Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



8 événements affichés, le premier en 1578 - le dernier en 1648


Henri de Noailles - portrait au crayon par François Quesnel - Paris - BnF - département des estampes -1582

Mariage d'Henri de Noailles avec Jeanne-Germaine d'Espagne Montespan

Henri de Noailles épouse le 22 juin 1578 Jeanne-Germaine d'Espagne Montespan (morte en 1593), fille de Jacques Mathieu d'Espagne Montespan (mort en 1556), Seigneur de Panassac, et de Catherine de Narbonne. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles de Noailles

Charles de Noailles naît au château de Pénières à Montvert en 1589, fils d'Henri de Noailles et de Jeanne Germaine d'Espagne-Montespan.



Raymond Rouchon Évêque confidentiaire de Saint-Flour

Raymond Rouchon ou de Rouchon latinisé en Raymundus de Rouchon est prêtre du diocèse de Cahors.

Raymond de Rouchon est docteur en théologie et prieur de Saint-Pierre de la Réole.

Continuant la tradition familiale, Henri de Noailles fait élire Raymond Rouchon, roturier, compatriote et vassal des Noailles, Évêque au siège de Saint-Flour.

Raymond Rouchon est en fait chargé d'occuper le siège épiscopal dans l'attente que le fils de Charles de Noailles, son protecteur, ait atteint un âge décent pour occuper la fonction.

Raymond Rouchon est présenté au roi Henri IV de France comme évêque confidentiaire de Saint-Flour par Henri de Noailles en août 1597.



Charles de Noailles Évêque de Saint-Flour

Charles de Noailles est abbé d'Aurillac.

Charles de Noailles a un âge décent pour obtenir un évêché.

Charles de Noailles devient évêque de Saint-Flour de 1609 à 1647



Traité de Sainte-Ménehould

Convocation des États généraux

Richelieu Député du clergé aux États généraux

En 1614, Henri II de Bourbon-Condé, César de Bourbon, Henri de Mayenne, Henri de Gondi se révoltent contre Concino Concini.

Henri II de Bourbon-Condé veut empêcher le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche.

Henri II de Rohan conseille la Reine pour combattre cette révolte.

Les premières prises d'armes des grands se concluent avec le traité négocié par Henri II de Bourbon-Condé avec Marie de Médicis à Sainte-Menehould, le 15 mai 1614 :

Henri II de Bourbon-Condé ne parvient pas à structurer son opposition au pouvoir royal.

Marie de Médicis couvre d'or les nobles et leur promet la convocation des états généraux.

Les États généraux sont convoqués par Louis XIII en 1614.

Richelieu se fait élire député du clergé poitevin aux États généraux devant se tenir à Paris.

Antoine III de La Rochefoucauld participe à ces États généraux.

Léonor de Valençay, abbé de Bourgueil, est député du clergé.

Odet de La Noue assiste aux États généraux.

Gabriel de L'Aubespine et Charles de Noailles sont délégués par le clergé aux États Généraux.

Robert Ier Miron, Président du tiers état, s'y fait remarquer par son patriotisme, dénonçant avec véhémence, dès la séance d'ouverture et à nouveau lors de la clôture, les abus de la régence aux dépens du pauvre peuple.

Louis III de Lorraine participe à ces États généraux.

Jacques Davy du Perron soutient les doctrines ultramontaines contre le tiers état. II fait condamner le De ecclesiastica et politica potestate de Richer. Le pape lui en adresse des remerciements.

Marie de Médicis s'engage à concrétiser l'alliance avec l'Espagne et à faire respecter les thèses du concile de Trente.

Les réformes de la Paulette et de la taille restent lettre morte.

Le clergé joue le rôle d'arbitre entre le Tiers État et la noblesse qui ne parvenaient pas à s'entendre.

Le lieutenant civil Henri de Mesmes déclare que les ordres sont frères et enfants d'une mère commune, la France. Un des représentants de la noblesse lui répond qu'il se refuse à être le frère d'un enfant de cordonnier ou de savetier.

Cet antagonisme profite à la Cour qui prononce bientôt leur clôture.



Fondation du couvent des recollets de Brive

En 1629 Charles de Noailles fonde le couvent des recollets de Brive.



Charles de Noailles Évêque de Rodez

Charles de Noailles devient évêque de Rodez en 1646.



Mort de Charles de Noailles

Charles de Noailles meurt à Rodez le 27 mars 1648.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !