Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



10 événements affichés, le premier en 1826 - le dernier en 1870



Mariage de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé avec Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé épouse en 1826 Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville (1808-1864), fille d'Eugène Charles de Machault d'Arnouville (1783-1867). Leurs enfants sont :



Naissance de Charles-Robert de Vogüé

Charles-Robert de Vogüé naît à Paris le 16 décembre 1835, fils de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé et d'Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville.



Charles-Robert de Vogüé Saint Cyrien

Charles-Robert de Vogüé est Saint Cyrien de la promotion Crimée-Sébastopol (1854-1856).



Charles-Robert de Vogüé Sous Lieutenant

Sous Lieutenant le 1 octobre 1856, Charles-Robert de Vogüé est nommé au 8e régiment de hussards.



Charles-Robert de Vogüé Lieutenant

Charles-Robert de Vogüé est nommé Lieutenant le 17 janvier 1863.



Charles-Robert de Vogüé en Algérie

Charles-Robert de Vogüé passe au 11e régiment de chasseurs à cheval.

Charles-Robert de Vogüé est envoyé en Algérie en 1864, en garnison à Mostaganem.

Il y est nommé chevalier de la Légion d'Honneur.



Charles-Robert de Vogüé Capitaine

Charles-Robert de Vogüé devient Capitaine le 14 août 1867.


Charles-Robert de Vogüé - Ordonnance de Mac Mahon - Cette fonction explique le port des aiguillettes - Photographe Geiser

Charles-Robert de Vogüé au 1er régiment de Spahis

La vie africaine lui convient puisque lorsque le 8e Hussard rentre en France, Charles-Robert de Vogüé obtient sa permutation au 1er régiment de Spahis en 1868.

Remarqué par le haut commandement, et bénéficiant d'importants appuis familiaux, Charles-Robert de Vogüé est nommé officier d'ordonnance du maréchal Patrice de Mac Mahon, gouverneur de l'Algérie.



Patrice de Mac Mahon lorsque Commandant de l'armée d'Alsace

Patrice de Mac Mahon est nommé commandant l'armée d'Alsace en 1870.

Charles-Robert de Vogüé le suit.



Bataille de Frœschwiller-Wœrth

Charges de Reichshoffen

Mort de Charles-Robert de Vogüé

François Achille Bazaine Commandant en chef des armées françaises

Patrice de Mac Mahon se replie dans la région des villages de Woerth, Froeschwiller et Reichshoffen, où il est résolu à venger son premier échec.

Le 6 août 1870 lors de la Bataille de Frœschwiller-Wœrth la IIIe armée allemande du Kronprinz Frédéric III de Prusse tourne sur leur droite, près de Morsbronn, les troupes françaises de Patrice de Mac Mahon et les menace d'encerclement.

Patrice de Mac Mahon sacrifie sa cavalerie pour dégager un axe de retraite vers Metz et Verdun.

Les cuirassiers du général Michel et les lanciers chargent pour enrayer l'éventuel encerclement.

Ils vont jusqu'à s'engager dans la grand-rue de Morsbronn où ils sont littéralement exterminés par les Prussiens embusqués dans les maisons.

Patrice de Mac Mahon se décide alors à la retraite.

Pour couvrir son armée, plus au nord, il envoie les cuirassiers du général Bonnemain sur Woerth.

Les cuirassiers sont aussi décimés au milieu des champs de houblon.

Ces 2 charges inutiles, menées sur des terrains peu propices aux cavaliers, ne retarde même pas l'avance prussienne.

Les troupes françaises de Patrice de Mac Mahon sont mise en déroute.

Charles-Robert de Vogüé meurt lors de cette bataille, d'une balle en plein front.

Enterré dans une fosse commune, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé, son père, devra faire des recherches pour retrouver son corps et lui donner une sépulture individuelle.

Louis Charles Auguste Morand se distingue brillamment le 6 aout 1870 à Froeschwiller.

Au lendemain de cette bataille, François Achille Bazaine est substitué à Patrice de Mac Mahon comme commandant en chef des armées françaises.

Napoléon III, malade et discuté, rejoint Châlons-sur-Marne et abandonne le commandement à François Achille Bazaine le 12 août 1870.

Il lui ordonne au préalable de s'occuper du repli de l'armée française sur Châlons.

Mais François Achille Bazaine n'est pas de l'avis de Napoléon III.

Il souhaite en effet livrer bataille rapidement, car il a confiance en la puissance de la place de Metz et omet l'incapacité de celle-ci à tenir un siège.

Il ne met donc aucun empressement à exécuter l'ordre reçu et emprunte lentement la route de Verdun.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !