Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1564 - le dernier en 1821



François de Beaumont Catholique

En 1564, François de Beaumont quitte alors la religion protestante et revient au catholicisme

François de Beaumont échoue devant Sancerre, place forte protestante.

Il jugea l'entreprise difficile et conseille à Claude de La Châtre, gouverneur du Berry, de se retirer.


Siège de Juliers

Siège de Juliers

La forteresse de Juliers est occupée par les forces de Rodolphe II de Habsbourg.

Le siège de Juliers, par les troupes des Provinces-Unies, du Brandebourg et du Palatinat, commence le 28 juillet 1610.

Johann VIII de Nassau-Siegen participe dans les troupes hollandaises à ce siège.

Henri II de Rohan avec ses Suisses est au siège de Juliers ou Jülich pour participer à la guerre de succession entre les Allemands et les Français.

François de L'Aubespine figure parmi les officiers du régiment de Béthune présents à ce siège.

Le siège de Juliers se termine le 2 septembre 1610 avec la reddition de la forteresse et le retrait des troupes impériales.

Après le conflit, le recès de Dortmund est rejeté par les villes de Clèves, Marck, Juliers, Berg et Ravensberg puisque l'accord a été élaboré sans le consentement de ces villes.

Les 5 villes préfèrent être représentées par un prince plutôt que deux.

Louis XIII fait Claude de La Châtre lieutenant général de l'armée qu'il envoie au siège de Juliers.

L'action de Claude de La Châtre contraint Léopold V d'Autriche-Tyrol à remettre Juliers aux mains de Joachim III Frédéric de Brandebourg.



Mort de Claude de La Châtre Seigneur de La Maisonfort

Claude de La Châtre meurt au château de La Maisonfort à Genouilly dans le Cher le 14 ou le 18 décembre 1614.

Il est inhumé en la Sainte-Chapelle de Bourges dans le Cher.

Brantome dit de Claude de La Châtre : …c'était l'un des gallants de la Cour, et autant adroit en toutes choses et aussi bien parlant et d'aussi bonne grace, et qu'on tenait pour fort bonne épée...



Mariage de Louis Denis Joseph Lalive avec Marie Thérèse Josèphe Prouveur

Louis Denis Joseph Lalive épouse à Valenciennes le 2 juillet 1720 Marie Thérèse Josèphe Prouveur (1696-1743), fille de Georges-André Prouveur et de Marie Pétronille Lefébure. Leurs enfants sont :



Naissance de Claude de La Châtre

Claude de La Châtre naît au château de la Roche-Belisson ou Bellusson le 30 mars 1734, fils de Louis de La Châtre (1698-1763), Seigneur de La Roche Belusson, et de Catherine Scourion (née en 1699).



Mariage de Claude de La Châtre avec Marie-Françoise-Charlotte Lalive de Bellegarde

Marie-Françoise-Charlotte Lalive de Bellegarde est veuve de l'intendant Jacques III Pineau de Viennay, Baron de Lucé.

Claude de La Châtre épouse le 20 août 1767 Marie-Françoise-Charlotte Lalive de Bellegarde, fille de Louis Denis Joseph Lalive de Bellegarde et de Marie Thérèse Josèphe Prouveur. Leur enfant est :



Claude de La Châtre Député de la noblesse

Claude de La Châtre est Capitaine au régiment de Cambrésis-infanterie.

Claude de La Châtre est nommé gouverneur de Châtillon-sur-Indre et Chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

Le 27 mars 1789, Claude de La Châtre est élu député de la noblesse aux États- généraux par la sénéchaussée du Poitou.

Claude de La Châtre vote avec la minorité de l'Assemblée



Protestation générale des députés de la noblesse du Poitou

Claude de La Châtre s'associe le 30 juin 1789 à la protestation générale des députés de la noblesse du Poitou contre la réunion des 3 ordres, et déclare attendre de sa sénéchaussée de nouveaux pouvoirs, qui lui sont adressés un mois après.



Complot de Thomas de Mahy

Thomas de Mahy élabore le projet de lever une garnison capable de protéger Louis XVI et sa famille en cas d'émeute.

Il fait appel à deux racoleurs nommés Tourcaty et Morel ainsi qu'à un officier des gardes françaises nommé Marquier, fervent royaliste à qui il remet un pamphlet intitulé Ouvrez donc les yeux dont il aura charge de transmettre à ses hommes dans le but de les recruter.

À la suite des dénonciations de ses racoleurs, Thomas de Mahy est placé sous surveillance et ses projets sont révélés.

Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1789 Thomas de Mahy est mis en état d'arrestation ainsi que Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg, son épouse.

Des billets sont diffusés dans tout Paris l'accusant lui et Louis XVIII d'avoir ourdi un complot destiné à :

D'après Tulard, La Fayette aurait monté l'affaire pour mettre en cause Louis XVIII mais la provocation n'aboutit pas.

Il en résulte que Louis XVIII se rend à l'hôtel de ville le lendemain et y prononce un discours où il affirme que son lien avec Thomas de Mahy ne tient qu'à son souhait de contracter un emprunt afin de financer ses frais de maison.

La chose est invraisemblable au vu de sa fortune qui fait de lui un des plus riches particuliers de France.

Dans sa captivité, Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg aurait en réalité révélé à Jacques-Mathieu Augeard que Thomas de Mahy s'est coalisé avec plusieurs gentilshommes dont :

À cette fin, Louis XVIII aurait mandaté Thomas de Mahy pour négocier un emprunt de 2 millions avec le banquier Chomel.

Le tribunal du Châtelet est chargé d'instruire le procès de Thomas Mahy qui est l'occasion de violentes émeutes jusqu'aux abords de sa prison tant le sujet est devenu brûlant à Paris.

Thomas de Mahy, rassuré par le soutien de Louis XVIII, s'obstine à innocenter ce dernier et se déclare prêt à endosser la responsabilité du projet d'évasion du roi.

Durant son procès, Thomas de Mahy sait se défendre avec calme et présence d'esprit.

Mais lorsqu'il entend le réquisitoire de l'avocat général qui demande pour lui la sentence de mort, Thomas de Mahy comprend que Louis XVIII s'est joué de lui et, dès lors, il songe à dénoncer ses complices.

Thomas de Mahy informe un lieutenant civil par un écrit rédigé de sa main que non seulement le Louis XVIII est le principal incitateur du complot, mais que Marie-Antoinette d'Autriche elle- même s'y trouve mêlée.

Antoine Omer Talon sait être convaincant.

Il demande à Thomas Mahy de faire le sacrifice de sa vie en lui certifiant :

Selon une autre source, Antoine Omer Talon lui aurait donné sa parole qu'une lettre lui apporterait la grâce de Louis XVI à l'instant où il monterait les marches de l'échafaud.



Claude de La Châtre à la tribune de l'assemblée

Le rôle de Claude de La Châtre à l'Assemblée se borne à présenter, le 20 février 1790, la motion suivante:

Jugeant que 18 livres d'honoraires qu'on nous attribue par jour deviendront, cette législature pouvant se prolonger, un poids insupportable pour le peuple sur lequel il pèse essentiellement, quoique gêné dans mes affaires domestiques, je propose à l'Assemblée la renonciation à la totalité de nos honoraires, à compter du 1er mars prochain.

À cette occasion, Claude de La Châtre reçoit de plusieurs municipalités, entre autres de celle de Montmorillon, des remerciements officiels.

Mais des protestations arrivent bientôt des mêmes villes.

La proposition est repoussée.



Claude de La Châtre Capitaine-commandant de la 4e compagnie d'infanterie à l'Armée des princes

Claude de La Châtre émigre avant la fin de la session et devient capitaine-commandant de la 4e compagnie d'infanterie à l'Armée des princes, formée à Tournay le 24 septembre 1791.



Retour de Claude de La Châtre en France

Claude de La Châtre rentre en France avec les Bourbons sous la Restauration.



Mort de Claude de La Châtre Vicomte de La Châtre

Claude de La Châtre meurt à Poitiers le 29 mars 1821.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !