Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



19 événements affichés, le premier en 1811 - le dernier en 1870



Naissance de Claude Théodore Decaen

Claude Théodore Decaen naît à Utrecht le 30 septembre 1811.



Claude Théodore Decaen à l'École spéciale militaire

Claude Théodore Decaen est élève à l'École spéciale militaire le 19 novembre 1827.



Claude Théodore Decaen Sous-lieutenant au 21e de ligne

Claude Théodore Decaen entre comme Sous-lieutenant au 21e de ligne le 30 septembre 1829.



Claude Théodore Decaen En Afrique

Claude Théodore Decaen fait la campagne d'Afrique en 1830 et 1831.



Claude Théodore Decaen Lieutenant

Claude Théodore Decaen passe Lieutenant le 20 juin 1838.



Claude Théodore Decaen devient Capitaine

Claude Théodore Decaen Capitaine le 28 mai 1839.



Claude Théodore Decaen Capitaine adjudant-major

Claude Théodore Decaen devient Capitaine adjudant-major le 14 juillet 1839.



Claude Théodore Decaen au 7e bataillon de chasseurs à pied

Claude Théodore Decaen passe au 7e bataillon de chasseurs à pied le 20 octobre 1840.



Claude Théodore Decaen Chef de bataillon au 62e de ligne

Claude Théodore Decaen est nommé Chef de bataillon au 62e de ligne le 6 mai 1850,



Claude Théodore Decaen Commandant du ler bataillon de chasseurs à pied

Claude Théodore Decaen reçoit le commandement du ler bataillon de chasseurs à pied le 24 décembre 1851.



Claude Théodore Decaen en Algérie

Claude Théodore Decaen part pour l'Algérie où il reste de 1852 à 1854.



Claude Théodore Decaen Lieutenant-colonel au 11e léger

Claude Théodore Decaen devient Lieutenant-colonel au 11e léger le 28 décembre 1853



Claude Théodore Decaen au 86e de ligne

Claude Théodore Decaen est au 86e de ligne le 1er janvier 1855,



Continuation du Siège de Sébastopol

Mort de Michel Bizot

Mort de Pavel Nakhimov

Mort de Charles Ferdinand Édouard Roger

Une fois l'hiver passé, les Alliés sont capables de rétablir leurs routes d'approvisionnement.

Une voie ferrée est utilisée pour amener des vivres de Balaclava jusqu'au front, livrant plus de 500 canons et des munitions.

Claude Théodore Decaen est envoyé devant Sébastopol et devient colonel du 7e de ligne le 21 mars 1855.

À partir du dimanche de Pâques le 8 avril 1855, les Alliés reprennent leurs bombardements des défenses russes.

Le 11 avril 1855, le général Michel Bizot, qui commande le Génie, est touché par une balle russe

Michel Bizot meurt le 15 avril 1855.

Dans la nuit du 2 mai 1855, François Grenier conduit le 2e bataillon du régiment lors d'une attaque menée contre des ouvrages de contre approche montés par les Russes devant Sébastopol.

Le 30 juin 1855, Pavel Nakhimov meurt d'une blessure à la tête infligée par un tireur d'élite allié.

Charles Ferdinand Édouard Roger meurt le 12 juillet 1855, au grade de lieutenant, pendant le siège de Sébastopol.



Claude Théodore Decaen Général de brigade

Claude Théodore Decaen commandant de la 2e brigade de la 1re division d'infanterie du 1er corps de l'armée d'Orient

À la prise de Sébastopol, la conduite de Claude Théodore Decaen attire sur lui l'attention de ses chefs et lui vaut sa nomination au grade de général de brigade le 22 septembre 1855.

Claude Théodore Decaen reçoit alors le commandement de la 2e brigade de la 1re division d'infanterie du 1er corps de l'armée d'Orient.



Claude Théodore Decaen Commandant d'une brigade d'infanterie de la garde impériale

Le 7 février 1858, Claude Théodore Decaen commande une brigade d'infanterie de la garde impériale.

Rentré en France, Claude Théodore Decaen part pour l'armée d'Italie à la tête de la 2e brigade de la 2e division de la garde impériale


Claude Théodore Decaen

Claude Théodore Decaen Général de division

Claude Théodore Decaen Commandant de la 2e division du 2e corps

Le lendemain de la bataille de Magenta, Claude Théodore Decaen est élevé au grade de Général de division et prend le commandement de la 2e division du 2e corps, en remplacement du général Espinasse, tué à l'ennemi.


Plan de la bataille de Borny-Colombey

Bataille de Borny-Colombey

L'armée française du Rhin commandée par Napoléon III est divisée en deux sous les coups de l'offensive prussienne :

L'armée d'Alsace s'exfiltre à travers les Vosges.

L'armée de Metz est en retraite sur un axe Metz-Verdun en vue de rejoindre à la fois :

Pour ce faire, elle doit traverser la Moselle autour de Metz. Ce point de passage a plusieurs avantages dont celui de posséder des ponts nombreux et d'être protégé par une ceinture de forts.

La bataille de Borny-Colombey, ou de Colombey-Nouilly du côté allemand, a lieu le 14 août 1870 à l'est de Metz.

Il s'agit d'un combat entre :

Le 14 aout 1870, le 2e et le 6e corps d'armée sont en train de traverser la Moselle au sud de Metz.

Le 4e corps est en cours de franchissement au nord de Metz, sous la couverture du fort de Saint-Julien.

La Garde et le 3e corps sont en arrière garde sur le plateau de Borny entre Queuleu et Bellecroix.

La Ire armée allemande Karl Friedrich von Steinmetz poursuit l'armée de Metz à distance. Elle vient de franchir la Nied allemande, dernier obstacle sérieux sur lequel les Français auraient pu s'accrocher avant Metz.

Elle progresse avec :

La mission de ses avant-gardes est d'observer le repli français en évitant le contact, en mesure de répondre à tout retour offensif de leur part.

La IIe armée allemande commandée par Frédéric-Charles de Prusse est en train de contourner la place de Metz par le sud en vue d'éviter la zone fortifiée de la région de Metz et couper la route de l'armée de Metz en direction de Verdun.

Le terrain est relativement vallonné. Au nord, le plateau de Saint-Julien, couvert de vignes et sans bois notable. Au sud, le plateau de Borny, couvert de bois et de bosquets, relevé vers l'est. Deux thalwegs majeurs, une vallée nord/sud, celle du ruisseau de Vallières qui coupe le plateau de Borny en deux. Une vallée est-ouest assez encaissée entre le plateau de Borny et celui de Saint-Julien, celle du ruisseau de Quarante appelée aussi ravin de Nouilly. Les deux vallées se rejoignent à un kilomètre à l'ouest de Nouilly.

Il est dominé par trois forts :

Les raisons de la bataille sont relativement confuses.

Pour le colonel Fabre de Navacelle, la bataille est due à une initiative du général Colmar von der Goltz, commandant la 26e brigade d'infanterie, avant-garde du VIIe corps d'armée.

Son intention est de profiter du déséquilibre généré par le mouvement de repli pour attaquer l'arrière des troupes françaises, les obliger à revenir sur la rive droite de la Moselle et retarder ainsi la retraite sur Verdun. Il en aurait averti son chef, le général Feldmarschal von Zastrow ainsi que son voisin du nord le général von Manteuffel commandant le Ier corps d'armée pour leur demander du soutien.

L'initiative aurait été couverte par Karl Friedrich von Steinmetz dont les motivations seraient plus personnelles.

Commandant l'armée qui s'est distinguée dans la première phase de la guerre, Karl Friedrich von Steinmetz supporte mal que ce soit la IIe armée qui ait été désignée pour mener la manœuvre de contournement décisive de Metz.

Il essaie donc une attaque frontale des armées françaises qui se replient.

Le 14 août 1870 vers 10 h, le 3e corps d'armée commandé par Claude Théodore Decaen est déployé en garde face à l'est.

Les divisions sont disposées du sud vers le nord :

La Garde commandée par Charles-Denis Bourbaki est en réserve dans ses cantonnements à Grigy et Borny.

Le 4e corps commandé par Louis René Paul de Ladmirault est en cours de franchissement au nord de Metz, sur l'île de Chambière et a gardé la 2e division commandée par François Grenier en arrière garde.

Le 3e corps et la Garde s'apprêtent à franchir la Moselle. Les troupes françaises abandonnent petit à petit leurs positions.

Le 14 août 1870, au début de l'après-midi, les divisions Jean-Baptiste Alexandre Montaudon et Jean Louis Metman commencent leur mouvement de repli et abandonnent leurs positions défensives favorables le long du ruisseau des Vallières.

En face, la 26e brigade commandée par Colmar von der Goltz se trouve en avant-garde du VIIe corps.

Son dispositif comprend :

Colombey est une position défensive importante pour les Français.

Le gros des forces de Colmar von der Goltz est commandé par le colonel von Barby. Il est composé d'un régiment d'infanterie renforcé par un bataillon et flanqué à sa droite de 3 escadrons de hussards.

L'avant-garde est commandée par le colonel Delitz. Elle est composée de deux bataillons d'infanterie, d'un escadron de hussards et d'une batterie d'artillerie. Elle est flanquée à sa gauche par un bataillon de chasseur.

On pense que l'intention de Colmar von der Goltz est de reprendre le contact visuel avec les Français sur le côté ouest du thalweg du ruisseau de Vallières, car les vues sont difficiles du côté est, notamment à cause de la végétation épaisse.

À 15 h 30, l'avant-garde débouche d'Ars-Laquenexy, se déploie en un dispositif mince sur une ligne Grigy-Mercy et engage les troupes de la division (Castagny).

De son côté, le gros s'empare du château d'Aubigny vers 16 h, attaque Colombey de face avec pour guide à droite le ruisseau de Dame Jeannette.

Un bataillon du 15e régiment d'infanterie se porte sur Coincy, dont il s'empare, pour couvrir le gros vers le nord.

L'ensemble est appuyé par une batterie d'artillerie déployée entre Coincy et Aubigny.

À la première décharge, Claude Théodore Decaen commandant du 3e corps est sorti du château de Borny.

À son appel toutes ses troupes qui ne sont pas encore parties font volte-face et se déploient en position de combat.

Claude Théodore Decaen est mortellement atteint au cours de cette bataille.

Le 3e corps plie puis fait face. Dans les bois de Colombey, des combats se livrent à bout portant.

Les bataillons des divisions Castagny et Jean Louis Metman se replient vers le bois de Borny.

Les Allemands s'élancent à leur poursuite et s'emparent du terrain abandonné.

Ils occupent ainsi le terrain derrière une ligne La Grange-aux-Bois, Colombey et la Planchette mais, face à une force supérieure en nombre, ils s'arrêtent.

Pendant ce temps, les renforts allemands affluent. Trois bataillons de la 25e brigade sont lancés sur Colombey.

L'artillerie de la 13e division est déployée autour du château d'Aubigny pour les soutenir.

Deux autres bataillons sont envoyés sur Coincy.

Puis la 14e division arrive vers 19 h.

La 27e brigade s'avance en deuxième rideau sur les hauteurs est, face à Colombey.

La 28e menace la 1re division (Jean-Baptiste Alexandre Montaudon) au sud.

L'ensemble du VIIe corps est au contact.

Les avant-gardes du IXe corps d'armée et de la Ire division de cavalerie (général von Hartman) appartenant à la IIe armée arrivent à la rescousse par le sud depuis Mercy mais elles ne sont pas engagées.

Du côté français, le 4e corps fait rappeler les divisions Cissey et Laurencez de la rive gauche de la Moselle.

Au nord, les avant-gardes du Ier corps d'armée prennent contact avec les Français vers 17 h.

L'avant-garde de la 1re division s'empare de Montoy, le reste de la division s'empare de Noisseville puis descend sur Nouilly.

L'artillerie de la division se déploie de part et d'autre de la route de Sarrelouis.

L'avant-garde de la 2e division dévale de Servigny-lès-Sainte-Barbe.

La division François Grenier fait face autour du village de Mey puis, renforcée par les divisions Cissey et Lorencez, elle reprend Nouilly.

Le 4e corps menace de prendre Noisseville et Montoy et de contourner les Allemands par le nord.

Le combat qui a commencé à Colombey s'étend sur toute la ligne de la route de Strasbourg à celle de Bouzonville.

Le terrain est couvert d'un épais nuage de fumée.

À 21 h, c'est l'obscurité qui met fin aux combats.

Le contact est rompu.

Les Allemands en infériorité numérique se retirent sur leurs positions initiales dans la soirée craignant d'être la cible de l'artillerie des forts français.

Les Allemands auraient perdu au total 5 000 hommes (1 189 morts, 3 590 blessés, 127 disparus) dont 222 officiers.

Malgré une défaite apparemment incontestable, les Prussiens ont rempli leur objectif.

Ils ont en effet retardé le repli de l'armée du Rhin et permis à Frédéric-Charles de Prusse commandant de la IIe Armée, de poursuivre sa progression au sud de Metz sans être inquiété.

Du côté français, la Garde, le 3e et le 4e corps reprennent leur mouvement de retraite et franchissent la Moselle après s'être remis en état de marche.

Seule la division Sylvain-François Jules Merle de la Brugière est laissée en rideau sur la rive droite.

Le lendemain matin, il ne reste plus de troupes françaises sur la rive droite de la Moselle.

Les Français auraient perdu environ 3 600 hommes (377 morts, 2 641 blessés, 490 disparus) dont 200 officiers.

La différence peut s'expliquer par le fait que les Français étaient sur des positions défensives reconnues.



Mort de Claude Théodore Decaen

Après 3 jours de souffrances, Claude Théodore Decaen meurt le 17 août 1870 à Metz de ses blessures.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !