Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



20 événements affichés, le premier en 1717 - le dernier en 1781



Mariage de Philippe Louis Antoine de Baylenx avec Marie de Gassion

Philippe Louis Antoine de Baylenx (1687-1725) épouse le 13 avril 1717 Marie de Gassion (vers 1685-1770). Leurs enfants sont :



Naissance de Charles Léonard de Baylenx

Charles Léonard de Baylenx ou Baylens naît à Dax le dimanche 13 mars 1718, fils de Philippe Louis Antoine de Baylenx (1687-1725), Marquis de Poyanne, de Geaune et de Castelnau, Baron de Clermont, d'Onard et de Gamarde, et de Marie de Gassion.

Il est baptisé à Dax le 14 mars 1718.

Léonard Caupenne est son parrain.

Marie Madeleine de Colbert, sa grand-mère maternelle, est sa marraine.



Charles Léonard de Baylenx Mousquetaires

Charles Léonard de Baylenx entre aux Mousquetaires en 1733.



Charles Léonard de Baylenx Capitaine au régiment de cavalerie Royal-Étranger

Charles Léonard de Baylenx est fait capitaine au régiment de cavalerie Royal-Étranger, le 25 mars 1734.


Vue générale du Siège de Philippsburg avec la mort de Jacques Ier Fitz-James - Estampe anonyme Plan français du siège de Philippsburg

Siège de Philippsburg

Mort de Jacques Ier Fitz-James

Pendant la guerre de Succession de Pologne, Jacques Ier Fitz-James remonte la vallée du Rhin à la tête d'une armée forte de 100 000 hommes pour reprendre la place de Philippsburg aux forces autrichiennes.

Au cours de l'hiver, Eugène-François de Savoie-Carignan commence à regrouper une armée impériale près d'Heilbronn pour contre-attaquer.

Mais au printemps 1734, les troupes rassemblées sont toujours très inférieures en nombre, l'armée de Jacques Ier Fitz-James est-elle forte de 70 000 hommes.

Au printemps, les préparatifs de mise en défense de Philippsburg sont presque terminés, mais la garnison manque de munitions.

Elle est formée d'éléments disparates :

Elle ne compte que peu d'artilleurs et d'ingénieurs.

Vers la fin de mai 1734, les Français commencent à encercler la place de Philippsburg.

Louis François Ier de Bourbon-Conti, Pierre-François de Rougé, Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre et Victor Riqueti de Mirabeau participent à ce siège.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est lieutenant-général des armées du Roi durant ce siège.

Louis Joseph de Montcalm-Gozon participe à ce siège.

Charles Léonard de Baylenx se trouve à ce siège.

Robert François Damiens sert un militaire qu'il suit en Allemagne à ce siège.

Jacques Ier Fitz-James déploie 46 bataillons, dont 14 en position sur chaque berge du Rhin, pour couper la forteresse des routes voisines.

Parmi les forces rassemblées sur la rive droite :

Le 26 mai 1734, un corps de sapeurs de 12 000 hommes commence à creuser le fossé extérieur.

Quelque 60 000 hommes sont détachés dès le 1er juin 1734 pour investir la forteresse.

Les préparatifs de siège progressent sans encombre lorsque le 12 juin 1734, Jacques Ier Fitz-James, qui inspecte la tranchée à un poste avancé, est tué d'un coup de canon.

La direction des opérations passe aux généraux Claude François Bidal, homme rompu à la poliorcétique : l'art de mener un siège, et à Adrien Maurice de Noailles.

Le 19 juin 1734, Eugène-François de Savoie-Carignan accompagné par le prince-héritier Frédéric II de Prusse, sur ordre de l'empereur, met en branle l'armée de secours, dont l'effectif atteint à présent 70 000 hommes.

Le 27 juin 1734, cette armée atteint Bruchsal.

Claude François Bidal ordonne la construction de pontons supplémentaires pour permettre à sa cavalerie de se tourner promptement vers l'armée de secours en franchissant le Rhin.

Il affecte en outre une partie des assiégeants à l'appui de la cavalerie.

Les positions des Français se détériorent avec les pluies drues qui s'abattent le 5 juillet 1734, rendant les tranchées et mines impraticables.

Mais malgré l'adversité s'abattant sur son ennemi, Eugène-François de Savoie-Carignan ne parvient pas à saisir l'occasion.

Après quelques combats sans lendemain, Eugène-François de Savoie-Carignan entreprend un repli momentané.

Le 17 juillet 1734, les Français ouvrent une brèche et investissent la place jusqu'aux remparts de la citadelle.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau, désespérant de rétablir la jonction avec Eugène-François de Savoie-Carignan, offre sa capitulation à Claude François Bidal au matin du 18 juillet 1734.

La garnison autrichienne peut se replier à Mayence avec les honneurs de la guerre.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau sera promu Feldmarschalleutnant pour sa défense inspirée de Philippsburg.



Charles Léonard de Baylenx Troisième guidon des Gendarmes de la Garde

Charles Léonard de Baylenx est nommé troisième guidon des Gendarmes de la Garde, avec rang de mestre-de-camp de cavalerie, le 11 mars 1735.



Charles Léonard de Baylenx Gouverneur de Dax et de Saint-Sever

Le Comte de Gassion, oncle de Charles Léonard de Baylenx, assume provisoirement le gouvernement de Dax et de Saint-Sever pendant sa minorité.

Suite à la démission du Comte de Gassion, Charles Léonard de Baylenx obtient, par provisions du 11 novembre 1735, le gouvernement de Dax et de Saint-Sever, avec la charge de Sénéchal des Landes.



Charles Léonard de Baylenx Deuxième guidon

Charles Léonard de Baylenx devient Deuxième guidon, le 28 octobre 1739.



Charles Léonard de Baylenx Premier guidon

Charles Léonard de Baylenx devient Premier guidon, le 20 janvier 1740.



Charles Léonard de Baylenx Lieutenant du régiment de cavalerie de Bretagne

Charles Léonard de Baylenx se démet du guidon des Gendarmes.

Par commission du 29 août 1741, Charles Léonard de Baylenx devient mestre-de-camp et Lieutenant du régiment de cavalerie de Bretagne (devenu Bourgogne).

Charles Léonard de Baylenx rejoint son régiment à l'armée de Westphalie.



Siège de Braunaw

Charles Léonard de Baylenx passe l'hiver dans le duché de Berg.

En août 1742, l'armée part de Westphalie pour se rendre sur les frontières de Bohême.

Charles Léonard de Baylenx marche avec la 3e division de l'armée et contribue à chasser les ennemis de la Bavière.

Charles Léonard de Baylenx se trouve à la levée du siège de Braunaw par les ennemis, en décembre 1742.



Prise de Schmidmill

Ravitaillement d'Égra

Retour en France Charles Léonard de Baylenx

Charles Léonard de Baylenx se distingue particulièrement à la prise de Schmidmill, en février 1743.

Charles Léonard de Baylenx se distingue au ravitaillement d'Égra, en avril 1743.

Charles Léonard de Baylenx rentre en France avec l'armée, en juillet 1743.

En août 1743, Charles Léonard de Baylenx passe en Haute Alsace, sous les ordres de François de Franquetot,

Charles Léonard de Baylenx concourt à la défaite de 3 000 hommes des ennemis qui avaient passé le Rhin à Rhinvillers.



Charles Léonard de Baylenx Brigadier

Le brevet de brigadier est expédié à Charles Léonard de Baylenx le 2 mai 1744.

Le 13 août 1744, Charles Léonard de Baylenx est déclaré brigadier.



Siège de Fribourg

Lieutenant au régiment de Picardie, Joseph de La Panouse fait en cette qualité la campagne de 1744.

Lors de la guerre de Succession d'Autriche, Louis XV fait sa première campagne, dans la guerre contre l'impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg.

Claude Quentin La Chiche se signale à ce siège le 11 octobre 1744.

Le 5 novembre 1744, Louis XV prend Fribourg.

Instruit par le passé, Louis XV fait sauter les fortifications de la ville ainsi que celle des châteaux.

Charles Léonard de Baylenx participe à ce siège de Fribourg.

Joseph de La Panouse se signale au siège de Fribourg, où il est gravement blessé d'un coup de mousquet, ce qui l'oblige à se retirer du service.


Charles Léonard de Baylenx de Poyanne

Mariage de Charles Léonard de Baylenx avec Charlotte Louise Dubois Olivier de Fiennes

Le contrat de mariage est signé le samedi 20 février 1745 en présence du Roi, de la Reine, du Dauphin et de la Dauphine.

Charles Léonard de Baylenx épouse à Versailles le 8 mars 1745 Charlotte Louise Antoinette Madeleine Dubois Olivier de Fiennes (2 octobre 1730 -10 juillet 1761), Marquise de Leuville. Leurs enfants sont :

Par ce mariage, Charles Léonard de Baylenx devient Marquis de Leuville et de Vandenesse.


Marie-Augustine Érard - Tableau provenant de la vente du mobilier du chateau de Chalais

Mariage de Charles Léonard de Baylenx avec Marie-Augustine Érard

Marie-Augustine Érard est veuve de Charles-Claude-Ange Dupleix.

Charles Léonard de Baylenx épouse en l'église Sainte Marie Magdeleine de la Ville-l'Evêque de Paris en 1750 Marie-Augustine Érard de Rey, fille d'Augustin-René Érard. Leur enfant est :



Cession de la terre et la seigneurie de Leuville

Charles Léonard de Baylenx vend la terre et la seigneurie de Leuville en 1751 à Philippe de Noailles.



Charles Léonard de Baylenx Chevalier du Saint-Esprit

Charles Léonard de Baylenx est reçu Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit le 7 juin 1767 en la chapelle de Versailles.



Testament de Charles Léonard de Baylenx

Charles Léonard de Baylenx teste à Saumur le 15 septembre 1777.



Mort de Charles Léonard de Baylenx Marquis de Poyanne

Charles Léonard de Baylenx est Baron de Clermont, de Garrey, de Montfort, de Nousse, de Poyartin, de Geaune, de Montagut, de Bourdalat et de Maurrin, Seigneur d'Onard, d'Ordize et de Valier.

Charles Léonard de Baylenx rectifie son testament à Saint-Mandé en mai 1781.

Charles Léonard de Baylenx meurt à Vendôme le 20 ou le vendredi 21 septembre 1781.

Il est inhumé dans le cloître de l'abbaye de la Trinité de Vendôme.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !