Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



8 événements affichés, le premier en -616 - le dernier en -207



Mort d'Ancus Marcius

Tarquin l'Ancien Roi étrusque de Rome

Ancus Marcius meurt en 616 avant Jésus-Christ.

Le règne Ancus Marcius nous est présenté principalement par les historiens Tite-Live et Denys d'Halicarnasse.

Dès le début de son règne, Ancus Marcius charge le grand pontife de mettre par écrit les révélations des Commentaires de Numa.

Ancus Marcius agrandit le temple de Jupiter Férétrien et instaure le collège des fétiaux.

Ancus Marcius restaure les pratiques religieuses négligées pendant le règne de Tullus Hostilius.

Ancus Marcius construit le pont Sublicius, premier pont en bois sur le Tibre.

Il étend l'influence de Rome vers la mer :

Dans le récit traditionnel, la construction d'Ostie est contestée car aucune découverte archéologique n'est venue corroborer cette thèse; les éléments mis au jour montrent que la construction du port est beaucoup plus tardive.

La première préoccupation d'Ancus Marcius est la protection de cette Rome.

Ancus Marcius est souvent amené à faire la guerre contre ses voisins : contre Politorium, Médullia, puis Tellènes et Ficana

Les Latins sont vaincus et déportés en grand nombre autour du mont Aventin qui est intégré à la Ville.

On fait aussi allusion à des batailles contre Fidènes, où Tarquin l'Ancien est cité comme lieutenant d'Ancus Marcius, et Véies.

Pour empêcher les voisins de Rome de s'installer sur le Janicule, il l'annexe.

Afin de protéger Rome, Ancus Marcius fait creuser le fossé des Quirites et construire e diverses autres fortifications sur l'Aventin et le Janicule.

Rome ayant atteint un certain niveau de prospérité, des problèmes sociaux apparaissent. La prison du Tullianum est creusée en pleine ville, au flanc du Capitole, pour les délinquants. Leurs fondations ont été retrouvées et datée de à la période de son règne.

Selon Tite-Live, Tarquin l'Ancien s'appelle Lucumon. Il est fils de Démarate, un Corinthien réfugié à Tarquinia, et est marié à l'ambitieuse Tanaquil, une Étrusque de souche.

Méprisé malgré sa fortune, le couple s'installe à Rome où Lucumon se rebaptise lui-même : Lucius Tarquinius Priscus (Lucius Tarquin l'Ancien).

Le nouveau venu réussit à s'imposer par son habileté tant politique que rhétorique et sans doute son immense richesse. Il se place dans l'entourage d'Ancus Marcius et devient son ami. Il est nommé tuteur de ses deux fils.

Tite-Live rapporte que Tarquin l'Ancien est le premier à faire campagne pour obtenir le pouvoir et à rechercher les suffrages de la plèbe par des discours. Il insiste pour que l'élection du nouveau roi se déroule au plus vite. Il manœuvre pour éloigner les fils presque majeurs d'Ancus Marcius sans toutefois les faire tuer.

Tarquin l'Ancien est élu par l'immense majorité du peuple comme successeur d'Ancus Marcius en 616 avant Jésus-Christ et devient le premier Roi étrusque de Rome.



Démarate Roi de Sparte

Démarate succède à Ariston, son père, et devient Roi Eurypontide de Sparte en 515 avant Jésus-Christ.

Cléomène Ier croit en la supériorité de Sparte et montre, en outre, de l'intérêt pour le monde en dehors des frontières du Péloponnèse. Cet intérêt le fait passer pour un fou aux yeux de ses contemporains spartiates, lesquels, plus conservateurs, ont tendances à se replier sur le Péloponnèse.

Démarate freine souvent les élans de Cléomène Ier dans sa politique extérieure aventureuse.



Nouvelle attaque de Cléomène Ier contre Athènes

Divorce d'Éleusis

En 506 avant Jésus-Christ, Cléomène Ier réunit de nouveau une armée dans le but d'établir Isagoras comme tyran d'Athènes.

Démarate part en campagne avec lui.

Lorsqu'il s'aperçoit, à Éleusis, que l'expédition a pour but de renverser les Pisistratides, il fait demi-tour, avec les Corinthiens furieux, laissant Cléomène Ier continuer seul. C'est le divorce d'Éleusis.

Mais Cléomène Ier est pris au piège sur l'Acropole pendant 2 jours, en compagnie d'Isagoras, par les partisans de Clisthène l'Athénien.

Le troisième jour, après une trêve, Cléomène Ier et Isagoras sont libres de quitter Athènes, permettant ainsi à Clisthène l'Athénien de revenir dans la cité et de prendre le pouvoir.



Attaque d'Égine par Cléomène Ier

Déposition de Démarate

Léotychidas II Roi de Sparte

Exil de Démarate

En 491 avant Jésus-Christ, Cléomène Ier tente d'anéantir les principaux alliés des Perses à Égine, île du golfe Saronique, mais il fait face à une résistance tenace des habitants qui refusent de coopérer.

La ville d'Égine, appelée aussi Chora, est la capitale de cette île.

Démarate tente, une nouvelle fois, de ralentir les efforts de Cléomène Ier.

Cléomène Ier se venge en intentant contre lui un procès, l'accusant de bâtardise.

Les éphores sont consultés au sujet de sa filiation.

La gérousie étant divisée, l'oracle de Delphes est consulté.

Cléomène Ier s'arrange alors pour corrompre l'oracle de Delphes.

Démarate est destitué. Léotychidas II lui succède et devient Roi Eurypontide de Sparte.

Léotychide ou Léotychidas II, se montre plus conciliant envers Cléomène Ier, ensemble ils capturent d'ailleurs les alliés Perses d'Égine.

Démarate reste un temps à Sparte, mais devant les railleries de Léotychidas II, Démarate décide de s'exiler auprès de l'ennemi, en Perse. Démarate se rend auprès de Darius Ier, où il est bien reçu.



Mort de Cléomène Ier

Léonidas Ier Roi de Sparte

Aux alentours de 490 avant Jésus-Christ, Cléomène Ier est contraint à l'exil quand son complot contre Démarate est dévoilé.

Cléomène Ier est rapidement autorisé à revenir à Sparte lorsque ses pairs s'aperçoivent qu'il rassemble une armée dans les territoires avoisinants.

À son retour, il est considéré comme fou et envoyé en prison par ses demi-frères, Léonidas Ier et Cléombrote Ier.

Cléomène Ier est retrouvé mort en prison. Il se serait suicidé !

Léonidas Ier succède à Cléomène Ier et devient Roi Agiade de Sparte.



Insurrection en Égypte

Mort de Darius Ier

Il est impossible au souverain d'un tel empire de demeurer sur une défaite.

Hérodote raconte que Darius Ier se met à préparer une nouvelle expédition contre la Grèce, qu'il mènerait personnellement, mais il est interrompu par une insurrection en Égypte dirigée par le satrape Aryandès en 486 avant Jésus-Christ.

Démarate influence Darius Ier en faveur de Xerxès Ier qui est désigné comme successeur par Darius Ier, son père, de préférence à Artabazarne ou Artobarzanès, son frère aîné.

Alors qu'il s'apprête à intervenir, Darius Ier meurt en novembre 486 avant Jésus-Christ de maladie. Il est inhumé dans un tombeau rupestre qu'il avait fait construire de son vivant à Naqsh-e Rostam.


Invasion de Xerxès Ier

Deuxième guerre médique

Franchissement de l'Hellespont

Soumission de la Macédoine et de la Thessalie

Xerxès Ier reprend les projets de Darius Ier, son père, et lance une offensive sur la Grèce pour se venger d'Athènes.

Cette campagne est connue sous le nom de deuxième guerre médique.

Démarate, Roi spartiate en exil, se trouve à sa cour Xerxès Ier.

Selon Hérodote, Démarate prévient ses concitoyens d'une attaque imminente par un message secret.

Sparte demande conseil à l'oracle de Delphes qui conformément à la tradition fournit une réponse ambiguë :

Pour vous, citoyens de la vaste Sparte, votre grande cité glorieuse :

mais sur la race d'Héraclès, sur un roi défunt alors pleurera la terre de Lacédémon.

Son ennemi, la force des taureaux ne l'arrêtera pas ni celle des lions, quand il viendra. Sa force est celle de Zeus.

Non, je te le dis, il ne s'arrêtera pas avant d'avoir reçu sa proie, ou l'une ou l'autre.

En d'autres termes, ou bien Sparte perdra son roi pendant la bataille, ou bien elle sera conquise. Aucun roi spartiate n'étant jamais mort à la guerre, le message est très décourageant pour la cité.

Sparte décide alors d'envoyer deux hérauts choisis parmi l'aristocratie pour se rendre auprès de Xerxès Ier et rechercher une issue diplomatique plutôt que militaire à la crise.

Xerxès refuse tout compromis et ne prend même pas la peine de réclamer la terre et l'eau, symboles de la suzeraineté achéménides.

Xerxès Ier fait levée une armée de 1,7 million d'hommes d'après Hérodote, plus vraisemblablement 250 000 hommes.

Il équipe en même temps une flotte de plus de 1 200 voiles, destinée à longer le littoral de la mer Égée.

Xerxès Ier passe l'hiver en Asie Mineure puis jette un pont de bateaux sur l'Hellespont.

Dans sa folie, Xerxès Ier fait, dit-on, fouetter la mer pour la punir d'avoir rompu ce pont.

Xerxès Ier perce l'isthme qui unissait le mont Athos au continent pour donner passage à sa flotte (dans la région d'Ouranopoli).

Xerxès Ier reçoit la soumission de la Macédoine et de la Thessalie. Xerxès Ier dirige alors son armée vers le sud.



Mort de Pélops

Nabis Tyran de Sparte

Nabis renverse Pélops, Roi de Sparte, grâce au soutien d'une armée de mercenaires.

Pélops meurt assassiné sur ordre de Nabis.

Nabis s'arroge le droit de monter sur le trône en se déclarant basileus comme descendant de Démarate, Roi Eurypontide de Sparte.

Les deux historiens Tite-Live et Polybe utilisent le terme tyran car Nabis a renversé l'ancien gouvernement de Sparte.

Polybe décrit les forces armées de Nabis comme une troupe d'assassins, de pillards et de bandits de grands chemins.

Nabis reconstitue un corps de 6 000 citoyens mais c'est insuffisant face aux véritables États de l'époque, Rome et la Macédoine, devant lesquels les cités traditionnelles et même les ligues grecques ne font pas le poids.

Philopœmen vainc Nabis.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !