Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



21 événements affichés, le premier en 1727 - le dernier en 1794



Naissance d'Étienne-Charles de Loménie de Brienne

Étienne-Charles de Loménie de Brienne naît à Paris le 9 octobre 1727, fils de Nicolas Louis de Loménie de Brienne (mort en 1758) et d'Anne Gabrielle de Chamillart de Villatte (1692-1762).

La famille de Loménie est originaire de Flavignac en Limousin,

On peut remonter la lignée jusqu'au XVe siècle,.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Docteur en théologie

Étienne-Charles de Loménie de Brienne fait des études brillantes et entre dans les ordres.

En 1751, en dépit d'une thèse peu orthodoxe à son goût, Étienne-Charles de Loménie obtient le titre de Docteur en théologie.



Étienne-Charles de Loménie Grand vicaire de Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes

En 1752, Étienne-Charles de Loménie de Brienne est nommé grand vicaire de Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes, l'archevêque de Rouen.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Évêque de Condom

Après une visite à Rome, Étienne-Charles de Loménie de Brienne est fait évêque de Condom en 1760.



Naissance de Charles de Loménie de Brienne

Charles de Loménie de Brienne naît à Marseille en 1761, fils de Pierre François de Loménie (né en 1711) et de Victoire Suzanne Bade (née en 1734).


Étienne-Charles de Loménie - par Édouard Debat-Ponsan (1896) - Bas-relief des Ponts-Jumeaux - une visite au chantier - salle des Illustres du Capitole de Toulouse

Étienne-Charles de Loménie de Brienne Archevêque de Toulouse

Étienne-Charles de Loménie de Brienne Membre honoraire de l'Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse

En 1763, Étienne-Charles de Loménie de Brienne est fait archevêque de Toulouse.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne se révèle bon administrateur.

fait creuser le canal entre la Garonne et le canal du Midi.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne entreprend à Toulouse de grands travaux publics, d'industrie, de commerce, d'instruction publique.

Il transforme la ville.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne devient Membre honoraire de l'Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse le 19 juillet 1763.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Abbé du Mont Saint-Michel

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est Abbé commendataire du Mont Saint-Michel, de 1766 à 1769.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Membre de l'Académie française

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est nommé en remplacement du duc de Villars et devient Membre de l'Académie française au siège n 239 le 25 juin 1770.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est reçu le 6 septembre 1770.

À sa réception, Antoine Thomas prononce le discours qui cause son différend avec Séguier.



Suppression du vicariat de la maison de l'Inquisition de Toulouse

En 1771, Étienne-Charles de Loménie de Brienne scelle la suppression du vicariat de la maison de l'Inquisition de Toulouse, prononcée par le chapitre national des Prêcheurs français, sur son intervention.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Président de la commission des réguliers

En 1772, Étienne-Charles de Loménie de Brienne préside la commission des réguliers qui supprime certaines maisons religieuses ou certains ordres religieux en déclin, comme l'ordre de Grandmont.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit en 1782.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Abbé commendataire de Saint-Wandrille

Étienne-Charles de Loménie de Brienne devient Abbé commendataire de Saint-Wandrille de 1785 à 1790.



Étienne-Charles de Loménie Contrôleur général des finances

Exil du Parlement de Paris à Troyes

Étienne-Charles de Loménie est nommé président de l'Assemblée des notables, et c'est en cette qualité qu'il attaque la politique fiscale de Charles-Alexandre de Calonne.

Étienne-Charles de Loménie succède comme contrôleur général des finances, le 1er mai 1787, avec l'appui de la reine Marie-Antoinette.

L'Assemblée des Notables est remerciée le 25 mai 1787.

Étienne-Charles de Loménie reprend une partie du programme Charles-Alexandre de Calonne, corrigé dans un sens plus aristocratique.

===========

============

Une fois au pouvoir, Étienne-Charles de Loménie de Brienne met fin aux grandes spéculations boursières, puis réussit à faire enregistrer par le parlement de Paris des décrets :

Lorsque les parlementaires refusent d'enregistrer les décrets qu'il propose d'appliquer au droit de timbre et au nouvel impôt foncier général, Étienne-Charles de Loménie persuade Louis XVI de tenir un lit de justice pour les y contraindre.

Le 18 août 1787, le Parlement de Paris est transféré de Paris à Troyes.

Les parlementaires ne sont rappelés à Paris qu'après avoir consenti à étendre l'impôt direct à toutes les formes de revenus.

Une nouvelle tentative visant à contraindre le parlement à enregistrer un décret autorisant un emprunt de 120 millions de livres rencontre une opposition déterminée.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Membre honoraire de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres et Membre honoraire de l'Académie royale des Sciences

Étienne-Charles de Loménie de Brienne devient Membre honoraire de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres en 1787.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne devient Membre honoraire de l'Académie royale des Sciences le 31 août 1787.



Étienne-Charles de Loménie de Brienne Archevêque de Sens

Étienne-Charles de Loménie de Brienne Abbé commendataire de Corbie

Intrigant, Étienne-Charles de Loménie de Brienne troque l'archevêché de Toulouse contre celui de Sens, plus lucratif.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est nommé archevêque de Sens et Primat des Gaules et de Germanie de 1788 à 1790.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est nommé Abbé commendataire de Saint-Pierre de Corbie de 1788 à 1792.



Opposition aux Édits de Étienne-Charles de Loménie en Bretagne

Retraite d'Étienne-Charles de Loménie

En 1788, le Parlement de Rennes refuse d'enregistrer les édits de Étienne-Charles de Loménie de Brienne qui bouleversent l'organisation judiciaire de la Bretagne et instituent les mêmes droits et impôts qu'ailleurs, dont les droits sur le sel (la gabelle) au mépris des clauses de l'édit d'Union.

Des troubles éclatent pour défendre les magistrats et des soldats sont envoyés pour les obliger à obéir.

Jean-Victor Marie Moreau organise les étudiants en une milice qui prend part aux échauffourées entre les jeunes nobles et le peuple.

Jean-Victor Marie Moreau devient célèbre en Bretagne, sous le nom de général du Parlement.

La lutte du parlement contre la politique d'Étienne-Charles de Loménie de Brienne prend fin le 8 mai 1788.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne accepte sa propre démission, mais à condition que soient convoqués des États généraux pour porter remède aux désordres de l'État.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne se trouve dès lors confronté à une opposition quasi-générale.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est contraint de suspendre la Cour plénière qu'il destinait à remplacer le parlement et de promettre la tenue d'États Généraux.

Mais ces concessions ne suffisent pas à le maintenir au pouvoir et, le 25 août 1788, Étienne-Charles de Loménie de Brienne doit se retirer, laissant un trésor vide.


Étienne-Charles de Loménie de Brienne - Huile sur toile - École Française - vers 1770 - Château de Versailles et de Trianon

Étienne-Charles de Loménie de Brienne Cardinal

Le 15 décembre 1788, Étienne-Charles de Loménie de Brienne est fait cardinal.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne se rend en Italie, où il passe 2 ans à visiter des bibliothèques et à acheter des incunables sans même aller à Rome rencontrer le pape Pie VI.



Arrestation d'Étienne-Charles de Loménie de Brienne

Sa conduite passée aussi bien que sa conduite présente le rendent suspect aux révolutionnaires.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne est arrêté à Sens, le 9 novembre 1793.



Mort d'Étienne-Charles de Loménie de Brienne

Relâché et de nouveau arrêté le 1er ventôse an II soit le mercredi 19 février 1794.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne meurt à Sens le 19 février 1794 la nuit même, victime soit d'une attaque d'apoplexie, soit d'un empoisonnement.



Mort d'Étienne-Charles de Loménie de Brienne

Relâché et de nouveau arrêté le 1er ventôse an II soit le mercredi 19 février 1794.

Étienne-Charles de Loménie de Brienne meurt à Sens le 19 février 1794 la nuit même, victime soit d'une attaque d'apoplexie, soit d'un empoisonnement.


Élisabeth Philippine de France

Mort de Élisabeth Philippine de France

Mort de Louis Marie Athanase de Loménie de Brienne Marquis de Moÿ, Seigneur de Vendeuil

Mort de François Alexandre Antoine de Loménie de Brienne

Élisabeth Philippine de France, sœur du roi, meurt le 21 floréal an II soit le samedi le 10 mai 1794 guillotinée.

Louis Marie Athanase de Loménie de Brienne meurt guillotiné.

Louis-Marie-Athanase de Loménie et 4 autres membres de sa famille :

Un convoi de plusieurs personnes sont guillotinées en même temps :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !