Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



26 événements affichés, le premier en 1634 - le dernier en 1690



Abdication de Charles IV de Lorraine

Nicolas II François de Vaudémont Duc de Lorraine

Mariage de Nicolas II François de Vaudémont avec Claude-Françoise de Lorraine

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine en résidence surveillée

Fuite de Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine

Nicole de Lorraine transférée à Fontainebleau

Charles IV de Lorraine juge plus favorable aux intérêts de la Lorraine d'abdiquer le 19 janvier 1634 en faveur de son frère Nicolas II François de Vaudémont, et va prendre un commandement dans les troupes impériales.

Nicolas II François de Vaudémont est plus apprécié des Français que Charles IV de Lorraine.

Nicolas II François de Vaudémont s'accorde par provision une dispense pour un mariage avec Claude-Françoise de Lorraine, sa cousine.

Cette dispense sera ensuite confirmée.

Nicolas II François de Vaudémont envoie le lendemain au pape une lettre pour signaler les raisons pour lesquelles il renonce au cardinalat et se fait relever de ses vœux.

Nicolas II François de Vaudémont veut contrecarrer les projets que fait Louis XIII de marier Claude de Lorraine à un prince étranger à la Lorraine, la loi salique ne s'appliquant pas en Lorraine et barrois.

Nicolas II François de Vaudémont épouse à Lunéville le 17 février ou le 8 mars 1634 Claude-Françoise de Lorraine, sa cousine germaine, fille d'Henri II de Lorraine et de Marguerite de Gonzague. Leurs enfants sont :

La population lorraine reste profondément hostile à l'occupant français, à l'image de :

Le mariage inopiné du "cardinal", incite les Français à mettre Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine en résidence surveillée.

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine réussirent à s'échapper le 1er avril 1634 et se réfugient en Franche-Comté, terre espagnole.

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine se rendent ensuite en Toscane chez leur tante Christine, épouse du grand duc,

Après les fuites de son mari, de sa sœur et de son beau-frère, Nicole de Lorraine reste le seul membre de la famille dans le duché.

Le 24 avril 1634, Nicole de Lorraine est transférée à Fontainebleau.



Naissance de Charles V de Lorraine

Charles V Léopold de Lorraine, dit le duc sans duché, naît à Vienne le 3 avril 1643, fils de Nicolas II François de Vaudémont et de Claude-Françoise de Lorraine.

Il aurait dû être numéroté Charles IV de Lorraine, mais les historiographes lorrains, voulant établir la légitimité des ducs de Lorraine et de Guise et les rattacher directement aux carolingiens, inclurent dans la liste des ducs le carolingien Charles (mort en 991), Duc de Basse-Lotharingie.



Charles V de Lorraine Grand prévôt du chapitre de Saint-Dié

Charles V de Lorraine, destiné à une vie ecclésiastique, est nommé grand prévôt du chapitre de Saint-Dié en 1648.



Charles V de Lorraine Abbé de Gorze

Charles V de Lorraine est Abbé de Gorze en 1649.


Éléonore de Nevers-Mantoue

Mariage de Ferdinand III de Habsbourg avec Éléonore de Nevers-Mantoue

Ferdinand III de Habsbourg est veuf de Marie-Léopoldine de Tyrol.

Ferdinand III de Habsbourg épouse à Wiener Neustadt en Autriche le 30 avril 1651 Éléonore de Nevers-Mantoue, fille de Charles II de Nevers-Mantoue et de Marie de Mantoue. Leurs enfants sont :


Bataille des dunes - Au premier plan Turenne sur son cheval - par Charles-Philippe Larivière Plan de la bataille des Dunes avec blocus de la flotte anglaise Jacques de Castelnau-Bochetel - gravure par Robert Nanteuil

Bataille des Dunes

Prise de Dunkerque

Cession de Dunkerque aux Anglais

Jacques de Castelnau-Bochetel Maréchal de France.

Mort de Jacques de Castelnau-Bochetel Marquis de Castelnau

Prise de Bergues

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon marche sur Dunkerque défendue par le marquis de Leyde avec 800 cavaliers et 2 200 fantassins.

Après des détours, il met le siège devant Dunkerque le 25 mai 1658.

L'archiduc Juan José d'Autriche, soutenu par un corps de gardes suisses aux ordres de Louis II de Bourbon-Condé, fait marcher au secours de la place, arrivant en vue des positions françaises le 13 juin 1658, fatigués, divisés et sans leur artillerie et bagages.

Ayant reçu de bons renseignements de ses éclaireurs, Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon laisse quelques bataillons face à la ville et marche sur l'armée espagnole avec 15 000 hommes.

Très jeune, François-Louis Rousselet participe à cette bataille.

Jacques de Castelnau-Bochetel commande l'aile gauche de l'armée française, assistée d'un contingent anglais, lors de cette bataille.

Nicolas II François de Vaudémont s'illustre avec son fils Charles V de Lorraine durant cette bataille.

L'affrontement à lieu dans les dunes de Leffrinckoucke le 14 juin 1658.

Le centre et la droite de l'archiduc sont enfoncés en un clin d'œil, mais la gauche avec Louis II de Bourbon-Condé, d'abord ébranlée, reprend une brillante offensive.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon peut concentrer sa cavalerie et aidé par les navires anglais repousse les gardes suisses.

Les Franco-Anglais ont perdu 500 hommes, par contre les Espagnols et le corps de Louis II de Bourbon-Condé laissent sur le terrain plus de 6 000 hommes dont 3 à 4 000 prisonniers.

C'est une des premières grandes victoires du jeune Louis XIV.

De retour à Dunkerque, avec ses troupes, Jacques de Castelnau-Bochetel enlève aux Espagnols le fort de Léon et y entame des travaux de consolidation pour s'y maintenir.

Henri Goyon de Matignon participe à la prise de Dunkerque.

Lors d'une inspection de ces travaux le 16 juin 1658, Jacques de Castelnau-Bochetel reçoit une balle de mousquet qui ne ressort pas.

Jacques de Castelnau-Bochetel est fait Maréchal de France le 20 juin 1658 par Louis XIV.

Le 23 juin 1658 Dunkerque, espagnole le matin, française à midi est finalement anglaise le soir, puisque Louis XIV la remet le jour même aux Anglais.

Jacques de Castelnau-Bochetel meurt le 15 juillet 1658 des suites de sa blessure.

Son corps est transporté à Bourges où il est inhumé en l'église des Jacobins.



Mort de Ferdinand Philippe de Vaudémont

Charles V de Lorraine héritier de la maison de Lorraine

Ferdinand Philippe de Vaudémont meurt en 1659.

Charles V de Lorraine, son frère, devient héritier de la maison de Lorraine.

Il renonce à sa carrière religieuse pour une carrière militaire au service de l'empereur.



Mariage de Cosme III de Médicis avec Marguerite-Louise d'Orléans

Très proche de sa cousine Marguerite-Louise d'Orléans, Charles V de Lorraine ne s'avoue pas vaincu quand elle doit épouser le grand duc Cosme III de Toscane et l'accompagne tout au long de son voyage jusqu'à la frontière.

Cosme III de Médicis épouse en 1661 Marguerite-Louise d'Orléans.

Leurs enfants sont :

Ce mariage est très mal assorti, lui bigot et austère et elle joviale.

Durant ce mariage a lieu le ballet d'Atlas, gigantesque automate imaginé par Ferdinando Tacca et typique du genre Art colossal.



Fiançailles de Charles V de Lorraine avec Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours

En 1662 Charles V de Lorraine se fiance avec Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours.


Bataille de Saint-Gothard Bataille de Saint-Gothard Raimondo Montecuccoli

Bataille de Saint-Gothard

Traité de de Vasvár

Mort de Pierre II de Rougé du Plessis-Bellière

Les Turcs avance sur Vienne qui n'est pas très loin.

S'ils franchissent le Raab, ils peuvent atteindre Vienne et soumettre l'Autriche.

La bataille de Saint-Gothard ou Saint-Gotthard (Szentgotthárd) en Hongrie a lieu le 1er août 1664 de part et d'autre de la rivière de Raab.

Elle oppose les armées chrétiennes de l'Empire et de la France aux armées ottomanes d'Ahmed Köprülü:

C'est la seule bataille où le Roi de France n'a jamais été allié des Habsbourg contre les Ottomans.

Face à l'avancée turque, l'armée impériale commence à perdre pied.

L'armée commandée par Jean de Coligny-Saligny rétablit la situation et entreprend la contre-attaque.

Les Turcs sont mis en déroute, une partie de leur armée se noie dans le Raab.

Cette victoire stoppe net l'avancée turque et sauve l'Empire.

François de Neufville, Colonel d'infanterie, est blessé lors de cette bataille.

Claude de Choiseul participe à cette bataille.

Charles V de Lorraine s'illustre lors de cette bataille.

Pierre II de Rougé du Plessis-Bellière, Marquis du Plessis-Bellière, enseigne au régiment de la Ferté, engagé volontaire meurt lors de cette Bataille, en défendant son drapeau.

Le Turc qui avait percé les rangs pour le lui enlever tombe lui-même percé de coups sur la place

Une trêve de 20 ans est conclue au Traité de paix de Vasvár, permettant cependant au Sultan de conserver ses conquêtes faites depuis 1660, notamment aux dépens de Petar Zrinski, Seigneur de Cakovec.

Ce dernier y voit une trahison par Léopold Ier de Habsbourg de ses engagements de défense en tant que Roi de Hongrie.

Suite à cette victoire, Raimondo Montecuccoli reçoit l'Ordre de la Toison d'or et se consacre à son poste de chef du conseil de guerre et à des travaux théoriques sur la science et l'histoire militaire.


Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours par Robert Nanteuil - 1678

Traité de Montmartre

Exil de Charles V de Lorraine auprès de l'Empereur Léopold Ier

Mariage de Charles-Emmanuel II de Savoie avec Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours

Charles V de Lorraine s'oppose au Traité de Montmartre qui cède la Lorraine et le Barrois à la France. Charles V de Lorraine est obligé de quitter le royaume de Louis XIV et à se réfugier auprès de l'Empereur Léopold Ier. Ses fiançailles avec Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours sont rompues.

Charles-Emmanuel II est veuf de Françoise Madeleine d'Orléans et sans enfant.

Charles-Emmanuel II de Savoie épouse à Turin le 10 ou le 20 mai 1665 Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours, sa cousine. Leur enfant est :

Charles-Emmanuel II de Savoie a également plusieurs enfants illégitimes.



Bataille d'Entzheim

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon vainc à nouveau les Impériaux en Alsace à la bataille d'Entzheim en octobre 1674 mais devant la disproportion des forces, Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon se replie sur Saverne et Haguenau.

Alexis Bidal commande sa compagnie de dragons lors de cette bataille,

Aeneas Sylvius de Caprara sert sous Charles V de Lorraine lors de cette bataille.



Bataille de Mulhouse

Aeneas Sylvius de Caprara Prisonnier

Pendant la Guerre de Hollande, alors que les armées impériales se sont repliées dans leurs quartiers d'hivers, Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon franchit les Vosges et fond sur Colmar.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon surprend les troupes impériales à Mulhouse le 29 décembre 1674, conduisant à la victoire française.

Aeneas Sylvius de Caprara sert sous Charles V de Lorraine lors de cette bataille.

Aeneas Sylvius de Caprara est capturé.


Charles V de Lorraine

Mort de Charles IV de Lorraine

Charles V de Lorraine Duc titulaire de Lorraine et de Bar

Charles V de Lorraine généralissime des armées impériales

Charles IV de Lorraine tombe malade dans le Palatinat.

Charles IV de Lorraine meurt à Bernkastel le 18 septembre 1675.

Charles V de Lorraine devient Duc titulaire de Lorraine et de Bar.

En septembre 1675, Charles V de Lorraine est nommé généralissime des armées impériales.

Tous les États européens le reconnaissent comme tel, à l'exception de la France, qui occupe les duchés.


Siège de Philippsburg Siège de Philippsburg

Siège de Philippsburg

Charles de Faultrier du Fay Maréchal de camp

Sébastien Le Prestre a fortifié la forteresse de Philippsburg qui est la seule tête de pont des Français sur la rive est du Rhin.

Cela constitue une menace constante pour le flanc ouest du Saint Empire romain germanique.

Au printemps 1676, pendant la guerre franco-néerlandais, les troupes de Léopold Ier de Habsbourg détruisent les garnisons des villes périphériques de Kißlau, Schwetzingen et Bruchsal avant d'assiéger la forteresse elle-même.

Le 1er mai 1676, Charles V de Lorraine, commandant les troupes impériales, commence le siège à la tête des 40 000 hommes.

Henri de Guise-Lorraine fait acte de bravoure durant ce siège.

Charles de Faultrier du Fay, le commandant français, a un peu moins de 2 800 hommes.

François-Henri de Montmorency-Bouteville ne parvient pas à empêcher Charles V de Lorraine de prendre Philippsburg.

Charles de Faultrier du Fay capitule le 9 septembre 1676, pour le cas où il ne serait pas secouru avant le 17.

Charles de Faultrier du Fay se rend le 17 septembre 1676.

Les 1 500 survivants français sont autorisés avec les honneurs militaires.

3 000 soldats impériaux sont alors affecté la garnison de la forteresse

Charles de Faultrier du Fay est nommé maréchal de camp le 1er octobre 1676.

Charles de Faultrier du Fay devient alors Gouverneur de Brisach et Lieutenant général de roi en Haute-Alsace.



Prise de Fribourg

François de Créquy prend sa revanche contre Charles V de Lorraine et s'empare de Fribourg en novembre 1677.

Claude de Choiseul participe à ce siège.

Alexis Bidal concourt à la prise de Fribourg.



Mariage de Charles V de Lorraine avec Éléonore d'Autriche

Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg est veuve de Michal Wisniowiecki, Roi de Pologne.

Charles V de Lorraine épouse en 1678 Éléonore Marie Josèphe de Habsbourg, fille de Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Nevers-Mantoue.

Leurs enfants sont :

Ce mariage le fait beau-frère de l'empereur Léopold Ier.



Traité entre Louis XIV et Léopold Ier de Habsbourg

La paix de Nimègue est complétée par le traité signé le 5 février 1679 entre Louis XIV et Léopold Ier de Habsbourg.

Le traité est humiliant pour l'Empire qui cède Fribourg-en-Brisgau et doit reconnaitre la validité des dispositions des traités de Westphalie de 1648.

Charles V de Lorraine doit récupérer son duché sauf Nancy mais doit accepter la création de 4 routes de quatre lieues de large à travers son duché.

Charles V de Lorraine refuse ces conditions.

En conséquence, Louis XIV continue d'occuper la Lorraine et annexe la place-forte de Longwy.

Guillaume-Egon de Fürstenberg est libéré en mai 1679, après la signature de ce traité.



Naissance de Léopold Ier de Lorraine

Léopold Joseph ou Léopold Ier de Lorraine, dit le Bon, naît à Innsbruck le 11 septembre 1679, fils de Charles V de Lorraine et d'Éléonore d'Autriche.

Léopold Ier de Lorraine passe son enfance dans le Tyrol auprès de sa mère pendant que Charles V de Lorraine, son père, s'illustre dans les combats contre les Turcs.


Jean III Sobieski entrant à Vienne

Siège de Vienne par les Turcs

Bataille de Kahlenberg

Guerre de libération de l'Empire

Bataille de Parkany

À l'expiration de la trêve de Vásvar, les Ottomans repartent en guerre et mettent le siège devant Vienne sous la direction de Kara Mustafa ou Mustapha, le Grand Vizir.

Après 2 mois de siège, Jean III Sobieski, Roi de Pologne et Charles V de Lorraine, arrivent à la tête d'une armée de secours levée par la coalition catholique.

Aeneas Sylvius de Caprara retourne au service de Charles V de Lorraine pour contrer l'avancée turque en Hongrie.

Jean III Sobieski avait prévu d'attaquer le 13 septembre 1683, mais il se rend compte que les Turcs sont en ordre de bataille à Kahlenberg dès le 12 septembre 1683.

À 4 heures du matin, les troupes de Jean III Sobieski fortes d'environ 81 000 hommes attaquent une armée turque d'environ 130 000 hommes.

Jean III Sobieski charge avec ses hussards et enfonce les lignes ennemies qui détalent dans la plus grande confusion.

Maximilien II Emmanuel de Bavière s'illustre au cours de la bataille.

Christian II Ernest de Brandebourg-Bayreuth participe à ce siège de Vienne.

Claude Florimond de Mercy devient officier en 1683 lors de la bataille de Vienne.

À 5 heures 30, la bataille de Kahlenberg est terminée. Vienne est délivrée.

Les Turcs surnommeront Jean III Sobieski le Lion de Lechistan.

Le Pape et les dignitaires étrangers le surnommeront le Sauveur de Vienne et de la civilisation européenne de l'Est.

L'affrontement d'Innocent XI avec Louis XIV fait échouer la politique d'union de la chrétienté. La coalition catholique ne comprend ni la France, ni la République de Venise.

Kahlenberg est le point de départ d'une guerre de libération.

Jean III Sobieski commande à la bataille de Parkany en 1683.



Siège de Buda

Charles V de Lorraine mène ensuite plusieurs expéditions dans la partie de la Hongrie occupée par les Ottomans et prend la ville de Buda en 1686.

Jacques Ier Fitz-James fait ses premières armes en Hongrie, et assiste au siège de Buda.



Reconquête de la Hongrie, la Slavonie et la Transylvanie

Charles V de Lorraine reconquiert la Hongrie, puis la Slavonie et la Transylvanie en 1687.


Jean-Louis d'Elderen

Mort de Maximilien-Henri de Bavière

Jean-Louis d'Elderen Prince-évêque de Liège et Prince-Électeur archevêque de Cologne

Guerre de la ligue d'Augsbourg ou Guerre de Neuf Ans

Maximilien-Henri de Bavière meurt à Bonn le 5 juin 1688.

Deux candidats sont en lice pour la succession :

Confronté à la colère des princes allemands qui ne peuvent admettre que Guillaume-Egon de Fürstenberg, un agent de la France, devienne prince-électeur, le pape Innocent XI oppose son veto, choisit le candidat impérial et nomme à Joseph-Clément de Bavière.

Joseph-Clément de Bavière est trop jeune.

Jean-Louis d'Elderen, suffisamment âgé pour ne pas occuper trop longtemps cette position prestigieuse dans l'Empire se voit confier le siège de Prince-Électeur archevêque de Cologne.

C'est le point de départ de la guerre de la ligue d'Augsbourg, également appelée guerre de Neuf Ans, qui durera de 1688 à 1697.

Cette guerre est connue en Allemagne sous le nom de guerre d'Orléans.

La ligue d'Augsbourg, en Bavière, est une coalition formée le 9 juillet 1688 par :

Le chef suprême de la ligue est Guillaume III d'Orange-Nassau.

Ces pays déclaré la guerre à la France à laquelle le Danemark et l'empire ottoman apportent leur soutien.

En septembre 1688 l'électeur Palatin et le duc de Holstein-Gothorp rejoignent la ligue.

François-Henri de Montmorency-Bouteville retrouve grâce aux yeux du roi. Louis XIV et Louvois estiment qu'il est le seul à pouvoir faire face Guillaume III d'Orange-Nassau, et lui donne le commandement de l'armée de Flandre.

Rétabli, Charles V de Lorraine reçoit un commandement lors de cette Guerre.

Nicolas Auguste de La Baume fait les campagnes d'Allemagne et de Flandres sous les ordres de Louis le Grand Dauphin.



Maximilien II Emmanuel de Bavière Généralissime des armées impériales

Tombé malade, Charles V de Lorraine abandonne son commandement en mai 1688 à Maximilien II Emmanuel de Bavière, Électeur de Bavière.


Siège de Mayence

Siège de Mayence

Siège de Bonn

Jacques-Henri Ier de Durfort Duc et Pair de France

Le siège de Mayence se déroule du 1er juin au 8 septembre 1689, pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg.

Jacques-Henri Ier de Durfort et Nicolas Chalon du Blé défendent la ville assiégée par les armées de la Ligue d'Augsbourg.

Le siège de Mayence ayant été décidé, les troupes de Saxe et de Hesse-Cassel y arrivent les premières, s'y retranchent, construisent un pont sur le Main au-dessous de leur camp, et ne font pendant quelque temps que jeter des bombes dans les redoutes que les Français ont construites sur le Rhin.

Charles V de Lorraine passe le Rhin sur le pont de Rüdesheim am Rhein et s'approche de Mayence qu'il fait investir le 17 juillet 1689.

Le même jour, le reste de l'armée impériale traverse le même fleuve sur un pont construit à Weisenau. Il est suivi des troupes saxonnes. Quelques régiments demeurent en réserve de l'autre côté du Rhin, et dans les îles qui sont entre ce fleuve et le Main.

La cavalerie de la place fait d'abord deux sorties, où les Impériaux perdent beaucoup de monde.

3 000 hommes sont commandés pour travailler aux lignes de circonvallation, et on fait venir 30 000 fascines pour se couvrir plus aisément.

Maximilien II Emmanuel de Bavière, électeur de Bavière, après avoir envoyé un détachement vers la Forêt-Noire, rejoint les Impériaux avec 7 à 8 000 hommes.

Pendant que Charles V de Lorraine forme le siège de Mayence avec les électeurs de Bavière et de Saxe, l'électeur Frédéric III de Brandebourg, avec ses troupes et celles de Münster, investit Bonn.

Il y a dans Bonn 8 bataillons français et un allemand, faisant en tout 6 500 hommes, 800 hommes de cavalerie en deux régiments, et un de dragons de 400 hommes.

Outre cela, chaque bataillon a une compagnie de grenadiers de 50 hommes.

Claude François Bidal, qui s'était signalé en Suède, y commande dès le commencement du siège, et avait mis dans une redoute vis-à-vis de la place 50 hommes qui soutiennent deux assauts, et qui rentrent ensuite dans la ville.

Le commandant est blessé à la tête, et ne laisse pas que de défendre la brèche avec 5 soldats restés auprès de lui. Après quoi, il se retire.

Les troupes qui sont à Zulpich pour tenir le pays qui est au-delà du Rhin à couvert des courses de la garnison de Bonn, voyant la redoute prise, repassent le fleuve.

On dresse deux batteries de canon et de mortiers pour battre la place de l'autre côté du Rhin, tandis que les troupes de Münster et des détachements de l'armée de Lunebourg et de Hollande l'attaquent du côté français avec 60 pièces de canon et 12 mortiers.

On tire en 8 jours 7 000 bombes qui ruinent la plupart des maisons, sans néanmoins endommager les magasins, ce qui était le principal but des assiégeants.

Claude François Bidal voyant que la ville n'est plus qu'un monceau de pierres, loge la garnison au dehors.

Les Impériaux ne réussissent pas mieux devant Mayence. Leurs travaux vont lentement, parce que les assiégés font de fréquentes sorties, et ruinent le jour ce qu'ils ont fait la nuit.

Ils en font une entre autres le 22 juillet 1689, où les Allemands perdent beaucoup d'hommes.

Le prince palatin Frédéric à la tranchée avec deux de ses frères, y est tué d'un coup de fauconneau qui lui emporte la tête.

Charles V de Lorraine prend son quartier derrière l'église de Sainte-Croix ;

L'électeur de Saxe se loge sur les hauteurs de Weisenau, et les troupes de Hanovre se logent à la Chartreuse Saint-Michel de Mayence.

Nicolas Chalon du Blé qui commande la place, se défend et fait périr plus de 20 000 ennemis.

Après 7 semaines de tranchée ouverte, il rend, par capitulation honorable, Mayence au duc de Lorraine, faute de poudre et de mousquets le 10 septembre 1689.

Il sort le lendemain avec 6 pièces de canon et 4 mortiers, et est conduit à Landau.

Après la prise de cette place, Charles V de Lorraine et l'électeur de Bavière vont joindre l'électeur de Brandebourg devant Bonn, qui se défend encore.

Claude François Bidal soutient le siège jusqu'au 12 octobre 1689, et sort de la place en battant tambours.

Les écrivains allemands conviennent qu'ils ont fait peu de sièges plus meurtriers.

Les assiégés faisaient quelquefois 2 ou 3 sorties en un jour, à deux heures l'une de l'autre. Dans une seule il resta 900 impériaux sur le carreau.

À son retour à Paris, Nicolas Chalon du Blé est publiquement hué.

Louis XIV voit Nicolas Chalon du Blé honteux de reparaître devant lui : Marquis , lui dit-il, vous avez défendu la place en homme de cœur, et vous avez capitulé en homme d'esprit.

Jacques-Henri Ier de Durfort est fait Duc et Pair de France en 1689. Mais le titre de pair ne sera pas enregistré.

En 1689, Claude de Choiseul combat contre Maximilien II Emmanuel de Bavière.



Mort de Charles V de Lorraine

Léopold Ier de Lorraine Duc titulaire de Lorraine et de Bar

Charles V de Lorraine tombe malade et meurt à Wels le 18 avril 1690.

Si l'on en croit Voltaire, Louis XIV, en apprenant sa mort, déclara : J'ai perdu le plus grand, le plus sage et le plus généreux de mes ennemis.

Léopold Ier de Lorraine devient Duc titulaire de Lorraine et de Bar.

Léopold Ier de Lorraine est envoyé à Vienne pour recevoir une éducation militaire.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !