Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



53 événements affichés, le premier en 443 - le dernier en 743



Installation de Burgondes en Savoie

Chilpéric Ier Co Roi des Burgondes

Hilpéric ou Chilperic ou Chilpéric Ier de Burgondie devient Co Roi des Burgondes en 443.

En 443 Aetius réunit les débris du peuple Burgonde. Il leur refuse l'installation en Lorraine ou en Champagne. Il les installe dans la province de Vienne et de la Savoie, la Sapaudia (ce qui signifie pays des sapins), pour gêner l'extension vers le sud des Alamans.Cette installation a en outre l'avantage de confier la protection et l'accès des cols alpins menant en Gaule. Les Burgondes fixent leur capitale à Genève qu´ils brûlent et qu´ils reconstruisent. Aetius leur confère la qualité de fédérés.

Les Burgondes, 25 000 personnes, sont minoritaires mais ils assurent la défense des terres contre les autres peuples barbares. Ils se partagent les revenus des terres avec les autochtones (les Gallo-romains), selon une règle très régulière en ces temps là, deux tiers de l'impôt foncier et un tiers de la capitation pour les Burgondes.



Naissance de Chilpéric II de Burgondie

Chilpéric II de Burgondie naît vers 455, fils de Gondioc.



Ricimer détrône Avitus

Mort d'Avitus

Mais Ricimer, un général Suève, petit-fils du roi des Wisigoths Wallia, commandant les troupes romaines stationnées en Italie, décide de réagir. Ricimer attend que les Barbares de Théodoric II de Wisigothie aient quitté la Péninsule Italienne pour disputer l'Espagne aux Suèves.

En 456, sous la conduite de leurs rois Gondioc et Chilpéric, mentionnés alors pour la première fois, les Burgondes apportèrent leur appui à l'empereur Avitus dans sa lutte contre les Suèves en Espagne.

Ricimer détrône Avitus le 16 octobre 456. Ricimer décide d'exiler Avitus mais les Sénateurs romains réclament son exécution.

Avitus tente de s'échapper de Rome mais il est rattrapé et assassiné. Sa tombes est à Brioude



Lyon capitale des Burgondes

Prise de Lyon par les romains

Vers 457, de nombreux nobles gaulois, se révoltent contre les usurpateurs romains qui sont à la tête de l'empire, et offrent leurs cités aux rois burgondes, Gondioc et Chilpéric.

C'est ainsi que Dijon, Langres, Chalon sur Saône, Autun, Grenoble, Lyon, le Valais et la Tarentaise se livrent aux Burgondes.

Gondioc fait la conquête de la région de Lyon et en fait sa capitale.

Les rois burgondes bénéficient de l'appui du général en chef des Romains, Ricimer, beau-frère de Gondioc.

Toutefois, Lyon est reprise par les troupes romaines, quelques mois plus tard.



Mort de Gondioc Roi des Burgondes

Chilpéric Ier Roi des Burgondes

Gondioc meurt en 463. Gondioc laisse 4 fils :

Mais c'est son frère cadet Chilpéric Ier de Burgondie qui devient seul Roi des Burgondes.



Prise de Lyon et de Vienne par les Burgondes

Lyon capital de la Burgondie

Chilpéric Ier de Burgondie reprend l'extension du royaume et en 467, réussit à s'emparer définitivement de Lyon et de Vienne. Chilpéric Ier quitte Genève pour établir sa cour à Lyon, et s'installe dans le palais du gouverneur romain.


Royaume des Burgondes

Extension du royaume des Burgondes

Lutte des Burgondes contre les Wisigoths

Entre 469 et 475, le royaume des Burgondes s'étend vers le Sud. Les villes de Valence, Avignon, Orange, Die, Cavaillon, Viviers et Embrun passent aux mains des Burgondes.

C'est également à cette période que Chilpéric Ier de Burgondie lutte contre les Wisigoths d'Euric Ier de Wisigothie et les défait à plusieurs reprises, mais il ne peut s'emparer d'Arles et de Marseille, l'accès à la mer échoue.



Prise de Rome par Ricimer

Mort d'Anthemius

Olybrius Empereur romain d'Occident

En 472, Ricimer décide de reprendre le pouvoir. Ricimer demande de l'aide à Chilpéric Ier de Burgondie. Gondebaud de Burgondie, fils aîné de Gondioc, et neveu de Ricimer, part à la tête d'une troupe de Burgondes. La ville est prise.

Pour éviter une nouvelle guerre civile, Saint Épiphane, l'évêque de Pavie, tente de réconcilier les adversaires.

Mais Ricimer fonce sur Rome avec une imposante armée composée de Burgondes et de Suèves. Rome est assiégée, prise, pillée.

Anthemius est tué sur son trône le 11 juillet 472.

Anicius Olybrius dit Olybrius est l'époux de Galla Placidia la Jeune, la plus jeune fille de Valentinien III. Olybrius, sénateur, devient empereur romain d'Occident le 11 juillet 472, soutenu ouvertement par Genséric, le roi des vandales, et par l'Empereur d'Orient Léon Ier.

Ricimer abandonne Rome à l'Empereur et se retire, menaçant, à Milan.



Chilpéric II de Burgondie Co Roi des Burgondes à Genève

Gondemar Ier Co Roides Burgondes à Vienne

Godegisile Co Roi des Burgondes à Besançon

Gondebaud Co Roides Burgondes à Lyon

En 473 :



Mariage de Chilpéric II de Burgondie avec Carétène

Chilpéric II de Burgondie, dit le Jeune, épouse Carétène ou Agrippine (vers 455-476) qui est catholique. Leurs enfants sont :



Naissance de Clotilde de Bourgogne

Chrotechildis ou Clothilde ou Clotilde de Burgondie naît à Lyon en 475, fille de Chilpéric II de Burgondie et de Carétène.



Mort de Chilpéric II de Burgondie

Mort de Carétène

Chilpéric II de Burgondie meurt en 476 certainement assassiné par son frère Gondebaud de Burgondie.

Il laisse deux filles, Clotilde de Burgondie et Crona, qui sont emmenées dans la demeure de Gondebaud.

Carétène, épouse de Chilpéric II de Burgondie, meurt assassinée en 476.



Euric maître de la Provence en deçà de la Durance

Léonce évêque d'Arles participe, avec ses collègues évêques, Groecus évêque de Marseille, Basile évêque d'Aix et Fauste évêque de Riez, aux négociations avec Euric Ier de Wisigothie à la demande de l'empereur Julius Népos.

Les transactions ayant échoué, Euric Ier de Wisigothie poursuit ses conquêtes. Chilpéric Ier de Burgondie se dresse contre eux, mais doit s'incliner. En 476, Euric Ier de Wisigothie entre à Arles et Marseille.

La Provence est partagée entre :



Mort de Chilpéric Ier de Burgondie

Gondebaud Co Roi des Burgondes à Lyon, à Besançon et à Vienne

Godégisèle Co Roi des Burgonde à Genève

Chilpéric Ier de Burgondie meurt en 480, n'ayant pas de fils. Le royaume est partagé entre les deux fils vivants de son frère Gondioc. Gondebaud de Burgondie et Godégisèle sont couronnés Co Roi de Bourgogne en 480 :

Les deux frères de confession arienne ont épousé des princesses franques ripuaires de confession catholique. Ces alliances leur permettent de s'appuyer sur le clergé et notamment l'épiscopat gaulois.



Expédition des Francs en Burgondie

Guerre de Burgondie

Défaite de Sigismond II de Burgondie et de Godomar III de Burgondie

Sigismond II de Burgondie Prisonnier de Clodomir

Clotilde de Burgondie s'est alliée avec Clodomir Ier, roi d'Orléans, le seul de ses enfants dont le royaume est limitrophe du territoire burgonde, pour engager une action militaire.

Dans le coeur de la vieille reine, c'est l'occasion idéale de venger enfin le meurtre de ses parents, Chilpéric II de Burgondie et Carétène assassinés par Gondebaud de Burgondie, le père de Sigismond II de Burgondie.

En 523, les 3 fils de Clovis Ier et de Clotilde de Burgondie :

se joignent dans une expédition contre les Burgondes.

Thierry Ier refuse de participer à l'attaque arguant du fait qu'il était le gendre de Sigismond II de Burgondie.

Théodoric Ier d'Ostrogothie ne veut pas perdre ses forces militaires dans un combat qui lui est inutile.

Aussi il ordonne au Duc Tuluin d'avancer le plus lentement possible, à moins que la victoire des Francs n'ait été confirmée.

Après d'âpres combats, les Francs parviennent à écraser Sigismond II de Burgondie et son frère Godomar III.

Sigismond II de Burgondie fuit en direction du monastère de Saint Agaune, poursuivit par Clodomir Ier.

Sigismond II de Burgondie décide de se tonsurer et d'entrer définitivement au monastère, mais il est trahit et livré par les siens à Clodomir Ier ainsi que Constance, son épouse, et ses deux fils, Gisald et Gondebaud.

Godomar III, le frère cadet de Sigismond, se réfugie entre Isère et Durance.

La majeure partie du royaume burgonde est répartie entre les 2 vainqueurs et les Ostrogoths s'acquittent d'une amende pour compenser leur absence lors des combats.

Une fois l'expédition accomplie les rois francs retournent dans leurs royaumes en laissant une garnison sur place.

Clodomir Ier emmène ses prisonniers dans son royaume d'Orléans.



Mariage de Brunulphe Ier d'Ardennes avec Crotechilde d'Ostrogothie

Brunulphe Ier d'Ardennes épouse vers 525 Crotechilde d'Ostrogothie, fille d'Eutharic d'Ostrogothie et d'Amalasonte d'Ostrogothie. Leurs enfants sont :



Mort d'Avit de Vienne

Avit de Vienne meurt 5 février vers 525.

Avit est fait Saint-Avit par les Églises catholiques et orthodoxes.

Excellent évêque, théologien et poète, il se soucie des pauvres de Vienne, mais aussi de la vie de l'ensemble de l'Église.

Métropolitain d'une province située en royaume burgonde, le premier but d'Avit est d'y combattre l'arianisme.

Si son influence sur les rois Chilpéric II de Burgondie et Gondebaud de Burgondie n'est pas assez forte pour les convertir au catholicisme, elle est décisive auprès des fils de ce dernier, Sigismond II de Burgondie et Godomar III de Burgondie, et de la fille de Chilpéric II de Burgondie, Clotilde de Burgondie.

Excellent diplomate, bon orateur, écrivain fécond, Avit a laissé plusieurs traités de théologie, des homélies et des poèmes.



Mariage de Clotaire Ier avec Ingonde de Thuring

Mariage de Clotaire Ier avec Arégonde de Thuringe

En 532 ou en 536, Ingonde de Thuringe demande à Clotaire Ier de trouver un mari, digne de sa haute lignée, pour Arégonde de Thuringe. Clotaire Ier ne trouve pas de meilleur prétendant que lui-même.

Clotaire Ier ré-épouse Ingonde de Thuringe et décide d'épouser Arégonde de Thuringe. Il les force à vivre ensemble jusqu'au décès d'Ingonde de Thuringe. Arégonde de Thuringe est la mère de :



Naissance de Chilpéric Ier de Francie

Chilpéric Ier de Francie naît en 535 ou en 539, fils de Clotaire Ier, Roi des Francs, et d'Aregonde de Thuringe.



Mariage de Chilpéric Ier de Francie avec Audovère

Chilpéric Ier de Francie épouse Audovère. Leurs enfants sont :


La France en 561 Partage du royaume à la mort de Clotaire - Grandes Chroniques de France - XIVe siècle - Castres musée Goya Caribert Ier Gontran Ier Chilpéric Ier de Francie Sigebert Ier - Jean Du Tillet - Recueil des rois de France - Bibliothèque nationale de France

Mort de Clotaire Ier

Caribert Ier Roi de Paris,

Gontran Ier Roi de Bourgogne et d'Orléans

Sigebert Ier Roi de Metz et d'Austrasie

Chilpéric Ier de Francie Ier Roi de Neustrie et de Soissons

Badégesile Maire du palais de Neustrie

Ciucilon Maire du palais d'Austrasie

Adowaire Commandement la province d'Arles

Clotaire Ier meurt le 10 ou le 29 novembre 561 à Compiègne.

Mêlant les souvenirs de l'ambition aux craintes religieuses qui l'agitent dans ses derniers moments, Clotaire Ier s'écrie :

Hélas! Quel est donc ce Roi du Ciel qui fait mourir ainsi les plus puissants Rois de la Terre ! Comme il n'est pas mortel, il est sans comparaison, meilleur que le plus grand prince de la Terre ; s'il est donc meilleur, il est plus puissant, et s'il est plus puissant, il est miséricordieux; car il ne disperse en la vengeance de ceux qui l'ont desservi, ainsi que font maints mortels princes."

Son corps est porté à Soissons, et enterré dans l'église de Saint-Médard, qu'il a commencée et que Sigebert, son fils, achèvera.

Le royaume franc est à son apogée, couvrant toute la Gaule, à l'exception de la Septimanie, et une partie de l'Allemagne actuelle.

Clotaire laisse 4 fils entre lesquels se fait un nouveau partage.

Cette manière de diviser un état comme un bien patrimonial, est l'une des plus funestes erreurs de droit public des peuples germaniques.

Les royaumes dont ces villes étaient les capitales ne correspondaient pas du tout à ceux résultant du partage du royaume de Clovis Ier.

La Bourgogne est alors divisée en quatre grandes parties :

La province d'Arles est dans son ensemble rattachée au royaume de Gontran, c'est-à-dire à la Bourgogne.

Gontran Ier place la province d'Arles sous le commandement d'Adowaire en 561.

Mais en raison de l'importance de la fenêtre méditerranéenne, Sigebert Ier obtient un corridor appelé corridor austrasien qui partant de l'Auvergne passe par Avignon et aboutit à Marseille.

Badégesile devient Maire du palais de Neustrie en 561.

Ciucilon devient Maire du palais d'Austrasie en 561.

La Marche, au sud du comté de Poitou, enclavée entre le comté d'Angoulême et celui du Périgord, est concédée à Caribert Ier et échoit au royaume de Neustrie.



Expédition au delà des Pyrénées

Clotaire Ier passe les Pyrénées en 562. Mais l'Aquitaine reste divisée entre divers ducs et comtes (comme Gontran ou Chilpéric).



Faide royale

Invasion des Huns

La période durant laquelle Sigebert Ier et Chilpéric Ier de Francie se déchirent est connue sous le nom de faide royale.

Les premières années du règne de Sigebert Ier sont troublées par une irruption des Huns dans ses États. Sigebert Ier remporte une grande victoire et les force à repasser le Rhin.

Le poète Fortunat remarque que ce jeune monarque se met à pied au premier rang, et que, la hache à la main, il charge les ennemis avec une intrépidité héroïque.

Pendant cette expédition, Chilpéric Ier de Francie s'emparé de Reims et de quelques autres places qui appartiennent à Sigebert. Celui-ci lui mène une guerre vive et dicte les conditions de la paix.



Répudiation d'Audovère par Chilpéric Ier de Francie

Chilpéric Ier de Francie répudie Audovère vers 565.


Mariage de Sigebert Ier et de Brunehaut - Manuscrit du XVe siècle - grandes chroniques - BNF

Mariage de Sigebert Ier avec Brunehaut

Mariage de Chilpéric Ier de Francie avec Galswinthe

Frédégonde d'Ardennes Maîtresse de Chilpéric Ier de Francie

Sigebert Ier épouse vers 566 Brunehaut, fille d'Athanagilde Ier de Wisigothie et de Goswinda des Wisigoths. Leurs enfants sont :

L'alliance royale que Sigebert vient de contracter fait désirer à Chilpéric Ier de Francie d'en former une semblable. Chilpéric Ier de Francie éloigne Frédégonde d'Ardennes, et épouse vers 566 la sœur de Brunehaut, Galswinthe mais il conserve sa maîtresse, Frédégonde d'Ardennes.



Chilpéric Ier de Francie chassé de son royaume

Brunehaut voue alors une haine farouche envers Chilpéric Ier de Francie et Frédégonde d'Ardennes et convainc son mari de se battre contre Chilpéric Ier de Francie.

Chilpéric Ier de Francie est chassé de son royaume par ses frères et est condamné à concéder à Brunehaut les cités de l'Aquitaine qui avaient été sa part de l'héritage de Caribert.

En 567, Sigebert Ier bat Chilpéric Ier de Francie et lui réclame les terres que Chilpéric Ier de Francie avait offertes à Galswinthe en cadeau de noces, à savoir, Bordeaux, Limoges, Cahors, le Béarn et la Bigorre.

Chilpéric Ier de Francie s'empare de Tours et de Poitiers.

Sigebert Ier s'allie à Gontran Ier, son frère, roi de Bourgogne, pour récupérer ses cités. Il récupère ainsi Tours et Poitiers.

Sigebert se brouille avec Gontran Ier, qui forme une coalition contre lui avec Chilpéric Ier de Francie.

Sigebert perd à nouveau Poitiers et Tours et une partie de l'Aquitaine.



Prise d'Albi

Le patrice de Provence Mommole enlève d'assaut Albi.

Mommole entraîne ses habitants en captivité en vue de les vendre comme esclaves, pour les châtier d'avoir accepté le joug de Chilpéric Ier de Francie injuste usurpateur de l'Albigeois austrasien.

Salvius d'Albi intervient et devient si persuasif après du patrice qu'il lui fait abandonner, sans compensation pécuniaire, son butin d'existences humaines.


Chilpéric Ier de Francie et Frédégonde d'Ardennes

Mort de Galswinthe

Mariage de Chilpéric Ier de Francie avec Frédégonde d'Ardennes

La passion de Chilpéric Ier de Francie pour sa maîtresse qu'il avait quittée l'emportant de nouveau. Galswinthe préfère se retirer dans un couvent où Chilpéric Ier de Francie et Frédégonde d'Ardennes la font tuer.

Chilpéric Ier de Francie épouse en 568 Frédégonde d'Ardennes. Leurs enfants sont :

Frédégonde d'Ardennes devient Reine légitime de Neustrie



Réconciliation de Chilpéric Ier de Francie et de Sigebert Ier

En 569, Gontran Ier réconcilie ses deux frères Chilpéric Ier de Francie et Sigebert Ier à Andelot, qui sont sur le point de se faire la guerre, suite à l'assassinat de Galswinthe, la sœur de Brunehaut qui est l'épouse de Sigebert Ier.



Grégoire de Tours Évêque de Tours

Grégoire de Tours réside à Lyon jusqu'à ce qu'il soit élu Évêque de Tours, en 573, probablement à l'instigation de la reine Brunehaut et de Sigebert Ier, Roi d'Austrasie.

Il y succède à Eufronius, son cousin maternel.

Tours est alors l'un des plus importants sièges épiscopaux de Gaule.

Durant son épiscopat, Grégoire de Tours est gêné par les querelles des souverains francs, qu'il n'hésite pas à fustiger.

Notamment, Grégoire de Tours tient tête au roi Chilpéric Ier de Francie, puis à la reine Frédégonde d'Ardennes qu'il rend responsable du meurtre de l'évêque Prétextat.



Victoire de Sigebert Ier sur Chilpéric Ier de Francie

En 574, Chilpéric Ier de Francie attaque Reims.

Pour le battre, Sigebert Ier demande l'aide des Francs d'au delà du Rhin, les Francs Ripuaires, ainsi que celle des peuples qu'il contrôle, Alamans, Saxons, Thuringiens.

Il peut ainsi vaincre l'armée de son neveu, Théodebert.



Concile de Braisne

Chilpéric Ier de Francie par un retour de fortune, redevient le maître de l'albigeois.

Frédégonde, aussi dissolue que lui, se plaint des calomnies que Grégoire de Tours aurait propagées à son endroit.

Un concile est convoqué à Braisne (Aisne) pour juger l'inculpé.

Salvius d'Albi est auprès de son ami.

Il est aussi éloquent que courageux.

Le crime de lèse-majesté est écarté et Grégoire de Tours a la vie sauve.



Écriture d'un traitement sur la Trinité par Chilpéric Ier de Francie

Salvius d'Albi reprend le chemin de la cour.

Chilpéric Ier de Francie se pique de théologie ; il compose un traité sur la Trinité et prétend le faire approuver aux deux évêques de Tours et d'Albi.

L'ascendant de Salvius d'Albi est tel que, sur ses objurgations, le prince consent à détruire son traité.


Siège de Tournai - Guillaume Crétin BNF Assassinat de Sigebert

Mort de Sigebert Ier

Chilpéric Ier de Francie à nouveau Roi de Neustrie et de Soissons

Childebert II Roi d'Austrasie

Chilpéric Ier de Francie et sa femme Frédégonde d'Ardennes sont encerclés dans Tournai, et ne peuvent s'échapper.

En 575, Sigebert Ier se fait proclamer Roi de Soissons par les sujets de Chilpéric Ier de Francie.

Deux scélérats envoyés par l'implacable Frédégonde d'Ardennes poignardent Sigebert Ier à Vitry-en-Artois, où il s'est rendu pour recevoir les hommages des Neustriens.

Chilpéric Ier de Francie recouvre alors son royaume de Neustrie et de Soissons, occupe la plus grande partie des États de Caribert et notamment Paris, et relègue Brunehaut à Rouen.

Après l'assassinat de Sigebert, Brunehaut et le jeune Childebert II sont arrêtés par ordre de Frédégonde d'Ardennes.

C'est sous le règne de Sigebert Ier qu'il est parlé pour la première fois de la dignité de maire du palais, qui fut par la suite si funeste à la puissance royale.

Mais, Gondebaud, un seigneur austrasien, a l'adresse de libérer Childebert II, de le mener en Austrasie, où les grands l'élèvent sur le trône, et balaye ainsi les projets formés par Chilpéric Ier de Francie et Frédégonde d'Ardennes, d'unir ce royaume à leur couronne.

Childebert II succède à son père et est couronné roi d'Austrasie en 575 n'étant âgé que de 5 ans. Childebert II gouverne sous la tutelle de sa mère, Brunehaut.

Pendant la captivité de Brunehaut, les seigneurs austrasiens exercent la régence, et s'accoutument si bien au pouvoir, qu'à l'époque où elle est libérée, elle est réduite à essayer de reprendre par des intrigues une autorité qu'elle croyait devoir lui appartenir, comme mère du roi mineur.

Chilpéric Ier de Francie et Frédégonde d'Ardennes, malgré leurs crimes, réussissent à se maintenir sur le trône et gouvernent même leur royaume avec assez d'habileté.

En 575, Marseille revient à Childebert II, fils de Sigebert Ier, mais Gontran Ier, oncle de ce dernier, tout en s'instituant son tuteur, s'attribue la moitié de la ville : la ville basse. Childebert II, outré de ce procédé, rompt avec son oncle.

Théodore, évêque de Marseille, épouse la cause de Childebert II et a à soutenir une lutte des plus vives contre Dynamius ou Dyname ou Diname, recteur de la Provence pour le compte de Gontran Ier de 575 à 587.

Théodore et Dyname ont des partisans déterminés. Cette querelle amène des troubles sérieux dans Marseille.

Dès le début, Dyname est appelé à une entrevue qui doit avoir lieu hors des murs de la ville, à l'église de Saint-Étienne (aujourd'hui Notre-Dame du Mont). Dyname est séparé de ses gardes et mis dans l'obligation de laisser pénétrer les soldats de Childebert II dans la ville.

Dyname se venge bien par la suite : il fait emprisonner à plusieurs reprises Théodore. L'évêque subit en dernier lieu une assez longue détention, mais Childebert II et Gontran Ier s'étant réconciliés, il peut reprendre la direction de son diocèse et tout rentre dans l'ordre.

La ville devient une indivision sous l'autorité des deux souverains, représentés par un seul fonctionnaire appelé rector et nommé par le roi austrasien.

La région d'Arles, de son côté, semble dépendre de ducs aux pouvoirs territoriaux plus étendus.



Prise de Vannes

Bataille du Pont-Neuf

Waroch, le chef du Vannetais breton, n'acceptant pas la suprématie des Francs, s'empare en 577 de Vannes.

En 578, le roi franc Chilpéric Ier de Francie, décide de reprendre la ville et organise une expédition contre Waroch. Ce dernier, informé des projets du roi franc, envisage d'attendre l'armée royale au passage de la Vilaine. Le combat a lieu aux abords du Pont-neuf (le pont romain).

Waroch persuade les machtiems des plous bretons situés à l'ouest de la Vilaine (Guipry, Winnon, Anast,…) de l'intention du roi Chilpéric Ier de Francie de détruire leurs villages, de brûler leurs moissons et de leur faire payer un lourd tribut. Ils rejoignent Waroch, dont les troupes se trouvent réunies sur les landes recouvrant les terres actuelles de Godier, du Bouéxic et de Launay dans le plou de Guipry. Tous les passages de la Vilaine sont gardés. Les troupes de Chilpéric, renforcées par des éléments locaux du comté de Nantes, se maintiennent sur les landes de Bagaron.

Profitant de la nuit, Waroch et ses hommes traversent discrètement la Vilaine et tombent à l'improviste sur les Saxons qui forment le fer de lance de l'armée franque. Ils en massacrent la majeure partie. Battu, Chilpéric traite avec son vainqueur.


Prince Clovis

Mort du Prince Clovis

Le Prince Clovis, fils de Chilpéric Ier de Francie et d'Audovère, est arrêté à Chelles, transporté à Noisy-le-Grand et assassiné en 580.

Son corps est enterré près d'une chapelle (St Sulpice actuelle).

Frédégonde, sa belle mère, instigatrice du meurtre, fait déterrer le corps et le fait jeter à la Marne.

Un pêcheur le récupère dans ses filets, identifie sa noblesse à sa longue chevelure et lui donne une sépulture correcte.

Le roi Gontran Ier, oncle du prince Clovis, fait rechercher le corps de son neveu.

Un pêcheur le renseigne, le corps retrouvé est alors transféré à la basilique Saint Vincent (actuelle Saint-Germain-des-prés à Paris).

Grégoire de Tour, dans son Histoire des francs, fait le récit de l'assassinat de ce prince.



Adoption de Childebert II par Chilpéric Ier de Francie

En 581, après une brouille avec Gontran Ier, Childebert II se fait adopter par Chilpéric Ier de Francie.



Naissance de Clotaire II

Clothaire ou Clotaire II dit le Jeune ou le grand ou le débonnaire naît à Cambrai en mars 584, fils de Chilpéric Ier de Francie et de Frédégonde d'Ardennes.

Il ne reçoit pas de nom à sa naissance, ceci dans le but de ne pas propager d'inquiétude liée à la symbolique du nom mérovingien.

Voulant choisir un parrain en fonction de l'évolution des troubles qui agitent le royaume des Francs, Chilpéric Ier de Francie, son père ne le fait pas baptiser immédiatement.

Clotaire II est élevé en secret dans la villa royale de Vitry-en-Artois, bourg situé dans le Pas-de-Calais

La conduite scandaleuse de sa mère fait soupçonner la légitimité de sa naissance.


Mort de Chilpéric Ier de Francie

Mort de Chilpéric Ier de Francie

Clotaire II Roi de Soissons et de Neustrie

Frédégonde d'Ardennes Régente de Neustrie

Assassinat des enfants de Chilpéric Ier de Francie

Chilpéric Ier de Francie meurt le 9 octobre 584 poignardé avec un "scramasaxe" par Landry de Walincourt dans sa résidence de Chelles, laissant un enfant de 4 mois.

Frédégonde d'Ardennes, profitant de la division qui existe entre Gontran Ier, Roi de Bourgogne, et Childebert II, son neveu, Roi d'Austrasie, place Clotaire II, son fils, sous la protection de Gontran Ier qui, touché de cette marque de confiance, le tient sur les fonts baptismaux, et le fait reconnaître Roi de Soissons et de Neustrie, dans une assemblée de la noblesse.

Gontran Ier s'empresse de revendiquer tout l'héritage de Caribert dont Chilpéric Ier de Francie s'était emparé.

Frédégonde d'Ardennes gouverne la Neustrie en tant que tutrice de son fils, Clotaire II.

Pour que le royaume revienne à Clotaire II, Frédégonde d'Ardennes, devenue toute-puissante, n'hésite pas à faire mettre successivement à mort deux fils que son mari avait eu de sa première femme, Audovère, et dont l'un avait épousé Brunehaut, captive à Rouen, mais qui songeait à venger les meurtres de sa sœur et de son mari.

Frédégonde d'Ardennes réussit cependant à assurer la domination de son fils sur les provinces de Rouen, de Rennes et d'Angers, ainsi que sur l'ancien royaume de Chilpéric Ier de Francie.

Brunehaut, de son coté, conserve à son fils Childebert II le royaume de Metz et d'Austrasie de son père Sigebert Ier.



Gondovald Roi d'Aquitaine

Après la mort de Chilpéric Ier de Francie, Gondowald ou Gondovald tente de prendre le pouvoir et de soulever les seigneurs d'Aquitaine.

Gondovald est proclamé Roi d'Aquitaine à Brives, en 584, et reconnu par une partie de l'Aquitaine.

Mais à l'annonce de la naissance de Clotaire II, Gondovald est à nouveau abandonné par ses partisans. Il se retire à Saint-Bertrand-de-Comminges.



Mariage de Caribert II avec Fulberte

Caribert II épouse Fulberte. Leur enfant est :


Dagobert Ier de France -Sculpture de 1838-1839 de Jean Duseigneur, en marbre blanc au château de Versaille Dagobert Ier

Mort de Caribert II

Chilpéric Roi d'Aquitaine

Mort de Chilpéric Roi d'Aquitaine

Dagobert Ier de France Roi des Francs

La conquête de la Vasconie s'achève à peine lorsque Caribert II meurt le 8 avril 632. Il est inhumé à Saint-Romain-en-Blaye.

Chilpéric, son fils, lui succède.

Chilpéric, fils de Caribert II, meurt, est assassiné peu de temps après, peut être sur ordre de Dagobert Ier de France.

On a longtemps affirmé que Chilpéric aurait survécu et qu'il était l'ancêtre des princes d'Aquitaine de la famille d'Eudes en se basant sur la fausse charte d'Alaon (un faux du XVIIe siècle).

Cette affirmation n'est pas crédible et la famille d'Eudes, prince d'Aquitaine, n'est pas descendante des Mérovingiens comme les noms employés par les membres de la dynastie semblent le montrer.

Dagobert Ier de France devient Roi de tout le royaume Franc en 632 et établit sa capitale à Paris. L'unité de l'empire franc est alors rétablie sous le sceptre de Dagobert.

Ses conseillers sont Didier et Éloi de Noyon, son trésorier .

Mais les Basques reprennent l'offensive. L'Aquitaine devient duché en 632.

Elle le restera jusqu'à sa soumission par Charlemagne en 769.

Madelgaire est officier à la cour de Dagobert Ier de France remplit des missions que lui confie le Roi :



Mariage de Childéric II avec Bilichilde

Childéric II épouse vers 668 Blitilde ou Bilichilde, fille de Sigebert III d'Austrasie et d'Himenechilde de Burgondie. Leurs enfants sont :



Naissance de Chilpéric II de Francie

Chilpéric II de Francie naît vers 670, fils de Childéric II et de Bilichilde.


Le martyr de Saint Léger - Provenant d'une Bible datant de 1200 Clovis III - par Jean Dassier (1676-1763) -Bibliothèque nationale de France

Mort de Childéric II

Mort de Bilichilde

Chilpéric II de Francie réfugié dans un couvent

Libération d'Ébroïn et de Saint-Léger

Thierry III de Neustrie à nouveau Roi de Neustrie et de Bourgogne

Leudesius Maire du palais de Neustrie

Mort de Leudesius Maire du palais de Neustrie

Clovis III Roi d'Austrasie

Martyr de Saint-Léger

Childéric II fait attacher à un poteau, et battre comme un esclave, un seigneur bourguignon nommé Badillon ou Bodillon, pour avoir osé, dit Velly, lui présenter le danger d'un impôt excessif qu'il méditait d'établir.

Celui-ci s'unit à ceux qui, comme lui, avaient essuyé des injures personnelles, et profite d'une partie de chasse dans la forêt de Livry ou de Lognes près de Chelles en septembre 675, pour tuer Childéric II de sa propre main, tandis que les autres massacrent la reine Bilichilde, qui est enceinte, et l'aîné de ses fils, nommé Dagobert.

Childéric II est enterré dans l'église de Saint-Vincent de Paris

Chilpéric II de Francie, le plus jeune, échappe à la rage des conjurés. Il vie sous le nom de Daniel caché dans un couvent à partir de la mort de ses parents, et se fait clerc.

Avec l'aide des Austrasiens, Ébroïn et Saint-Léger s'échappent de leur prison de Luxeuil.

Thierry III de Neustrie est tiré du monastère de Saint-Denis par Saint-Léger et proclamé Roi de Neustrie et de Bourgogne.

Thierry III de Neustrie nomme Leudesius maire du palais de Neustrie.

Ébroïn forme un parti et fait assassiner Leudesius, fils d'Erchinoald, le nouveau maire du palais.

Les Austrasiens et l'ancien maire du palais Ebroïn, écartés du pouvoir, impose Clovis III, un enfant de 5 ans, sur le trône d'Austrasie, en prétendant qu'il est le fils de Clotaire III pour éviter le sacre de Dagobert II le poulain de son rival.

Vers 675, le Duc de Champagne et les Évêques de Chalons et de Valence poussés par Ébroïn, attaquent Autun.

D'après les Miracula Martialis, Loup Ier d'Aquitaine combat aux côtés de Saint-Léger contre le maire du palais Ébroïn.

Loup Ier d'Aquitaine et Saint-Léger sont défaits. Saint-Léger est fait prisonnier.

À l'instigation d'Ébroïn, les yeux de Saint-Léger sont arrachés et les orbites sont cautérisées.

Loup Ier d'Aquitaine accueille les rescapés de cette défaite.


Chilpéric II de Francie

Enlèvement de Théodebald de Francie

Rangenfeld Maire du palais de Neustrie

Mort de Dagobert III

Thierry IV enfermé au monastère de Chelles

Chilpéric II de Francie Roi de Neustrie

Charles Martel Maire du palais d'Austrasie

Bataille d'Amblève

La désastreuse régence de Plectrude d'Aquitaine incite la Neustrie à se soulever. En juin ou septembre 715, Les Neustriens conduit par Rangenfeld enlèvent Théodebald de Francie en forêt de Cuise près de Compiègne et battent les partisans de Plectrude.

Ils se font remettre la moitié du trésor royal et exigent qu'un maire du palais neustrien de leur choix soit nommé. Les grands de Neustrie élisent Ragenfried ou Ragamfred ou Rainfroi ou Rainfroy ou Ragenfroi ou Rangenfeld maire du palais de Neustrie.

Théodbald et sa grand-mère s'enferment alors dans Cologne.

Rangenfeld dévaste l'Austrasie jusqu'à la vallée de la Meuse.

Rangenfeld, allié au Duc des Frisons, délivre Charles Martel.

Le 24 juin ou juillet 715, Dagobert III meurt.

Ragenfeld et les leudes relèguent Thierry IV, fils de Dagobert III, au monastère de Chelles.

Pour avoir un prince en âge de gouverner par lui-même à opposer à Charles Martel, ils élèvent au trône de Neustrie sous le nom de Chilpéric II de Francie, le fils de Childéric II, âgé de 45 ans.

Il vivait caché dans un couvent depuis la mort de ses parents, en 675.

Malgré l'opposition de Plectrude d'Aquitaine, Charles Martel évince Théodebald de Francie, et s'empare de ce qui reste du trésor royal et de la mairie du palais d'Austrasie.

Chilpéric II de Francie confirme Rangenfeld comme maire du palais de Neustrie.



Tentative de conquête de l'Austrasie par la Neustrie

Ragenfeld désire en finir avec les Pipinnides. En 716, Chilpéric II de Francie demande de l'aide aux Saxons et à Redbold, Roi de Frise, pour prendre l'Austrasie à revers.

Il envahit l'Austrasie met le siège devant Cologne.

Il prend le trésor de Pépin II de Herstal.

Plectrude, au nom de Théodbald de Francie, reconnait Chilpéric II de Francie comme roi et Rangenfeld comme maire du palais et cède à Chilpéric II de Francie une partie de l'Austrasie et de la Bourgogne.

Charles Martel, cependant, vainc les Neustriens sur le fleuve Amblève, près de Liège, et dès lors Théodbald de Francie passe sous la protection de Charles Martel, son oncle.

Les Neustriens quittent Cologne.

Charles Martel devient Maire du palais d'Austrasie en 716.


Clotaire IV

Bataille de Cambrai

Clotaire IV Roi des Francs

Le 21 mars 717, à Vincy, entre Arras et Cambrai, Charles Martel vainc les Neustriens alliés aux Aquitains.

L'autorité de l'Austrasie est rétablie; Chilpéric II de Francie et Ragenfeld se réfugient auprès d'Eudes, duc d'Aquitaine

Charles Martel entre triomphalement à Paris. Il rassemble l'Austrasie et la Neustrie.

Il négocie avec Eudes de Gascogne la restitution de la moitié du trésor royal pris par les Neustriens.

Charles Martel fait élire Clotaire IV, fils de Thierry III de Neustrie, Roi des Francs.

Chilpéric II de Francie reste Roi de Neustrie à titre honorifique.

Arnoul et Hugues, les fils légitimes de Grimoald, sont écartés du pouvoir.



Bataille de Soissons

Chilpéric II de Francie, Roi de Neustrie, et son maire du palais Ragenfeld demandent à Eudes de Gascogne son alliance contre Charles Martel, maire du palais d'Austrasie. Eudes de Gascogne la donne contre une reconnaissance de son indépendance et le titre de roi.

Chilpéric II de Francie et Eudes de Gascogne sont battus à la bataille de Soissons le 14 octobre 718 et à Orléans.

Eudes de Gascogne accueille Chilpéric II de Francie et Ragenfeld à Toulouse, mais refuse de reprendre la lutte contre les Francs.

Au terme de cette guerre civile, Théodbald de Francie continue à jouir de la protection de Charles Martel, son oncle.



Siège de Toulouse

Allégeance d'Eudes de Gascogne à Charles Martel

Chilpéric II de Francie Roi des Francs

Hugues Évêque de Rouen

En 720, les Sarrasins mettent le siège devant Toulouse.

La menace des Infidèles musulmans incite Eudes de Gascogne à faire allégeance à Charles Martel et à lui livrer le Mérovingien Chilpéric II de Francie et son trésor.

Charles Martel reconnaît Chilpéric II de Francie comme Roi des Francs

Hugues, fils de Grimoald et neveu de Charles Martel, est nommé évêque de Rouen.



Mort de Chilpéric II de Francie

Chilpéric II de Francie meurt peu après à Attigny en janvier 722. Il est inhumé à la Cathédrale de Noyon.



Mort de Thierry IV

Childéric III l'Insensé enfermé dans un monastère

En avril 737, le Roi Mérovingien Thierry IV meurt. Charles Martel se sent assez puissant pour ne pas lui donner de successeur sans oser toutefois se proclamer roi.

Pour prouver l'inutilité des rois mérovingiens, Charles Martel laisse vacant le trône. Tous les documents officiels seront datés de 737 pendant les 7 années de vacance.

En 737, le fils de Chilpéric II de Francie, Childéric III l'Insensé, est envoyé dans un monastère.


Childéric III l'Insensé

Childéric III l'Insensé Roi des Francs

En 743, le clergé et plusieurs peuples, que Pépin III le Bref tient en soumission, mettent en cause sa légitimité.

Pépin, sort Childéric III l'Insensé, fils de Chilpéric III, du monastère où il est enfermé et lui permet d'occuper le trône dont Charles Martel l'a spolié.

Carloman de France et Pépin III le Bref pensent sans doute ainsi affermir leur autorité. En réalité, c'est toujours Pépin III le Bref qui gouverne.

Childéric III l'Insensé est le dernier Roi mérovingien.

Childéric III est surnommé l'Insensé, soit qu'il le soit en effet, soit qu'on ait voulu le faire croire au peuple.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !