Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1693 - le dernier en 1769



Naissance de Clément XIII

Carlo della Torre di Rezzonico, futur Pape Clément XIII, naît à Venise le 7 mars 1693, fils de l'homme qui a acheté le palais inachevé sur le Grand Canal (maintenant Ca' Rezzonico) et achevé sa construction.



Clément XIII Référendaire au Tribunal suprême de la Signature apostolique

Éduqué par les Jésuites à Bologne, Clément XIII fait des études de droit canonique et commence sa carrière en 1716, à la Curie romaine, comme référendaire au Tribunal suprême de la Signature apostolique.



Clément XIII Auditeur de la Rote romaine pour la république de Venise

En 1725, Clément XIII est promu auditeur de la Rote romaine pour la république de Venise.



Clément XIII Cardinal-diacre

Clément XIII est nommé Cardinal-diacre en 1737.



Clément XIII Évêque de Padoue

En 1747, Clément XIII est consacré Évêque de Padoue.


Clément XIII

Mort de Benoît XIV

Clément XIII Pape

Benoît XIV meurt le 3 mai 1758.

Législateur de l'Église moderne, Benoît XIV marque le XVIIIe siècle par son long pontificat et par son ouverture d'esprit.

Il essaie de calmer les querelles religieuses, de ramener l'Église grecque dans le giron de l'Église, et tout en confirmant la bulle Unigenitus, adoucit les rigueurs que l'on exerce à l'occasion de cette bulle.

Carlo della Torre di Rezzonico est élu pape le 6 juillet 1758 sous le nom de Clément XIII, en latin Clemens XIII, en italien Clemente XIII.

Clément XIII est intronisé le 16 juillet 1758.

Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes ne participe pas au conclave de 1758.

Louis XV charge Jean-François-Joseph de Rochechouart d'une mission auprès de Clément XIII dont il a favorisé l'élection. Cette mission concerne la Compagnie de Jésus.



Clément XIV Cardinal

Sur la recommandation de Ricci, général des Jésuites, Clément XIII fait le futur Clément XIV cardinal au titre San Lorenzo in Panisperna, en 1759.

Mais Clément XIV désapprouve la politique de Clément XIII. Il se retrouve sans occupation et sans influence.


Antoine-Clériade de Choiseul-Beaupré Cardinal

Antoine-Clériade de Choiseul-Beaupré Cardinal

Primat de Lorraine, Antoine-Clériade de Choiseul-Beaupré est créé Cardinal le 23 novembre 1761 par Clément XIII lors de la première promotion des couronnes.


Le cardinal Jean-François Joseph de Rochechouart par Pompeo Batoni

Jean-François de Rochechouart Cardinal

Jean-François de Rochechouart est fait cardinal par Clément XIII au titre de Saint-Eusèbe lors du consistoire du 23 novembre 1761.



Condamnation du Fébronianisme

Le fébronianisme est une théorie émise par Febronius visant à limiter l'influence directe du pape en favorisant une Église catholique nationale en Allemagne.

Le fébronianisme est condamné par Clément XIII en 1764.



Expulsion des Jésuites en France

Dissolution de l'ordre des jésuites

Louis-Ferdinand de France s'oppose vivement à Étienne-François de Choiseul et désapprouve la dissolution de l'ordre des jésuites mais soutient Louis XV contre les parlements.

Le 9 mars 1764, les jésuites doivent renoncer à leurs vœux sous peine de bannissement.

Clément XIII répond par une protestation contre la violation des droits de l'Église et casse l'arrêt de 1762.

Mais les ministres de Louis XV ne peuvent permettre qu'on annule ainsi une loi française et Louis XV signe un acte de dissolution de l'ordre dans tout le royaume à fin novembre 1764.



Bulle papale Apostolicum pascendi

Clément XIII soutient énergiquement l'ordre dans une bulle papale Apostolicum pascendi, le 7 janvier 1765, où il repousse comme des calomnies les critiques contre les Jésuites et loue l'utilité de l'ordre.



Bulle Christianæ reipublicæ salus

En 1766, Clément XIII rédige la bulle Christianæ reipublicæ salus, contre les Lumières.



Expulsion des Jésuites d'Espagne

Face à la France et au Portugal, Clément XIII refuse de modifier les Constitutions de la Compagnie de Jésus.

En Espagne, les Jésuites se croient en sûreté, mais Charles III d'Espagne, impressionné par ce qu'on affirme en France, choisit finalement d'agir encore plus énergiquement :

Pedro Pablo Abarca de Bolea expulse les Jésuites en 1767.

Dans la nuit du 2 au 3 avril 1767, toutes les maisons des Jésuites en Espagne sont soudainement encerclées, et ceux qui s'y trouvent sont arrêtés, expédiés vers les ports dans les vêtements qu'ils portent sur eux et entassés sur des bateaux qu'on envoie à Civitavecchia.

Dans une lettre à Clément XIII, Charles III d'Espagne prévient que son allocation annuelle de 100 piastres serait retirée pour l'ordre entier si n'importe lequel de ses membres s'avise à un moment quelconque d'écrire une justification quelle qu'elle soit ou de critiquer les motifs de leur expulsion, motifs qu'il refuse et refusera toujours de discuter.


Clément XIV

Occupation d'Avignon, de Bénévent et de Pontecorvo

Mort de Clément XIII

Clément XIV Pape

Ils présentent en janvier 1769 conjointement une demande péremptoire pour la suppression totale des Jésuites.

Poussé dans ses derniers retranchements, Clément XIII consent à convoquer un consistoire pour examiner la question.

Clément XIII meurt à Rome le 2 février 1769 la veille du jour où ce consistoire doit se réunir.

On soupçonne un empoisonnement. Mais on ne trouve aucune preuve convaincante.

Clément XIII est humble et affable. Son caractère est droit et modéré. Il est généreux avec sa vaste fortune personnelle mais il a mauvaise réputation pour son népotisme effréné.

Clément XIII est pudique à l'excès et fait recouvrir de feuilles de figuier fabriquées en série les sculptures classiques du Vatican.

Clément XIII met à l'Index l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot, mais c'est une action qui aurait été plus efficace au siècle précédent.

L'Église est attaquée :

Le conclave qui s'ouvre la trouve dans une situation difficile :

Mais la question brûlante est celle des Jésuites : en France et dans la péninsule ibérique leur ordre a été supprimé et l'on souhaite que le nouveau pape l'abolisse officiellement.

Des pressions énormes s'exercent donc sur le conclave, réuni le 15 février 1769, pour obtenir que le prochain pape procède à cette suppression.

Comme la majorité des 47 cardinaux est favorable à la Compagnie de Jésus, on a recours aux menaces :

Après un conclave de plus de 3 mois, Giovanni Vincenzo Antonio Ganganelli est élu, le 18 ou le 19 mai 1769 sous le nom de Clément XIV (en latin Clemens XIV, en italien Clemente XIV).

Il est intronisé le 4 juin 1769.

Il n'est pas un ennemi déclaré de ses anciens maîtres. Il est simplement le moins insupportable aux diverses factions.

Une fois devenu pape, Clément XIV fait de Giovanni Cristofano Amaduzzi, l'inspecteur de l'imprimerie de la Propagande.

La haine que les jésuites portent à Clément XIV lui vaut une accusation de simonie.

Au prix de petites concessions, Clément XIV tournent le dos à la politique de son intraitable prédécesseur.

Clément XIV réussit d'abord à se réconcilier avec les couronnes d'Espagne et de Portugal.

Mais la France, si elle accepte de restituer Avignon reste intraitable quant à la suppression des jésuites.

Même Marie-Thérèse de Habsbourg, son dernier espoir, supprime l'ordre en Autriche.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !