Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1692 - le dernier en 1761



Mariage de Philippe II d'Orléans avec Françoise-Marie de Bourbon

Guillaume Dubois Abbé de Saint Just en Picardie

Louis XIV utilise l'influence de Philippe de Lorraine-Armagnac pour faire consentir Philippe Ier d'Orléans au mariage de Philippe II d'Orléans, son fils.

Au début de 1692, Louis XIV convoque Philippe II d'Orléans, son neveu, et lui déclare qu'il ne peut mieux lui témoigner son affection qu'en lui donnant sa propre fille en mariage, ce à quoi le jeune homme ne sait répondre qu'en balbutiant un remerciement embarrassé.

Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la Princesse Palatine, apprenant l'issue de l'entrevue, jette de hauts cris mais ne peut affronter Louis XIV, d'autant qu'elle sait ne pouvoir compter sur le soutien de Philippe Ier d'Orléans, son mari. Elle borne l'expression de son mécontentement à tourner le dos au Roi après lui avoir fait une profonde révérence.

Le mariage n'en a pas moins lieu. Philippe II d'Orléans épouse le 9 janvier 1692 Françoise-Marie de Bourbon, fille bâtarde légitimée de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Leurs enfants sont :

Ce mariage non désiré, n'est guère heureux. Philippe appellera sa femme Madame Lucifer.

Philippe II d'Orléans hérite du Palais-Royal.

Guillaume Dubois, son précepteur, obtient alors l'abbaye de Saint Just en Picardie.

Pierre de Villars devient chevalier d'honneur de Françoise-Marie de Bourbon, la duchesse de Chartres en 1692.



Mariage de Renaud III de Modène avec Charlotte-Félicité de Brunswick-Calenberg

Renaud III de Modène épouse Charlotte-Félicité de Brunswick-Calenberg, fille de Jean-Frédéric de Hanovre et de Bénédicte de Palatinat. Leurs enfants sont :



Naissance de Charlotte-Aglaé d'Orléans

Charlotte-Aglaé d'Orléans dite Mademoiselle de Valois naît à Paris le 20 octobre 1700, fille de Philippe II d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon.



Liaison de Louis François Armand de Vignerot du Plessis avec Charlotte-Aglaé d'Orléans

Charlotte-Aglaé d'Orléans n'est pas véritablement belle, mais elle a de la vivacité et du piquant. Philippe II d'Orléans, son père, a pour elle une affection particulière et l'éduque fort mal par faiblesse.

Louis François Armand de Vignerot du Plessis a une liaison en 1717 avec Charlotte-Aglaé d'Orléans.

Au même moment, Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, sa cousine, s'est mise en tête d'épouser Louis François Armand de Vignerot du Plessis.

L'histoire est racontée dans ses Mémoires par le baron de Besenval.



Conspiration de Cellamare

Louis François Armand de Vignerot du Plessis Prisonnier

Louis François Armand de Vignerot du Plessis, est gravement compromis dans la conspiration de Cellamare le 20 mars 1719. Il est enfermé à la Bastille. Charlotte-Aglaé d'Orléans lui rend visite en prison.

Les charges retenues contre lui sont si lourdes que le Philippe II d'Orléans déclare : Si M. de Richelieu avait 4 têtes, j'aurais dans ma poche de quoi les faire couper toutes les quatre... Et il aurait ajouté : Si seulement il en avait une...

Philippe II d'Orléans le faire libérer sur les instances de Charlotte-Aglaé d'Orléans, sa fille qui en est follement amoureuse. À cette occasion, elle fait la promesse de renoncer à l'épouser.


Charlotte-Aglaé d'Orléans en Hébé - par Pierre Gobert - Château de Versailles

Mariage de François III de Modène avec Charlotte-Aglaé d'Orléans

Renaud III de Modène tente un rapprochement avec la France.

François III de Modène épouse en 1720 Charlotte-Aglaé d'Orléans. Leurs enfants sont :

Charlotte-Aglaé d'Orléans reçoit une dot de 1,8 million de livres, constituée pour moitié par son cousin le roi Louis XV de France sous tutelle de Philippe II d'Orléans.

Ce mariage n'est pas des plus paisibles, en raison du comportement licencieux de la jeune épouse.

Renaud III de Modène leur fait construire une résidence séparée à Rivalta, dans les environs de Reggio d'Émilie.



Naissance de Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène

Maria Teresa ou Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène naît à Modène en Émilie-Romagne le 6 octobre 1726, fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.



Naissance d'Hercule III de Modène

Ercole Rinaldo ou Hercule Renaud ou Hercule III de Modène naît à Modène le 22 novembre 1727, fils de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.



Naissance de Marie Fortunée d'Este-Modène

Maria Fortunata ou Marie Fortunée d'Este-Modène naît en 1734, fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.



Retour de Charlotte-Aglaé d'Orléans en France

Charlotte-Aglaé d'Orléans reçoit à Modène la visite Louis François Armand de Vignerot du Plessis déguisé en colporteur.

Appréciant la vie mondaine, Charlotte-Aglaé d'Orléans s'ennuie à périr à Modène et elle n'a de cesse de quitter le duché, d'où on la voit partir avec soulagement en 1744.

Louis XV l'accueille très froidement et lui impose une vie obscure et retirée à Paris.



Mariage de Louis Jean Marie de Bourbon avec Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène

Louis Jean Marie de Bourbon épouse le 29 décembre 1744 Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène, fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans. Leurs enfants sont :

Le mariage est très heureux.



Mariage de Louis François Joseph de Bourbon-Conti avec Marie Fortunée d'Este-Modène

Rappelé en France par Louis François de Bourbon-Conti, son père, Louis François Joseph de Bourbon-Conti épouse par procuration le 7 février 1759 et en personne, à Nangis-en-Brie, le 27 février 1759 Marie Fortunée d'Este-Modène (1731-1803), fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.

À cette occasion, Louis François Joseph de Bourbon-Conti reçoit de Louis XV un don de 150 000 livres.

Ce mariage est une catastrophe. Louis François Joseph de Bourbon-Conti refuse de cohabiter avec son épouse, femme pourtant sage, douce et vertueuse mais trop intelligente, discrète et austère pour une cour aussi superficielle que la cour de France.



Mort de Charlotte-Aglaé d'Orléans

Charlotte-Aglaé d'Orléans meurt au Palais du Luxembourg à Paris le 19 janvier 1761.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !