nouveau indépendant.

Haraldr II Maddadarson meurt en 1206.

Ses fils :

lui succèdent.



Luttes pour la possession de la Bithynie

En mars ou avril 1206, le patriarche grec, Michel Autorien, proclame Théodore Ier Lascaris Empereur.

Théodore Ier Lascaris se trouve en compétition pour cette dignité avec deux concurrents :

Théodore Ier Lascaris les défait tous deux en novembre ou décembre 1206.



Expédition aux Orcades

Les Birkebeiner et les Baglers s'unissent dans une expédition aux Orcades de 1209 à 1210.

David Haraldsson et Jon Haraldsson se soumettent sans résistance, et conservent l'archipel dont une part importante du revenu est de nouveau captée par Inge II de Norvège.

Ragnald IV de Man ou Ragnvald Gudrodsson, Roi de l'île de Man et des Hébrides, qui a rejeté la suzeraineté norvégienne doit se soumettre.

Il vient en Norvège, jure fidélité et promet de payer un tribut.

Ces expéditions fournissent un dérivatif bien venu aux guerriers désœuvrés qui étaient une source de désordre et de danger en période de paix.



Mort de David Haraldsson

David Haraldsson meurt en 1214.



Mariage d'Alexandre III le Glorieux avec Marguerite d'Angleterre

Alexandre III le Glorieux, Roi d'Écosse, épouse à York dans le Minster le 26 décembre 1251 Marguerite d'Angleterre. Leurs enfants sont :



Mariage de Michel VIII Paléologue avec Théodora Vatatzès

Michel VIII Paléologue épouse en 1253 Théodora Vatatzès (1240-1303), cousine des empereurs Lascaris de Nicée.

Leurs enfants sont :



Mariage de Robert Ier d'Écosse avec Élisabeth de Burgh

Robert Ier d'Écosse épouse vers 1302 Élisabeth de Burgh, fille de Richard Og de Burgh, Comte d'Ulster. Leurs enfants sont :



Mariage d'Édouard II Carnavon avec Isabelle de France

Tournoi de Boulogne-sur-Mer

Après de longues négociations, en vertu du traité de Montreuil-sur-Mer, Édouard II Carnavon épouse à Boulogne-sur-Mer le 25 janvier 1308 Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel et de Jeanne Ire de Navarre. Leurs enfants sont :

Amédée V de Savoie assiste à ce mariage.

Louis Ier de Bourbon se fait remarquer en remportant avec Jean Ier de Clermont, son frère, Comte de Charolais, les prix du tournoi de Boulogne-sur-Mer organisé en l'honneur de ce mariage.

Louis Ier de Bourbon est choisi peu après pour accompagner Isabelle de France à son couronnement, en compagnie de Charles Ier de Valois.



Naissance de David II d'Écosse

David Bruce ou David II d'Écosse naît à Dunfermline dans le Fifeshire le 5 mars 1324, fils de Robert Ier d'Écosse et d'Élisabeth de Burgh.



Mariage de David II d'Écosse avec Jeanne d'Angleterre

En vertu du traité d'Édimbourg-Northampton, David II d'Écosse épouse à Lothian en Écosse le 17 juillet 1328 Jeanne d'Angleterre, la fille d'Édouard II Carnavon et d'Isabelle de France. Ils n'ont pas d'enfant.



Mort de Robert Ier d'Écosse Roi d'Écosse

David II d'Écosse Roi d'Écosse

Thomas Randolf Comte de Moray Gardien de l'Écosse.

Robert Ier d'Écosse meurt au château de Cardross ou Cadroos à Dumbarton en Écosse le 7 juin 1329. Il est inhumé à l'abbaye de Dunfermline.

David II d'Écosse, son fils, devient Roi des Écossais le 7 juin 1329 mais il est trop jeune pour pouvoir régner.

Thomas Randolf, Comte de Moray, devient Gardien de l'Écosse.



Couronnement de David II d'Écosse

David II d'Écosse est couronné Roi d'Écosse en 1331 à Scone.



Mort de Thomas Randolf Gardien de l'Écosse

Donald Mormaer Gardien de l'Écosse

Expédition des "déshérités"

Bataille de Dupplin Moor

Édouard Balliol Roi des Écossais

Archibald Douglas Gardien de l'Écosse

Trêve entre Archibald Douglas et Édouard Balliol

Thomas Randolf, Comte de Moray, meurt le 20 juillet 1332.

La noblesse écossaise se réunis à Perth où elle élit Donald Mormaer, Comte de Mar, au poste de Gardien de l'Écosse.

Édouard Balliol rend probablement hommage en secret à Édouard III d'Angleterre, officiellement en paix avec David II d'Écosse.

Édouard lui refuse l'autorisation d'envahir l'Écosse en traversant la rivière Tweed, le traité d'Édimbourg Northampton aurait été trop visiblement rompu. Mais il accepte de fermer les yeux sur une invasion maritime mais il les désavouera et confisquera toutes leurs terres en Angleterre si jamais ils échouent.

Le petit groupe dirigé par Édouard Balliol prend la mer depuis la rivière Humber. Composés des nobles déshérités et de mercenaires, ils ne sont probablement pas plus de quelques centaines. Ils débarquent à Kinghorn sur le Fife le 6 août 1332.

La nouvelle de leur avancée les précède. Alors qu'ils marchaient sur Perth, ils trouvent sur leur chemin une vaste armée, composée principalement d'infanterie, sous le commandement de Donald Mormaer.

Lors de la bataille de Dupplin Moor, l'armée d'Édouard Balliol, dirigée par Henry Beaumont, vainc les forces écossaises, pourtant plus nombreuses. Beaumont utilise la tactique utilisée par les Anglais durant la guerre de Cent Ans, avec des chevaliers à pied au centre et des archers sur les côtés. Pris sous une meurtrière pluie de flèches, la plupart des soldats Écossais n'atteignent pas la ligne ennemie. Quand la massacre est finalement terminé, Donald Mormaer, Robert Bruce, un fils illégitime de Robert Ier d'Écosse, de nombreux nobles et environ 2 000 écossais ont péri.

Édouard Baliol se couronne Roi des Écossais, d'abord à Perth, puis à l'abbaye de Scone en septembre 1332.

Archibald Douglas, est promu Gardien de l'Écosse.

En octobre 1332, Archibald Douglas conclut une trêve avec Édouard Balliol afin de laisser le parlement écossais se rassembler et décider qui serait le roi.



Bataille de Halidon Hill

Mort d'Archibald Douglas

Mort d'Alexandre Bruce

L'armée de Archibald Douglas est vaincue et lui tué à la bataille de Halidon Hill le 19 juillet 1333.

David II d'Écosse et Jeanne d'Angleterre sont envoyés en sécurité dans le château de Dumbarton, pendant que Berwick se rend et est annexée par l'Angleterre.

À ce moment, la majeure partie du territoire écossais est sous occupation anglaise. Huit comtés des Lowlands sont cédés à l'Angleterre par Édouard Balliol.

William Montacute participe aux campagnes d'Écosse et notamment à la bataille de Halidon Hill.

Édouard III d'Angleterre donne à William Montacute le droit de revendiquer l'île de Man.

Alexandre Bruce est tué lors de cette bataille.



Exil en France de David II d'Écosse et de Jeanne d'Angleterre

Au début 1334, le roi de France Philippe VI de Valois propose à David II d'Écosse l'asile.

David II d'Écosse et Jeanne d'Angleterre arrive à Boulogne-sur-Mer en mai 1334.

Ils sont reçus très amicalement par le roi de France, Philippe VI de Valois.

Château-Gaillard est donné comme résidence pour leur cour.

Philippe VI de Valois inclut le roi des Écossais en exil dans les négociations de paix qui sont en cours entre le France et l'Angleterre.

En l'absence de David II d'Écosse, plusieurs Gardiens de l'Écosse continuent la lutte.



Fin de l'invasion de l'Écosse

Édouard III d'Angleterre cesse ses assauts en février 1335, en raison du mauvais temps.

Édouard III d'Angleterre et Édouard Baliol reviennent une nouvelle fois en juillet 1335, menant une armée forte de 13 000 hommes, et avance au cœur de l'Écosse, d'abord à Glasgow, puis à Perth, où il s'installe pendant que son armée pille et détruit la campagne alentour.

Quelques chefs écossais, notamment David de Strathbogie, le Comte d'Atholl et Robert, le neveu de Robert Ier d'Écosse, se soumettent toutefois à Édouard III d'Angleterre à Perth.

Les Écossais évitent les batailles rangées et évacuent autant que possible les habitants des Lowlands pour les réfugier dans les collines, plus sûres.



Traité avorté entre l'Angleterre et l'Écosse

En janvier 1336, les Écossais proposent une ébauche de traité dans lequel ils acceptent de reconnaître Édouard Balliol, âgé et sans enfant, en tant que roi si David II d'Écosse est son successeur et que ce dernier quitte la France pour vivre en Angleterre.

David II d'Écosse refuse cette proposition.



Bataille de Buironfosse

David II d'Écosse est présent à la rencontre des armées françaises et anglaises à Buironfosse en octobre 1339.



Retour de David II d'Écosse en Écosse

Différents Guardiens de l'Écosse réussissent à reprendre l'Écosse.

David II d'Écosse peut retourner dans son royaume en juin 1341, déterminé à se montrer digne de son illustre père et à reprendre les rênes du gouvernement.

Le pays paupérisé a besoin de paix et d'une bonne gouvernance.



Bataille de Neville's Cross

David II d'Écosse prisonnier

Pour aider son allié Philippe VI de Valois, ignorant les trêves avec l'Angleterre, David II d'Écosse mène plusieurs raids écossais en Angleterre, forçant Édouard III d'Angleterre à amener une armée pour renforcer sa frontière nord.

En 1346, Philippe VI de Valois appelle à une invasion de l'Angleterre afin qu'il puisse enlever le verrou anglais sur Calais.

Jean de Hainaut est encore aux côtés de Philippe VI de Valois, quand il tente vainement de faire lever le siège de Calais.

David II d'Écosse dirige personnellement une armée de 12 000 hommes vers le sud avec l'intention de capturer Durham.

Il rencontre une armée anglaise de 5 000 hommes, remontant depuis le Yorkshire.

David II d'Écosse est vaincu à la bataille de Neville's Cross le 17 octobre 1346.

Son armée compte de nombreuses pertes.

David II d'Écosse est blessé par deux fois par des flèches au visage et est fait prisonnier.

Après une période de convalescence, il est emprisonné principalement dans la Tour de Londres et à Odiham dans le Hampshire pendant 11 ans.

Son emprisonnement n'est pas des plus rigides, et des négociations en vue de sa libération commencent rapidement.

L'Écosse est dirigée par son neveu Robert Stewart.



Mariage de Roger David avec Jeanne de Rostrenen

Jeanne de Rostrenen est veuve d'Alain VII de Rohan.

Roger David (vers 1310-1371) épouse en 1354 Jeanne de Rostrenen.



Naissance d'Alphonse Enriquez

Alonso ou Alphonse Enriquez naît en 1354, fils de Fadrique Enriquez et de Paloma de Guadalcanal.

Les chroniqueurs du temps nous disent que Paloma est d'une extrême beauté.

Elle serait la petite-fille de Shlomo Ha-Zaken ben David, issu d'une branche des descendants du roi David selon les exilarques de Babylone



Mariage de Robert II d'Écosse avec Euphémie de Ross

Robert II d'Écosse épouse en 1355 Euphémie de Ross, fille de Hugues, Comte de Ross.

Leurs enfants sont :



Traité de Berwick-upon-Tweed

Le 3 octobre 1357, David II d'Écosse est libéré en application du traité de Berwick-upon-Tweed, selon lequel les Écossais acceptent de payer l'énorme rançon de quelque 100 000 merks pour sa libération, payable en 10 ans.

Le pays est appauvri par les guerres avec l'Angleterre et il paraît rapidement évident qu'il est impossible de réunir l'argent de la rançon.

Une lourde taxation est instaurée pour trouver les fonds nécessaires au paiement de la somme qui aurait dû être payée annuellement, mais David II d'Écosse s'aliène le reste de la population en utilisant l'argent pour ses intérêts propres.

La première annuité est payée en temps, la deuxième en retard et plus aucune n'a pu être payée par la suite.



Mort de Jeanne d'Angleterre

Jeanne d'Angleterre, épouse de David II d'Écosse, meurt en 1362.

David II épouse alors la veuve d'un petit seigneur et perd sa popularité et le respect de ses nobles.



Accord avec l'Angleterre rejeté par les Écossais

En 1363, David II d'Écosse se rend à Londres et accepte l'accord suivant : S'il vient à mourir sans enfant, la couronne ira à Édouard, son beau-frère ou à l'un de ses fils et la pierre du destin reviendra pour son couronnement.

Les Écossais rejettent cet accord, proposent de continuer à payer la rançon, qui est alors augmentée à 100 000 livres, et menacent de déposer David II d'Écosse.



Mort d'Édouard Balliol

Édouard Balliol meurt sans enfant en 1364.

En 1364, le parlement écossais rejette la proposition de faire de Lionel d'Anvers le prochain roi, mais David II d'Écosse négocie secrètement avec Édouard III d'Angleterre sur ce point, après qu'il ait réprimé une révolte de quelques-uns de ses nobles.



Mariage de David II d'Écosse avec Margaret Drummond

David II d'Écosse épouse Margaret Drummond.



Mariage de Robert III d'Écosse avec Annabella Drummond

Robert III d'Écosse épouse en 1367 Annabella Drummond (vers 1350-1402), fille de Sir John Drummond de Stobhall. Leurs enfants sont :

Robert III d'Écosse a également un fils naturel, Jacques Stewart de Kilbride.



Robert III d'Écosse Comte de Carrick

Robert III d'Écosse est fait Comte de Carrick en 1368 par son grand-oncle le Roi David II d'Écosse. Robert III d'Écosse prend part au gouvernement du royaume.



Divorce de David II d'Écosse et de Margaret Drummond

Le roi divorce d'avec Margaret Drummond, sa seconde femme, en 1369



Mort de David II d'Écosse

Robert II Stuart Roi d'Écosse

David II d'Écosse meurt au château d'Édimbourg le 22 février 1371 sans enfant alors qu'il songeait à épouser sa maîtresse, la fille d'Agnes Dunbar. La dynastie des "Bruce" s'achève.

Robert II Stuart, neveu de David II, devient Roi d'Écosse le 26 mars 1371 à l'Abbaye de Scone. La dynastie Stuart régnera plus tard sur l'Angleterre et l'Irlande et deviendra une des plus illustres d'Europe.



Naissance de David de Brimeu

David de Brimeu naît avant 1384, fils de Guillaume II de Brimeu, dit Florimond.



Mariage de Jean II de Montagu l'Aîné avec Jacqueline de La Grange

Jean II de Montagu l'Aîné épouse en 1388 Jacqueline de La Grange, fille d'Étienne de La Grange, président du Parlement de Paris, et de Marie du Bois. Leurs enfants sont :



David Duc de Rothesay Lieutenant du royaume d'Écosse

En 1399, à cause de la "maladie du corps" du roi Robert III, son fils aîné David, Duc de Rothesay, reçoit le titre de lieutenant du royaume. S'en suivent une invasion Anglaise de l'Écosse, de sévères différents entre Rothesay et son oncle Robert Stuart Comte de Fife, désormais Duc d'Albany.



Mort de David Stuart Duc de Rothesay

Jacques Ier Stuart Héritier du trône d'Écosse

David Stuart, Duc de Rothesay, meurt mystérieuse de faim au Falkland Palace en mars 1402. Jacques Ier Stuart devient héritier du trône.



Premières œuvres certaine de Donatello

La première œuvre certaine de Donatello est le David de marbre réalisé de 1408 à 1409 destiné aux arcs-boutants de la cathédrale.

Au cours des années suivantes, il réalise de nombreuses statues en marbre, terre cuite, bronze et bois pour des clients résidant avant tout à Florence, mais aussi à Pise, Sienne ou Prato.



Mariage de David de Brimeu avec Marie-Marguerite de Montagu

David de Brimeu épouse en 1409 Marie-Marguerite de Montagu.


Bataille d'Azincourt - miniature du XVe siècle

Bataille d'Azincourt

Mort de Philippe de Bourgogne Comte de Nevers et de Rethel

Mort d'Antoine de Bourgogne

Mort de Philippe de Bourgogne

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Guillaume IV de Melun

Mort de Jacques de Créqui

Mort de Jean de Créquy

Mort de Raoul de Créquy

Mort de Jean Ier d'Alençon Duc d'Alençon

Mort de Charles Ier d'Albret, Comte de Dreux

Mort de Charles de Montagu

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Robert de Bar

Mort de Jean de Tilly

Mort de Jean VI de Pierrepont

Mort de Jean de Craon

Mort de Philibert de Bauffremont Chambellan de Bourgogne

Mort de Jean de Bauffremont

Mort de Jean Ier de Garencières Seigneur de Massy, de Croisy et de Cierray

Mort de Jean IV de Bueil

Mort de Robert de Chabannes

Mort de Pierre II d'Orgemont

Mort d'Hugues VII du Bellay Seigneur de Langey, du Bellay et de Gizeux

William de La Pole Comte de Suffolk

Jean II le Meingre Prisonnier

Jean Ier de Bourbon Prisonnier

Charles Ier d'Orléans Prisonnier

Mort d'Édouard de Norwich

Richard d'York Duc d'York

Louis Ier de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Robert de Willughby Comte de Vendôme

Henri V de Lancastre prévoit de transformer Harfleur en colonie anglaise. Il laisse une garnison.

Henri V de Lancastre quitte Harfleur le 7 octobre 1415 avec le reste de son armée chargés de butin en vue de gagner Calais en vue de s'y retrancher en attendant de prendre l'offensive au printemps suivant avec l'aide de son allié, Jean sans Peur, Duc de Bourgogne.

Philippe de Bourgogne refuse de suivre Jean sans Peur, son frère, quand celui-ci cherche à composer avec les Anglais qui envahissent le royaume.

Henri V de Lancastre remonte par la rive gauche de la Somme, en vue de trouver un pont ou un gué mal défendu.

Entre temps, Charles VI le Fou, Roi de France, a convoqué le ban et l'arrière-ban de son armée, selon la vieille coutume féodale. Charles II de Lorraine ne répond pas à l'appel du roi.

Les chevaliers français groupés autour de la faction des Armagnacs dont Charles Ier d'Orléans vont à la rencontre d'Henri V de Lancastre pour lui couper la route pendant que le Roi et son fils, le Dauphin, sont restés à Rouen par prudence.

Le Connétable Charles Ier d'Albret et le Maréchal Jean II Le Meingre sont commandant en titre de l'armée française. Mais ils ne peuvent exercer un contrôle effectif des opérations face à des nobles plus puissants.

Les Français, qui ont l'avantage du nombre (50.000 combattants contre 15.000 !), dédaignent d'écouter les conseils de Jean Ier de Berry, oncle du Roi. Ils décident d'attaquer les Anglais à Azincourt, au nord de la Somme, en un lieu très étroit où il leur est impossible de se déployer. Ils passent une nuit sur le dos de leur monture, faute de pouvoir dormir sur le sol détrempé par plusieurs jours de pluie.

Le 25 octobre 1415, ils chargent les lignes de pieux derrière lesquelles sont solidement retranchés les archers anglais. Ils ne daignent pas attendre la piétaille, en particulier les piqueurs et les arbalétriers génois.

Ils sont par ailleurs encombrés par des armures qui atteignent jusqu'à 20 kilos. Leurs chevaux, eux-mêmes caparaçonnés de plaques de fer et de cuir bouilli, peinent à se déplacer. Comme à Crécy, ils ont par ailleurs le soleil dans les yeux, preuve que l'expérience ne leur a pas servie. Dans la panique face aux volées de flèches, beaucoup de chevaliers chutent de cheval. Les archers anglais lâchent leurs grands arcs et se ruent sur les chevaliers, les frappant de leurs épées et de leurs haches. La plupart des prisonniers (1 700 environ) sont égorgés par les archers sur ordre d'Henri V de Lancastre qui veut ainsi décapiter la faction des Armagnacs. Il ne se soucie pas de garder vivants "la fleur de la chevalerie française" pour les échanger contre rançon selon l'ancienne coutume féodale.

Durant le Moyen Âge, beaucoup d'Anglais s'enrôlent de façon saisonnière, les campagnes se terminent à peu près à temps pour qu'ils puissent participer aux récoltes d'automne!

Seuls les archers et les chevaliers sont des soldats de métier, encore que les nobles voient d'un mauvais œil la présence de ce corps de roturiers, qu'ils considérent comme une atteinte à leurs privilèges de classe. Le corps des francs-archers anglais souffre de deux faiblesses :

Malgré le coût modique du longbow anglais (arc long), l'entraînement intensif des archers est en réalité extrêmement onéreux, car ces soldats de métier sont rémunérés en permanence.

Aussi aucun pays d'Europe n'a autant recours aux archers que l'Angleterre pendant le Moyen-Âge.

Les pertes, énormes du côté français, près de 10 000 hommes contre 1 600 du côté anglais, font d'Azincourt l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Âge occidental.

Participent à la bataille d'Azincourt :

Arrivé après le début de la bataille, mais voulant à tout prix se joindre aux combats, Antoine de Bourgogne passe une armure improvisée et utilise sa bannière comme vêtement à ses couleurs.

Jean Ier de Foix ne prend pas part à la bataille.

Meurent au combat :

Charles Ier d'Orléans, neveu du Roi Charles VI le Fou et chef des Armagnacs, n'est pas égorgé comme ses compagnons d'armes mais est fait prisonnier.

Jean II le Meingre, Jean Ier de Bourbon, Charles d'Artois et Jean VII d'Harcourt sont fait prisonnier.

Jacques II d'Harcourt est fait prisonnier

Jean Ier de Bourbon restera prisonnier à Londres jusqu'à sa mort.

Charles Ier de Bourbon a à gérer les domaines de son père.

Arthur III de Bretagne, prisonnier, est incarcéré au château de Fotheringay. Il restera 5 ans en Angleterre.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est fait prisonnier par les Anglais à la bataille d'Azincourt en 1415.

Sa troisième captivité dure 13 ans

Jean de Lancastre attribue le comté de Vendôme à Robert de Willughby un de ses capitaines,.

Thomas Montaigu participe à la bataille, ainsi que John Fastolf, commandement de 10 hommes d'armes et de 30 archers, en qualité de capitaine d'Harfleur.

Richard Woodville porte durant le combat attaché à sa lance, l'étendard Henri V de Lancastre, une queue d'écureuil. Après la Bataille, Richard Woodville est adoubé chevalier.

Michel, frère aîné de William de La Pole, meurt lors du combat. William de La Pole devient Comte de Suffolk.

Édouard de Norwich meurt durant la bataille d'Azincourt. Richard d'York hérite de son oncle et prend le titre de Duc d'York.

Le désastre d'Azincourt relance la guerre de Cent Ans et signe la mort de la chevalerie féodale.

Pierre de Bauffremont, neveu de Jean de Bauffremont, hérite du château de Montfort.



Liaison de Philippe III le Bon avec Jeanne Chastellain

Philippe III le Bon a une liaison avec Jeanne Chastellain (de Castellana) dite de Bosquiel demoiselle de Quéry la Motte dans le Pas de Calais. Leurs enfants sont :


Philippe III le Bon

Création de l'ordre de la Toison d'or

En 1429 ou 1430, Philippe III le Bon crée à Bruges l'ordre de la Toison d'Or.

Cet ordre est le pendant de l'ordre anglais de la Jarretière et souligne la position de Philippe III le Bon, dont la puissance égale celle des souverains d'Europe.

L'ordre de la Toison d'or compte :

L'ordre est un club très fermé, destiné à honorer les plus valeureux gentilshommes et les alliés étrangers du duc de Bourgogne.

Les insignes de l'ordre consistent en un collier, ou en une chaîne, auquel pend un bélier d'or. Cet animal fait référence à la légende grecque des Argonautes, suggérant une symbolique selon laquelle la dynastie des Bourgogne remonte à la lignée des Troyens.

Les premiers Chevaliers sont :



Réalisation du Tabernacle du Saint-Sacrement

De 1430 à 1433, Donatello séjourne à Rome où il effectue le Tabernacle du Saint-Sacrement.

Donatello puise son inspiration aux sources les plus variées : le David en bronze (tradition classique) et le tabernacle de l'Annonciation (simplicité expressive et exubérance du décor).

De retour à Florence, pour la cathédrale, il conçoit les bas-reliefs de la Cantoria.



Mort de David de Brimeu

David de Brimeu meurt en mai ou juin 1448.



Mariage de Jacques II d'Écosse avec Marie d'Egmont

Jacques II d'Écosse épouse à l'abbaye d'Holyrood près d'Édimbourg le 3 juillet 1449 Marie d'Egmont, fille d'Arnold d'Egmont, Duc de Gueldre, et de Catherine de Clèves.

Leurs enfants sont :



Invasion de l'Overeyssel par Philippe III le Bon

En 1456, le duc de Bourgogne envahit l'Overeyssel. Il fait attribuer à son fils naturel, David, l'archevêché d'Utrecht.



Naissance de David Owen

En 1457, Owen Tudor a un fils illégitime, David Owen (mort en 1535).



Invasion des domaines de John II MacDonald

Réconcilié en 1475 avec Jacques III d'Écosse, Édouard IV d'York abandonne ses alliés à la colère du roi d'Écosse.

Les lieutenants de Jacques III d'Écosse:

agissant au nom de la Couronne, envahissent les domaines de John II MacDonald.


David de Michel-Ange

Retour de Michel-Ange à Florence

En 1500, Michel-Ange retourne à Florence pour y créer son œuvre la plus célèbre, le David de marbre.

Il peint également la Sainte famille à la tribune dite Tondo Doni.



Mort de Jean de Ganay

Jean de Ganay est seigneur de La Bussière près de Gien, de Belmont et de Montauglan.

Jean de Ganay meurt à Blois en mai 1512. Il est inhumé le 4 juin dans la chapelle de Saint-Merry, à Paris, où il avait fait faire par David Ghirlandaio une mosaïque, qui est aujourd'hui conservée au musée de Cluny.



Siège de Münster

Mort de Jean de Leyde

Jan Matthijs et Jean de Leyde ou Jan van Leiden prennent la tête d'une insurrection pour établir une théocratie dans la ville de Münster.

L'armée coalisée des princes ne tarde pas à mettre le siège devant la ville révoltée.

Les assiégés, fanatisés par leur propre résistance, donnent libre cours à leur imagination religieuse : Jean de Leyde, par exemple, comme d'ailleurs David Joris, un autre chef anabaptiste pacifiste quant à lui, va jusqu'à se proclamer successeur de David et, à l'instar de ce roi, s'unit à plusieurs femmes.

En 1535, après une année de siège et de résistance opiniâtre, la ville est prise d'assaut.

Jean de Leyde et ses lieutenants meurt sous la torture.

Les anabaptistes dits conquérants sont traqués et poursuivis dans toute l'Allemagne et jusqu'en Suisse. Ceux d'entre eux qui en réchappent se rallient aux anabaptistes dits pacifiques, communion strictement religieuse, mettant l'accent sur le baptême des adultes et sur l'inspiration personnelle dans l'interprétation de la Bible.



Naissance de Jacques Davy du Perron

Jacques Davy du Perron naît dans le faubourg de la Bellecroix à Saint-Lô le 25 novembre 1556, fils de Julien David ou Davy.

La famille de petite noblesse rurale du Cotentin est établie à Saint-Aubin-du-Perron, où se trouve le domaine du Perron.

Julien Davy a abandonné la médecine, qu'il pratiquait avec succès, pour se faire ministre de la religion protestante,

Jacques Davy du Perron est emmené dès son enfance à Berne pour échapper aux persécutions contre les calvinistes.

Julien David, son père, un homme de grande science donne à Jacques Davy du Perron de premières notions de langue latine et de mathématiques, jusqu'à ce que ses heureuses dispositions naturelles lui permettent de se passer de maitre dès l'âge de 10 ans. Il apprend seul le grec et l'hébreu.

Il est doué d'une telle mémoire qu'il apprend 100 vers de Virgile en une heure.

Après avoir fait sa philosophie, il étudie avec ardeur la physique.


Mise au tombeau - Michel-Ange - huile sur bois, 161 × 149 cm - National Gallery, Londres L'Esclave mourant - Michel-Ange -musée du Louvre

Mort de Michel-Ange

Michel-Ange meurt le 18 février 1564 à Rome, à l'âge de 89 ans.

Son œuvre a une influence considérable sur ses contemporains, si bien que sa " manière " de peindre et de sculpter est abondamment reprise par les représentants de ce qu'on appellera le maniérisme, qui prospère dans la Renaissance tardive.

Les corps de Michel-Ange sont plus soumis à l'art, qu'au respect strict de l'anatomie humaine (allongement du canon des figures et distorsions destinées à mettre en relief un trait moral).


Fresques

Dans la chapelle Sixtine : le Jugement dernier, et le Martyre de saint Pierre.

La Sainte Famille à la tribune dite Tondo Doni

La Création d'Adam


Tableaux

Mise au tombeau (v. 1500-1501)- National Gallery, Londres (œuvre inachevée)


Sculptures

Bacchus (première sculpture), (1496-1497)

La Sainte Famille et saint Jean-Baptiste enfant, aux Offices de Florence

David (la plus célèbre, 1501), à la Galerie de l'Académie de Florence,

L'Esclave mourant, musée du Louvre, Paris,

L'Esclave rebelle captif, musée du Louvre, Paris,

la Bataille des centaures,

la Vierge aux pieds,

Tombeaux des Médicis.

Tombeau de Jules II

Tombeau de Paul III (basilique Saint-Pierre de Rome)

La Pietà, 1499, de la basilique Saint-Pierre de Rome

La Pieta aux quatre figures à la Galerie de l'Académie de Florence,

La Pieta Rondanini commencée en 1552 Castello Sforzesco de Milan.

Le Moïse de San Pietro, in Vincoli, Rome.

La Vierge de Bruges, 1504, église Notre-Dame.

Quatre Esclaves, (Atlas, s'éveillant, barbu, jeune) émergeant chacun de leur bloc de marbre en statues inachevées, à la Galerie de l'Académie de Florence.


Architecture

Achèvement du palais Farnèse en 1546.

Aménagement de la place du Capitole en 1538.

La porte Pia, ultime réalisation en 1564.



Naissance de Jacques VI Stuart

James ou Jacques VI Stuart (en Écossais Stewart Seumas Stiubhart) naît à Édimbourg le 18 juin 1566 fils d'Henri Stewart Darnley et de Marie Ire Stuart.

Son père pourrait être David Rizzio, secrétaire particulier de la Reine.

Il est baptisé le 17 décembre 1566 à la chapelle Stirling.

Henri Stewart Darnley persécute tous ceux qu'il croit les favoris de la reine.

En 1566, il fait mettre à mort, dans l'appartement même de Marie Ire Stuart, David Rizzio qu'il soupçonne.



Expédition, en Hongrie Guy XX de Laval

Avant son départ, Guy XX de Laval fait un voyage dans ses terres du Maine et de Bretagne.

La guerre est déclarée alors en Hongrie entre Rodolphe II de Habsbourg et les Turcs.

Le 29 août 1605, Guy XX de Laval part en expédition en Hongrie, contre les Turcs, pour y servir comme volontaire dans les armées de l'Empereur.

Anne d'Alègre, sa mère, ne le voit pas d'un bon œil prendre parti pour les princes catholiques.

Charles Maucourt de Bourjolly semble insinuer que c'est par zèle pour la religion qu'il entreprend cette expédition.

Guy XX de Laval est accompagné de plusieurs gentilhommes dont : M. de Marolles, David Rivault de Flurence et Petro Orlancy.

Lucien Bezard, qui était en 1907, professeur à Budapest, a dressé l'itinéraire du jeune seigneur de Laval.

La troupe passe :

À Grein, Guy XX de Laval cesse de descendre le Danube en bateau et s'achemine alors par terre.

Guy XX de Laval est à Vienne le 20 septembre1605.

Il repart le 8 octobre1605.

Le 16 octobre 1605, la troupe rejoint l'armée de Hongrie, conduite par Giorgio Basta.



Mort de Guy XX de Laval

Guy XX de Laval est :

Guy XX de Laval meurt devant Komárom en Hongrie le 3 décembre 1605 tué par les Turcs.

David Rivault de Flurence, qui combat près de lui, est blessé de deux coups de cimeterre et d'un coup de hache.

Au point de vue historique, en décembre 1605, la Hongrie n'est pas en état d'hostilité contre la Turquie, Guy XX de Laval n'a pu être tué que dans une rencontre avec des irréguliers musulmans.

Après la mort de leur chef, les gentilshommes doivent songer à ramener en France sa dépouille mortelle et y rentrer eux-mêmes.

Son corps est transporté d'abord à Vienne.

Ramené à Laval, le corps de Guy XX de Laval reste sans dépôt et sans sépulture dans l'église des Dominicains de Laval.

Ce retard est dû aux difficultés survenues entre les divers prétendants à la succession, et à la négligence d'Anne d'Alègre, sa mère.

La superficie des domaines familiaux de la famille de la Trémoïlle est doublée en 1605 par l'héritage de vastes terres en Bretagne et en Mayenne à la suite de la mort de Guy XX, Comte de Laval.



Liaison de Pierre Rouxel avec Marguerite Fleury

Pierre Rouxel a une liaison avec Marguerite Fleury. Leur enfant est :



Mariage de Louis Caze avec Anne Roque

Louis Caze, Seigneur de Charleval, fils de David Caze et d'Anne de Vincheguerre, épouse le 19 décembre 1677 Anne Roque (1659-6 mars 1728). Leur enfant est :



Démantèlement du château de Copenhague

Construction du château de Christiansborg

Le château de Copenhague est étroit et sombre.

Christian VI de Danemark décide de construire un nouveau palais

Les travaux commencent en 1731 avec le démantèlement du château de Copenhague.

Christian VI de Danemark est temporairement logé au palais de Frederiksberg.

De nombreux terrains environnants sont achetés et dégagés, le terrain est égalisé et les anciennes douves comblées pour offrir une zone constructible.

Christian VI de Danemark pose la première pierre le 21 avril 1733, ce qui permet d'entamer la maçonnerie.

L'architecte choisi est Elias David Häusser, mais la direction de la plus grande part de l'aménagement intérieur est laissée à Laurids de Thurah et Nicolai Eigtved.



Construction du Panthéon

En 1744, Louis XV décide de rebâtir l'église de l'abbaye Sainte-Geneviève à Paris au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève

Cette église, en ruines, est accolée à la belle église Saint-Etienne du Mont.

Jacques Germain Soufflot est désigné comme architecte pour réaliser le Panthéon.

Le Panthéon est construit en forme de croix grecque de 110 m de long, 80 m de largeur et 83 m de haut.

Le fronton a été réalisé par le sculpteur Pierre Jean David d'Angers (1788-1856)



Liaison d'Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey avec Jeanne Catherine Delachaux

Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey a une liaison de 1767 à 1775 avec Jeanne Catherine Delachaux (à Bruxelles le 4 mai 1748-cour des Petites-Écuries à Paris le 4 mai 1818). Leurs enfants sont :


Serment du Jeu de paume - par Jacques-Louis David - Versailles - musée de l'Histoire de France - Barère - assis à gauche du groupe central de 3 députés - tient un cahier sur ses genoux et s'apprête à consigner le serment prononcé par Jean Sylvain Bailly

Serment du Jeu de Paume

Au coup de force de Louis XVI répond un véritable coup d'État.

Le 20 juin 1789, les 578 députés du Tiers état se réunissent à la salle du Jeu de paume, à Versailles et jurent de ne se séparer qu'après avoir donné une constitution à la France.

C'est le député Joseph Ignace Guillotin qui signale aux députés, la présence de la salle du Jeu de paume, non loin du château de Versailles.

Jean-Baptiste-Pierre Bevière (1723-1807) rédige le serment du Jeu de Paume.

Sont présents les députés suivants :

Achille Pierre Dionis du Séjour et Anne-Pierre de Montesquiou font partie du groupe des 47 députés de la Noblesse qui se réunissent au Tiers état le 25 juin 1789.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord se rallie au tiers état le 26 juin, avec la majorité du clergé.

Le 27 juin 1789, Louis XVI, désespérant de vaincre leur résistance, dit

Eh bien, dit-il, s'ils ne veulent pas s'en aller, qu'ils restent !

et ordonne aux privilégiés des deux autres ordres de se joindre au tiers, en une seule chambre.



Affaire de Belfort

Les premiers signes d'engagement révolutionnaire de Jean-Baptiste Kléber naissent à Belfort.

Un cercle de personnalités locales et régionales se créé avec lui, Burger, son demi-frère, les familles Parisot, Strolz, Antonin et Felemez.

Kléber participe activement à la rédaction des cahiers de doléances du Comté de Belfort.

Lui et le chanoine Lubert poussent Marc David Lavie à représenter le comté à l'Assemblée constituante en tant que député du Tiers état.

Le 21 octobre 1790, l'Affaire de Belfort éclate, scandale dû à quelques soldats du régiment de Lauzun et du Royal-Liégeois.

Une quinzaine d'officiers royalistes tentent d'entrer dans l'hôtel de ville. Kléber disperse les trouble-fête.


Giuseppe Ceracchi

Conspiration des poignards

Dans ses Mémoires, Joseph Fouché affirme que, vers la mi-septembre 1800, il est question d'un complot visant à assassiner Napoléon Ier à l'Opéra.

Un nommé Harel, présenté comme l'un des complices, fait de concert avec Lefebvre, commissaire des guerres, des révélations à Bourienne, secrétaire de Napoléon Ier.

Il désigne les conjurés.

Harel est chargé de dresser un piège aux conjurés en leur procurant, comme il le leur a promis, 4 hommes armés, disposés à l'assassiner Napoléon Ier.

Le jour du simulacre d'attentat le 18 vendémiaire an IX soit le 10 octobre 1800, dans la soirée lors de la représentation de l'opéra des Horaces, des hommes apostés par la contre-police, et sur le compte desquels les conjurés ont été abusés, au lieu de poignarder Napoléon Ier, arrêtent Joseph Diana, Giuseppe Cerrachi sur place

D'autres complices sont appréhendés à leur domicile.

Sont mis en cause :

Arrêtés, ces derniers sont internés à la prison du Temple.


Entrevue de Napoléon Ier et d'Alexandre Ier de Russie sur le Niemen - 25 juin 1807 - par Adolphe Roehn (1780-1867) - Musée de l'Histoire de France à Versailles Adieux de Napoléon et d'Alexandre Ier de Russie après la paix de Tilsit (9 juillet 1807) - Gioacchino Serangeli – 1810 - Musée de Versailles Napoléon à Tilsit avec Frédéric-Guillaume III de Prusse et Louise de Mecklembourg-Strelitz - Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est de face en haut de l'escalier - par Nicolas Gosse Jérôme Bonaparte - Roi de Westphalie

Premier traité de Tilsit

Second traité de Tilsit

Frédéric-Auguste III de Saxe Duc de Varsovie

Jérôme Bonaparte Roi de Westphalie

Les traités de Tilsit sont deux accords signés en juillet 1807 dans la ville de Tilsit par Napoléon Ier après avoir remporté la bataille de Friedland.

Ces traités mettent fin à la guerre de la quatrième coalition européenne contre la France.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord avait conseillé à Napoléon Ier de modérer ses exigences envers le vaincu.

Les deux traités constituent une étape importante dans sa mise à l'écart graduelle par l'empereur.

Le premier traité de Tilsit est signé en secret le 7 juillet 1807 par Alexandre Ier de Russie et Napoléon Ier, lors d'une rencontre sur un radeau au milieu du Niémen.

Alexandre Ier de Russie s'engage à adhérer au blocus contre l'Angleterre.

La Russie promet la fermeture de ses ports au commerce britannique et même de déclarer la guerre au Royaume-Uni si ce dernier refuse son offre de médiation.

En outre, Alexandre Ier de Russie rend Cattaro à la France et cède les îles Ioniennes.

Le duché d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld, tout d'abord dissous, lui est remis grâce à l'intervention d'Alexandre Ier de Russie.

Constantin Pavlovitch de Russie, frère d'Alexandre Ier de Russie, a pour épouse Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld, sœur d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld.

En échange, Napoléon Ier laisse les mains libres à Alexandre Ier de Russie:

Sur la toile décrivant les adieux des deux empereurs, on peut constater qu'ils se sont échangés leurs ordres respectifs :

À Tilsit, le 3e corps de Louis Nicolas Davout a l'honneur de manœuvrer sous les ordres de Napoléon Ier, en présence d'Alexandre Ier de Russie et de Frédéric-Guillaume III de Prusse.

Le second traité de Tilsit est signé le 9 juillet 1807 avec Frédéric-Guillaume III de Prusse, Roi de Prusse

Le royaume de Prusse cède près de la moitié de ses territoires d'avant-guerre au profit d'États sous tutelle française.

La population de 10 000 000 d'habitants qu'il comptait avant les hostilités, est désormais réduite de moitié.

L'article XIV commande à la Prusse de renoncer à Dantzig, 101 500 km², qui devient une République indépendante théoriquement sous la protection conjointe de la Prusse et de la Saxe, en réalité protectorat français, avec des garnisons française et polonaise.

Napoléon Ier donne naissance au duché de Varsovie en privant la Prusse :

Le duché de Varsovie est attribué à Frédéric-Auguste III de Saxe qui devient duc de Varsovie sous le nom Fryderyk August Ier

Le district de Bialystok échoit à la Russie, naguère son plus fidèle allié, qui lui prend 200 000 habitants.

Dans l'article VI du traité, Frédéric-Guillaume III de Prusse doit reconnaître Jérôme Bonaparte comme Roi de Westphalie.

La Prusse cède les Territoires situés à l'ouest de l'Elbe au nouveau royaume de Westphalie nouvellement fondé :

La Prusse cède la Principauté de Frise Orientale, 3206 km², 119 500 habitants, au nouveau royaume de Hollande.

La Prusse cède :

au Grand-duché de Berg.

Les troupes françaises occupent le Hanovre et la principauté de Bayreuth.

La Prusse doit adhérer au blocus continental contre les Anglais, payer 100 000 000 de francs d'indemnité de guerre et réduire son armée à 42 000 hommes.

Les rentrées fiscales du royaume sont entamées dans une proportion considérable, car les provinces perdues sont les plus riches et les plus fertiles et aussi celles que depuis des années l'État modernisait à coups de millions de thalers.

La Prusse céde les territoires qu'elle avait gagnés à la suite des partitions de la Pologne, depuis le 1er janvier 1772, hormis l'Ermeland et des terres à l'ouest des territoires prussiens anciens.

Le duché de Saxe, ancienne principauté alliée de la Prusse, est le nouveau bénéficiaire de ces provinces.

Un observateur fait remarquer qu'alors qu'on rédige le traité, le roi de Prusse marche à l'écart le long du Niémen.

Selon McKay, Napoléon Ier n'a qu'à lever la main pour rayer la Prusse de la carte.

Plusieurs officiels prussiens et russes voient le traité comme un acte inique et une humiliation nationale.

Frédéric-Guillaume III de Prusse contraint d'accepter la situation, prépare la revanche à l'instigation de Louise de Mecklembourg-Strelitz, son épouse.

Dans cette tâche, Frédéric-Guillaume III de Prusse est efficacement soutenu par ses ministres dont :

qui réforment l'administration et l'armée.



Bataille de Lutzen ou de Grossgorschen

Prise de Leipzig

Après le combat de Weissenfels, Napoléon Ier décide de progresser vers Leipzig afin de passer l'Elster et rejoindre le corps d'Eugène de Beauharnais au nord de la ville.

Les Coalisés veulent interdire ce mouvement et surprendre Napoléon Ier dans la plaine de Lützen où leur cavalerie, supérieure en nombre, pourra se développer.

Le 2 mai 1813, pour garder ses flancs, Napoléon Ier envoie Michel Ney protéger la route au sud de Lützen et tenir les villages de Großgörschen, Kleingörschen, Rahna et Kaja.

Le reste de l'armée est en colonne entre Weissenfels et Leipzig.

En tête, le corps de Lauriston attaque les troupes du général Kleist qui tiennent le village de Lindenau, à l'entrée de Leipzig.

À midi, Louis Adolphe Pierre de Sayn-Wittgenstein-Ludwigsbourg, venant de Pegau, attaque le centre français en direction de la ville de Lützen.

Pour passer, il faut s'emparer des 4 villages.

Gebhard Leberecht von Blücher attaque en tête, mais se heurte à la division Joseph Souham.

Celle-ci se replie sur la deuxième ligne défensive établie par Michel Ney, laissant les villages aux Prussiens.

Wintzingerode attaque la gauche française à Starsiedel, mais est arrêté par la division Gérard.

Napoléon Ier, surpris par l'attaque d'un ennemi qu'il croyait être à Leipzig, rappelle alors tous ses corps pour repousser l'assaut des Coalisés.

Il se rend auprès de Michel Ney.

L'Empereur dispose les renforts au fur et à mesure qu'ils arrivent.

La ligne française résiste aux assauts des Coalisés.

À 18 heures, Gebhard Leberecht von Blücher tente une dernière percée.

À la tête de la Garde royale prussienne, il lance un nouvel assaut et prend Kleingörschen, Eisdorf et Kaja.

Wintzingerode menace Starsiedel.

Michel Ney envoie la division Gérard qui contre-attaque, reprend les villages de Kleingörschen, Rahna et Kaja, et poursuit la division de la Garde royale prussienne.

Seul Großgörschen reste aux mains des Coalisés.

La Garde Impériale s'installe en avant de Starsiedel.

Drouot dispose l'artillerie de la Garde sur le flanc des troupes de Louis Adolphe Pierre de Sayn-Wittgenstein-Ludwigsbourg.

Attaquées sur les flancs, les forces coalisées se replient.

Napoléon Ier ordonne une attaque générale pour poursuivre les Coalisés, mais la nuit vient mettre un terme à la manœuvre.

L'absence de cavalerie empêche Napoléon Ier d'obtenir un succès complet.

Les pertes alliées s'élèvent à environ 20 000 hommes, celles des Français à 18 000.

Charles Antoine Louis Alexis Morand participe à cette bataille.

Alexandre Gaulthier de Rigny, attaché à l'état-major de Louis Alexandre Berthier, reçoit une grave blessure à la tête et est fait prisonnier.

Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld participe à cette bataille.

Le lendemain, Leipzig est occupée.

Gerhard Johann David von Scharnhorst, l'âme de la rébellion antinapoléonienne en terre allemande, est blessé par balle au genou lors de la bataille.

La bataille est initialement perçue en Russie comme une victoire de la coalition :



Mort de Gerhard Johann David von Scharnhorst

Gerhard Johann David von Scharnhorst meurt à Prague le 28 juin 1813 faute de soins suffisants de sa blessure reçue à la bataille de Lützen.



Mariage de Jean Schickler avec Davida Margaretha Angelica von Schickler

Jean Schickler épouse à Berlin en août 1818 Davida Margaretha Angelica von Schickler (1801-1884), Baronne, fille de David II Schickler (1777-1866) et de Julianne von Axen (1780-1809). Leurs enfants sont :



Naissance de Fernand David Georges de Schickler

Fernand David Georges de Schickler naît à Paris le 24 août 1835, fils de Johann Georg Schickler (1793-1843) et de Davida Margaretha Angelica von Schickler (1801-1884).


Laure Adelaïde Constance Permon - Gravure d'après Julien Léopold Boilly (1836)

Mort de Laure Adelaïde Constance Permon Duchesse d'Abrantès

Le libraire Ladvocat refuse à Laure Adelaïde Constance Permon ses manuscrits.

Elle tombe dans l'indigence et doit vendre son mobilier

Elle finit sa vie dans un hôpital où, faute d'argent, on la place dans une mansarde.

Laure Adelaïde Constance Permon meurt à Paris le 7 juin 1838.

Elle est inhumée au cimetière de Montmartre, où sa tombe est ornée d'un médaillon de David d'Angers.



Mariage de Jean-Louis Roger avec Malvina Thuret

Cession du château de Passy-sur-Seine

Jean-Louis Roger, deuxième Baron Roger, Capitaine de Hussards, épouse en 1838 Malvina Thuret. Leurs enfants sont :

Isaac Thuret achète le château de Passy-sur-Seine qu'il donne en dot à sa fille Malvina Thuret.



Mariage de Michel Halfon avec Rebecca de Camondo

Michel Halfon (vers 1829-1890), banquier, épouse à Constantinople en 1850 Rebecca de Camondo. Leurs enfants sont :



Confiscation des biens de la maison d'Orléans

Cession du château de Bizy

En 1858, les biens de la maison d'Orléans, confisqués par Napoléon III, sont vendus aux enchères publiques.

Le domaine et le château de Bizy est acquis par Fernand David Georges de Schickler, alors maire de Vernon.



Mariage de Fernand David Georges de Schickler avec Henriette Roger

Fernand David Georges de Schickler épouse à Paris le 2 mai 1860 Henriette Roger.



Travaux au château de Bizy

En 1860, Fernand David Georges de Schickler fait reconstruire le corps de logis central du château de Bizy dans un style néo-classique assez italianisant, sur les plans de l'architecte William Henry White (1838-1896).

Le corps de logis est en pierre de taille avec un toit en terrasse muni d'une balustrade avec côté Nord un porche à colonnes et côté Sud une galerie ouverte en rez-de-chaussée et pilastres à l'étage.

Le salon central reçoit un ensemble de boiseries provenant du château de Bercy.



Fernand David Georges de Schickler Président de laSociété de l'Histoire du Protestantisme

Fernand David Georges de Schickler devient Président de la SHPF : Société de l'Histoire du Protestantisme en 1865.



Fernand David Georges de Schickler Baron de Schickler

Fernand David Georges de Schickler devient Baron de Schickler le 2 mai 1870.



Immeuble pour la Société de l'Histoire du Protestantisme

En 1885, Fernand David Georges de Schickler fait aménager à grands frais pour la Société de l'Histoire du Protestantisme, un vaste immeuble qui abrite sa bibliothèque et son bibliothécaire.

Il est situé 54 rue des Saints-Pères.

Le même immeuble renferme en outre un logement pour la bibliothèque et pour l'agent de la Société Biblique Protestante de Paris.



Mariage de George V de Grande-Bretagne avec Victoria Marie de Teck

Victoria de Grande-Bretagne considère Victoria Marie de Teck, la Princess May comme un parti convenable pour un futur roi.

Elle s'emploie donc à convaincre George V de Grande-Bretagne, son petit-fils, et la jeune fille, veuve avant même d'être mariée, de convoler en justes noces.

George V de Grande-Bretagne épouse à la chapelle royale du palais de Saint James à Londres le 6 juillet 1893 Victoria Marie de Teck. Leurs enfants sont :

Bien qu'il se soit agi à l'origine d'un mariage arrangé, on constatera bientôt une profonde affection entre les deux époux, dont peuvent notamment témoigner le fait que l'on n'a connu aucune maîtresse à George V de Grande-Bretagne, et le fait que, lors de ses absences, le prince écrit à sa femme tous les jours.



Naissance d'Édouard VIII de Grande-Bretagne

Edward Albert Christian George Andrew Patrick David ou Édouard VIII de Grande-Bretagne naît à Richmond upon Thames dans le Surrey le 23 juin 1894, fils de George V de Grande-Bretagne et de Victoria Marie de Teck.



Mort de Fernand David Georges de Schickler

Fernand David Georges de Schickler est Historien du protestantisme.

Fernand David Georges de Schickler lègue le château de Bizy à Louis Joseph Suchet d'Albuféra, son petit-neveu

Fernand David Georges de Schickler meurt à Paris le 13 octobre 1909.

Il est inhumé à la 36e division du cimetière du Père Lachaise à Paris.

Louis Joseph Suchet d'Albuféra achève le château en fermant la cour d'honneur par deux ailes.


George V de Grande-Bretagne en habit de sacre

Mort d'Édouard VII de Grande-Bretagne

George V de Grande-Bretagne Roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande

Édouard VIII de Grande-Bretagne Prince de Galles

Alice Keppel, la dernière maîtresse officielle d'Édouard VII de Grande-Bretagne, est présente à son lit de mort, sur sa demande expresse d'Édouard VII de Grande-Bretagne.

Édouard VII de Grande-Bretagne meurt le 6 mai 1910.

Il est inhumé en la chapelle Saint-Georges au Château de Windsor.

Édouard VII oublia de fermer le dernier bouton de sa veste suite à un repas particulièrement copieux.

La gent masculine britannique adopta alors la coutume vestimentaire consistant à laisser ouvert le dernier bouton de la veste ou du gilet de costume, ou d'un cardigan.

George V de Grande-Bretagne devient :

Victoria Marie de Teck, nouvelle reine, choisit le nom de Mary, afin de respecter le désir de la reine Victoria qu'aucune reine britannique ne soit nommée Victoria après elle.

Appelé David au sein de sa famille, Édouard VIII de Grande-Bretagne devient Duc de Cornouailles et de Rothesay, Comte de Carrick, Baron de Renfrew, Seigneur des Îles, Prince et Grand sénéchal d'Écosse lors de l'accès au trône de son père.

Édouard VIII de Grande-Bretagne est créé Prince de Galles et Comte de Chester le 2 juin 1910.

Il est officiellement investi de ces titres lors d'une cérémonie au château de Caernarfon au pays de Galles.

C'est la première fois depuis le Moyen Âge qu'un tel événement se produit au pays de Galles.

La décision est prise à l'instigation de David Lloyd George, politicien gallois alors chancelier de l'Échiquier du gouvernement libéral.

Édouard VIII de Grande-Bretagne entreprend un voyage en France qui durera 3 ans, instruit par un précepteur, M.

Escoffier, l'un des premiers professeurs de l'École libre des sciences politiques.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !