Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



36 événements affichés, le premier en 1589 - le dernier en 1661



Mariage de Jacques VI avec Anne de Danemark

Jacques VI Stuart épouse à Oslo le 22 décembre 1589 Anne de Danemark, fille de Frédéric II de Danemark et de Sophie de Mecklembourg-Gustrow. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles Ier Stuart

Charles Ier Stuart naît à Dunfermline le 19 novembre 1600, fils de Jacques VI Stuart et d'Anne de Danemark.

Henri II de Rohan charme la reine Élisabeth Ire Tudor.

Le roi d'Écosse, Jacques VI Stuart lui demande d'être le parrain de Charles Ier Stuart, son fils.


Débarquement de Marie de Médicis à Marseille - par Pierre-Paul Rubens

Mariage d'Henri IV de France avec Marie de Médicis

Nicolas Brûlart de Sillery conclut le remariage du roi avec Marie de Médicis. Ce mariage répond à des préoccupations dynastiques et financières.

Les Médicis, banquiers créanciers du roi de France, promettent une dot d'un montant total de 600 000 écus d'or, ce qui donne à la reine le surnom de la grosse banquière.

Le contrat de mariage d'Henri IV de France et de Marie de Médicis est signé le 25 avril 1600 à Florence.

Le mariage est célébré par procuration à Florence le 15 juillet 1600.

Lors de l'arrivée de Marie de Médicis, ayant trouvé Antoinette de Pons plus vertueuse que jamais Henri IV de France lui déclare que puisqu'elle est véritablement dame d'honneur elle sera dame d'honneur de sa femme.

Antoinette de Pons est chargée d'accueillir Marie de Médicis à Marseille où elle débarque en France avec une suite de 2 000 personnes.

Henri IV de France épouse à Lyon, le16 ou 17 décembre 1600 Marie de Médicis, fille de François Ier de Médicis et de Jeanne de Habsbourg. Leurs enfants sont :

Ils passent leur première nuit de noce à Lyon.

Marie de Médicis est une femme de belle prestance, grande, grasse, de petits yeux, froide, hautaine, fastueuse, paresseuse, jalouse, vindicative, d'humeur acariâtre. Elle a un magnifique teint blanc, des cheveux châtains.

Marie de Médicis ne s'entend pas toujours avec Henri IV. D'un tempérament très jaloux, elle ne supporte pas les aventures féminines de son mari, et les nombreuses indélicatesses de ce dernier à son égard. En effet il l'oblige à côtoyer ses maîtresses, et lui refuse souvent l'argent nécessaire pour régler toutes les dépenses qu'elle entend réaliser pour manifester à tous son rang royal.

Des scènes de ménage ont lieu entre les deux époux, suivies de périodes de paix relative.

Catherine de Clèves sera dame d'honneur de Marie de Médicis.



Mort d'Henri-Frédéric Stuart Prince de Galles, Duc de Rothesay et de Cornouailles

Henri-Frédéric Stuart meurt le 6 novembre 1612 de fièvre typhoïde.

Sa mort prématurée empêche Robert Dudley, alors en exil en Toscane, de se réconcilier avec Jacques VI Stuart.

Charles Ier Stuart, son frère, devient l'héritier et prince de Galles.


Christine-Marie de France

Mariage de Victor-Amédée Ier de Savoie avec Christine-Marie de France

Charles d'Albert conseille à Louis XIII ce mariage.

Le contrat de mariage est signé le 11 janvier 1619.

Victor-Amédée Ier de Savoie épouse à Paris le 10 février 1619 Christine-Marie de France. Leurs enfants sont :

Victor-Amédée Ier de Savoie devient ainsi le beau-frère de Louis XIII de France, de Philippe IV d'Espagne et de Charles Ier Stuart.



L'affaire Buckingham

George Villiers Ier vient en France négocier le mariage de Charles Ier Stuart avec la sœur de Louis XIII.

De 1623 à 1624, le bel Anglais courtise la reine Anne d'Autriche, ce qui provoque l'ire de Louis XIII.

Pour garder son influence à la cour, Marie Aimée de Rohan participe à l'affaire Buckingham (orthographié en français Bouquinquan) dont elle est l'instigatrice avec son amant, le Comte de Holland.


Charles Ier Stuart par Anthony Van Dyck

Mort de Jacques VI Stuart Roi d'Angleterre, d'Irlande et d'Écosse

Charles Ier Stuart Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande

Jacques VI Stuart meurt le 27 mars 1625 à Hertfordshire. Il est inhumé le 7 mai 1625 à l'Abbaye de Westminster à Londres.

Charles Ier Stuart devient Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande en 1625.


Henriette-Marie de France par Antoine Van Dyck - 1632/35

Mariage de Charles Ier Stuart avec Henriette-Marie de France

Pierre de Bérulle obtient les dispenses nécessaires de Rome pour ce mariage.

Charles Ier Stuart épouse à la Cathédrale de Canterbury le 11 mai ou le 13 juin 1625 Henriette-Marie de France, fille d'Henri IV de France et de Marie de Médicis. Leurs enfants sont :

Gaspard de Rochechouart est Ambassadeur extraordinaire auprès du roi d'Angleterre au repas du mariage de Henriette-Marie de France.

Pierre de Bérulle est l'aumônier d'Henriette-Marie de France pendant la première année de son séjour en Angleterre.

George Villiers Ier de Buckingham fait barrage entre Charles Ier Stuart et Henriette-Marie de France. Leur mésentente devient très vite conflictuelle et Louis XIII prend fait et cause pour sa sœur.



Expédition contre Cadix

Dissolution du Parlement Anglais

George Villiers Ier de Buckingham est le favori de Charles Ier Stuart.

Le duc de Buckingham échoue dans une expédition contre Cadix.

Convaincu de détenir son pouvoir royal de droit divin, Charles Ier Stuart fait dissoudre le Parlement le 6 février 1626. Il court-circuite la voie parlementaire pour exiger de nouveaux impôts.


Défaite des Anglais en l'île de Ré par l'armée française - par Laurent de la Hyre - réalisée entre décembre 1627 et le début de 1628 - 112x120 cm - Paris - Musée de l'Armée à l'hôtel des Invalides

Installation de George Villiers Ier dans l'île de Ré

Mort de Rollin de Saint-Bonnet de Toiras

Mort de Paul de Saint-Bonnet de Toiras

Bataille du pont du Feneau

Le maire de La Rochelle, Jean Guitton refuse l'accès du port à George Villiers Ier qui se tourne alors vers l'île de Ré.

Bien qu'étant elle-aussi protestante, l'île n'a cependant pas rejoint la rébellion contre le roi.

Jean de Saint-Bonnet, gouverneur de l'île de Ré, dispose pour défendre l'île :

Après s'être emparé de vaisseaux français sur les côtes de Manche, George Villiers Ier part de Portsmouth avec 110 vaisseaux et 7 000 hommes dont Benjamin de Rohan-Soubise et fait route vers La Rochelle.

Le 12 juillet 1627, une flotte anglaise forte d'une centaine de navires et de 6 000 soldats, sous le commandement de George Villiers Ier, arrive face à l'île de Ré.

Le 22 juillet 1627, George Villiers Ier débarque avec ses troupes à Saint-Blanceau, avec pour objectif de contrôler les approches à La Rochelle, et d'encourager la rébellion protestante dans la ville.

Sablanceaux est le point de départ du pont actuel sur la commune de Rivedoux.

Depuis l'arrière des dunes, les Français arrêtent les forces anglaises.

Malgré la perte de 12 officiers et de 100 hommes, la tête de pont anglaise résiste.

Du coté français, meurent Rollin de Saint-Bonnet de Toiras et le Baron de Chantal, père de Marie de Rabutin, alors âgée de 17 mois, qui deviendra la célèbre Marquise de Sévigné.

George Villiers Ier tente de saisir la ville fortifiée de Saint-Martin-de-Ré et le Fort de La Prée sans succès.

Cela lui sera ultérieurement fatal George Villiers Ier.

Durant les jours suivants, George Villiers Ier consolide sa tête de pont.

Jean de Saint-Bonnet se retire dans la citadelle Saint-Martin avec la garnison, et laisse une centaine d'hommes dans le fort de La Prée.

George Villiers Ier s'efforce d'établir un siège autour de la citadelle qui va durer un peu plus de 3 mois.

Mais la situation s'avère difficile, car l'ingénieur anglais s'est noyé lors du débarquement, de plus les canons sont trop peu nombreux et trop petits, enfin par la suite, la maladie commence à faire sentir ses effets sur les troupes anglaises dès l'automne.

Au cours de cette période, George Villiers Ier va se montrer d'une cruauté implacable à l'égard des habitants et habitantes de l'île et de tous ceux qui vont essayer d'entrer ou de sortir du fort.

Paul de Saint-Bonnet de Toiras meurt tué d'un coup de canon dans le fort de Saint-Martin-de-Ré.

George Villiers Ier attend l'arrivée éminente de plusieurs renforts.

Des troupes irlandaises fortes de 2 000 fantassins débarquent sous le commandement de Sir Ralph Bingley, le 3 septembre 1627.

Une autre flotte, plus petite, sous le commandement de Sir William Beecher, arrive avec seulement 400 soldats.

Le 18 septembre 1627, George Villiers Ier se présente à nouveau devant Saint-Martin-de-Ré, mais il est mitraillé et canonné et ne tente pas le débarquement.

Une flotte écossaise composée de 30 navires, avec à son bord 5 000 hommes, était en route en octobre 1627, mais a été interrompue par une tempête au large de la côte de Norfolk.

Le 7 octobre 1627, le vent étant enfin devenu favorable, une flottille de la Royale en provenance des Sables-d'Olonne arrive devant la rade de Saint-Martin mais se fait cerner et fortement étriller par la flotte anglaise.

Par bonheur, une trentaine de chaloupes chargées de plus de 300 soldats, de vivres et de vêtements arrive à accoster auprès de la citadelle.

Elles contiennent de quoi nourrir les assiégés pendant une centaine de jours !

Les assiégés ne se privent pas de narguer les assiégeants qui tentent en vain de monter à l'assaut du fort.

Qui plus est, environ 1 500 hommes viennent renforcer les troupes du fort de La Prée.

Vers le début octobre 1627, Jean de Saint-Bonnet, découragé par le manque de vivres et l'impossibilité d'être secouru, commence des transactions avec George Villiers Ier sur les conditions de sa capitulation.

Malgré le blocus de l'île de Ré par la flotte britannique, les Français réussissent durant la nuit du 7 au 8 octobre 1627, à faire passer 29 navires de ravitaillement sur un total de 35 bateaux.

Le 20 octobre 1627, des renforts français, au nombre de 4 000 hommes, débarquent à Sainte-Marie-de-Ré, sous les ordres d'Henri de Schomberg, qui rejoint le commandant Louis de Marillac à La Prée.

Le 27 octobre 1627, George Villiers Ier tente une dernière attaque désespérée sur Saint-Martin-de-Ré, mais se heurte à un nouvel échec.

La forteresse de Saint-Martin-de-Ré s'avère imprenable, et les échelles anglaises sont trop courtes pour escalader les murailles des fortifications.

George Villiers Ier, finalement, replie ses troupes vers la partie nord de l'île, avec l'objectif de se lancer à l'assaut du village de Loix.

Les Anglais sont poursuivis par Henri de Schomberg et Jean de Saint-Bonnet.

Les forces britanniques se replient vers Loix, où sont situés leurs navires.

À cause de la mauvaise nourriture, leur armée comprend de nombreux malades.

Sans avoir aperçu les forces françaises de toute la journée, les troupes de George Villiers Ier pensent que les Français n'attaqueront pas et ne prennent pas de précautions.

Ils ne marchent ni en rangs serrés ni ouverts.

Ils arrivent au pont en bois du Feneau qu'ils ont construisent lors de leur débarquement, reliant l'île de Loix du reste de l'Île de Ré.

Au niveau de Loix, l'arrière-garde de la troupe anglaise est rejointe le 8 novembre 1627.

========

Deux bataillons britanniques, menées par le colonel Sir Edward Conway, Sir Peregrine Barty et Sir Henery Spry traversent le pont.

Un autre, mené par le colonel Sir Charles Rich, frère du comte de Hollande, Henry Rich et demi-frère de Milord Montjoy, Sir Alexander Brett et le lieutenant de Sir Thomas Morton (lui-même étant malade) s'apprêtent à passer le pont avec les 4 canons.

Deux autres bataillons restent devant le pont, commandés par le colonel Sir William Courtney, le lieutenant-colonel Sir Edward Hawley et Sir Ralph Bingley.

Henri de Schomberg, ayant traversé le village de La Couarde, est informé par Louis de Marillac de la position adverse.

La tête de colonne britannique s'engage lentement, en raison de son étroitesse, sur le pont du Feneau.

Jugeant le moment opportun, Henri de Schomberg ordonne au capitaine de Bussi-Lamet de charger l'arrière-garde anglaise avec son escadron.

Il est suivi de près par Louis de Marillac et Henri de Schomberg lui-même, à la tête du reste de la cavalerie.

Les cavaliers anglais ripostent mais sont défaits.

De nombreux Britanniques sont tués, dont Sir William Cunningham et d'autres capturés comme Milord Montjoy Blount, colonel de cavalerie et demi-frère de Sir Charles Rich et du comte de Hollande, Henry Rich.

Deux régiments de l'infanterie française :

Une grande partie des forces britanniques est poussée violemment dans les fossés boueux et vaseux avoisinants.

Les 2 bataillons anglais en avant du pont sont vaincus.

Certains protestants rochelais volontaires parviennent à traverser le pont.

Les Français s'engagent dessus, tuant tous sur leur passage, notamment Sir Charles Rich et Sir Alexander Brett, qui tentent de le défendre.

======

Philippe de La Mothe-Houdancourt participe à ce combat.

Alexandre Dumas dans Les Trois Mousquetaires écrit :

Ils laissent sur le champ de bataille 2 000 hommes parmi lesquels 5 colonels, 3 lieutenants-colonels, 250 capitaines et 20 gentilshommes de qualité, 4 pièces de canon et 60 drapeaux qui seront apportés à Paris par Claude de Saint-Simon, et suspendus en grande pompe aux voûtes de Notre-Dame.

Sur une force de 7 000 hommes, dans cette expédition, George Villiers Ier en a perdu plus de 4 000.

Cet échec joue un rôle important dans la dégradation de l'image de Charles Ier Stuart dans l'opinion anglaise.

George Villiers Ier est chassé de l'île de Ré par Henri de Schomberg et Jean de Saint-Bonnet, puis est battu en mer le 17 novembre 1627.

Il finit par rentrer sans gloire en Angleterre.

Antoine d'Aumont de Rochebaron est blessé au combat de l'Ile de Ré en 1627.



Mort de George Villiers Ier

George Villiers Ier prépare à Portsmouth, en Angleterre, une nouvelle expédition pour venir à leur secours.

Mais George Villiers Ier meurt le 23 août 1628 assassiné par John Fulton, un officier protestant.

Henriette-Marie de France peut alors se rapprocher de Charles Ier Stuart.



Petition of the Rights

En 1628, les deux chambres du Parlement adressent une pétition des droits (Petition of the Rights) qui rappelle au roi ses manquements aux libertés anglaises : tout nouvel impôt doit être soumis au consentement du Parlement. Il évoque aussi la nécessité de respecter la Magna Carta de 1215 qui assure de nombreux droits. Charles Ier Stuart accepte de tenir compte de la pétition pour un temps seulement.


Charles Ier Stuart sous trois angles différents - par Van Dyck

Dissolution du Parlement anglais

Tyrannie de Charles Ier Stuart

Thomas Wentworth Comte de Strafford

En 1629, Charles Ier Stuart lève une nouvelle taxe douanière sans l'accord des Parlementaires. Face à leur riposte, le roi décide de ne plus le convoquer et de régner en monarque absolu.

Le Parlement est dissout. Oliver Cromwell retourne gérer la fortune paternelle.

S'ouvre alors une période pendant laquelle les parlementaires assimilent le roi à un tyran. Charles Ier Stuart choisit Thomas Wentworth et l'élève au rang de Comte de Strafford. Ce dernier tente de réformer la gestion du budget de l'État. Il restaure des taxes, met fin aux guerres et édicte des règlements tatillons.



Influence d'Henriette-Marie de France sur Charles Ier Stuart

Persécution des puritains

La naissance de leurs enfants, à partir de 1630, rapproche Charles Ier Stuart et Henriette-Marie de France qui acquiert beaucoup d'influence sur son mari. Henriette-Marie de France le pousse dans le sens d'une politique autoritaire et centralisatrice, ainsi que vers une plus grande tolérance envers les catholiques. Henriette, fort pieuse et opiniâtre comme sa mère, pratique ostensiblement le catholicisme, ce qui irrite les puritains anglais. Henriette-Marie de France devient très impopulaire.



Naissance de Charles II Stuart

Charles II Stuart naît à Londres le 29 mai 1630, fils de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France.

En tant que fils aîné survivant de Charles Ier, il reçoit automatiquement le titre de duc de Cornouailles et duc de Rothesay, avant de recevoir peu de temps après celui de prince de Galles.

Mais en raison de la guerre civile, il n'est jamais formellement investi.


William Laud

William Laud Archevêque de Canterbury

Grâce à George Villiers II, Duc de Buckingham, et à Charles Ier Stuart, William Laud atteint la plus haute marche de l'Église d'Angleterre et devient Archevêque de Canterbury en 1633.

Il est de ce fait au gouvernement et prend la ligne du roi et celle de Thomas Wentworth, Comte de Strafford dans toutes les questions importantes.

Le roi, catholique, choisit l'évêque William Laud pour régenter les affaires de l'Église : or celui-ci est décidé à persécuter les dissidents.

L'évêque William Laud fait persécuter les puritains et tente d'imposer par la force l'anglicanisme. La censure contrôle le contenu des ouvrages et la bible calviniste est interdite. Plusieurs milliers de puritains se réfugient en Amérique du Nord.



Naissance de Jacques II Stuart

James ou Jacques II Stuart naît au Palais de Saint-James Londres le 14 octobre 1633, fils de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France.



Couronnement de Charles Ier Stuart

Charles Ier Stuart, déjà roi d'Angleterre est tardivement couronné roi d'Écosse à Édimbourg en 1633, selon le rituel anglican, qu'il veut voir appliqué dans tout le royaume.



Naissance d'Élisabeth Stuart

Élisabeth Stuart naît le 29 décembre 1635, fille de Charles Ier Stuart et de Henriette-Marie de France.



Soulèvement ses Écossais

En 1639, les Écossais se soulèvent contre l'introduction du prayer book dans la liturgie.

Ils poussent Charles Ier Stuart à négocier.



Convocation et dissolution du Court Parlement

Élection du Parlement Anglais

En 1640, Charles Ier Stuart, qui a besoin d'argent, ne pouvant les réduire, se voit forcé de convoquer le Court Parlement qui n'avait pas été réuni depuis 11 ans.

Édouard Hyde est élu à ce Court Parlement

Mais il le dissout à nouveau au bout de quelques semaines.

Un nouveau Parlement est élu quelques temps après : le Long Parlement.

La chambre des communes est aux mains des opposants à l'absolutisme royal et dirigée par John Pym.

Député de l'Université de Cambridge au Long Parlement, Oliver Cromwell s'y fait remarquer par ses déclamations contre le papisme et la royauté.

Édouard Hyde est élu à ce Long Parlement.

Il prend d'abord une position de critique modéré du Roi mais bascule bientôt dans le camp royal.


Guillaume II d'Orange-Nassau encore jeune

Mariage de Guillaume II d'Orange-Nassau avec Marie Henriette Stuart

Guillaume II d'Orange-Nassau épouse dans la chapelle royale du palais de Whitehall à Londres le 2 mai 1641 Marie Henriette Stuart, fille de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France.

Leur enfant est :



Massacre des protestants en Irlande

Grande Remontrance

Mort de Thomas Wentworth Comte de Strafford

En 1641, alors que les catholiques massacrent les protestants en Irlande, la ‘'Grande Remontrance'' exige l'épuration du gouvernement et de la cour.

Édouard Hyde soutient l'église de l'Angleterre et s'oppose à l'exécution de Thomas Wentworth.

Thomas Wentworth, principal ministre de Charles Ier Stuart, est arrêté et meurt en 1641 exécuté.

Édouard Hyde devient conseiller du roi.



Intrusion de Charles Ier Stuart dans la chambre des communes

La première révolution anglaise

Édouard Hyde Chancelier de l'échiquier

La première révolution anglaise se déroule de janvier 1642 à 1649.

En 1642, Charles Ier Stuart entre de force dans la chambre des communes et ordonne que lui soit livré John Pym et 4 autres opposants.

Le peuple londonien prend fait et cause pour le Parlement.

Charles Ier Stuart préfère se retirer à Nottingham afin de rassembler une armée de fidèles prête à mater la rébellion.

La première phase de la guerre civile (civil war), d'abord indécise, oppose :

Le camp des parlementaires conclut un rapprochement avec les Écossais alors que le roi obtient l'appui des Irlandais.

Pendant la guerre civile, Édouard Hyde entre au conseil de Charles Ier Stuart comme Chancelier de l'échiquier.

Il est un des plus modérés dans le camp royaliste.



Naissance d'Henriette-Anne Stuart

Exil d'Henriette-Marie de France

Henrietta ou Henriette-Anne Stuart naît à Exeter le 16 juin 1644, fille de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France au plus fort de la guerre civile.

Henriette-Marie de France, sa mère, dont cet accouchement a temporairement interrompu la fuite, se soucie peu d'elle et part se réfugier à Paris juste après la naissance.

Elle la laisse à la garde de sa gouvernante, Lady Dalkeith, comtesse de Morton.

Son père ordonne que la princesse soit rapidement baptisée selon le rite anglican.



Bataille de Naseby

Mort de William Laud Archevêque de Cantorbéry

La guerre civile anglaise se radicalise sous la pression de meneurs intransigeants tels Oliver Cromwell.

En 1645, le Parlement charge Oliver Cromwell de réorganiser l'armée sur le modèle de ses propres troupes (c'est la New Model Army).

William Laud est arrêté et meurt exécuté le 10 janvier 1645.

Oliver Cromwell bat les Cavaliers (les royalistes) à la bataille de Naseby le 14 juin 1645.

L'infanterie de l'armée de Charles Ier Stuart sous les ordres du Prince Rupert est détruite par celle des Parliamentarians, la New Model Army, dirigée par Thomas Fairfax.

Charles Ier Stuart perd aussi son artillerie.

Jeune officier, Édouard Montagu se distingue durant cette bataille

La modération d'Édouard Hyde lui vaut la défaveur du roi.

Lady Morton est transférée de force avec Henriette-Anne Stuart près de Londres, mais refuse de livrer l'enfant au Parlement.



Bataille de Rowton Heath

Charles Ier Stuart perd sa cavalerie à la bataille de Rowton Heath, devant Chester le 24 septembre 1645.



Exil d'Henriette-Anne Stuart

Craignant pour la vie d'Henriette-Anne Stuart, Lady Morton s'échappe durant l'été 1646 pour rejoindre les réfugiés anglais à la cour de Louis XIV, déguisée en paysanne et faisant passer l'enfant pour son fils.

Elle est accueillie assez fraîchement par la reine Henriette-Marie de France, puis congédiée assez rapidement.

Henriette-Anne Stuart est élevée dans le catholicisme le plus strict au couvent de Chaillot par les Sœurs de la Visitation.

La princesse grandit dans le souvenir de Charles Ier Stuart, son père.

Elle est très liée avec son frère aîné Charles II Stuart.

Elle est entourée de beaucoup d'égards par sa tante, Anne d'Autriche, régente de France.



Exil de Charles Ier Stuart

Exil de Charles II Stuart

Charles Ier Stuart se rend aux Écossais le 5 mai 1646.

Édouard Hyde est nommé gardien de Charles II Stuart, Prince de Gales, avec qui il se sauve à Jersey en 1646.

Charles Ier Stuart envoie Charles II Stuart, son fils aîné, rejoindre Henriette-Marie de France, sa mère à Paris.



Capture de Charles Ier Stuart

Les Écossais livrent Charles Ier Stuart au Parlement anglais le 30 janvier 1647.

L'armée des vainqueurs se divisent en deux camps :

Les niveleurs prônent un régime égalitaire et réclament l'abolition de la monarchie.

Oliver Cromwell est d'abord conquis par leurs idées.



Évasion de Charles Ier Stuart

Le 15 novembre 1647, Charles Ier Stuart réussit à s'échapper de l'île de Wight.



Guerre civile anglaise

George Ayscue Général en mer

En 1648, pendant la guerre civile, tout en servant de capitaine dans la marine pour le compte du Parlement, George Ayscue empêche la flotte de déserter le camp royaliste, et est nommé général en mer.

John Granville et Bernard Grenville traversent la Guerre civile anglaise comme militaire royaliste dans le régiment de leur père, Bevil Grenville, héros de la guerre.

Créé chevalier par Charles Ier Stuart pour son courage et sa bravoure, John Granville est nommé Gentilhomme de la Chambre du Prince de Galles, Charles II Stuart, qu'il accompagne dans son exil.



Enlèvement de Charles Ier Stuart

Le Parlement étant peu enclin à juger son souverain légal, Oliver Cromwell organise une purge dans ses rangs.

Le 30 novembre 1648, Charles Ier Stuart est enlevé, ramené à Londres et traduit en justice.


Gravure allemande représentant la décapitation de Charles Ier Stuart

Condamnation à mort de Charles Ier Stuart

Mort de Charles Ier Stuart

Le procès de Charles Ier Stuart a lieu du 20 au 27 janvier 1649. Il condamné à mort pour trahison, meurtre et tyrannie.

Pour prouver son courage à ses bourreaux, Charles Ier Stuart s'habille de plusieurs chemises. Ainsi, il ne risque pas de trembler de froid, ce qui aurait été perçu comme de la peur.

Charles Ier Stuart meurt, avec dignité, le 30 janvier 1649 décapité à la hache devant le palais de Whitehall, près de Westminster.

Henriette-Marie de France a la joie de revoir ses fils Charles II Stuart et Jacques II Stuart, qui parviennent à s'enfuir d'Angleterre. Lucy Walter suit Charles II Stuart en exil.

Robert Blake, opposant à Charles Ier Stuart, désapprouve sa condamnation.



Liaison de Charles II Stuart avec Elizabeth Killigrew

Mort d'Élisabeth Stuart

Charles II Stuart a une liaison avec Elizabeth Killigrew (1622-1680). Leur enfant est :

Élisabeth Stuart, fille de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France, prisonnière des puritains meurt en septembre 1650.

Henriette-Marie de France, veuve de Charles Ier Stuart, reste en France avec Henriette-Anne Stuart, sa fille, tandis que le cardinal Mazarin, voulant l'alliance de la république anglaise contre l'Espagne, oblige Charles II Stuart et Jacques II Stuart à quitter le royaume.



Exécution post mortem d'Oliver Cromwell

Pour venger la mort de son père, Charles II Stuart fait exhumer le corps d'Oliver Cromwell de l'abbaye de Westminster et le soumet au rituel d'exécution post mortem le 30 janvier 1661, date anniversaire de l'exécution de Charles Ier Stuart.

Son corps est jeté dans un puits, et sa tête exposée sur un pieu devant l'abbaye de Westminster jusqu'en 1685.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !