Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



58 événements affichés, le premier en 1578 - le dernier en 1924



Naissance de Charles d'Albert

Charles d'Albert naît à Pont-Saint-Esprit le 5 août 1578, fils d'Honoré d'Albert.

Honoré d'Albert est au service d'Henri IV de France.

Charles d'Albert est d'abord page d'Henri IV de France, son parrain.



Mariage d'Hercule de Rohan-Guémené avec Madeleine de Lenoncourt

Madeleine de Lenoncourt est veuve de Louis VII de Rohan-Guémené.

Hercule de Rohan-Guémené épouse le 24 octobre 1594 Madeleine de Lenoncourt, fille d'Henri III de Lenoncourt et de Françoise de Laval . Leurs enfants sont :



Mariage de Pierre III Séguier avec Marguerite de la Guesle

Pierre III Séguier, fils de Pierre II Séguier (mort en 1602) et de Marie du Tillet (morte en 1621) épouse en août 1612 Marguerite de la Guesle, fille de Jacques de la Guesle et de Marie de Rouville. Leur enfant est :



Charles d'Albert Conseiller d'État, Gentilhomme ordinaire de la chambre, Gouverneur d'Amboise et Capitaine du château des Tuileries

Honoré d'Albert d'Ailly Lieutenant au gouvernement d'Amboise

Charles d'Albert devient favori de Louis XIII grâce à leur passion commune pour la chasse.

Le roi le fait alors conseiller d'État, Gentilhomme ordinaire de la chambre, Gouverneur de la ville et du château d'Amboise en Touraine et Capitaine du château des Tuileries.

Honoré d'Albert d'Ailly vient à la cour sous le nom de Cadenet.

Charles d'Albert son frère, lui ménage les bonnes grâces de Louis XIII qui, en 1615, fait Honoré d'Albert d'Ailly, lieutenant au gouvernement d'Amboise, dont Charles d'Albert est gouverneur.



Charles d'Albert Grand fauconnier de France

Le 30 octobre 1616, Charles d'Albert acquit la charge importante de grand fauconnier de France.


Louis XIII par Philippe de Champaigne

Mort de Concino Concini

Prise du pouvoir par Louis XIII

Exil de Marie de Médicis à Blois

Marie de Médicis et Louis XIII son fils, s'entendent mal.

Il se sent humilié par la conduite de sa mère.

Afin d'accéder au pouvoir, Louis XIII opère un coup de force.

Louis XIII ne peut arrêter Concino Concini qui dispose d'une armée personnelle de plus de 7 000 hommes (sans compter ses partisans).

Aidé de Charles d'Albert, son maître de fauconnerie, et de quelques fidèles, le roi fait assassiner Concino Concini à coups de pistolet par le baron de Vitry, Capitaine des gardes du corps, le 24 avril 1617 dans la cour du Louvre.

Concino Concini est discrètement enterré en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois.

Louis XIII remercie chaleureusement les meurtriers : Grand merci à vous, à cette heure, je suis roi !

On sait par plusieurs mémorialistes que Charles d'Albert a déconseillé au roi d'exécuter Concini et a même proposé la médiation de l'évêque de Carcassonne.

Louis XIII décide de rappeler au Conseil les conseillers d'Henri IV de France, surnommés les barbons en raison de leur grand âge.

On pout s'attendre à la reprise de la politique d'affrontement avec l'Espagne. Pourtant, la tendance est à l'époque à un rapprochement entre puissances catholiques.

Louis XIII remplace Concino Concini par son propre favori, Charles d'Albert qui cependant ne joue pas un rôle prépondérant au sein du conseil du roi.

Très rapidement Charles d'Albert accumule les titres et les fortunes. Son avancement crée des mécontentements, d'autant qu'il est un très mauvais homme d'État.

Louis XIII exile Marie de Médicis à Blois. Catherine de Clèves partage l'exil de celle-ci.

Richelieu se trouvant alors du mauvais côté doit suivre la reine mère à Blois puis Richelieu est confiné dans son évêché.

Henriette-Marie de France est séparée de Marie de Médicis, sa mère entre 1617 et 1620.

Partisan d'une monarchie très modérée qui aurait laissé une large place aux Grands, Charles Ier de Lorraine fait preuve d'une fidélité moindre après la prise du pouvoir par Louis XIII.


Marie Aimée de Rohan

Mariage de Charles d'Albert avec Marie Aimée de Rohan

Charles d'Albert, Marquis d'Albert, épouse le 11 septembre 1617 Marie Aimée de Rohan, fille d'Hercule de Rohan-Guémené et de Madeleine de Lenoncourt. Leur enfant est :

Charles d'Albert initie son épouse à la politique de l'époque qui se compose surtout d'intrigue et d'audace. Il engage Marie Aimée de Rohan à gagner les bonnes grâces de la reine et du roi.



Mort de Léonora Dori

Léonora Dori est jugée pour sorcellerie (juiverie).

Léonora Dori meurt exécutée le 8 juillet 1617 décapitée puis brûlée en place de Grève à Paris.

Les biens du couple Concini, notamment le château de Lésigny et l'hôtel parisien de la rue de Tournon, sont confisqués et donnés à Charles d'Albert.

Charles d'Albert continue les embellissements du château de Lésigny, notamment pour les jardins et les pièces d'eau.

Il décore une chambre en l'honneur du roi.

On note plusieurs visites de Louis XIII.



Actions de Charles d'Albert pour rapprocher Louis XIII d'Anne d'Autriche

Conscient du problème diplomatique et dynastique que cause l'indifférence de Louis XIII à l'égard d'Anne d'Autriche, Charles d'Albert, tente par tous les moyens d'y remédier.

Il fait chasser la cour espagnole d'Anne d'Autriche et fait remplacer les dames d'atours espagnoles par des françaises dont Louise-Marguerite de Lorraine, et Marie Aimée de Rohan.

Le duc organise des rendez-vous intimes entre Anne d'Autriche et Louis XIII.

Sous l'influence de Marie Aimée de Rohan, la reine commence à s'habiller et à se comporter comme une française. On lui fait porter des décolletés.


Christine-Marie de France

Mariage de Victor-Amédée Ier de Savoie avec Christine-Marie de France

Charles d'Albert conseille à Louis XIII ce mariage.

Le contrat de mariage est signé le 11 janvier 1619.

Victor-Amédée Ier de Savoie épouse à Paris le 10 février 1619 Christine-Marie de France. Leurs enfants sont :

Victor-Amédée Ier de Savoie devient ainsi le beau-frère de Louis XIII de France, de Philippe IV d'Espagne et de Charles Ier Stuart.


Traité d'Angoulême - par Peter Paul Rubens (1577–1640) - peint entre 1621 et 1625 - Musée du Louvre

Première guerre de Marie de Médicis contre Louis XIII

Traité d'Angoulême

Le 22 février 1619, Marie de Médicis, s'échappe du château de Blois et lève une armée, déclenchant une guerre civile contre Louis XIII, son fils.

Charles Ier de Lorraine cautionne l'évasion de Marie de Médicis.

La fidélité de Jean-Louis de Nogaret à la régente semble indéfectible. Jean-Louis de Nogaret prend les armes pour la soutenir jusqu'à ce qu'elle soit réintroduite à la cour.

Charles d'Albert conseille au roi le rappel de Richelieu pour inciter la reine-mère à négocier.

En mars-avril 1619, François de la Rochefoucauld, Philippe de Béthune et Pierre de Bérulle, participent aux négociations entre Marie de Médicis, réfugiée à Angoulême auprès de Jean-Louis de Nogaret, et Louis XIII, son fils.

Le Traité d'Angoulême du 30 avril 1619, négocié par Richelieu, signé le 30 juillet 1619, réconcilie officiellement le fils et la mère.

Louis XIII cède à Marie de Médicis les villes d'Angers et de Chinon, mais lui interdit de revenir au conseil.

Il ne s'agit pas d'une reculade de Louis XIII dont l'armée est à quelques lieues d'Angoulême, mais d'une volonté de réconciliation.


Charles d'Albert - par Moncornet

Charles d'Albert Connétable de France

Charles d'Albert Duc de Luynes

Charles d'Albert Premier gentilhomme de la Chambre

Charles d'Albert Pair de France

François V de Bonne qui aurait du devenir Connétable de France refuse d'abjurer sa foi protestante.

Charles d'Albert est alors nommé Connétable de France. Il devient le 1er Duc de Luynes, Premier gentilhomme de la Chambre, et Pair de France en 1619.

Le Duché-Pairie de Luynes est érigé à partir du Comté de Maillé et de ses dépendances, lui même constitué à partir de la Baronnie de Maillé et de la Seigneurie de Rochecorbon.


Anne d'Autriche - portrait des années 1620

Rapprochement de Louis XIII et d'Anne d'Autriche

Au printemps 1619, Charles d'Albert finit par forcer le roi à coucher avec la reine.

À partir de ce moment, les relations entre Anne et Louis XIII ne cesseront de s'améliorer. L'amour que porte le roi pour Anne d'Autriche s'intensifie au point qu'il est au bord du désespoir lorsque Anne tombe gravement malade.



Libération d'Henri II de Bourbon-Condé et de Charlotte-Marguerite de Montmorency

En novembre 1619, Henri II de Bourbon-Condé et de Charlotte-Marguerite de Montmorency, précédemment emprisonné par Marie de Médicis, sont libérés.

Cela irrite Marie de Médicis et l'incite à tenir sa cour à Angers plutôt que de revenir à Paris.

Dans le même temps, Charles d'Albert mécontente les Protestants en ne s'opposant pas au retour des Jésuites à Paris.


Réconciliation de Marie de Médicis et Louis XIII - par Rubens - au palais du Luxembourg

Deuxième guerre entre Marie de Médicis et Louis XIII

Prise de Rouen

Siège du château de Caen

Bataille des Ponts-de-Cé

Traité d'Angers

Construction du Palais du Luxembourg

Une faction de grands seigneurs opposés au retour en grâce d'Henri II de Bourbon-Condé se forme autour de Marie de Médicis.

De la Normandie au Languedoc, ils arment leurs places fortes au nom de la reine mère :

Le 4 juillet 1620, Louis XIII prend le parti de la guerre.

Entre le 7 juillet et le 7 août 1620, Louis XIII mène lui-même l'armée royale.

Louis XIII reprend Rouen le 10 juillet 1620.

Henri II de Valois-Longueville, Gouverneur de Normandie, prend le parti de Marie de Médicis.

Le capitaine Prudent, fidèle au gouverneur qui lui a confié le commandant du château, braque les canons sur la ville qui demande au roi d'intervenir.

Du 14 ou 17 juillet 1620, Louis XIII, assisté par César de Choiseul du Plessis-Praslin, assiège le château qui finit par se rendre.

Jacques Rouxel suit sa véritable vocation, le métier des armes. Jacques Rouxel fait ses premières armes au siège de Caen.

Certains proposent alors de faire raser le château, mais le roi préfère garder la forteresse malgré son faible intérêt militaire. C'est le dernier fait d'armes important dans lequel le château joue un rôle direct.

Henri de Gondi participe à la bataille des Ponts-de-Cé du côté de Marie de Médicis le 7 août 1620. Il fait défection, entraînant avec lui ses 1 500 hommes ; l'armée amputée d'un tiers de ses hommes ne peut résister à l'assaut des troupes de Louis XIII qui écrasent l'armée de Marie de Médicis.

Charles d'Albert ne participe à aucun de ces affrontements.

Charles d'Albert favorise à nouveau la réconciliation entre la mère et le fils.

Par crainte de voir sa mère poursuivre des complots, tant qu'elle reste en exil, Louis XIII accepte son retour à la cour de France, et se réconcilie avec elle.

Richelieu qui fait conclure le traité d'Angers acquiert une réputation de fin négociateur.

Marie de Médicis revient alors à Paris, où elle s'attache à la Construction de son Palais du Luxembourg.



Mariage d'Honoré d'Albert d'Ailly avec Claire Charlotte Eugénie d'Ailly

Honoré d'Albert épouse la riche héritière de la maison d'Ailly, à la condition que lui et sa postérité prendront le nom, les armes et le cri de la maison d'Ailly.

Honoré d'Albert d'Ailly épouse le 13 ou le 14 janvier 1620 Claire Charlotte Eugénie d'Ailly (vers 1600-1681), Comtesse de Chaulnes. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis-Charles d'Albert

Louis-Charles d'Albert naît au Louvre le 25 décembre 1620, fils de Charles d'Albert et de Marie Aimée de Rohan. Louis XIII est son parrain.



Siège de Montauban

Blessure de Louis de Marillac

Mort d'Emmanuel Philibert des Prez

Siège de Montheurt

Rattachement du Béarn et de la Navarre au Royaume de France

Mort de Charles d'Albert Duc de Luynes

Louis-Charles d'Albert Duc de Luynes

Honoré d'Albert d'Ailly Gouverneur d'Amiens

Henri II de Rohan, chef protestant, défend Montauban.

Le 17 août 1621, Louis XIII et le connétable Charles d'Albert installent leur quartier général près de Moissac, dans le château de Piquecos d'où ils dirigent le siège de Montauban.

Honoré d'Albert d'Ailly sert aux sièges de Montauban.

Jean de Saint-Bonnet participe au siège de Montauban.

Louis de Marillac sert en qualité de maréchal de camp à ce siège où il est blessé.

Maximilien de Béthune intervient dans les luttes entre les protestants français et la royauté lors de ce siège.

Emmanuel Philibert des Prez meurt lors de ce siège.

La prise des villages alentour ayant été accomplie, le siège de la citadelle peut commencer.

Les protestants montalbanais mettent en place une défense acharnée de la ville, motivée par la foi religieuse. Ils disposent de vivres abondantes, et sont commandés par :

Espérant une reddition rapide, Louis XIII ordonne une nuit de septembre 1621 de faire tirer simultanément 400 coups de canon sur la ville. Mais cela ne vient pas à bout de la défense montalbanaise. Les arrières de l'armée royale sont de plus harcelés par Henri II de Rohan.

Henri de Schomberg dirige l'artillerie royale lors du siège de Montauban.

Louis XIII échoue en grande partie du fait de l'incompétence de Charles d'Albert et se voit contraint de lever le siège le 6 novembre 1621.

Le Béarn et la Navarre sont rattachés au Royaume.

Charles d'Albert meurt de la scarlatine durant le siège de Montheurt, alors qu'il est déjà tombé en disgrâce.

Honoré d'Albert d'Ailly, son frère, obtient le gouvernement des villes et citadelle d'Amiens.

Louis-Charles d'Albert, son fils, devient 2e Duc de Luynes.


Marie Aimée de Rohan - Duchesse de Chevreuse en Diane chasseresse - Portrait attribué à Claude Deruet

Mariage de Claude de Lorraine avec Marie Aimée de Rohan

Marie Aimée de Rohan Duchesse de Chevreuse

Marie Aimée de Rohan est veuve de Charles d'Albert.

Claude de Lorraine, Duc de Chevreuse, épouse le 19 ou le 21 avril 1622 Marie Aimée de Rohan, fille d'Hercule de Rohan-Guémené et de Madeleine de Lenoncourt. Leurs enfants sont :

Marie Aimée de Rohan devient par ce mariage Duchesse de Chevreuse.

Sans grand relief, Claude de Lorraine saura garder ses distances vis-à-vis des complots menés par sa femme.



Naissance de Charles d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly naît en 1625, fils d'Honoré d'Albert d'Ailly et de Claire Charlotte Eugénie d'Ailly.



Louis-Charles d'Albert Pair de France

Louis-Charles d'Albert de Luynes est reçu au Parlement en qualité de pair de France le 24 novembre 1639.


Siège d'Arras - Arrivée du convoi et la reddition - Estampe

Siège d'Arras

Louis II de Vendôme blessé

En 1640, Honoré d'Albert d'Ailly et Gaspard III de Coligny font le siège d'Arras.

Antoine d'Aumont de Rochebaron sert lors de ce siège.

Louis-Charles d'Albert, Mestre de camp, se distingue à la tête de son régiment attaqué par les Espagnols devant Arras le 2 août 1640.

Arras se rend le 10 août 1640.

Honoré d'Albert d'Ailly ne servira plus après cette campagne.

Louis II de Vendôme a d'abord une carrière militaire et sert comme volontaire de 1630 à 1640.

Louis II de Vendôme est blessé lors de ce siège.



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Louise Marie Séguier

Louis-Charles d'Albert épouse le dimanche 23 septembre 1641 Louise Marie Séguier (1624-13 septembre 1651), Marquise d'O. Parmi leurs 9 enfants citons :



Louis-Charles d'Albert Grand fauconnier

Le 6 janvier 1643 Louis-Charles d'Albert est pourvu de la charge de grand fauconnier.



Naissance de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly naît en 1645 ou en 1646, fils de Louis-Charles d'Albert et de Louise Marie Séguier.



Mort d'Henri Louis d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly Duc de Chaulnes

Henri Louis d'Albert d'Ailly meurt en 1653.

Charles d'Albert d'Ailly, son frère, devient Duc de Chaulnes.



Charles d'Albert d'Ailly Lieutenant général des armées

Charles d'Albert d'Ailly devient Lieutenant général des armées en 1655.



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Anne de Rohan-Montbazon

Louis-Charles d'Albert est veuf de Louise Marie Séguier.

Louis-Charles d'Albert épouse le 4 septembre 1661 Anne de Rohan-Montbazon.

Parmi leurs 7 enfants, citons :



Louis-Charles d'Albert Chevalier des ordres du Roi

Louis-Charles d'Albert est reçu chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1661.



Charles d'Albert d'Ailly Chevalier des ordres du roi

Charles d'Albert d'Ailly est nommé chevalier des ordres du roi en 1661.



Baptême de Marie-Anne d'Albert

Marie-Anne d'Albert est la fille de Louis-Charles d'Albert et d'Anne de Rohan-Montbazon.

Marie-Anne d'Albert est baptisée le 7 mars 1663.



Charles d'Albert d'Ailly Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde du roi

Charles d'Albert d'Ailly est Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde du roi en 1664.



Mariage de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly avec Jeanne Marie Thérèse Colbert

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly épouse le 3 février 1667 Jeanne Marie Thérèse Colbert, fille de Jean-Baptiste Colbert et de Marie Charron de Menars. Leurs enfants sont :


Clément IX

Mort d'Alexandre VII

Clément IX Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Alexandre VII meurt le 22 mai 1667.

Alexandre VII entérine la condamnation du jansénisme prononcée par Innocent X et met les Provinciales de Pascal à l'Index.

Alexandre VII cherche à contenir l'expansion du protestantisme en Italie et en Angleterre.

Alexandre VII crée le vicariat apostolique de la Nouvelle-France.

Alexandre VII termine les travaux de la place Saint-Pierre avec la colonnade du Bernin.

Jean-François Paul de Gondi prend part au conclave qui dure de 18 jours.

Rinaldo d'Este participe à ce conclave.

Giulio Rospigliosi est élu pape à l'unanimité le 20 ou le 26 juin 1667 sous le nom de Clément IX (en latin Clemens IX, en italien Clemente IX).

Rien de remarquable ne se produisit sous son court pontificat si ce n'est l'apaisement temporaire de la querelle entre le Saint-Siège et les prélats de l'Église de France qui avaient refusé de participer à la condamnation des écrits de Jansénius.

Charles d'Albert d'Ailly est ambassadeur à Rome pour l'élection du pape Clément IX.



Naissance d'Honoré-Charles d'Albert

Honoré-Charles d'Albert naît en 1669, fils de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne-Marie Colbert.



Naissance d'Honoré-Charles d'Albert

Honoré-Charles d'Albert naît le 6 décembre 1669, fils de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert.


Charles d'Albert d'Ailly par Robert Nanteuil - 1676

Charles d'Albert d'Ailly Gouverneur de Bretagne

Charles d'Albert d'Ailly est nommé Gouverneur de Bretagne en 1670.


Clément X

Clément X Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Jean-François Paul de Gondi prend part au conclave.

Rinaldo d'Este participe à ce conclave.

Emilio Altieri est élu Pape le 29 avril 1670 sous le nom de Clément X, en latin Clemens X, en italien Clemente X.

Il est intronisé le 11 mai 1670.

Charles d'Albert d'Ailly retourne à Rome pour l'élection du pape Clément X.



Naissance de Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes

Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes naît en 1670, fille de Louis-Charles d'Albert et d'Anne de Rohan-Montbazon.



Charles d'Albert d'Ailly Ministre plénipotentiaire de Louis XIV

Charles d'Albert d'Ailly est envoyé comme ministre plénipotentiaire de Louis XIV à Cologne en 1675.



Révolte du Papier timbré et des Bonnets rouges

Charles d'Albert d'Ailly, commandant en chef en Bretagne, ne peut endiguer la révolte du Papier timbré et des Bonnets rouges en 1675.

Charles d'Albert d'Ailly demande l'intervention des armées du roi et la punition des factieux.

La violence des armées lui aliène ses derniers alliés nobles bretons et lui vaut le surnom de "gros cochon" qui lui était donné publiquement par le petit peuple.



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Marguerite d'Aligre

Louis-Charles d'Albert est veuf d'Anne de Rohan-Montbazon.

Louis-Charles d'Albert épouse le 23 juillet 1685 Marguerite d'Aligre (1641-Paris le 26 septembre 1722).


Alexandre VIII

Alexandre VIII Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Presque octogénaire, Pierre Ottoboni est élu pape le 6 octobre 1689 sous le nom d'Alexandre VIII, en latin Alexander VIII en italien Alessandro VIII.

Louis XIV contribue à le faire élire.

Il est intronisé le 16 octobre 1689.

Charles d'Albert d'Ailly se rend la troisième fois, comme ambassadeur à Rome pour l'élection d'Alexandre VIII.

Guillaume-Egon de Fürstenberg participe à ce conclave.


Coupe du brûlot anglais lancé sur Saint-Malo

Raid sur Saint-Malo

Le 26 novembre 1693, une flotte anglo-hollandaise de 30 à 40 voiles apparaît au large du cap Fréhel.

Après avoir bombardé le fort La Latte et l'archipel des Ébihens, elle vient mouiller devant Saint-Malo.

Cette flotte comprend :

Cette flotte est commandée par :

Le 27 novembre 1693, les Anglais paraissent à la pointe du jour et s'emparent du fort de la Conchée, encore inachevé.

Ils font prisonniers 30 ou 40 maçons qui travaillent alors sur l'édifice et brûlent une remise dans laquelle ces derniers rangent leurs outils.

Des bombes sont tirées par les Français depuis le fort Royal et la ville, empêchant la flotte de s'approcher comme elle avait pu le faire la veille.

Un des boulets coupe le mât d'une galiote alors qu'un autre fracasse la proue d'une seconde.

Les tirs anglais reprennent à 21 h (seules 22 bombes sont tirées).

Les tirs anglais reprennent à nouveau à 5 h le 28 novembre 1693.

Les dégâts causés par ces bombardements sont minimes… sur les 50 à 60 bombes tirées au petit matin, seule une vingtaine atteint la ville.

Une maison est touchée, sans prendre feu, quelques toitures sont endommagées et des vitres brisées.

Le 28 novembre 1693 au matin, le navire corsaire malouin Le Maupertuis, paraît à la pointe du cap Fréhel avec une prise hollandaise L'Isabelle, de 300 tonneaux et 21 canons.

L'escadre anglaise tente, en arborant le pavillon blanc, couleur du pavillon français, d'arraisonner le malouin qui parvient à s'échapper en abandonnant malgré tout sa prise, qui est moins bonne marcheuse.

Le 28 novembre 1693, Charles d'Albert d'Ailly, gouverneur de Bretagne, et M. l'Intendant arrivent à Saint-Malo accompagnés de plusieurs membres de la noblesse afin d'organiser la défense de la ville.

Deux chefs d'escadre, Alain Emmanuel de Coëtlogon et le marquis d'Infreville, qui se trouvent à proximité de Saint-Malo se rendent également sur place accompagnés d'une vingtaine d'officiers, la plupart capitaines de vaisseau.

Un grand nombre de canonniers et d'officiers d'artillerie sont également appelés en renfort par Charles d'Albert d'Ailly.

Le 28 novembre 1693, les Anglais débarquent sur l'île de Cézembre sur laquelle il ne reste, dans le monastère, qu'un père et deux frères récollets, les autres s'étant réfugiés à Saint-Servan.

Le soir, Charles Henri de Sainte-Maure est envoyé en reconnaissance à bord d'une chaloupe et s'approche très près de la flotte ennemie.

Pendant la nuit du 28 novembre 1693, plusieurs chaloupes anglaises viennent reconnaître les rochers entourant la ville.

Le 29 novembre 1693, vers 6 h, commence un bombardement inoffensif pour la cité.

Les Anglais bombardent le Fort Royal.

À la nuit tombée, ils lancent la machine infernale, laquelle doit aller se cramponner au mur de la ville, près du château, et renverser, incendier par son explosion toute la cité.

L'objectif défini par Guillaume III d'Orange-Nassau est la Tour Bidouane qui sert alors de poudrière à Saint-Malo.

Ce navire arrive sans obstacle jusqu'à cinquante pas de la muraille, sans que personne ne le voit ni n'essaye de l'arrêter.

Mais tandis qu'il longe la ligne des roches qui va du Fort Royal au Fort de la Reine, un violent coup de vent d'ouest s'abat sur le navire et le précipite sur un écueil, nommé par la suite les roches aux Anglais ou le Rocher de Gros Malo à l'ouest de la ville fortifiée, et s'ouvre par le fond.

Pressé par la circonstance, l'ingénieur y met le feu.

L'effet est loin d'être complet, parce que les poudres ont commencé à se mouiller, et que, le brûlot est incliné vers le large, les carcasses ne tombent pas sur la ville.

Le feu mis avec précipitation produit une explosion épouvantable, les maisons en sont secouées à 2 lieues à la ronde, tout le ciel pendant quelques minutes flambe comme une monstrueuse fournaise.

Une pluie de projectiles tombe sur la ville.

Les dégâts matériels sont importants, toutes les vitres de la ville volent en éclats et les ardoises de 300 maisons sont arrachées, mais pas un mur n'est renversé, et pas un homme tué.

Seul le cabestan, pesant 2 milliers, est lancé dans la place, et écrase une maison.

Les seules victimes sur terre sont un chat et deux chiens.

Une rue est appelée Rue du Chat qui Danse dans la vieille ville de Saint-Malo en référence à cet épisode et à l'unique chat qui aurait reçu une braise sur la queue après l'explosion du brûlot.

Les Anglais ont 5 ou 6 morts à déplorer : les hommes chargés de conduire la machine infernale, qui n'ont pu s'enfuir à temps et dont la chaloupe a sombré sous les montagnes d'eau soulevées par l'explosion.

Malgré l'échec du plan initial, des dommages considérables sont infligés et les forces commandées par John Benbow s'emparent du fort de La Conchée, emportant l'artillerie et les prisonniers à Guernesey.

John Benbow, insatisfait du résultat de la campagne, fait passer le capitaine Henry Tourville en cour martiale, l'accusant de couardise pour n'avoir pas amené ses navires plus près de Saint-Malo.

Ce dernier n'est cependant pas condamné, et il s'avère que ses mortiers étaient défectueux.



Mariage d'Honoré-Charles d'Albert avec Marie Anne Jeanne de Courcillon

Honoré-Charles d'Albert épouse le 18 février 1694 Marie Anne Jeanne de Courcillon (1671-1718), fille du mémorialiste Philippe de Courcillon, Marquis de Dangeau. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles Philippe d'Albert

Charles Philippe d'Albert naît en 1695, fils d'Honoré-Charles d'Albert et de Marie Anne Jeanne de Courcillon.



Louis-Alexandre de Bourbon Gouverneur de Bretagne

Charles d'Albert d'Ailly Gouverneur de Guyenne

Charles d'Albert d'Ailly et Louis-Alexandre de Bourbon échangent le gouvernement de Guyenne contre celui de Bretagne en mars 1695.



Honoré-Charles d'Albert Brigadier des armées du roi

En janvier 1696, Honoré-Charles d'Albert devient Brigadier des armées du roi.



Mort de Charles d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly meurt le 4 septembre 1698.



Mort de Louis-Charles d'Albert

Louis-Charles d'Albert meurt à Paris le 20 octobre 1699. Il est inhumé dans l'église de l'hôpital de Luynes qu'il a fondé.

Louis-Charles d'Albert vit longtemps en intimité avec les Solitaires de Port-Royal, participe à la traduction du Nouveau Testament et écrivit plusieurs ouvrages de morale et de piété.

Louis-Charles d'Albert est le premier traducteur en français de l'œuvre en latin de Descartes.



Honoré-Charles d'Albert Lieutenant de la compagnie des 200 chevaux légers de la Garde ordinaire du roi

En janvier 1702, Honoré-Charles d'Albert devient Lieutenant de la compagnie des 200 chevaux légers de la Garde ordinaire du roi.



Naissance de Paul d'Albert de Luynes

Paul d'Albert de Luynes naît à Versailles le 5 janvier 1703, fils de d'Honoré-Charles d'Albert et de Marie Anne Jeanne de Courcillon.



Mort d'Honoré-Charles d'Albert

Honoré-Charles d'Albert meurt en 1704.



Mort d'Honoré-Charles d'Albert Duc de Montfort, Comte de Tours

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Lieutenant de la compagnie des 200 chevau-légers de la garde ordinaire du Roi

Honoré-Charles d'Albert est sous le commandement de François de Neufville

Le 13 septembre 1704, Honoré-Charles d'Albert revient d'escorter un convoi d'argent qu'il a fait entrer dans Landau.

Il rencontre l'ennemi près de Belliken et l'attaque.

Honoré-Charles d'Albert reçoit un coup de pistolet dans les reins.

Il est porté au quartier général de Langkandal.

Honoré-Charles d'Albert y meurt deux heures plus tard.

Le 2 novembre 1704, Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est pourvu, de la charge de lieutenant de la compagnie des 200 chevaux-légers de la garde ordinaire du Roi, vacante par la mort de Honoré-Charles d'Albert, son frère.



Naissance d'Honoré Charles d'Albert

Honoré Charles d'Albert naît en 1868, fils de Charles Honoré Emmanuel d'Albert.



Mort de Charles Honoré Emmanuel d'Albert

Honoré Charles d'Albert Duc de Luynes

Charles Honoré Emmanuel d'Albert meurt en 1870.

Honoré Charles d'Albert devient 10e Duc de Luynes.



Naissance de Philippe d'Albert

Philippe d'Albert naît en 1905, fils d'Honoré Charles d'Albert.



Mort d'Honoré Charles d'Albert

Philippe d'Albert Duc de Luynes

Honoré Charles d'Albert meurt en 1924.

Philippe d'Albert devient 11e Duc de Luynes.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !