Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



361 événements affichés, le premier en 63 - le dernier en 1935



Lutte contre les parthes

Le trône d'Arménie était revendiqué par les Parthes. La guerre repart de plus belle.

Ces luttes se poursuivront jusqu'en 63, où Vologèse Ier obtint finalement par traité le contrôle de l'Arménie.

Tiridate fut sacré roi d'Arménie à Rome par Néron et fonda la seconde dynastie des rois arméniens, les Arsacides.

Ceux ci régnèrent de 66 à 428 dans une relative indépendance vis à vis de Rome.

Après la mort de Marco Giulio Cozio II en 63, Néron réduit le royaume au rang de province (Alpae Cozziae). Elle comprenait la Maurienne, le Briançonnais, toute la vallée de Suze jusqu'au Pô.

Constantin la fusionna avec la Ligurie en conservant le nom d'Alpes Cottiennes en 66.

Rome y installa 4 grandes voies:


Crucifixion de Pierre peinte par Le Caravage Lin Pape

Mort de Saint Pierre premier Pape

Lin Pape

Saint Pierre meurt en 67 en martyr, crucifié la tête en bas par "humilité" vis-à-vis de Jésus ("Croix de Saint-Pierre") à l'emplacement du mont Vatican ou sur les pentes du Janicule (emplacement marqué par Saint-Pierre-in-Montorio).

À l'issue d'une campagne de fouilles, sa tombe a été retrouvée dans les années 1940 et officiellement reconnue comme telle par le pape Paul VI en 1964. On peut la visiter, sur demande ; elle se trouve exactement sous la coupole de Michel-Ange. celle-ci a été bâtie au-dessus de l'emplacement de l'autel médiéval, qui lui-même englobait un autel paléochrétien construit au-dessus de la tombe. De fait, pour bâtir la première basilique Saint-Pierre au-dessus de la tombe apostolique, Constantin avait accepté la contrainte d'immenses travaux d'arasement et de la désaffectation d'un cimetière. Les reliques même de saint Pierre ont probablement été découvertes, emballées dans un tissu antique de pourpre et d'or. Elles ont été remises dans le "mur rouge" qui fait partie de la tombe antique de l'apôtre.

Dans la tradition catholique, Lin (en latin Linus) devient le deuxième Pape en 67.

Si l'on en croit Irénée de Lyon, il aurait reçu des apôtres eux-mêmes la charge d'évêque de Rome, après avoir secondé Pierre.

Lin serait originaire d'Étrurie. Cependant, en pays catalan, une légende veut qu'il soit originaire de Talau, minuscule village des Pyrénées-Orientales aujourd'hui annexé à la commune d'Ayguatébia.



Siège d'Autun

La ville d'Autun, l'une des plus importantes cités des Gaules, se rallie à Claude II le Gothique, et se révolte ouvertement contre Victorin.

Autun est assiégée durant 7 mois, prise par Victorinus en 270.

Pour la punir de sa trahison, Autun est pillée et partiellement incendiée par les soldats.

Autun sera rebâtie au siècle suivant par Constantin Ier le Grand.



Naissance de Constantin Ier le Grand

Caius Flavius Valerius Aurelius Constantinus ou Constantin Ier le Grand naît à Naissus en Mésie supérieure ou en Illyrie (aujourd'hui Nic ou Niš en Serbie actuelle) le 27 février 272, fils de Constance Ier Chlore et d'Hélène.

Hélène, la mère de Constantin Ier, est une femme de basse extraction, aubergiste de son état selon Ambroise de Milan.

Plusieurs hypothèses conduisent à la détermination de son année de naissance entre 271 et 275 selon les sources qui fixent son âge lors de sa mort en 337 :

Certains historiens modernes ont avancé l'hypothèse qu'il serait né après 280.

Constantin Ier naît dans le contexte très particulier d'une restructuration d'un empire romain affaibli.


Palais de Dioclétien à Split Palais de Dioclétien à Split

Abdication de Dioclétien et de Maximien Hercule

Galère Empereur d'Orient

Maximin II Daïa César d'Orient

Constance Ier Chlore le Blême Empereur d'Occident

Sévère II César d'Occident

La deuxième tétrarchie

Selon la règle de succession fixée, le 1er mai 305, Dioclétien et Maximien Hercule abdiquent conjointement :

Maximien Hercule et Dioclétien reçoivent le titre de seniores augusti.

Se ressentant encore de la grave maladie qui a failli l'emporter l'année précédente, Dioclétien n'aspire qu'à une retraite bien méritée et se retire à Split près de Salone, dans un magnifique palais qu'il s'était fait construire.

Dioclétien remet son sceptre à Galère qui l'a si bien secondé pendant 10 ans.

Selon le principe de la Tétrarchie, Galère, nouvel Auguste, s'adjoint un nouveau César, Maximin II Daïa, sans doute à la suggestion de Dioclétien.

Galerius Valerius Maximinus dit Maximin II Daïa (ou Daja, ou Daza) est un ancien berger thrace, neveu de Galère.

Maximien Hercule, lui, s'efface avec la plus extrême répugnance et se retire en Lucanie.

Maximien Hercule a un fils Maxence en âge de lui succéder.

Mais Dioclétien fait respecter les règles de la Tétrarchie et Maximien Hercule doit remettre ses pouvoirs à son subordonné Constance Ier Chlore.

Tout le monde pense que Constance Ier Chlore va nommer César, son fils aîné Constantin Ier le Grand.

Mais Dioclétien fait respecter la aussi les règles de la Tétrarchie et Flavius Valerius Severus dit Sévère II est imposé comme second à Constance

Les responsabilités administratives et militaires sont réparties entre les empereurs dans une optique nettement plus territoriale.

Théoriquement, Constance Ier Chlore est le premier des Augustes à qui les 3 autres "tétrarques" doivent le respect.

Mais Constance Ier Chlore n'est pas en position de faire valoir ses droits.

Galère et Maximin II Daïa, son neveu, contrôlent la plus grande partie de l'Empire, les provinces les plus riches et les plus peuplées.

Constantin Ier le Grand s'enfuit de Nicomédie, où Galère tente de le retenir comme otage, et rejoint Constance Ier Chlore, son père, en Bretagne (l'actuelle Grande-Bretagne).



Naissance de Crispus

Flavius Iulius ou Julius Crispus ou Crispus naît vers 305, fils de Constantin Ier le Grand et de Minervina.



Campagne contre les Pictes

Constantin Ier le Grand Empereur d'Occident

Sévère II Empereur d'Occident

Constantin Ier le Grand César d'Occident

Maxence César

En 306 une fois de plus, les Pictes (habitants de l'Écosse actuelle) franchissent le mur d'Antonin pour s'en venir piller le Nord de la (Grande- Bretagne).

Constance Ier Chlore prend prétexte de ce raid pour réclamer l'indispensable présence de son fils à ses côtés.

Galère ne peut qu'accéder aux désirs de celui qui, nolens volens, était son supérieur hiérarchique.

Constantin Ier le Grand rejoint donc père et l'accompagne dans son expédition bretonne.

Le 25 juillet ou août 306, au retour de cette campagne, Constance Ier Chlore meurt soudainement à York.

Après la mort de Constance Ier Chlore, son fils Constantin Ier le Grand est proclamé 34e auguste à Trèves par son armée par les légions de Bretagne.

Galère, devenu officiellement empereur principal, doit à ce titre régler les problèmes de succession. Il ne reconnaît pas Constantin Ier le Grand.

Respectant la loi de succession de la tétrarchie, Galère confirme la promotion de Sévère II au rang d'Auguste d'Occident en remplacement de Constance Ier Chlore.

Sévère II gouverne l'Italie et l'Afrique.

La péninsule ibérique lui est donnée en plus.

Mais Galère ne peut faire fi de l'armée de Bretagne d'autant plus que Constantin Ier le Grand combat déjà victorieusement sur le Rhin contre les Francs.

Galère déroge au principe de non-hérédité en reconnaissant Constantin Ier le Grand comme César d'Occident.

Constantin Ier le Grand accepte et gouverne alors les provinces de Gaule et de Grande-Bretagne pendant 6 ans.

Constantin Ier le Grand s'installe à Trêves avec le titre de Nobilissimus Caesar et Princeps Juvntutis .

Le 28 octobre 306, fort du pronunciamiento de Constantin Ier le Grand et lassé de ronger son frein en Italie, Maxence, fils de Maximien Hercule et gendre de Galère, se fait proclamer Caésar par les Prétoriens de Rome; déçus d'avoir été écartés des affaires.

Il prend le titre de "Princeps Invictus" (prince invincible).

Ensuite, il va dans le Sud de l'Italie afin de demander à son père de reprendre du service comme empereur à ses côtés.



Effondrement de la Tétrarchie

La Tétrarchie s'effondre avec:

Dégoûté des dieux et des hommes, Dioclétien est retiré des affaires.


Tête colossale de Constantin Ier le Grand - IVe siècle - Musées du Capitole Buste colossal de Constantin Ier, bronze IVe siècle, musées du Capitole

La Dynastie constantinienne

Constantin Ier le Grand Empereur romain d'Occident

Après une rencontre entre Maximien Hercule et Constantin Ier le Grand, Constantin Ier le Grand reconnaît Maximien Hercule comme Auguste et Constantin Ier le Grand est proclamé Auguste le 25 décembre 307.

Constantin Ier le Grand contrôle les Gaules et la Bretagne.



Brouille entre Maximien Hercule et Maxence

En 308, rentré en Italie, Maximien Hercule se brouille avec son fils Maxence.

Maximien Hercule préfère alors se rend en Gaule et tente de convaincre Constantin Ier le Grand de marcher sur l'Italie, de détrôner son fils Maxence et de l'installer à sa place mais Constantin Ier le Grand refuse.


Flavia Maxima Fausta l'épouse de Constantin - musée du Louvre

Mariage de Constantin Ier le Grand avec Flavia Maxima Fausta

Toutefois Maximien Hercule se rapproche de Constantin Ier le Grand, à qui il donne en mariage sa fille Flavia Maxima Fausta.

Constantin Ier le Grand épouse Flavia Maxima Fausta, fille de Maximien Hercule et d'Eutropia la Syrienne. Leurs enfants sont :



Conférence de Carnuntum

Abdication de Maximien Hercule

Ayant scellé leur alliance, Ma ximien Hercule et Constantin Ier le Grand se sentent assez forts pour demander à Galère d'organiser une réunion de la dernière chance afin de sauver le peu de qui subsistait encore de la tétrarchie.

Elle se tient le 11 novembre 308 à Carnuntum (en Autriche actuelle, aux environs de Vienne).

Exceptionnellement, Dioclétien daigne sortir de sa retraite pour y assister, mais les efforts de Maximien Hercule pour le convaincre de revenir aux affaires avec lui restent vains.

Maximien Hercule doit abdiquer de nouveau.



Licinius Ier Empereur d'Occident

Maximin II Daïa Empereur d'Orient

Galère reforme la tétrarchie :

Licinius Ier, simple paysan originaire de Dacie (Roumanie actuelle), un proche de Galère, excellent officier illyrien sorti du rang, est chargé de gouverner la Pannonie et la Rhétie.

En 309, Maximin II Daïa prend le titre d'Auguste. Il est le maître de l'Orient où il reprend la persécution contre les Chrétiens

Maxence et Lucius Domitius Alexander sont laissés de côté.

Maxence est déclaré ennemi public, mais réussit à se maintenir en Italie.

Maximien Hercule et Maxence, déclarés usurpateurs, maintiennent leurs prétentions.

En froid avec son fils Maxence, Maximien Hercule décide de résider en Gaule auprès de sa fille Flavia Maxima Fausta et de son gendre Constantin Ier le Grand.

En Afrique, Lucius Domitius Alexander proclame les siennes.

On a alors 7 empereurs, une heptarchie, qui ressemble davantage à l'anarchie militaire.

Galère ne parvient pas à apaiser Maximin II Daïa et Constantin Ier le Grand en leur donnant le titre de Filius Augustorum (fils des augustes) début 309.


Temple de Romulus

Mort de Romulus

Romulus est deux fois consul en 308 et en 309.

Romulus, fils de Maxence, meurt en 309.

Il est immédiatement divinisé par son père.

Maxence fait élever pour son fils un temple sur la Voie Sacrée à côté du Temple de Faustine qui existe toujours aujourd'hui.

Le temple est achevé par Constantin Ier le Grand.



Maximien Hercule à nouveau Auguste

À l'été 310, Maximien Hercule profite de l'absence de Constantin Ier le Grand parti repousser une invasion de Francs dans les provinces belges, pour soudoyer les soldats de la garnison d'Arles et se faire proclamer Empereur.



Siège d'Arles

Siège de Marseille

Mort de Maximien Hercule

Constantin Ier le Grand revient rapidement de Belgique et assiége Arles avec le gros de ses troupes.

Maximien Hercule s'enfuit pour se réfugier à Marseille, mais Constantin Ier le Grand assiége la ville et le capture.

Constantin Ier le Grand décide de pardonner à son beau-père.

Maximien Hercule est incapable de supporter la défaite et la déchéance et il recommence à conspirer contre Constantin Ier le Grand.

Il projette de le faire assassiner mais Constantin Ier le Grand est informé du complot.

Maximien Hercule meurt au début de l'été 310 exécuté sur ordre de Constantin Ier le Grand.

Ainsi, à ce moment, il y a :

Constantin Ier le Grand fait disparaître du monnayage qu'il contrôle, le culte de Jupiter et d'Hercule.

Constantin Ier le Grand se réclame du principe de l'hérédité dynastique et prétend descendre de Claude II.

Il choisit Apollon comme nouveau protecteur.



Rapprochement entre Constantin Ier le Grand et Licinius Ier

Constantin Ier le Grand se rapproche de Licinius Ier ambitionnant secrètement de se partager l'Empire entre eux après avoir liquidé :

Or Constantin Ier le Grand, même s'il n'était encore ni converti ni baptisé, est l'ami des Chrétiens particulièrement nombreux dans les provinces orientales de l'Empire.



Promulgation de l'édit de tolérance

Galère comprit que l'heure n'était plus aux persécutions. Des révoltes chrétiennes ne manqueraient pas d'exploser sur ses arrières quand il serait contraint d'en découdre avec Constantin Ier le Grand ou Licinius Ier

C'est pourquoi, le 30 avril 311, Galère promulgue à Sardique (Sofia en Bulgarie) un édit de tolérance.

Par nos règlements visant à l'amélioration constante du bien public, nous avons jusqu'ici veillé à régler toutes choses en conformité avec les anciennes lois et la discipline civile des Romains.

Cela fut, d'une façon toute particulière, également notre objectif à l'égard de ces Chrétiens qui avaient renoncé à la religion de leurs ancêtres et furent contraints de revenir aux justes croyances.

Au lieu d'observer les institutions antiques que leurs propres ancêtres avaient probablement établies, ils avaient, par dieu sait quelle obstination et folie, suivi des lois qui leurs étaient propres et avaient rassemblé dans des sociétés distinctes beaucoup d'hommes de croyances très variées.

Suite à la publication de notre décret qui enjoignait aux Chrétiens de revenir d'eux-mêmes à l'observance des anciennes lois, beaucoup d'entre eux se sont soumis par peur de la contrainte et davantage encore en étant exposés à la répression.

Cependant, parce que beaucoup d'entre eux persistent encore dans leur croyance et parce que nous avons constaté qu'ils se refusent toujours à accomplir les actes prescrits de vénération et d'adoration des Dieux, et continuent d'adorer leur propre Divinité, nous avons donc estimé, par l'effet de notre clémence accoutumée dans le pardon accordé à tous, qu'il convient d'étendre notre indulgence à ces hommes, de leur permettre de redevenir Chrétiens et de les autoriser à rétablir les lieux de leurs assemblées religieuses ; si du moins cela ne trouble pas l'ordre public. (…)

Pour ce motif, suite à cette tolérance qui est nôtre, il sera du devoir des Chrétiens de prier leur Dieu pour notre conservation, pour celle du peuple, et pour la leur propre ; et ce afin que le bien commun puisse continuer à être garanti dans toutes les parties de notre Empire et qu'ils eux-mêmes puissent vivre tranquillement dans leurs demeures." (Lactance, De la Mort des Persécuteurs, XXXIV).

Par cet édit, non seulement Galère met fin à la persécution, mais, à la seule condition de ne pas troubler l'ordre public, il restitue aux Chrétiens la liberté de culte accordée par Gallien.

Il les autorise à reconstruire leurs lieux de culte et leur demande de prier pour la conservation de l'Empire et pour le salut des empereurs.

C'était la première fois que le Christianisme est reconnu, officiellement et explicitement, comme une religion "licite". Cet édit de tolérance est le dernier acte politique de Galère.



Mort de Galère

Galère meurt à Sirnium, sur la Save le 5 mai 311 de maladie.

Quatre Augustes règnent :


Miltiade Pape

Miltiade Pape

Guerre entre Constantin Ier le Grand et Maxence

Maxence se considère comme le dernier tenant du régime tétrarchique.

Il mène une vaste politique édilitaire et un programme de grands travaux, mais le coût de cette politique le mène à augmenter les impôts sur les riches et les sénateurs.

Ce mécontentement, ajouté à la famine due à la perte de l'Afrique et de la péninsule ibérique conduit à des soulèvements qui sont durement réprimés par les prétoriens, environ 6.000 tués.

Constantin Ier le Grand qui gouverne la Gaule et la Grande-Bretagne, favorise les Chrétiens.

Maxence qui régne sur l'Italie et l'Afrique, est opposé au christianisme.

Maxence devant impérativement mettre les Chrétiens de son côté change de position.

Maxence, levant les mesures répressives contre les chrétiens, autorise l'élection de Miltiade ou Melchiade, né en Afrique, comme Pape en 311, après une vacance de l'évêché de Rome.

C'est le premier pape à bénéficier de faveurs d'empereur romain.

Maxence rend aussi à l'Église les biens qui ont été spoliés lors de la persécution de Dioclétien.


Songe de Constantin et bataille du pont Milvius - Illustration des Homélies de Grégoire de Nazianze - 879-882 - Bibliothèque nationale de France - Ms grec 510

Prise de Suse

Batailles de Turin

Batailles du Pont Milvius

Mort de Maxence

Entré de Constantin Ier le Grand à Rome

Conversion de Constantin Ier le Grand au Christianisme

Malgré ces mesures pro-chrétiennes, les armées de Constantin Ier le Grand quitte Trèves.

Elle ne comporte que 40.000 hommes seulement car Constantin Ier le Grand ne pouvait négliger la surveillance des frontières.

Ils passent sans doute par la Maurienne et traversent les Alpes au Mont-Genèvre.

Au passage Constantin Ier le Grand prend Suse.

En 312, Maxence consulte les livres sibyllins, avant d'affronter Constantin Ier le Grand.

Maxence dispose de 100.000 hommes mais il en laisse quelques uns à la garde de l'Italie du Nord de peur que Licinius Ier lui aussi n'attaque.

Les armées de Constantin Ier le Grand fondent sur Rome et battent celles de son concurrent à Turin et à Vérone.

Le 28 octobre 312, Maxence sort de Rome pour affronter l'armée de Constantin Ier le Grand à Saxa Rubra (dans le défilé les Roches Rouges) sur la Via Flaminia, à une dizaine de kilomètres au Nord-est de Rome.

Constantin Ier le Grand repousse l'armée de Maxence vers le vieux pont Milvius au Sud.

Maxence tente de s'enfuir avec ses troupes débandées.

Victime de l'étroitesse de l'ouvrage, Maxence ne peut se replier à temps.

Maxence trouve la mort, noyé dans les eaux du Tibre.

À la suite de cette victoire, Constantin Ier le Grand se déclare publiquement Chrétien.

Le lendemain de la bataille, Constantin Ier le Grand entre dans Rome :

De plus, il fait montre d'un respect presque obséquieux pour le Sénat.

Les historiens chrétiens de l'époque romaine (Eusèbe de Césarée et Lactance) écrivent que pendant la bataille, Constantin Ier le Grand aurait eu une vision, une croix de lumière dans les cieux, portant l'inscription "Par ce signe, tu vaincras" (In hoc signo vinces).

La "Légende dorée" et "la donation de Constantin Ier le Grand ", texte apparu au IXe siècle, rapporte que l'empereur était couvert d'une lèpre incurable.

Ce n'est que lorsque Sylvestre l'eut baptisé par immersion dans une piscine qu'il fut guéri et comprit qu'il lui fallait défendre la foi chrétienne.

On a attribué aussi à Sylvestre d'autres miracles, par exemple d'avoir ressuscité un taureau et dompté un dragon.



Cession du palais de Latran au Pape

Après l'élimination de Maxence par Constantin Ier le Grand, la mère de Constantin offre à Miltiade le palais de Latran, le vieux palais de la famille Laterani. Il faisait partie des possessions impériales et restera un palais papal pendant mille ans.


Basilique de Maxence Basilique de Maxence

Construction de la Basilique de Maxence et de Constantin Ier le Grand

Sa construction a été commencée à l'initiative de l'Empereur Maxence avant 310 afin de s'affirmer vis à vis de Galère et de ses collègues.

Cette basilique est un des édifices les plus grandioses de la Rome Impériale.

Il occupe une surface de plus d'un demi-hectare.

La hauteur de la nef centrale était de plus de 35 mètres.

Elle est terminée par Constantin Ier le Grand.

La célèbre statue de Constantin Ier le Grand se situe dans cette Basilique.

Maxence a également fait rénover le Temple de Vénus et de Rome construit par Hadrien et qui jouxte la Basilique.



Nouveau Partage du pouvoir

Fin 312, trois Augustes se partagent désormais le pouvoir :

Chacun d'eux n'avait qu'un seul objectif : éliminer ses deux concurrents et rester seul maître de l'Empire romain réunifié.



Arrêt des persécutions contre les Chrétiens

Constantin Ier le Grand choisit Maximin II Daïa comme consul avec lui, et Maximin arrête en conséquence les persécutions contre les Chrétiens.



Pacte d'alliance entre Licinius Ier et Constantin Ier le Grand

Mariage de Licinius Ier avec Constantia

Édit de Milan

En janvier 313, Licinius Ier, qui contrôle les Balkans et qui rêve de conquérir l'Orient gouverné par Maximin II Daïa, conclut à Milan un pacte d'alliance avec Constantin Ier le Grand.

Maximin II Daïa a longtemps poursuivi la politique de répression envers les Chrétiens, très nombreux dans la partie orientale de l'Empire.

Une nouvelle diarchie se met en place entre Constantin Ier le Grand et Licinius Ier.

En 313, Licinius Ier épouse Constantia, demi-sœur de Constantin Ier le Grand.

A l'occasion du mariage, Licinius Ier et Constantin Ier le Grand publient un rescrit commun sur l'égalité entre toutes les religions.

L'Édit de Milan n'est pas réellement un édit mais une déclaration de principe faite par 2 gouvernants, une arme de propagande, destinée à se procurer des intelligences en territoire ennemi.

Constantin Ier le Grand et Licinius Ier accordent aux Chrétiens la liberté de célébrer leur culte et leur rend leurs églises et leurs terres.

L'édit marque la fin d'une ère de persécutions des chrétiens.

Il aide l'Église chrétienne à prendre son essor.

Il place le Dieu chrétien au-dessus du rôle d'empereur à l'instar du Sol Invictus.

Constantin Ier le Grand est considéré comme saint par l'Église orthodoxe, de même que sa mère Hélène.

Par la promotion du christianisme, Constantin Ier le Grand favorise l'extinction du culte de Mithra.

Constantin Ier le Grand retourne rapidement sur le Rhin où les Francs s'agitent.



Mort de Maximin II Daïa

Maximin II Daïa s'empoisonne à Tarse pendant l'été 313.

Licinius Ier et Constantin Ier le Grand demeurent seuls maîtres de l'Empire.

Licinius Ier, gouvernant l'Orient, organise ensuite des persécutions contre les partisans de Maximin II Daïa, sa famille, celle de Galère et même contre celle de Dioclétien.



Mort du Pape Miltiade

Sylvestre Ier Pape

Concile d'Arles

Miltiade meurt le 10 ou 11 janvier 314. Il est fait Saint.

Sylvestre Ier devient Pape en 314.

L'autorité de Sylvestre Ier est éclipsée par celle de Constantin Ier le Grand. Il est cependant à noter que c'est sous son pontificat que l'autorité de l'Église est établie et que sont construits les premiers monuments chrétiens :

Le terme de Pape n'est porté par les évêques de Rome qu'à partir de Sylvestre Ier.

Le premier concile d'Occident commence le 1er août 314 à Arles, convoqué par Constantin Ier le Grand.

Il traite essentiellement de l'hérésie des donatistes.

Sylvestre Ier n'y assiste pas.

Il est présidé par l'évêque de la ville, Marin.

À ce Concile, participent entre autre, 3 évêques de Grande Bretagne dont ceux de Londres et York



Naissance de Constantin II le Jeune

Flavius Claudius Julius Constantius dit Constantin II le Jeune naît en 315, fils de Constantin Ier le Grand et de Flavia Maxima Fausta.


Arc de triomphe de Constantin Ier le Grand - à l'arrière-plan une partie du Colisée

Licinius Ier et Constantin Ier le Grand Consuls

Licinius Ier et Constantin Ier le Grand sont consuls ensemble en 313 et en 315.

Constantin Ier le Grand fête à Rome en 315 ses décennales et son triomphe sur Maxence.

Un arc de triomphe est bâti commémorant la victoire de Constantin Ier le Grand sur Maxence.

Tout proche du Colisée, il est construit en 315 environ et est le mieux conservé et le plus fascinant des arcs triomphaux présents à Rome.

Les différents reliefs présents sur ce fantastique monument proviennent en partie d'autres édifices d'époque Trajane, Hadrienne ou Aurélienne, à l'instar :



Bassianus césar

Un état tampon est créé entre les deux "domaines", dans les provinces illyriennes confié à Bassianus, récent beau-frère de Constantin Ier le Grand et un ami de Licinius Ier. Il est nommé Caesar.



Mort de Bassianus

Bassianus se mit à comploter contre Constantin Ier le Grand qui le fait mettre à mort.



Guerre entre Licinius Ier et Constantin Ier le Grand

Début octobre 316, Licinius Ier entre en guerre avec une très grosse armée pour venger Bassianus.



Batailles de Campus Ardiensis et de Cybalae

Licinius Ier est battu à deux reprises, au Campus Ardiensis en Thrace et au Cybalae en Pannonie.

Licinius Ier préfère négocier et cède à Constantin Ier le Grand les provinces d'Europe centrale à l'exception de la Thrace. En échange Constantin Ier le Grand lui permet de négocier à sa guise dans son domaine.

L'empire devient une fédération de deux états.



Crispus, Constantin II et Licinius II nommés Césars

Flavius Valerius Constantinus Licinianus dit Licinius II est le fils de Licinius Ier et de Constantia, il est donc le neveu de Constantin Ier le Grand.

Le 1er avril 317, sont désignés à Serdica (actuellement Sofia) 3 césars pas encore en âge de gouverner :

En 317, Licinius Ier fête ses décennales.



Naissance de Constance II

Flavius Julius Constantius dit Constance II naît le 7 août 318 à Sirmium, fils de Constantin Ier le Grand et de Flavia Maxima Fausta.



Naissance de Constans Ier

Flavius Julius Constans, dit Constans Ier, naît en 320, fils de Constantin Ier le Grand et de Flavia Maxima Fausta.



Victoire de Crispus sur les Francs

Constantin Ier le Grand confie à Crispus de la frontière du Rhin.

Chargé de la défense, Crispus bat les Francs en 320.



Brouille entre Constantin Ier le Grand et Licinius Ier

En 321, Constantin Ier le Grand accuse Licinius Ier de persécuter les Chrétiens.

Un climat d'hostilité se développe contre eux, mais il n'y a pas de persécutions notables.



Campagne contre les Ostrogoths

Début 323, Constantin Ier le Grand mène une campagne en Thrace contre les Ostrogoths.

Licinius Ier l'accuse, à juste titre, d'intervenir dans son territoire.



Seconde guerre entre Constantin Ier le Grand et Licinius Ier

Batailles d'Andrinople

Cette seconde guerre est longuement préparée par Constantin Ier le Grand et Licinius Ier, qui réunissent des armées de plus de 150.000 hommes chacune.

Après une brève campagne,

Licinius Ier est sévèrement battu dans un combat naval près d'Andrinople en Thrace, le 3 juillet 324.

Crispus contribue ainsi à la victoire de Constantin Ier le Grand, son père.

Licinius Ier se réfugie à Byzance.

Sa flotte y est anéantie par Crispus dans l'Hellespont.



Batailles de Chrysopolis

Licinius Ier passe alors sur la rive asiatique du Bosphore où il est définitivement vaincu à Chrysopolis le 18 septembre 324.

Réfugié à Nicomédie, Licinius Ier finit par se rendre à Constantin Ier le Grand.

Licinius Ier est déposé et exilé à Thessalonique.



Constance II nommé César

Constance II est nommé césar le 8 novembre 324.

Il va régner 37 ans.

Constantin Ier le Grand est le seul maître du monde romain.

À la tétrarchie de Dioclétien succède une monarchie dirigée par un seul auguste assisté de césars qui n'étaient plus seulement ses collaborateurs mais ses fils, désignés comme héritiers présomptifs.

Le premier officier Franc qui nous est connu est Bonitus, en 324, et son nom latinisé souligne un certain progrès d'acculturation des francs à la civilisation romaine.


Constantin Ier le Grand donnant le ville au monde - Vestibule sud de Sainte-Sophie

Fondation de Constantinople

Constantin Ier le Grand s'établit à Nicomédie, sur les bords du Bosphore.

En 324, Constantin Ier le Grand cherche un site propice à une nouvelle capitale et jette son dévolu sur la ville de Byzance, fondée 1000 ans plus tôt sur les détroits qui commandent les passages entre l'Europe et l'Asie.

La ville est située sur un promontoire à l'entrée du Bosphore, que les Grecs anciens appelaient Hellespont. Cet étroit chenal ouvre sur la mer Noire (le Pont-Euxin en grec ancien), à l'est, et sur la mer de Marmara, à l'ouest. Cette mer fermée débouche elle-même sur la mer Égée et la Méditerranée par le détroit des Dardanelles.

Byzance surplombe la mer de Marmara et le Bosphore. Elle est délimitée à l'est par un estuaire étroit qui remonte vers le nord et auquel sa beauté a valu d'être appelé la Corne d'Or (aujourd'hui, les bords de l'estuaire sont une zone insalubre).

Cette décision répond :

Comme il en est allé de Rome à ses lointaines origines, le périmètre de la ville est d'abord délimité par un sillon tracé à la charrue. Puis, des dizaines de milliers de terrassiers se mettent à l'œuvre.



Construction de la basiliques Saint-Jean de Latran

La première des basiliques constantiniennes de Rome, l'Église Saint-Jean de Latran est construite par Constantin Ier le Grand en 324 et plusieurs fois remaniée depuis.



Mort de Licinius Ier

Licinius Ier périt étranglé sur l'ordre de Constantin Ier le Grand, son ancien ami, début 325.

Licinius II a alors la vie sauve.



Concile de Nicée

Condamnation de l'arianisme

Exil d'Arius

Devant le succès de la doctrine du prêtre Arius, Constantin Ier le Grand s'inquiète d'un schisme qui remettrait en question l'unité de l'empire.

En 325, il convoque lui-même un concile à Nicée pour apaiser les esprits.

Il inaugure ainsi une pratique par laquelle les souverains prennent l'habitude de se mêler des affaires religieuses...

Sylvestre Ier n'assiste pas au Concile.

À la suite de la condamnation de l'arianisme par le concile, l'empereur ordonne l'exil d'Arius.

Les catholiques doivent croire que le Christ est de même "nature" que son Père. Arius pensent :

Saint Nicaise, Évêque de Die, est le seul Évêque des Gaules qui assiste au premier Concile général à Nicée.



Mort de Crispus

Selon l'historien byzantin Zosime (Ve siècle) repris par Jean Zonaras (XIIe siècle), Crispus est accusé par Fausta, sa belle-mère, d'avoir voulu abuser d'elle, ce qui provoque la colère de Constantin Ier le Grand.

Grégoire de Tours (VIe siècle) évoque quant à lui un complot de Crispus contre Constantin.

Il faut également noter que Crispus, à l'instar de Fausta, est resté païen, ce qui a pu créer une inimitié entre lui et Constantin.

Crispus meurt à Pola en Istrie (actuellement Pula en Croatie) au début 326, exécuté sur ordre de Constantin Ier le Grand, son père.



Mort de Fausta

Fausta meurt à son tour en 326 est exécutée sur ordre de Constantin Ier le Grand, son époux.

Découvrant la fausseté de l'accusation, Constantin Ier le Grand aurait ensuite fait exécuter Fausta.



Mort de Licinius II

Licinius II est étouffé en 326 sur les ordres de Constantin Ier le Grand.



La Vraie Croix ramène

Hélène mère de Constantin Ier le Grand, convertie, se rend en Terre Sainte en 327 et en ramène la Vraie Croix.



Inauguration de Constantinople

Le 11 mai 330, l'inauguration solennelle (ou "dédicace") est empreinte de rites païens, avec un sacrifice à la Fortune et une dédicace du philosophe néoplatonicien Sopâtros.

Constantin Ier le Grand désigne la nouvelle cité comme nouvelle capitale de l'empire romain sous le nom officiel de "Nouvelle Rome".

Cette cité, nouveau centre culturel de l'orient grec, ne prendra le nom de Constantinopolis ou Constantinople qu'après la mort de l'empereur.

Mais Constantinople naît à l'époque où le christianisme s'impose dans l'empire romain. À la différence de Rome, elle sera dépourvue de temples païens.

Un Sénat est constitué à l'image du Sénat romain.

Les habitants reçoivent les mêmes privilèges que les Romains, notamment l'exemption de l'impôt et les distributions gratuites de froment. Des patriciens romains et grecs bénéficient de palais. Mêlant avec bonheur les cultures hellénique et latine, la ville se développe très vite et surpasse Rome.

Constantin Ier le Grand lui-même réside dans la nouvelle capitale.



Construction de l'église de Sainte-Croix d'Orléans

La première église Sainte-Croix d'Orléans est édifiée vers 330 dans l'angle nord-est de la ville fortifiée d'Orléans alors appelée Aurelianum.

Elle doit son nom à Evurtius ou Evortius ou Eortius ou Saint-Euverte, Évêque d'Orléans, qui en jette les fondations à l'époque où la croix du Christ est découverte à Jérusalem par Sainte Hélène, nièce de Constantin Ier le Grand.

On peut y officier pour la première fois en 350.



Naissance de Julien II

Flavius Claudius Julianus dit Julien II Le Philosophe naît en 331, le fils de Jules Constance (Julius Constantius), petit-fils de de Constance Ier Chlore, neveu de Constantin Ier le Grand.

Julien passa sa jeunesse à Nicomédie, puis dans la forteresse de Macellum en Cappadoce, constamment surveillé par des prêtres chrétiens dévoués à Constance.



Pression d'Athanase sur Constantin Ier le Grand

Il fait pression sur Constantin Ier le Grand en retenant au port d'Alexandrie un important chargement de blé destiné à Constantinople, la nouvelle capitale.

Athanase est convoqué à la cour impériale et était menacé du plus cruel châtiment quand, Constantin Ier le Grand meurt. Le patriarche peut regagner son siège épiscopal d'Alexandrie.



Delmace et Hannibalien nommé César

Flavius Julius Delmatius dit Delmace, et Hannibalien, neveux de Constantin Ier le Grand, sont proclamés Caésar en 335.



Baptême de Constantin Ier le Grand

Mort de Constantin Ier le Grand

Constantin Ier le Grand et sa mère Hélène sanctifiés

Malade, épuisé par un règne agité, Constantin Ier le Grand tente de regagner en toute hâte sa capitale.

Avant de rendre le dernier soupir, Constantin Ier le Grand a le temps de recevoir le baptême des mains de l'évêque Eusèbe de Nicomédie, un disciple d'Arius que Constantin Ier le Grand avait fait condamner lors du Concile de Nicée.

Constantin Ier le Grand meurt à Ancyrona, dans les faubourgs de Nicomédie le dimanche 22 mai 337, jour de la Pentecôte chrétienne.

Son corps est placé dans un cercueil d'or et drapé de pourpre pour son retour à Constantinople.

Il est exposé dans la grande salle du palais durant 3 mois et 1/2, le temps de savoir lequel des jeunes Césars doit occuper le trône vacant.

Durant cette période, les cérémonies de la Cour se déroulent au nom de Constantin Ier le Grand, comme s'il n'était pas mort.

Constance II, premier sur les lieux, préside les funérailles.

Le corps de Constantin Ier le Grand est placé dans un sarcophage dans l'église des Saints Apôtres.

Son baptême tardif et son action en faveur de l'Église lui valent d'être vénéré comme un saint par les chrétiens orthodoxes... Sa mère Hélène, chrétienne sincère qui pria pour la conversion de son fils, figure également parmi les saints.


Apparition du Christ à Saint Martin

En 337 en garnison à Amiens, par un hiver de grand froid, il rencontre un mendiant grelottant de froid à qui il donne la moitié de son manteau, une moitié car l'autre moitié reste la propriété de l'armée Romaine. La nuit suivante le Christ lui apparaît revêtu du demi-manteau donné au pauvre.



Assassinat des membres de la branche aînée, et légitime de la deuxième dynastie flavienne

En 337, les 3 fils de Constantin Ier le Grand se mettent d'accord pour faire assassiner les demi frères de Constantin Ier le Grand Ier et se partager l'Empire.

Le sinistre évêque Eusèbe de Nicomédie invente un hypothétique complot, révélé à Constantin Ier le Grand sur son lit de mort.

Delmace et Hannibalien avec leur père et leur oncle sont égorgés par des soldats furieux



Julien et Constance Galle épargnés

Seuls deux enfants Julien et Constance Galle, les demi-frères de Delmace et Hannibalien, sont sauvés de ce massacre par un prêtre chrétien.

Julien et son frère Gallus étaient donc les derniers rejetons de branche aînée, et légitime, de la deuxième dynastie flavienne tandis que Constantin Ier le Grand, né des amours ancillaires de Constance Ier Chlore et de sa servante Hélène (Ste Hélène), ne représentait que la branche cadette, bâtarde de la famille.

Constantin Ier le Grand et ses fils possédaient donc moins de droits au titre impérial que Julien. On comprend mieux pourquoi Constance tenta, par tous les moyens, de détourner ce jeune garçon de toute ambition politique, le poussant même à embrasser la carrière ecclésiastique.



Constance II, Constans Ier, Constantin II Le Jeune, Empereurs

Flavius Julius Crispus dit Crispus étant mort, il fallait désigner un successeur parmi les trois fils nés de l'union de Constantin Ier le Grand avec Flavia Maxima Fausta :

Les 3 fils de Constantin Ier le Grand, qui ne s'entendaient guère, sont nommés Auguste le 9 septembre 337 et sont donc empereurs romain en collégialité.



Bataille d'Aquilée

Très vite, Constantin II et Constans Ier se brouillent.

Constantin II le Jeune attaque Constans Ier pour régner seul sur l'Occident. Il est vaincu à la bataille d'Aquilée.



Mort de Constantin II le Jeune

Constantin II le Jeune meurt en avril 340 assassiné dans sa fuite par son frère Constans Ier.

Constans Ier récupère l'héritage de Constantin II et règne ainsi seul sur l'Occident



Révolte de Magnence

Magnence, après une jolie carrière militaire est devenu, vers 350, le commandant en chef de plusieurs légions gauloises. Il est marié avec Justine.

Il comprend combien il serait facile de tirer parti du mécontentement général dû à la mauvaise administration des fils de Constantin Ier le Grand.

Magnence se concilie les bonnes grâces de Marcellinus, le trésorier de Constans Ier et celui-ci lui permet de puiser dans le trésor impérial.

Magnence distribue l'or aux légionnaires gaulois, et mène une propagande efficace (parce que justifiée) dénonçant l'inconsistance de Constant.

Grâce à sa rapidité et à une activité diplomatique importante, Magnence s'empare de la Bretagne, la Gaule, l'Italie et d'une partie des Balkans.



Magnence et Décence Empereur d'Occident

Mort de Constans Ier

Lors d'un grand banquet organisé à Autun, Magnence est proclamé Empereur le 18 janvier 350.

Magnence associe son frère Flavius Magnus Decentius dit Décence au pouvoir.

Flavius Magnus Desiderius césar usurpateur en Occident 351-10 août 353 exécuté.

Constans Ier, qui chasse dans les environs d'Autun, n'a que le temps de prendre la fuite vers l'Espagne.

Les soldats de Magnence le rattrapent aux pieds des Pyrénées et le tuent.

Tant était grande la lassitude des populations envers l'administration désastreuse des fils de Constantin Ier le Grand que le pouvoir de Magnence est reconnu presque partout dans l'Occident romain.



Bataille de Mursa

La bataille décisive e lieu à Mursa, sur la Drave, le 28 septembre 351.

Contre toute attente, les soldats de Constance, plus disciplinés et plus lourdement armés que les auxiliaires barbares de son adversaire, remportent la victoire.

Magnence, vaincu, échappe de justesse aux cavaliers de Constance et se réfugie à Aquilée, de l'autre côte des Alpes, bien décidé à poursuivre la lutte.

Constance passait l'hiver 351-352 sans plus se préoccuper de son adversaire.

En 352, Magnence perd l'Italie avant de voir la Gaule envahie par les généraux de Constance II à la tête des anciens partisans de Népotien et des vétérans de Constantin Ier le Grand.

Retranché en Gaule, après avoir erré de ville de ville, Magnence trouve enfin refuge à Lyon, où il établit son quartier général. Mais les troupes et les pécunes commencent à manquer .

Les provinces commencent à lui faire faux-bond. Trèves, la métropole du Nord se révolte et expulse Décence, le frère de Magnence.


Aqueduc de Valens à Constantinople

Construction de l'aqueduc de Valens

L'aqueduc de Valens est certainement projeté et commencé sous la période de Constantin Ier le Grand ou de son fils Constance II.

L'aqueduc de Valens est terminé en 368 sous le règne de Valens.

L'aqueduc de Valens est construit en tant qu'élément d'un nouveau système d'approvisionnement en eau pour Constantinople.

L'eau de la forêt de Belgrad au-delà de la ville est apportée au centre de la ville au grand palais près de l'hippodrome.

L'aqueduc avec sa double rangée d'arches, s'étend à travers la petite vallée entre 2 des 7 collines de la ville (Fatih et Süleymaniye).

Il est à l'origine long de plus de 1 000 m et haut de 26,5 m en son milieu.

La structure, encore intacte, a aujourd'hui une longueur de 971 m et une hauteur maximale de seulement 20 m, car le niveau du sol environnant a été surélevé de 6 m.

Aujourd'hui, il enjambe la principale artère de la vieille ville, le boulevard Atatürk qui relie le pont Atatürk sur la corne d'Or au port Yenikapi, coupant la vieille ville en 2 suivant un axe nord-sud.

Il est en service lors de la période byzantine et la plus grande partie de la période ottomane.

La municipalité d'Istanbul a réparé intensivement l'aqueduc ces dernières années en remplaçant les pierres fendues.

Depuis début 2007 l'aqueduc est illuminé la nuit avec un système d'éclairage LED aux couleurs changeantes.



Mort de Damase Ier Pape

Damase Ier meurt le 10 décembre 384. Il est fait Saint.

On attribue à Damase Ier le passage au latin de la liturgie romaine, jusque là semble-t-il largement célébrée en grec. C'est lui aussi qui charge saint Jérôme de faire une nouvelle traduction latine, "scientifique" de la Bible (à partir des langues originales, en comparant les manuscrits) : la Vulgate. On a conservé de Damase deux lettres traitant de problèmes textuels de la Bible. Damase Ier fait restaurer les catacombes et encourage les pèlerinages.

Il est l'auteur de poèmes en vers (épigrammes), qu'il fait magnifiquement graver par le lapicide Furius Dionysius Philocalus ; ces inscriptions, qui sont parmi les plus belles de l'Antiquité, sont placées sur des tombes de martyrs ou dans d'autres sites aménagés par Damase. Ce faisant, le Pape manifeste la mainmise de l'Église sur des sanctuaires construits par les empereurs (Constantin, en particulier).



Constantin III Empereur romain d'Occident

En 407, l'armée finit par désigner empereur un simple soldat Flavius Claudius Constantinus dit Constantin III, parce qu'il porte le nom propitiatoire de Constantin, le premier empereur chrétien... Ses prédécesseurs avaient été assassinés parce que leurs troupes étaient restées trop longtemps inactives. Donc, Constantin III s'embarque avec quelques troupes d'élite, traverse la Manche, débarque près de Boulogne avec toutes les légions de l'île en Gaule en 408.



Reconnaissance de Constantin par la Gaule

Constantin III somme les cités gauloises qui n'avaient pas été détruites par les hordes barbares de se soumettre à son autorité ce qu'elles font, faute de mieux. Le régent Stilicon le laisse guerroyer avec succès en Gaule contre les Barbares.



Constant nommé César

Constantin nomme César Constant, son fils aîné en 408



Constant nommé Auguste

Constantin nomme Auguste Constant, son fils aîné en 409.



Reconnaissance de Constantin par l'Espagne

Des parents de feu l'empereur Théodose résistent. Ils sont vaincus dans les Pyrénées et exécutés à Arles. L'Espagne reconnaît l'autorité de Constantin III. Constantin confie le gouvernement de L'Espagne à son fils aîné Constant. Constantin III parvient facilement à contrôler toute la Gaule et l'Hispanie en se présentant comme l'unique rempart de défense et le seul sauveur de l'Empire d'Occident contre les Barbares.


Les grandes invasions

Progression des Vandales, des Suèves et des Alains

Constantin remporte quelques succès contre les Barbares, acquise à grands coups d'épée ou achetée à grand renfort de pièces d'or. Mais il ne parvint pas à juguler l'invasion barbare qui intensifie ses destructions.

En 409, les Vandales, les Suèves et les Alains se dirigent vers la péninsule Ibérique.

Les Vandales, les Alains et les Suèves ne font que passer en Novempopulanie qu'ils abandonnent, après l'avoir dévastée, en 409 pour s'installer en Espagne.



Maxime Le Tyran Empereur en Espagne

Constantin était redevable de la plupart de ses victoires au général Gérontius qui gouverne l'Espagne au nom de Constant. En 409, en l'absence de Constant resté en Gaule auprès de son père, Gérontius offre la couronne impériale à un certain Maxime qu'il installe dans un palais de Tarragone.



Campagne d'Honorius contre Constantin

Honorius, pour récupérer les provinces occidentales de son Empire, ordonne au général Sarus, un Goth passé au service de Rome, de lui ramener la tête de l'usurpateur breton.

Constantin s'enferme dans l'imprenable forteresse de Vienne. À 7 reprises, Sarus tente de l'en déloger, mais ses efforts restèrent vains et il est contraint de battre en retraite à travers les Alpes.

Constantin le suit et pénètre en Italie à la tête de ses troupes, sous le fallacieux prétexte de secourir Rome alors menacée par les hordes d'Alaric Ier de Wisigothie.

Constantin pousse jusqu'à la vallée du Pô, mais doit revenir précipitamment en arrière pour faire face à la menace de Gérontius.


Arles

Siège d'Arles

Gérontius force Constantin à s'enfermer dans Arles, sa capitale mais Gérontius ne peut mener ce siège à bien. L'annonce de l'arrivée imminente d'une puissante armée romaine, commandée par le redouté général Constance démoralise même ses plus fervents partisans. Ses effectifs fondent comme neige au soleil.



Mort de Gérontius

Pris en tenaille entre Constantin et Constance, Gérontius peut s'échapper du piège et revenir en Espagne, mais il y est tué par ses propres soldats peu de temps après.



Reddition de Constantin III

Constance a les moyens militaires pour mener sa mission à bien. Il est notamment aidé par les Ostrogoths. L'irruption de Constance sonne le glas des espérances de Constantin III qui ne peut songer à résister seul et conclut une alliance criminelle avec des bandes de Francs et d'Alamans.

Ils tentent de contraindre les assiégeants à lever le siège d'Arles, mais la cavalerie de Constance écrase les alliés de Constantin dans la vallée du Rhône.

Constantin III négocie sa reddition :

Constance accepte ces conditions. Les portes d'Arles s'ouvrent, Constantin reçoit l'onction sacerdotale et est envoyé en Italie sous bonne garde.



Jovien Empereur en Gaule

En 411, face à l'incapacité d'Honorius et l'usurpateur Constantin III à ramener la sécurité en Gaule, Jovien, un aristocrate gaulois se fait proclamer empereur par ses troupes en Germanie Seconde, à Mayence. Ses forces se résument à des Burgondes et des Alains enrôlés du côté romain. Il est bientôt rejoint par le général Sarus.



Mort de Constantin III

Mais Honorius, ne se considère lié ni par la parole de Constance ni par les lois de l'Église. Le 18 novembre 411, il fait exécuter Constantin III et Julien, son deuxième fils dès qu'il a franchi les Alpes.



Mariage de Salomon Ier avec Sainte Blanche

Salomon Ier épouse Sainte Blanche. Leurs enfants sont :


Léon Ier le Grand Pape

Mort du Pape Sixte III

Conflit entre le patrice Aetius et le préfet du prétoire Albinus

Léon Ier le Grand Pape

Sixte III meurt le 19 août 440. Il est fait Saint.

Sixte III construit :

Dans ses rapports avec les Églises d'Orient Sixte III cherche l'apaisement surtout après la crise du nestorianisme mais défend avec vigueur ses prérogatives sur l'Illyrie face aux revendications du patriarche de Constantinople.

À la mort de Sixte III, Léon Ier le Grand est en Gaule à la demande de la cour de Ravenne afin d'arbitrer un conflit entre le patrice Aetius et le préfet du prétoire Albinus.

La réputation et l'influence de Léon Ier le Grand sont si grandes qu'il est élu par le peuple romain pendant son absence en Gaule. Il rentre à Rome pour être sacré Pape le 29 septembre 440.

Léon Ier le Grand exerce sa juridiction sur 3 zones :



Wisigoths

En 461, une victoire nouvelle, remportée près d'Arles par le patrice Constantin, n'empêche point les barbares de s'établir enfin à Narbonne et dans la seconde Narbonnaise.



Publication d'une seconde version du Code Justinien et des Novelles

Une seconde version du Code Justinien, le "Codex retitae praelectionis", la seule que nous possédions encore, est publiée en 534, la version de 529 étant perdue, Les Novelles, c'est-à-dire les mises à jour et les lois récentes, voulues par Justinien sont publiées après 534. Elles sont écrites en grec, la langue véhiculaire de l'empire.

Le "droit justinien" est l'oeuvre la plus importante qui nous reste de Justinien constituée :

Oublié dans l'anarchie des siècles suivants, il a été remis à l'honneur au XIe siècle dans les cercles savants d'Italie. Il est pour une bonne part à l'origine du Code Civil napoléonien et de nos propres lois !

Quelques formules savoureuses sont passées à la postérité. Par exemple :

Pater autem is est quem nuptiae demonstrant

(Le père est celui que le mariage désigne ; autrement dit, en cas de filiation douteuse d'un enfant, le père est réputé être le conjoint de la mère).

Justinien entreprend de nombreuses réformes administratives, contenues surtout dans les grandes Novelles de la période 535-536.

Leur objectif est essentiellement de renforcer le pouvoir de l'empereur en démembrant les grands offices, de lutter contre l'inquiétant développement de la grande propriété foncière ainsi que contre la corruption endémique des fonctionnaires impériaux.

Souvent pour des raisons fiscales, Justinien regroupe diverses provinces, considérées de taille insuffisante et, afin de simplifier l'administration locale, supprime un certain nombre de diocèses et regroupe parfois, comme en Égypte agitée par des troubles réguliers, les pouvoirs civils et militaires entre les mains de commandants militaires.

L'action législative de Justinien s'inscrit donc dans la durée avec une attention toute particulière pour l'Église.

En effet l'empereur est un chrétien sincère et il s'estime, dans la tradition césaro-papiste héritée de Constantin Ier, le dirigeant suprême de l'Église.

Le christianisme est, d'un point de vue institutionnel et juridique, religion d'État.

C'est en cela qu'il règle avec une minutie pointilleuse les conditions de recrutement des membres du clergé, leurs statuts, l'organisation de l'administration des biens ecclésiastiques.

C'est lui qui légalise le contrôle des évêques sur les autorités civiles locales, ce qui a comme curieuse conséquence d'atténuer les excès centralisateurs de nombre de ses décisions.

En effet les notables provinciaux, qui participent aux élections épiscopales, peuvent ainsi exprimer leurs avis et contrôler pour partie l'emploi de certains fonds publics.

Justinien est confronté aux dernières résurgences du paganisme contre lequel il agit avec vigueur. C'est ainsi qu'il met fin à l'Académie de Platon à Athènes, alors présidée par Damase et interdit l'adoration des dieux païens en particulier dans certaines régions reculées de l'Anatolie.

Justinien persécute les Juifs bien que la contrainte employée ne donne guère de conversions.



Mort de Justin II

Tibère II Constantin Empereur byzantin

Justin II meurt le 5 octobre 578.

Tibère II devient empereur byzantin le 5 octobre 578 et prend le nom de Constantin.

Durant son court règne, Tibère II est d'une grande libéralité, il accorde de généreuses baisses d'impôt qui aggravent les finances de l'empire mais lui valent une grande popularité.



Maurice nommé César

Mort de Tibère II Constantin Empereur byzantin

Maurice Ier Tiberius Empereur byzantin

Tibère II désigne officiellement son gendre Maurice, époux de sa fille Constantina comme son successeur, en lui accordant le titre de César. Quelques jours après Tibère II meurt, peut être empoisonné, le 14 août 582.

Maurice Ier devient empereur byzantin en 582.


Le Strategikon

Maurice Ier Tiberius est connu pour être l'auteur de l'un des plus grands classiques de la pensée militaire, le Strategikon. Ce livre est connu pour être la première théorie sophistiquée de l'utilisation des armes combinées jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Certains historiens pensent toutefois que le Strategikon est l'œuvre de son frère ou de l'un des généraux de sa cour.



Naissance de Constantin III

Constantin III naît en 612, fils d'Héraclius et de sa première femme, l'impératrice Eudoxie.



Invasion de l'Arménie

Prise de Jérusalem par les Perses

Pendant qu'Héraclius Ier s'installe tant bien que mal à Constantinople, les Perses de l'empereur Chosroès II, de la dynastie sassanide, en profitent pour envahir l'Arménie d'une part et assiéger Jérusalem d'autre part. Le 5 mai 614, Jérusalem, la Ville sainte, tombeaux mains des Perses. La population, qui prétendait résister malgré les négociations entamées entre le général perse Schahrbaraz et le patriarche Zacharie, est massacrée ou chassée. 35.000 prisonniers sont vendus comme esclaves. Les églises sont brûlées, y compris l'église de la Résurrection et du Saint-Sépulcre. La relique de la Vraie Croix, installée là par Hélène, mère de Constantin Ier, est emmenée à Ctésiphon, au cœur de l'empire sassanide.



Naissance de Héraclonas Constantin

Héraclonas Constantin naît en 626, fils d'Héraclius et de sa seconde épouse l'impératrice Martine.



Naissance de Constant II le Pogonat

Constant II Héraclius dit Constant II le Pogonat (Pogonatus) naît en 630, fils de Constantin III et de Grégoria.



Mort de Héraclius Ier

Héraclius Ier meurt à Constantinople le 11 février 641 atteint d'hydropisie qui l'avait rendu d'une obésité monstrueuse.


Naissance de l'Empire byzantin et du Basileus

Sous le règne d'Héraclius, l'Empire romain d'Orient se transforme en Empire "byzantin". Ce qualificatif dérive de l'ancien nom grec de la capitale (Byzance).

Héraclius supprime les titres de césar et auguste hérités de la Rome antique et renonce à l'emploi du terme latin imperator. L'empereur byzantin se donne le titre de "basileus" par lequel les Grecs désignaient habituellement le Grand Roi des Perses.

À la cour du nouvel empereur, la langue grecque se substitue au latin.


Découpage en Thèmes

L'empire était auparavant découpé en préfectures. L'antique administration, fondée sur la séparation des pouvoirs civil et militaire, est abolie. Ce découpage donnait l'essentiel du pouvoir au représentant civil, le préfet du prétoire.

Héraclius instaure le découpage administratif en thèmes qui s'inspire du modèle des exarchats de l'empereur Maurice. Les provinces d'Asie mineure sont découpées en quatre thèmes : des Arméniaques, des Anatoliques, d'Opsikion et des Caravisiens, chacun administré par un stratège qui regroupe entre ses mains tous les pouvoirs. Celui-ci devient un des personnages les plus puissants de l'empire et l'administration des provinces répond essentiellement à des motivations martiales.


Statut de paysan-soldat ou Stratiotes

Puis pour résoudre le problème du manque de soldats, Héraclius crée le régime des stratiotes. Le statut de paysan-soldat avait déjà été imposé par Constantin le Grand, mais seulement pour les soldats du limes. Cette fois, c'est le recrutement de toute l'armée impériale qui repose sur les stratiotes, plutôt que sur des mercenaires comme c'était le cas auparavant. Le statut de paysan-soldat bouleverse la condition sociale. Jusqu'à présent, la grande propriété foncière s'était développée en profitant du poids de l'impôt qui contraignait les petits paysans endettés à chercher la protection des grands propriétaires. Désormais, la petite propriété libre se développe et devient une caractéristique du paysage social des VIIe et VIIIe siècle.

Héraclius laisse son empire dans un grand désastre. Les nouvelles frontières de l'empire grec coïncident désormais avec le domaine originel de la culture grecque, à savoir :



Constantin III Empereur byzantin

Héraclonas Constantin Empereur byzantin

Mort de Constantin III Empereur byzantin

Constant II le Pogonat Empereur byzantin

Constantin III devient Empereur byzantin en février 641 avec son demi-frère Héraclonas Constantin.

Constantin III meurt le 25 mai 641, après seulement 3 mois de règne. Martine est soupçonnée de l'avoir empoisonné pour laisser le pouvoir dans les mains de Héraclonas Constantin, son fils.

Avant de mourir, Constantin III parvient à faire proclamer empereur, avec l'aide de l'armée, son fils Constant II le Pogonat, initialement prénommé Héraclius.

Le Sénat assume la régence.



Révolte contre Héraclonas Constantin

Constant II le Pogonat doit faire face, lors de son avènement, aux ambitions de sa cousine Martine. Le peuple se soulève contre Héraclonas Constantin. En septembre 641, Constant II les fait arrêter et leur fait trancher le nez avant de les exiler à Rhodes.



Naissance de Constantin IV Pogonat

Constantin IV Pogonat naît en 652, fils aîné de Constant II le Pogonat.



Eugène Ier Pape

Eugène Ier, né à Rome, est élu Pape en 654, du vivant de Martin Ier que l'empereur Constantin II a déposé. Eugène Ier tente inutilement de ramener au sein de l'Église les Monothélites.



Administration des provinces orientales par Constantin IV

Pendant ces années d'errance, les provinces orientales de l'Empire sont placées sous l'administration de son fils aîné, qui lui succède sous le nom de Constantin IV.



Mort de Constant II le Pogonat Empereur byzantin

Constantin IV Pogonat Empereur byzantin

Constant II le Pogonat meurt assassiné le 15 septembre 668 à Syracuse en Sicile par un de ses serviteurs qui l'assomme avec un porte-savon, alors qu'il était dans son bain.

Constantin IV Pogonat devient Empereur byzantin en 668.

Considéré comme un homme d'État avisé et un meneur d'hommes, Constantin IV lutte avec fermeté contre les Arabes.



Naissance de Justinien II Rhinotmetus

Justinien II naît en 668, fils de Constantin IV Pogonat et d'Anastasia.



Victoire de Constantin IV Pogonat sur les Arabes

Traité entre l'empire byzantin et les arabes

Constantin IV Pogonat vainc les Arabes en 678 grâce à l'utilisation du feu grégeois qui incendie la flotte arabe. Un traité de paix de 30 ans est conclu avec le calife, qui s'engage à payer un tribut annuel.



Défaite de Constantin IV Pogonat devant les Bulgares

Constantin IV échoue cependant face à une attaque des Bulgares, qui s'installent à Pliska et doit leur payer tribut.



Début du troisième Concile de Constantinople

Sous le règne de Constantin IV Pogonat, commence le troisième Concile de Constantinople en 680. Ce concile est accepté par le pape Agathon.

En 680, Barbat de Bénévent participe :



Léon II Pape

Léon II, né en Sicile, fils d'un certain Paul, étudie à la Scola cantorum de Rome.

Léon II est élu Pape en janvier 682.

L'empereur Constantin IV refuse de reconnaître l'élection et demande en échange au IIIe concile de Constantinople, la condamnation du pape Honorius Ier, considéré comme partisan du monothélisme.



Fin du troisième Concile de Constantinople

Condamnation posthume du pape Honorius Ier

Ce concile condamne le monothélisme et réunifie la chrétienté.

Les tractations se poursuivent jusqu'en 683. Constantin IV obtient la condamnation du feu pape Honorius Ier qui subit l'anathème. En échange, Constantin IV accorde à Léon II, entre autres :



Mort de Constantin IV Pogonat Empereur byzantin

Justinien II Rhinotmetus Empereur byzantin

Constantin IV Pogonat meurt de dysenterie en 685.

Justinien II Rhinotmetus devient basileus de Byzance en 685. Il est le dernier représentant de la dynastie héraclide.

Intelligent et énergique, Justinien II Rhinotmetus est cependant atteint par une folie, développée chez lui de façon pathologique.

Justinien II conforte la position de l'empire en remportant plusieurs batailles contre les Sarrasins.

Justinien II adopte une politique ferme dans les Balkans et ordonne des déplacements massifs des populations slaves vers les provinces d'Asie Mineure.

Sa politique fiscale d'augmentation massive des impôts rend odieux à son peuple Justinien II, au point que de nombreux sujets slaves d'Arménie passent à l'ennemi. Justinien II ordonne alors le massacre de toutes les familles slaves de Bithynie.



Mort de Sisinnius Pape

Constantin Ier Pape

Sisinnius meurt le 4 février 708. Il est enterré dans la basilique Saint-Pierre de Rome.

Constantin, né à Tyr, est élu en mars 708. Il est parfois appelé Constantin Ier pour le distinguer de l'antipape Constantin II.



Voyage du Pape Constantin Ier à Constantinople

Justinien II Rhinotmetus insiste pour que le pape Constantin Ier se rende à Constantinople pour des concertations au sujet des décisions prises au dernier Concile de Constantinople que le pape Serge Ier avait refusées. Après une période d'hésitation, le pape quitte Rome pour Constantinople, le 5 octobre 710. Il est bien accueilli dans toutes les villes, notamment dans la capitale où son entrée est triomphale. Il réussit à convaincre Justinien II de modifier certaines résolutions du concile précité.



Retour du Pape Constantin Ier à Constantinople

En 711, le pape, victorieux, regagne sa résidence au Saint-Siège. Mais après le retour du Saint Père à Rome, l'empereur Justinien II Rhinotmetus tente de se rétracter.



Mort de Constantin Ier Pape

Grégoire II Pape

Constantin Ier meurt le 9 avril 715. Il est inhumé à la Cathédrale Saint-Pierre au Vatican.

Constantin Ier condamne la doctrine monophysite qui ne reconnaît qu'une nature au Christ

Grégoire II devient Pape en 715.



Naissance de Constantin V Copronyme

Constantin V, dit Copronyme ou Caballinos, naît en 718, fils de Léon III l'Isaurien. La naissance de Constantin V retire à Artabasde l'espoir de régner. Constantin reçoit son surnom principal "Copronyme" au cours de son baptême, durant lequel il souille les fonts baptismaux au point d'incommoder l'assistance. Le patriarche Germain, qui présidait la cérémonie, se serait alors écrié : "cet enfant souillera l'Église". Plus tard, sa passion pour les chevaux lui vaudra le surnom, plus aimable, de Caballinos.



Naissance de Constantin V Copronyme

Constantin V Copronyme naît en 718.



Constantin V associé au trône

En 720, Léon III l'Isaurien associe son jeune fils Constantin V Copronyme au trône.



Apparition de l'iconoclasme

Le trait le plus marquant de la politique de Léon III est l'apparition de l'iconoclasme, qu'il impose peu de temps après son avènement. Léon III prend pour la première fois position contre les images en 726, sous l'influence de Constantin de Nacolia et de Thomas de Claudiopolis. La première manifestation significative de l'iconoclasme est la destruction du Christ de la Chalké, à Constantinople, qui provoque une émeute vite réprimée dans le sang.



Bataille d'Akroinon

En 740, Léon III l'Isaurien remporte une victoire décisive sur les Arabes à la bataille d'Akroinon en Phrygie (Afyon - Karahisar). Constantin V Copronyme, son fils, participe à la bataille.

Les Arabes évacuent toute la partie occidentale de l'Anatolie. C'est la fin de la Conquête arabe en Asie Mineure.



Mort de Léon III l'Isaurien Empereur byzantin

Constantin V Copronyme Empereur byzantin

Léon III l'Isaurien meurt en 741. Constantin V Copronyme devient empereur de Byzance en 741

Héritant de son père d'un Empire divisé, Constantin V s'emploie à le réunir et remporte un grand nombre de victoires militaires. C'est un combattant courageux, brillant tacticien et grand meneur d'hommes, particulièrement aimé de ses soldats.

La politique de Constantin V Copronyme se caractérise par une volonté de consolider durablement le centre de l'Empire, écartant de Constantinople les dangers qui pèsent sur elle, quitte à abandonner Rome.



Invasion de la Syrie et du nord de l'Euphrate

En 741, Constantin V Copronyme envahit la Syrie et le nord de l'Euphrate, dont il transporte les habitants en Thrace.



Reprise du pouvoir par Constantin V Copronyme

Mort d'Artabasde

Constantin V Copronyme récupère en 743 sa capitale et son trône, occupés par l'usurpateur Artabasde. Constantin fait crever les yeux d'Artabasde, ainsi que de ses fils. Artabasde meurt en exil.



Mariage de Constantin V Copronyme avec Irène

Constantin V épouse Irène, une princesse Khazare (morte en 750). Leur enfant est :



Naissance de Léon IV le Khazar

Léon IV le Khazar naît en 749, fils de Constantin V Copronyme et d'Irène la Khazare.



Mort d'Irène la Khazare

Mariage de Constantin V Copronyme avec Maria

Irène la Khazare meurt en 750. Constantin V épouse Maria (morte en 751)



Conquête de Chypre

En 750, Constantin V Copronyme reconquiert définitivement Chypre.



Astolphe Roi des Lombards

Prise de l'exarchat de Ravenne par les Lombards

Astolphe, le frère et successeur de Rachis, confirme le traité de Pavie pour 20 ans mais s'empare tout de même de Ravenne en 751 et met fin à l'exarchat byzantin, enclave byzantine constituée autour de la dernière capitale de l'Empire d'occident, communément appelé Romania. Constantin V Copronyme ne peut repousser l'attaque des Lombards et est incapable de garder le Nord de l'Italie sous son autorité. Astolphe tente de prendre Rome.



Léon IV le Khazar associé au trône

Constantin V Copronyme associe Léon IV le Khazar au trône dès 751.



Conquête de l'exarchat de Ravenne

Menace du roi des Lombards sur le pape

Astolphe, Roi des Lombards, conquiert en 752 l'exarchat de Ravenne. Les Lombards, devenus maîtres de l'exarchat de Ravenne, entendent faire reconnaître leur souveraineté sur toute l'Italie romaine. Refusant cette tutelle, Étienne II demande le soutien de Constantin V Copronyme. L'Empereur romain d'Orient, aussi puissant que lointain, est en mauvaise posture et nullement en mesure de secourir le Pape. En réponse, il lui envoie un négociateur, le silentiaire Jean. Étienne II délègue son frère pour accompagner celui-ci à Pavie. Peine perdue, Astolphe refuse de rendre Ravenne. Après cet échec, l'empereur nomme le pape son négociateur direct.


Donation de Pépin

Rencontre d'Étienne II et de Pépin III le Bref

Traité de Quierzy-sur-Oise

Étienne II se met en quête d'un protecteur militaire. Or Pépin III le Bref, roi des Francs, est redevable à la papauté qui a légitimé le renversement des Mérovingiens. Étienne II se résout à se rendre auprès du roi des Francs pour lui demander une aide militaire. C'est la première fois qu'un pape entreprend pareil voyage. Il n'a pas d'autre choix. Étienne se met donc en route pour le rencontrer et au passage, tente une ultime négociation avec Astolphe, qui échoue.

En plein hiver de 753 à 754, Étienne traverse donc les Alpes.

Le 6 janvier 754, au palais de Ponthion, au sud de la Champagne, Pépin III le Bref, vient au-devant de lui et avec déférence, prend la bride de son cheval. Habile politique, il reproduit de la sorte le geste d'allégeance de l'empereur Constantin le Grand à l'égard du pape Sylvestre Ier.

Étienne II propose à Pépin une alliance par laquelle il confirmerait par un second sacre, fait par lui-même, la grâce divine sur le roi des Francs et sur ses fils.

L'accord définitif se fait le 14 avril 754, à Quierzy-sur-Oise, au nord de Paris.

Le pape reconnaît la dynastie carolingienne et approuve la relégation au couvent qui a été imposée au roi mérovingien

En échange, Pépin III le Bref s'engage à intervenir contre les Lombards.

L'Exarchat de Ravenne, la Corse, la Sardaigne et la Sicile, possession théorique de l'Empereur sont données au pape pour le mettre à l'abri de toute agression.

Les États pontificaux sont ainsi créés.



Assemblée œcuménique

Constantin de Sylaion Patriarche

Constantin V Copronyme éprouve la nécessité de réduire l'influence de la hiérarchie orthodoxe. Profondément monophysite, décidé à poursuivre la politique de son père Léon III, Constantin V Copronyme réunit le 10 février 754 une assemblée oecuménique qui déclare le Christ aperigraptos, c'est-à-dire incernable et donc impossible à représenter dans une image. Les images de la Vierge et des Saints frôlant l'idolâtrie païenne devaient donc, également être condamnées. À l'occasion de cette réunion, Constantin V Copronyme nomme au patriarcat oecuménique Constantin de Sylaion.

Constantin V Copronyme confirme les décrets iconoclastes de son père, Léon III, et fait excommunier les iconodules, multipliant contre eux les persécutions.



Victoire de Constantin V Copronyme sur les bulgares

Le 30 juin 762, Constantin V Copronyme détruit totalement l'armée bulgare du roi Télétzès.



Mort de Paul Ier Pape

Constantin II Antipape

Paul Ier meurt en 767. Il est fait Saint

Constantin II devient Antipape en 767.



Mariage de Léon IV le Khazar avec Irène l'Athénienne

Léon IV le Khazar épouse le 3 août 768 Irène l'Athénienne. Leur enfant est :



Déposition de Constantin II

L'Antipape Constantin II est déposé. Il est interné dans un monastère en 769 après l'élection d'Étienne III et eut les yeux arrachés. Tous les actes de son pontificat sont annulés.



Mariage de Constantin V Copronyme avec Eudoxie

Constantin V épouse Eudoxie. Leurs enfants sont :



Gisèle Religieuse

Constantin V Copronyme a précédemment souhaité marier Léon IV le Khazar, son fils, à Gisèle.

Didier de Lombardie, Roi des Lombards, a ensuite souhaité marier son fils à Gisèle.

Mais aucunes des alliances ne se réalise.

Il existe une légende concernant Gisèle : la légende de Sainte-Isbergue et de Saint-Venant.

Saint-Venant, fils du Duc de Lorraine, était officier de Pépin Le Bref. Après une carrière militaire, dont il hérite une méchante blessure à la jambe, se retire en ermite dans la forêt de Wastelau.

Gisèle ou Isbergue, vivant à Aire sur Lys, prend Saint-Venant comme confesseur. Ils se rencontrent régulièrement près de la fontaine Sainte-Isbergue afin d'échanger leurs réflexions sur les textes sacrés.

Pépin III le Bref décide de fiancer sa fille à un prince d'Écosse ou du pays de Galles, très amoureux d'elle, mais celle-ci, sur les conseils de Saint-Venant, ne désire pas se marier.

Elle prie donc de toutes ses forces, afin que le seigneur éloigne à tout jamais tous les prétendants et empêche cette union. Gisèle se voit alors défigurée par une lèpre hideuse.

Le prince d'Écosse, irrité, donne l'ordre d'exécuter Saint-Venant vers 776. L'ermite a la tête tranchée et on jeta son corps dans la Lys.

Afin de guérir Sainte-Isbergue, un médecin conseille à Pépin III le Bref de faire boire à sa fille une mixture composée d'un tiers de jus d'anguille, d'un tiers de vinaigre et d'un tiers de miel. Mais, rien n'y fait.

Gisèle, pendant ses prières, voit apparaître un ange qui lui dit qu'elle sera délivrée dès qu'elle aura consommé le premier poisson pêché dans la Lys.

Le roi ordonne immédiatement à ses hommes les plus sûrs de ramener la première anguille pêchée. Malheureusement, ils rentrent tous bredouilles.

Les pêcheurs conseillent d'attendre la prochaine lune, car les eaux seront plus poissonneuses.

Dès le levée de l'astre, ils trouvent dans un amoncellement de branchages dans les courants de la Lys, un cadavre sans tête sur lequel est posé une anguille. Ils la prennent et la rapportèrent au roi. Gisèle est guérie.

Une vieille dame, devenue aveugle, qui avait soignée la jambe de Saint-Venant, reconnait le cadavre, en palpant, la cicatrice de l'officier.

La vieille dame recouvre la vue. Le corps de Saint-Venant est transporter et vénérer en l'église St Pierre sur la Montagne.

Depuis la fontaine Sainte-Isbergue (soit disant creusée par Saint-Venant pour abreuver Sainte-Isbergue) a conservé sa réputation de guérir les maladies des yeux et de peau.

En 770, Gisèle entre dans la vie religieuse. Elle fonde un monastère à Aire-sur-la-Lys.



Naissance de Constantin VI l'Aveugle

Constantin VI, dit l'Aveugle, naît en 771, fils de Léon IV le Khazar et d'Irène l'Athénienne.



Mort de Étienne III Pape

Adrien Ier Pape

Adrien Ier inquiété par Didier de Lombardie

Étienne III (IV) meurt le 24 janvier 772. Il est fait Saint

Étienne III établit qu'aucun laïque ne pourrait être élu pape s'il n'avait pas été cardinal. Il déclare nul le synode iconoclaste de Constantinople et condamne l'antipape Constantin II.

Adrien Ier, né à Rome, fils d'un certain Théodore, appartenait à une famille noble de Rome, les Colonna. Très populaire, Adrien Ier monte progressivement les échelons de la hiérarchie ecclésiastique, devenant notaire régionnaire, puis sous-diacre à l'appel de Paul Ier, avant d'être nommé diacre par Étienne III.

Hadrien ou Adrien Ier est élu 95e Pape le 9 février 772, à un moment où l'Église de Rome avait besoin d'un protecteur.

Adrien Ier reconstruit les aqueducs détruits par les Lombards et les murs de la ville. Il commence une restauration grandiose des églises romaines et de la construction de l'hôpital de Santo Spirito.

Didier de Lombardie pense pouvoir manipuler Adrien Ier aussi facilement que l'ancien pape mais Adrien Ier lui tient tête et le somme de lui rendre les villes qu'il détient indûment. À l'imitation d'Étienne II, Adrien Ier envoie un émissaire à Charlemagne afin de lui demander aide et soutien.



Mort de Constantin V Copronyme Empereur byzantin

Léon IV le Khazar Empereur byzantin

Constantin V Copronyme meurt en 775. Léon IV le Khazar devient empereur byzantin en 775.

Léon IV le Khazar poursuit la politique de son père mais apaise les tensions nées de la crise iconoclaste et permet le retour à un climat religieux plus modéré.



Constantin VI l'Aveugle associé au trône

Constantin VI l'Aveugle est associé au trône par son père Léon IV le Khazar dès 776.



Mort de Léon IV le Khazar Empereur byzantin

Constantin VI l'Aveugle Empereur byzantin

Léon IV le Khazar meurt le 8 septembre 780. Constantin VI l'Aveugle, âgé que de 10 ans, devient empereur byzantin en 780.



Régence d'Irène l'Athénienne

Son fils Constantin VI étant trop jeune pour gouverner, Irène l'Athénienne parvient à faire écarter ses beaux-frères Nicéphore et Christophore et à se faire reconnaître régente de l'Empire, ce qui n'est pas sans attirer le mécontentement de l'armée. Elle est couronnée en même temps que son fils en 780.

Issue d'une région de l'empire où l'iconoclasme avait eu du mal à s'implanter, Irène est iconophile.



Fiançailles de Constantin VI et de Gertrude

Décidée à restaurer les relations avec Rome, Irène l'Athénienne envoie un émissaire à Rome en 781 afin de demander à Charlemagne la main de sa fille Gertrude (Hermengarde), pour son fils Constantin VI. Ce geste réjouit Charlemagne. En effet, jusqu'ici, les empereurs byzantins avaient toujours dédaigné les empereurs occidentaux, ne renonçant pas à leur ancienne suprématie.

Les Byzantins sont en pleine guerre iconoclaste. Ils redoutent le rapprochement du pape avec Charlemagne et craignent de perdre leurs territoires comme la Sardaigne, la Sicile, Venise, Naples et l'Istrie, au profit des Francs. Irène rétablit le culte des images et entreprend de se rapprocher à son tour du pape.

Arichis, duc de Bénévent, est l'époux d'Adelperge, fille de Didier de Lombardie, et par conséquent le beau-frère d'Adalgise, fils de Didier de Lombardie, l'ancien roi Lombard.

Arichis, se croyant supérieur à son titre de duc, s'est octroyé celui de prince et se pose en continuateur de Didier.

Charlemagne ne fait pas confiance à Arichis, bien que celui-ci ait reconnu sa suzeraineté. Charlemagne accepte donc de fiancer sa fille Gertrude à Constantin VI, geste par lequel :



Deuxième Concile de Nicée

En septembre 787, Constantin, sous le pontificat d'Adrien Ier, réunit un nouveau concile oecuménique à Nicée. Le 23 octobre 787, le concile met fin officiellement à l'iconoclasme et restaure le culte des images.



Mariage de Constantin VI l'Aveugle avec Marie d'Arménie

Constantin VI épouse en 788 Marie d'Arménie. Leurs enfants sont :



Coup d'État avorté contre Constantin VI l'Aveugle

Constantin VI l'Aveugle seul basileus autocrator

Concentrant autour de lui les opposants à sa mère, Constantin VI l'Aveugle manque d'être victime, de sa part, d'un coup d'État en 790.

Les régions d'Asie Mineure refusent de reconnaître Irène comme impératrice et Constantin est acclamé comme le seul souverain de Byzance.

Irène est confinée dans un palais tandis que son principal ministre, Staurakios, est tonsuré et banni.

Forte de ce succès, Irène décide d'écarter Constantin des affaires et d'assumer seule le gouvernement de l'Empire.

Cette décision rallie à Constantin tous les ennemis d'Irène, dont les iconoclastes. Une mutinerie des arméniaques provoque une insurrection dans l'armée qui, le 10 novembre 790, proclame Constantin VI comme seul basileus autocrator.



Défaite de Constantin VI l'Aveugle devant les Bulgares

Constantin VI l'Aveugle est battu par les Bulgares en 791.



Divorce entre Constantin VI l'Aveugle et Marie d'Arménie

Mariage de Constantin VI l'Aveugle avec Théodote

Constantin VI l'Aveugle divorce de Marie l'Arménienne qui est exilée dans un couvent. Constantin VI épouse Théodote. Leur enfant est :

Ce Mariage lui aliène le parti monastique, qui craint ses velléités de retour à l'iconoclasme.



Reprise du pouvoir par Irène l'Athénienne

Constantin VI l'Aveugle fait mutiler ses oncles et s'aliène toute l'aristocratie byzantine. Irène l'Athénienne profite de l'impopularité de son fils pour reprendre le pouvoir, le 15 janvier 792.



Défaite de Constantin VI l'Aveugle devant les Arabes

Constantin VI l'Aveugle est battu par les Arabes en 797.



Déposition de Constantin VI l'Aveugle

Irène l'Athénienne Impératrice byzantine

Le matin du 18 août 797, avec l'accord d'Irène l'Athénienne, des conjurés s'introduisent dans le palais impérial et lui crèvent les yeux. Il est ensuite déporté hors de Constantinople et enfermé dans un monastère.

Irène reprend le pouvoir et devient Impératrice byzantine en 797. Son titre d'empereur est très contesté. Son geste lui retire l'appui des chrétiens.

Le peuple offre la couronne à Charlemagne, qui la récuse.

La suzeraineté de Byzance sur l'Occident n'est plus qu'un mirage…

Sur le plan intérieur, Irène prend le contre-pied de la politique suivie par Constantin V et Constantin VI et apporte son soutien aux riches commerçants, au détriment des couches populaires. Elle favorise également la restauration du monachisme, créant le monastère du Stoudios, fédération de monastères qui s'installe à Constantinople sous la direction de l'évêque Théodore. Elle prend des mesures afin d'améliorer les conditions de vie des plus défavorisés et de satisfaire les moines : une loi déclarera une bénédiction suffisante pour sanctionner le mariage des pauvres, une autre loi prohibera les troisièmes noces. Ces innovations seront jugées démagogiques par certains membres de l'aristocratie byzantine, demeurés conservateurs.



Mort de Constantin VI l'Aveugle

Constantin VI l'Aveugle meurt dans sa prison monastique vers 800.



Déposition du patriarche Nicolas

Théodote Cassiteras Patriarche

Édit de restauration de l'iconoclasme

En 814, Léon V l'Arménien impose à nouveau l'iconoclasme à l'Empire.

Une commission présidée par Jean le Grammairien et Antoine de Syallaeum est chargée d'examiner les Écritures sacrées afin d'y trouver des textes favorables à l'iconoclasme.

Le jour de Pâques 814, Léon V l'Arménien réunit un synode à Sainte-Sophie.

Absent, le patriarche Nicolas est déposé in abstentia et remplacé par un parent de Constantin V, Théodote Cassiteras.Un édit est promulgué, entraînant une grande vague de destructions d'images sacrées dans tout l'Empire.



Mariage de Michel II Psellos l'Amorien avec Euphrosyne

Michel II Psellos l'Amorien épouse en secondes noces Euphrosyne, fille de Constantin VI l'Aveugle.

Euphrosyne ayant pris le voile, ce mariage engendre un conflit avec l'Église.



Naissance de Cyrille

Cyrille ou Constantin le Philosophe naît vers 827 ou 828 à Thessalonique, fils de Léon, un drongaire du thème de Thessalonique, et de Marie.

Il appartient à une fratrie de 7 frères.



Mort de Léon

Léon meurt en 841 ou 842.

Le premier ministre Théoctiste prend Méthode et Cyrille, les fils de Léon, sous sa protection.

Cyrille, particulièrement, reçoit une brillante éducation à Constantinople, sous l'égide, notamment, de Léon le Mathématicien et de Photius

Il est bientôt connu, sous le nom de Constantin le Philosophe, comme l'un des hommes les plus savants de la capitale.

Les deux frères entament d'abord des carrières de fonctionnaires :



Mort de Donald Ier Roi d'Écosse

Constantin Ier Roi d'Écosse

Donald Ier meurt en 862. Constantin Ier (Causantín) devient Roi d'Écosse en 862.



Mort de Constantin Ier Roi d'Écosse

Aed Roi d'Écosse

Constantin (Causantín) Ier meurt en 877.

Aed devient Roi d'Écosse en 877.



Mort de Donald II Roi d'Écosse

Constantin II Roi d'Écosse

Donald II meurt en 900. Constantin II (Causantín) devient Roi d'Écosse en 900.



Mariage Louis III l'Aveugle avec Anne de Byzance

Louis III l'Aveugle épouse en 901 Anna ou Anne de Byzance ou de Constantinople ou de Macédoine (vers 885-911), fille de Léon VI le Sage et de Zoé Zautsina. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles-Constantin de Vienne

Charles-Constantin de Vienne ou de Provence naît en 901, fils de Louis III l'Aveugle et d'Anne de Byzance.



Romain Ier Lécapène Amiral

Mariage de Romain Ier Lécapène avec Théodora

Romain Ier Lécapène devient amiral et épouse en 901 Théodora (morte en 923). Leurs enfants sont :



Mariage de Léon VI le Sage avec Zoé Zautsina

Léon VI le Sage n'ayant pas d'autre fils, pour légitimer leur fils Constantin VII, Léon VI le Sage épouse secrètement en 905 Zoé Zautsina dans une chapelle du Palais Sacré de Constantinople.

Puis Léon VI le Sage la proclame épouse et impératrice.

Leurs enfants sont :

Par ce mariage Léon VI le Sage viole les règles de l'Église et le Code des lois qu'il a lui-même promulgué et qui prohibe toute union au-delà de la deuxième.

Issu d'une quatrième union, Constantin VII Porphyrogénète est regardé comme illégitime.

La fureur de l'Église ne connaît alors plus de bornes et refuse la dispense nécessaire.



Naissance de Constantin VII Porphyrogénète

Constantin VII Porphyrogénète naît en septembre 905 à Constantinople, fils de l'empereur Léon VI le Sage et de Zoé Zautsina. Porphyrogénète signifie "né dans la famille impériale" ou plus précisément "né dans la pourpre", la pourpre symbolisant l'empereur.



Mariage de Garnier de Sens avec Theutberge d'Arles

Garnier de Sens épouse en 908 Theutberge d'Arles, fille de Théobald d'Arles et de Berthe de Lorraine. Leurs enfants sont :



Le patriarche Nicolas à la tête du conseil de régence

Peu avant sa mort, Alexandre III confirme Constantin VII Porphyrogénète, âgé de 7 ans comme successeur, mais organise un conseil de régence avec le patriarche Nicolas à sa tête, et en écartant, contre tous les usages, Zoé Zoutsina, la mère de l'empereur.



Mort d'Alexandre III Empereur byzantin

Constantin VII Porphyrogénète Empereur byzantin

Enfermement de l'impératrice Zoé au couvent

Adonné aux rites païens, Alexandre III meurt le dimanche 6 juin 913.

Constantin VII Porphyrogénète devient Empereur byzantin en 913.

Nicolas envoie Zoé Zoutsina dans un couvent.



Lutte des Byzantins contre les Bulgares

En 918, après des succès initiaux, les armées byzantines sont vaincus par les Bulgares. Constantin VII Porphyrogénète, encouragé par son précepteur, fait appel à l'amiral Romain Lécapène, pour éviter une probable prise du pouvoir par le général Léon Phocas, appelé par Zoé Zoutsina.



Mariage de Constantin VII Porphyrogénète avec Hélène

Constantin VII Porphyrogénète épouse le 27 avril 919 Hélène, fille de Romain Ier Lécapène et de Theodora. Leurs enfants sont :



Zoé à nouveau au couvent

Romain Ier Lecapène Empereur byzantin

En 919, Romain Lécapène renvoie Zoé Zoutsina au couvent, puis le 17 décembre 919, se proclame lui même Basileus. Bien qu'exerçant tout le pouvoir, Romain Ier Lecapène respecte la personne de Constantin VII Porphyrogénète et son titre, le reconnaissant comme co-empereur, mais à la seconde place.

Confiné au palais impérial sous le règne de son beau-père Romain Ier, Constantin VII s'avère un peintre de talent et doté d'une curiosité intellectuelle sans limite : il consacre ainsi des heures à l'étude des arcanes des cérémonies de la cour byzantine, dont il tire une étude intitulée De ceremoniis aulae byzantinae (Le livre des cérémonies).

Constantin VII Porphyrogénète écrit également un ouvrage intitulé De administrando imperio, destiné à son fils Romain, futur Romain II. Ce dernier ouvrage, qui le conseille sur la gouvernement intérieur de l'Empire, décrit minutieusement, et les moyens de combattre ses ennemis extérieurs.

Constantin VII Porphyrogénète rédige aussi une histoire de l'Empire, couvrant la période postérieure à la mort du chroniqueur saint Théophane le confesseur, en 818. Ces écrits sont une source importante pour les historiens de la période.

Dès son avènement Romain Ier Lecapène tente de restaurer de bonnes relations avec le roi Syméon mais celui-ci refuse de négocier avec celui qu'il considère comme un usurpateur et les hostilités continuent.



Naissance de Constance de Provence

Constance de Provence naît en 920 ou 935, fille de Charles-Constantin de Vienne et de Theuberge de Sens.



Christophe Lecapène associé au trône

Romain Ier Lecapène associe au trône son fils Christophe en mai 921. Il le place à la deuxième place, reléguant Constantin VII Porphyrogénète en troisième position.



Étienne Lécapène et Constantin Lécapène associés au trône

Romain Ier Lecapène associe également au trône ses autres fils Étienne Lécapène et Constantin Lécapène en 925, de telle sorte que l'empire a désormais 5 empereurs associés.



Guerre entre Raoul Ier de France et Herbert II de Vermandois

En 929, la guerre reprend entre Raoul Ier de France et Herbert II de Vermandois. Le roi octroie alors le Viennois, à Charles-Constantin de Vienne.



Mariage de Charles-Constantin de Vienne avec Theuberge de Sens

Charles-Constantin de Vienne épouse en 929 Theuberge de Sens. Leurs enfants sont :



Naissance d'Adélaïde de Provence

Adélanie ou Adélaïde de Provence naît en 930, fille de Charles-Constantin de Vienne et de Theuberge de Sens.



Charles-Constantin de Vienne Comte de Vienne

Suzeraineté de Raoul Ier de France sur le Viennois

La ville de Vienne est tenue par Charles-Constantin dès 931.

Raoul Ier de France se rend en 931 à Vienne, et reçoit l'hommage de son cousin, Charles-Constantin de Vienne. Le Lyonnais, le Viennois et le Vivarais entrent dans la dépendance du royaume des Francs.



Mort de Christophe Lecapène

Chritophe Lécapène meurt en 931, avant son père. Romain Ier Lecapène, vieillissant confirme la deuxième place de Constantin VII Porphyrogénète, écartant ses deux cadets devenus célèbres pour leur immoralité.


Aethelstan

Bataille de Brunanburth

Aethelstan Roi d'Angleterre

En 937, Aethelstan remporte une grande victoire à la Bataille de Brunanburth ou Brunanburh sur une alliance ennemie, dont Constantin II d'Écosse et Óláfr Kvaran, fils de Sigtryggr Gale, Roi du Danelaw.

Aethelstan, Roi du Wessex, se proclame roi de toute l'Angleterre.

Il reçoit la soumission des autres souverains de Grande-Bretagne :



Naissance de Romain II Porphyrogénète

Romain II, dit Porphyrogénète "né dans la pourpre" ou le Jeune, naît en 939, fils de Constantin VII Porphyrogénète et d'Hélène Lécapène. Les historiens affirment qu'il possédait le charme et les manières de son père.



Mariage de Boson II d'Arles avec Constance de Provence

Boson II d'Arles épouse en 942 ou vers 953 ou vers 955 Constante ou Constance de Provence ou de Vienne, supposée être fille ou sœur de Charles Constantin, comte de Vienne. Leurs enfants sont :



Mort de Constantin II Roi d'Écosse

Malcolm Ier Roi d'Écosse

Constantin II meurt en 943. Malcolm Ier (Máel Coluim) devient Roi d'Écosse en 943.



Plaid royal de Conrad III le Pacifique

En 944, Conrad organise son premier plaid royal à Thoissey dans le Viennois en présence des ecclésiastiques :

des nobles :



Déposition de Romain Ier Lécapène

Romain Ier Lécapène délaisse les affaires de l'État pour s'enfermer avec des moines et s'enfonce dans une religiosité accrue. Le 20 décembre 944, Étienne et Constantin Lécapène, craignant pour leur avenir, déposent Romain Ier Lécapène, leur père, et l'exilent sur l'île Proti, où il est tonsuré.


Christ couronnant Constantin VII Porphyrogénète

Prise réelle du pouvoir par Constantin VII Porphyrogénète

À Constantinople le peuple, légitimiste et resté fidèle à la dynastie macédonienne, rejette Étienne et Constantin Lécapène et impose Constantin VII, dont le règne commence vraiment. Le 27 janvier 945, les deux Lécapène sont arrêtés, tonsurés et envoyés dans des lieux d'exil distincts.

Ennemie de la famille Lécapène, la famille Phocas, une famille de Cappadoce, jouit des préférences de l'Empereur : Bardas Phocas est ainsi nommé général des armées d'Orient tandis que ses fils Nicéphore Phocas et Léon Phocas deviennent stratèges d'Anatolie et de Cappadoce.



Mariage de Jean Ier Tzimiskès avec Théodora de Lacapène

Pour légitimer son arrivée sur le trône, Jean Ier Tzimiskès épouse en 945 Théodora, fille de Constantin VII Porphyrogénète, empereur de Macédoine et d'Hélène Lécapene, sœur de Romain II. Leur enfant est :



Nicéphore II Phocas Stratège des Anatoliques

Sous Constantin VII, Nicéphore Phocas devient stratège des Anatoliques en 946



Restitution des terres acquises par les puissants auprès des paysans

Constantin VII Porphyrogénète, poursuivant la politique mise en oeuvre par Romain Ier, ordonne en 947 la restitution sans compensation des terres acquises par la grande aristocratie terrienne auprès des petits propriétaires paysans depuis son accession au trône. C'est ainsi qu'à la fin de son règne, les conditions de vie de la paysannerie sont meilleures que jadis. Les petits propriétaires paysans sont la base de la puissance militaire de l'Empire, et les empereurs forts les protègent.



Échec en Crète de Constantin VII Porphyrogénète

Lutte des Byzantins contre les Arabes en Syrie, en Arménie et en Italie

Constantin Phocas Prisonnier des Hamdanides

En 949, Constantin VII Porphyrogénète tente de reprendre la Crète aux Arabes, mais comme son père en 911, il échoue.

Constantin VII Porphyrogénète provoque une attaque arabe contre les territoires byzantins en Syrie, en Arménie, et en Italie. Les territoires à l'est sont reconquis par le général Jean Ier Tzimiskès.

Constantin Phocas, frère de Nicéphore II Phocas, stratège de Séleucie, est fait prisonnier par les Hamdanides en 949.



Ambassade à Constantinople de Liutprand de Crémone

Sous les ordres de Bérenger II d'Ivrée, Liutprand de Crémone est alors envoyé en ambassade à Constantinople auprès de Constantin VII Porphyrogénète en 949.



Mort de Constantin Phocas

Constantin Phocas, prisonnier des Hamdanides, meurt empoisonné dans un cachot en 955.



Naissance de Guillaume Ier le Libérateur

Guilhem ou Guillaume II d'Arles ou Guillaume Ier de Provence ou Guillaume Ier le Libérateur, naît vers 950 ou en 953 ou en 955 ou 956, fils de Boson II d'Arles et de Constance de Provence.

Guillaume est par sa mère, le petit-fils de Charles-Constantin de Vienne.



Mariage de Romain II Porphyrogénète avec Anastasie Théophano

Veuf, Romain II Porphyrogénète dédaigne la fiancée choisie par son père pour épouser en 956 Anastasie Théophano. Leurs enfants sont :



Guerre des byzantins contre les Sarrasins

Nicéphore II Phocas Magister et Grand domestique des scholes d'Orient

Échec en Crète

Dans la guerre contre les Sarrasins, Nicéphore II Phocas commence par une sérieuse défaite en 956, qu'il fait oublier par ses victoires en Syrie les années suivantes. Constantin VII nomme Nicéphore II Phocas magister et grand domestique des scholes d'Orient, ce qui en fait le commandant des forces impériales en Asie. La tentative pour reprendre la Crète, commandée par Constantin Gongyle, est un désastre.



Polyeucte Patriarche

Polyeucte ou Polyeuctus est un moine eunuque, partisan de l'austérité. Ses parents l'avaient eux-mêmes mutilé pour le consacrer à la sainte vie. Il devint patriarche le 3 avril 956 à la suite de Théophylacte, patriarche connu pour ses excentricités et sa corruption. On disait Polyeucte d'esprit étroit, mais vertueux et passionné.

Quelques jours après son avènement, Polyeucte tance publiquement Constantin VII Porphyrogénète à Sainte-Sophie devant tout le peuple, "ce qui ne fut pas agréable à l'autocrator".



Visite d'Olga à Constantin VII Porphyrogénète

Baptème d'Olga

En 958, Constantin VII Porphyrogénète reçoit la visite de la grande duchesse Olga de Kiev. Polyeucte est l'instructeur en religion chrétienne de la tsarine Olga qui est baptisée à Constantinople sous le nom d'Hélène et commence à convertir son peuple. La christianisation de la Russie ne se fera cependant que sous son petit fils Vladimir.


Couronnement de Romain II Porphyrogénète et d'Eudoxie

Mort de Constantin VII Porphyrogénète Empereur byzantin

Romain II Porphyrogénète Empereur byzantin

Joseph Bringas chambellan

Constantin VII Porphyrogénète meurt le 9 novembre 959 à Constantinople.

Romain II Porphyrogénète, fils Constantin VII Porphyrogénète, devient empereur byzantin en 959. Anastasie Théophano, sa femme, prend un important ascendant sur Romain II Porphyrogénète qui commence son règne en écartant sa belle-mère, reléguée dans une aile du Palais Sacré et ses belles-sœurs, contraintes de prendre le voile.

Sous l'influence de sa femme, Romain II confie à Joseph Bringas, le parakimomène, chef du Sénat, les fonctions de chambellan, lui conférant ainsi le pouvoir de diriger les affaires.



Naissance de Constantin VIII Porphyrogénète

Constantino ou Constantin VIII, dit Porphyrogénète, naît en 961, fils de Romain II Porphyrogénète et d'Anastasie Théophano.



Mort de Charles-Constantin de Vienne

Charles-Constantin de Vienne meurt le 23 juin 962.


Nicéphore II Phocas

Mort de Romain II Porphyrogénète Empereur byzantin

Théophano Régente de l'Empire byzantin

Nicéphore II Phocas, Basile II le Bulgaroctone et Constantin VIII Porphyrogénète Co Empereur Byzantin

Romain II Porphyrogénète meurt subitement le 15 mars 963 à Constantinople et la rumeur accuse immédiatement l'impératrice Anastasie Théophano de l'avoir empoisonné.

Anastasie Théophano devient Régente, le gouvernement est exercé par Joseph Bringas.

Nicéphore Phocas retourne à Constantinople pour se défendre contre les intrigues engendrées par le ministre Joseph Bringas.

Avec l'aide de Théophano, la jeune veuve de l'empereur, qui veut protéger la vie de ses enfants, et du patriarche, Nicéphore II Phocas reçoit le commandement des forces orientales et est proclamé empereur par le Sénat puis par l'armée le 3 juillet 963 devant Césarée.

Après un soulèvement populaire contre Bringas à Constantinople, Nicéphore II Phocas fait son entrée dans la ville et y est couronné empereur byzantin le 16 août 963 au côté de Basile II le Bulgaroctone et Constantin VIII Porphyrogénète, les fils de Romain II.



Mort de Nicéphore II Phocas Empereur byzantin

Les suivantes de Théophano font entrer un détachement commandé par Jean Ier Tzimiskès dans le palais impérial de Boucoléon le 11 décembre 969. Ce groupe était composé de 8 à 10 hommes dont Michel Bourtzès, stratège disgracié, Léon Pédiasomos, un autre patrice, Leo Abalantés, taxiarque, Téodore le Noir. Ils poignardent Nicéphore pendant son sommeil. Sa tête est tranchée et exposée en public, son corps est jeté dans la neige. Peu après, ses restes sont ensevelis discrètement aux Saints Apôtres dans un sarcophage sur l'heroon de Constantin. Leo Abalantés est désigné comme coupable et bouc émissaire ; il est exécuté peu après.

Une incertitude plane sur les motivations de Théophano :



Basile II le Bulgaroctone et Constantin VIII Porphyrogénète Co Empereur Byzantin

Jean Ier Tzimiskès associe au trône en 970 les deux fils de Romain II Porphyrogénète, Basile II Bulgaroctone et Constantin VIII.



Mort de Jean Ier Tzimiskès Empereur Byzantin

Basile II Bulgaroctone et Constantin VIII Porphyrogénète Empereur Byzantin

Tutelle de Basile II le Bulgaroctone et Constantin VIII Porphyrogénète par le grand chambellan Parakimomène

Jean Ier Tzimiskès tombe subitement malade sur le chemin du retour de Syrie. Il meurt, à peine parvenu à Constantinople, le 10 janvier 976. On pense qu'il succombe à la typhoïde. Ange de Saint-Priest avance, sans guère de preuves, qu'il a été empoisonné par le chambellan Basile dont Jean avait critiqué la fortune scandaleuse. La mort rapide de Jean Ier ne permet pas de consolider les résultats obtenus en Syrie.

En 976, la mort de Jean Ier Tzimiskès, sans enfants, laisse le trône aux jeunes empereurs, sous la tutelle du du parakimomène (le grand chambellan) Basile Lécapène, leur grand-oncle.

Dès le début, l'aristocratie militaire et terrienne s'efforce de garder le pouvoir acquis sous le règne des jeunes empereurs. Ces ambitions provoquent entre les grandes maisons une rivalité qui à pour conséquence 13 ans de guerre civile.

Bardas Sklèros, duc de Mésopotamie, s'efforce tout d'abord d'enlever au parakimomène la tutelle des empereurs, mais les deux frères prennent alors eux-mêmes le pouvoir.

Basile II le Bulgaroctone, le plus fort et le plus apte au rôle d'empereur, se charge des affaires de l'empire, laissant à Constantin VIII Porphyrogénète son frère la fonction de représentation.

Bardas Sklèros est démis de ses fonctions à la tête des troupes d'Asie par Basile Lécapène.

Au lieu de rester à la cour, Basile II le Bulgaroctone vit au milieu de ses soldats et se montre un excellent militaire.

Afin de réduire la puissance de l'aristocratie, Basile II le Bulgaroctone abolit la prescription de 40 ans, et fait restituer les terres mal acquises à leur propriétaire d'origine et rétablit l'Allelenguon, l'obligation pour les puissants, de venir en aide aux petits propriétaires incapable de payer leurs impôts.



Mariage de Constantin VIII Porphyrogénète avec Éléna

Constantin VIII épouse en 979 Éléna. Leurs enfants sont :



Naissance de Zoé Porphyrogénète

Zoé Porphyrogénète naît en 980, fille de Constantin VIII Porphyrogénète et d'Éléna.



Naissance de Théodora Porphyrogénète

Théodora Porphyrogénète naît vers 980, fille de Constantin VIII Porphyrogénète et d'Éléna.



Mort de Kenneth II Roi d'Écosse

Constantin III Roi d'Écosse

Kenneth II meurt en 995.

Constantin III (Causantín) devient Roi d'Écosse en 995.



Mort de Constantin III Roi d'Écosse

Kenneth III Roi d'Écosse

Constantin III meurt en 997.

Kenneth III (Cináed) devient Roi d'Écosse en 997.



Révolte mâtée par Othon III du Saint-Empire

Othon revient en Italie pour mâter brutalement la révolte contre Grégoire V en février 998.

Crescentius est promptement saisi et exécuté sans pitié.

Bien que la Donation de Constantin interdise à l'empereur de résider dans la ville où le successeur de Pierre habite, Othon se fait aménager une demeure sur le Palatin, l'antique séjour des Césars.

Les fonctions urbaines sont redistribuées et les plus importantes, la préfecture de la ville et le commandement de la milice, sont attribuées à des hommes de confiance.


Tombe de Grégoire V Pape Sylvestre II Pape Sylvestre II Pape

Mort de Grégoire V Pape

Sylvestre II Pape

Grégoire V meurt le 18 février 999.

Il a inhumé dans l'ancienne basilique Saint-Pierre.

Othon III du Saint-Empire veut restaurer l'empire de Charlemagne, voire l'empire romain de Constantin.

Il espère y arriver en plaçant sur le trône de Saint-Pierre son maître et ami, Sylvestre II (55 ans).

Il est élu pape et consacré le 2 avril 999.

Pour mettre en lumière le partenariat entre le pape et l'empereur, Gerbert choisit le nom de Sylvestre II en référence à Sylvestre Ier qui fut pape sous l'empereur Constantin Ier et qui reconnut le christianisme comme religion de l'Empire romain.



Naissance de Constantin IX le Monomaque

Constantin IX le Monomaque naît 1000.



Relation entre l'empereur Othon III du Saint-Empire et Sylvestre II

Devenu pape, Gerbert tente avec Othon III du Saint-Empire, conseillé par León de Verceil, d'instaurer un empire chrétien universel, par l'union du pouvoir séculier et du pouvoir ecclésial.

Un texte solennel, de janvier 1001, définit clairement les rapports entre le pape et l'empereur.

Othon III du Saint-Empire a toujours refusé de confirmer l'Ottonianum, privilège accordé par son grand-père au SaintSiège et rejette la Donation de Constantin, en vertu de laquelle il n'aurait jamais dû se fixer à Rome ni intervenir dans les États de l'Église.

Othon donne au Pape 8 comtés de la Pentapole, mais l'acte précise qu'il s'agit de biens appartenant à l'empereur.

Il s'agit d'une donation et non pas d'une restitution.

Othon III du Saint-Empire se proclame :

Avec le pape, sur le même plan que lui, Othon gouverne la chrétienté, présidant à ses côtés les synodes.

Aurea Roma une nouvelle bulle est adoptée.

Rome est la capitale du monde, la mère de toutes les églises, mais Othon en est le véritable maître.



Naissance de Isaac Ier Comnène

Isaac Ier Comnène naît en 1007, fils d'un général réputé, Manuel Comnène.

La famille des Comnène est une riche famille de propriétaires terriens originaires de Paphlagonie qui prétend descendre d'un des ancêtres de Constantin Ier.



Mariage de Constantin IX le Monomaque avec Pulchérie Skleraina Argyros

Constantin IX le Monomaque épouse en 1024 Pulchérie Skleraina Argyros (1005-1042), fille de Basile Argyros. Leur enfant est :



Mort de Basile II le Bulgaroctone Empereur byzantin

Constantin VIII Porphyrogénète Empereur byzantin

Basile II le Bulgaroctone se prépare à partir contre les Arabes de Sicile, quand il meurt le 16 décembre 1025 sans enfant.

Constantin VIII Porphyrogénète se retrouve seul au pouvoir en 1025 et délègue à ses favoris le gouvernement de l'empire.

Ces derniers sont incapables de les assumer.

Son règne est marqué par le gouvernement de l'aristocratie anatolienne : incapable de résister à ses exigences, Constantin VIII laisse enterrer les réformes agraires de son frère Basile II, transformant ainsi l'Asie Mineure en pays de vastes domaines peuplés de serfs.



Constantin VIII Porphyrogénète Malade

Mariage de Romain III Argyre avec Zoé Porphyrogénète

En novembre 1028, Constantin VIII Porphyrogénète tombe malade. Se pose alors le problème de sa succession : sa fille aînée Eudoxie est religieuse tandis que ses deux filles cadettes, Zoé et Théodora, sont confinées dans le gynécée et célibataire. Constantin VIII décide alors de marier Zoé avec Romain III Argyre, un sénateur de Constantinople un vieil homme.

L'épouse de Romain III Argyre doit se tondre et accepter d'entrer dans un couvent pour que Romain, menacé de mort, puisse succéder à Constantin VIII Porphyrogénète.

Romain III Argyre est petit fils de Romain Argyre et de son épouse Agathe Lécapène, elle-même fille de Romain Ier Lécapène.



Mort de Constantin VIII Porphyrogénète Empereur Byzantin

Zoé Porphyrogénète, Théodora Porphyrogénète et Romain III Argyre Empereurs et Impératrices byzantines

Constantin VIII Porphyrogénète meurt le 11 novembre 1028.

Zoé Porphyrogénète et sa sœur Théodora Porphyrogénète, à la mort de leur père en 1028, deviennent Impératrices.



Naissance d'Anne de Byzance

Marie ou Irène ou Anastasia ou Anne de Byzance Monomaque naît en 1035, fille de Constantin IX le Monomaque et de Pulchérie Skleraina Argyros.



Mariage de Constantin IX le Monomaque avec Zoé Porphyrogénète

Constantin IX le Monomaque Empereur byzantin

Liaison de Constantin IX le Monomaque avec la Sklérène

Constantin IX le Monomaque épouse en secondes noces le 11 juin 1042 l'impératrice Zoé Porphyrogénète, dont il était l'amant et qui l'associe au trône impérial.

Le remariage de Zoé Porphyrogénète exclut Théodora Porphyrogénète une nouvelle fois du pouvoir.

Après son mariage, Constantin mène une vie quasi-conjugale avec une nièce de sa première épouse, surnommée la Sklérène.



Insurrection de Georges Maniakês

Constantin IX le Monomaque doit combattre l'insurrection de Georges Maniakês en 1043.



Mort de La Sklérène

La Sklérène, favorite de Constantin IX le Monomaque, meurt en mars 1044 d'une maladie pulmonaire.



Renaissance de l'Université de Constantinople

Malgré les désastres successifs qui marquèrent son règne, Constantin IX encourage les arts et les sciences, s'entourant d'hommes capables, parmi lesquels l'historien Michel Psellos, le juriste Jean Xiphilin, le poète Jean Mauropous et l'administrateur Constantin Likhoudès : c'est à ces hommes que l'on doit la renaissance, en 1045, de l'Université de Constantinople.



Mariage de Vsévolod Ier Iaroslavovitch Rurikide avec Anne de Byzance

Vsévolod Ier Iaroslavovitch Rurikide épouse en 1046 ou en 1052 Anne de Byzance, fille de Constantin IX le Monomaque et de Pulchérie Skleraina Argyros. Leur enfant est :



Insurrection de León Tornikios

Constantin IX le Monomaque doit combattre l'insurrection de León Tornikios en 1047,



Mariage de Constantin X Doukas

Constantin X Doukas, fils d'Andronic Doukas, épouse une fille de Constantin Dallassène, noble Byzantin.



Mariage de Constantin X Doukas avec Eudoxie Makrembolitissa

Constantin X Doukas épouse en secondes noces avant 1050 Eudoxie Makrembolitissa. Leurs enfants sont :



Naissance de Constantin Ier d'Arménie

Kostandin ou Constantin Ier d'Arménie naît vers 1050, fils de Roupen Ier d'Arménie, Seigneur de Bartzeberd.



Mort de Zoé Porphyrogénète Impératrice byzantine

Zoé Porphyrogénète meurt en 1050.

Constantin IX le Monomaque demeuré seul Empereur.



Retour de Léon IX à Rome

Envoi de Légats à Constantinople

Prisonnier, León IX tombe malade en février 1054 et ne rentre à Rome que pour y mourir.

Le schisme a pour origine le souci de la Papauté d'uniformiser les rites dans la partie sud de l'Italie, récemment conquise par les Normands sur les Byzantins. Il se heurte à l'opposition du patriarche de Constantinople, Michel Cérulaire (Keroularios), tout aussi soucieux de les uniformiser dans le domaine du patriarcat de Constantinople. La pierre d'achoppement est l'usage du pain non levé en Occident, mais notons aussi comme autres points de litige :

Michel Cérulaire (Keroularios), patriarche de Constantinople, abhorrant la suprématie pontificale, inspire un document à diffuser à "tous les évêques des Francs et au vénérable pape lui-même", qui condamne violemment certaines pratiques de l'Église romaine, entachées de péché et de judaïsme.

Suit un échange de lettres maladroites où est soulevée l'œcuménicité du patriarcat de Constantinople, alors que l'empereur Constantin IX le Monomaque est partisan d'une alliance avec Rome et se veut conciliant.

Cela aboutit à l'envoi par Léon IX d'une délégation à Constantinople composée de :

Ces derniers, ayant combattu à Civitate contre les Normand, gardent une amère rancune contre les Byzantins qui ne sont pas venus se battre, ce qu'ils assimilent à une trahison.



Mort de Constantin IX le Monomaque Empereur byzantin

Théodora Porphyrogénète Empereur byzantin

Constantin IX le Monomaque meurt à Byzance le 11 janvier 1055 de pleurésie.

Constantin IX le Monomaque doit lutter contre l'apparition de nouveau ennemi, les Turcs Seldjoukides en Orient, les Normands, les Petchenègues, les Oghouz et les Coumans en Occident.

Le règne de Constantin IX le Monomaque est marqué par l'affaiblissement de l'administration provinciale, la consolidation de la puissance féodales et la perte des possessions siciliennes et italiennes de Byzance.

Durant le règne de Constantin IX le Monomaque la bourgeoisie urbaine obtient les dignités qui lui permettent l'accès au Sénat.

À la mort de Constantin IX, Théodora Porphyrogénète règne enfin seule en 1055, avec clairvoyance et énergie.



Révolte du proèdre Théodose

Théodose exilé

Michel VI Stratiotique doit immédiatement faire face à la révolte du proèdre Théodose, cousin germain de l'empereur Constantin IX le Monomaque, qui considère que le trône lui revient. Mal préparée et ne recevant pas le soutien du patriarche Michel Ier Cérulaire, la révolte de Théodose est un échec. Il est exilé à Pergame.

Michel VI Stratiotique n'a pas de finesse politique et ne sait pas maintenir l'équilibre entre l'aristocratie et l'armée : pour gouverner il désire s'appuyer sur la noblesse civile. Cela suscite une violente hostilité de l'armée et de l'aristocratie d'origine militaire. Il s'aliène ainsi les magistri Isaac Comnène (le futur empereur Isaac Ier Comnène) et Katakalôn Kékauménos.

Michel VI Stratiotique n'est guère plus sage en politique extérieure. En refusant de payer le franc Ervévios Phrangopôlos et en se moquant de lui, il le fait s'allier à l'aventurier turc Samouch. L'alliance ne tient pas, mais les faibles capacités de Michel pour la diplomatie met des régions de l'Empire en danger.



Abdication de Isaac Ier Comnène Empereur byzantin

Dynastie des Doukas

Constantin X Doukas Empereur byzantin

Fatigué Isaac Ier Comnène abdique en 1059 en faveur de son principal ministre, Constantin X Doukas. Constantin X Doukas qui fait partie de l'aristocratie civile, devient empereur byzantin en 1059.



Conquête de la Sicile musulmane par les normands

Prise de Messine

Constantin X Doukas ne peut empêcher que les Normands de Robert Guiscard de Hauteville aidé de Roger Ier de Hauteville attaquent les possessions byzantines en Italie du Sud.

Roger Ier de Hauteville installe son fief à Mileto en 1061.

À partir de février 1061, et pendant 15 ans, Robert Guiscard de Hauteville et Roger Ier de Hauteville envahissent la Sicile, une véritable Croisade avant l'heure.

Ensemble, Ils font la conquête de Messine.

La conquête de l'île est lente et difficile.

De nombreuses forteresses musulmanes quadrillent la Sicile.

Ils ne disposent que rarement de plus d'un millier d'hommes pour pouvoir se battre efficacement sur plusieurs fronts. Roger Ier de Hauteville ne dispose que d'à peine 60 guerriers lors de la première expédition de 1061.

Roscelin ou Roskelin ou Roussel de Bailleul ou de Baieul fait parti des guerriers normands au service de Roger Ier de Hauteville.



Mort de Constantin X Doukas Empereur byzantin

Constantin X Doukas meurt en 1067.

Érudit et intellectuel, Constantin X Doukas ne sait continuer l'oeuvre d'Isaac Ier, se contentant de passer son temps en discussions savantes et de rédiger d'interminables dissertations sur les points les plus minimes de la loi.

Comme représentant de la noblesse civile, Constantin X Doukas facilite l'entrée au sénat aux plus larges couches de la bourgeoisie.

Constantin X Doukas crée une administration pléthorique à laquelle il enjoint d'endiguer la puissance de l'armée, remplaçant les soldats par des mercenaires étrangers.

Constantin X Doukas accroît considérablement les dépenses de l'État.



Eudoxie Makrembolitissa Impératrice byzantine, Michel VII Doukas et Andronic Doukas Co-Empereurs byzantins

Eudoxie Makrembolitissa Régente de l'Empire byzantin

À la mort de Constantin X, sa femme Eudoxie devient impératrice et assure la régence au nom de son fils Michel VII.

Andronic Doukas (1057-après 1081), frères Michel VII Doukas, est associé au trône en 1067



Mariage de Romain IV Diogène avec Eudoxie Makrembolitissa

Pour exercer cette régence, et malgré l'interdiction que Constantin X Doukas lui avait faite avant de mourir, Eudoxie Makrembolitissa se remarie.

Romain IV Diogène épouse Eudoxie Makrembolitiss.



Déposition de Romain IV Diogène

Exil et mort d'Eudoxie Makrembolitissa

Michel VII Doukas Empereur byzantin, Andronic Doukas et Constantin Doukas Co-Empereurs byzantin

Romain IV Diogène est déposé par son beau-fils Michel VII Doukas, qui fait exiler l'Impératrice Eudoxie, laquelle meurt peu après.

Michel VII Doukas est couronné Empereur byzantin le 14 août 1071 à Mantzikert.

Andronic Doukas déjà associé au trône depuis 1067 se joint en 1071 à Constantin Doukas (1060-1081), autre frère de Michel VII Doukas.



Mariage de Michel VII Doukas avec Marie d'Alanie

Michel VII Doukas épouse Marie d'Alanie.

Leur enfant est Constantin Doukas, qui fut associé au trône.

Michel VII Doukas poursuivit la politique de son père, mais est incapable de rejeter les forces ayant envahies les territoires byzantins et de contrôler les rébellions internes.

Son règne est marqué par des troubles causés, depuis l'extérieur, par l'Église de Rome, les Petchenègues et les Magyars.

Sa politique financière est désastreuse : l'inflation galopante conduit à la chute de la monnaie, au point que Michel est surnommé Parapinace (moins un quart).



Mort d'Agnès d'Aquitaine

Agnès d'Aquitaine veuve d'Henri III le Noir, meurt à Rome le 14 décembre 1077.

Elle est inhumée en la chapelle Sainte-Pétronille de Rome, le territoire français du Vatican.

Femme érudite, elle fait traduire les ouvrages de Constantin l'Africain, moine médecin de l'abbaye du Mont-Cassin.

Saint Pierre Damien, Cardinal d'Ostie, est une des principales sources sur sa vie.



Mariage d'Alexis Ier Comnène avec Irène Doukas

Alexis Ier Comnène épouse en 1078 Irène Doukas. Leurs enfants sont :



Mariage de Constantin Ier d'Arménie

D'après la Chronique d'Alep, Constantin Ier d'Arménie épouse une descendante de Bardas Phocas.

Constantin Ier d'Arménie a pour enfants :


Alexis Ier Comnène

Déposition de Nicéphore III Botaniatès

Dynastie des Comnènes

Alexis Ier Comnène Empereur byzantin

Mort de Nicéphore III Botaniatès

En 1081, avec l'appui de Constantin Doukas, Alexis Ier Comnène oblige Nicéphore III Botaniatès à abdiquer et le relègue au couvent de Péribleptos. Alexis Ier Comnène devient Empereur byzantin.

Pendant son règne, Alexis Ier Comnène parvient à vaincre les Normands de Robert Guiscard de Hauteville en Épire et reconquiert des territoires dans les Balkans.

Alexis Ier Comnène bat les Petchenègues en Thrace.

Diplomate hors pair, Alexis Ier Comnène réussit par d'habiles négociations à relever l'Empire byzantin.

Nicéphore III Botaniatès meurt en 1081.



Attaque de l'Empire romain d'Orient

La dernière grande expédition de Robert Guiscard de Hauteville est d'attaquer l'Empire romain d'Orient avec ses vassaux. Son objectif est peut-être, même, de s'emparer de Byzance.

En effet, les Normands détestent les Byzantins, qu'ils trouvent trop efféminés, et l'ambitieux Normand songe à prendre la capitale de l'Empire espérant se saisir du trône du basileus, prenant dès lors la cause de Michel VII Doukas.

De plus, l'une de ses filles, Olympias, était fiancée à Constantin Doukas, fils de Michel VII Doukas, avant le renversement de sa famille.

Robert Guiscard de Hauteville s'embarque donc avec 16.000 hommes (des troupes en majorité non normandes) en mai 1081.

Bohémond Ier de Hauteville, son fils, participe à cette expédition et le seconde entre 1081 et 1085.

Robert Guiscard de Hauteville infligé une lourde défaite à l'empereur Alexis Ier Comnène en octobre 1081.



Mort de Roupen Ier d'Arménie

Constantin Ier d'Arménie Seigneur de Bartzeberd

Roupen Ier d'Arménie est installé dans le nid d'aigle de Bartzeberd.

Roupen Ier d'Arménie meurt à Kormogolo en 1095.

Il est inhumé à Castalon.

Constantin Ier d'Arménie succède à Roupen Ier d'Arménie, son père, et devient seigneur de Bartzeberd et de Vahka en 1095.

Constantin Ier d'Arménie devient Seigneur de Bartzeberd et de Vahka en 1095.



Constantin Ier d'Arménie Seigneur de Vahka

Selon le chroniqueur Mathieu d'Édesse, Constantin Ier d'Arménie envoit en 1097 et en 1098 des soldats pour soutenir les Croisés et leur prêter main-forte.

Les Turcs Seldjoukides sont battus par les croisés et doivent évacuer la plaine cilicienne, que les Byzantins réoccupent.

Constantin Ier d'Arménie en profite pour se tailler une principauté, en prenant plusieurs forteresses et villes sur les Grecs.

Il prend notamment la place-forte de Vahka, située dans l'Anti-Taurus, et en fait sa capitale et sa résidence.



Mariage de Léon Ier d'Arménie

Léon Ier d'Arménie épouse vers 1102 :

Leurs enfants sont :



Mort de Constantin Ier d'Arménie

Thoros Ier d'Arménie Prince des Montagnes

Constantin Ier d'Arménie meurt :

Il est inhumé dans le couvent de Gasdaghon.

Thoros Ier d'Arménie succède à Constantin Ier d'Arménie, son père, et devient Prince des Montagnes en 1102.

Il prend le titre de seigneur des Montagnes, indiquant par là son indépendance et son contrôle des montagnes ciliciennes.

Pour sauver la face, Alexis Ier Comnène lui accorde le titre de curopalate.

Mais cela ne empêche pas Thoros Ier d'Arménie de s'étendre vers le sud dans les plaines ciliciennes en occupant des territoires byzantins, entre autres la région des affluents de Djeihoun et les forteresses d'Anazarbe et de Kendrawkaw.



Mariage de Josselin Ier d'Édesse avec Béatrice d'Arménie

Josselin Ier d'Édesse épouse entre 1100 et 1104 Béatrice d'Arménie (morte en 1121), fille de Constantin Ier d'Arménie. Leur enfant est :

Elle prend le prénom de Béatrice après son mariage.



Naissance d'Andronic Ier Ange

Andronic Ier Ange naît en 1125, fils de Constantin Ange et de Théodora Comnène.



Mort de Thoros Ier d'Arménie

Constantin II d'Arménie Prince de Cilicie arménienne

Mort de Constantin II d'Arménie

Léon Ier d'Arménie Prince de Cilicie arménienne

Thoros Ier d'Arménie meurt le 17 février 1129.

Il est inhumé à Drazark.

Kostandin ou Constantin II d'Arménie succède à Thoros Ier d'Arménie, son père, et devient Prince de Cilicie arménienne.

Léon Ier d'Arménie, frère de Thoros Ier d'Arménie, écarte Constantin II d'Arménie du pouvoir , le fait emprisonner et le fait probablement empoisonner.

Léon Ier d'Arménie fils de Constantin Ier d'Arménie, devient Prince de Cilicie arménienne ou Prince Montagnes roupénide.



Naissance de Constantin de Barbaron

Kostandin ou Constantin de Barbaron dit le Grand Baron naît vers 1180, fils de Vacaghk de Barbaron.



Mort de Guillaume II le Bon Roi de Sicile

Guillaume II le Bon, Roi de Sicile, meurt prématurément et sans descendance légitime le 18 novembre 1189, plongeant le royaume siciliano-normand dans de graves problèmes de succession. L'Empire germanique prétend à l'héritage du royaume de Sicile par mariage.

Dans la Divine Comédie, Dante fait mention du roi Guillaume II le Bon, un "souverain estimé et aimé de ses sujets, le plaçant au paradis dans le 6e ciel, le ciel de Jupiter, parmi les princes pieux, justes et sages, aux côtés des David, Trajan, Constantin.

L'héritière de Guillaume II le Bon est sa tante Constance de Hauteville qui est mariée à l'empereur Henri VI le Sévère.



Mariage de Théodore Ier Lascaris avec Anne Ange

Théodore Ier Lascaris épouse en premières noces en 1199 Anne Ange, fille d'Alexis III Ange et d'Euphrosyne Kamaterina. Leurs enfants sont :



Mariage de Constantin de Barbaron

Constantin de Barbaron épouse X. Leur enfant est :



Nouvelle prise de Constantinople

Mort d'Isaac II Ange

Fuite d'Alexis V Doukas Murzuphle

Pillage de la tombe d'Irène l'Athénienne

Constantin Lascaris Empereur Byzantin

Sac de Constantinople

Partage du butin

Alexis V Murzuphle renforce les murs et les tours de Constantinople, renforce la garde de la ville mais refuse d'acquitter les tributs promis par ses prédécesseurs, ce qui irrite les croisés.

Alexis V Doukas Murzuphle n'a aucune chance de se maintenir sur le trône, s'il ne donne satisfaction aux volontés populaires. Il essaie de traiter avec les Latins, et, dans une conférence avec Enrico Dandolo, il promet de leur payer sur-le-champ 5 000 livres pesant d'or. Mais il refuse catégoriquement de soumettre l'Église grecque à l'Église romaine. Les pourparlers sont rompus.

Le 9 avril 1204, les Croisés livrent assaut à Constantinople du côté du port.

Après une héroïque résistance, les Croisés y pénètrent le 12 avril 1204.

Hugues IV de Saint-Pol, Guillaume Ier de Champlitte, Jean Ier de Brienne et Eudes II Le Champenois participent à la prise de Constantinople.

Isaac II Ange meurt à Constantinople le 12 avril 1204.

Le 13 avril 1204, Alexis V Doukas Murzuphle s'enfuit par la porte Dorée avec sa femme Eudoxie Ange, fille d'Alexis III Ange. La ville, pillée et brûlée, est désertée par sa population.

La multitude nomme aussitôt un nouvel empereur dans la personne de Constantin Lascaris. Mais lorsque ce personnage, dont on vantait les talents militaires, veut rétablir le combat, il ne trouve personne pour le soutenir.

Les Latins s'établissent à l'intérieur de la ville tout près des murailles, afin d'être à portée de leur flotte en cas de surprise nocturne, et pour plus de sûreté ils mettent le feu en divers endroits.

Le matin du 14 avril 1204, les croisés se remettent en mouvement et occupent les principaux quartiers où des scènes de carnage se répètent pendant plusieurs jours. Boniface Ier de Montferrat entre dans le palais de Boucoléon et Henri Ier de Constantinople prend possession de celui de Blaquernes.

Constantinople est mise à sac malgré les efforts du clergé latin et des chefs militaires.

La tombe d'Irène l'Athénienne est pillée par les croisés en 1204.

En moins d'une semaine, elle voit périr les trésors que 9 siècles avaient accumulés dans ses murs.

Parmi les chefs-d'œuvre de l'Antiquité et de l'art chrétien dont étaient décorés ses palais, ses places et ses édifices publics, tous ceux qui sont de métal disparaissent.

On fond des statues, des pièces d'orfèvrerie des ornements de toutes sortes pour les réduire en pièces de monnaie.

Les reliques des saints et des personnages bibliques, plus nombreuses à Constantinople que dans toute autre ville, vont enrichir les églises et les couvents de l'Occident.

Les vainqueurs passent en actions de grâces la semaine sainte du 18 au 24 avril 1204 puis procèdent au partage du butin :



Mariage de Constantin de Barbaron avec Alix de Lampron

Constantin de Barbaron épouse en 1205 Alix de Lampron, fille d'Héthoum III de Lampron et de Rita, une roupénide. Leurs enfants sont :



Naissance de Smbat de Barbaron

Sempad ou Smbat de Barbaron naît vers 1208, fils de Constantin de Barbaron et d'Alix de Lampron.



Mariage de Théodore Ier Lascaris avec Philippa d'Arménie

Théodore Ier Lascaris est veuf d'Anne Ange.

Théodore Ier Lascaris épouse en 1214 Philippa d'Arménie, fille de Roupen III d'Arménie et d'Isabelle de Toron. Leur enfant est :



Naissance d'Héthoum Ier de Barbaron

Héthoum Ier de Barbaron naît en 1215, fils de Constantin de Barbaron et d'Alix de Lampron.



Constantin de Barbaron Connétable du royaume d'Arménie

Siège de la forteresse de Kapan

Léon II d'Arménie fait Constantin de Barbaron connétable du royaume d'Arménie.

En 1216, Constantin de Barbaron défend la forteresse de Kapan, assiégée par le sultan Kakauz, qui le fait prisonnier, avec son fils Constantin.

Pour obtenir sa libération, Léon II d'Arménie cède les forteresses de Loulon et de Lauzada.



Naissance de Stéphanie de Barbaron

Stéphanie de Barbaron naît vers 1220, fille de Constantin de Barbaron.



Mort d'Adam de Baghras

Adam de Baghras meurt en 1220 assassiné.

Constantin de Barbaron devient régent pour Isabelle d'Arménie.



Mariage de Constantin de Barbaron

Constantin de Barbaron épouse vers 1220 Biatr. Leurs enfants sont :



Mariage de Philippe d'Antioche avec Isabelle d'Arménie

Philippe d'Antioche Roi d'Arménie

Constantin de Barbaron négocie en 1221 le mariage d'Isabelle d'Arménie avec Philippe d'Antioche

Philippe d'Antioche épouse en 1222 Isabelle d'Arménie, fille de Léon II d'Arménie et de Sibylle de Lusignan.

Philippe d'Antioche devient Roi d'Arménie en 1222.

Philippe prend l'engagement qu'il vivra à la mode arménienne, adoptera la foi et la communion des Arméniens et respectera les privilèges de tous leurs nationaux.



Mort de Philippe d'Antioche

Mariage d'Héthoum Ier de Barbaron avec Isabelle d'Arménie

Héthoum Ier de Barbaron Roi arménien

Mais Philippe d'Antioche ne respecte pas ses engagements et tente de remplacer les nobles influents de la cour par ses compatriotes.

Philippe d'Antioche veut aussi imposer le rite et les habitudes latines au clergé et au peuple arménien.

Le pays se soulève, mené par Constantin de Barbaron.

Philippe d'Antioche est arraché des bras d'Isabelle d'Arménie, son épouse, qui l'aime tendrement.

Philippe d'Antioche est jeté en prison.

Philippe d'Antioche meurt le 24 janvier 1226 assassiné.

Isabelle d'Arménie est veuve de Philippe d'Antioche.

Héthoum Ier de Barbaron, fils de Constantin de Barbaron, épouse le 14 mai 1226 Isabelle d'Arménie. Leurs enfants sont :

Il réussit à amener la royauté dans sa famille, tout en lui laissant la légitimité nécessaire pour éviter une guerre civile entre les différents barons arméniens.

Constantin de Barbaron laisse Isabelle sur le trône d'arménie.

Héthoum Ier de Barbaron devient Roi arménien de Cilicie en 1226.

Bien que porté au pouvoir par une réaction anti-franque, Héthoum Ier de Barbaron pratique une politique francophile, sans chercher à modifier les traditions arméniennes.



Défaite de Clocotnita et dernières années de règne

Théodore Ier Ange Doukas Comnène Prisonnier

Michel II Doukas Despote d'Épire

Le 9 mars 1230, Théodore Ier Ange Doukas Comnène subit une écrasante défaite contre le royaume bulgare à Clocotnita en Thrace (Klokotnitsa signifie bouillonnante en bulgare).

Théodore Ier Ange Doukas Comnène est fait prisonnier par le tsar Ioan Asan ou Ivan Asen II de Bulgarie qui lui fait crever les yeux.

Ses possessions restantes sont divisées entre :



Mariage de Théodore II Doukas Lascaris avec Hélène de Bulgarie

Théodore II Doukas Lascaris épouse au printemps 1235 Hélène de Bulgarie (1224-1254), fille de Jean Asen II, Tsar de Bulgarie. Leurs enfants sont :



Mariage d'Henri Ier de Lusignan avec Stéphanie de Barbaron

Henri Ier de Lusignan est veuf d'Alix de Montferrat.

Henri Ier de Lusignan épouse en 1237 Stéphanie de Barbaron (vers 1220-1249), fille de Constantin de Barbaron.



Mariage d'Alexandre Nevski avec Alexandra de Polotsk

Alexandre Nevski épouse en 1239 Prascovie ou Alexandra de Polotsk, fille du prince Bryatchilav de Polotsk (mort après 1239). Leurs enfants sont :



Mariage de Michel VIII Paléologue avec Théodora Vatatzès

Michel VIII Paléologue épouse en 1253 Théodora Vatatzès (1240-1303), cousine des empereurs Lascaris de Nicée.

Leurs enfants sont :



Mariage d'Hugues III de Chypre avec Isabelle d'Ibelin

Hugues III de Chypre épouse le 23 janvier 1255 Isabelle d'Ibelin, fille de Guy d'Ibelin, Maréchal et connétable de Chypre, et de Philippa Berlais. Leurs enfants sont :



Mort de Koloman II Asên

Rostislav IV de Kiev prétendant au trône de Bulgarie

Constantin Ier Asên Tsar de Bulgarie

Koloman II Asên , gendre de Rostislav IV de Kiev, meurt en 1257.

En 1257 Rostislav IV de Kiev tente de se faire élire Tsar de Bulgarie.

Sa candidature est repoussée par les Boyards qui lui reprochent d'être inféodé à la Hongrie et lui opposent d'abord Mitzo Asên un gendre d'Ivan Asên II.

Finalement c'est le candidat des Serbes Constantin Ier Asên qui sera reconnu tsar de Bulgarie.



Mariage de Constantin Asen avec Irène

Mariage de Michel II d'Épire avec Marie

Théodore II Doukas Lascaris marie en 1257deux filles.

Le nouveau tsar de Bulgarie Constantin Asen épouse Irène.

Michel II Doukas, despote d'Épire, épouse Marie.

Michel II Doukas se voit obligé de céder Durazzo, la Serbie et l'Albanie.

D'abord trahi par Michel Paléologue qui se réfugie auprès des Turcs, Théodore II Doukas Lascaris lui accorde ensuite son pardon et lui donne le commandement des troupes opérant en Europe, contre Michel II Doukas, qui s'est allié aux Serbes et aux Albanais pour reprendre Prilep et la Macédoine (sauf Thessalonique).


Léon III d'Arménie et Keran de Lampron et 5 de leurs enfants - miniature arménienne - 1272

Mariage de Léon III d'Arménie avec Keran de Lampron

Léon III d'Arménie épouse le 15 janvier 1262 Kyr-Anna ou Keran de Lampron (mort en 1285), fille de Héthoum IV, Seigneur de Lampron. Leurs enfants sont :



Mort de Constantin de Barbaron Seigneur de Barbaron et de Partzerpert

Constantin de Barbaron meurt en 1262.



Mariage d'Andronic II Paléologue avec Anne de Hongrie

Andronic II Paléologue (1259-1332) épouse en 1272 Anne de Hongrie, fille d'Étienne V de Hongrie et d'Élisabeth de Coumans. Leurs enfants sont :

Le mariage avec Anne de Hongrie est arrangé par Michel VIII Paléologue pour des raisons politiques.

Il n'en est pas moins un mariage heureux.



Naissance de Constantin Ier d'Arménie

Kostandinou ou Constantin Ier d'Arménie naît en 1277, fils de Léon III d'Arménie et de Keran de Lampron.



Mariage d'Amaury II de Lusignan avec Isabelle d'Arménie

Amaury II de Lusignan épouse vers 1292 ou 1293 Isabelle d'Arménie, fille de Léon III d'Arménie et de Keran de Lampron. Leurs enfants sont :



Mariage de Michel III de Vladimir avec Anne de Rostov

Michel III de Vladimir épouse le 8 novembre 1294 Anne de Rostov (morte le 3 octobre 1368), fille de Dimitri de Rostov. Leurs enfants sont :



Smbat d'Arménie Roi d'Arménie

Smbat d'Arménie s'emparer du pouvoir avec l'aide de Constantin Ier d'Arménie.

Héthoum II d'Arménie et Thoros III d'Arménie sont capturés à Césarée à leur retour et jetés en prison à Partzerpert.

Smbat d'Arménie devient Roi d'Arménie en 1296.



Mort de Thoros III d'Arménie

Constantin Ier d'Arménie Roi d'Arménie

Thoros III d'Arménie meurt le 23 juillet 1298 assassiné sur l'ordre de Smbat d'Arménie.

Constantin Ier d'Arménie se retourne alors contre Smbat d'Arménie, son frère, et l'emprisonne.

Constantin Ier d'Arménie devient Roi d'Arménie de 1298 à 1299.



Héthoum II d'Arménie à nouveau Roi d'Arménie

Héthoum II d'Arménie s'évade de sa prison.

Constantin Ier d'Arménie est renversé par Héthoum II d'Arménie.

Héthoum II d'Arménie remonte sur le trône et devient à nouveau Roi d'Arménie en 1299.

Héthoum II d'Arménie exile alors Constantin Ier d'Arménie et Smbat d'Arménie ses deux frères félons à Byzance.



Constantin Romanovitch Prisonnier

Selon les chroniques, en 1300, Daniel Ier de Moscou fait emprisonner par la ruse Constantin Romanovitch, souverain de la Principauté de Riazan.

Pour obtenir sa libération, Constantin Romanovitch cède à Daniel Ier de Moscou sa forteresse de Kolomna.

Grâce à cette acquisition stratégique, Daniel Ier de Moscou contrôle toute la rivière Moskova.



Constantin Ier d'Arménie à nouveau Roi d'Arménie

Constantin Ier d'Arménie réussit brièvement à revenir sur le trône d'Arménie en 1307, mais est déposé dans l'année.



Mort de Constantin Ier d'Arménie

Constantin Ier d'Arménie meurt en 1310.



Mariage d'Iouri III de Moscou

Iouri III de Moscou épouse une fille du prince Constantin de Riazan. Leur enfant est :



Mort de Manuel Paléologue

Mort de Michel IX Paléologue

Reniement de Andronic III Paléologue par Andronic II Paléologue

Andronic III Paléologue associé au trône sans pouvoir

S'étant épris d'une dame de Constantinople, Andronic III Paléologue monte un soir une embuscade pour éliminer un de ses rivaux.

Malheureusement, dans la nuit, ses sbires se trompent de victime et assassinent Manuel Paléologue, son frère cadet.

Michel IX Paléologue est tellement affecté par cet accident qu'il meurt le 12 octobre 1320, à Thessalonique.

Andronic II renie son petit-fils, le destituant au profit de Constantin Porphyrogénète, frère cadet de Michel IX Paléologue.

Profitant de l'impopularité de son grand-père, Andronic III Paléologue lui déclare la guerre.

Un compromis est alors trouvé, aux termes duquel Andronic II associe son petit-fils au trône mais conserve l'essentiel du pouvoir impérial, empêchant ainsi Andronic III Paléologue et ses conseillers de réaliser les réformes dont la nécessité se faisait sentir.



Naissance de Dimitri III de Souzdal

Dimitri Constantinovitch ou Dimitri III de Souzdal dit l'Usurpateur naît en 1324, fils de Constantin Vassilievitch de Souzdal.



Mariage de Dimitri Ier de Moscou avec Eudoxie de Souzdal

Dimitri Ier de Moscou épouse le 18 janvier 1367 Eudoxie de Souzdal, fille de Dimitri III de Souzdal.

Parmi leurs12 enfants citons :



Mariage de Manuel II Paléologue avec Hélène Dragas

Manuel II Paléologue épouse le 10 février 1392 Hélène Dragas (1376-1450), fille de Constantin Dragas, un noble serbe. Leurs enfants sont :



Naissance de Constantin XI Paléologue

Constantin XI Paléologue dit Dragasés naît à Constantinople en 1405, fils de Manuel II Paléologue et d'Hélène Dragas.



Mariage de Constantin XI Paléologue avec Madeleine Tocco

Constantin XI Paléologue épouse en premières noces en 1428 Madeleine Tocco (morte en 1429), fille de Léonard II Toco, Seigneur de Zante.



Mariage de Constantin XI Paléologue avec Catherine Gattilusi

Constantin XI Paléologue épouse en secondes noces le 27 juillet 1441 Catherine Gattilusi (morte en 1442), fille de Dorino Ier, Seigneur de Lesbos.



Constantin XI Paléologue despote de Mistra

En 1443, Constantin XI Paléologue devient despote de Mistra.


Constantin XI Paléologue

Mort de Jean VIII Paléologue Empereur byzantin

Constantin XI Paléologue Empereur byzantin

Jean VIII Paléologue meurt le 31 octobre 1448 sans enfant.

À la mort de son frère Jean VIII, Constantin XI Paléologue devient Empereur byzantin en 1448.



Mehmed II Sultan ottoman

Mehmed II devient Sultan ottoman en 1451.

Sitôt sur le trône, il prépare le siège de Constantinople.

L'empire byzantin est réduit à la portion congrue.

Les Paléologues n'exercent plus leur pouvoir qu'autour de Constantinople et une partie du Péloponnèse.

Les Byzantins ne contrôlent plus rien du commerce entre Occident et Extrême-Orient et qui avait leur richesse.

Les concessions commerciales accordées aux Vénitiens et aux Génois ont été de plus en plus importantes au fil des siècles, les caisses sont donc vides.

Constantin XI Paléologue ne peut aligner que 6 000 à 7 000 soldats, majoritairement italiens, face aux 200 000 Turcs.

Devant la réputation de solidité des murs de Constantinople, Mehmed II fait spécialement construire un canon par Urbain, un ingénieur hongrois dont les Byzantins n'ont pas pu s'offrir les services.

Le sultan met à la disposition d'Urbain tous les moyens nécessaires afin de fondre des canons de fort calibre.

Il va notamment en fondre un dont les dimensions sont formidables pour l'époque, au tout début de l'artillerie.

Son tube d'une longueur de 7,80 mètres, pouvait tirer des boulets d'une masse de 544 kg.



Union des deux Églises

Le mardi 12 décembre 1452, Constantin XI Paléologue fait lire solennellement le Laetentur Coeli, à la basilique Sainte-Sophie de Constantinople et proclamer l'union des deux Églises, romaine et byzantine.


Le siège de Constantinople. Peint en 1499 Les Turcs sous les murailles de Constantinople Siège de Constantinople - à gauche, la Corne d'Or - au fond à gauche le détroit du Bosphore à droite la mer de Marmara - manuscrit français de 1455

Siège et Prise de Constantinople

Mort de Constantin XI Paléologue Empereur byzantin

Fin de l'empire byzantin

Après deux ans de préparatifs, Mehmet II est prêt et part d'Edirne le 23 mars 1453.

Mehmet II arrive sous les murs de la ville le 5 avril 1453, précédé par son armée et met le siège.

À part quelques centaines de soldats vénitiens et génois venus défendre leurs intérêts, Constantinople est abandonnée par l'Occident à son sort.

Constantinople n'est plus défendue que par quelques milliers d'hommes valides aidés par quelques centaines hommes venus d'occident avant le début du blocus. Le lendemain, l'armée turque commence le pilonnage du mur de Théodose avec le fameux canon. Le feu de l'artillerie dure plusieurs jours.

Le soir du 20 avril 1453, une flotte de trois navires envoyés par le pape Innocent III avec vivres et munitions parvient à forcer le blocus maritime. Cette aide providentielle est cependant insuffisante. Venise tergiverse à envoyer en renfort 15 bateaux qui arriveront trop tard.

Le 22 avril 1453 au matin, une flotte d'une vingtaine de navires turcs mouille dans la Corne d'Or. Les constantinopolitains sont consternés car le passage vers ce havre naturel, situé à l'est de la ville, est commandé par une lourde chaîne dont les byzantins ont encore le contrôle. Les navires ont en fait été hissés sur terre par des centaines de bœufs durant la nuit.

L'assaut final est lancé dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 mai 1453. La bataille, acharnée, dure toute la nuit. Au petit matin, une escouade turque découvre une poterne, la Kerkoporta, près du palais des Blachernes, laissée ouverte par mégarde. Ils peuvent ainsi pénétrer dans la ville.

Constantin XI Paléologue meurt le 29 mai 1453 sur les murailles de Constantinople.

La légende entretient l'image d'un souverain ayant combattu héroïquement jusqu'aux dernières heures de Byzance, et mort l'épée à la main. Constantin XI Paléologue entouré de fidèles, se serait débarrassé des insignes impériaux et se serait jette dans la masse des janissaires dans une ultime charge héroïque.

Il est possible que le cadavre Constantin XI Paléologue ait été retrouvé et inhumé en secret dans ce qui est aujourd'hui l'hagiasma de Aydabir dans le quartier d'Unkapani par les rares habitants chrétiens demeurés à Constantinople. Mais il est plus probable que son corps n'ait jamais été identifié et qu'il soit enterré anonymement, avec ses compagnons de lutte, dans une fosse commune.

Constantin XI Paléologue est le dernier Empereur Romain de l'Histoire, au terme de presque 1500 ans pendant lesquels le titre fut porté. Mort sans héritier, Constantin XI Paléologue transmet les droits sur l'Empire à son frère Thomas Paléologue, despote de Morée.

La chute de Constantinople marque la fin de l'empire byzantin et une nouvelle ère d'expansion pour l'empire ottoman.

Les historiens considèrent quelques fois que cette date marque aussi la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance.



Grigori Otrepiev Premier faux prince Dimitri

Fiançailles de Grigori Otrepiev et de Marina Mniszek

Bataille de Novgorod-Severski

Georges Mniszek et à Marina Mniszek résident à Sambor.

En cette ville, en 1604, Constantin Wisniewicki, leur parent, présente à Georges Mniszek et à Marina Mniszek un étrange personnage déclarant être Dimitri Ivanovitch, demi-frère de Fédor Ier de Russie, le tsar défunt, qui aurait échappé à la mort.

En réalité, il s'agit d'un imposteur, un moine défroqué du nom de Grigori Otrepiev.

Un contrat de fiançailles est signé entre Grigori Otrepiev et Marina Mniszek.

Si Grigori Otrepiev réussit à ceindre la couronne, Marina Mniszek recevra 1 000 000 de zlotys et la ville de Pskov.

De son côté, Grigori Otrepiev obtiendra les terres de Novgorod et de Severski.

Conseillé par Grigori Otrepiev, Sigismond III Vasa accepte de lever et de financer une armée de mercenaires polonais et lituaniens.

Le 13 octobre 1604, Grigori Otrepiev entre en Russie

Boris Fedorovitch Godounov décrète alors la mobilisation générale mais ses troupes sont défaites par celle de Grigori Otrepiev, le 21 décembre 1604 à Novgorod-Severski.



Liaison de Ladislav-Sigismond IV Vasa avec Jadwiga Luszkowska

Ladislav-Sigismond IV Vasa a une liaison avec Jadwiga Luszkowska. Leur enfant est :



Bataille de Montjuic

Philippe de La Mothe-Houdancourt Lieutenant général des armées du roi

Bataille de Tarragone

La Catalogne soulevée contre l'Espagne se met sous l'entière autorité du royaume de France le 23 janvier 1641 à l'approche des troupes espagnoles de Philippe IV d'Espagne, sous la réserve de conserver ses privilèges.

L'armée française comporte notamment les régiments Enghien, Espenan et Serignan et quelques 1 000 cavaliers qui venaient de rendre Tarragone.

Promu lieutenant général des armées du roi en 1641, Philippe de La Mothe-Houdancourt est envoyé à l'armée de Catalogne sous les ordres du prince de Condé.

L'armée française et les milices catalanes repoussent les Espagnols le 26 janvier 1641 au cours de la bataille de Montjuic.

La Catalogne restera française jusqu'en 1652.

Philippe de La Mothe-Houdancourt mène 5 000 hommes de troupe, s'empare de Valz, de Lescouvette, du fort de Salo, de la ville et du fort de Constantin, et assiège Tarragone.

La ville de Tarragone est assiégée :

Tarragone est ravitaillée par les Espagnols lors d'une première attaque menée par des galères le 4 juillet 1641.

Le 20 août 1641, une flotte espagnole sous le commandement de don García Álvarez de Tolède, s'approche de Tarragone.

L'essentiel de la flotte espagnole s'est concentrée à Vinaròs.

Elle est composée de :

chargés de provisions.

Les 29 galères survivantes de la précédente bataille se sont ajoutées à ces forces.

Arrivés au contact, la flotte française ouvre le feu.

Au cours de l'engagement entre les 2 lignes de batailles, les galères espagnoles parviennent à glisser sans encombre le convoi dans la ville.

A 3h de l'après-midi, les galères virent, et attaquent la flotte française par l'arrière.

La flotte française est prise entre 2 feux, souffrant énormément jusqu'au coucher du soleil moment où le combat cesse.

Le 21 août 1641, le combat reprend, mais baisse en intensité, jusqu'à se terminer en une poursuite des Français en pleine retraite.

Le 25 août 1641, la flotte française est perdue de vue, mais les Espagnols leur capturent un brûlot qu'ils lancent inutilement contre eux.

Elle ne semble pas avoir perdu plus de navires, mais leurs dommages et pertes doivent être énormes du fait du feu croisé qu'ils ont subi pendant un long moment.

Clairement vaincus, elle fait route vers sa base en France.

Les officiers de don García Álvarez de Tolède le supplient de poursuivre et d'aborder l'ennemi afin de l'achever.

Mais celui-ci sait qu'un tiers de ses galions ne souhaitent pas de battre avec acharnement du fait qu'ils sont civils, et que le nombre de bateaux espagnols est limité.

Les espagnols en profite pour approvisionner Rosas, Perpignan et Collioure, retournant ensuite à Tarragone, car l'armée assiégeante se retire au vu de la défaite navale.

La flotte ennemie n'est pas détruite, mais les espagnols obtiennent le contrôle de la mer.

Richelieu destitue Henri d'Escoubleau, et lui interdit de commander à nouveau.

En septembre 1641, Philippe de La Mothe-Houdancourt emporte d'assaut la ville de Tamarit en Aragon.

Philippe de La Mothe-Houdancourt revient devant Tarragone.

Philippe de La Mothe-Houdancourt marche au secours d'Almenas, assiégée par les Espagnols début novembre 1641.

Sa troupe étant moins forte que celle des assiégeants, Philippe de La Mothe-Houdancourt envoie dans la nuit 100 chevaux avec toutes les trompettes et tous les tambours de son armée par les montagnes voisines, tandis qu'il débouche avec ses soldats dans une vallée opposée.

Le bruit des trompettes attire les Espagnols du côté des montagnes et les Français s'emparent de leur camp, de leurs canons et de leurs bagages.



François-Marie de Broglie Gouverneur de Constantin et de Montblanc

En 1649, François-Marie de Broglie est Gouverneur des villes de Constantin et de Montblanc en Catalogne.



Mariage de Frédéric-Maurice II de La Tour d'Auvergne avec Marie-Henriette-Françoise de Hohenzollern-Hechingen

Frédéric-Maurice II de La Tour d'Auvergne épouse en 1662 Marie-Henriette-Françoise de Hohenzollern-Hechingen, marquise de Bergen-op-Zoom. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles III de Rohan-Guémené avec Charlotte Élisabeth de Cochefilet

Charles III de Rohan-Guémené est veuf de Marie-Anne d'Albert de Luynes.

Charles III de Rohan-Guémené épouse en 1679 Charlotte Élisabeth de Cochefilet. Leurs enfants sont :


Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé

Mariage de Louis-Auguste de Bourbon avec Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé

Louis-Auguste de Bourbon épouse à Versailles le 19 mai 1692 Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, fille d'Henri Jules de Bourbon-Condé et d'Anne de Bavière. Leurs enfants sont :

Il semble que Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé soit demi-folle, capricieuse et ambitieuse.



Naissance de Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené naît à Paris le 24 mars 1697, fils de Charles III de Rohan-Guémené et de Charlotte Élisabeth de Cochefilet.



Mort de Constantin René de Mac Mahon

Constantin René de Mac Mahon est le frère de Moriat MacMahon.

Constantin René de Mac Mahon, prêtre, devient vicaire de Saint-Jacques d'Illiers.

Constantin René de Mac Mahon meurt.

Il est inhumé le 4 février 1704 en l'église de Saint-Jacques d'Illiers à l'âge d'environ 40 ans.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Capitaine de vaisseau

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené embrasse dans un premier temps la carrière des armes.

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est d'abord chevalier de Malte avant d'entrer comme officier de marine dans la Marine royale.

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est promu capitaine de vaisseau en 1720.


Charlotte-Aglaé d'Orléans en Hébé - par Pierre Gobert - Château de Versailles

Mariage de François III de Modène avec Charlotte-Aglaé d'Orléans

Renaud III de Modène tente un rapprochement avec la France.

François III de Modène épouse en 1720 Charlotte-Aglaé d'Orléans. Leurs enfants sont :

Charlotte-Aglaé d'Orléans reçoit une dot de 1,8 million de livres, constituée pour moitié par son cousin le roi Louis XV de France sous tutelle de Philippe II d'Orléans.

Ce mariage n'est pas des plus paisibles, en raison du comportement licencieux de la jeune épouse.

Renaud III de Modène leur fait construire une résidence séparée à Rivalta, dans les environs de Reggio d'Émilie.



Mariage de Louis Georges Érasme de Contades avec Marie-Françoise Nicole Magon de La Lande

Louis Georges Érasme de Contades épouse en octobre 1724 Marie-Françoise Nicole Magon de La Lande, fille de François-Auguste Magon de La Lande, un armateur malouin. Leurs enfants sont :

Marie-Françoise Nicole Magon de La Lande finira folle.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Dans la carrière ecclésiastique

En 1732, Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est nommé chanoine et grand-prévôt de Strasbourg, et entre dans la carrière ecclésiastique.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Abbé de Lyre près d'Évreux

En 1734, Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est nommé Abbé de Lyre près d'Évreux.



Mariage d'Ernest-Auguste Ier de Saxe-Weimar-Eisenach avec Sophie-Charlotte de Brandebourg-Bayreuth

Ernest-Auguste Ier de Saxe-Weimar-Eisenach est veuf d'Éléonore-Wilhelmine d'Anhalt-Köthen.

Ernest-Auguste Ier de Saxe-Weimar-Eisenach épouse le 7 avril 1734 Sophie-Charlotte de Brandebourg-Bayreuth, fille de Georges II Frédéric de Brandebourg-Bayreuth et de Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck. Leurs enfants sont :



Naissance de Marie Marguerite Madeleine Adélaïde de Castellane-Esparron

Marie Marguerite Madeleine Adélaïde de Castellane-Esparron naît rue des Bons-Enfants (paroisse Saint-Eustache) à Paris en 1741, fille de Gaspard Constantin Boniface de Castellane-Esparron, Marquis de Castellane, et de Marguerite Marie Renée Fournier (1722 à Saint-Domingue -5 mai 1781 à Paris).



Liaison de Louis-Philippe Ier d'Orléans avec Mlle Le Marquis

Pour se consoler, Louis-Philippe Ier d'Orléans se met en ménage avec une actrice, Mlle Le Marquis. Leurs enfants sont :

Ces enfants naturels seront élevés avec soin par la famille d'Orléans.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené premier aumônier du Roi

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est nommé premier aumônier du Roi en 1748.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Abbé de Saint-Epvre

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est nommé Abbé de Saint-Epvre, en 1749.



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Prélat-commandeur du Saint-Esprit

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est fait Prélat-commandeur du Saint-Esprit en 1753.


Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené

Mort de François Armand Auguste de Rohan-Soubise

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Prince-évêque de Strasbourg et Landgrave d'Alsace

François Armand Auguste de Rohan-Soubise meurt au château épiscopal de Saverne dans le Bas-Rhin le 28 juin 1756 d'une phtisie.

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené lui succède et est nommé Prince-évêque de Strasbourg et Landgrave d'Alsace en 1756.



Mariage d'Ernest-Auguste II de Saxe-Weimar-Eisenach avec Anne-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel

Ernest-Auguste II de Saxe-Weimar-Eisenach épouse le 16 mars 1756 Anne-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel (24 octobre 1739-10 avril 1807), fille de Charles Ier de Brunswick-Wolfenbüttel et de Philippine de Prusse. Leurs enfants sont :

Anne-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel est une nièce de Frédéric II de Prusse.



Consécration de Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est consacré le 16 mars 1757 par le cardinal Frédéric-Jérôme de La Rochefoucauld.



Louis René Édouard de Rohan-Guémené Évêque coadjuteur de Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené

Louis René Édouard de Rohan-Guémené Abbé de La Chaise-Dieu

Louis René Édouard de Rohan-Guémené Abbé de de Montmajour

En 1759, Louis René Édouard de Rohan-Guémené est nommé Évêque coadjuteur de Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené, son oncle, prince-évêque de Strasbourg.

À ce titre, Louis René Édouard de Rohan-Guémené reçoit de Louis XV, en commende les abbayes :



Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené Cardinal

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené est créé cardinal par le pape Clément XIII lors du consistoire du 23 novembre 1761.


Château de Montgeoffroy

Reconstruction du Château de Montgeoffroy

En 1772, Louis Georges Érasme de Contades décide de faire rebâtir le château de Montgeoffroy en vue d'y prendre sa retraite.

Il posséde en outre en Anjou des maisons aux lieux-dits Raguin, Montrevault, La Roche-Thibault.

Il fait appel à l'architecte parisien Jean-Benoît-Vincent Barré, qui doit s'associer avec un architecte local, Simier.

Les travaux durent 3 ou 4 ans.

Louis Georges Érasme de Contades est éloigné de l'Anjou par ses fonctions à Versailles et à Strasbourg.

Il y séjourne à Montgeoffroy quelques semaines en été.

Les travaux sont principalement dirigés par :

Georges Gaspard François Auguste Jean-Baptiste de Contades s'installe à Montgeoffroy à partir de 1772.

L'ancien château est rasé, mais Jean-Benoît-Vincent Barré respecte son plan "en U" et conserve 2 tours et les douves, ainsi que la chapelle, datant de 1543.

le château de Montgeoffroy compte 6 pièces d'apparat et 20 appartements.

La façade sur le jardin est orientée Nord-Est.

2 salons se situent dans l'axe principal entre cour et parc.

La salle à manger est de forme ovale.

Le grand escalier est reporté dans l'angle opposé.

Louis Georges Érasme de Contades décide d'établir son appartement au Sud du côté de l'entrée, afin de se trouver à proximité de l'office et du buffet, qu'il souhaite garder à l'œil.

Il fait décorer les dessus-de-portes de portraits de jolies servantes.

Hélène Moreau de Séchelles et Marie-Marguerite Magon de La Lande sont logées à l'angle du parterre et des basses-cours.

Le domaine a traversé la Révolution française et la guerre de Vendée en conservant ses communs, des bâtiments agricoles, sa chapelle et les fabriques du parc et, chose plus rare voire exceptionnelle, ses archives et son mobilier, dont de très nombreux sièges, certains par Gourdin, et des commodes et petites tables par Garnier, Durand et Roussel, étudiés par Pierre Verlet.


Sophie-Dorothée de Wurtemberg par Alexandre Roslin (1777) - 18 ans

Mariage de Paul Ier de Russie avec Sophie-Dorothée de Wurtemberg

Frédéric II de Prusse propose Sophie-Dorothée de Wurtemberg, sa nièce, en mariage.

Louis de Hesse-Darmstadt reçoit une compensation financière pour la rupture des fiançailles.

Catherine II de Russie se réjouit de cette union, car Sophie-Dorothée de Wurtemberg et elle-même ont reçu le même genre d'éducation et sont natives toutes deux de Stettin.

Frédéric II de Prusse arrange donc le mariage et invite Paul Ier de Russie et Sophie-Dorothée de Wurtemberg à Berlin.

Les deux jeunes gens s'éprennent l'un de l'autre.

Sophie-Dorothée de Wurtemberg se rend à Saint-Pétersbourg, en septembre 1776 et se convertit à la foi orthodoxe russe en prenant le nom de Marie Féodorovna.

Paul Ier de Russie épouse à la chapelle du palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg le 6 ou le 26 septembre 1776 Sophie-Dorothée de Wurtemberg.

Leurs enfants sont :

Paul Ier de Russie est d'un caractère difficile, mais Sophie-Dorothée de Wurtemberg se montre satisfaite de son sort : Mon cher mari est un ange parfait et je l'aime à la folie écrit-elle à un ami.

Ces sentiments ne changeront jamais.

Contrairement aux autres membres de la famille impériale, Sophie-Dorothée de Wurtemberg est une personne frugale, vertu rare pour une princesse de cette époque.

Sa parcimonie est telle qu'elle n'hésite pas à se vêtir des vêtements de Wilhelmine-Louise de Hesse-Darmstadt, la première épouse Paul Ier de Russie ; elle chausse même les pantoufles de la défunte.



Mariage de François de Saxe-Cobourg-Saalfeld avec Auguste Caroline Sophie Reuss d'Ebersdorf

François de Saxe-Cobourg-Saalfeld est veuf de Sophie de Saxe-Hildburghausen.

François de Saxe-Cobourg-Saalfeld épouse le 13 juin 1777 Auguste Caroline Sophie Reuss d'Ebersdorf, fille d'Henri XXIV de Reuss.

Leurs enfants sont :


Louis René Édouard de Rohan-Guémené

Mort de Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené

Louis René Édouard de Rohan-Guémené Évêque de Strasbourg

Louis René Édouard de Rohan-Guémené En charge de l'Hôpital des Quinze-Vingts

Louis René Édouard de Rohan-Guémené Proviseur de la Sorbonne

Louis-César-Constantin de Rohan-Guémené meurt à Paris le 11 mars 1779.

Louis René Édouard de Rohan-Guémené, son neveu, lui succède et devient Évêque de Strasbourg en 1779.

Louis René Édouard de Rohan-Guémené a la charge de l'Hôpital des Quinze-Vingts.

Louis René Édouard de Rohan-Guémené devient proviseur de la Sorbonne, un poste éminemment en vue.



Naissance de Constantin Pavlovitch Romanov

Constantin Pavlovitch Romanov naît à Tsarskoïe Selo le 27 avril 1779, fils de Paul Ier de Russie et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg.



Naissance de Constantin Pavlovitch de Russie

Constantin Pavlovitch de Russie naît en avril 1779, fils de Paul Ier de Russie et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg.

Catherine II de Russie retire Constantin Pavlovitch de Russie à ses parents afin de l'éduquer selon sa convenance et sans l'ingérence des parents.

Paul Ier de Russie et Sophie-Dorothée de Wurtemberg ne sont autorisés à rendre visite à leurs enfants qu'une fois par semaine.



Mariage de Constantin Pavlovitch Romanov avec Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld

Constantin Pavlovitch Romanov épouse en 1796 Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1781-1860), fille du duc François de Saxe-Cobourg-Saalfeld.



Mariage de Constantin Pavlovitch de Russie avec Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld

Constantin Pavlovitch de Russie épouse en 1796 Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld.

Léopold Ier de Belgique, frère de Julienne, est-il nommé colonel du régiment impérial Izmailovski en Russie.


Louise Pauline Marie de Biron

Mariage de Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen avec Louise Pauline Marie de Biron

Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen épouse à Prague le 26 avril 1800 Louise Pauline Marie de Biron. Leur enfant est :



Naissance de Constantin de Hohenzollern-Hechingen

Constantin de Hohenzollern-Hechingen (en allemand Friedrich Wilhelm Konstantin von Hohenzollern-Hechingen) naît au château de Sagan le 16 février 1801, fils de Frédéric de Hohenzollern-Hechingen et de Louise Pauline Marie de Biron, Princesse de Courlande.


Marie Pavlovna de Russie - Portrait par Vladimir Borovikovsky

Mariage de Charles-Frédéric de Saxe-Weimar-Eisenach avec Marie Pavlovna de Russie

Charles-Frédéric de Saxe-Weimar-Eisenach épouse le 3 août 1804 Marie Pavlovna de Russie, fille de Paul Ier de Russie. Leurs enfants sont :


Bataille d'Austerlitz

Bataille de Wischau

Bataille d'Austerlitz

Napoléon Ier continue la poursuite des armées autrichienne et prussienne vers le plateau de Pratzen.

Il a maintenant peur du rapprochement austro-prussien et il ne dispose que de 55 000 hommes à cet instant précis, face à 85 000 austro-russes.

Les ennemis, ayant appris ce déséquilibre numérique, arrêtent de fuir et cherchent le combat.

Il y a un petit affrontement à Wischau, où Joachim Murat, pourtant bien accompagné, se laisse surprendre.

Cela redonne confiance aux autrichiens.

Le 1er décembre 1805, veille de la bataille, la situation est la suivante :

sont retranchés sur le plateau de Pratzen,

Jean-Andoche Junot, André Burthe d'Annelet et Henri Gatien Bertrand participent à cette bataille.

Incorporé avec son régiment dans la Grande Armée de 1805 à 1807, Martial Bardet se couvre de gloire à Austerlitz.

Face à eux, les généraux Bagration, Liechtenstein et Constantin (75 000 hommes en tout) se trouvent de l'autre côté, sur le versant.

Les derniers 10 000 hommes s'opposent au corps de Louis Nicolas Davout.

Napoléon Ier met en place un plan stratégique quasi imparable...

Napoléon Ier laisse s'approcher les austro-russes pour mieux les combattre.

Il renforce Davout pour contrer le colonel Buxhowden, et en contrepartie dégarnit le plateau.

Le 2 décembre 1805, les autrichiens, confiants, attaquent en masse.

Vu l'expérience des soldats laissés par Napoléon Ier, les ennemis, pourtant 6 fois plus nombreux, n'avance pas d'un centimètre.

C'est alors que, dans le courant de l'après-midi, le maréchal Nicolas Jean-de-Dieu Soult referme l'étau, et entoure les austro-russes.

Avec la division Saint-Hilaire, Charles Antoine Louis Alexis Morand attaque, de front, le plateau de Pratzen.

L'armée française, victorieuse, ne voit pas les positions ennemies, en raison d'un immense brouillard.

Tout d'un coup, celui-ci se dissipe, et laisse la place à un miraculeux soleil qui illumine le champ de bataille.

Bagratrion, alerté, vient à la rescousse, et bouscule les français.

Mais Napoléon Ier lance alors Michel Ney et Jean Lannes qui chargent les autrichiens avec une violence à peine imaginable.

Les autrichiens sont écrasés, les russes se débandent vers les marais gelés.

Maurice Étienne Gérard est blessé à Austerlitz en chargeant brillamment à la tête de ses escadrons contre la garde impériale russe.

Napoléon Ier aperçoit la fuite des russes au loin, rendue difficile par la glace.

Il donne l'ordre de monter son artillerie sur le plateau et de pilonner vers les étangs gelés.

La glace explose, et des dizaines de russes se noient ou meurent de froid dans l'eau libérée.

Philippe Paul de Ségur se trouve à Austerlitz.

On appellera cet affrontement la bataille des Trois Empereurs, car elle oppose simultanément :

Cette victoire met fin à la guerre de la troisième coalition.

L'Europe est désormais sous la domination complète de Napoléon.

Les États Allemands, la Norvège et l'Empire Turc cherche son appui ou même sa protection...

Une trêve est conclue le 4 décembre 1805 et les négociations commencent.

Louis François Foucher, un des meilleurs artilleurs de la grande armée, participe à cette bataille.


Stéphanie de Beauharnais

Mariage d'Eugène de Beauharnais avec Augusta-Amélie de Bavière

Eugène de Beauharnais Prince de Venise

Stéphanie de Beauharnais Princesse impériale

Mariage de Charles II Frédéric de Bade avec Stéphanie de Beauharnais

Napoléon Ier veut marier Augusta-Amélie de Bavière à Eugène de Beauharnais, son fils adoptif.

Les fiançailles de Charles II Frédéric de Bade avec Augusta-Amélie de Bavière sont rompues sur les instances de Napoléon Ier.

En compensation, Napoléon Ier adopte Stéphanie de Beauharnais, une cousine d'Eugène de Beauharnais.

Napoléon Ier fait Stéphanie de Beauharnais princesse impériale en 1806.

Eugène de Beauharnais épouse le 14 janvier 1806 Augusta-Amélie de Bavière, fille de Maximilien Ier Joseph de Bavière. Leurs enfants sont :

Cette union est particulièrement heureuse.

Napoléon Ier investit Eugène de Beauharnais du titre de Prince de Venise, le déclare son fils adoptif et l'héritier présomptif de la couronne d'Italie.

Napoléon Ier donne à Claude de Beauharnais, père de Stéphanie de Beauharnais, la sénatorerie d'Amiens le 16 mars 1806.

Charles II Frédéric de Bade épouse le 8 avril 1806 Stéphanie de Beauharnais, fille de Claude de Beauharnais et de Claudine Françoise Adrienne Gabrielle de Lézay-Marnézia. Leurs enfants sont :

Aux commencements, le mariage n'est pas heureux, les deux époux étant plutôt immatures.

De plus Charles II Frédéric de Bade subit l'influence de son oncle Louis Ier de Bade, un débauché notoire qui l'entraîne dans ses excès.

Charles II Frédéric de Bade délaisse pendant 6 ans une épouse coquette.


Entrevue de Napoléon Ier et d'Alexandre Ier de Russie sur le Niemen - 25 juin 1807 - par Adolphe Roehn (1780-1867) - Musée de l'Histoire de France à Versailles Adieux de Napoléon et d'Alexandre Ier de Russie après la paix de Tilsit (9 juillet 1807) - Gioacchino Serangeli – 1810 - Musée de Versailles Napoléon à Tilsit avec Frédéric-Guillaume III de Prusse et Louise de Mecklembourg-Strelitz - Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est de face en haut de l'escalier - par Nicolas Gosse Jérôme Bonaparte - Roi de Westphalie

Premier traité de Tilsit

Second traité de Tilsit

Frédéric-Auguste III de Saxe Duc de Varsovie

Jérôme Bonaparte Roi de Westphalie

Les traités de Tilsit sont deux accords signés en juillet 1807 dans la ville de Tilsit par Napoléon Ier après avoir remporté la bataille de Friedland.

Ces traités mettent fin à la guerre de la quatrième coalition européenne contre la France.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord avait conseillé à Napoléon Ier de modérer ses exigences envers le vaincu.

Les deux traités constituent une étape importante dans sa mise à l'écart graduelle par l'empereur.

Le premier traité de Tilsit est signé en secret le 7 juillet 1807 par Alexandre Ier de Russie et Napoléon Ier, lors d'une rencontre sur un radeau au milieu du Niémen.

Alexandre Ier de Russie s'engage à adhérer au blocus contre l'Angleterre.

La Russie promet la fermeture de ses ports au commerce britannique et même de déclarer la guerre au Royaume-Uni si ce dernier refuse son offre de médiation.

En outre, Alexandre Ier de Russie rend Cattaro à la France et cède les îles Ioniennes.

Le duché d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld, tout d'abord dissous, lui est remis grâce à l'intervention d'Alexandre Ier de Russie.

Constantin Pavlovitch de Russie, frère d'Alexandre Ier de Russie, a pour épouse Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld, sœur d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld.

En échange, Napoléon Ier laisse les mains libres à Alexandre Ier de Russie:

Sur la toile décrivant les adieux des deux empereurs, on peut constater qu'ils se sont échangés leurs ordres respectifs :

À Tilsit, le 3e corps de Louis Nicolas Davout a l'honneur de manœuvrer sous les ordres de Napoléon Ier, en présence d'Alexandre Ier de Russie et de Frédéric-Guillaume III de Prusse.

Le second traité de Tilsit est signé le 9 juillet 1807 avec Frédéric-Guillaume III de Prusse, Roi de Prusse

Le royaume de Prusse cède près de la moitié de ses territoires d'avant-guerre au profit d'États sous tutelle française.

La population de 10 000 000 d'habitants qu'il comptait avant les hostilités, est désormais réduite de moitié.

L'article XIV commande à la Prusse de renoncer à Dantzig, 101 500 km², qui devient une République indépendante théoriquement sous la protection conjointe de la Prusse et de la Saxe, en réalité protectorat français, avec des garnisons française et polonaise.

Napoléon Ier donne naissance au duché de Varsovie en privant la Prusse :

Le duché de Varsovie est attribué à Frédéric-Auguste III de Saxe qui devient duc de Varsovie sous le nom Fryderyk August Ier

Le district de Bialystok échoit à la Russie, naguère son plus fidèle allié, qui lui prend 200 000 habitants.

Dans l'article VI du traité, Frédéric-Guillaume III de Prusse doit reconnaître Jérôme Bonaparte comme Roi de Westphalie.

La Prusse cède les Territoires situés à l'ouest de l'Elbe au nouveau royaume de Westphalie nouvellement fondé :

La Prusse cède la Principauté de Frise Orientale, 3206 km², 119 500 habitants, au nouveau royaume de Hollande.

La Prusse cède :

au Grand-duché de Berg.

Les troupes françaises occupent le Hanovre et la principauté de Bayreuth.

La Prusse doit adhérer au blocus continental contre les Anglais, payer 100 000 000 de francs d'indemnité de guerre et réduire son armée à 42 000 hommes.

Les rentrées fiscales du royaume sont entamées dans une proportion considérable, car les provinces perdues sont les plus riches et les plus fertiles et aussi celles que depuis des années l'État modernisait à coups de millions de thalers.

La Prusse céde les territoires qu'elle avait gagnés à la suite des partitions de la Pologne, depuis le 1er janvier 1772, hormis l'Ermeland et des terres à l'ouest des territoires prussiens anciens.

Le duché de Saxe, ancienne principauté alliée de la Prusse, est le nouveau bénéficiaire de ces provinces.

Un observateur fait remarquer qu'alors qu'on rédige le traité, le roi de Prusse marche à l'écart le long du Niémen.

Selon McKay, Napoléon Ier n'a qu'à lever la main pour rayer la Prusse de la carte.

Plusieurs officiels prussiens et russes voient le traité comme un acte inique et une humiliation nationale.

Frédéric-Guillaume III de Prusse contraint d'accepter la situation, prépare la revanche à l'instigation de Louise de Mecklembourg-Strelitz, son épouse.

Dans cette tâche, Frédéric-Guillaume III de Prusse est efficacement soutenu par ses ministres dont :

qui réforment l'administration et l'armée.

Gustave IV Adolphe de Suède poursuit sa politique pro-britannique et refuse d'adhérer au blocus continental.



Liaison de Constantin Pavlovitch Romanov avec Joséphine Friedrichs

Constantin Pavlovitch Romanov a une liaison avec Joséphine Friedrichs (1808-1857).

Leur enfant est :


Constantin Pavlovitch Romanov - par George Dawe

Alexandre Ier de Russie Roi de Pologne

Józef Zajaczek Vice-roi de Pologne

Constantin Pavlovitch Romanov Commandant de l'armée du royaume de Pologne

Alexandre Ier de Russie devient officiellement Roi de Pologne et dote le pays d'une constitution d'orientation libérale.

Cette constitution prévoit la fonction de Vice-roi ou Lieutenant (en polonais namiestnik) qui est attribuée à un ancien adversaire, le prince Józef Zajaczek (1752-1826).

Constantin Pavlovitch Romanov est affecté à la fonction, non prévue par la constitution, de commandant de l'armée du royaume de Pologne.

De fait, Constantin Pavlovitch Romanov apparaît comme le véritable vice-roi, Józef Zajaczek se bornant à l'aspect honorifique de son rôle.



Mariage de Joseph-Frédéric de Saxe-Altenbourg avec Amélie de Wurtemberg

Joseph-Frédéric de Saxe-Altenbourg épouse le 24 avril 1817 Amélie de Wurtemberg, fille de Louis de Wurtemberg. Leurs enfants sont :



Mariage de Nicolas Ier de Russie avec Charlotte Wilhelmine de Prusse

Nicolas Ier de Russie épouse en 1817 Charlotte Wilhelmine de Prusse, fille de Frédéric-Guillaume III de Prusse et de Louise de Mecklembourg-Strelitz. Leurs enfants sont :

Charlotte Wilhelmine de Prusse prend le nom d'Alexandra Feodorovna.



Divorce de Constantin Pavlovitch Romanov et de Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld

Mariage de Constantin Pavlovitch Romanov avec Joanna Grudzinscy

Constantin Pavlovitch Romanov et Julienne de Saxe-Cobourg-Saalfeld divorcent en 1820,

Constantin Pavlovitch Romanov épouse morganatiquement Joanna Grudzinscy (1789-1831), princesse Lowicka, fille du comte Antoine Groudna.



Acte testamentaire d'Alexandre Ier de Russie

Selon l'ordre de succession, Constantin Pavlovitch Romanov doit succéder à Alexandre Ier de Russie, son frère.

En raison des affaires matrimoniales de Constantin Pavlovitch Romanov, Alexandre Ier de Russie envisage de l'écarter du trône de Russie.

Constantin Pavlovitch Romanov y renonce lui-même confiant à Alexandre Ier de Russie, à maintes reprises, son refus d'accéder à la couronne de Russie.

Par un acte testamentaire, Alexandre Ier de Russie désigne Nicolas Ier de Russie, son jeune frère, comme héritier présomptif de la Couronne de Russie.

Nicolas Ier de Russie, informé par sa mère de l'existence de cet acte, refuse d'abord.

Nicolas Ier de Russie considère Constantin Pavlovitch Romanov, son aîné, comme seul héritier légitime du trône.


Nicolas Ier de Russie

Mort d'Alexandre Ier de Russie

Nicolas Ier de Russie Empereur de Russie

Nicolas Ier de Russie Roi de Pologne

Nicolas Ier de Russie Grand-duc de Finlande

Alexandre Ier de Russie meurt à Taganrog le 19 novembre ou le 1er décembre 1825.

Nicolas Ier de Russie continue d'ignorer les dispositions qu'Alexandre Ier de Russie a prises.

Le 8 décembre 1825, Nicolas Ier de Russie prête serment à Constantin Pavlovitch Romanov.

Alexandre Ier de Russie est inhumé le 10 décembre 1825.

Le Conseil d'Empire se réunit. Les membres prennent connaissance des dernières volontés d'Alexandre Ier de Russie.

Ils se rendent auprès de Nicolas Ier de Russie et le supplient d'accepter la couronne de Russie. Mais il reste inébranlable dans sa décision.

Constantin Pavlovitch Romanov se trouve alors à Varsovie.

Nicolas Ier de Russie écrit une lettre à Constantin Pavlovitch Romanov en s'adressant à l'empereur et en le suppliant de ne pas abandonner la Russie.

Constantin Pavlovitch Romanov répond en refusant catégoriquement la couronne.

Il écrit :

Je vous annonce que d'ordre de feu notre maître, j'ai envoyé à ma mère une lettre qui contient mes volontés irrévocables et qui d'avance ont été sanctionnées tant par feu l'empereur que par ma mère.

Ne doutant pas que vous, qui étiez si attaché de cœur et d'âme à feu l'empereur, ne remplissiez ponctuellement ses volontés et ce qui a été fait de son consentement, je vous invite, cher frère, à vous y conformer scrupuleusement et ne doute pas que vous le fassiez et que vous n'honoriez pas la mémoire d'un frère qui vous chérissait et auquel notre pays doit la gloire et le degré d'élévation auquel il est monté.

Cependant, Constantin Pavlovitch Romanov refuse de venir à Saint-Pétersbourg proclamer publiquement sa renonciation à la couronne ou de rédiger un acte officiel d'abdication.

Nicolas Ier de Russie succède à son frère et devient Empereur de Russie, Roi de Pologne et Grand-duc de Finlande.


Constantin de Hohenzollern-Hechingen et Eugénie Hortense Auguste de Beauharnais - dans la Collégiale d'Hechingen

Mariage de Constantin de Hohenzollern-Hechingen avec Eugénie Hortense Auguste de Beauharnais

Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen marie son fils.

Constantin de Hohenzollern-Hechingen épouse le 22 mai 1826 Eugénie Hortense Auguste de Beauharnais, Princesse de Leuchtenberg, fille d'Eugène de Beauharnais et d'Augusta-Amélie de Bavière.



Naissance de Constantin Nikolaïevitch de Russie

Constantin Romanov ou Constantin Nikolaïevitch de Russie naît à Saint-Pétersbourg le 9 septembre 1827, fils de Nicolas Ier de Russie et de Charlotte Wilhelmine de Prusse.

Il est surnommé Coco; plus tard il sera surnommé Oncle Coco.



Insurrection en Pologne

Constantin Pavlovitch Romanov est contraint de quitter la Pologne du fait de l'insurrection du 29 novembre 1830. Il se réfugie en Russie.



Mort de Constantin Pavlovitch de Russie

Constantin Pavlovitch de Russie meurt en 1831.



Mort de Constantin Pavlovitch Romanov

Constantin Pavlovitch Romanov meurt à Vitebsk le 27 juin 1831 du choléra.


Expédition de Constantine de 1836

Expédition de Constantine de 1836

En novembre 1836, en Algérie, une grande expédition de l'armée française est résolue contre Ahmed Bey. Il s'agit de conquérir Constantine.

Bertrand de Clauzel doit commander l'armée.

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans doit prend part aux fatigues, aux dangers et à la gloire de l'expédition.

Adolphe Jean Casimir Niel s'embarquepour l'Afrique en tant qu'attaché à l'état-major du génie du corps expéditionnaire.

Le 8 novembre 1836, la brigade d'avant-garde commandée par Alexandre Gaulthier de Rigny reçoit ordre d'aller prendre position à Ghelma.

Cette brigade, composée au départ de 2 970 hommes, se trouve réduite à 1 800 devant Constantine parce que Bertrand de Clauzel garde près de lui les troupes du Bey et deux compagnies du génie.

L'armée proprement dite, forte d'environ 7 000 hommes, part de Bône le 13 novembre 1836

Le 18 novembre 1836, elle franchit le col de Râs-el-Akba.

Après un campement à Raz-Oued-Zenati, l'armée française subit des conditions climatiques difficiles.

L'armée est parvenue dans des régions très élevées. Pendant la nuit, la pluie, la neige et la grêle tombent avec tant d'abondance et de continuité, que les soldats, au bivouac, sont exposés à toutes les rigueurs d'un hiver de la Russie. Les terres, entièrement défoncées, rappelaient les boues de la Pologne.

L'armée se met toutefois en marche le 20 novembre 1836, et parvient, à l'exception des bagages et d'une arrière-garde, au monument de Constantin, où elle est obligée de s'arrêter.

Plusieurs hommes ont les pieds gelés. D'autres périssent pendant la nuit, car depuis Raz-el-Akba on ne trouve plus de bois.

On double et triple les attelages pour amener les bagages.

Le 21 novembre 1836, l'armée française franchit, le Bou-Merzoug, un des affluents de l'Oued Rhummel et prend position sous les murs de Constantine.

La ville est défendue un ravin de 60 mètres de largeur, d'une immense profondeur, et au fond duquel coule l'Oued-Rammel.

Constantine présente pour escarpe et contrescarpe un roc taillé à pic, inattaquable par la mine comme par le boulet.

Le plateau de Mansourah communique avec la ville par un pont très étroit et aboutissant à une double porte très forte et bien défendue par les feux de mousqueterie des maisons et des jardins qui l'environnent.

Bertrand de Clauzel occupe le plateau de Mansourah avec Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans et les troupes du général Trézel.

Alexandre Gaulthier de Rigny a ordre de s'emparer des mamelons de Koudiat-Aty, d'occuper les marabouts et les cimetières en face de la porte Ez-Rabahah et de bloquer cette porte.

Il était cependant impossible pour l'armée française de conduire sur ce point, le seul attaquable, l'artillerie de campagne.

Le bey Ahmed a craint de s'enfermer dans Constantine. Il en a confié la défense à son lieutenant Ben Haïssa, et a introduit dans la ville 1 500 berbères, chaouis et kabyles et arabes bien déterminés à la défendre.

La brigade d'avant-garde française se porte sur les hauteurs qui sont successivement enlevées.

Bertrand de Clauzel fait diriger le feu de l'artillerie contre la porte El-Cantara.

Le 22 novembre 1836, la brigade d'avant-garde française soutient un combat contre les musulmans sortis par celle des portes que l'armée ne pouvait bloquer, puisqu'elle ne comptait plus que 3 000 hommes sous les armes.

Le temps continue à être affreux : la neige tombe à gros flocons, le vent est glacial et enfin munitions et vivres sont épuisés.

Le 23 novembre 1836, une nouvelle attaque contre les Français est repoussée.

Deux attaques simultanées contre les Français, dans la nuit du 23 au 24 novembre 1836, n'ont pas de succès.

Beaucoup d'hommes sont mis hors de combat.

Le 24 novembre 1836, Bertrand de Clauzel ordonne la retraite.

La garnison entière et une multitude de cavaliers attaquent l'arrière-garde avec acharnement dont le commandant Changarnier, du 2e léger.

Entouré d'ennemis, il forme son bataillon en carré et, au moment d'une terrible attaque, fait ouvrir un feu de deux rangs à bout portant, qui couvre d'hommes et de chevaux trois faces du carré.

Alexandre Gaulthier de Rigny prend le commandement de l'arrière-garde qui a beaucoup à souffrir de la poursuite de l'ennemi bien qu'il fasse plusieurs fois prier Bertrand de Clauzel de ralentir la marche du corps principal, pour la sûreté des troupes qu'il commande.

Alexandre Gaulthier de Rigny est suspendu le 26 novembre 1836 et mis aux arrêts pour les termes vifs employés dans cette demande.

Le 26 novembre 1836, l'armée française campe à Sidi Tamtam.

Le 27 novembre 1836, la sanction contre Alexandre Gaulthier de Rigny est levée.

Le 27 novembre 1836, l'armée passe le défilé difficile qui conduit au col de Ras el Akba, et les musulmans abandonnent la poursuite.

Le 28 novembre 1836, l'armée atteint Guelma où elle laisse ses malades.

Le 29 novembre 1836, parait un ordre du jour offensant pour Alexandre Gaulthier de Rigny qui s'empresse de s'en plaindre au ministre de la guerre en le priant de faire examiner sa conduite par un conseil de guerre. Cette lettre ne parviendra pas au ministre.

Le 1er décembre 1836, l'armée française est de retour à Bône : elle a eu dans cette expédition 453 morts ou égarés et 304 blessés.



Mort de Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen

Constantin de Hohenzollern-Hechingen Prince souverain de Hohenzollern-Hechingen

Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen meurt au château Lindich près d'Hechingen le 13 septembre 1838.

Constantin de Hohenzollern-Hechingen devient Prince souverain de Hohenzollern-Hechingen en 1838.



Liaison de Mountjoy Martyn avec Harriet Howard

En 1841, l'amant suivant d'Harriet Howard est Mountjoy Martyn, homme marié, Major au régiment des Life Guards. Leur enfant est :

Reconnaissant, Mountjoy Martyn les place sur son testament, leur léguant sa fortune.



Mort de Louise Pauline Marie de Biron

Constantin de Hohenzollern-Hechingen devient Duc de Sagan

Louise Pauline Marie de Biron meurt à Vienne le 8 janvier 1845.

Constantin de Hohenzollern-Hechingen devient Duc de Sagan.



Renversement de la Monarchie de juillet

Proclamation de la IIe république

Exil de la famille royale

Une révolution a lieu en France en février 1848.

Antoine Marie d'Orléans se trouve alors auprès de Louis-Philippe Ier de France, son père mais, effrayé par les événements, il ne fait rien pour le pousser à résister. Il presse au contraire le roi à abdiquer.

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans tient les Tuileries assez longtemps pour permettre à Louis-Philippe Ier de France de se retirer de la capitale mais s'abstient de mener toute action militaire contre les insurgés.

La famille royale fuit les Tuileries prises d'assaut par la foule.

Antoine Marie d'Orléans oublie Louise-Fernande de Bourbon, son épouse, qui n'échappe à la multitude que grâce à l'intervention d'un député.

Le Roi ayant abdiqué, Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans accompagne ensuite sa belle-sœur, la princesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin, Duchesse d'Orléans, partie à l'Assemblée avec ses 2 enfants pour faire proclamer l'aîné Roi des Français.

Conscient de son impopularité, Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans est alors prêt à renoncer à son titre de régent au profit de sa belle-sœur.

Mais la tentative est un échec.

Le Palais-Royal est pillé par les révoltés qui renversent la Monarchie de Juillet, le 22 février 1848.

L'assemblée proclame la IIe république.

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans est séparé de sa famille par les insurgés et ne parvient à s'échapper qu'en se déguisant en garde national.

Napoléon III profit de cette révolution pour revenir en France.

Napoléon III emmène avec lui Alexandre Louis Eugène et Louis Ernest Alexandre et Martin Constantin Haryett.

Louis-Philippe Ier de France et Louise-Marie-Amélie de Bourbon-Siciles s'exilent à Claremont dans le Surrey en Angleterre.

Louise-Marie-Amélie de Bourbon-Siciles prend le titre de courtoisie de Comtesse de Neuilly.

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans s'embarque pour l'Angleterre où il rejoint Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary, son épouse, et ses parents, à Claremont.

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans et Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary ainsi que Ferdinand Philippe Marie d'Orléans, leur fils, s'installent auprès de Louis-Philippe Ier de France.

Ferdinand Philippe Marie d'Orléans effectue 2 années de public school à Édimbourg.

Antoine Marie d'Orléans et Louise-Fernande de Bourbon, son épouse, gagne aussi l'Angleterre.

Le couple décide ensuite de partir en Espagne et s'installe d'abord à Séville, au palais de San Telmo, puis à Sanlúcar de Barrameda, au Palais d'Orléans.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux accueille avec bienveillance la révolution de février 1848.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux est élu député à l'Assemblée nationale, comme " républicain du lendemain ",


Constantin Nikolaïevitch de Russie et sa famille Alexandra de Saxe-Altenbourg - Alexandra Iosifovna après sa conversion

Mariage de Constantin Nikolaïevitch de Russie avec Alexandra de Saxe-Altenbourg

Constantin Nikolaïevitch de Russie épouse au Palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg le 11 septembre 1848 Alexandra de Saxe-Altenbourg. Leurs enfants sont :

Après sa conversion à l'Orthodoxie, Alexandra de Saxe-Altenbourg devient Alexandra Iosifovna.


Campagne électorale 1848 - Napoléon III contre Cavaignac - Illustrierte Zeitung Allemagne

Napoléon III Président de la République française

Napoléon III est candidat à l'élection présidentielle contre Louis Eugène Cavaignac.

Harriet Howard finance la campagne de Napoléon III.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux soutient la candidature Napoléon III.

Napoléon III est élu au suffrage universel masculin pour 4 ans le 10 décembre 1848 avec 74 % des voix.

Ces voix sont issues notamment du parti de l'Ordre, profitant de la division des gauches et de la légende impériale.

Napoléon III est le premier chef d'État français élu au suffrage universel.

Napoléon III prête serment à l'Assemblée constituante le 20 décembre 1848 et s'installe le soir même à l'Élysée.

Achille Baraguey d'Hilliers se rallie au Prince-Président dès sa désignation.

Harriet Howard, Alexandre-Louis Eugène Bure, Alexandre Louis-Ernest Bure et Martin Constantin Haryett, déménagent rue du Cirque, une rue adjacente au palais de l'Élysée, où, en tant que maîtresse, Harriet Howard reste dans l'ombre.

Napoléon III est politiquement isolé, sans assise parlementaire pour le soutenir et externe au milieu politique français.

Rejeté par les républicains, Napoléon III doit former, contre son gré, un gouvernement dont les hommes forts sont les monarchistes Odilon Barrot et Alfred de Falloux.



Cession des principautés de Hohenzollern-Sigmaringen et de de Hohenzollern-Hechingen au royaume de Prusse

Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen renonce à les droits souverains sur sa principauté en faveur de Frédéric-Guillaume IV de Prusse, son lointain cousin, par le Traité d'État du 7 décembre 1849.

Frédéric-Guillaume IV de Prusse intègre cette principauté au royaume de Prusse.

Le 7 décembre 1849 Constantin de Hohenzollern-Hechingen cède à Frédéric-Guillaume IV, la Principauté de Hohenzollern-Hechingen contre une rente viagère de 10 000 thalers.

À cette date, Constantin de Hohenzollern-Hechingen acquiert les prérogatives d'un prince de la famille royale prussienne à Löwenberg en Silésie.



Mariage de Constantin de Hohenzollern-Hechingen avec Amélie Schenk von Geyern

Constantin de Hohenzollern-Hechingen est veuf d'Eugénie Hortense Auguste de Beauharnais.

Constantin de Hohenzollern-Hechingen épouse morganatiquement à Görlitz le 13 novembre 1850 Amélie Schenk von Geyern (1832-1897). Leurs enfants sont :


Siège de Sébastopol par Franz Roubaud (détail) Baie et ville de Kamiech - en vert sur le plan du génie français publié par Niel à gauche et le port de Balaklava à droite

Début du Siège de Sébastopol

Mort de Vladimir Alexeïevitch Kornilov

Le siège de Sébastopol commence le 9 octobre 1854.

Les troupes du génie françaises et britanniques utilisent deux ports d'approvisionnement :

La construction d'une ligne de siège commence ensuite autour des hauteurs de Cherson au sud de Sébastopol.

Les troupes creusent des abris, des tranchées et installent leurs canons.

La défense de Sébastopol est confiée :

Les forces militaires disponibles pour défendre la ville sont de 4 500 miliciens, 2 700 artilleurs, 4 400 marins, 18 500 hommes d'équipage et 5 000 ouvriers, soit un total d'environ 35 000 hommes.

Les Russes commencent par saborder leurs navires pour protéger le port.

Ils utilisent les canons des navires comme artillerie et les équipages comme soldats.

Ces navires coulés volontairement comprennent :

À mi-octobre 1854 :

La première attaque a lieu le 17 octobre 1854.

Un terrible duel d'artillerie a lieu. L'artillerie russe détruit un dépôt de munitions des Français, réduisant les canons de ceux-ci au silence. Le corps de siège français subit de lourdes pertes.

Les tirs britanniques sur le dépôt russe dans la redoute de Malakoff :

Au même moment, la flotte alliée, près des côtes, pilonnent les batteries portuaires. Les navires se voient infliger plus de dégâts qu'ils n'en causent aux Russes. 500 hommes sont perdus par les alliés.

Cependant, Français et Britanniques ne lancent pas leur infanterie à l'assaut de la ville.

Une issue rapide est probablement manquée.

Les bombardements continuent les jours suivants mais, en travaillant la nuit, les Russes parviennent à réparer les dégâts causés.

La ville est pratiquement sans fortification au début du conflit.

La même situation va se répéter tout au long du siège.

Cependant les travaux de réparation obligent d'exposer les ouvriers, et alourdissent considérablement les pertes.


Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni

Mariage de Frédéric III de Prusse avec Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni

Frédéric III de Prusse épouse à Londres le 25 janvier 1858 Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni, fille de d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne. Leurs enfants sont :



Mort de Constantin de Hohenzollern-Hechingen

Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen Prince de Hohenzollern

Constantin de Hohenzollern-Hechingen meurt au Château Polnisch Nettkow près de Grünberg en Silésie le 3 septembre 1869.

Il est inhumé à l'église Saint-Jacques de Hechingen aux côtés d'Eugénie Hortense Auguste de Beauharnais, sa première épouse.

Passionné de musique, Constantin de Hohenzollern-Hechingen participe grandement à la création de l'association allemande de musique.

Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen devient Prince (en allemand Fürst) de Hohenzollern, titre qu'il conservera jusqu'à son décès.



Liaison de Constantin Nikolaïevitch de Russie avec Anna Kounetzova

Constantin Nikolaïevitch de Russie a une liaison avec Anna Kounetzova (1847-1922). Leurs enfants sont :

Ils portent le nom de Kniazev :


Attentat contre Alexandre II de Russie À gauche tombeau d'Alexandre II de Russie en jaspe vert de l'Altaï - à droite le tombeau deMaximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt en rhodonite rose de l'Oural - Les cercueils sont déposés sous les tombeaux et non à l'intérieur Alexandre III de Russie

Mort d'Alexandre II de Russie

Alexandre III de Russie Empereur de Russie

Alexandre II de Russie a mis en place de grandes réformes libérales et va octroyer une constitution à son peuple.

Malgré cela, Alexandre II de Russie est victime d'un attentat organisé par le groupe terroriste russe Volonté du Peuple à Saint-Pétersbourg au retour d'une visite au manège pour assister à une parade militaire.

Les conjurés, conduits par la révolutionnaire Sofia Perovskaïa qui prend le relais de son compagnon Andreï Jeliabov qui vient de se faire arrêter, s'organisent en plaçant plusieurs lanceurs de bombes sur les deux itinéraires possibles.

La première bombe est lancée par Nikolaï Ryssakov, faisant plusieurs victimes

Alexandre II de Russie n'est atteint que par la deuxième bombe lancée par Ignati Grinevitski.

L'empereur est mortellement blessé, les jambes et le bas-ventre sont déchiquetés, le visage mutilé.

Alexandre II de Russie est ramené au palais d'Hiver.

Quelques heures plus tard, Alexandre II de Russie meurt le 1er ou le 13 mars 1881.

Ignati Grinevitski, son assassin, est victime également de son acte.

Alexandre III de Russie devient Empereur de Russie le 2 ou le 14 mars 1881.

Après l'assassinat de son frère en 1881,

Constantin Nikolaïevitch de Russie tombe en disgrâce et s'oppose à Alexandre III de Russie, son neveu.

Constantin Nikolaïevitch de Russie perd alors progressivement l'ensemble de ses fonctions au sein du gouvernement.



Mort de Constantin Nikolaïevitch de Russie

Constantin Nikolaïevitch de Russie meurt le 13 janvier 1892.



Mariage de Charles II de Roumanie avec Hélène de Grèce

Contre son gré par raison d'État, Charles II de Roumanie épouse le 10 mars 1921 Hélène de Grèce (1896-1982), fille de Constantin Ier de Grèce. Leur enfant est :


Frédéric IX de Danemark et Ingrid de Suède

Mariage de Frédéric IX de Danemark avec Ingrid de Suède

Frédéric IX de Danemark épouse le 24 mai 1935 Ingrid de Suède (1910-2000), fille de Gustave VI Adolphe de Suède et de Margaret de Connaught. Leurs enfants sont :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !