Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



5 événements affichés, le premier en 1444 - le dernier en 1477


Agnès Sorel - vierge à l'enfant de Jean Fouquet (partie droite du diptyque de Melun, conservé autrefois à la collégiale Notre-Dame de Melun) et maintenant au musée des beaux arts d'Anvers (Belgique) Agnès Sorel Agnès Sorel d'après Jean Fouquet

Liaison de Charles VII de France avec Agnès Sorel

En 1444, la jeunesse et la beauté d'Agnès Sorel la font remarquer par Charles VII de France, ce dauphin sans beauté, sans grande intelligence et sans fortune.

Pierre de Brézé, qui remarque les regards de son suzerain pour cette nouvelle venue à la cour, la lui présente.

Très rapidement, Agnès Sorel passe du rang de demoiselle d'honneur d'Isabelle de Lorraine à celui de première dame officieuse du royaume de France.

Officiellement, elle devient demoiselle de la maison de la reine Marie d'Anjou.

Elle a le statut de favorite officielle, ce qui est une nouveauté : les rois de France avaient jusque-là des maîtresses mais elles devaient rester dans l'ombre.

Charles VII de France a d'ailleurs eu d'autres maîtresses, mais elles n'ont pas eu l'importance d'Agnès Sorel.

Agnès Sorel est blonde avec la peau claire.

Certains de ses contemporains disent qu'entre les belles c'était la plus belle du monde.

Son art de vivre et ses extravagances rejettent la reine dans l'ombre.

Pour se procurer ces atours précieux, elle devient la meilleure cliente de Jacques Cœur qui en échange parvient à gagner sa protection.

Elle consomme de grandes quantités d'étoffes précieuses et, bien sûr, toutes les femmes de la cour l'imitent.

Ce qu'elle dilapide en bas, elle le rattrape en haut, en inventant le décolleté épaules nues, si nues qu'un chroniqueur hypocrite mais pas aveugle déplore "cette ribaudise et dissolution".

De vertigineuses pyramides surmontent sa coiffure.

Des traînes de huit mètres de long allongent ses robes bordées de fourrures précieuses : martre ou zibeline.

En 1444, le roi lui offre 20 600 écus de bijoux dont le premier diamant taillé connu à ce jour.

Les moralistes Thomas Basin, conseiller du roi Charles VII, ou Juvénal des Ursins, la rendent responsable du "réveil" sensuel de Charles VII.

Ils jugent sévèrement sa liberté de moeurs et l'accusent de faire de ce roi chaste un roi débauché entièrement livré à ses maîtresses.

Mais Agnès n'est pas qu'une jeune femme frivole.

Elle est aussi une intrigante habile et une conseillère avisée.

Elle impose ses amis au roi ou s'acquiert la faveur des conseillers de la Couronne, qui voient en elle le moyen de s'assurer la bienveillance royale.

Le roi, en l'espace de quelques mois, lui octroie les fiefs de Beauté-sur-Marne, d'où son surnom de "Dame de Beauté", Vernon, Issoudun, Roquesezière et lui offre le domaine de Loches et comtesse de Penthièvre.

Les filles de Charles VII de France et d'Agnès Sorel, les "bâtardes de France" sont légitimées :



Naissance de Charlotte de Valois

Charlotte de Valois naît en septembre 1446, fille de Charles VII de France et d'Agnès Sorel.



Naissance de Louis de Brézé

Louis de Brézé naît en 1459, fils de Jacques de Brézé et de Charlotte de Valois.



Mariage de Jacques de Brézé avec Charlotte de Valois

Jacques de Brézé épouse le 1er mars 1462 Charlotte de Valois, fille de Charles VII de France et d'Agnès Sorel. Leur enfant est :



Mort de Charlotte de Valois

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1477, Jacques de Brézé surprend au manoir de Rouvres, à une lieue d'Anet, Charlotte de Valois, sa femme avec l'un de ses veneurs en flagrant délit d'adultère.

Il les perce tous deux de nombreux coups d'épée.

Louis XI entre dans une colère terrible et jure de venger sa sœur. Il fait arrêter Jacques de Brézé, le maintient plusieurs années en prison et obtient enfin contre lui une condamnation à la peine capitale et à la confiscation de ses biens.

Jacques de Brézé sauve sa tête, mais doit faire au roi l'abandon de tous ses biens.

Ceux-ci sont d'ailleurs aussitôt remis par Louis XI à Louis de Brézé, son propre filleul, fils de Jacques de Brézé et de Charlotte de Valois.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !