Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



46 événements affichés, le premier en 1747 - le dernier en 1851



Mariage de Louis-Ferdinand de France avec Marie-Josèphe de Saxe

Louis-Ferdinand de France est veuf de Marie-Thérèse-Raphaëlle d'Espagne. La raison d'état oblige Louis-Ferdinand de France à avoir des enfants mâles aptes à accéder au trône.

Louis-Ferdinand de France épouse à Versailles le 9 février 1747 Marie-Josèphe de Saxe, fille de Frédéric-Auguste II de Saxe et de Marie-Josèphe d'Autriche. Leurs enfants sont :

Louis-Ferdinand de France, toujours attaché à Marie-Thérèse-Raphaëlle d'Espagne, ne montre d'abord à la jeune princesse allemande que froideur voire mépris.

Mais Marie-Josèphe de Saxe est une femme d'un esprit supérieur et est soutenue par ses belles-sœurs.

Anne-Henriette de France se prend d'affection pour Marie-Josèphe de Saxe et, avec succès, s'emploie à faire changer les sentiments de Louis-Ferdinand de France, son frère.

Conseillée par son oncle le Maréchal de Saxe, Marie-Josèphe de Saxe apprivoise son mari, modère ses excès de dévotion et de rigueur morale tout en étant elle-même très pieuse. Leur couple sera finalement très uni.


Marie Antoinette Ferdinande d'Espagne

Mariage de Victor-Amédée III de Savoie avec Marie Antoinette Ferdinande d'Espagne

Afin de consolider le traité d'Aix-la-Chapelle, Ferdinand VI d'Espagne marie sa sœur.

Victor-Amédée III de Savoie épouse à Oulx près de Turin le 31 mai 1750 Marie Antoinette Ferdinande d'Espagne (1729-1785), fille de Philippe V d'Espagne et d'Élisabeth Farnèse, Princesse de Parme. Leurs enfants sont :

Après son mariage, elle vit dans son pays adoptif et demeure au Palais royal de Turin. C'est là que naissent la plupart de ses enfants.



Naissance de Charles X de France

Charles-Philippe ou Charles X de France naît au château de Versailles le 9 octobre 1757, fils de Louis-Ferdinand de France et de Marie-Josèphe de Saxe.

Il est titré Petit-fils de France et Comte d'Artois, en mémoire de Robert de France, Comte d'Artois, frère de Saint-Louis.



Mort de Louis de France

Louis de France, Duc de Bourgogne, fils aîné de Louis-Ferdinand de France, enfant précoce et prometteur, meurt en 1761.

Cela cause à Louis-Ferdinand de France un immense chagrin. Il ne reporte pas son affection sur Louis-Auguste de France, son fils suivant le futur Louis XVI mais sur Louis-Stanislas, le cadet, plus ouvert et spirituel, le futur Louis XVIII.

Marie Louise de Bourbon-Parme est alors promise à Charles IV d'Espagne.

Jean-Gilles du Coëtlosquet est nommé précepteur des frères de Louis de France :



Baptême de Charles X de France

Charles X de France est baptisé le 22 octobre 1763.

Sa marraine est Sophie-Philippine de France, sa tante, et son parrain est Charles III d'Espagne.



Charles X de France Colonel général des Suisses et Grisons

En 1772, Charles X de France est colonel général des Suisses et Grisons.


Marie-Thérèse de Sardaigne - par Jean-Baptiste-André Gautier d'Agoty - 1775

Mariage de Charles X de France avec Marie-Thérèse de Sardaigne

Marie-Thérèse de Sardaigne arrive au château de Fontainebleau le 14 novembre 1773.

Charles X de France épouse au château de Versailles le 16 novembre 1773 Marie-Thérèse de Sardaigne. Leurs enfants sont :

Ils sont les derniers Bourbon en ligne directe.

Les noces ne semblent convenir à aucun des deux intéressés. Charles devait épouser sa cousine Mademoiselle de Condé. Marie-Thérèse reste muette et lasse durant toutes les fêtes. Elle ne sera pas aimée à la Cour.



Naissance de Louis-Antoine de France

Louis-Antoine de France ou d'Artois naît en 1775, fils de Charles X de France et de Marie-Thérèse de Sardaigne.



Pierre François Michel Garde du corps de Charles X de France

Pierre François Michel s'engage en 1775 dans les gardes du corps de Charles X de France.


Louis XVI en costume de sacre

Sacre de Louis XVI

Gaspard de Clermont-Tonnerre Duc et Pair de France

Jean-François-Joseph de Rochechouart, pair du royaume, et l'évêque de Beauvais cherchent le roi pour le conduire à la cathédrale.

Louis XVI est sacré en la cathédrale de Reims le 11 juin 1775.

Il est organisé par Gaspard-Louis Rouillé d'Orfeuil.

Charles X de France assiste au sacre de son frère.

Il représente Louis XVII, Duc de Normandie et Pair du Royaume.

Gaspard de Clermont-Tonnerre en sa qualité de doyen des maréchaux du royaume, a l'honneur de tenir pendant la cérémonie, comme il est d'usage, Joyeuse, l'épée de Charlemagne.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord assiste à ce sacre.

Alexandre-Angélique de Talleyrand-Périgord, son oncle, y assiste comme coadjuteur de l'évêque consécrateur.

Charles-Daniel de Talleyrand-Périgord, son père, y assiste comme otage de la sainte Ampoule.

Jean-Louis-Roger de Rochechouart est l'un des 4 otages de la Sainte Ampoule.

Louis XVI, à cette occasion, élève Gaspard de Clermont-Tonnerre à la dignité de Duc et de Pair de France.

Jean-Louis-Roger de Rochechouart est reçu chevalier des ordres du roi en 1775.



Charles X de France Duc de Berry

Charles X de France devient Duc de Berry en 1776.



Naissance de Charles Ferdinand d'Artois

Charles Ferdinand d'Artois Duc de Berry

Charles Ferdinand d'Artois naît Versailles le 24 janvier 1778, fils de Charles X de France et de Marie-Thérèse de Sardaigne.

Charles Ferdinand d'Artois est fait Duc de Berry à sa naissance.



Duel entre Louis VI Henri Joseph de Bourbon-Condé et Charles X de France

En 1779, à l'occasion d'un bal masqué, une altercation a lieu entre Louise Marie Thérèse Bathilde d'Orléans et Charles X de France, frère du Roi.

Pour venger l'insulte, Louis VI Henri Joseph de Bourbon-Condé se bat en duel au bois de Boulogne avec son cousin.



Mort de Louis César de La Baume Le Blanc

Louis César de La Baume Le Blanc meurt le samedi 16 ou 18 novembre 1780.

Louis César de La Baume Le Blanc a laissé son nom à une teinte de maroquin, de nuance feuille morte.

Il a apparemment piètre réputation. On lit dans les Mémoires secrets de Bachaumont :

C'était un des seigneurs les plus corrompus de la vieille cour, ami du feu roi et voué à toutes ses maîtresses.

Il mérite cependant qu'on conserve son nom à la postérité comme auteur distingué, comme protecteur des lettres et même comme faiseur.

Il avait vendu une fois sa bibliothèque très renommée alors pour les manuscrits.

Il s'en était composé une autre d'un nouveau genre, fort précieuse encore ; il avait des tableaux et, moderne Lucullus, il possédait des jardins délicieux, comme ce Romain.

Louis César de La Baume Le Blanc est connu comme l'un des plus grands bibliophiles du XVIIIe siècle.

Avec l'aide de son bibliothécaire, l'abbé Rive, Louis César de La Baume Le Blanc achète des bibliothèques entières et revend les ouvrages qu'il a en double.

Louis César de La Baume Le Blanc achète aux ventes les plus célèbres de son temps :

La bibliothèque de Louis César de La Baume Le Blanc est vendue en 3 vacations en 1767, 1783 et 1788.

Une partie en a été acquise par Charles X de France et incorporée au fonds de la bibliothèque de l'Arsenal.



Liaison de Charles X de France avec Louise d'Esparbès de Lussan

Charles X de France a une liaison avec Louise d'Esparbès de Lussan.



Cession du château de Vauréal

En 1786, Louis François Joseph de Bourbon-Conti cède le château de Vauréal à Adélaïde de Galard de Brassac de Béarn (1739-1829).

Adélaïde de Galard de Brassac de Béarn est veuve du marquis Bertrand Nompar de Caumont (1724-1773).

Elle est surintendante de la maison des enfants de Charles X de France.



Assemblée des notables à Versailles

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï à l'assemblée des notables

Débat entre Charles-Alexandre de Calonne et Jacques Necker

Étienne-Charles de Loménie Contrôleur général des finances

Exil du Parlement de Paris à Troyes

L'Assemblée des notables, dont les membres sont nommés par le Roi, comprend :

soit au total 147 personnes.

Philippe de Noailles et Charles Eugène Gabriel de La Croix sont membres de cette Assemblée des notables.

Composée de propriétaires, elle est très majoritairement hostile aux réformes projetées.

La première Assemblée des Notables est prévue le 29 janvier 1787.

En raison d'une indisposition de Charles-Alexandre de Calonne, l'Assemblée ne tient sa première réunion dans l'hôtel des Menus-Plaisirs de Versailles que le 22 février 1787.

Ce délai laisse à l'opposition tout le temps de s'organiser.

L'assemblée constitue 7 bureaux pour examiner le plan du ministre.

Un seul bureau l'approuve, celui que préside Charles X de France.

Le premier bureau, présidé par Louis XVIII, le déclare inconstitutionnel.

Les autres, sans rejeter les réformes, les déclarent inapplicables, et présentent des contre-propositions qui les dénaturent.

Tous feignent de découvrir l'ampleur du déficit et s'en insurgent à plaisir.

Charles-Alexandre de Calonne, irrité, fait imprimer ses rapports, ce qui achève de lui aliéner la Cour.

De tous les partis, c'est le clergé qui se montre le plus virulent.

Les gazetiers et les libellistes, de leur côté, raillent l'assemblée des notables, accusée d'être à la solde du pouvoir, piquant l'amour-propre de certains députés, encouragés dès lors à faire preuve d'indépendance.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti n'y joue qu'un rôle relativement effacé, mais insiste sur le délabrement des finances du royaume. Ses interventions montrent qu'il pressent la gravité de la crise que traverse la monarchie.

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est appelé à siéger à l'assemblée des notables. Il s'y fait remarquer par son éloquence.

Devant l'Assemblée des notables, Charles-Alexandre de Calonne accuse Jacques Necker d'avoir trompé l'opinion en publiant de faux renseignements dans son Compte-rendu au Roi : selon lui les comptes de l'année 1781, loin de révéler un excédent, comme Jacques Necker l'avait affirmé, accusaient en réalité un déficit de 50 millions.

Jacques Necker réplique en contestant les chiffres de Charles-Alexandre de Calonne. Cette réponse lui vaut d'être exilé hors de Paris et est à l'origine d'un vif débat public entre les deux hommes.

Charles-Alexandre de Calonne soutenu simplement par Charles X de France et le clan Polignac, haï par Marie-Antoinette d'Autriche est lâché par Louis XVI le 10 avril 1787.

Étienne-Charles de Loménie est nommé président de l'Assemblée des notables, et c'est en cette qualité qu'il attaque la politique fiscale de Charles-Alexandre de Calonne.

Étienne-Charles de Loménie succède comme contrôleur général des finances, le 1er mai 1787, avec l'appui de la reine Marie-Antoinette.

L'Assemblée des Notables est remerciée le 25 mai 1787.

Loménie de Brienne reprend une partie du programme Charles-Alexandre de Calonne, corrigé dans un sens plus aristocratique.

Une fois au pouvoir, Étienne-Charles de Loménie réussit à faire enregistrer par le parlement de Paris des décrets établissant le libre-échange à l'intérieur du pays et prévoyant l'instauration d'assemblées provinciales ainsi que le rachat des corvées.

Lorsque les parlementaires refusent d'enregistrer les décrets qu'il propose d'appliquer au droit de timbre et au nouvel impôt foncier général, Étienne-Charles de Loménie persuade Louis XVI de tenir un lit de justice pour les y contraindre.

Le 18 août 1787, le Parlement de Paris est transféré de Paris à Troyes.

Les parlementaires ne sont rappelés à Paris qu'après avoir consenti à étendre l'impôt direct à toutes les formes de revenus.

Une nouvelle tentative visant à contraindre le parlement à enregistrer un décret autorisant un emprunt de 120 millions de livres rencontre une opposition déterminée.



Charles X de France Émigré

Charles X de France, Marie-Thérèse de Sardaigne, Charles Ferdinand d'Artois et toute la famille partent parmi les premiers le 16 juillet 1789 en émigration à Graz.

En 1789, Clotilde de France a la joie de revoir Charles X de France, son frère.

Il parcourt les diverses cours de l'Europe pour chercher des défenseurs à la cause royale.

Charles X de France se trouve à Turin, chez son beau-père et son beau-frère, de septembre 1789 à juillet 1791.

Il porte alors le titre de marquis de Maisons.

Charles X de France séjourne également à Bruxelles.



Mort de Louis Marie Eugène de Ghaisne

En 1791, Louis Auguste Victor de Ghaisne sert sur le Rhin comme aide de camp de Louis V Joseph de Bourbon-Condé.

Le 21 janvier 1791, Louis Marie Eugène de Ghaisne, son père, meurt à Turin

Louis Auguste Victor de Ghaisne revient quelques mois en France auprès de Joséphine Sophie Marie de Coutances, sa mère, puis rejoint Charles X de France à Coblence.

Le régiment des gardes françaises est reformé dans cette ville sous le nom d'hommes d'armes à pied.

Louis Auguste Victor de Ghaisney est nommé sous-lieutenant.



Charles X de France à Coblence

Clément-Wenceslas de Saxe accueille dans sa capitale de Coblence Charles X de France, son neveu, sa famille et sa suite.

Coblence devient le lieu de rassemblement des contre-révolutionnaires Français et excite l'ire du gouvernement et du peuple parisiens.



Charles X de France Lieutenant général du royaume

Charles X de France est nommé Lieutenant général du royaume par Louis XVIII du 28 janvier 1793 à 1814.



Mort de Louis XVII

Louis XVIII Roi de France

Louis XVII meurt dans sa prison le 8 juin 1795, des suites de mauvais traitements et probablement d'une péritonite tuberculeuse.

Une autopsie est pratiquée en prison sur le corps du jeune prince et son cœur est conservé par le chirurgien Philippe-Jean Pelletan. Le corps est alors inhumé au cimetière Sainte-Marguerite, puis recouvert de chaux vive.

Les ossements n'ont jamais été retrouvés et ceux dégagés au XIXe siècle au cimetière Sainte Marguerite, proviennent de plusieurs squelettes, dont un crâne d'un jeune adulte d'au moins 18 ans.

Selon l'historien Georges Bordonove, dans son Louis XVII et l'énigme du Temple, et selon Louis Hastier, Louis XVII serait mort non pas en 1795 mais plutôt entre le 1er et le 3 janvier 1794. Sa mort aurait entraîné la révocation de Simon et le remplacement de Louis XVII par un enfant qui, lui, serait mort en 1795.

Cette hypothèse est aujourd'hui dépassée. Des analyses génétiques par comparaison d'ADN mitochondrial, pratiquées par le professeur Jean-Jacques Cassiman de la KU Leuven en Belgique, et par le docteur Berndt Brinkmann de l'université allemande de Muenster, sur le cœur du présumé Louis XVII, et des cheveux de Marie-Antoinette, ont démontré en 2000, qu'il appartient bien à un descendant de cette dernière.

Louis XVIII est reconnu comme roi de France par certaines puissances européennes.

Charles X de France est alors appelé Monsieur frère du Roi.



Expédition de l'île d'Yeu

En 1795, Louis VI Henri Joseph de Bourbon-Condé prépare l'expédition de Charles X de France en Vendée.

Charles X de France veut opérer, avec le secours des Anglais, un débarquement à l'île d'Yeu sur les côtes de la Vendée pour aider les insurgés Vendéens.

Charles César de Damas accompagne Charles X de France sur les côtes de Bretagne et à l'Île d'Yeu, en qualité d'aide de camp.

Charles X de France échoue et se rend alors en Grande-Bretagne où il passe le reste de la Révolution et du Premier Empire.


Marie-Thérèse de France par Alexandre-François Caminade, 1827, Musée du Louvre

Mariage de Louis-Antoine de France avec Marie-Thérèse de France

En 1799, Louis XVIII doit assister au mariage de sa nièce

Louis XVIII demande à Marie-Joséphine-Louise de Savoie de le retrouver à Mitau, en Lettonie ou en Courlande russe.

Après avoir écrit à Paul Ier de Russie pour lui demander d'intervenir en faveur de Jeanne-Marguerite Gallois.

Marie-Joséphine-Louise de Savoie ne reçoit pas de réponse, Marie Joséphine Louise de Savoie et Jeanne-Marguerite Gallois se rendent néanmoins à Mitau.

Lorsque Marie Joséphine Louise de Savoie arrive avec Jeanne-Marguerite Gallois, leur voiture est arrêtée et Jeanne-Marguerite Gallois est séparé de Marie Joséphine Louise de Savoie.

Louis XVIII fait arrêter Jeanne-Marguerite Gallois qui retombe en disgrâce.

Marie-Joséphine-Louise de Savoie hurle, fait une crise qualifiée d'hystérie, tombe malade : rien n'y fait.

Louis-Antoine de France, fils de Charles X de France, épouse au château de Mitau en Lettonie le 10 juin 1799 Marie-Thérèse de France.

Dès lors, Marie-Thérèse de France partage l'exil de Louis XVIII, son oncle, qui utilise son image de martyre de la Révolution pour rallier les royalistes et intéresser les souverains européens à sa cause.

Marie-Thérèse de France partage la vie de son oncle, plus que celle de son propre époux. Elle est la véritable reine de la petite cour en exil, même si l'épouse de Louis XVIII, Marie-Joséphine de Savoie, est en vie.



Mort de Louise d'Esparbès de Lussan

Louise d'Esparbès de Lussan meurt en 1804 précocement de la tuberculose.

Charles X de France est très affligé par cette disparition, car il en est réellement amoureux.

Parmi les amours de Charles X de France, Louise est probablement le seul qui ait été véritablement important.

Il est tellement marqué par ce deuil qu'il décide de prononcer un vœu de chasteté perpétuelle et de renforcer ses convictions religieuses au point de devenir un véritable dévot.

Sa vie privée devient entièrement irréprochable.

Peu de temps après, Charles X de France se rapproche du courant Ultramontain de l'Église catholique de France dont il soutient avec enthousiasme l'influence.



Exil des Bourbons en Angleterre

En 1807, perdant tout espoir de revenir en France, les Bourbons gagnent l'Angleterre et s'installent à Hartwell.

Marie-Thérèse de France y retrouve Charles X de France, son beau-père, et Charles Ferdinand d'Artois, son beau-frère.



Mariage de Jean-Baptiste de Tholozan avec Eulalie de Brisay de Denonville

Eulalie de Brisay de Denonville est veuve d'Emmanuel Paulin Louis Prondre,

Jean-Baptiste de Tholozan épouse en 1807 Eulalie de Brisay de Denonville, fille d'Ange René de Brisay, Marquis de Brisay, et de X Picot de Dampierre.

Leurs enfants sont :

Ernest-René de Tholozan a pour précepteur François Raspail (1794-1878), frais émoulu du séminaire de Carpentras et pas encore gagné aux idées républicaines qui lui vaudront plusieurs séjours en prison.



Charles X de France Lieutenant-général du royaume

En 1814, Charles X de France est nommé lieutenant-général du royaume.

Il pénètre en Suisse Allemande, à la suite des alliés, et fait son entrée à Berne le 15 avril 1814.


Louis XVIII signe la Déclaration de Saint-Ouen

Déclaration de Saint-Ouen

En 1814, après l'abdication de Napoléon Ier, Louis XVIII, de retour d'exil, signe dans le château de Saint-Ouen la déclaration de Saint-Ouen qui fonde la Restauration.

Louis XVIII rachète la propriété, fait raser le château de Saint-Ouen et charge l'architecte J. J. M Huvé de construire une demeure de style palladien qu'il offre à sa favorite la Comtesse du Cayla.

Rentrée en France, après vingt années d'exil, Marie-Thérèse de France défend la monarchie.

Elle est plus proche des idées conservatrices de Charles X de France, son beau-père, que des idées plus modérées de Louis XVIII.

Charles Ferdinand d'Artois revient en France.

Jean-Jacques Régis de Cambacérès se retire de la vie politique.

Élie Louis Decazes accueille la Restauration avec empressement.



Seconde Restauration

Louis XVIII entre à Paris le 8 juillet 1815 pour y régner à nouveau.

Après les Cent-Jours, Marie-Thérèse de France revient à Paris, s'opposant à la politique libérale de son oncle, Louis XVIII, mais réprouvant aussi les idées trop réactionnaires de Charles X de France, son beau-père.

Charles X de France se tient alors éloigné des affaires et emploie tout son temps soit à la chasse qui est pour lui une passion, soit à des pratiques religieuses. Il oublie la guerre.

Malgré les apparences, Charles X de France reste secrètement actif dans la sphère politique, en étant le chef occulte du parti ultra-royaliste. Bien des royalistes ignorent que Charles X est franc-maçon., certes pas très actif dans les loges, mais refusant de réprouver les anticléricaux.


Charles X en tenue de sacre

Mort de Louis XVIII

Charles X de France Roi de France

Charles X de France Coprince d'Andorre

Louis XVIII meurt à Paris le 16 septembre 1824.

Il est inhumé à la basilique Saint-Denis.

Charles X de France devient Roi de France et Coprince d'Andorre.

Louis-Antoine de France, Duc d'Angoulême, devient le Dauphin.

Marie-Thérèse de France devient Dauphine, comme l'avait été, avant elle, sa mère. Elle sera la dernière dauphine que la France connaîtra.

Marie-Thérèse de France ne donne pas de descendance aux Bourbons. Quelques biographes ont évoqué une possible non-consommation du mariage ou une azoospermie du duc.


Sacre de Charles X à Reims - par François Gérard- Talleyrand est au premier plan coiffé d'un chapeau à plume

Sacre de Charles X de France

Charles X de France renoue avec la tradition du sacre le 29 mai 1825 dans la cathédrale de Reims, où le cardinal de La Fare prononce un discours remarqué.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord assiste à ce couronnement Charles X.



Monument à la mémoire de Louis XVI

Le 3 mai 1826 place de la Concorde, Charles X de France pose la première pierre du monument à la mémoire de Louis XVI. Mais la statue ne sera en fait jamais édifiée.



Louis Aloy de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein Maréchal de France

Louis Aloy de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein est fait Maréchal de France en 1827 par Charles X de France.



Martignac Président du Conseil

Pour calmer les mécontents, Charles X de France forme en janvier 1828 un ministère modéré, présidé par de Martignac.

C'est la dernière tentative de compromis de Charles X avec la majorité parlementaire libérale.

Ce ministère réparateur réussit à calmer les esprits.


Henri d'Artois - Duc de Bordeaux

Éducation d'Henri d'Artois

En 1828, Charles X de France confie l'éducation d'Henri d'Artois au baron de Damas.

Cet éducateur d'un autre âge dont les fils ont étudié chez les jésuites, contribue amplement à transformer le futur Henri V, en un catholique dévot qui confond en une même foi le dogme religieux et le principe monarchique.



Nicolas de Maison Maréchal de France

Nicolas de Maison, Marquis de Maison, est fait Maréchal de France en 1829 par Charles X de France.


Cathédrale Sainte-Croix d'Orléans Cathédrale Sainte-Croix d'Orléans

Achèvement des travaux de la Cathédrale d'Orléans

Charles X de France inaugure l'achèvement des travaux de la Cathédrale d'Orléans en 1829.

Un perron monumental prend place devant la Cathédrale, parallèlement à la percée de la nouvelle rue Jeanne d'Arc et à la création du grand parvis de la cathédrale.

La cathédrale d'Orléans est composée de 5 nefs.

Quelques dimensions :



Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et pair de France

En 1830, Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans est fait chevalier de l'ordre du Saint-Esprit par le Roi Charles X de France et entre à la Chambre des pairs.



Louis de Ghaisne Maréchal de France

Louis de Ghaisne, Comte de Bourmont, est fait Maréchal de France en 1830 par Charles X de France.


Combat devant l'Hôtel de ville - 28 juillet 1830 -par Jean-Victor Schnetz - Paris - Musée du Petit Palais La Liberté guidant le peuple par Eugène Delacroix Louis-Philippe Ier de France

Ordonnances de Saint-Cloud

Révolution de Juillet : les Trois Glorieuses

Louis-Philippe Ier de France Lieutenant-général du royaume

Abdication de Charles X de France

Exil de la famille royale de France

Louis-Philippe Ier de France Roi des Français

L'annonce de la victoire d'Alger, et l'assurance donnée par le préfet de police que Paris ne bougerait pas semble autoriser, Jules Armand de Polignac et Charles X, à un coup de force et tente de rétablir la monarchie absolue.

Le 25 ou 26 juillet 1830, les ordonnances de Saint-Cloud :

Ces ordonnances excitent immédiatement une réprobation universelle.

Paris se soulève les 27, 28 et 29 juillet 1830.

C'est journées sont appelées les Trois Glorieuses ou Révolution de Juillet.

Particulièrement le 28 juillet 1830, la place et l'Hôtel de ville fait l'objet de furieux combats entre la troupe et les insurgés. La place et le bâtiment sont plusieurs fois perdus et repris au cours de la journée, avant de finir par rester aux mains des insurgés.

Le 30 juillet 1830, Louis-Philippe Ier de France, Duc d'Orléans, est nommé Lieutenant-général du royaume par les députés insurgés.

Louis-Philippe Ier de France accepte ce poste le 31 juillet 1830.

Charles X de France, étant au château de Rambouillet, nomme également Louis-Philippe Ier de France, son cousin, lieutenant-général du Royaume, le 1er août 1830.

Louis-Philippe Ier de France reçoit la dépêche et, sur le conseil d'André Dupin, il répond que cette lieutenance lui a déjà été conférée par le parlement.

Le 2 août 1830, Charles X de France, retiré à Rambouillet, abdique, et convainc Louis-Antoine de France, le dauphin, de contresigner l'abdication.

Louis-Antoine de France est fictivement Roi sous le nom de Louis XIX entre le moment où Charles X de France; son père, signe l'abdication et le moment où lui-même la contresigne.

Il aurait pu conserver la couronne pour lui-même et reprendre en main l'armée et le pays. Mais finalement, il renonce par obéissance ou par faiblesse.

Charles X de France confie à Louis-Philippe Ier de France, son cousin, la tâche d'annoncer que son abdication se fait au profit d'Henri d'Artois sous le nom de Henri V de France, Duc de Bordeaux, son petit-fils, faisant de Louis-Philippe Ier de France le Régent.

Du 2 au 7 août 1830, Henri d'Artois est virtuellement Roi.

Le 3 août 1830, devant les Chambres réunies, Louis-Philippe Ier de France annonce bien l'abdication de Charles X de France, contresignée par Louis-Antoine de France, le dauphin, mais ne mentionne pas qu'elle est effectuée en faveur du Duc de Bordeaux.

Louis-Philippe Ier de France prend le pouvoir le 7 août 1830. C'est alors le début de la monarchie de Juillet.

Louis-Philippe Ier de France, Duc d'Orléans, devient Roi des Français.

À l'annonce de cet avènement, Louise-Marie-Amélie de Bourbon-Siciles aurait dit, en larmes : Quelle catastrophe ! Toute sa vie, elle est un exemple de dignité et de loyauté, d'amour pour son époux et ses enfants, tout en restant à l'écart des affaires politiques.

Le Palais-Royal devient brièvement la résidence du chef de l'État à partir du 9 août 1830.

Le 10 août 1830, les maréchaux Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald, Molitor, Nicolas Charles Marie Oudinot, et Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier présentent à l'Assemblée la couronne royale de Louis-Philippe.

Ce sera la dernière apparition officielle d'Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald

Le 16 août 1830, Charles X de France embarque à Cherbourg pour un troisième et dernier exil de la famille royale, sans laisser de consigne à ses fidèles.

Il se retire d'abord au palais de Holyrood en Écosse.

En exil, Charles X de France portera le titre de courtoisie de Comte de Ponthieu.

Charles X de France interdit à Marie-Caroline des Deux-Siciles, la duchesse de Berry, la mère du duc de Bordeaux, d'amener Henri d'Artois à Paris.

François IV de Modène est le seul souverain Européen à ne pas reconnaitre la monarchie de Juillet.

Jules Armand de Polignac est condamné à la prison perpétuelle et à la mort civile.



Charles X de France à Prague

Grâce à ses bonnes relations avec les Habsbourg, Charles X de France s'installe au Château de Prague. Il y reçoit des visites de François-René de Chateaubriand.

Charles X de France et la famille royale part ensuite à Ceské Budejovice.



Tentative de soulèvement de la Vendée

Disgrâce de Marie-Caroline des Deux-Siciles

En 1832, Marie-Caroline des Deux-Siciles essaie de provoquer un soulèvement en Vendée.

Détenue à la citadelle de Blaye, elle y accouche d'une fille qu'elle prétend être le fruit d'un mariage secret.

Ridiculisée, elle s'exile et le roi Charles X de France confie l'éducation de ses petits-enfants : Henri d'Artois et Louise Marie Thérèse d'Artois, à Marie-Thérèse de France, son autre belle-fille.



Loi d'exil

La loi du 10 avril 1832 condamne les membres de la famille de Charles X de France au bannissement perpétuel ainsi qu'à la déchéance de leurs droits civils.

Cette loi confirme également l'exil de la famille Bonaparte.

De ce fait, Hortense de Beauharnais ne reviendra plus en France.


Tombeaux de Charles X et de Louis XIX à Kostanjevica

Mort de Charles X de France

Louis-Antoine de France Comte de Marnes

Charles X de France doit fuir une épidémie de choléra et part à Görz alors en Autriche, (actuellement Gorizia e Nova Gorica).

Charles X de France meurt à Görz en Autriche le 6 novembre 1836 du choléra. Il est inhumé à Kostanjevica (Nova Gorica en Slovénie).

Aux yeux des légitimistes, Louis-Antoine de France est Louis XIX et Marie Thérèse de France devient la nouvelle reine de France et de Navarre.

Louis-Antoine de France prend le titre de courtoisie de Comte de Marnes.



Mort de Marie-Thérèse de France Duchesse d'Angoulême

Marie-Thérèse de France meurt à Frohsdorf en Autriche le 19 octobre 1851.

Elle est inhumée dans un monastère franciscain à Kostanjevica (Nova Gorica en Slovénie), où reposent également Charles X de France, son oncle, et Louis-Antoine de France, son époux.

Madame Royale laisse un testament à n'ouvrir qu'un siècle après son décès.

Le document ne contiendra rien de très nouveau.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !