Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



47 événements affichés, le premier en 463 - le dernier en 766


Visions de Childéric Ier de Francie et de la reine Basine - fol. 7v - Grandes Chroniques de France de Charles V

Mariage de Childéric Ier de Francie avec Basine de Thuringe

Childéric Ier de Francie épouse en 463 Basine de Thuringe, fille de Medelphus de Thuringe. Leurs enfants sont :

La légende dit que lors de leur nuit de noces, Basine demanda à Childéric de regarder par la fenêtre et de dire ce qu'il voyait.

Childéric dit : Je vois un lion avec une licorne et des animaux sujets qui sont très heureux et qui respectent le lion.

Basine lui répond : Retourne à la fenêtre, que vois-tu ?

Childéric dit : Je vois un ours et un léopard et des chacals qui leur mordent les pattes et des sujets qui baissent la tête et ne font plus la fête.

Basine lui demande : Que vois-tu maintenant ?

Childéric dit : Je vois des chacals, des chiens et des vautours qui se battent et des sujets malheureux !

Au matin de la nuit de noces, Basine lui révèle la signification de ses visions:



Naissance de Clovis Ier

Clovis Ier naît vers 466 à Tournai, fils de Childéric Ier de Francie et de Basine de Thuringe.



Mariage de Chilpéric II de Burgondie avec Carétène

Chilpéric II de Burgondie, dit le Jeune, épouse Carétène ou Agrippine (vers 455-476) qui est catholique. Leurs enfants sont :



Mariage de Théodoric Ier d'Ostrogothie avec Audoflède de Francie

Afin de nouer une entente durable, Théodoric Ier d'Ostrogothie, Roi des Ostrogoths, épouse Audoflède de Francie, sœur de Clovis Ier. Leurs enfants sont :


Anneau sigillaire de Childéric Ier de Francie Fourreau de glaive en or et grenat de Childéric Ier de Francie Abeilles en or semées sur lemanteau de Childéric Ier de Francie Clovis Ier

Mort de Childéric Ier de Francie

Clovis Ier Roi des Francs Saliens puis Roi des Francs

Childéric Ier de Francie meurt le 26 décembre 481. Il est enterré à Tournai.

Le 27 mai 1653, à Tournai, un ouvrier, Adrien Quinquin, creusant les fondations d'un hospice à construire près de l'église Saint Brice, plante sa pioche dans une bourse pleine de pièces d'or. Il venait de découvrir un trésor :

Le trésor vécut quelques pérégrinations :

Le tombeau de Childéric Ier de Francie est le monument le plus ancien de la monarchie française.

Il était protégé par un grand tumulus de terre.

Il comprend, outre la sépulture, plusieurs étalons de guerres qui ont été sacrifiés et enterrés dans des fosses avoisinantes.

Dans sa tombe, on découvre le roi portant un bracelet en or et ses armes de cavaliers.

À cotés de lui se trouve un cheval richement harnaché.

Sur le crâne du cheval, il y a une pendeloque en forme de tête de taureau.

Le Roi est vêtu d'une cuirasse avec un manteau de soie pourpre semé d'abeilles en or.

Le pourpre symbolise les généraux romains.

Une fibule en or cruciforme ferme le manteau.

C'est le symbole des grands fonctionnaires romains.

Childéric Ier de Francie se considére à la fois un général et un gouverneur romain de la Gaule du Nord.

On retrouve un anneau sigillaire avec la figure du roi qui lui sert à authentifier ses actes.

On peut y lire une inscription CHILDIRICI REGIS.

Ses cheveux tressés avec soin sont placés à l'un de ses doigts.

Ceci semble devoir être mis en corrélation avec la sacralité conférée à la chevelure des monarques francs.

On a également retrouvé un remarquable fourreau de glaive en or et grenat.

Childéric Ier de Francie lègue à son fils un royaume encore restreint mais déjà puissant et respecté.

En 481, Clovis Ier est élu roi à Tournai dans l'actuelle Belgique et élevé sur le pavois.

Le véritable nom semble avoir été Hlodwig ou Khlodowig, mais on trouve des variantes avec Chlodweg ou Chlodoweg ou Clodovech.

Tous signifieraient "chemin de gloire" ou bien "illustre au combat".

Ce nom fut ensuite latinisé en Chlodovicus ou Clovis puis progressivement, l'usage simplifia son nom en Hludovicus puis Ludovicus signifiant Louis en latin.

En l'honneur de ce glorieux roi, de nombreux princes et 19 rois de France portèrent par la suite ce nom.



Mariage de Clovis Ier

Clovis Ier a d'abord une concubine.

Puis Clovis Ier il épouse une princesse franque d'origine rhénane dont nous ignorons le nom, fille de Sigebert de Cologne l'ancien, Roi des Francs Ripuaires. Leur enfant est :



Naissance de Thierry Ier de Francie

Theuderich ou Théodoric ou Thierry Ier de Francie naît en 485, fils de Clovis Ier et d'une princesse franque.

Théodoric signifie "Puissant dans le peuple".


La France vers 486 Image d'Épinal du vase de Soissons -19 siècle

Syagrius Roi de Soissons

Bataille de Soissons

Lorsque le général gallo-romain Syagrius, fils d'Aegidius, prend le contrôle du territoire romain de Soissons, il cherche à rétablir l'autorité romaine à son profit sur toute la Gaule. Le royaume de Syagrius est le dernier reste de l'Empire d'Occident.

Ce général, qui s'intitule "roi des Romains", ne reconnaît pas l'autorité d'Odoacre Ier des Hérules qui s'est installé à Rome.

Il maintient l'illusion d'une permanence de l'empire romain entre la Meuse et la Loire.

Syagrius est allié dans un premier temps à Childéric Ier. Pendant les premières années de son règne, Clovis Ier entretient des relations amicales avec Syagrius, à l'instar de son père.

Le roi franc ne peut accepter les liens étroits qu'il entretient avec les Wisigoths.

En 486, Clovis Ier lance son armée contre les Gallo-romains. Plusieurs raisons à cette campagne :

Clovis Ier écrase la dernière armée romaine lors de la bataille de Soissons.

L'épisode du fameux vase de Soissons, vase brisé par un soldat franc qui exigeait un partage égalitaire, n'eut jamais lieu. Le vase, à la demande des clercs de la ville, est rendu intact à l'Église. Les sources louent ce geste pieux d'un roi encore païen.


Mort de Syagrius Mort de Syagrius – Bibliothèque nationale de France

Mort de Syagrius

Soissons Capitale

Clovis Ier pourchasse impitoyablement Syagrius qui s'enfuit pour se réfugier à Toulouse, capitale des Wisigoths, auprès d'Alaric II de Wisigothie, son allié.

Ayant exigé d'Alaric II de Wisigothie qu'il le lui livre, Clovis Ier ordonne l'exécution de son adversaire; il est égorgé en 487.

Dés lors, Clovis Ier fixe sa capitale à Soissons.



Campagne des Francs contre les Thuringiens

La récente conquête du royaume de Syagrius met pour la première fois en contact le royaume franc avec le puissant et redoutable royaume des Wisigoths et celui des Burgondes.

Clovis Ier repousse les Thuringiens qui viennent d'atteindre le cours du Rhin menaçant la frontière orientale du royaume. De 490 à 491, Clovis mène plusieurs campagnes et soumet une première fois la Thuringe, royaume germain situé entre la Weser et la Saale, patrie de sa mère, Basine. Un traité prévoyant l'échange d'otages de haute naissance garantit un statut quo pacifique entre les deux peuples.



Fiançailles de Clovis Ier avec Clotilde de Burgondie

En 491, afin d'asseoir son pouvoir, Clovis Ier cherche à obtenir une l'alliance avec Gondebaud de Burgondie, Roi des Burgondes.

Il lui demande la main de sa nièce Clotilde de Burgondie. L'accord est passé.



Mariage de Clovis Ier avec Clotilde de Burgondie

Clovis Ier épouse à Lyon en 493 Clotilde de Burgondie. Leurs enfants sont :

Clovis Ier le païen entre alors dans un milieu très romanisé et de religion catholique. Il tombe sous l'influence de Rémi, évêque de Reims.

Il devine l'intérêt de se rallier les Gallo-romains en adoptant leur religion.

Sa femme Clotilde, princesse burgonde et pieuse catholique, le pousse à se convertir, de même que Geneviève, une sainte femme auxquels les Parisiens sont reconnaissants de les avoir préservés des Huns.

Mais lui-même hésite. Selon les croyances de son peuple, il bénéficie d'une ascendance divine dont atteste sa chevelure blonde qui n'a jamais connu le ciseau. Il se demande s'il n'a pas plus à perdre qu'à gagner en se convertissant.

Clotilde de Burgondie obtient de le faire baptiser, mais le voit mourir aussitôt. Clovis le lui reproche : C'est votre Dieu, dit-il à Clotilde, qui est la cause de la mort de l'enfant; si je l'avais consacré aux miens, il vivrait encore.



Naissance de Clodomir Ier

Clodomir Ier naît vers 495, fils de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie.



Naissance de Childebert Ier

Childebert Ier naît en 495, fils de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie.



Menace des Alamans

Bataille de Tolbiac

En 496, les Francs rhénans, dirigés par Sigebert de Cologne, sont menacés par les redoutables Alamans, une tribu germanique à laquelle nous avons emprunté le nom de l'Allemagne.

Les Francs rhénans appellent à la rescousse Clovis Ier et se placent sous sa protection.

Dés lors, ayant unifié sous son autorité toutes les tribus franques, il entreprend de lancer une offensive contre les Alamans qui menacent également son propre royaume.

Le jeune roi tente de prendre à revers les Alamans qui assiègent son allié dans la place forte de Tolbiac (en allemand, Zülpich), près de Cologne.

Peu avant l'arrivée de Clovis Ier, le roi des Francs rhénans fait reddition et les Alamans se retournent contre les nouveaux venus, inférieurs en nombre.

Selon la légende, c'est au cours de cette bataille difficile que le roi des Francs aurait imploré le secours du Dieu de Clotilde de Burgondie et pris la résolution de se convertir. A peine aurait-il fait ce voeu que le roi des Alamans était frappé à mort d'un coup de hache !


Baptême de Clovis Baptême de Clovis

Baptême de Clovis Ier

Clovis Ier respecte alors la promesse faite à Clotilde de Burgondie de se convertir s'il sortait vainqueur de la campagne contre les Alamans.

Tous les rois barbares convertis avant lui s'étaient convertis à l'arianisme, une hérésie chrétienne très mal vue des Gallo-romains, massivement catholiques.

Clovis s'en distingue en adhérant à la religion catholique, l'orthodoxie chrétienne.

Le 25 décembre 496 ou 498 ou 508, Clovis Ier est baptisé à Reims avec 3 000 guerriers francs.

Alboflède de Francie est baptisée à Reims le 25 décembre 496.

Avant tous ses guerriers, il plonge dans le baptistère, une immense piscine dont les archéologues ont retrouvé les restes sous l'actuelle cathédrale.

L'évêque Rémi lance au roi la formule célèbre : "Depona colla, Sigamber !", ce qui signifie : "Dépose tes colliers (amulettes des païens), Sicambre (Autre nom donné aux Francs)" souvent comprise comme "Courbe la tête fier Sicambre …"

Médard de Noyon et Godard de Rouen assistent Rémi.

Ce baptême apaise les tensions religieuses existantes entre les Francs païens et la population gallo-romaine chrétienne.

Pour le clergé gallo-romain de l'Église catholique, qui craignait une victoire de l'hérésie arienne, la conversion de Clovis a un caractère providentiel.

Il assure à Clovis dès lors le soutien inconditionnel tant financier, politique du clergé, dans la compétition qui oppose les francs à leurs rivaux pour la domination de la Gaule.

Devant le prestige moral acquis, les populations chrétiennes des royaumes ariens voisins : Wisigoths ou Burgondes, facilitent les conquêtes ultérieures de Clovis Ier perçu comme un libérateur.

Anastase II écrit à Clovis Ier pour le féliciter de sa conversion.

On a gardé la lettre par laquelle, Avit de Vienne félicite Clovis Ier de s'être converti.



Première Campagne contre les Wisigoths

Le royaume des Wisigoths comprend la Gaule méridionale et une grande partie de l'Espagne. La capitale est Toulouse. Les Wisigoths pratiquent l'arianisme. Aussi Alaric II de Wisigothie a-t-il du mal à asseoir son autorité sur ses sujets gallo-romains.

Comme l'ambition du roi franc le porte à se tourner vers la Loire, avec les encouragements de l'épiscopat catholique, la lutte entre Clovis Ier et Alaric II de Wisigothie semble inévitable. Les hostilités débutent précocement dès 496 lorsque les Wisigoths lancent une offensive pour reprendre la ville de Saintes.

Cela présuppose que cette ville avait été précédemment prise par Clovis. Par conséquent, Clovis aurait déjà établit son contrôle sur cette région alors qu'aucune source ne nous le confirme.



Campagne contre la Burgondie

En 497, Clovis Ier lance une campagne contre Gondebaud de Burgondie, Roi burgonde, qu'il vainc et poursuit jusqu'à Avignon. Clovis, cependant, ne pousse pas son avantage et scelle une nouvelle alliance avec Gondebaud lui assurant définitivement sa neutralité.



Naissance de Clotaire Ier

Clothachar ou Clotaire Ier, dit le Vieux, naît en 497, fils de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie.



Seconde Campagne contre les Wisigoths

En 498, Clovis Ier lance une seconde expédition beaucoup plus vaste contre les Wisigoths qui atteint Bordeaux.

Le détail des opérations de ces luttes entre Francs et Wisigoths demeure obscur. Il semble que Clovis doit rapidement effectuer une retraite et revenir au nord de la Loire à la suite d'une intervention des Ostrogoths venus soutenir leurs cousins.



Naissance de Clotilde de France

Clotilde de France naît en 498 ou 502, fille de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie.


La France vers 500

Nouvelle campagne contre la Burgondie

Bataille de l'Ouche

Incorporation de l'Auxerrois et du Nivernais au Royaume des Francs

En 500, Godégisèle trahit Gondebaud de Burgondie, en passant un accord secret avec Clovis Ier, en lui demandant de l'aider à conquérir la totalité du royaume Burgonde et en contrepartie se reconnaît son tributaire.

Clovis Ier déclare la guerre aux Burgondes, les deux armées se rencontrent près de Dijon, aux bords de l'Ouche. Gondebaud découvre la trahison de son frère, quant ce dernier change de camp avec ses hommes. Gondebaud, vainc, se réfugie à Avignon, Clovis Ier le poursuit mais il ne peut pas forcer l'entrée de la ville.

Godégisèle doit payer un tribut à Clovis, il lui donne l'Auxerrois et le Nivernais qui sont incorporés dans le royaume des Francs.



Première mention de Villers-Cotterêts

Au VIe siècle, Clovis Ier attribue à un de ses lieutenants à Villers-Cotterêts une métairie "une villa" entourée de quelques chaumières.



Clovis repousse les Alamans

En 506, Clovis Ier repousse les Alamans au delà du Rhin.


Expansion de l'empire franc

Nouvelle campagne contre les Wisigoths

Bataille de Vouillé

Mort d'Alaric II de Wisigothie

Conquête de l'Aquitaine par les Francs

Destruction de la première cathédrale d'Angoulême

Théodoric Ier d'Ostrogothie tuteur d'Amalaric Ier de Wisigothie

Gésalic Roi des Wisigoths

En 507, appelé par les évêques de Novempopulanie, Clovis Ier est accueillit comme un libérateur par les Aquitains qui ne supportent plus ces germains ariens.

C'est la guerre pour la conquête de la Gaule qui va opposer Francs et Burgondes chrétiens catholiques, contre Wisigoths et Ostrogoths.

Clovis Ier et son cousin par alliance Sigismond II de Burgondie concluent une entente contre Alaric II, le Wisigoth. Les deux cousins qui viennent de se convertir, expliquent leurs gestes par une croisade contre les Ariens, mais en fait, les Francs veulent s'installer au sud de la Loire et les Burgondes en Provence.

Clovis Ier est soutenu par l'empereur d'Orient Anastase, alors en guerre contre les Ostrogoths de Théodoric Ier d'Ostrogothie, Clovis Ier profite de l'impossibilité des Ostrogoths à venir en aide aux Wisigoths pour attaquer le royaume d'Alaric II.

Clovis Ier est aidé par Sigebert de Cologne, Roi des Francs rhénans de Cologne,

Sigismond II de Burgondie rejoint Clovis à Vouillé entre Poitiers et Tours, la coalition franco-burgonde sort vainqueur.

Alaric II de Wisigothie est tué des propres mains de Clovis Ier durant la bataille, ses troupes se dispersent..

Clovis Ier repousse les Wisigoths jusqu'au Pyrénées et annexe le sud de la Gaule. La Novempopulanie passe sous contrôle franc. Bordeaux, Toulouse et Narbonne tombent aux mains des vainqueurs de Vouillé, aidés par Gondebaud de Burgondie qui les a rejoint.

Clovis domine désormais toute la partie occidentale de l'ancien empire romain :

Les Wisigoths ne conservent que la Narbonnaise ou Septimanie.

Le royaume Wisigoth sur le Sud-Ouest aura duré un siècle. Des noms comme :

La première cathédrale d'Angoulême disparaît au moment de la prise d'Angoulême par Clovis Ier, lorsque celui-ci chasse les Wisigoths, après la victoire de Vouillé, en 507.

Théodoric Ier d'Ostrogothie, beau-père d'Alaric II, devient le tuteur de son petit-fils Amalaric Ier de Wisigothie, alors âgé de 6 ans. Geisalic ou Gésalic devient Roi des Wisigoths en 507.



Siège d'Arles

En 507, Clovis Ier, Sigismond II de Burgondie et Gondebaud de Burgondie retournent dans leur royaume, mais une partie de leur troupe tente de s'emparer de la Provence. Les Burgondes aidés des Francs s'emparent de la basse Durance et viennent faire le siège d'Arles. Mais la ville ne cède pas.

Mais, libéré de la menace d'un débarquement byzantin, Théodoric Ier d'Ostrogothie, Roi des Ostrogoths, prenant sous sa protection la nation gothique tout entière, envoie une expédition commandée par le général Ibbas afin de secourir ses cousins.



Paris capitale

Vers 507, Clovis Ier place sa capitale à Paris. L'ancienne Lutèce, qui a pris le nom des premiers habitants de la région, les Parisii, accède pour la première fois au statut de capitale.



Conquête de L'Auvergne

En 507, Thierry Ier de Francie, fils de Clovis Ier, conquière militairement et annexe l'Auvergne.

Entre 507 et 508, Thierry Ier de Francie ajoute à son domaine l'Albigeois, le Rouergue.



Prise de Toulouse

En 508, Clovis Ier s'empare du trésor d'Alaric à Toulouse, et est soutenu par les évêques et la population catholique (depuis la disparition du dernier empereur romain en 476, l'autorité revient aux évêques).



Clovis Ier consul honoraire

En 508, auréolé d'un immense prestige et maître de la quasi-totalité de la Gaule, Clovis reçoit à Tours le titre de "consul honoraire" de la part de l'empereur byzantin Anastase, trop heureux de voir l'un de ses ennemis défait. Ce titre, particulièrement important, demeure l'une des plus hautes et des plus prestigieuses charges romaines. Clovis Ier reçoit également la chlamyde pourpre et le diadème d'or, insignes réservés exclusivement à l'empereur romain ce qui implique qu'il est officiellement reconnut par Byzance comme un roi ayant la prééminence sur tous les autres peuples barbares de l'Europe occidentale.

Anastase Ier s'allie, plus formellement que réellement avec Clovis Ier, le roi des Francs afin de prendre à revers les Ostrogoths.



Mort de Sigebert de Cologne Roi Franc de Cologne

Clodéric de Cologne Roi de Cologne

Les dernières années du règne de Clovis Ier sont marquées par une politique de regroupement sous son autorité de tous les Francs Saliens et Rhénans.

Clovis Ier montre à cette occasion sa cruauté et son absence de scrupule.

Il n'hésite pas à exécuter sommairement ou à assassiner par traîtrise toutes les personnes lui faisant obstacle et en premier lieu de nombreuses personnes de sa propre famille.

Clovis Ier facilite en 508 le meurtre de Sigebert de Cologne, Roi Franc de Cologne tué par son fils Clodéric de Cologne.

Clodéric de Cologne devient Roi de Cologne.



Mort de Clodéric de Cologne

Mort de Chararic

Mort de Ragnachaire Roi de Cambrai

Mort de Riquier

Mort de Rignomer

Vers 509, Clovis Ier ordonne la mort de Clodéric de Cologne.

Il ordonne également la mort du roi Chararic, de son fils et de ses parents.

S'appuyant sur la tradition populaire, Grégoire de Tours raconte qu'à la fin du règne de Clovis Ier, Ragnacaire, roi de Cambrai, qui a un conseiller du nom de Farron, se débauche avec les filles de ses sujets, et mêmes ses proches parentes.

Clovis Ier ayant eu vent de son comportement, décide d'y mettre fin en soulevant les leudes de Ragnacaire contre leur roi.

Ragnacaire est fait prisonnier avec son frère Riquier.

Clovis Ier les tue d'un coup de hache, puis se débarrasse du troisième frère, qu'il fait tuer au Mans.

Ce troisième frère est nommé Renomer par Grégoire de Tours, nom corrigé le plus souvent en Rignomer ou Ragnomer, voire Richomer.



Concile d'Orléans

En 511, auréolé de gloire, Clovis Ier convoque un concile à Orléans qui jette les bases de la jeune église franque, fille aîné de l'Église. Y sont présent :



Installation des Bretons en Armorique

Les Bretons occupent tout le territoire des Coriosolites et des Osismes, ainsi que la partie ouest du territoire des Vénètes, c'est-à-dire la partie située à l'ouest de Vannes.

Ces territoires se nomment :

Pendant que les Bretons s'installent, les peuplades gallo-armoricaines de l'est (Riedones et Namnètes) tentent de défendre leur indépendance contre les Francs de Clovis Ier. Elles y réussissent d'abord assez bien, mais, devant l'appétit guerrier de ces " barbares", les Riedones préfèrent traiter. Les Namnètes, quant à eux, défendent courageusement leur ville, mais acceptent finalement les propositions de Clovis : "Les Armoricains et les Francs deviennent une même nation".

Voilà donc les Francs voisins des Bretons. Cette situation ne va pas tarder à faire naître des conflits entre ces deux peuples. Les Francs vont essayer d'imposer leur suprématie et de faire payer un tribut aux Bretons, alors que ces derniers continuent d'arriver en grand nombre dans l'ancienne Armorique.

Cependant, durant le règne de Clovis Ier et celui de son fils Clotaire Ier, une paix relative bénéficie aux comtés francs de Rennes, de Nantes et de Vannes. Les Bretons, en train de s'installer, y trouvent aussi leur intérêt même s'ils sont obligés temporairement de baisser la tête devant leurs puissants voisins.



Construction de l'église Saint Pierre et Saint Paul à Paris

Sainte-Geneviève convainc Clovis Ier de faire ériger une église dédiée à Saint Pierre et Saint Paul sur la montagne Sainte-Geneviève (dans le Ve arrondissement de Paris).

Le clocher est encore visible dans l'enceinte du lycée Henri-IV (ce clocher est connu sous le nom de "Tour Clovis"). L'église et l'Abbaye sont d'abord confiées à des bénédictins, puis à des chanoines séculiers.



Loup Évêque de Soissons

Loup devient évêque de Soissons en 511. Il est neveu de Remi, l'évêque de Reims qui baptisa Clovis Ier.


Gisant du tombeau de Clovis – Basilique royale de Saint-Denis – XIIe siècle Partage du Regnum Francorum de Clovis Childebert Ier Clotaire Ier

Mort de Clovis Ier

Thierry Ier de Francie Roi d'Austrasie

Clodomir Ier Roi d'Orléans

Childebert Ier Roi de Neustrie

Clotaire Ier Roi de Soissons

Clovis Ier s'éteint le 27 novembre 511 à Paris à l'âge de 45 ans. Il est inhumé dans la basilique de Sainte-Geneviève à Paris.

Son règne demeure l'un des plus glorieux et des plus brillants de la dynastie mérovingienne du fait de ses glorieuses conquêtes qui l'amènent à maîtriser la majeure partie de la Gaule.

Maître de la Gaule du Nord jusqu'aux Pyrénées, Clovis Ier organise méthodiquement l'unification de son royaume. A cette fin, il déplace sa capitale au fur et à mesure de ses conquêtes.

Sa conversion au christianisme lui vaut un prestige inégalé à l'époque.

Il tient à conserver le bréviaire d'Alaric II tout en codifiant par écrit la loi salique.

Son règne jette les bases de l'organisation et de l'administration du royaume mérovingien très puissant, agrandi et soutenu par l'Église qu'il lègue à ses fils.


Titre de roi des Francs

Tous les rois qui succédèrent à Clovis portèrent le titre de roi des Francs et non de roi de la partie de la Gaule qu'ils dirigeaient. Cela souligne une certaine conception de l'unité franque malgré les divisions politiques.

Clovis Ier et ses aïeux ont conquis et étendu le royaume mérovingien qui est donc considéré comme un gigantesque patrimoine foncier familial soumis à la loi salique. Cette dernière impose un partage équitable entre tous les héritiers directs mâles des biens du défunt.

Dès lors, en 511, le royaume est partagé équitablement entre les fils vivant de Clovis, Ingomer étant mort du vivant de son père. Chacun des fils de Clovis a sa capitale et son royaume dans les régions réellement occupées par les Francs :

Au-delà, il n'y a que des territoires militaires; chacun des 4 rois en a sa part.


Austrasie et Neustrie

L'Austrasie, "royaume de l'Est" en dialecte franc, est la partie des domaines mérovingiens organisée autour de Metz. C'est un royaume que traversent l'Escaut, la Meuse et le Rhin.

La Neustrie, "nouveau royaume" en dialecte franc, est un royaume organisé entre la Loire et la Meuse. Il inclut Paris et Soissons, les capitales de Clovis et de ses fils.

Les deux royaumes ont à leur tête un roi mérovingien.

En 511, Thierry Ier de Francie, est donc couronné Roi de Reims et d'Austrasie :

Childebert Ier est couronné Roi de Paris et de Neustrie. Il obtient comme territoire Paris, les vallées de la Seine et de la Somme, les côtes de la Manche jusqu'à la Bretagne et Bourges.

Clodomir est couronné roi d'Orléans et obtient un territoire, taillé dans l'ancien royaume de Syagrius comprenant la Loire, d'Orléans à Tours, plus les cités de Chartres, Sens, Auxerre et Poitiers.

Clotaire Ier est couronné Roi de Soissons, son royaume comprend :


Sainte-Geneviève

Mort de Sainte-Geneviève

Sainte-Geneviève meurt en 512 dans l'ermitage de Paris, âgée de 89 ans.

Elle est enterrée dans l'église Saint Pierre et Saint Paul aux côtés de Clovis Ier et rejointe plus tard par la reine Clotilde de Burgondie, ses plus célèbres disciples.

Sainte-Geneviève est considérée par les catholiques comme la sainte patronne de Paris, du Diocèse de Nanterre et de la gendarmerie nationale française.

La chasse ayant contenu ses reliques est honorée dans l'église Saint-Étienne-du-Mont à Paris.

La chasse ne contient plus les restes de Sainte-Geneviève, ceux-ci ayant été jetés aux égouts à l'époque révolutionnaire en 1793.



Mariage d'Amalaric Ier de Wisigothie avec Clotilde de France

Amalaric Ier de Wisigothie épouse en 517 Clotilde de France, fille de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie. Leurs enfants sont :



Expédition des Francs en Burgondie

Guerre de Burgondie

Défaite de Sigismond II de Burgondie et de Godomar III de Burgondie

Sigismond II de Burgondie Prisonnier de Clodomir

Clotilde de Burgondie s'est alliée avec Clodomir Ier, roi d'Orléans, le seul de ses enfants dont le royaume est limitrophe du territoire burgonde, pour engager une action militaire.

Dans le coeur de la vieille reine, c'est l'occasion idéale de venger enfin le meurtre de ses parents, Chilpéric II de Burgondie et Carétène assassinés par Gondebaud de Burgondie, le père de Sigismond II de Burgondie.

En 523, les 3 fils de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie :

se joignent dans une expédition contre les Burgondes.

Thierry Ier refuse de participer à l'attaque arguant du fait qu'il était le gendre de Sigismond II de Burgondie.

Théodoric Ier d'Ostrogothie ne veut pas perdre ses forces militaires dans un combat qui lui est inutile.

Aussi il ordonne au Duc Tuluin d'avancer le plus lentement possible, à moins que la victoire des Francs n'ait été confirmée.

Après d'âpres combats, les Francs parviennent à écraser Sigismond II de Burgondie et son frère Godomar III.

Sigismond II de Burgondie fuit en direction du monastère de Saint Agaune, poursuivit par Clodomir Ier.

Sigismond II de Burgondie décide de se tonsurer et d'entrer définitivement au monastère, mais il est trahit et livré par les siens à Clodomir Ier ainsi que Constance, son épouse, et ses deux fils, Gisald et Gondebaud.

Godomar III, le frère cadet de Sigismond, se réfugie entre Isère et Durance.

La majeure partie du royaume burgonde est répartie entre les 2 vainqueurs et les Ostrogoths s'acquittent d'une amende pour compenser leur absence lors des combats.

Une fois l'expédition accomplie les rois francs retournent dans leurs royaumes en laissant une garnison sur place.

Clodomir Ier emmène ses prisonniers dans son royaume d'Orléans.



Mort de Thierry Ier de Francie

Théodebert Ier d'Austrasie Roi d'Austrasie

Thierry Ier de Francie, l'aîné des fils de Clovis Ier, s'éteint en 534. Il est inhumé à Metz.

Thierry Ier de Francie frappe les premières monnaies mérovingiennes afin de marquer son autonomie face à Byzance dont l'empereur garde théoriquement le privilège de la frappe monétaire. Néanmoins, il ne rompt pas totalement avec ce dernier puisque ses premières monnaies ne sont pas en or.

Childebert Ier et Clotaire Ier envisagent de s'emparer de son royaume de Reims en écartant voire en éliminant Théodebert Ier d'Austrasie, cet héritier gênant.

Théodebert Ier d'Austrasie doit interrompre rapidement le siège d'Arles pour faire prévaloir ses droits.

Grâce à l'attachement des guerriers du royaume depuis sa victoire de 522 sur les Danois, l'aristocratie locale défend son patrimoine.

Théodebert Ier d'Austrasie monte sur le trône de Reims, future Austrasie en 534.

Théodebert Ier d'Austrasie sera finalement adopté par Childebert Ier.

Le deux hommes partent alors en guerre contre Clotaire, qui se réfugie dans une forêt.

Tandis qu'il est assiégé, une tempête de grêle ravage le camp de ses ennemis, qui effrayés abandonnent le siège et concluent la paix.


Saint Vaast

Mort de Saint Vaast

Vaast vit retiré dans la région de Toul. Mais il vient en aide aux malades qui le sollicitent. Il apprend aussi à lire. Quand Clovis Ier passe à Toul pour se rendre à Reims, on l'invite à rencontrer Vaast. C'est ainsi qu'il donne les premiers enseignements sur la foi chrétienne, avant Rémi. La guérison d'un aveugle, sur la route de Reims est peut-être une manière de parler de l'ouverture de Clovis à la foi chrétienne.

A Reims, Rémi confie l'éducation chrétienne de Clovis à Vaast qui est à la fois éducateur de la foi et conseiller du pouvoir. Bientôt Vaast est consacré évêque et envoyé plus au Nord du Royaume: à Cambrai et Arras. Arras croupit dans une complète incurie, l'église est en total abandon. Saint Vaast entreprend de nettoyer l'intérieur de l'église, quand soudain des habitants l'appellent à l'aide, un monstre dévore les bêtes et les gens, c'est un ours! Suivant les indications des pauvres gens, le Saint arrive devant un ruisseau, le Crinchon. Traversant celui-ci il arrive devant l'ours et lui ordonne au nom de Dieu de quitter les lieux. Par bonheur l'ours se radoucit et passe le ruisseau. Nul ne reverra la bête. C'est une manière de dire que le paganisme recule en présence du nouvel évêque.

En remerciement à Dieu, Saint Vaast, aidé par ses disciples, restaure l'église et vient se recueillir quotidiennement dans l'oratoire dressé sur la rive droite du Crinchon où s'est accompli le miracle. Vaast guérit aveugles et boiteux. Il apporte l'espérance chrétienne à toute une population broyée dans la misère.

Saint Vaast, après un long apostolat, meurt en 540. Il est inhumé en son église.


La France en 561 Partage du royaume à la mort de Clotaire - Grandes Chroniques de France - XIVe siècle - Castres musée Goya Caribert Ier Gontran Ier Chilpéric Ier de Francie Sigebert Ier - Jean Du Tillet - Recueil des rois de France - Bibliothèque nationale de France

Mort de Clotaire Ier

Caribert Ier Roi de Paris,

Gontran Ier Roi de Bourgogne et d'Orléans

Sigebert Ier Roi de Metz et d'Austrasie

Chilpéric Ier de Francie Ier Roi de Neustrie et de Soissons

Badégesile Maire du palais de Neustrie

Ciucilon Maire du palais d'Austrasie

Adowaire Commandement la province d'Arles

Clotaire Ier meurt le 10 ou le 29 novembre 561 à Compiègne.

Mêlant les souvenirs de l'ambition aux craintes religieuses qui l'agitent dans ses derniers moments, Clotaire Ier s'écrie :

Hélas! Quel est donc ce Roi du Ciel qui fait mourir ainsi les plus puissants Rois de la Terre ! Comme il n'est pas mortel, il est sans comparaison, meilleur que le plus grand prince de la Terre ; s'il est donc meilleur, il est plus puissant, et s'il est plus puissant, il est miséricordieux; car il ne disperse en la vengeance de ceux qui l'ont desservi, ainsi que font maints mortels princes."

Son corps est porté à Soissons, et enterré dans l'église de Saint-Médard, qu'il a commencée et que Sigebert, son fils, achèvera.

Le royaume franc est à son apogée, couvrant toute la Gaule, à l'exception de la Septimanie, et une partie de l'Allemagne actuelle.

Clotaire laisse 4 fils entre lesquels se fait un nouveau partage.

Cette manière de diviser un état comme un bien patrimonial, est l'une des plus funestes erreurs de droit public des peuples germaniques.

Les royaumes dont ces villes étaient les capitales ne correspondaient pas du tout à ceux résultant du partage du royaume de Clovis Ier.

La Bourgogne est alors divisée en quatre grandes parties :

La province d'Arles est dans son ensemble rattachée au royaume de Gontran, c'est-à-dire à la Bourgogne.

Gontran Ier place la province d'Arles sous le commandement d'Adowaire en 561.

Mais en raison de l'importance de la fenêtre méditerranéenne, Sigebert Ier obtient un corridor appelé corridor austrasien qui partant de l'Auvergne passe par Avignon et aboutit à Marseille.

Badégesile devient Maire du palais de Neustrie en 561.

Ciucilon devient Maire du palais d'Austrasie en 561.

La Marche, au sud du comté de Poitou, enclavée entre le comté d'Angoulême et celui du Périgord, est concédée à Caribert Ier et échoit au royaume de Neustrie.



La Provence au temps des mérovingiens

Pour les descendants de Clovis Ier, installés dans le nord de la France, la Provence ne présente que peu d'intérêt mis à part le débouché Méditerranéen qu'offrent ses ports. Les démembrements nombreux, successifs aux héritages mérovingiens, et les pillages lombards ont un effet désastreux sur la vie matérielle et spirituelle. De 580 à 599, 7 épidémies (variole, dysenterie et peste) déciment les populations, les campagnes sont abandonnées et les marécages reprennent leur place, on ne parle plus de Villa mais de castella fortifiés. Dans les villes, on aménage des habitations dans les monuments romains pour se protéger (théâtre d'Orange, Arènes d'Arles); même l'église est touchée, l'évêque de Carpentras s'enfuit à Venasque, certains évêchés disparaissent. Seule à cette époque Marseille s'en sort grâce aux échanges avec l'Orient et Rome.



Rébellion des leudes

Childebert III l'Adopté et Grimoald Ier de Landen Prisonniers

Ce coup d'état émeut l'ensemble de l'aristocratie franque estimant que la lignée mérovingienne a un caractère sacré inviolable. La famille royale jouit d'un prestige immense puisqu'elle descend de Clovis Ier et est par-là même la seule à pouvoir monter sur un trône franc.

Au bout de 7 mois de règne, les Grands d'Austrasie, rivaux des Pipinnides, se révoltent, avec l'appui de Clovis II, le frère de Sigebert III d'Austrasie. L'aristocratie de Neustrie s'unit à la rébellion.

Les Grands fomentent un guet-apens à Paris. Childebert III l'Adopté et Grimoald Ier de Landen sont faits prisonniers en septembre 656 et livrés au roi de Neustrie, Clovis II et à son maire du palais Erchinoald.


Childéric III l'Insensé tonsuré Childéric III l'Insensé tonsuré Pépin III le Bref

Déposition de Childéric III l'Insensé

Childéric III l'Insensé Prisonnier au monastère de Saint-Bertin

Pépin III le Bref Roi des Francs

Sacre de Pépin III le Bref

En novembre 751, Pépin III le Bref dépose Childéric III l'Insensé sans effusion de sang et demeure seul maître de la monarchie.

Childéric III l'Insensé est tonsuré. Il perd les cheveux longs, signe de pouvoir chez les Francs.

Childéric III l'Insensé est enfermé dans l'abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer où il finira ses jours.

C'est la fin des Mérovingiens.

En novembre 751, las des descendants de Clovis, les Leudes, une assemblée des principaux évêques et nobles de Francie occidentale (la France du nord), par acclamations, proclament Pépin roi des Francs au champ de mai de Soissons.

Mais si Pépin n'a pas la légitimité de la succession naturelle de père en fils. Cette continuité est assurée par le sacre royal, par l'onction symbolisant le baptême de Clovis Ier et l'alliance particulière entre l'Église et le roi des Francs.

L'évêque Boniface de Mayence, son conseiller diplomatique, archevêque de Mayence, donne l'onction au nouveau Roi en marquant son front avec de l'huile sainte (le Saint-Chrême) à Soissons en novembre 751.

Par cette onction, le roi des Francs est désormais investi d'une mission de guide militaire et religieux, et détient la force morale du droit divin, c'est-à-dire la charge de "diriger les peuples que Dieu lui confie".

Mais cette légitimité a un coût, celui de la fidélité à l'Église et à celui qui la dirige, le pape Zacharie, qui de Rome, a donné son assentiment au changement de dynastie.

Pépin III le Bref se fait sacrer une deuxième fois, en décembre 751, à Mayence pour l'Austrasie, toujours par Boniface de Mayence.

Pépin III le Bref disgracie les membres de la famille des Étichonides.

L'Alsace se trouve divisée en deux comtés : le Nordgau et le Sundgau.



Remise en cause de la donation d'Anizy-le-Château

Pépin III le Bref veut revenir sur la donation d'Anizy-le-Château à Clovis Ier, mais il finit par se rendre aux remontrances de Bernicon, évêque Laon, et du chapitre et à renoncer à ses prétentions.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !