Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



25 événements affichés, le premier en 1198 - le dernier en 1272



Mariage de Louis Foulques avec Marie Laure Salvanhiac

Naissance de Clément IV

Louis Foulques, dit Fulcodi, bourgeois de Saint-Gilles dans le Gard, juriste, épouse Marie Laure Salvanhiac. Leurs enfants sont notamment :

Guy Foulques, dit Fulcodi, dit le gros, futur Clément IV, naît à Saint-Gilles dans le Gard un 23 novembre à la fin du XIIe siècle.



Mariage de Clément IV avec Margueritte Ruffi

Clément IV épouse par contrat du 16 janvier 1239 Margueritte Ruffi, fille de Jacques et de Cécile du Sault. Leurs enfants sont notamment :

Docteur en droit civil, Clément IV devient un professeur et avocat renommé.

Les informations généalogiques sur la descendance du pape Clément IV proviennent des pièces du procès qui a été instruit pour son héritage, commencé vers 1272 et terminé seulement en 1339. Une grande partie de ces pièces sont reproduites dans le cartulaire de l'évêché de Maguelone. Ces pièces citent plus de 60 personnes apparentées au pape Clément IV.



Clément IV prêtre

Veuf de Margueritte Ruffi, Clément IV est ordonné prêtre en 1255.



Clément IV Évêque du Puy

Clément IV est nommé curé de Saint-Gilles puis évêque du Puy en 1257.



Clément IV Archevêque de Narbonne

Clément IV est nommé archevêque de Narbonne en 1259.



Clément IV Cardinal évêque de Sabine

Conseiller de Saint-Louis, en un temps garde du sceau, conseiller du pape Urbain IV, Clément IV est créé cardinal évêque de Sabine en 1261.



Décimes levés sur le clergé

Avec le consentement des papes, notamment des Français Urbain IV et Clément IV, Saint-Louis lève des décimes sur le clergé qu'il a précédemment défendu contre les exactions de la fiscalité pontificale et les collations de bénéfices français à des clercs italiens.



Clément IV Légat en Angleterre

Mort d'Urbain IV

Clément IV est légat en Angleterre pour une médiation entre Henri III Plantagenêt est ses prélats et barons en 1264.

Urbain IV meurt à Pérouse le 2 octobre 1264.



Erreur du calendrier Julien

Roger Bacon, moine franciscain et scientifique de renom, est le premier à s'apercevoir de l'erreur du calendrier Julien par rapport à l'année solaire et propose en 1264 à Clément IV de le rectifier.

Il a en effet une grande estime pour Clément IV, son protecteur.

Par ailleurs, ses observations astronomiques lui valant d'être accusé de magie et suscitant la haine de ses contemporains, Clément IV lui demande un exposé détaillé de ses inventions.

Roger Bacon lui envoie quelques instruments de mathématiques qu'il avait inventés, ainsi que son œuvre maîtresse, l'Opus majus, ouvrage dans lequel il défend une réforme nécessaire des sciences, et qui apparaît comme une encyclopédie regroupant la grammaire et la logique ainsi que les mathématiques et la physique.


Clément IV Pape, Clément IV Pape

Clément IV Pape

Guy Foulques est en voyage lorsqu'il est élu 183e Pape.

Il rentre alors à Pérouse en Italie, déguisé en moine, avant de coiffer la tiare, le 5 février 1265, sous le nom de Clément IV.

Sous le pontificat de Clément IV, Martin IV s'active à prêcher et à organiser le soutien à la politique anti gibeline du pape contre Manfred Ier de Hohenstaufen.



Excommunication de Ferry III de Lorraine

Henri III de Bar fait ses premières armes lors d'un conflit entre Thiébaut II de Bar, son père, et l'évêque de Metz.

Puis Henri III de Bar sert Ferry III, Duc de Lorraine.

Durant son règne, Ferry III de Lorraine combat souvent les évêques de Metz au point que le pape Clément IV doit l'excommunier et frapper le duché d'Interdit pour mettre fin à ses menées belliqueuses.



Ladislas de Salzburg Archevêque de Salzbourg

En 1265, Ladislas de Salzburg refuse de devenir évêque de Passau (Bavière).

Le pape Clément IV le nomme alors archevêque de Salzbourg.



Combat d'Alphonse X le Sage contre les Maures d'Afrique

En 1265, Alphonse de Brienne se porte au secours d'Alphonse X le Sage, son cousin, dans son combat contre les Maures d'Afrique.

Il fait alors preuve de beaucoup de courage et défend avec une grande réussite la foi chrétienne, ce qui lui vaut un message de congratulations de la part du pape Clément IV.



Excommunication de Manfred Ier de Hohenstaufen

Charles Ier d'Anjou Roi de Sicile

En 1265, Clément IV, pour qui l'alliance avec les sarrasins est une offense grave, déclare l'annulation du couronnement de Manfred Ier de Sicile et l'excommunie.

Clément IV fait publier une croisade contre Manfred Ier de Hohenstaufen.

Le pape trouve Charles Ier d'Anjou, un nouveau prétendant à faire valoir pour abattre la race de vipères que représente pour le pouvoir pontifical la famille de Hohenstaufen.

La conjonction des manœuvres d'Urbain IV et des ambitions de Charles Ier d'Anjou conduit Saint-Louis à accepter que son frère reçoive la couronne de Sicile le 28 juin 1265.

Sur le plan miliaire et extérieur, Michel VIII Paléologue doit faire face à cette menace des Angevins.

Guy VII de Montmorency-Laval, Henri Ier de Vaudémont et Renaud de Vaudémont, son fils, accompagnent Charles Ier d'Anjou à la conquête du royaume de Sicile.

Renaud de Vaudémont se rend ensuite en Grèce, rendre visite à sa famille maternelle, les ducs d'Athènes.



Mort de Filippo della Torre

Napo della Torre Chef de la Credenza de Sant'Ambrogio

Paganino della Torre Podestat de Verceil

Le nouveau pape, Clément IV, ne fait pas grand-chose pour Otton Visconti si ce n'est qu'il refuse, en août 1265, de destituer Otton Visconti et d'accepter la proposition de nommer au poste de légat apostolique Raimondo della Torre.

Les della Torre continuent d'imposer leur loi sur Milan.

Filippo della Torre meurt en septembre 1265.

Filippo della Torre est remplacé par un cousin, Napo della Torre.

Un autre frère, Paganino della Torre, devient podestat de Verceil.


Othon IV de Brandebourg jouant aux échecs - miniature du Codex Manesse - vers 1300

Mort de Jean Ier de Brandebourg

Othon III de Brandebourg Margrave de Brandebourg

Le pape Clément IV songe à confier à Jean Ier de Brandebourg la direction de la croisade en préparation.

Jean Ier de Brandebourg meurt le 4 avril 1266.

L'église du monastère de Chorin construite sur son premier emplacement est si avancée que Jean Ier de Brandebourg peut y être inhumé.

Othon III de Brandebourg, son frère, assume le gouvernement du Brandebourg.

Conrad Ier de Brandebourg, Jean II de Brandebourg et Othon IV de Brandebourg et Henri Ier de Brandebourg deviennent alors corégent de la Marche de Brandebourg.

Conrad Ier de Brandebourg est chargé du gouvernement de la Nouvelle Marche, une partie du Brandebourg sur la rive est de l'Oder.

Conrad Ier de Brandebourg apparaît rarement sur la scène politique, mais aide son frère Othon IV de Brandebourg, quand celui-ci occupe Gdansk.

Conrad Ier de Brandebourg y gagne le territoire de Rügenwalde.



Jean Ier de Courtenay-Champignelles Archevêque de Reims Duc et pair de France

Le siège d'Archevêque de Reims est vacant depuis environ 3 ans.

En 1266, Jean Ier de Courtenay-Champignelles, Chanoine de Reims, est élu Archevêque de Reims, Duc et pair de France.

Guillaume de Bray, Cardinal de saint Marc, est son compétiteur.

Clément IV le met en possession de l'Archevêché par un document du 6 octobre 1266.



Bernard de Montmirat Abbé de Montmajour

Bernard de Montmirat devient abbé de l'abbaye de Montmajour en 1266, nommé par le pape Clément IV.

Il le restera jusqu'en 1286.

Au XIIIe siècle, l'abbaye de Montmajour est très riche et son abbé a le train de vie d'un grand seigneur.

Toutefois à partir du XIIIe siècle, si le Pardon de Montmajour continue d'avoir du succès, l'abbaye n'attire plus les aumônes des fidèles.



Mort de Paganino della Torre

Paganino della Torre meurt en janvier 1266 assassiné à l'initiative du marquis Pelavicino.

Les représailles sont atroces, 53 nobles milanais sont décapités en place publique.

En décembre 1266, Clément IV pressa Milan d'accepter son archevêque Otton Visconti.

Mais Otton Visconti reste en exil.



Procès en canonisation d'Hedwige d'Andechs

En 1267, Ladislas de Salzburg réussit à mener à bien le procès en canonisation d'Hedwige d'Andechs, sa grand-mère. Elle est canonisée par le pape Clément IV

Elle est la patronne de Berlin, de la Silésie et de sa capitale Wroclaw, (l'ancienne Breslau), de Trzebnica (l'ancienne Trebnitz), du diocèse de Görlitz, d'Andechs et de Cracovie.


Conradin de Hohenstaufen s'adonnant à la fauconnerie - tiré du codex Manesse

Bataille de Tagliacozzo

Conradin de Hohenstaufen Prisonnier

Mort de Conradin de Hohenstaufen

Charles Ier d'Anjou Sénateur de Rome

Hugues III de Chypre Roi de Jérusalem

Les barons du royaume de Sicile, ainsi que les gibelins, font alors appel au jeune Conradin de Hohenstaufen, dorénavant assez âgé pour faire valoir ses droits, qui entreprend une expédition contre Charles Ier d'Anjou en 1268.

Il a alors 16 ans.

Après avoir rejoint Vérone puis Pise, Conradin, à la tête d'une armée faite de soldats allemands et italiens, arrive à Rome où il reçoit l'appui du sénateur de Rome Don Henri de Castille.

Faisant fi de l'excommunication du pape, Conradin de Hohenstaufen se dirige ensuite vers l'Italie du sud, passant par les Abruzzes où les armées de Charles Ier d'Anjou le rejoignent.

Les deux armées se font face le 23 août 1268 dans la plaine de Tagliacozzo, près de l'Aquila.

A l'issue d'une bataille, où s'illustrent les chevaliers français Allard de Valéry et Guillaume de l'Étendard, les armées gibelines sont défaites et Conradin de Hohenstaufen est contraint de prendre la fuite.

Après avoir rejoint Asturi, sur le littoral romain, pensant pouvoir embarquer incognito, Conradin de Hohenstaufen est reconnu par un gentilhomme romain de la famille des Frangipani qui, dans l'espoir d'une récompense, le ramène à Naples et le livre aux hommes de Charles Ier d'Anjou.

Charles Ier d'Anjou fait voter son exécution pour trahison.

Conradin de Hohenstaufen meurt décapité le 29 octobre 1268 sur la Piazza del Mercato à Naples, provoquant l'indignation générale qui finit même par gagner le parti pro-angevin.

Une statue de Conradin de Hohenstaufen existe dans l'Église Santa Maria del Carmine sur le lieu du supplice.

Conradin de Hohenstaufen est le dernier représentant légitime de la maison de Hohenstaufen.

Clément IV accorde à Charles Ier d'Anjou pour 10 ans la dignité de "sénateur" de Rome et le vicariat de Toscane.

Clément IV se voit alors contraint de s'opposer aux ambitions de Charles Ier d'Anjou.

Charles Ier d'Anjou rend son gouvernement odieux aux Siciliens,

La lignée des rois de Jérusalem issue de Marie de Montferrat s'éteint.

Hugues III de Chypre revendique la succession du royaume de Jérusalem, en tant qu'aîné des descendants d'Isabelle Ire d'Anjou.

Cette succession est contestée par Marie d'Antioche, en tant que plus proche parente de Conradin de Hohenstaufen.

Marie d'Antioche est la fille de Bohémond IV d'Antioche et de Mélisende de Lusignan et la demi-sœur du père d'Hugues III de Chypre.

Quelques filles d'Érard Ier de Brienne et de Philippine de Champagne-Jérusalem, qui vivent en Champagne, ne souhaitent pas revendiquer le trône.

La Haute Cour d'Acre examine les deux prétentions et tranche en faveur d'Hugues III de Chypre qui devient Roi de Jérusalem.

Hugues III de Chypre reçoit l'hommage de Geoffroy de Sargines, sénéchal du royaume et représentant de Saint-Louis.

Marie d'Antioche ne renoncera pas et continuera à porter le titre de reine de Jérusalem.

Cela fait 35 ans que les barons du royaume se sont passés de roi.

La noblesse chypriote ne se sent tenue de rejoindre l'ost royal que pour défendre le royaume de Chypre et ne se considère pas comme obligée de suivre le roi dans le royaume de Jérusalem.



Admonestation de Clément IV concernant les musulmans en terre chrétienne

En Espagne soumise à des souverains catholiques, de nombreux musulmans, les mudéjares, vivent dans leurs aljamas.

Les plus nombreux demeurent dans la vallée de l'Èbre et la région de Valence.

Le roi d'Aragon se voit admonester par le pape Clément IV qui exprime le fond de la pensée catholique sur la question :

...

On a des exemples de la dangereuse affaire qu'est d'avoir des musulmans dans vos domaines...

Il est certes aussi raisonnable de garder chez soi des ennemis si perfides et malfaisants, ou même de les avoir pour voisins que de se mettre un serpent dans le giron ou le feu dans son sein...

Votre Créateur ...

souffre pendant que ces musulmans célèbrent le nom de Mahomet parmi les chrétiens...

Vous devenez votre propre adversaire si vous persécutez les musulmans dans leurs propres terres, mais les protégez patiemment dans les vôtres.

Une fois tout cela débattu...

il est indubitable qu'il serait conforme à vos excellentes œuvres que vous exiliez ces gens hors des frontières de vos domaines.



Mort de Clément IV Pape

Clément IV passé les deux dernières années de sa vie à Viterbe, en compagnie de saint Thomas d'Aquin, dont la Somme théologique s'imposera durant tout le Moyen Âge.

Clément IV meurt le 29 novembre 1268, dans le palais des papes de Viterbe en Italie.

Clément IV est le premier de tous les papes qui ait des Armoiries sur son tombeau, à Viterbe.

Peut-être par réticence envers le népotisme déjà installé à la Curie, Clément IV est l'un des rares papes à n'avoir créé aucun cardinal.

Ses contemporains ont loué son ascétisme, sa lutte contre la corruption en général et le népotisme en particulier.

Il était réputé doux et désintéressé.


Créateurs de la fiscalité pontificale

La politique ambitieuse mais onéreuse de Clément IV, qu'accompagne une ferme reprise en main de l'Église par la Curie, fait de Clément IV l'un des créateurs de la fiscalité pontificale et de la réserve au Saint-Siège de la collation des bénéfices ecclésiastiques.

Le cas d'Otton Visconti n'est toujours pas réglé.

Le siège papal reste vacant pendant 3 ans.


Grégoire X Pape Grégoire X Pape

Grégoire X Pape

Alors qu'il se trouve à Saint-Jean-D'Acre, Grégoire X est convoqué par le conclave qui s'éternise depuis la mort de Clément IV.

Les Italiens et les Français veulent chacun un pape de leur pays.

Les cardinaux sont assemblés à Viterbe.

Pour les inciter à élire rapidement un nouveau pape, à l'écart de toute pression extérieure, les habitants décident de les enfermer en ne leur laissant que du pain et de l'eau.

Ils ôtent même le toit du bâtiment "afin de permettre aux influences divines de descendre plus librement sur leurs délibérations".

Les cardinaux délèguent leur pouvoir décisionnaire à 6 d'entre eux.

Pressés de sortir, ils élisent Tebaldo Visconti comme 182e Pape, le jour même, le 1er septembre 1271, sous le nom de Grégoire X.

Il n'est ni cardinal, ni même prêtre.

C'est un homme extrêmement sévère et d'une grande dignité, ami de saint Thomas d'Aquin et confident des rois de France et d'Angleterre.

Grégoire X érige cette élection par les cardinaux coupés du monde en règle..

Cum clave" signifie sous clef.


Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne

Construction de la Cathédrale de Narbonne

L'édification de la cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne est projeté dès 1264.

La construction est décidée par le pape Clément IV en 1268.

Ce sera, dit-il, une œuvre faite à l'instar des magnifiques cathédrales du royaume de France.

Elle est construite sur le site de la cathédrale du IXe siècle qui se situe au cœur de la ville actuelle.

Cependant au Moyen Âge elle se trouvait en bordure des remparts.

La première pierre est posée par Maurin, Archevêque de Narbonne, le 13 avril 1272, dans les fondements de l'actuelle chapelle Sacré-Cœur.

Le chœur ne sera achevé qu'en 1332.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !