Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



80 événements affichés, le premier en 1308 - le dernier en 1530



Mariage de Charles Ier de Valois avec Mathilde de Châtillon-Saint-Pol

Charles Ier de Valois est veuf de Catherine de Courtenay.

Charles Ier de Valois, Comte de Chartres, épouse à Poitiers en juin 1308 Mahaut ou Mathilde de Châtillon-Saint-Pol. Leurs enfants sont :


Mariage de Jean Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Bohême

Mariage de Jean Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Bohême

Jean Ier de Luxembourg Roi de Bohême

Jean Ier de Luxembourg Roi titulaire de Pologne

Jean Ier de Luxembourg Comte de Luxembourg

Jean Ier de Luxembourg épouse à Speyer le 31 août 1310 Élisabeth de Bohême, fille de Venceslas II de Bohême et de Judith de Habsbourg. Leurs enfants sont :

Jean Ier Luxembourg devient par ce mariage Roi de Bohême et, à ce titre, prince-électeur du Saint-empire.

Jean Ier de Luxembourg devient aussi Roi titulaire de Pologne et récupère bientôt la Moravie et la Silésie.

Henri de Görtz doit quitter la Bohême le 9 décembre 1310.

Élizabeth Ryksa rejoint le camp des opposants à Jean Ier de Luxembourg. Parce que :



Naissance de Charles Ier de Luxembourg

Baptisé Venceslas, saint patron du Royaume de Bohême.

(Václav en tchèque), Charles Ier de Luxembourg (en allemand : Karl, en tchèque : Karel) naît à Prague le 14 mai 1316, fils de Jean Ier de Luxembourg et d'Élisabeth de Bohême.

Jean Ier de Luxembourg, son père, en conflit ouvert avec Élisabeth de Bohême, sa mère, décide de soustraire son jeune fils de l'influence maternelle.

Il l'éloigne tout d'abord au château-fort de Krivoklát.



Charles Ier de Luxembourg à la cour de France

Fiançailles de Charles Ier de Luxembourg avec Blanche de Valois

Jean Ier de Luxembourg ne s'est jamais acclimaté en Bohême et considère la France comme sa véritable patrie.

Pour le soustraire à l'influence d'Élisabeth de Bohême, sa mère, Jean Ier de Luxembourg envoie parfaire son éducation chevaleresque à la cour de son parrain Charles IV le Bel. Il y arrive le 4 avril 1323 et y restera 7 ans.

Charles Ier de Luxembourg choisit de prendre le prénom de son oncle et parrain Charles IV le Bel lors de sa confirmation.

Grâce à cette éducation cosmopolite, il parle couramment 5 langues : le latin, l'allemand, le tchèque, le français et l'italien.

Grâce à une dérogation du pape Jean XXII, peu après son arrivée en France, Charles Ier de Luxembourg, encore enfant, épouse le 15 mai 1323 Blanche de Valois, fille de Charles Ier de Valois et de Mathilde de Châtillon-Saint-Pol.


Charles Ier de Luxembourg et Blanche de Valois

Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Blanche de Valois

Charles Ier de Luxembourg épouse en 1329 Blanche de Valois (1316 ou 1317-1348). Leurs enfants sont :



Mariage de Jean II le Bon avec Bonne de Luxembourg

Très lié aux Valois et à la cour de France, Jean Ier de Luxembourg donne sa fille en mariage au fils de Philippe VI de Valois.

En janvier 1332, le contrat de mariage entre Jean II le Bon et Bonne de Luxembourg est signé à Fontainebleau.

Jean II le Bon épouse à Melun le 28 juillet 1332 Bonne de Luxembourg. Leurs enfants sont :

Bonne de Luxembourg est la sœur aînée de l'Empereur Charles Ier de Luxembourg



Charles Ier de Luxembourg Margrave de Moravie

Charles Ier de Luxembourg devient Margrave de Moravie en 1333.


Le Grand Tinel

Suite de la construction du premier palais pontifical d'Avignon

Le Cloître est formé de quatre bâtiments entourant une cour. Les arcades qui retombent sur des piliers massifs dépourvus de sculpture s'ouvrent sur un passage couvert. A l'étage, une galerie éclairée par des fenêtres géminées permet la circulation entre les différents bâtiments, que protègent des créneaux et des mâchicoulis.

En 1337, Benoît XII édifie :

En mai 1337, on dénombre 800 ouvriers sur le chantier du palais.


Le Consistoire

Le Consistoire forme le rez-de-chaussée de l'aile Est du cloître. C'est l'assemblée régulière où le pape reçoit et délibère des affaires majeures de l'Église, qu'elles soient ecclésiastiques, théologiques, judiciaires ou politiques. Les réunions se tiennent soit en présence des seuls cardinaux, c'est le consistoire secret ou ordinaire, soit en présence des cardinaux et de dignitaires ecclésiastiques ou laïques, c'est le consistoire public ou extraordinaire. C'est ici que l'on instruit et proclame les canonisations, comme celle de Sainte Brigitte de Suède. Le Consistoire est également le lieu où le pape reçoit souverains, légats et ambassadeurs de toutes nations.


Le Grand Tinel

Le terme de Tinel est employé en Italie et dans le midi de la France pour désigner les salles à manger, ou les réfectoires. Tinellum, vient du bas latin tina, qui veut dire tonneau. C'est ici que se déroulent les banquets organisés les jours de fêtes, en particulier lors de la nomination des cardinaux ou du couronnement d'un pape. Les jours maigres ou ordinaires, le pape est servi dans le Petit Tinel.


Aile du Conclave

Au Sud, l'aile des Hôtes, ou aile du Conclave, est composée de 3 niveaux et est percée d'un passage voûté, défendu à chaque extrémité par des portes à vantaux et surmonté d'une salle pour la manœuvre des herses.

Le niveau de plain pied avec la galerie supérieure est destiné aux appartements des hôtes de marque. Cette vaste salle de 38 mètres de long que l'on divise par des cloisons amovibles est appelée "Chambre de l'Empereur" à la suite du séjour de Charles Ier de Luxembourg. Elle est également utilisée lors des conclaves.

Au-dessous de l'appartement des hôtes, à proximité des cuisines, se trouve le logement des panetiers qui se chargent de l'achat des céréales pour la fabrication des pains et des bouteillers qui assurent l'approvisionnement en vins.

Le Grand Cellier, situé sous ce logement, occupe tout le rez-de-chaussée et sert d'entrepôt à vin.


L'aile des Familiers

À l'Ouest, l'aile des Familiers est un ensemble de logements destinés à la Curie. Elle compte 2 étages sur rez-de-chaussée. Elle est flanquée au Nord par la Tour de la Campane et au Sud par un petit campanile où se trouve la cloche d'argent qui annonce les repas, l'ouverture des séances du Tribunal de la Rote et les audiences du Consistoire.


La chapelle pontificale de Benoît XII

Au Nord, la chapelle pontificale de Benoît XII abritait les grandes cérémonies avant que Clément VI ne fasse édifier la Grande Chapelle. Elle comporte 2 niveaux, ce qui caractérise les chapelles palatines :

Un escalier de pierre, appliqué à l'extérieur de la galerie Nord, permet un accès direct au niveau supérieur.

A l'extrémité ouest de la galerie, un puits antérieur à la construction du Palais Vieux alimentait au XIVème siècle la Cour du Cloître et les jardins situés en contrebas du Consistoire.



Retour de Charles Ier de Luxembourg en Bohême

Jean Ier de Luxembourg Gouverneur du Languedoc

Vers 1338, Charles Ier de Luxembourg revient en Bohême.

Il trouve le royaume dans un état lamentable, Prague délabrée, le château royal en ruine.

Le jeune prince se décide à mettre de l'ordre dans l'administration du pays.

Les éléments sains de la population rallient autour du jeune prince qui peut renouer avec l'ancienne tradition politique avancée et s'appuyer sur des hommes dont la plupart sont des prélats cultivés ayant étudié dans les universités étrangères.

Charles Ier de Luxembourg est soutenu également par une vague puissante de patriotisme qui trouve son expression éloquente dans la chronique dite de Dalimil, écrite en tchèque au début du règne du roi Jean Ier de Luxembourg.

Ce dernier, mécontent de cette activité du prince, l'éloigne de nouveau pour 3 ans.

Jean Ier de Luxembourg est gouverneur du Languedoc du 30 novembre 1338 à novembre 1341.



Charles Ier de Luxembourg Roi de Bohême

En 1341, Jean Ier de Luxembourg, devenu entre temps aveugle, cède enfin et consent à ce que son fils monte sur le trône comme héritier de la couronne. A la Diète du pays, Charles Ier de Luxembourg est solennellement proclamé Roi de Bohême.



Naissance de Catherine de Luxembourg

Catherine de Luxembourg naît en 1342 ou 1343, fille de Charles Ier de Luxembourg et de Blanche de Valois.



Mariage de Louis Ier de Hongrie avec Marguerite de Luxembourg

Louis Ier de Hongrie épouse le 3 août 1342 Marguerite de Luxembourg (1335-1349), fille de Charles Ier de Luxembourg et de Blanche de Valois.


Boguslaw V de Poméranie et Élisabeth de Pologne

Mariage de Boguslaw V de Poméranie avec Élisabeth de Pologne

Le 24 février 1343 à Poznan, Boguslaw V de Poméranie, Barnim IV de Poméranie et Warcislaw V de Poméranie concluent une alliance avec Casimir III le Grand contre les Teutoniques.

En cas de guerre entre la Pologne et les Chevaliers teutoniques, les ducs poméraniens s'engagent à fournir 400 combattants à la Pologne et à empêcher le passage par leur territoire de chevaliers venant de l'ouest de l'Europe pour soutenir les Teutoniques.

Pour sceller cette alliance, Boguslaw V de Poméranie épouse Élisabeth de Pologne, fille de Casimir III de Pologne. Leurs enfants sont :



Préparatif de la destitution Louis IV de Wittelsbach par Clément VI

Depuis plus de 20 ans, Louis IV de Wittelsbach résiste aux excommunications pontificales, soutenu par l'opinion publique de l'Empire et par des hommes de science qui se sont réfugiés chez lui à Munich, tels Marsile de Padoue ou le franciscain Guillaume d'Occam, auteur d'invectives passionnées dirigées contre la curie romaine.

Comme l'empereur refuse de livrer à Rome ses protégés, le pape Clément VI se décide à mettre fin à cette lutte.

Il pense à faire élire Charles Ier de Luxembourg, le jeune roi de Bohême.

Ancien précepteur à la cour de France, Clément VI connaît bien Charles dès son enfance et il gagne l'admiration du jeune prince par son éloquence de prédicateur.

À la fin 1343, Clément VI invite Charles Ier de Luxembourg et Jean Ier de Luxembourg, les deux rois de Bohême, dans sa résidence.

Au début 1344, ils délibèrent dans le plus grand secret, sur les moyens à employer.



Destitution de Louis IV de Wittelsbach

Charles Ier de Luxembourg Roi des Romains

Charles Ier de Luxembourg Roi de Germanie

Pendant la vacance du trône, Charles Ier de Luxembourg, Comte de Moravie et de Bohême sous le nom de Wenceslas, âgé de 30 ans, promet d'annuler les mesures prises par son grand-père, Henri VII de Luxembourg, et reconnaît au Saint-Père Clément VI le vicariat d'empire.

Après de solides préparatifs diplomatiques et militaires, le pape enjoint le 28 avril 1346 à l'Empire d'élire un nouveau roi.

Le 11 ou le 26 juillet 1346, les princes électeurs se réunissent.

Le duc de Saxe et les trois électeurs ecclésiastiques dont Hélie de Talleyrand-Périgord, mené par Baudouin de Trèves, destituent l'empereur Louis IV de Wittelsbach.

Quelques semaines après la mort de Jean Ier de Luxembourg, Charles Ier de Luxembourg est élu roi des Romains et couronné Roi de Germanie, à Bonn sous le nom de Charles IV du Saint-Empire.

Louis V de Bavière, banni, ne peut pas prétendre à la couronne germanique et son parti essaie de décider Frédéric II de Misnie, Margrave de Misnie, à accepter la couronne germanique.

Toutefois, celui-ci n'a pas confiance en l'inconstance de son électorat et rejette la demande.


Charles Ier de Luxembourg

Mort de Jean Ier de Luxembourg

Couronnement de Charles Ier de Luxembourg

Charles Ier de Luxembourg Comte de Luxembourg

Jean Ier de Luxembourg (51 ans), Roi de Bohême, est présent à la bataille de Crécy, de même que son fils, Charles Ier de Luxembourg. Au plus fort de la bataille, bien qu'aveugle, Jean Ier demande à participer à la mêlée et fait attacher son cheval à ceux de ses compagnons. Jean Ier de Luxembourg meurt à Crécy le 26 août 1346. Charles Ier de Luxembourg se montre plus sensé et moins chevaleresque. Il mesure très vite le désastre et choisit la fuite.

Aujourd'hui, sur le site de la bataille, un drapeau de la république tchèque, héritière du royaume de Bohême, honore la mémoire du Roi Jean Ier de Luxembourg.

Jean Ier de Luxembourg, à demi français par son éducation, est mêlé aux luttes pour l'empire entre les Habsbourg et les Wittelsbach, prenant parti pour les seconds.

En butte à l'hostilité de la noblesse tchèque, il lui abandonne l'administration du pays et passe sa vie à parcourir l'Europe, se rendant au Luxembourg et à la cour de France.

Chevalier errant, il tente de faire de Prague un centre de chevalerie avec une organisation de la table ronde du roi Arthur.

Ainsi on le retrouve en son comté natal et au royaume de Bohême, en Silésie, en Pologne et en Lituanie, en Allemagne, au Tyrol et en Italie du Nord, auprès des papes à Avignon et à la cour des Rois de France.

Par sa politique matrimoniale, sa diplomatie et ses interventions guerrières il marque fortement sa présence sur l'échiquier européen et ce malgré sa cécité.

Charles Ier de Luxembourg est couronné roi de Bohême le 11 juillet 1346 sous le nom de Charles Ier. Il devient également Comte de Luxembourg.

Il se révèle un remarquable souverain. Les Pragois lui doivent leur célèbre pont Charles et beaucoup d'institutions qui font encore le charme de leur cité.



Attaque de Charles Ier de Luxembourg contre le Tyrol

Louis V de Bavière repousse avec succès une attaque de Charles Ier de Luxembourg contre le Tyrol en 1347.


Louis V de Bavière - par Ernst Herter -1899 - Siegesallee, Berlin

Mort de Louis IV de Wittelsbach Empereur germanique

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière Co-Duc de Bavière

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière Co-Comte de Hollande et de Hainault

Louis IV de Wittelsbach meurt en Allemagne le 11 octobre 1347 d'un incident cardiaque lors d'une partie de chasse. Cette disparition subite évite à Charles Ier de Luxembourg d'entrer en guerre avec l'empereur encore très puissant.

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière, ses fils lui succède en commun comme Duc de Bavière et Comte de Hollande et de Hainault.

Marguerite II de Hainaut, veuve de Louis IV de Wittelsbach, décide alors de s'occuper de ses comtés de Hainaut, de Hollande et de Zélande.



Édouard III d'Angleterre Anti-Roi germanique

Louis V de Bavière négocie avec l'allié de son père, Édouard III d'Angleterre, pour rivaliser avec Charles Ier de Luxembourg.

Édouard III d'Angleterre est élu Anti-Roi germanique le 10 janvier 1348 à Lahnstein mais démissionne seulement 4 mois plus tard.



Faux Valdemar de Brandebourg Margrave de Brandebourg

En 1348, un vieillard se présente devant l'archevêque de Magdebourg, se donne pour le véritable Valdemar de Brandebourg, venant juste de rentrer du pèlerinage qu'il a entrepris en Terre sainte.

Il laisse entendre que l'homme inhumé en 1319 est un imposteur.

Charles Ier de Luxembourg le met aussitôt à la tête de la Marche de Brandebourg.



Bernard d'Anhalt Comte palatin de Saxe

En 1348, Charles Ier de Luxembourg donne Landsberg et le palatinat de Saxe au prince Bernard d'Anhalt, ce qui déclenche une nouvelle guerre.

Ce conflit sera résolu par le mariage de Magnus II de Brunswick-Lunebourg, fils de Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel, avec Catherine d'Anhalt, la fille du prince Valdemar d'Anhalt.



Guerre civile au Brandebourg

Allié au Danemark et à la Poméranie, Louis V de Bavière repousse ensuite une révolte de 1348 à 1350 causé par le faux Waldemar, un imposteur qui réclame le Brandebourg avec le soutien de plusieurs villes et de Charles Ier de Luxembourg.

La guerre civile dévaste le Brandebourg.



Fondation l'Université de Prague

En 1348, Charles Ier de Luxembourg fonde l'Université Charles (Karlova Universita).



Gunther XXI de Schwarzbourg-Blankenbourg Anti-Roi germanique

Le 30 janvier 1349, à la Diète de Frankfort, le parti des Wittelsbach élit Günther von Schwarzburg ou Gunther XXI de Schwarzbourg-Blankenbourg Anti-Roi des Romains contre Charles Ier de Luxembourg, Roi de Bohême.



Cession de Durbuy

En 1349, Englebert III de La Marck acquiert le château et la ville de Durbuy des mains de Charles Ier de Luxembourg.



Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Anne du Palatinat

Demande de Clément VI de livrer Cola di Rienzo

Charles Ier de Luxembourg épouse en mars 1349 Anne du Palatinat (1329-1353), fille de Rodolphe II du Palatinat, Électeur palatin.

Leurs enfants sont :

Charles Ier de Luxembourg se réconcilie avec la famille impériale.

Charles Ier de Luxembourg ne se laisse pas décourager par la disgrâce du pape, mécontent de ses deux actes visant à rétablir la paix.

La tension entre Charles Ier de Luxembourg et le pape Clément VI s'accroît lorsque Charles refuse de donner suite à la demande de Clément VI de livrer Cola di Rienzo au tribunal pontifical.



Fin de la Guerre civile au Brandebourg

En mars 1350, Louis V de Bavière arrive à un accord avec Charles Ier de Luxembourg et le conflit prend fin.


Wenceslas Ier de Luxembourg

Wenceslas Ier de Luxembourg Comte de Luxembourg

Mariage de Wenceslas Ier de Luxembourg avec Jeanne de Brabant

Charles Ier de Luxembourg, son frère ainé, confie à Wenceslas Ier de Luxembourg le comté de Luxembourg en 1352.

Jean III de Brabant s'éloigne de l'alliance anglaise, préférant s'allier à la France en mariant ses filles à des alliés du royaume de France.

Jeanne de Brabant est veuve de Guillaume II de Hainaut.

Wenceslas Ier de Luxembourg épouse en mars 1352 Jeanne de Brabant, fille de Jean III de Brabant et de Marie d'Évreux.

Différentes sources attribuent jusqu'à 4 fils bâtards à Wenceslas Ier de Luxembourg :



Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Anne de Schweidnitz

Veuf pour la seconde fois, Charles Ier de Luxembourg âgé de 37 ans, n'a qu'une héritière, Catherine, laquelle vit à Vienne à la cour de son fiancé Rodolphe de Habsbourg.

Un remariage est donc impératif.

Charles Ier de Luxembourg épouse le 27 mai 1353 Anne de Schweidnitz (1339-11 juillet 1362), fille de Henri II, Duc de Schweidnitz.

Leurs enfants sont :



Jean Ier de Lorraine Lieutenant général de l'Empire en pays mosellan

En décembre 1353, pendant un séjour de l'empereur Charles Ier de Luxembourg, Jean Ier de Lorraine lui rend hommage pour le duché de Lorraine, et celui-ci le fait lieutenant général de l'Empire en pays mosellan.



Érection du comté de Bar en duché.

Robert Ier de Bar Duc de Bar

Wenceslas Ier de Luxembourg Duc de Luxembourg

La seigneurie de Pont-à-Mousson est érigé en marquisat, les actes mentionnent Robert Ier de Bar comme Marquis de Pont-à Mousson et Comte de Bar, ce qui, pour les nobles barrois, est illogique, le Barrois étant territorialement plus important que Pont-à-Mousson.

Pour résoudre cette anomalie, l'Empereur Charles Ier de Luxembourg érige le comté de Bar en duché.

Robert Ier de Bar devient Duc de Bar en 1354.

Le 13 mars 1354, Charles Ier de Luxembourg érige aussi le Luxembourg en duché.

Wenceslas Ier de Luxembourg devient Duc de Luxembourg.



Fondation de la Décapole

En 1354, Charles Ier de Luxembourg ratifie la fondation de la Décapole, en allemand Zehnstädtebund ou Dekapolis, une alliance entre 10 villes libres alsaciennes au sein du Saint-Empire romain germanique :

La Décapole a pour vocation de favoriser une coopération entre ces villes, sans pour autant esquisser une union politique au niveau régional.

Outre l'alliance militaire, l'entraide est également financière en cas de banqueroute.

Haguenau en devient le chef-lieu alors que Strasbourg, également ville libre d'empire, reste en dehors de la ligue.

L'indépendance des villes amène la dislocation du sol alsacien en une foule de seigneuries ecclésiastiques et laïques.



Expédition de Charles Ier de Luxembourg en Italie

En octobre 1354, accompagné de 300 cavaliers seulement, Charles Ier de Luxembourg entreprend, une expédition et franchit les Alpes.



Mariage de Rodolphe IV d'Autriche avec Catherine de Luxembourg

Rodolphe IV d'Autriche épouse vers 1355 ou en 1357 Catherine de Luxembourg, fille de Charles Ier de Luxembourg et de Blanche de Valois.


Fresque du Rathaus de Cologne représentant Charles Ier de Luxembourg

Charles Ier de Luxembourg Roi des Lombards

Charles Ier de Luxembourg Empereur germanique

Charles Ier de Luxembourg reçoit à Pavie le 6 janvier 1355 la couronne des Lombards.

Charles Ier de Luxembourg poursuit sa route en évitant soigneusement de se mêler des affaires intérieures des cités et se contente de nommer moyennant finances des vicaires d'empire.

Aldobrandino III d'Este est parmi les premiers à lui rendre hommage, en échange de privilèges et de récompenses.

La puissance de Jean II de Montferrat s'accroit quand il accompagne Charles Ier de Luxembourg pour son couronnement.

Jean II de Montferrat reçoit le titre de Vicaire impérial.

En 1355, à Rome, grâce à l'aide du nouveau pape Innocent VI, après avoir prié comme un simple pèlerin dans les basiliques, Charles Ier de Luxembourg se fait couronner empereur au Latran par le cardinal d'Ostie le jour de Pâques.

Il peut désormais imposer aux électeurs son fils comme successeur.

Charles Ier de Luxembourg repart le soir même pour bien montrer qu'il ne considère pas Rome comme sa capitale.



Diète de Nuremberg

Peu de temps après son séjour en Italie, Charles Ier de Luxembourg convoque l'assemblée solennelle qui s'ouvre à Nuremberg le 25 novembre 1355.

Il veut mettre au profit son autorité impériale pour consolider sa position dans l'Empire et souhaite promulguer une loi qui assure pour toujours la stabilité de l'Empire.

Il fixe d'entrée de jeu comme vaste programme aux participants de mettre de l'ordre dans les institutions et de corriger les plus graves de leurs défauts.

Les quelques semaines que dura la diète ne suffisent pas pour mettre au point tout ce qui a été décidé.



Guillaume V de Juliers Duc de Juliers

En 1356, Charles Ier de Luxembourg érige la marche de Juliers en duché.

Guillaume V de Juliers devient Duc de Juliers.

Gérard VI de Juliers est associé à Guillaume V de Juliers, son père.


Wenceslas Ier de Luxembourg - Maison des Ducs de Brabant - Grand-Place de Bruxelles

Bataille de Scheut

Louis II de Mâle Duc de Brabant

Révolte des Brabançons

Prise de Bruxelles par les Flamands

Afin de garantir l'indivisibilité du duché de Brabant, Wenceslas Ier de Luxembourg signe en janvier 1356 le Blijde Inkomst afin d'éviter un partage entre les filles de Jean III.

Jeanne de Brabant, en tant qu'aînée, devient Duchesse de Brabant et de Limbourg.

Wenceslas Ier de Luxembourg, son époux, devient aussi Duc de Brabant et de Limbourg mais il doit se battre contre Louis II de Mâle, marié à Marguerite de Brabant, qui revendique sa part de duché.

Louis II de Mâle réclame les arriérés de paiement de la vente de Malines et le paiement de la dot de sa femme, ce qui lui est refusé.

Louis II de Mâle envahit alors le Brabant.

Après la bataille de Scheut, les Flamands de Louis II de Mâle prennent Bruxelles le 17 août 1356 et s'empare du duché de Brabant.

Mais les Brabançons, avec à leur tête un certain Everard t'Serclaes, se révoltent du 24 au 29 octobre 1356 et par un coup d'audace parviennent à chasser les Flamands de la ville.

Avec le soutien de l'empereur Charles Ier de Luxembourg, le frère aîné de Wenceslas, Wenceslas Ier de Luxembourg et Jeanne de Brabant réussissent à faire valoir leurs droits et à conserver le duché moyennant la cession de quelques seigneuries à la Flandre.

Par la suite, Wenceslas Ier de Luxembourg devra faire face à des troubles intérieurs.



Droit de battre monnaie pour Amédée III de Genève

En 1356, Amédée III de Genève obtient de l'empereur Charles Ier de Luxembourg, le droit de battre monnaie, sur le palais de l'Isle.



Attaque de Milan par Markward von Raudeck

Markward von Raudeck Prisonnier

Travaux au palais et à l'église de San Giovanni in Conca

À la suite d'offenses faites à l'empereur Charles Ier de Luxembourg par les Visconti, celui-ci dépêche son vicaire impérial Markward von Raudeck qui attaque Milan le 4 octobre 1356.

Le 12 novembre 1356, le vicaire impérial est fait prisonnier par les troupes de Barnabé Visconti, commandées par Lodrisio Visconti, un neveu de Mathieu Ier.

Barnabé Visconti fait fortifier le palais de San Giovanni in Conca et embellir l'église homonyme.



Soulèvement des Parisiens

Charles Ier de Luxembourg conseille son neveu Charles V le Sage, à Metz, en 1356, lors d'un soulèvement des Parisiens.


Bulle d'Or de Metz

Promulgation de la Bulle d'Or de Metz

Les travaux commencés la Diète de Nuremberg reprennent à Metz.

Le jour de Noël 1356, un code impérial (Kaiserliches Rechtsbuch) est promulguée, qui sera appelé communément à partir du XVe siècle Bulle d'Or de Metz.

Elle établit la procédure des élections impériales germanique afin d'empêcher les guerres pour la couronne impériale.

Jusqu'au XIXe siècle, elle sera la loi fondamentale de l'empire germanique.

Les électeurs sont :

3 électeurs ecclésiastiques :

La chambre doit être toujours présidée par le prince archevêque de Mayence et qui est chancelier de l'empire.

Au XVII siècle viendront s'ajouter les ducs de Bavière et de Hanovre.

La bulle fixe exactement et en détail les droits de chacun des 7 électeurs, ainsi que les formalités de vote et de l'installation du nouveau roi.

Afin d'éviter à l'avenir confusions et disputes, les électorats sont déclarés indivisibles.

Ils sont transmis par primogéniture en ligne directe.

En cas de minorité, l'oncle le plus âgé du prince vote à sa place jusqu'à ce qu'il ait dix-huit ans.

Si le lignage s'éteint, l'empereur est libre d'en désigner un autre à sa guise, sauf en Bohême, car le droit d'élire un nouveau monarque dans ce pays appartient à ses états.

Plus de prétextes légaux à la désignation d'un antiroi !

La Bulle d'Or fait des électeurs les associés de l'empereur qui, une fois au moins par an, délibère avec eux des affaires du royaume.

Attaquer des électeurs, c'est s'exposer aux peines prévues pour les crimes de lèse-majesté.

Les électorats sont dotés de prérogatives si larges qu'ils ressemblent de près à des États souverains.

L'empire est désormais un assemblage de principautés dotées à tout le moins d'une très large autonomie et dans sept cas d'une quasi-souveraineté.

L'empereur est en quelque sorte le président d'un organisme que les constitutionnalistes actuels appelleraient fédération.

La bulle ne souffle mot du pape, dans la continuité des lois anti-papales promulguées par les Diètes tenues sous Louis IV de Wittelsbach.

Charles aurait bien voulu poursuivre ses travaux législatifs, mais il y renonce, car il est de plus en plus souvent entraîné dans la guerre de Cent Ans.

Notons que seule la branche palatine des Wittelsbach et Louis VI le Romain en qualité de Margrave de Brandebourg sont investis de la fonction élective.

Cela engendre un nouveau conflit entre Louis V de Bavière et Charles Ier de Luxembourg.



Éducation de Casimir III de Poméranie à la cour de Charles Ier de Luxembourg

De 1357 à 1367, Casimir III de Poméranie est éduqué à la cour de Charles Ier de Luxembourg à Prague.



Frédéric V de Nuremberg Burgrave de Nuremberg, de Bayreuth, d'Ansbach

En 1357, Frédéric V de Nuremberg succède à Jean II de Nuremberg, son père, devient Burgrave de Nuremberg, de Bayreuth, d'Ansbach.

Charles Ier de Luxembourg confie à Frédéric V de Nuremberg la protection militaire du château de Nuremberg, lieu stratégiquement important pour le Saint Empire romain germanique.

Les services rendus à la couronne impériale par Frédéric V de Nuremberg amènent l'Empereur à l'élever au rang de premier burgrave de rang royal.



Paix en Lombardie

Charles Ier de Luxembourg rétabli la paix en Lombardie le 8 juin 1358

Charles Ier de Luxembourg laisse Novare aux Visconti et Asti au Montferrat.



Naissance d'Élisabeth de Luxembourg

Élisabeth de Luxembourg naît le 19 avril 1358, fille de Charles Ier de Luxembourg et d'Anne de Schweidnitz.



Mariage de Jean II de Montferrat avec Isabelle Ire de Majorque

Jean II de Montferrat atteint l'apogée de sa puissance.

Avec l'accord de Charles Ier de Luxembourg, Jean II de Montferrat épouse à Montpellier le 4 septembre 1358 Isabelle Ire de Majorque, Reine titulaire de Majorque. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert de Mecklembourg avec Richardis de Schwerin

Albert de Mecklembourg épouse en 1359 Richardis de Schwerin (morte en 1377), fille d'Othon Ier de Schwerin.

Leurs enfants sont :



Condamnation de Barnabé Visconti par Charles Ier de Luxembourg

Accusation d'hérésie contre Barnabé Visconti

En 1360, l'empereur Charles Ier de Luxembourg, en accord avec le pape Innocent VI, émet un décret de condamnation de Barnabé Visconti son vicaire impérial milanais.

En août 1360, le pape Innocent VI adresse une première accusation d'hérésie à Barnabé Visconti.



Naissance de Venceslas

Venceslas Ier du Saint-Empire Roi de Bohême

Wenceslas ou Venceslas Ier du Saint-Empire (en allemand : Wenzel, en tchèque : Václav), dit l'Ivrogne ou le Paresseux, naît à Nuremberg en Bavière le 26 février 1361, fils de Charles Ier de Luxembourg et d'Anne de Schweidnitz.

Venceslas Ier du Saint-Empire devient Roi de Bohême en 1361 sous le nom de Venceslas IV de Bohême.



Namur vassal de l'Empire

Le 18 janvier 1362, Guillaume Ier de Namur obtint de l'empereur Charles Ier de Luxembourg que Namur soit directement vassal de l'Empire, et non plus du Hainaut.



Engagement de Looz auprès de l'Empereur

Le 25 décembre 1362, Arnoul de Rumigny engage Looz auprès de Charles Ier de Luxembourg pour financer la reconquête de Looz, mais échoue dans cette entreprise.



Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Poméranie

Charles Ier de Luxembourg épouse le 21 mai 1363 Élisabeth de Poméranie, fille de Boguslaw V de Poméranie et d'Élisabeth de Pologne.

Leurs enfants sont :



Don d'une châsse par Charles Ier de Luxembourg à l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune

En 1365, Charles Ier de Luxembourg de passage à l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune offre une châsse en argent, dans laquelle est déposée une partie des reliques tirées du tombeau primitif de Sigismond II de Burgondie.

Charles Ier de Luxembourg en emporte une notable quantité à Prague, sa tête notamment, et Sigismond II de Burgondie devient ainsi le saint patron de la République tchèque.



Charles Ier de Luxembourg Roi d'Arles

Amédée VI de Savoie Vicaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles

Charles IV est très francophile, suivant en cela l'exemple de son père, Jean Ier de Luxembourg.

Pour affirmer les droits de l'Empire sur le royaume d'Arles, comme son prédécesseur Frédéric Ier Barberousse, Charles Ier de Luxembourg, vient après son passage à Avignon, se faire couronner le 4 juin 1365 Roi d'Arles à l'Église Saint-Trophime.

Charles Ier de Luxembourg garantit à Jeanne Ire d'Anjou ses droits sur la Provence.

Amédée VI de Savoie réussit à obtenir le titre de "vicaire perpétuel et héréditaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles" des mains de Charles Ier de Luxembourg de passage à Chambéry, lui permettant d'exiger l'hommage des évêques de Tarentaise, Maurienne, Belley, Sion et Genève, même si ce dernier se dérobe vite.



Ravage de la Lorraine, des Vosges et des bords du Rhin

En 1365, pour faire sortir les compagnies du royaume de France, une croisade est organisée contre les turcs en Hongrie.

Elle a le soutien du Pape Urbain V qui cherche à se débarrasser des compagnies qui asphyxient Avignon et celui de l'empereur Charles Ier de Luxembourg qui soutient ainsi son Neveu Charles V le Sage.

Arnaud de Cervole est mis à la tête de ces grandes compagnies qui ne dépasse pas Strasbourg mais ravage la Lorraine, les Vosges et les bords du Rhin.



Mariage d'Albert III d'Autriche avec Élisabeth de Luxembourg

Albert III d'Autriche épouse en 1366 Élisabeth de Luxembourg, fille de Charles Ier de Luxembourg et d'Anne de Schweidnitz.



Naissance de Sigismond Ier de Luxembourg

Sigismond Ier de Luxembourg naît à Nuremberg en Bavière le 14 février 1368, fils de Charles Ier de Luxembourg et d'Élisabeth de Poméranie.



Siège de Mantoue

Barnabé Visconti et Cansignoro della Scala assiègent Mantoue en avril 1368.

Ils se retrouvent opposés à Charles Ier de Luxembourg et les troupes de la ligue papale qui libère la ville, en mai 1368.

Les échauffourées cessent au mois d'août 1368 grâce à un accord entre Barnabé Visconti, Charles Ier de Luxembourg et le légat du pape.



Deuxième voyage de Charles Ier de Luxembourg à Rome

Charles Ier de Luxembourg entreprend en 1368 son deuxième voyage à Rome afin d'y raffermir la position du pape Urbain V ainsi que l'autorité de l'Empire.

Deux mois durant, les deux plus hautes autorités du monde chrétien donnent l'image d'une entente parfaite.



Paix de Bologne

De défaite en déconfiture, Barnabé Visconti se voit contraint de signer négocier. La paix de Bologne est signée le 11 février 1369 entre :

Pour Mantoue et Guy Gonzague, le principal acquis de cette paix est l'agrandissement de la seigneurie par le rattachement des fiefs de Cavriana, Castiglione delle Stiviere, Solférino, Volta, Medole et Ceresara.



Naissance de Jean de Goerlitz

Jean de Goerlitz naît en 1370, fils de Charles Ier de Luxembourg et d'Élisabeth de Poméranie.



Mort de Rodolphe II de Saxe-Wittenberg

Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg Électeur de Saxe

Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg Prince de Lunebourg

Devenu presque entièrement aveugle peu avant sa mort, Rodolphe II de Saxe-Wittenberg reçoit parfois l'épithète d'aveugle dans les chroniques.

Rodolphe II de Saxe-Wittenberg meurt à Wittenberg le 6 décembre 1370.

En février 2009 des archéologues, excavant le site de l'ancien monastère franciscain de Wittenberg, mettent au jour la tombe de Rodolphe II de Saxe-Wittenberg.

Le prince ascanien a été inhumé dans un simple cercueil en bois, aux côtés de sa seconde femme et de ses filles.

Le cercueil contient encore l'épée et le sceau ducal en plomb avec lequel on avait inhumé Rodolphe.

Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg succède à son frère Rodolphe II de Saxe-Wittenberg et devient électeur de Saxe en 1370.

Charles Ier de Luxembourg considère que le Lunebourg est revenu à l'empire avec l'extinction de la lignée de Guillaume II de Brunswick-Lunebourg.

Charles Ier de Luxembourg attribue le duché de Lunebourg à Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg au détriment de Magnus II de Brunswick-Lunebourg.

Plusieurs villes dont : Lauenbourg, Uelzen et Hanovre font acte d'allégeance à la Maison de Saxe.

Magnus II de Brunswick-Lunebourg refuse de s'effacer : c'est le début de la guerre de succession du Lunebourg.

Magnus II de Brunswick-Lunebourg, avec beaucoup de difficultés, parvient à conserver parmi ses alliés, la ville de Brunswick.



Invasion du Brandebourg

En 1371, Charles Ier de Luxembourg envahit le Brandebourg, négligé par Othon Otto V le bavarois.



Siège d'Asti

Guerre entre Grégoire XI et Barnabé Visconti

Bataille contre la Ligue

Francesco da Fogliano Prisonnier

Mort de Francesco da Fogliano

En Lombardie, le 22 février 1372, Odon de Villars participe à la victoire d'Amédée VI de Savoie, Comte Vert, sur Galéas II Visconti

Odon de Villars suit la voie de ses pères. Il est damoiseau d'Amédée VI de Savoie, le Comte Vert.

Au début de l'été 1372, Odon de Villars rejoint Othon IV de Brunswick-Grubenhagen, assiégé dans Asti, la capitale du Montferrat, en compagnie de Gaspard de Montmayeur. À la tête de 500 lances, les deux capitaines savoyards repoussent les troupes de Galéas II Visconti et d'Ambrogio Visconti et s'emparent de quelques bastions.

En juin de 1372, Othon IV de Brunswick-Grubenhagen quitte Asti assiégée et arrive à Avignon à la recherche d'alliés.

Grégoire XI prêche la croisade contre les Visconti et forma une Ligue, placée sous le commandement d'Amédée VI de Savoie, pour rabattre leur superbe.

Grégoire XI prend à son service (contre 10 000 ducats sonnants et trébuchants) le condottière anglais John Hawkwood.

Raymond VIII de Turenne s'illustre en tant que Capitaine pontifical en Italie et succède à Juan Fernandez de Heredia comme Capitaine Général des Armes du Comtat Venaissin.

En juin 1372, l'armée de Barnabé Visconti défait les troupes de la Ligue et le capitaine Francesco da Fogliano est fait prisonnier. Barnabé Visconti demande, en échange de sa vie, que lui soient cédés les châteaux qu'il possède autour de Reggio d'Émilie, mais son frère Guido da Fogliano n'ayant pas accepté le chantage, Francesco est pendu aux créneaux des murs de Reggio d'Émilie.

En juillet de 1372, Grégoire XI nomme Gantonnet d'Abzac, Capitaine général de Verceil, en Lombardie.

Le 12 octobre 1372, Grégoire XI envoie Hugues de la Roche en Lombardie, avec le titre de conseiller, rejoindre Raymond VIII de Turenne et Nicolas Roger de Beaufort qui guerroient contre les Visconti.

Grégoire XI obtient l'appui de Charles Ier de Luxembourg, l'Empereur, de la reine de Naples et du roi de Hongrie.

Au retour de sa première campagne d'Italie, où Raymond VIII de Turenne est fait chevalier d'armes devant Cuneo par Amédée VI de Savoie en 1372.



Charles Ier de Luxembourg Margrave de Brandebourg

Parvenu à l'apogée de sa puissance politique, Charles Ier de Luxembourg songe à assurer à son fils la succession de la couronne impériale.

C'est pourquoi il veut acheter à Otto V le bavarois le Brandebourg ou Brandembourg avec la dignité de prince électeur. Celui-ci refuse.

Charles Ier de Luxembourg l'oblige militairement à renoncer à ses droits.

Otto V le bavarois abdique (il conservera la dignité électorale jusqu'à sa mort) et se retire en Bavière.

Charles Ier de Luxembourg devient margrave de Brandembourg en 1373.

Cette conquête sera son dernier succès et provoque du mécontentement dans l'Empire.



Don du diocèse de Chiusi et de la juridiction de Cortona à Guillaume III Roger de Beaufort

Le 8 décembre 1373, en récompense des exploits militaires de Raymond VIII de Turenne son fils en Italie, l'empereur Charles Ier de Luxembourg donne en fief à Guillaume III Roger de Beaufort :

Guillaume III Roger de Beaufort qui y gagne le surnom de Villata



Venceslas Ier du Saint-Empire Roi de Germanie

Le 1er juin 1376, les électeurs se mettent d'accord pour élire le fils de Charles Ier de Luxembourg, Venceslas Ier du Saint-Empire.

En tant qu'électeur de Saxe, Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg prend part à cette élection.

Le pape Grégoire XI proteste, estimant que l'élection d'un fils du vivant de son père est un acte insolite. Il exige du fils comme du père qu'ils prennent l'engagement de ne plus recourir dorénavant à cette procédure.

Charles Ier de Luxembourg répond de façon évasive. Le pape élève le ton :

Qu'un roi fût sacré sans l'accord du souverain pontife est inadmissible.

Cette réponse irrite les électeurs qui confirment leur vote et poussent au sacre de Venceslas, qui est couronné à Aix-la-Chapelle le 5 juillet 1376.Charles s'efforce de calmer les esprits en Avignon.


Charles V le Sage accueille Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire

Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire à Vincennes

Les anglais ne veulent pas reconnaître leur défaite. Charles V le Sage fait venir Charles Ier de Luxembourg, son oncle, pour lui demander d'avaliser sa souveraineté retrouvée.

Pour l'empereur, les enjeux concernent les trônes vacants et les alliances en Hongrie et en Pologne.

Charles Ier de Luxembourg, bien que malade, fait un long voyage depuis Prague.

Il commence sa visite par la basilique de Saint-Denis et la Sainte Chapelle de Paris.

Le 4 janvier 1378, un long cortège où se pressent les dignitaires, les ducs, les comtes et les prélats ainsi que la foule des parisiens arrive à Vincennes.

Charles V le Sage, sur son palefroi blanc, vient à la rencontre Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire, son fils et les reçoit au château de Vincennes.

Le protocole est minutieusement élaboré pour que le roi de France soit l'égal de son prestigieux visiteur.

L'empereur, après avoir entendu l'historique du conflit, soutient son neveu, condamne l'Angleterre, et considère publiquement la reconquête comme juste.

L'empereur confirme ainsi la souveraineté des Valois sur les territoires reconquis.

Ce voyage ruine la santé de Charles Ier de Luxembourg.


Urbain VI Pape Clément VII Anti Pape Grand Schisme d'Occident

Mort de Grégoire XI

Siège du château Saint-Ange

Urbain VI Pape romain

Clément VII Anti Pape d'Avignon

Installation de Clément VII à Avignon

Début du Grand Schisme d'Occident

Des négociations en vue d'un processus de paix débutent à Sarzano avec Barnabé Visconti et les Florentins.

Gravement malade, se sentant menacé dans son palais même, Grégoire XI finit cependant par prendre Rome en aversion et seule la mort l'empêche de retourner à Avignon.

Peu avant sa mort, Grégoire XI désigne son cher Hugues de Saint-Martial comme son exécuteur testamentaire.

Grégoire XI meurt le 27 mars 1378 à Rome avant d'avoir pu expédier les bulles d'approbation de l'élection de Venceslas Ier du Saint-Empire.

Grégoire XI est le dernier pape de nationalité française. Il est instruit et pieux, mais a cependant une certaine tendance au népotisme.

Grégoire XI réussit à pacifier la Castille, l'Aragon, la Navarre, la Sicile et Naples.

Grégoire XI déploie également beaucoup d'efforts pour réunir les églises grecque et romaine, pour entreprendre une nouvelle croisade, et pour réformer le clergé.

En mai 1378, avec son fils Gérald, Hugues de la Roche défend le château Saint-Ange que lui a confié Raymond VIII de Turenne. Ils tiennent cette forteresse pendant 14 mois.

Bartolemeo Prignano, archevêque de Bari, est élu pape le 2 août 1378 sous le nom de Urbain VI.

Il est le premier pape italien, élu à Rome, depuis le retour du Saint-Siège dans cette ville.

Rentré chez lui, Charles Ier de Luxembourg apprend, au cours de l'été 1378, que les cardinaux considèrent l'élection d'Urbain VI comme nulle.

Il écrit aussitôt à Jeanne Ire d'Anjou, Reine de Naples et la prie de raisonner le Sacré Collège.

Urbain VI se rend tellement odieux auprès des cardinaux français que ceux-ci élisent Robert de Genève, cardinal de Genève, un prélat français, le 20 septembre 1378 sous le nom de Clément VII.

Il est élu notamment par son successeur Benoît XIII qui met à son profit ses compétences juridiques.

Clément VII est le premier pape qui s'installe en Avignon.

C'est le début du Grand Schisme d'Occident, qui verra 2 (et même parfois 3) papes sur le trône de Saint-Pierre.

Pierre de Sortenac participe aux 2 conclaves de 1378.

Pierre de Sortenac rejoint l'obédience d'Avignon de l'antipape Clément VII.

Jean Allarmet de Brogny rejoint Clément VII à Avignon.

Après avoir hésité, Jeanne Ire d'Anjou se prononce pour Clément VII et lui avance 64.000 florins.

Urbain VI de son coté encourage les ennemis de Jeanne Ire d'Anjou :

Pierre III de Genève, frère de Clément VII, passe les dernières années de sa vie auprès de lui à Avignon à combattre pour asseoir son pouvoir.



Visite de Charles Ier de Luxembourg à Charles V le Sage

La visite que Charles Ier de Luxembourg rend encore à son neveu Charles V le Sage en 1378, peu avant sa mort, est splendidement relatée dans les Grandes Chroniques de France.



Fin de la domination des empereurs germaniques sur la Provence

La domination des empereurs germaniques, bien que théorique cesse lorsque Charles Ier de Luxembourg accord à Charles VI le Fou, le titre et les pouvoirs de l'empereur romain sur le Royaume d'Arles et de Provence en 1378.


Château royal à Prague Cathédrale Saint-Guy à Prague Le Pont Charles à Prague

Mort de Charles Ier de Luxembourg

Couronnement de Venceslas Ier du Saint-Empire Roi des Romains

Charles Ier de Luxembourg meurt le 29 novembre 1378, âgé de 62 ans, avant que la nouvelle du Schisme l'eût atteint. Sa piété sincère aurait été blessée gravement s'il avait su que "la tunique sans couture" s'était déchirée.

Les quatre épouses de Charles Ier de Luxembourg sont enterrées auprès de leur mari dans la crypte de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

Charles Ier de Luxembourg occupe dans l'histoire de l'Empire une place d'honneur, bien qu'il se soit considéré avant tout comme un Tchèque. Charles Ier de Luxembourg rentre toujours volontiers à Prague.

Adalbert Rankuv (Ranconis) de Jezov, docteur et ancien recteur de d'Université de Paris, en prononçant l'oraison funèbre de Charles IV, l'appelle, à juste titre, "le Père de la Patrie".

Mais la population allemande de l'état tchèque est jalouse de l'affection du peuple tchèque. Encore de nos jours quelques historiens allemands répètent les paroles de l'empereur Maximilien Ier selon lequel Charles n'aurait été que "le beau-père de l'Empire".

L'Allemagne vit 30 années de paix grâce à aux talents de diplomate de Charles IV du Luxembourg.

Charles essaie de fixer le droit du pays en faisant rédiger un code de l'État de Bohême, appelé Majestas Carolina, dont il ne peut, à cause de la résistance de la haute noblesse, faire voter que quelques chapitres, d'ailleurs les plus importants.

Charles Ier de Luxembourg montre une grande condescendance envers le pape et le clergé, établit en faveur du Saint-Siège des impôts onéreux, affranchit le clergé de toute autorité temporelle et s'attire par là de grandes difficultés.

Charles IV concentre son énergie à la gestion de son domaine tchèque et utilise le produit des riches mines de Bohême pour assurer un véritable essor économique.

De l'autre coté de la rivière Vltava (Moldau en Allemand), les disciples de Mathieu d'Arras et Pierre Parler édifient quelques grandes églises, notamment le monastère, dit "Na Slovanech".

Charles Ier de Luxembourg embellit sa ville de Prague :

Il fait venir à Prague des artistes qui réalisent des enluminures de manuscrits (Jean de Troppeau) ou des peintures sur bois (Nicolas Wurmser)

Il fait de Prague une capitale internationale de la science et de la culture en fondant la première université de l'Europe centrale.

Dans les environs de Prague, Charles fait construire le château fort de Karlstejn, destiné à abriter les joyaux de la Couronne et les insignes de l'Empire. Les fresques gothiques qui y sont réalisées par le maître Théodoric, sont l'un des plus beaux exemples de l'art de cette époque.

L'empereur contribue en personne au mouvement scientifique, notamment dans le domaine de l'histoire, par son autobiographie ainsi que par sa collaboration avec deux historiographes de cour.

Sous sa protection, la littérature prit en Bohême un développement fécond, notamment la littérature religieuse, aussi bien allemande que tchèque.

Son chancelier, Jean de Streda (Neumarkt), écrivain allemand et admirateur de Cola di Rienzo, de Pétrarque et de Dante, excelle en épistolographie et fait de la Chancellerie un centre culturel réputé.


Le château royal à Prague

Charles IV du Luxembourg fait reconstruire le château royal.


Cathédrale Saint-Guy à Prague

Mathieu d'Arras et Pierre Parler, un architecte et sculpteur souabe, lui élèvent à Prague, la magnifique cathédrale Saint-Guy.


Le Pont Charles à Prague

Charles IV du Luxembourg fait reconstruire le Pont Charles à Prague

Venceslas Ier du Saint-Empire, âgé de 17 ans, est couronné Roi des Romains en 1378. Il ne sera jamais formellement couronné empereur par le pape.

Venceslas continue d'abord la politique de son père, mais, trop jeune et frivole, il change complètement d'attitude et passe son temps en fêtes et en débauches, ce qui dresse contre lui nombre de ses sujets.


Entrée de Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire à Cambrai - Grandes Chroniques de France - enluminées par Jean Fouquet

Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire à Cambrai

Le 22 décembre 1378, Charles Ier de Luxembourg et Venceslas Ier du Saint-Empire, son fils, rencontrent l'évêque et les bourgeois de Cambrai.



Mariage d'Antoine de Luxembourg avec Antoinette de Bauffremont

Antoine de Luxembourg épouse le 15 mars 1472 Antoinette de Bauffremont. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles Ier de Luxembourg-Ligny

Charles Ier de Luxembourg-Ligny naît en 1488, fils d'Antoine de Luxembourg et d'Antoinette de Bauffremont.



Mariage de Charles Ier de Luxembourg-Ligny avec Charlotte d'Estouteville

Charles Ier de Luxembourg-Ligny épouse en 1510 Charlotte d'Estouteville. Leurs enfants sont :



Mort d'Antoine de Luxembourg Comte de Brienne, Comte de Ligny

Charles Ier de Luxembourg-Ligny Comte de Ligny

Antoine de Luxembourg meurt en 1519.

Charles Ier de Luxembourg-Ligny, son fils, devient Comte de Ligny.



Mort de Charles Ier de Luxembourg-Ligny

Charles Ier de Luxembourg-Ligny meurt le 10 décembre 1530.



Naissance de Louis III de Luxembourg-Ligny

Louis III de Luxembourg-Ligny Comte de Roussy

Mort de Charlotte d'Estouteville Baronne de Garennes, Dame de Beynes et de Blainville

Louis III de Luxembourg-Ligny naît en 1530, fils de Charles Ier de Luxembourg-Ligny et de Charlotte d'Estouteville.

Louis III de Luxembourg-Ligny est Comte de Roussy.

Charlotte d'Estouteville meurt le mercredi 10 décembre 1530


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !