Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1325 - le dernier en 1356



Mariage d'Alphonse de La Cerda avec Isabelle d'Antoing

Isabelle d'Antoing est veuve d'Henri de Louvain.

Alphonse de La Cerda épouse en 1325 Isabelle d'Antoing. Leur enfant est :



Naissance de Charles de la Cerda

Carlos ou Charles de La Cerda, naît en 1326, fils d'Alphonse de La Cerda et d'Isabelle d'Antoing.

Charles de la Cerda est élevé avec Jean II le Bon.

Il deviendra son favori.



Mariage de Charles de Blois-Châtillon avec Jeanne de Penthièvre

Charles de Blois-Châtillon, neveu de Philippe VI de Valois, épouse à Paris le 4 juin 1337 Jeanne de Penthièvre. Leurs enfants sont :



Bataille navale de Winchelsea

Jean II le Bon n'a pratiquement plus de flotte.

Il s'en remet sur mer à ses alliés génois ou Castillans.

L'un des plus actifs est Charles de la Cerda qui s'en prend au commerce anglais dans la Manche et en mer du Nord.

Les Anglais, qui l'accusent de piraterie, décident d'en finir avec lui et mobilisent pour cela d'importants moyens navals.

Charles de la Cerda, est signalé à l'Écluse, en Flandre, à la tête d'un convoi de navires marchands qui remplissent leurs cales avant de repartir sur la côte basque.

Édouard III d'Angleterre décide de lui couper la route au retour.

Il se rend solennellement à Winchelsea, accompagné de son fils, le Prince Noir et de nombreux jeunes nobles bien décidés à en découdre avec l'Espagnol.

Édouard III d'Angleterre ordonne aux archevêques de Canterbury et d'York d'organiser des prières pour le succès de l'opération.

Le 28 août 1350, les troupes anglaises embarquent sur les navires de guerre.

Édouard III d'Angleterre en personne, sur son navire-amiral, le cogue Thomas, prend le commandement de la flotte, forte d'une cinquantaine de navires.

Un cogue (en vieil allemand der Koggen) est un type de bateau utilisé en mer du Nord au cours du Moyen Âge.

Les renseignements sont bons.

Le dimanche après-midi 29 août 1350, les 40 navires de Charles de la Cerda sont signalés à l'horizon.

Ils sont poussés vers Winchelsea par une bonne brise de sud-ouest qui les rapproche rapidement.

Cette bataille de Winchelsea est aussi appelée bataille de L'Espagnols sur Mer

Édouard III d'Angleterre ordonne de lever l'ancre.

Édouard III d'Angleterre fait servir du vin à ses chevaliers et à lui-même pour renforcer encore la cohésion de ses hommes.

Charles de la Cerda, s'il le veut, peut très facilement éviter le contact mais tout porte à croire, au contraire, qu'il le recherche.

Le choc est donc très violent.

Le cogue Thomas est heurté par un navire de tête espagnol lors d'une tentative d'abordage.

La collision est si violente que le navire espagnol perd son mât et que le navire-amiral anglais se retrouve avec une importante voie d'eau.

À l'issue d'un corps à corps sanglant, l'équipage du Thomas se rend maître d'un autre bâtiment espagnol, et Édouard III d'Angleterre doit abandonner son navire qui coule pour se transporter sur sa prise.

Les navires espagnols sont plus hauts sur l'eau, ce qui leur permet d'accabler le pont des navires anglais de projectiles et de causer de gros dommages aux hommes et au matériel.

Le navire du Prince Noir se retrouve bientôt réduit à l'état d'épave, accroché au flanc d'un navire espagnol qui le malmène.

L'héritier du trône anglais ne doit son salut qu'au courage d'Henry de Grosmont, le comte de Lancastre, qui aborde la nef ennemie sur un autre flanc et lui fait amener son pavillon.

Robert de Namur et Henry de Grosmont commandent le navire anglais Salle du Roy

Un grand navire anglais commandé par Guillaume Ier de Namur, qui transporte toute la Maison du roi, est abordé par un espagnol.

Celui-ci, à défaut de pouvoir le réduire à l'impuissance, tente de l'entrainer à l'écart du champ de bataille pour mieux le neutraliser.

À ce moment-là, la situation pour les Anglais est très compromise.

Finalement, un valet flamand de Guillaume Ier de Namur réussit à passer sur le pont du navire espagnol et à couper la drisse de la grand-voile, rendant le bâtiment ingouvernable et permettant aux Anglais de reprendre la situation en mains.

À l'issue de ce combat acharné, les Anglais sont vainqueurs, ont capturé une partie du convoi espagnol.

Les chiffres des pertes espagnoles varient selon les chroniqueurs :

Les pertes anglaises comptent de nombreux morts.

Deux navires anglais au moins sont coulés, dont la navire-amiral.

Édouard III gagne dans cette victoire les surnoms de Vengeur des Marchands et de Roi de la mer.

Néanmoins, Charles de la Cerda s'est échappé avec le reste de ses bâtiments et ce violent combat qui s'est déroulé à l'abordage et à l'arme blanche, n'aura aucune conséquence stratégique sur l'évolution de la guerre et sera assez vite oublié dans les annales militaires.

Une autre hypothèse est que Charles de La Cerda avait pour but d'intercepter Édouard III d'Angleterre, qui voulait se rendre à Reims pour se faire sacrer Roi de France.

Finalement, les pertes anglaises sont lourdes et Édouard III d'Angleterre ne pourra plus s'opposer au sacre de Jean II le Bon.



Charles de La Cerda Comte d'Angoulême

Charles de La Cerda reçoit de Jean II le Bon le comté d'Angoulême en décembre 1350



Charles de la Cerda Connétable de France

Jean d'Artois Comte d'Eu

Charles de La Cerda est fait Connétable de France en janvier 1351 par Jean II le Bon, au détriment de l'intrigant Charles II le Mauvais.

Charles II le Mauvais estime être spolié.

Cela s'ajoute à sa rancœur de ne pas régner sur le royaume de France.



Mariage de Charles de La Cerda avec Marguerite de Blois-Châtillon

Charles de La Cerda épouse en 1351 ou 1352 Marguerite de Blois-Châtillon, fille de Charles de Blois-Châtillon.

Charles de Blois-Châtillon est le candidat à la succession de Bretagne soutenu par Jean II le Bon, le roi de France.

Cela vaut à Charles de La Cerda le soutient de seigneurs bretons tels que Bertrand du Guesclin.


Prise de Saint-Jean-d'Angely

Prise de Saint-Jean-d'Angely

Arnaud-Amanieu d'Albret est envoyé par Édouard III d'Angleterre porter secours aux habitants de Saint-Jean-d'Angély assiégés par les troupes de l'armée royale française.

Charles de La Cerda s'illustre par une brillante campagne en Poitou ou il prend Saint-Jean-d'Angély.



Première cour plénière de l'ordre de l'Étoile

La première cour plénière de l'ordre de l'Étoile se réunit à Saint-Ouen, le 6 janvier 1352.

Sont présents :



Traité de Westminster

Édouard III d'Angleterre et Charles de Blois-Châtillon signe le traité de Westminster du 1er mars 1353.

Édouard III reconnait Charles de Blois-Châtillon comme Duc de Bretagne.

Charles de Blois-Châtillon s'engage à verser une rançon de 300 000 écus et à ce que la Bretagne signe un traité d'alliance perpétuelle avec l'Angleterre.

L'alliance doit être scellée par le mariage de Jean IV de Bretagne avec Marguerite d'Angleterre , fille d'Édouard III d'Angleterre.

Les époux étant cousins, le mariage nécessite des lettres de dispense canonique que le pape n'accorderait qu'avec l'approbation du roi de France.

Charles de La Cerda, époux de Marguerite de Blois, la fille de Charles de Blois-Châtillon et très proche du roi de France, a son mot à dire dans cette négociation.

Il fait partie des plénipotentiaires.

Par contre Charles II le Mauvais est soigneusement tenu à l'écart des négociations.

Une paix Franco-anglaise nuirait a ses intérêts car sans la menace d'une alliance Anglo-navarraise il n'a aucune chance de faire valoir ses prétentions sur la Champagne et à fortiori sur la couronne de France.

La charge de lieutenant général en Languedoc est retirée à Charles II le Mauvais au profit de Charles de la Cerda.



Querelle entre Philippe de Navarre et Charles de La Cerda

Au printemps 1353, une empoignade oppose, Philippe de Navarre, Comte de Longueville, à Charles de la Cerda, dans les appartements du roi Jean II le Bon.

Charles de la Cerda accuse Philippe de Navarre d'être un faux-monnayeur et un menteur patenté.

Philippe de Navarre excédé tire sa dague et menace Charles de la Cerda, le favori du roi.

Jean II le Bon ramène Philippe de Navarre à la raison.

Charles de la Cerda quitte la scène sous les insultes de l'outragé qui crie vengeance.



Mort de Charles de La Cerda

Début janvier 1354, Charles de La Cerda part pour la Normandie.

Jean II le Bon a donné son accord au mariage de Jean IV de Bretagne avec Marguerite d'Angleterre.

Charles II le Mauvais décide de se saisir de la personne de Charles de La Cerda pour faire capoter les négociations.

Philippe de Navarre se rend sur ses terres de Normandie et fait surveiller Charles de La Cerda jour et nuit.

Il apprend, début janvier 1354, que Charles de La Cerda est en Normandie pour se rendre à Verneuil chez sa tante Marie de La Cerda, Comtesse d'Alençon, et qu'il va passer la nuit en la ville de L'Aigle.

Il tient l'occasion de se venger et prévient Charles II le Mauvais, son frère.

Celui-ci décide de se saisir de Charles de La Cerda qui a pour habitude de se déplacer, sous faible escorte.

Charles de La Cerda est descendu à l'auberge de la Truie-qui-File à L'Aigle.

Charles II le Mauvais charge Geoffroy d'Harcourt de recruter des hommes de main et part pour L'Aigle à la tête d'une petite troupe, accompagné par son frère Philippe de Navarre qui dirigera le coup de main.

Le 8 janvier 1354, à la tombée de la nuit, des cavaliers de Charles II le Mauvais encerclent l'auberge.

Charles II le Mauvais reste prudemment à l'écart.

Jean V d'Harcourt est présent.

Charles de La Cerda est dans sa chambre avec quelques fidèles.

Alarmé par l'arrivée de la troupe, il se précipite à la fenêtre et constate avec effroi que le piège vient de se refermer.

Un de ses valets a ouvert la porte d'entrée extérieure.

Charles de La Cerda essaye de se cacher sous le lit mais Philippe de Navarre et ses hommes le tirent de sa cachette.

Charles de La Cerda, molesté, injurié tombe à genoux et les mains jointes, supplie les Navarrais de l'épargner.

Charles II le Mauvais toujours à l'écart envoie un homme faire part de son impatience.

Le message est mal compris par Philippe de Navarre qui n'attend que cela.

Charles de La Cerda est alors tué par Jean de Soult dit Le Bascon.

Il est lardé de coups d'épées, plus de 80 plaies seront répertoriées sur son corps.

Charles II le Mauvais qui ne souhaitait que la capture du connétable, en endosse la responsabilité pour couvrir son frère Philippe.

Il justifie ce meurtre par une question d'honneur.

Charles II le Mauvais ne peut maitriser son émotion, il se pose en chef d'État.

Jean II le Bon reste prostré 4 jours à l'annonce de la mort de Charles de La Cerda.

Le roi de France fait marcher une armée sur Évreux et une autre sur la Navarre.

Charles II le Mauvais est fortement soutenu et les seigneurs normands se rangent derrière lui, les châteaux normands sont réarmés.

Charles II le Mauvais envoie Jean de Fricamp, surnommé Friquet, emprunter de l'argent à Bruges pour lever une armée.

Dès le 10 juillet 1354, la chancellerie de Charles II le Mauvais envoie des courriers demandant une aide militaire :

Allié aux Anglais, Charles II le Mauvais a les moyens de contraindre Jean II le Bon à accepter l'assassinat de son favori.


Arrestation de Charles II le Mauvais et de Jean V d'Harcourt lors du banquet de Rouen

Arrestation de Charles II le Mauvais

Arrestation de Jean V d'Harcourt

Jean II le Bon est averti des projets de partage du pays, ourdis par Charles II le Mauvais et les Anglais à Avignon, et se décide à le mettre hors d'état de nuire.

Le 5 avril 1356, Charles V le Sage, dauphin et duc de Normandie, convie en son château de Rouen toute la noblesse de la province, dont Charles II le Mauvais et Jean V d'Harcourt qui prennent place à sa table d'honneur.

La fête bat son plein lorsque surgit Jean II le Bon, coiffé d'un casque et l'épée à la main, en hurlant :

Que nul ne bouge s'il ne veut être mort de cette épée !

À ses côtés, Philippe de Valois, son frère, Louis Ier d'Anjou, son fils cadet, et ses cousins d'Artois forment une escorte menaçante.

À l'extérieur, une centaine de cavaliers en armes tiennent le château.

Jean II le Bon se dirige vers la table d'honneur, agrippe Charles II le Mauvais par le cou et l'arrache violemment de son siège en hurlant :

Traître, tu n'es pas digne de t'asseoir à la table de mon fils !

Colin Doublet, écuyer de Charles II le Mauvais, tire alors son couteau pour protéger son maître, et menace le souverain.

Il est aussitôt appréhendé par l'escorte royale qui s'empare également de Charles II le Mauvais.

Excédé par les complots de son cousin avec les Anglais, le roi laisse éclater sa colère qui couve depuis la mort de Charles de La Cerda.

Charles V le Sage, à genoux, implore Jean II le Bon de ne point le déshonorer.

Le roi se tourne vers Jean V d'Harcourt et lui assène un violent coup de masse d'armes sur l'épaule avant d'ordonner son arrestation.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !