Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



22 événements affichés, le premier en 1715 - le dernier en 1767



Naissance de Claude-Louis-François de Régnier

Claude-Louis-François de Régnier naît le 1er août 1715, fils de Louis de Régnier (1668-1748), Marquis de Guerchy, Comte de Druy, et de Cassandre ou de Jeanne-Louise de Marion de Druy.

Claude-Louis-François de Régnier est issu d'une ancienne famille de Bourgogne.



Claude-Louis-François de Régnier Militaire

Claude-Louis-François de Régnier devient militaire en 1729.



Claude-Louis-François de Régnier Mousquetaires du roi

Claude-Louis-François de Régnier mousquetaires du roi en 1730 sous Louis de Régnier, son père.



Claude-Louis-François de Régnier commandant une compagnie au régiment de cavalerie de Toulouse

En 1731, Claude-Louis-François de Régnier commande une compagnie au régiment de cavalerie de Toulouse.



Claude-Louis-François de Régnier À la conquête du Milanais

Avec son régiment de cavalerie, Claude-Louis-François de Régnier part à la conquête du Milanais en 1733.



Bataille de Guastalla

Mort de Frédéric-Louis de Wurtemberg

Levée du siège de Mirandole

Dans la nuit du 14 septembre 1734, le comte de Waldeck remporte une petite victoire dans le camp de François de Franquetot de Coigny près de Quistello.

Au petit matin du 15 septembre 1734, 10 000 impériaux commandés par Frédéric-Louis de Wurtemberg pénètrent dans le camp de François-Marie de Broglie au gué de la Secchia.

Réveillé en sursaut, François-Marie de Broglie n'a que le temps d'enfiler un côté de sa culotte et de tenir l'autre avant de s'enfuir en abandonnant ses bagages et 4 000 prisonniers.

Il y gagne le surnom de général Culotte.

Cela redonne courage aux impériaux qui décident de lancer un assaut décisif sur les positions alliées à Guastalla, une petite ville bâtie au confluent du Crostolo et du Pô.

Ces deux rivières entourent presque complètement la ville.

Venant de Luzzara, von Königsegg, est à la tête de 4 000 hommes quand il se présente le 19 septembre 1734 vers 10 heures, devant les positions franco-piémontaises.

Les Français sont sur leur garde et ont reçu le renfort de 5 régiments français et de 5 régiments savoyards.

Charles-Emmanuel III de Savoie est enfin sorti de sa réserve et est présent à la tête de ses troupes.

Les forces alliées comptent 49 000 hommes.

La cavalerie française, sous les ordres de François IV d'Harcourt et d'Alexis Madeleine Rosalie de Châtillon est attaquée la première par les cuirassiers allemands qui sont repoussés dans le bois.

Pendant ce temps, l'infanterie attaque l'aile gauche des alliés.

Après 3 heures de combat, Français et Piémontais repoussent les Autrichiens.

Sans se décourager, Königsegg reforme une colonne et lance une nouvelle attaque là où eut lieu le premier choc contre la cavalerie française.

Les 3 régiments français du Dauphiné, de Soufré et de Picardie, encaissent le choc.

Après plus de 8 heures de combat, Königsegg renonce et commande la retraite.

Celle-ci se passe avec ordre, dans le calme et sans se laisser entamer.

La bataille se termine vers de 19 heures.

Parmi les 12 000 victimes se trouvent :

Après la bataille Charles-Emmanuel III de Savoie retrouve son apathie et les alliés n'exploitent pas leur succès.

Cela permet aux Autrichiens de stabiliser leurs lignes à Luzzara et de prévenir une poussée alliée sur Mantoue.

Guy XXV de Laval se distingue lors de cette bataille

Guy XXV de Laval est nommé peu de temps après brigadier des armées du roi.

Antoine-Chrétien de Nicolaï participe à la batailles de Guastalla.

Victor-François de Broglie combat comme capitaine de cavalerie lors de cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier est blessé lors de cette bataille.

Noël Jourda de Vaux participe à cette bataille où il reçoit 2 blessures.

Louis Emmanuel de Conflans est blessé d'un coup de fusil au col.

François-Charles de Rochechouart est blessé au bras par un coup de fusil lors de cette bataille.

Alexis Madeleine Rosalie de Châtillon est blessé à la jambe d'un coup de feu lors de cette bataille.

Il est nommé lieutenant-général et chevalier du Saint-Esprit.

Quelques jours plus tard, Königsegg force Jean-Baptiste François Desmarets à lever le siège de Mirandole.

À la mauvaise saison, le climat malsain de la plaine du Pô, les maladies font plus de victimes dans les deux camps que sous le feu de l'ennemi.



Mariage de Claude-Louis-François de Régnier avec Gabrielle-Lydie d'Harcourt

Claude-Louis-François de Régnier épouse le 3 mai 1740 Gabrielle-Lydie d'Harcourt (1722-1801), troisième fille de François IV d'Harcourt et de Marie Madeleine le Tellier de Barbezieux. Leurs enfants sont :



Siège de Lintz

Claude-Louis-François de Régnier s'empare d'Ems et participe au siège de Lintz en 1741.



Claude-Louis-François de Régnier Brigadier

En 1743, Claude-Louis-François de Régnier devint brigadier.



Invasion des Pays-Bas autrichiens

Prise de Menin, Ypres, Knokke et Furnes

Ladislas Ignace de Bercheny Lieutenant-général

L'armée de Louis XV, menée par Adrien Maurice de Noailles, envahit en mai 1744 les Pays-Bas autrichiens et s'empare rapidement des places de Menin, Ypres, Knokke et Furnes.

Noël Jourda de Vaux assiste aux sièges de Menin et d'Ypres.

Claude-Louis-François de Régnier participe au siège d'Ypres.

Claude Quentin La Chiche est à la prise de Menin le 4 juin 1744.

En 1744, Adrien Maurice de Noailles parvient à expulser les Autrichiens d'Alsace, même s'il laisse passer l'occasion de leur infliger de lourdes pertes au moment où leur armée traverse le Rhin.

Après la reconquête de l'Alsace, Ladislas Ignace de Bercheny devient lieutenant-général en 1744.


Bataille de Fontenoy

Siège de Tournai

Mort de Daniel de Talleyrand-Périgord Marquis de Talleyrand, Comte de Grignols et de Mauriac

Mort d'Alexandre de Beauvau-Craon

Bataille de Fontenoy

Mort de Louis VII de Gramont

Dans le cadre de la guerre de Succession d'Autriche, Hermann Maurice de Saxe, commande l'armée française.

Sous le couvert d'une diversion lancée vers Mons, Hermann Maurice de Saxe rabat le gros de ses troupes vers Tournai qui est totalement investie le 26 avril 1745.

William Augustus de Grande-Bretagne commande l'ensemble des forces alliées : Provinces-Unies, Grande-Bretagne, Hanovre et Autriche.

Leurrés par la diversion française, les généraux alliés rassemblent dans la précipitation leurs effectifs près de Bruxelles et se mettent d'abord en route le 30 avril 1745 vers Mons avant finalement d'obliquer leur marche vers Tournai.

Prévoyant l'arrivée de l'armée alliée, Hermann Maurice de Saxe ordonne d'édifier des retranchements sur la rive droite de l'Escaut.

Dès le 8 mai 1745, le village de Fontenoy est fortifié et 2 solides redoutes édifiées près de la corne du bois de Barry.

Daniel de Talleyrand-Périgord, Brigadier d'infanterie et colonel du régiment de Normandie, meurt le 9 mai 1745 lors du Siège de Tournai.

Le 10 mai 1745, 3 nouvelles redoutes sont érigées entre Fontenoy et Antoing.

La bataille entre les 2 armées se déroule le mardi 11 mai 1745 sur la plaine de Fontenoy, à 7 kilomètres au sud-est de Tournai.

La bataille débute dès 5 heures du matin par de violents tirs d'artillerie

Suite à de nombreux retards dans le déploiement des troupes alliées, les premières attaques ne débutent que vers 9 heures du matin.

Par deux fois, les attaques menées par les régiments hollandais contre Fontenoy et Antoing sont repoussées par la puissante artillerie française et les défenseurs français.

Voulant forcer le destin, William Augustus de Grande-Bretagne ordonne dès lors vers 10h30 à ses bataillons anglo-hanovriens d'attaquer entre la corne du bois de Barry et le village de Fontenoy.

Malgré une canonnade meurtrière, les régiments britanniques arrivent au contact vers 11 heures avec la première ligne française.

S'avançant à la tête du 1er bataillon des Gardes britanniques, un officier, Charles Hay, veut encourager ses hommes en se moquant des Français.

Sortant une petite flasque d'alcool, il boit à leur santé en se moquant d'eux.

Apercevant cet insolent Britannique, un officier français, le comte d'Anterroches, croit qu'il s'agit d'une invitation à tirer.

Il lui aurait répondu des mots, vraisemblablement proches du célèbre: Messieurs les Anglais, tirez les premiers! Les Français furent toutefois les premiers à tirer.

Ouvrant à leur tour de terribles feux, les troupes britanniques ne tardent pas à culbuter les premiers rangs ennemis, à ouvrir une brèche et à s'avancer dans le camp français.

Craignant que l'armée française ne soit coupée en 2, Hermann Maurice de Saxe entreprend aussitôt de lancer de sanglantes contre-attaques qui, finalement, bloquent l'avance des britanniques.

Philippe de Noailles charge la colonne anglaise à la tête d'une brigade de cavalerie.

Gaspard de Clermont-Tonnerre intervient d'une façon décisive à la tête de la cavalerie, en dirigeant une attaque fulgurante qui disloque le carré ennemi et permet de remporter une victoire qui fut longtemps indécise.

Jules de Clermont Tonnerre commande son régiment lors de cette bataille.

À la tête de son régiment, Claude-Louis-François de Régnier charge 3 fois, la colonne anglaise.

Alexandre de Beauvau-Craon meurt lors de cette à la bataille.

Forcés de se réorganiser défensivement, les régiments anglo-hanovriens William Augustus de Grande-Bretagne adoptent dès lors une position de rectangle à 3 côtés fermés.

Voyant apparaître vers 13h les premiers renforts français, menés par Ulrich Frédéric Woldemar de Lowendal, William Augustus de Grande-Bretagne ordonne finalement à ses troupes de se replier sur Vezon.

Au cours de ce repli, le régiment irlandais de Bulkeley parvient à s'emparer du drapeau du second bataillon des Gardes britanniques.

Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis a l'idée et la direction de la manœuvre qui anéantit la colonne de William Augustus de Grande-Bretagne.

La bataille prend fin vers 14h.

Une heure plus tard, les derniers éléments hollandais quittent le champ de bataille.

Les forces alliées se replient au cours de la nuit vers la place d'Ath.

Louis-Ferdinand de France participe aux côtés de Louis XV à cette bataille qui est son baptême du feu et où il fit preuve de courage, recevant cependant de la bouche même du roi une belle leçon d'humanité propre à édifier le futur chef d'état :

le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes. La vraie gloire c'est de l'épargner.

Après la victoire de Fontenoy, les troupes du roi de France s'emparent aisément de la ville de Tournai.

Louis Antoine de Gontaut-Biron participe à cette bataille.

Louis Charles César Le Tellier s'illustre lors de cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier participe à cette bataille.

Marc-René de Voyer d'Argenson se distingue personnellement lors de cette bataille où il commande le régiment de Berry.

Louis VII de Gramont meurt durant cette bataille tué d'un coup de canon.

Durant cette bataille, Antoine Adrien Charles de Gramont est auprès de Louis VII de Gramont, son père.

Hermann Maurice de Saxe distingue Noël Jourda de Vaux lors de cette bataille et lors des sièges de Tournai, d'Oudenarde, de Dendermonde et d'Ath.

Claude Constant Esprit Jouvenel de Harville des Ursins et Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre participent à cette bataille et aux sièges des villes et citadelles de Tournai, Dendermonde, Audenarde et Ath.

L'incapacité à pousser l'avantage diplomatique de la France après cette victoire de Fontenoy expose René Louis de Voyer de Paulmy aux critiques.



Claude-Louis-François de Régnier Colonel et inspecteur du régiment d'infanterie du roi

En 1745, Claude-Louis-François de Régnier est fait colonel et inspecteur du régiment d'infanterie du roi.



Siège de Namur

Bataille de Rocourt

Louis Emmanuel de Conflans Lieutenant général

Pendant la guerre de succession d'Autriche, les Français assiègent Namur du 6 au 30 septembre 1746.

Noël Jourda de Vaux et Anne Léon II de Montmorency-Fosseux servent lors de ce siège.

Jean Baptiste Charles Henri Hector d'Estaing participe très jeune à cette bataille.

La bataille de Rocourt ou Rocoux ou Raucoux ou Roucoux a lieu le 11 octobre 1746, à Rocourt entre les armées française et autrichienne.

Philippe Henri de Ségur est blessé lors de cette bataille.

Noël Jourda de Vaux et Anne Léon II de Montmorency-Fosseux participent à cette bataille.

Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre participe à cette bataille.

Louis Emmanuel de Conflans combat lors de cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier participe à cette bataille.

La victoire des Français met fin au contrôle de l'Autriche sur les Pays-Bas.

Louis Emmanuel de Conflans apporte au roi Louis XV la nouvelle de la victoire, ce qui lui vaut d'être fait lieutenant général le 14 octobre 1746.


Hermann Maurice de Saxe à la bataille de Lauffeld - œuvre contemporaine de Pierre Lenfant

Bataille de Lauffeld

Ligonier Prisonnier

Prise de Bergen-op-Zoom

Pendant l'invasion française des Pays-Bas autrichiens, Hermann Maurice de Saxe mène l'armée française contre les forces combinées des gardes Écossais sous la bannière de William Augustus de Grande-Bretagne, et des Provinces-Unies, combattant sous les ordres de Guillaume IV d'Orange-Nassau.

William Augustus de Grande-Bretagne essaie d'anéantir un détachement de l'armée française commandée par Gaspard de Clermont-Tonnerre, mais une marche forcée d'Hermann Maurice de Saxe déjoue sa manœuvre.

William Augustus de Grande-Bretagne est maintenant face à l'armée française toute entière le 2 juillet 1747.

Le général Ligonier lui conseil d'occuper et de fortifier les villages sur une ligne de défense, pour faire face à l'avancée alliée, mais William Augustus de Grande-Bretagne ignore ce conseil compromettant ainsi ses chances de succès.

La bataille de Lauffeld ou bataille de Maastricht ou bataille de Val a lieu à Lauffeld ou Lafelt ou Lawfeld qui fait maintenant partie de Riemst, juste à l'ouest de Maastricht.

De nouveau, comme à la bataille de Rocourt les Autrichiens de l'aile droite refusent de se placer contre le flanc français ouvert.

Les villages changent de mains plusieurs fois jusqu'à ce qu'Hermann Maurice de Saxe prenne le dessus.

Les Néerlandais battent en retraite devant l'avance des Français qui menacent maintenant d'anéantir l'infanterie britannique.

Ligonier mène une charge de cavalerie qui sauve l'armée alliée, mais il est capturé.

Anne Léon II de Montmorency-Fosseux est Guidon de la compagnie des gendarmes de la reine, avec grade de lieutenant-colonel de cavalerie.

Anne Emmanuel François Georges de Crussol d'Uzès participe à cette bataille.

Noël Jourda de Vaux, Anne Léon II de Montmorency-Fosseux et Gaston Pierre de Lévis-Mirepoix combattent lors de cette bataille.

Jean Baptiste Charles Henri Hector d'Estaing participe à cette bataille.

Antoine-Chrétien de Nicolaï reçoit une blessure lors de cette bataille.

Philippe Henri de Ségur perd un bras à la bataille de Lauffeld.

Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre commande la brigade du Régiment du Roi-Cavalerie lors de cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier se distingue lors de cette bataille.

Célébrée par les Français, la victoire n'est cependant pas décisive.

L'armée alliée n'est pas totalement défaite et retraite en bon ordre, laissant le champ de bataille aux Français, mais les empêchant dans l'immédiat de capturer Maastricht.

Hermann Maurice de Saxe envoie 30 000 hommes prendre la ville de Bergen-op-Zoom le 29 août 1747 pour conclure cette année de campagne.

Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre sert jusqu'à la prise de celte place.

Noël Jourda de Vaux reçoit une cinquième blessure pendant ce siège.

Maastricht passe une nouvelle fois brièvement sous domination française après la bataille de Lauffeld.



Claude-Louis-François de Régnier Lieutenant général du roi

Claude-Louis-François de Régnier Lieutenant général du roi en 1748,



Claude-Louis-François de Régnier Gouverneur de Huningue

Claude-Louis-François de Régnier devient Gouverneur de Huningue en 1748,


Ordre de bataille à Hastenbeck William Augustus de Grande-Bretagne - Portrait par Joshua Reynolds - 1758

Bataille de Hastenbeck

En juin 1757, pendant la guerre de Sept Ans, Claude Constant Esprit Jouvenel de Harville des Ursins est dans l'Armée du Rhin et participe à la prise de l'électorat de Hanovre.

William Augustus de Grande-Bretagne est chargé de défendre Hanovre.

L'armée de Hanovre (pour 60 %) et de Hesse-Cassel (25 %) et quelques troupes de Brunswick forment l'armée hanovrienne d'observation d'environ 40 000 hommes.

La Prusse étant occupée ailleurs, seuls 6 régiments d'une garnison participent à cette campagne.

William Augustus de Grande-Bretagne concentre d'abord son armée à Bielefeld, puis fait retraite à Brackwede avant de traverser la Weser au sud de Minden.

L'idée est d'utiliser la rivière comme ligne de défense mais en été elle est facilement passable à gué.

Pendant la nuit du 7 juillet 1757 un fort détachement français traverse la Weser près de la ville de Beverungen.

Elle va vers le nord et établit une tête de pont à Höxter permettant au reste de l'armée de passer.

William Augustus de Grande-Bretagne n'a d'autre choix que de déployer ses forces au sud de Hamelin et engager l'armée de Louis Charles César Le Tellier sans pouvoir compter sur l'appui de Frédéric II de Prusse

Les 2 armées se rencontrent finalement au matin du 25 juillet 1757 près du village d'Hastenbeck près de Hamelin.

Augustin-Joseph de Mailly se trouve à cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier se distingue lors de cette bataille.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti, Marie-François-Henri de Franquetot et Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle participent à cette bataille.

François de Chevert, commandant l'aile droite française, est chargé d'engager les troupes hanovriennes mais ne parvient pas à les repousser.

Louis Charles César Le Tellier décide alors de repousser la bataille au lendemain car l'aile gauche française, sous le commandement de Victor-François de Broglie est encore en train de traverser la Weser près d'Hamelin.

Yves Marie Desmarets est connu par ses démêlés avec Louis Charles César Le Tellier, à propos de cette bataille.

Le 26 juillet 1757, les Hanovriens tiennent une ligne de Hamelin jusqu'au village de Voremberg, avec leur centre au nord d'Hastenbeck et leur gauche sur l'Obensburg, une colline que William Augustus de Grande-Bretagne considère comme infranchissable et ne défend que faiblement en y déployant 3 compagnies.

À 9h du matin, François de Chevert, à la tête de 4 brigades, se lance à l'assaut de l'Obensburg et submerge rapidement ses adversaires.

William Augustus de Grande-Bretagne, voyant sa position menacée par l'arrière, fait donner :

Quand les Français donnent l'assaut sur les batteries de canons, celles-ci repoussent plusieurs attaques mais finissent par être prises faute de défenseurs.

Dans le même temps, les Hanovriens arrivent sur l'Obensburg et l'occupent à nouveau mais William Augustus de Grande-Bretagne a alors déjà commencé à battre en retraite et ils ne peuvent tenir bien longtemps leur position désormais isolée.

Cette victoire de l'armée française commandée par Louis Charles César Le Tellier débouche sur la convention de Klosterzeven et l'occupation de Hanovre.

Philippe Henri de Ségur participe à cette bataille.



Bataille de Krefeld

Mort de Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle

Louis de Bourbon-Condé commande l'armée du Rhin en 1758.

Chargé du commandement de l'armée de Bohême, Louis de Bourbon-Condé est vaincu à la bataille de Krefeld ou Crefeld le 23 juin 1758.

Louis de Bourbon-Condé est l'ami de Jeanne-Antoinette Poisson, dont il porte la cocarde en montant au feu.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti participe à cette bataille en qualité de Maréchal de camp.

Philippe Henri de Ségur participe à cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier se distingua lors de cette bataille.

Marie-François-Henri de Franquetot participe à cette bataille.

Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle commande le Régiment Royal-Carabiniers lors de cette bataille.

Il charge bravement et inutilement l'ennemi et est mortellement blessé.

Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle meurt à Nuys peu après.

Il ne reste plus alors aucun héritier à Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle.

L'oraison funèbre de Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle est solennellement prononcée à la cathédrale de Metz, le 9 août 1758.

Hommage posthume de la place forte de Metz, la Lunette de la cheneau sera baptisée en son honneur fort Gisors.

Louis Georges Érasme de Contades est nommé commandant en chef à la place Louis de Bourbon-Condé.


Marie Fortunée d'Este-Modène Marie Fortunée d'Este-Modène - par Hortense Haudebourt Lesco (vers 1835)

Mariage de Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti avec Marie Fortunée d'Este-Modène

Rappelé en France par Louis-François Ier de Bourbon-Conti, son père, Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti (1734-1814) épouse par procuration le 7 février 1759 et en personne à Nangis en Seine-et-Marne le 27 février 1759 Marie Fortunée d'Este-Modène (11731 ou 1734-1803), fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.

Leurs témoins sont  :

Le mariage est célébré par Monseigneur Paul d'Albert de Luynes.

À cette occasion, Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti reçoit de Louis XV un don de 150 000 livres.

Ce mariage est une catastrophe.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti refuse de cohabiter avec son épouse, femme pourtant sage, douce et vertueuse mais trop intelligente, discrète et austère pour une cour aussi superficielle que la cour de France.

Claude-Louis-François de Régnier est témoin à ce mariage.


Bataille de Minden - Version en couleur d'une gravure de 1785 - Les monts des Wiehengebirge sont visibles à l'arrière-plan Plan de la bataille de Minden - vers 6h30 du matin

Bataille de Minden

Les Français, amenant de nouveaux renforts, dépassent Korbach et Cassel.

Venus du sud, ils font traverser la Diemel à leurs régiments en plusieurs fois et atteignirent ainsi sans encombres Bielefeld et Herford.

Ferdinand de Brunswick-Lunebourg se replie sur Osnabrück.

Le 8 juillet 1759, Victor-François de Broglie réussit un coup de main sur la place de Minden en Rhénanie-Westphalie.

Louis Georges Érasme de Contades le rejoint avec le gros de l'armée à longues journées et fait camper les troupes au sud-ouest de la ville, dans une plaine entourée de marécages et les monts des Wiehengebirge : cette position était pratiquement inexpugnable.

Ferdinand de Brunswick-Lunebourg, prend position au nord-ouest de Minden, pour attirer les Français hors de leurs positions et les provoquer à une bataille rangée.

Melchior-Cérice François de Vogüé prend part à cette bataille où il est blessé.

Marie-François-Henri de Franquetot participe à cette bataille.

Claude Constant Esprit Jouvenel de Harville des Ursins participe à cette bataille.

Claude-Louis-François de Régnier se distingue à cette Bataille.



Claude-Louis-François de Régnier Chevalier des ordres du roi

En 1759, Claude-Louis-François de Régnier est fait chevalier des ordres du roi.



Mort de Claude-Louis-François de Régnier Comte de Guerchy, Marquis de Nangis, Baron de la Guierche

Fatigué, Claude-Louis-François de Régnier demande son rappel.

Claude-Louis-François de Régnier meurt à Paris le 17 ou le 19 septembre 1767 peu après.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !