Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



200 événements affichés, le premier en 1284 - le dernier en 2010



Mariage de Philippe IV le Bel avec Jeanne Ire de Navarre

Philippe IV le Bel Roi de Navarre

Philippe IV le Bel Comte de Champagne

Rattachement de la Champagne et la Navarre à la France

Philippe IV le Bel épouse à Paris le 16 août 1284 Jeanne Ire de Navarre, fille d'Henri III de Champagne. Leurs enfants sont :

Jeanne Ire de Navarre apporte la Navarre et la Champagne à Philippe IV le Bel qui devient Roi consort de Navarre, sous le nom de Philippe Ier de Navarre, et Comte de Champagne.

La Champagne et la Navarre sont ainsi définitivement rattachées au royaume de France.

Cela place le Barrois dans le voisinage immédiat du domaine royal.

Philippe IV le Bel devient propriétaire du fief de Château-Porcien par son mariage.



Mariage de Othon IV de Bourgogne avec Mahaut d'Artois

Othon IV de Bourgogne Comte d'Artois

Othon IV de Bourgogne s'abandonne davantage au clan français. Veuf, Othon IV de Bourgogne épouse en 1285 ou 1291 Mathilde d'Artois dite Mahaut d'Artois. Leurs enfants sont :

Othon IV de Bourgogne devient par mariage Comte d'Artois.



Traité de Vincennes

En 1291, Othon IV de Bourgogne signe un traité secret à Vincennes, avec le roi de France Philippe IV le Bel, par lequel il s'engage :



Mariage de Henri VII de Luxembourg avec Marguerite de Brabant

Henri VII de Luxembourg épouse le 9 juin 1292 Marguerite de Brabant (1276-1311), fille de Jean Ier de Brabant et de Marguerite de Flandre. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles IV le Bel

Charles IV le Bel naît en 1294, fils de Philippe IV le Bel et de Jeanne Ire de Navarre. Charles Ier de Valois et Mahaut d' Artois sont le parrain et la marraine de Charles IV le Bel.



Mariage de Louis de France avec Marguerite d'Artois

Louis de France épouse en 1301 Marguerite d'Artois, fille de Philippe d'Artois et de Blanche de Dreux. Leurs enfants sont :

Il est à l'origine de la maison capétienne d'Évreux-Navarre.

Blanche de Dreux donne en dot Brie-Comte-Robert à Marguerite d'Artois, sa fille.

C'est à cette époque que Brie prend le nom de Brie-Comte-Robert : Braya-Comitis-Roberti.



Alphonse le Déshérité Baron de Lunel

Alphonse le Déshérité trouve refuge en France en 1303Charles IV le Bel lui donne la baronnie de Lunel, municipalité située dans la région du Languedoc-Roussillon.



Mariage de Charles IV le Bel avec Blanche de Bourgogne

Charles IV le Bel, âgé de 14 ans, épouse en 1308 Blanche de Bourgogne, âgée de 12 ans, fille d'Othon IV de Bourgogne et de Mahaut d'Artois.


Mariage de Jean Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Bohême

Mariage de Jean Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Bohême

Jean Ier de Luxembourg Roi de Bohême

Jean Ier de Luxembourg Roi titulaire de Pologne

Jean Ier de Luxembourg Comte de Luxembourg

Jean Ier de Luxembourg épouse à Speyer le 31 août 1310 Élisabeth de Bohême, fille de Venceslas II de Bohême et de Judith de Habsbourg. Leurs enfants sont :

Jean Ier Luxembourg devient par ce mariage Roi de Bohême et, à ce titre, prince-électeur du Saint-empire.

Jean Ier de Luxembourg devient aussi Roi titulaire de Pologne et récupère bientôt la Moravie et la Silésie.

Henri de Görtz doit quitter la Bohême le 9 décembre 1310.

Élizabeth Ryksa rejoint le camp des opposants à Jean Ier de Luxembourg. Parce que :



Louis Ier de Bourbon Grand chambrier de France

Charles IV le Bel investit Louis Ier de Bourbon de la charge de grand chambrier en 1312.



Mort de Louis X le Hutin Roi de France

Philippe V le Long Régent du royaume de France

Louis X le Hutin meurt à Vincennes le 4 ou le 5 juin 1316, pour avoir bu du vin glacé, après s'être échauffé au jeu de paume.

Il est inhumé le 7 juin dans la basilique de Saint-Denis.

Mahaut d'Artois et de Bourgogne, est accusée d'avoir empoisonné le roi pour faciliter à ses enfants l'accès du trône de France.

L'œuvre de Philippe IV le Bel est compromise par Louis X le Hutin, son fils.

Son gouvernement est avant tout le gouvernement de Charles Ier de Valois

Louis X, aux yeux de l'opinion largement informée, apparaît plutôt comme un roi fragile et malchanceux.

Son avènement favorise une recrudescence de l'agitation.

En fait, face à une situation économique et politique difficile, l'apparente résignation du roi le sert.

Période de réaction violente sur un arrière-plan de crise, le règne de Louis X le Hutin marque le pas dans les progrès de la monarchie.

L'expansion de la société féodale atteint alors ses limites.

Le dialogue du roi et de la nation est devenu nécessaire.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne a été nommé exécuteur testamentaire par le roi décédé et Régent.

Philippe V le Long ne revient à Paris que le 28 juin 1316.

A peine arrivé, Philippe V le Long fait célébrer les obsèques du roi à basilique de Saint Denis le 12 juillet 1316.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, lors du Conseil de Régence, réuni quelques semaines après la mort du roi propose alors de décréter l'impossibilité pour les filles d'accéder à la couronne, bien qu'aucune coutume du passé ne semble légitimer cette solution.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne déclare alors :

En vérité, ce serait folie que de laisser fille monter au trône ! Voyez-vous dame ou donzelle commander les armées, impure chaque mois, grosse chaque année ? Et tenir tête aux vassaux, alors qu'elle ne sont point capables de faire taire les chaleurs de leur nature ? Non, moi je ne vois point cela, et je vous le dis, la France est trop noble royaume pour tomber en quenouille et être remis à femelle.

Les lis ne filent pas !

Son oncle, Charles Ier de Valois, soutenu par le parti féodal, veut s'emparer de la régence, mais le connétable Gaucher V de Chatillon arme les bourgeois de Paris qui n'aiment pas Charles et avec eux chasse du Louvre ses gens d'armes.

Alors, Philippe V le Long se saisit du palais, agit en maître.

Clémence de Hongrie, la reine, qui retirée au château de Vincennes, lui annonce sa grossesse.

Il est décidé dans une assemblée de barons que si la reine accouche d'un fils, Philippe V le Long sera gouverneur du royaume jusqu'à ce que son neveu atteigne ses 18 ans.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne défend les intérêts de la reine, quand Philippe V le Long veut abuser de ses pouvoirs.

Philippe V le Long prend le titre de fils du roi des Français, régent des royaumes de France et de Navarre et prépare son avènement au trône.

Robert de France intervint une dernière fois sur la scène politique en se ralliant à Philippe V le Long, son neveu, pour l'obtention de la régence.

Louis Ier de Bourbon prend également le parti Philippe V le Long contre les menées de Charles IV Le Bel et d'Eudes IV de Bourgogne qui soutiennent la candidature au trône de Jeanne II de France.

Louis Ier de Bourbon vend à Philippe V le Long ses droits de battre monnaies d'or et d'argent sur ses terres pour 15 000 livres.

Très bien en cour, Louis Ier de Bourbon fait son entrée au Conseil du Roi.



Suite de la construction de la cathédrale de Meaux

En 1322, Charles IV le Bel fait une donation pour la construction de la cathédrale de Meaux.


Philippe V le Long - Jeanne d'Évreux - Charles IV le Bel - Gisants dans la basilique Saint-Denis Charles IV le Bel

Mort de Philippe V le Long Roi de France

Charles IV le Bel Roi de France

Charles IV le Bel Roi de Navarre

Après 5 mois de souffrance, Philippe V le Long meurt à l'abbaye de Longchamp près de Paris dans la nuit du 2 au 3 janvier 1322, ne laissant que des filles de son mariage avec Jeanne II de Bourgogne.

Il est inhumé dans la basilique Saint-Denis.

Tout en confirmant les chartes provinciales accordées par son frère, Philippe V le Long centralise les institutions pour les rendre plus efficaces. L'Hôtel du roi, le Parlement, la Chambre des comptes sont réorganisés. Au Trésor, à Paris, convergent les recettes. Le roi tente, malgré l'opposition des seigneurs du Midi, d'imposer une monnaie commune dans l'ensemble du royaume. Philippe V le Long tente de normaliser les poids et mesures.

Bureaucratisation galopante, train de vie accru, hausse vertigineuse des prix : les revenus tirés du domaine royal ne suffisent plus. La crise économique se résorbe lentement.

Le pays connaît les révoltes de la misère, celle des pastoureaux, notamment, paysans déracinés et jeunes qui se font tailler en pièces dans une répression violente, comme les juifs et les lépreux qui sont autant de boucs émissaires.

Philippe V, plus que ses prédécesseurs, est obligé de demander le consentement de ses sujets pour mettre en place une politique de revenus extraordinaires. Ces procédés, nourris aux idées démocratiques, favorisent le développement de l'opinion publique.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne se charge de la succession.

Nul ne songe à Charles Ier de Valois pour la succession.

Selon le précédent créé en 1317, le plus jeune des fils de Philippe IV le Bel, Charles de la Marche, prend la succession du trône de France sous le nom de Charles IV le Bel.

Charles IV de France devient Roi de Navarre sous le nom de Charles Ier de Navarre.

Louis Ier de Bourbon soutient les droits de Charles IV le Bel qui est sacré Roi de France à Reims le 21 février 1322.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne assiste au sacre.

Pour gouverner, Charles IV le Bel doit, comme ses frères, consentir aux exigences de réformes soutenues par la noblesse et le clergé. Les réformateurs généraux pour l'ensemble du royaume et surtout ceux de la ville et vicomté de Paris poursuivent leur tâche. Les charges financières et judiciaires accordées gratuitement sont restituées. Les officiers de la Chambre des comptes, du Parlement, des Requêtes de l'hôtel, de la Chancellerie et du Châtelet sont surveillés, leur office réformé. Mais l'action des réformateurs ne freine ni la bureaucratisation, ni l'intrusion des bourgeois parisiens et auvergnats et, surtout, des compagnies italiennes dans les mouvements de fonds royaux.

La recherche de moyens financiers reste un problème majeur. On a recours à des expédients :


Mariage de Charles IV le Bel et de Marie de Luxembourg

Dissolution du mariage de Charles IV le Bel avec Blanche de Bourgogne

Mariage de Charles IV le Bel avec Marie de Luxembourg

À l'avènement de Charles IV le Bel, son mari, Blanche de Bourgogne est toujours prisonnière.

Le roi refuse sa libération.

On interroge à nouveau, Blanche de Bourgogne, non pas sur l'adultère avec Gautier d'Aunay, mais parce que Charles IV le Bel son époux veut faire annuler leur mariage.

En droit canonique, l'adultère n'est pas un cas d'annulation !

Au cours de cet interrogatoire, elle se montre fort calme, résignée, presque rieuse.

Le 19 mai 1322, la dissolution du mariage est prononcée par le pape Jean XXII.

Le scandale de la tour de Nesle n'atteint pas le prestige du nouveau roi.

Charles IV le Bel épouse en 1322 Marie de Luxembourg (1305-1324), sœur de Jean Ier de Luxembourg.



Bataille de Mühldorff

Frédéric III le Bel et Ferry IV de Lorraine Prisonniers de Louis IV de Wittelsbach

Ferry IV de Lorraine libéré

Lutte de Léopold Ier d'Autriche contre Louis IV de Wittelsbach

Ce n'est qu'à contre cœur et sous la pression de leur camp respectif que Frédéric III le Bel et Louis IV de Wittelsbach prennent les armes. Il ne fallait qu'un roi.

Louis IV de Wittelsbach défait Frédéric III le Bel et le capture le 28 septembre 1322, avec 1300 autres gentilshommes d'Autriche et de Salzbourg, sur la lande d'Ampfing près de Mühldorff ou Mühldorf.

Ferry IV de Lorraine fait parti des prisonniers. La médiation du roi de France Charles IV le Bel permet à Ferry IV de Lorraine d'être rapidement libéré contre la promesse de ne pas intervenir dans les affaires de l'Empire.

C'est la dernière bataille de chevaliers sans arme à feu. Louis IV de Wittelsbach retient Frédéric III le Bel prisonnier au château de Trausnitz dans le Haut Palatinat.

Léopold Ier d'Autriche, frère Frédéric III le Bel, ne s'avouant pas vaincu, continue le combat.



Louis Ier de Dampierre Prisonnier

Sans attendre l'aval de Charles IV le Bel, Louis Ier de Dampierre se précipite en Flandre pour s'y faire proclamer Comte afin de devancer les ambitions de son oncle Robert de Dampierre.

Cela déplaît à Charles IV le Bel qui le fait provisoirement enfermé en janvier 1323.

Le Parlement de Paris finit par le reconnaître formellement comme nouveau comte.

Toute sa vie, Louis Ier de Dampierre allait rester un étranger pour les Flamands. À cela plusieurs raisons :

Louis Ier de Dampierre préfère d'ailleurs vivre encore quelques années dans le Nivernais, où la notion de féodalité correspondait mieux à la perception qu'il en a, que celle qu'il trouve à son avènement en Flandre, où les libertés des villes sont primordiales pour les artisans et les marchands.

Prince avant tout français, fidèle par idéal chevaleresque à son suzerain naturel, Louis Ier de Dampierre refuse obstinément l'alliance anglaise, pourtant vitale à l'industrie drapière flamande, ce que ne peuvent admettre les Flamands, qui ont combattu et même battu les élites féodales tant flamandes que françaises dans un passé récent, à Courtrai en 1302.

Alors que tous ses prédécesseurs avaient été proches des intérêts économiques du comté, Louis Ier de Dampierre s'en dissocie par vanité ou incompréhension.

Louis Ier de Dampierre laisse gouverner dans un premier temps ses conseillers français mais Louis Ier de Dampierre finit par ménager la noblesse flamande.



Couronnement de Marie de Luxembourg

En 1323, Guillaume Ier de Melun couronne Marie de Luxembourg, épouse de Charles IV le Bel, dans la chapelle royale de Paris.



Charles Ier de Luxembourg à la cour de France

Fiançailles de Charles Ier de Luxembourg avec Blanche de Valois

Jean Ier de Luxembourg ne s'est jamais acclimaté en Bohême et considère la France comme sa véritable patrie.

Pour le soustraire à l'influence d'Élisabeth de Bohême, sa mère, Jean Ier de Luxembourg envoie parfaire son éducation chevaleresque à la cour de son parrain Charles IV le Bel. Il y arrive le 4 avril 1323 et y restera 7 ans.

Charles Ier de Luxembourg choisit de prendre le prénom de son oncle et parrain Charles IV le Bel lors de sa confirmation.

Grâce à cette éducation cosmopolite, il parle couramment 5 langues : le latin, l'allemand, le tchèque, le français et l'italien.

Grâce à une dérogation du pape Jean XXII, peu après son arrivée en France, Charles Ier de Luxembourg, encore enfant, épouse le 15 mai 1323 Blanche de Valois, fille de Charles Ier de Valois et de Mathilde de Châtillon-Saint-Pol.



Visite d'Isabelle de France à Charles IV le Bel

En 1323, Isabelle de France, Reine d'Angleterre, rend visite à son frère Charles IV le Bel au château de Fontainebleau.



Donation à l'église de la Neuville d'Aumont

Jean III d'Aumont fait à l'église de la Neuville d'Aumont une donation qui est confirmée par Charles IV Le Bel en mars 1324.



Gaucher V de Châtillon-sur-Marne Exécuteur testamentaire de Charles IV le Bel

Charles IV le Bel choisit Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, en 1324, pour être l'un de ses exécuteurs testamentaires.



Guerre du Saint-Sardos

Ralph Basset est rappelé en mars 1324.

En avril 1324, une ambassade, menée par Edmond de Woodstock, Comte de Kent, et l'archevêque de Dublin, est envoyée en France avec instructions de négocier un arrangement aussi paisible que possible.

Charles IV le Bel rassemble son armée aux frontières de l'Aquitaine en juin 1324.

Les ambassadeurs sont reçus fraîchement à Paris et promettent que Raymond-Bernard de Montpezat sera livré.

Ils vont alors à Bordeaux pour exécuter l'accord.

Là ils apprennent que l'affaire provoque beaucoup d'indignation dans la noblesse locale. Edmond de Woodstock change d'avis et décide de résister.

Les fonctionnaires français s'en retourne les mains vides.

De nouveaux ambassadeurs anglais sont envoyés, mais trop tard.

Charles IV Le Bel prononce la confiscation de la Guyenne.

En août 1324, Charles Ier de Valois, à a tête de 7 000 hommes, envahit l'Aquitaine.

Louis Ier de Bourbon et Ferry IV de Lorraine participent à cette expédition. Ils sont aidés de nobles locaux tel Gaston II de Foix.

Charles II d'Alençon y fait ses premières armes sous les ordres de Charles Ier de Valois, son père, et montre à son premier siège un grand courage qu'il poussa jusqu'à une aveugle témérité.

Les garnisons anglaises sont squelettiques voire inexistantes.

Charles de Valois balaye la région et finit la guerre en moins de 6 semaines.

La plupart des villes se rendent immédiatement.

Louis Ier de Bourbon prend ainsi aux Anglais Montségur, Sauveterre, Cour-Saint-Maurice et Agen.

La résistance la plus forte vient d'Edmond de Woodstock, à La Réole, qui parvient à résister quelques semaines avant de se rendre.

Une trêve est négociée qui se transforme rapidement en fin du conflit.

Hugh le Despenser est forcé d'envoyer Isabelle de France, Reine d'Angleterre, pour conclure la paix avec Charles IV le Bel, son frère.

Elle emmène Édouard III d'Angleterre, son fils, à qui Édouard II Carnavon a transmis l'Aquitaine et le Ponthieu.

Les Français se satisfont du détachement de l'Agenais de l'Aquitaine, plutôt que de la confiscation du duché entier.



Voyage de Charles IV Le Bel en Languedoc

Le voyage de Charles IV Le Bel en Languedoc en 1324 est une suite de fêtes royales qui contribuent à sa popularité.



Mariage de Charles IV le Bel avec Jeanne d'Évreux

Étant la du roi, elle bénéficie

Jean XXII, pape français, fait preuve de complaisance en délivrant à Charles IV le Bel la dispense nécessaire pour qu'il puisse épouser sa cousine germaine.

Charles IV le Bel épouse le 5 ou le 13 juillet 1325 Jeanne d'Évreux. Leurs enfants sont :

Jeanne d'Évreux est, tout au long de sa vie, un grand mécène dans le domaine de l'enluminure, de la sculpture, de l'orfèvrerie, de l'architecture.

Charles IV le Bel fait pour elle réaliser un livre d'heures remarquable par Jean Pucelle, peintre et orfèvre, connu surtout en tant qu'enlumineur et miniaturiste.



Robert VIII Bertrand de Bricquebec Maréchal de France

Robert VIII Bertrand de Bricquebec, Vicomte de Roncheville, est fait Maréchal de France en 1325 par Charles IV le Bel.



Naissance de Jeanne de France

Jeanne de France naît en 1326, fille de Charles IV le Bel et de Jeanne d'Évreux.



Mort de Blanche de Bourgogne

Blanche de Bourgogne, ex épouse de Charles IV le Bel, termine sa vie dans l'abbaye de Maubuisson, près de Pontoise où elle meurt en avril ou août 1326.



Naissance de Marie de France

Marie de France naît en 1327, fille de Charles IV le Bel et de Jeanne d'Évreux.



Traité de Corbeil

En 1326 ou en avril 1327, le Traité de Corbeil entre la France de Charles IV le Bel et l'Écosse de Robert Ier d'Écosse renouvelle l'alliance.



Accord imposé par Charles IV au Roi d'Angleterre

En 1327, profitant de la faiblesse de la royauté anglaise, Charles IV impose un accord draconien :


Louis Ier de Bourbon Louis Ier de Bourbon

Louis Ier de Bourbon Duc de Bourbon

Louis Ier de Bourbon Pair de France

Charles IV le Bel, étant né dans comté de Clermont-en-Beauvaisis, souhaite rattacher ce comté au domaine royal.

Par un traité conclu à la fin 1327, Charles IV le Bel échange le comté de la Marche, constituant précédemment son apanage, contre le comté de Clermont-en-Beauvaisis que Louis Ier de Bourbon a hérité de son père.

Louis Ier de Bourbon reçoit de plus les villes d'Issoudun, de Saint-Pierre-le-Moûtier et de Montferrand.

À cette occasion, le 27 décembre 1327, la seigneurie de Bourbon est élevée en duché.

Louis Ier de Bourbon devient ainsi Premier duc de Bourbon et Pair de France.


Philippe V le Long - Jeanne d'Évreux - Charles IV le Bel - Gisants dans la basilique Saint-Denis

Mort de Charles IV le Bel

Philippe VI de Valois Régent du Royaume de France

Naissance de Blanche de France

Charles IV le Bel, troisième et dernier fils de Philippe IV le Bel, meurt à Vincennes le 1er février 1328, sans postérité mâle.

Il ne laisse que des filles. C'est la fin de la dynastie des Capétiens directs

Jeanne d'Évreux, sa troisième femme, est à nouveau enceinte.

Le jour même de la mort du Roi, les Grands du royaume nomment Philippe VI de Valois régent.

Blanche de France naît à Châteauneuf-sur-Loire le 1er avril 1328, fille de Charles IV le Bel et de Jeanne d'Évreux.

Philippe VI de Valois doit attendre la naissance de Blanche de France pour être proclamé roi.

Jeanne d'Évreux se retire pieusement à l'abbaye de Maubuisson.


Philippe VI de Valois Philippe VI de Valois Philippe VI de Valois

Les Valois directs

Philippe VI de Valois Roi de France

Jeanne II de France Reine de Navarre

Philippe III le Bon Roi consort de Navarre

Incorporation au domaine royal des comtés de Champagne et de Brie

Jeanne II de France Comtesse d'Angoulême et de Mortain

Plusieurs prétendants ont des droits équivalents à la couronne :

Le père de Philippe VI de Valois, Charles Ier de Valois, est le frère cadet de Philippe IV le Bel. Ferry IV de Lorraine se rallie au Comte de Valois.

Édouard III descend en ligne directe de Philippe IV le Bel par sa mère, Isabelle de France, sœur des précédents rois. Il est encouragé par Robert III d'Artois, et appuyé par les ducs de Bourgogne.

Charles II le Mauvais descend en ligne directe de Saint-Louis et de Philippe III le Hardi.

Après moult délibérations, les Grands du royaume, dont Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, se décident à laisser la couronne au régent Philippe VI de Valois en 1328.

Philippe, qui plus est, s'il est Valois, descend de Philippe III le Hardi, puisque c'est celui-ci qui donne à Charles, son fils puîné, le comté de Valois en apanage.

Aux yeux des féodaux et des juristes qui les assistent, Philippe VI de Valois a pour principal avantage de n'être ni Anglais ni Navarrais!

Beaucoup plus tard, les juristes tenteront de justifier l'élection de Philippe VI de Valois en invoquant une prétendue "loi salique" qui prohibe la transmission de la couronne par les femmes dans la tribu des Francs Saliens dont sont issus Clovis et ses descendants.

En fait de "loi salique", ils exhibent un vieux document où il est simplement dit à propos de contrats de droit privé : "femme ne peut servir de pont et de planche" !

Un accord intervient en 1328 entre Philippe VI de Valois et Philippe III d'Évreux, époux de Jeanne II de France, l'héritière de Navarre.

Après la mort de ses deux oncles Philippe V le Long et Charles IV le Bel, les droits de Jeanne à la couronne de Navarre sont reconnus en échange de la renonciation aux droits sur la couronne de France et de l'abandon au domaine royal de France des comtés de Champagne et de Brie.

Jeanne II de France devient reine de Navarre. Philippe d'Évreux devient Roi de Navarre à titre consort sous le nom de Philippe III de Navarre.

Jeanne II de France reçoit également le comté d'Angoulême et le comté de Mortain. Poursuivant ses tractations Jeanne II de France obtient Longueville dans le Cotentin. Enfin Jeanne II de France ne tarde pas à échanger le comté d'Angoulême contre des places dans le Vexin : Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnières-sur-Oise.

En 1328, William Montacute participe à une campagne diplomatique auprès du roi de France et du Pape.

Toujours partisan de l'exclusion des femmes du trône de France, Louis Ier de Bourbon se rallie à Philippe VI de Valois.

Louis Ier de Bourbon est fait pair de France par le nouveau souverain.



Mort de Pierre de Rémy

Pierre de Rémy, seigneur de Montigny, surintendant des Finances de Charles IV le Bel, meurt en 1331, exécuté au gibet de Montfaucon.



Destitution de Louis IV de Wittelsbach

Charles Ier de Luxembourg Roi des Romains

Charles Ier de Luxembourg Roi de Germanie

Pendant la vacance du trône, Charles Ier de Luxembourg, Comte de Moravie et de Bohême sous le nom de Wenceslas, âgé de 30 ans, promet d'annuler les mesures prises par son grand-père, Henri VII de Luxembourg, et reconnaît au Saint-Père Clément VI le vicariat d'empire.

Après de solides préparatifs diplomatiques et militaires, le pape enjoint le 28 avril 1346 à l'Empire d'élire un nouveau roi.

Le 11 ou le 26 juillet 1346, les princes électeurs se réunissent.

Le duc de Saxe et les trois électeurs ecclésiastiques dont Hélie de Talleyrand-Périgord, mené par Baudouin de Trèves, destituent l'empereur Louis IV de Wittelsbach.

Quelques semaines après la mort de Jean Ier de Luxembourg, Charles Ier de Luxembourg est élu roi des Romains et couronné Roi de Germanie, à Bonn sous le nom de Charles IV du Saint-Empire.

Louis V de Bavière, banni, ne peut pas prétendre à la couronne germanique et son parti essaie de décider Frédéric II de Misnie, Margrave de Misnie, à accepter la couronne germanique.

Toutefois, celui-ci n'a pas confiance en l'inconstance de son électorat et rejette la demande.



Charles Ier de Luxembourg Roi d'Arles

Amédée VI de Savoie Vicaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles

Charles IV est très francophile, suivant en cela l'exemple de son père, Jean Ier de Luxembourg.

Pour affirmer les droits de l'Empire sur le royaume d'Arles, comme son prédécesseur Frédéric Ier Barberousse, Charles Ier de Luxembourg, vient après son passage à Avignon, se faire couronner le 4 juin 1365 Roi d'Arles à l'Église Saint-Trophime.

Charles Ier de Luxembourg garantit à Jeanne Ire d'Anjou ses droits sur la Provence.

Amédée VI de Savoie réussit à obtenir le titre de "vicaire perpétuel et héréditaire de l'Empire dans l'ancien royaume d'Arles" des mains de Charles Ier de Luxembourg de passage à Chambéry, lui permettant d'exiger l'hommage des évêques de Tarentaise, Maurienne, Belley, Sion et Genève, même si ce dernier se dérobe vite.



Amédée IV de Genève Vassal immédiat de l'Empire et Comte palatin

Mort d'Amédée IV de Genève

Jean de Genève Comte de Genève

En 1369, Amédée IV de Genève est déclaré, par l'empereur Charles IV, vassal immédiat de l'Empire et nommé comte palatin.

Amédée IV de Genève meurt en 1369.

Jean de Genève devient Comte de Genève.


Gisants de Jeanne d'Évreux et de Charles IV le Bel - Abbatiale cistercienne de Maubuisson Philippe V le Long - Jeanne d'Évreux - Charles IV le Bel - Gisants dans la basilique Saint-Denis

Mort de Jeanne d'Évreux

Jeanne d'Évreux, veuve de Charles IV le Bel, meurt au château de Brie-Comte-Robert le 4 mars 1371.

Son corps est inhumé à Saint-Denis, son cœur dans l'église des Cordeliers de Paris, ses entrailles à l'abbaye de Maubuisson.

Blanche de France hérite de ses biens dont Brie-Comte-Robert et Gournay-sur-Marne.


Château royal à Prague Cathédrale Saint-Guy à Prague Le Pont Charles à Prague

Mort de Charles Ier de Luxembourg

Couronnement de Venceslas Ier du Saint-Empire Roi des Romains

Charles Ier de Luxembourg meurt le 29 novembre 1378, âgé de 62 ans, avant que la nouvelle du Schisme l'eût atteint. Sa piété sincère aurait été blessée gravement s'il avait su que "la tunique sans couture" s'était déchirée.

Les quatre épouses de Charles Ier de Luxembourg sont enterrées auprès de leur mari dans la crypte de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

Charles Ier de Luxembourg occupe dans l'histoire de l'Empire une place d'honneur, bien qu'il se soit considéré avant tout comme un Tchèque. Charles Ier de Luxembourg rentre toujours volontiers à Prague.

Adalbert Rankuv (Ranconis) de Jezov, docteur et ancien recteur de d'Université de Paris, en prononçant l'oraison funèbre de Charles IV, l'appelle, à juste titre, "le Père de la Patrie".

Mais la population allemande de l'état tchèque est jalouse de l'affection du peuple tchèque. Encore de nos jours quelques historiens allemands répètent les paroles de l'empereur Maximilien Ier selon lequel Charles n'aurait été que "le beau-père de l'Empire".

L'Allemagne vit 30 années de paix grâce à aux talents de diplomate de Charles IV du Luxembourg.

Charles essaie de fixer le droit du pays en faisant rédiger un code de l'État de Bohême, appelé Majestas Carolina, dont il ne peut, à cause de la résistance de la haute noblesse, faire voter que quelques chapitres, d'ailleurs les plus importants.

Charles Ier de Luxembourg montre une grande condescendance envers le pape et le clergé, établit en faveur du Saint-Siège des impôts onéreux, affranchit le clergé de toute autorité temporelle et s'attire par là de grandes difficultés.

Charles IV concentre son énergie à la gestion de son domaine tchèque et utilise le produit des riches mines de Bohême pour assurer un véritable essor économique.

De l'autre coté de la rivière Vltava (Moldau en Allemand), les disciples de Mathieu d'Arras et Pierre Parler édifient quelques grandes églises, notamment le monastère, dit "Na Slovanech".

Charles Ier de Luxembourg embellit sa ville de Prague :

Il fait venir à Prague des artistes qui réalisent des enluminures de manuscrits (Jean de Troppeau) ou des peintures sur bois (Nicolas Wurmser)

Il fait de Prague une capitale internationale de la science et de la culture en fondant la première université de l'Europe centrale.

Dans les environs de Prague, Charles fait construire le château fort de Karlstejn, destiné à abriter les joyaux de la Couronne et les insignes de l'Empire. Les fresques gothiques qui y sont réalisées par le maître Théodoric, sont l'un des plus beaux exemples de l'art de cette époque.

L'empereur contribue en personne au mouvement scientifique, notamment dans le domaine de l'histoire, par son autobiographie ainsi que par sa collaboration avec deux historiographes de cour.

Sous sa protection, la littérature prit en Bohême un développement fécond, notamment la littérature religieuse, aussi bien allemande que tchèque.

Son chancelier, Jean de Streda (Neumarkt), écrivain allemand et admirateur de Cola di Rienzo, de Pétrarque et de Dante, excelle en épistolographie et fait de la Chancellerie un centre culturel réputé.


Le château royal à Prague

Charles IV du Luxembourg fait reconstruire le château royal.


Cathédrale Saint-Guy à Prague

Mathieu d'Arras et Pierre Parler, un architecte et sculpteur souabe, lui élèvent à Prague, la magnifique cathédrale Saint-Guy.


Le Pont Charles à Prague

Charles IV du Luxembourg fait reconstruire le Pont Charles à Prague

Venceslas Ier du Saint-Empire, âgé de 17 ans, est couronné Roi des Romains en 1378. Il ne sera jamais formellement couronné empereur par le pape.

Venceslas continue d'abord la politique de son père, mais, trop jeune et frivole, il change complètement d'attitude et passe son temps en fêtes et en débauches, ce qui dresse contre lui nombre de ses sujets.



Mariage de Richard II d'Angleterre avec Anne de Bohême

Richard II d'Angleterre épouse en janvier 1382 Anne de Bohême (née en 1366), fille de Charles IV, empereur du Saint Empire romain germanique. Richard lui est très dévoué. Ils n'ont pas d'enfant.



Mariage de Louis II d'Anjou avec Yolande d'Aragon

Louis II d'Anjou épouse à Sainte-Trophime d'Arles le 2 décembre 1400 ou 1401 Yolande d'Aragon, Vicomtesse de Lunel. Leurs enfants sont :



Mariage de Pierre Ier de Luxembourg avec Marguerite des Baux

Pierre Ier de Luxembourg épouse le 8 mai 1405 Marguerite des Baux. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles IV d'Anjou avec Cobella Ruffo

Charles IV d'Anjou épouse le 14 octobre 1414 Cobella Ruffo, fille de Carlo Ruffo (né vers 1370), Comte de Montaldo, et de Ceccarella Sanseverino (née vers 1375). Leur enfant est :



Naissance de Charles IV d'Anjou

Charles IV d'Anjou naît à Montils-les-Tours le 14 octobre 1414, fils de Louis II d'Anjou et de Yolande d'Aragon.



Mariage de Jean II d'Aragon avec Blanche Ire de Navarre

Blanche Ire de Navarre est veuve de Martin II de Sicile.

Jean II d'Aragon épouse à Pampelune, le 18 janvier 1420 Blanche Ire de Navarre, fille de Charles III le Noble et d'Éléonore de Trastamare. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles IV de Viane

Charles d'Aragon ou Charles IV de Viane (catalan : Carles d'Aragó ou de Viana, castillan : Carlos de Aragón ou de Viana, Don Carlos) naît à Peñafiel en 1421, fils de Jean II d'Aragon et de Blanche Ire de Navarre.

Charles reçoit une éducation soignée à Olite en Navarre.



Création du titre de Prince de Viana

Charles III le Noble crée le titre de Prince de Viana en 1423 pour les héritiers au trône du royaume de Navarre, le premier étant son petit-fils Charles IV de Viane.


Palais d'Olite

Mort de Charles III le Noble Roi de Navarre

Blanche Ire de Navarre Reine de Navarre

Jean II d'Aragon Roi consort de Navarre

Charles IV de Viane Héritier de Navarre

Charles IV de Viane Prince de Viane

Charles III le Noble survit à ses fils. Il meurt le 8 septembre 1425 au palais royal d'Olite en Navarre.

L'abandon de l'expansionnisme de son père lui permit de mettre en œuvre un processus de distanciation par rapport à la France et de navarrisation de la dynastie d'Évreux.

Il réussit à desserrer les liens avec la Castille, l'Aragon, la France et l'Angleterre grâce à une politique de collaboration, d'appui au pape d'Avignon et d'alliances matrimoniales.

Charles III le Noble aide la Castille dans ses guerres contre Grenade.

Charles III le Noble protége les arts, fait achever la cathédrale gothique de Pampelune (où il est enterré avec son épouse) et construire les palais royaux de Tafalla et d'Olite.

Blanche Ire de Navarre, fille de Charles III le Noble et d'Éléonore de Trastamare, devient Reine de Navarre en 1425. Jean II d'Aragon devient par son mariage Roi consort de Navarre sous le nom de Jean II de Navarre.

À la mort de son grand-père Charles III le Noble, Charles d'Aragon, Duc de Gandie, devient héritier de Navarre et reçoit le titre de prince de Viane, ce qu'il explique qu'il soit plus connu sous le nom de Charles IV de Viane.



Georges Ier de la Trémoïlle Prisonnier

Georges Ier de la Trémoïlle, son ennemi personnel, tente d'assassiner Arthur III de Bretagne en 1433.

En juin 1433, Georges Ier de la Trémoïlle est enlevé par Arthur III de Bretagne qui l'emprisonne au château de Montrésor.

Prigent VII de Coëtivy participe le 3 juin 1433 avec Jean V de Bueil et Pierre de Brézé à la chute de Georges Ier de la Trémoïlle.

Ils eurent l'intention de le tuer, mais Georges Ier de la Trémoïlle étant un homme obèse, le coup de poignard infligé ne lui valut qu'une légère blessure.

Charles VII de France n'intervient pas.

Politiquement proche de sa mère Yolande d'Aragon, Charles IV d'Anjou participe à ce complot.

Charles IV d'Anjou entre ensuite au Conseil de Charles VII de France et y jouera un rôle de premier plan durant de nombreuses années.


Charles IV d'Anjou

Charles IV d'Anjou Comte du Maine

Charles IV d'Anjou devient Comte du Maine en 1434 sous le nom de Charles Ier du Maine.



Levée des sièges de Laon et de Beauvais

Début 1434, d'imposantes forces françaises font face aux Anglais, non loin de Sillé-le-Guillaume.

Prigent VII de Coëtivy est adoubé sur le champ de bataille à Sillé-le-Guillaume en 1434 par Charles IV d'Anjou,

En juillet 1434, Arthur III de Bretagne parvient à faire lever les sièges de Laon et de Beauvais.

Arthur III de Bretagne gagne ensuite la Champagne et la Lorraine.

Conscient de la tournure que prennent les événements, Philippe III le Bon entame un rapprochement avec la France.

Jean de Bourgogne combat dans l'armée de Philippe III le Bon, son cousin , opére en Picardie en 1434.



Mariage de Charles IV avec Cambella Ruffo

Charles IV épouse Cambella Ruffo.



Naissance de Charles V d'Anjou

Charles V d'Anjou naît en 1436, fils de Charles IV d'Anjou, comte du Maine et de Guise, et de Cobella Ruffo.



Siège de Montereau

Des jalousies se font parfois jour comme au siège de Montereau, en 1437, où un chroniqueur rapporte la crainte des Français de voir les Bretons d'Arthur III de Bretagne s'emparer de la cité avant eux.

Charles IV d'Anjou participe à la prise de Montereau.

En 1437, Jacques Ier de Chabannes commande 120 hommes d'armes et 240 de trait sous Arthur III de Bretagne, à la prise de Montereau.



Mariage de Charles IV de Viane avec Agnès de Clèves

Charles IV de Viane épouse en 1438 Agnès de Clèves (morte en 1448).



Mariage de Charles IV d'Aragon avec Agnès de Clèves

Charles IV d'Aragon épouse en 1438 avec Agnès de Clèves. Ils n'ont pas d'enfants.



Charles IV d'Anjou Gouverneur du Languedoc

Charles IV d'Anjou devient Gouverneur du Languedoc pour Charles VII de France en 1440.


Jean II d'Aragon

Mort de Blanche Ire de Navarre Reine de Navarre

Charles IV de Viane Roi titulaire de Navarre

Jean II d'Aragon Usurpateur du trône de Navarre

Blanche Ire de Navarre meurt à Santa Maria la Real de Nieva le 1er avril 1441.

En 1441, Charles IV de Viane, fils de Jean II d'Aragon et de Blanche Ire de Navarre, devient Roi titulaire de Navarre, mais une clause du testament maternel l'empêche de prendre ce titre tant que son père vivra.

Jean II d'Aragon usurpe le trône de Navarre, au détriment des enfants qu'il a eu avec Blanche Ire de Navarre : Charles IV de Viane, Blanche II d'Aragon et Éléonore Ire de Navarre.



Mort de Jean II de Luxembourg-Ligny

Louis Ier de Luxembourg Comte de Ligny et de Guise

Charles VII de France est sur le point de monter une opération pour mettre au pas Jean II de Luxembourg-Ligny.

Jean II de Luxembourg-Ligny désigne Louis Ier de Luxembourg comme héritier.

Jean II de Luxembourg-Ligny meurt à Guise en 1441.

Charles VII de France met ses biens sous séquestre.

Louis Ier de Luxembourg se rapproche de la France et peut ainsi les récupérer.

Charles VII de France finit par les rendre à titre viager.

Louis Ier de Luxembourg devient Comte de Ligny et de Guise.

Mais Charles IV d'Anjou lui intente un procès pour la possession de Guise.



Siège de Pontoise

En 1441, Charles VII de France reprend le combat contre les partis anglais et bourguignons.

Le 5 juin 1441, les troupes Charles VII de France, galvanisées par leur victoire à Creil, investissent la cité fortifiée de Pontoise, dernière place forte encore tenue par les Anglais dans les environs de Paris.

Louis XI mène l'armée royale qui donne l'assaut le 19 septembre 1441 et entre dans la ville.

La ville rend les armes, exsangue.

Charles IV d'Anjou participe à cette bataille.

La prise de Pontoise met un terme à la reconquête de l'Île-de-France.

La chute de Pontoise permet le rétablissement des relations avec le nord du royaume de France.

Le pays de Caux et la région de Vire se soulèvent.



Mariage de Charles IV d'Anjou avec Isabelle de Luxembourg

Charles IV d'Anjou épouse en 1443 Isabelle de Luxembourg (morte en 1472), fille de Pierre Ier de Luxembourg et de Marguerite des Baux.

Leurs enfants sont :



Charles IV d'Anjou Comte de Guise

Finalement, Charles VII de France donne en dot Guise à Isabelle de Luxembourg, sœur de Louis Ier de Luxembourg.

Charles IV d'Anjou, son époux, devient ainsi Comte de Guise en mai 1444.

Louis Ier de Luxembourg devient l'ami de Louis XI et combat les Anglais en Flandre et en Normandie.



Naissance de Louise d'Anjou

Louise d'Anjou naît en 1445, fille de Charles IV d'Anjou, Comte du Maine, et d'Isabelle de Luxembourg.



Mort d'Agnès de Clèves

Agnès de Clèves, épouse de Charles IV d'Aragon, meurt en 1448 sans lui laisser d'enfants.



Reconquête de la Normandie

Prise du château d'Ivry-la-Bataille aux Anglais

Siège de Rouen

Reprise de Fougère par les Français

Le couple Charles VII Agnès Sorel vit de longues années de bonheur, jalonnées par des voyages à travers la France.

Agnès Sorel attend le retour du guerrier ou du chasseur à Razilly près de Chinon, à Beaulieu près de Loches, à Dames près de Mehun-sur-Yèvre.

Croyante, elle fait régulièrement des pèlerinages et des offrandes à l'Église.

Charles VII de France doit réorganiser ses finances.

Agnès Sorel le pousse à achever la conquête de son royaume en reprenant la Guyenne et la Normandie aux Anglais.

Charles VII de France se lance à la reconquête de la Normandie.

Jean Poton de Xaintrailles prend une part active à cette campagne.

Charles IV d'Anjou participe à cette campagne.

Joachim Rouhault revenu en France, participe à cette campagne comme capitaine de la compagnie d'ordonnance de Saint-Lô.

Robert II d'Estampes, chambellan de Charles VII de France, maréchal et sénéchal du Bourbonnais, participe à cette campagne.

Jean II de Bourbon-Vendôme fait ses premières armes avec Jean de Dunois en combattant les Anglais en Normandie.

En 1449, Jean de Dunois reprend le château d'Ivry-la-Bataille aux Anglais et ordonne son démantèlement.

À partir de cette date, il servira de carrière de pierre.

Jean II d'Anjou vient combattre avec d'autres princes en Normandie en 1449.

Les Anglais John Fastolf et Thomas Montaigu se distingue au siège de Rouen en octobre 1449.

Le Français Jean II d'Anjou participe au siège de Rouen.

Jacques Ier de Chabannes entre victorieux dans Rouen le 10 octobre 1449.

Jean II d'Alençon bien que participant à la reconquête de la Normandie continue de chercher une alliance anglaise.

Jean II de Bourbon participe à la campagne de Normandie où il se révèle être un capitaine de guerre fameux.

Fougères capitule le 4 novembre 1449.

Jacques Ier de Chabannes devient bailli du Cotentin en 1449.



Jean II d'Aragon chassé de Castille

Guerre civile entre Jean II d'Aragon et Charles IV de Viane

Jean II d'Aragon, intrigant notoire, est chassé de Castille en 1450.

Charles IV de Viane, étant soutenu par une partie importante de la population catalane, une guerre civile éclate entre le père et le fils.



Bataille d'Aibar

Charles IV de Viane Prisonnier

Charles IV de Viane est vaincu à Aibar par Jean II d'Aragon en 1452. Il est fait prisonnier, et ne sort de prison qu'au prix d'une renonciation au trône de Navarre.


Bataille de Castillon La France en 1453

Bataille de Castillon

Mort de John Talbot

Fin de la guerre de Cent Ans

Mort de Jacques Ier de Chabannes Seigneur de La Palice, Charlus, Curton, Madic, Montaigu-le-Blin, Rochefort et Châtel-Perron

Le 27 juin 1453, Jacques Ier de Chabannes prend Chalais.

Le 17 juillet 1453, l'armée de Charles VII de France se heurte au corps expéditionnaire anglais sur les bords de la Dordogne, à quelques centaines de mètres des murailles du village de Castillon.

Les Français ne comptent pas moins de 10.000 hommes et 300 bouches à feu, sous le commandement de Jean de Dunois et des frères Bureau.

Jacques Ier de Chabannes, Joachim Rouhault, Charles de Bourgogne, Jean V de Bueil, André de Montfort-Laval et Charles IV d'Anjou participent à cette campagne.

Jacques Ier de Chabannes est blessé.

Les Bretons servent à Castillon, non plus sous les ordres d'Arthur III de Bretagne mais commandés par François II de Bretagne, jeune Comte d'Étampes.


Première utilisation rationnelle de l'artillerie

Survenant quelques semaines après la chute de Constantinople aux mains des Turcs, la bataille de Castillon passe presque inaperçue des contemporains. Elle n'en marque pas moins l'Histoire militaire par le triomphe de l'artillerie. Employée pour la première fois de façon rationnelle et systématique en rase campagne, l'artillerie assure la victoire des troupes françaises. La chevalerie n'est plus la reine des batailles !

La bataille se solde par un total de 9.000 morts, blessés et prisonniers.

John Talbot est tué par un boulet et son fils meurt aussi durant ce combat.

Le nom de Talbot provoquait un sentiment de peur chez les Français. Le nom de Talbot fut prononcé par les mères de famille pour effrayer les enfants indociles.

A l'inverse de son rival John Fastolf, il fut un piètre tacticien. Selon Thomas Basin, il fut un homme courageux, mais si l'on étudie sa carrière militaire on se rend compte qu'il refusait tout combat avec l'ennemi. Les deux batailles qu'il a livré furent un désastre : la bataille de Patay et la bataille de Castillon.

Les Anglais sont obligés de rembarquer. Ils renoncent à jamais à l'Aquitaine et aux possessions continentales de la dynastie royale des Plantagenêt.

La bataille met un terme définitif à la guerre de Cent Ans. Charles VII de France a l'habileté de confirmer les privilèges et d'empêcher toute réaction contre les anciens fidèles d'Henri VI Plantagenêt. Rares sont ceux qui jugent opportun de fuir en Angleterre.

Le village de Castillon est depuis appelé Castillon-la-Bataille.



Nouvelle guerre entre Jean II d'Aragon et Charles IV de Viane

Éléonore Ire de Navarre Héritière du royaume de Navarre

Gaston IV de Foix-Béarn Lieutenant général du royaume de Navarre

Exil de Charles IV de Viane

Jean II d'Aragon est brouillé avec son fils et héritier Charles IV de Viane. Il le déshérite et conclut à Barcelone le 3 décembre 1455 un traité par lequel il institue Éléonore Ire de Navarre et Gaston IV de Foix-Béarn comme héritiers du royaume de Navarre.

Éléonore Ire de Navarre tient la Navarre pour le compte de son père Jean II d'Aragon en 1455 avec le titre de Lieutenant général de Navarre.

Gaston IV de Foix-Béarn entre en campagne contre Charles IV de Viane, occupe la Basse-Navarre et en chasse le prince, et devient lieutenant général du royaume de Navarre.

Charles IV de Viane s'enfuit à Naples auprès de son oncle Alphonse V le Grand.


Ferdinand Ier de Naples - Musée du Louvre

Mort de Alphonse V le Grand Roi d'Aragon et de Sicile

Jean II d'Aragon Roi d'Aragon, de Valence, de Majorque

Jean II d'Aragon Roi de Sardaigne et de Sicile

Comte de Barcelone, de Roussillon et de Cerdagne

Ferdinand Ier de Naples Roi de Naples

Exil de Charles IV de Viane en Sicile puis à Majorque

Alphonse V le Grand meurt à Naples le 27 juin 1458. Ses possessions sont partagées.

Jean II d'Aragon, frère du défunt, dispute la couronne à Charles IV de Viane, son propre fils.

En 1458, Jean II d'Aragon, déjà Roi de Navarre, devient :

Le royaume de Naples passe à Ferdinand, fils bâtard d'Alphonse V le Grand, sous le nom de Ferdinand Ier, Roi de Sicile péninsulaire.

Charles IV de Viane se trouve sans appui, et doit partir en Sicile, où il trouve un soutien populaire dû au souvenir de Blanche Ire de Navarre, sa mère, qui avait été reine de Sicile par son premier mariage avec le roi Martin II de Sicile.

Puis Charles IV de Viane s'exile à Majorque.



Charles IV de Viane Prisonnier

Charles IV de Viane tente de se réconcilier avec Jean II d'Aragon, son père, à Barcelone en 1460. Mais la famille de Jeanne Enriquez, la seconde femme de Jean II d'Aragon, monte le père contre le fils pour assurer l'héritage de Ferdinand II d'Aragon le Catholique.

Charles IV de Viane est arrêté par l'ordre de son père Jean II et emprisonné. Cela déclenche une levée de boucliers de la part des élites catalanes réunies dans les corts (parlement général). Ils obtiennent la libération du prince et le rétablissement de ses droits d'héritier.

Jean II d'Aragon doit consentir au mariage de Charles IV de Viane avec Isabelle Ire de Castille, que la reine Jeanne Enriquez destine à Ferdinand II d'Aragon, son fils.



Charles IV d'Anjou Gouverneur du Languedoc

Charles IV d'Anjou commence par épauler son cousin Louis XI et parait s'attacher à lui.

Louis XI le charge de régler ses différends avec François II de Bretagne; mais sa négociation n'aboutit qu'à envenimer la haine des deux partis.

Charles IV d'Anjou restera Gouverneur du Languedoc pour Louis XI jusqu'en 1466.



Mort de Charles IV de Viane

Blanche II d'Aragon Reine titulaire de Navarre

Blanche II d'Aragon Prisonnière

Guerre entre Castille et Aragon

Charles IV de Viane meurt à Barcelone le 23 septembre 1461, dans des conditions mystérieuses. Il est peut-être empoisonné par Jeanne Enriquez, sa belle-mère qui éviterait ainsi le mariage de Charles IV de Viane avec Isabelle Ire de Castille.

Ce prince joint à de brillantes qualités le goût des lettres; il a laissé, entre autres écrits, une traduction de la Morale d'Aristote, et en manuscrit une Chronique des rois de Navarre.

Ferdinand II d'Aragon, fils de Jean II d'Aragon et de Jeanne Enriquez, devient l'héritier des possessions de la couronne d'Aragon.

Blanche II d'Aragon, fille de Jean II d'Aragon et de Blanche Ire de Navarre, est proclamée Reine de Navarre légitime par des membres du parti anti-aragonais. Mais prisonnière de son père, qui souhaite garder le contrôle de la Navarre, elle ne peut faire prévaloir ses droits à la couronne.

Jean II d'Aragon aurait alors livré Blanche II d'Aragon à Éléonore Ire de Navarre, sa sœur, qui la garde en prison.



Mariage de Jacques d'Armagnac avec Louise d'Anjou

Louis XI fait épouser à Jacques d'Armagnac une de ses cousines.

Jacques d'Armagnac épouse à Poitiers le 12 juin 1462 Louise d'Anjou, fille de Charles IV d'Anjou et d'Isabelle de Luxembourg. Leurs enfants sont :


Tombeau de Charles IV d'Anjou - dans la cathédrale du Mans - attribué à Francesco Laurana

Mort de Charles IV d'Anjou

Charles V d'Anjou Comte du Maine et de Guise

Charles IV d'Anjou meurt à Neuvy le 10 avril 1472.

Il est inhumé dans la Cathédrale du Mans par Thibault de Luxembourg, son beau-frère

Charles V d'Anjou devient Comte du Maine et de Guise.



Mariage de François de Bourbon-Vendôme avec Marie de Luxembourg

Marie de Luxembourg est veuve de Jacques de Savoie.

François de Bourbon-Vendôme, Comte de Vendôme, épouse le 8 septembre 1487 Marie de Luxembourg, Comtesse de Saint-Pol ou Saint-Paul. Leurs enfants sont :

Marie de Luxembourg apporte en dot à la maison de Bourbon :



Mort de Marguerite d'Harcourt

Mariage de René d'Alençon avec Marguerite de Lorraine-Vaudémont

Marguerite d'Harcourt meurt en 1488.

René d'Alençon épouse à Toul le 14 mai 1488 Marguerite de Lorraine-Vaudémont, fille de Ferry II de Vaudémont et de Yolande d'Anjou. Leurs enfants sont :

René d'Alençon est un homme violent qu'elle finira par fuir et se réfugiera à Argentan, ville de Normandie dont elle sera la bienfaitrice.

René d'Alençon a plusieurs enfants illégitimes :



Mariage de Charles d'Orléans avec Louise de Savoie

Charles d'Orléans, Duc d'Angoulême, épouse en le 16 février 1488 ou en 1490 Louise de Savoie (1476-1531). Leurs enfants sont :

Louise de Savoie est une femme intelligente, cultivée et volontaire.

Charles d'Orléans, plutôt bon vivant, est épris des textes de Boccace et se révèle un mari bien volage.



Naissance de Charles IV de Bourbon-Vendôme

Charles IV de Bourbon-Vendôme naît à Vendôme le 2 juin 1489 ou le jeudi 11 juin 1489, fils de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg.



Naissance de Charles IV d'Alençon

Charles IV d'Alençon naît à Alençon en 1489, fils de René d'Alençon et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont.



Mort de René d'Alençon Duc d'Alençon et Comte du Perche

Charles IV d'Alençon Duc d'Alençon et Comte du Perche

René d'Alençon meurt à Alençon le 1er novembre 1492.

Charles IV d'Alençon devient Duc d'Alençon, Comte du Perche.

Marguerite de Lorraine-Vaudémont résout de ne jamais se remarier et se consacre à bien élever ses enfants et à s'occuper de ses sujets.



Mort de François de Bourbon-Vendôme

Charles IV de Bourbon-Vendôme Comte de Vendôme

François de Bourbon-Vendôme meurt en 1495.

Charles IV de Bourbon-Vendôme devient Comte de Vendôme.

Charles IV de Bourbon-Vendôme ne reçoit que la nue-propriété des biens de son père, François de Bourbon-Vendôme, Comte de Vendôme.

Marie de Luxembourg, sa mère, prend la tutelle de ses enfants, reçoit l'usufruit, et gouverne le comté de Vendôme

Elle embellit fortement la ville de Vendôme, faisant restaurer ou reconstruire plusieurs édifices.



Mort de Charles Ier d'Armagnac

Charles IV d'Alençon Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez

Charles Ier d'Armagnac meurt à Castelnau-de-Montmirail le 3 juin 1497.

Charles IV d'Alençon succède à Charles Ier d'Armagnac, son grand-oncle, et devient Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez en 1497 sous le nom de Charles II d'Armagnac.

Son grand-père Jean II d'Alençon, avait épousé Marie d'Armagnac, fille de Jean IV d'Armagnac.



Révolte à Gênes

Siège de Gênes

En 1507, les habitants de la ville de Gênes se révoltent.

Louis XII est réclamé par la population.

En avril 1507, Bayard force le passage des Apennins devant Gênes.

Charles III de Bourbon accompagne Louis XII à Gênes.

Bérault Stuart accompagne Louis XII à Gênes.

Charles IV d'Alençon y fait sa première campagne.

Robert Stuart d'Aubigny participe à ce siège.

Louis II de La Trémoïlle et Charles de La Trémoïlle, son fils, se distingue lors de cette expédition de Gênes.

Favori de François Ier de France, Guillaume Gouffier se concilie sa faveur par le courage qu'il déploie lors de ce siège.

Jacques II de Chabannes commande en 1507 l'avant-garde de l'ost français au siège de Gênes, au cours duquel il est grièvement blessé.

Charles II d'Amboise réprime la révolte des Génois.

Louis II d'Amboise entre triomphalement à Gênes avec Louis XII.



Bulle d'excommunication contre Venise

Bataille d'Agnadel

Bartolomeo d'Alviano Prisonnier

Prise de Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera

Siège de Padoue

Jacques II de Chabannes est envoyé au secours de Maximilien Ier de Habsbourg.

Le 15 avril 1509, l'armée française quitte Milan.

Jules II fulmine une bulle d'excommunication contre Venise, le 27 avril 1509.

Les Vénitiens refusent de céder à l'ultimatum papal et la guerre éclate.

Commandées par Louis XII de France en personne, l'armée française franchit la frontière lombarde le 9 mai 1509.

Philippe de Savoie-Nemours, Antoine II de Lorraine, Charles III de Bourbon, Charles IV d'Alençon, Jacques de Trivulce, Charles II d'Amboise, Louis II de La Trémoïlle et son fils Charles de La Trémoïlle participent à cette Campagne.

Venise lève une armée de mercenaires commandée par Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano, les cousins Orsini. Cette armée composée de 30 000 fantassins et 2 000 cavaliers, stationne devant Bergame. Ils reçoivent l'ordre d'éviter toute confrontation directe et de s'en tenir à des démonstrations et des escarmouches pour harceler l'ennemi.

Le 9 mai 1509, Louis XII, à la tête de 30 000 hommes dont 6 000 Suisses et 2000 cavaliers, fait traverser l'Adda à son armée, à hauteur de Cassano d'Adda.

Charles II d'Amboise commande l'avant-garde.

Bartolomeo d'Alviano est partisan d'enfreindre les consignes des doges et d'attaquer de front l'envahisseur.

Mais finalement, Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano qui campent sous les remparts de Treviglio, se décident à décrocher sur le Pô afin de tenir des positions plus solides.

Le 14 mai 1509, alors qu'il fait marche vers le sud, Bartolomeo d'Alviano se heurte à un détachement français commandé par Charles II d'Amboise, qui stationne ses troupes autour du village d'Agnadel.

Bartolomeo d'Alviano range son armée, environ 8 000 hommes, en ordre de bataille, sur un coteau surplombant un vignoble.

Les vénitiens engagent l'action qui est reçu par l'avant-garde Française.

Charles II d'Amboise répond par une charge de cavalerie, puis fait monter les piquiers suisses à l'assaut. Ses troupes sont ralenties dans l'ascension de la colline par le franchissement d'un fossé de drainage et par la pluie. Les positions vénitiennes soutiennent le premier choc.

Niccolò di Pitigliano est déjà plusieurs kilomètres au sud. Il reçoit un message de Bartolomeo d'Alviano l'appelant à la rescousse. Il fait répondre qu'il vaut mieux interrompre la bataille, et poursuit sa marche vers le sud.

Le gros de l'armée française arrive à Agnadel et encercle Bartolomeo d'Alviano.

Robert Stuart d'Aubigny participe à cette bataille.

Les bataillons Français et Vénitiens se combattent dans une terrible mêlée, sans pouvoir presque se reconnaitre, et dans un tel tumulte que les ordres sont à peine entendus par les soldats.

Louis XII fait disposer son artillerie dans les broussailles, hors de la vue des ennemis. Il les fait tirer, éclaircissant les rangs Vénitiens.

Il fait alors donner la gendarmerie Française, qui est alors la plus redoutable d'Europe, mettant en fuite les forces ennemies.

Bartolomeo d'Alviano est renversé de son cheval et reçoit un coup de lance qui lui fait perdre l'œil. Il est fait prisonnier.

Les Français, notamment le chevalier Bayard, s'illustrent aux côtés de leurs alliés.

La cavalerie vénitienne s'enfuit, puis en l'espace de 3 heures, l'armée vénitienne est détruite et compte 4 000 morts.

L'issue de la bataille est connue de Niccolò di Pitigliano dans la soirée. Au matin, la moitié de ses troupes ont déserté.

Une Chapelle des Morts ainsi qu'une stèle commémorative rappellent encore aujourd'hui la bataille d'Agnadel.

Confronté à l'avance inexorable de l'armée française, Niccolò di Pitigliano précipite se retraite sur Trévise et Venise, laissant Louis XII prendre possession de toute la Lombardie.

Louis XII s'empare immédiatement des villes lombardes qui lui reviennent : Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera.

Charles IV d'Alençon participe aux prises de Bergame, de Caravaggio, de Borromeo et de Crémone.

La victoire française met la République de Venise à la merci d'une invasion, voire d'une disparition.

Machiavel a pu dire de cette bataille qu'en un jour les Vénitiens ont perdu ce qu'ils avaient mis 800 ans à arracher.

Maximilien Ier de Habsbourg fait de même avec les siennes et Jules II occupe la Romagne.

Les troupes vénitiennes se ressaisissent.

Le 15 juillet 1509, les Vénitiens qui s'étaient fortifiés dans Trévise, assiège Padoue sous les ordres d'Andréa Gritti.

En septembre 1509, ils reprennent Padoue.

Maximilien Ier de Habsbourg vient mettre le siège devant Padoue le 15 septembre 1509, mais doit le lever 17 jours plus tard.


Charles IV d'Alençon dessin du XVIIe siècle

Mariage de Charles IV d'Alençon avec Marguerite d'Angoulême

Charles IV d'Alençon, Duc d'Alençon, épouse en 1509 Marguerite d'Angoulême.

Depuis l'âge de 8 ans les prétendants de Marguerite d'Angoulême se sont succédé :

Un procès oppose les Maisons d'Angoulême et d'Alençon. Un mariage est conclu pour éteindre ce vieux différend.

Charles IV d'Alençon épouse en 1509 épouse Marguerite d'Angoulême.

La vie de Marguerite au château d'Alençon n'est certainement pas joyeuse ... enfermée dans un sombre château médiéval, entre une belle-mère très pieuse, et un mari illettré, d'esprit militaire.


Bataille de Ravenne - Mort de Gaston de Foix-Nemours - par Ary Scheffer - vers 1824 Monument funéraire de Gaston de Foix - Castello Sforzesco à Milan

Bataille de Ravenne

Mort de Gaston de Foix Comte d'Étampes, de Foix, Duc de Nemours

Fernando de Avalos Prisonnier

Léon X Prisonnier

Évasion de Léon X

Maximilien Sforza Duc de Milan

Alphonse Ier d'Este s'allie alors avec la France.

Les français, sous les ordres de Gaston de Foix, Duc de Nemours, battent l'armée hispano-italienne le 11 avril 1512 à Ravenne au cours d'une bataille qui fait 10 000 morts.

Jacques II de Chabannes et Anne de Montmorency participent à cette bataille.

Charles IV de Bourbon-Vendôme fait ses premières armes en Italie au service de Louis XII.

Robert Stuart d'Aubigny participe à cette bataille.

Alphonse Ier d'Este coopère avec sa fameuse artillerie à la victoire.

Gaston de Foix, artisan de cette victoire, meurt au court du combat.

Le duché de Nemours revient à la Couronne.

Jacques II de Chabannes lui succède comme commandant en chef des armées d'Italie mais n'a pas ses talents de général

Fernando de Avalos est fait prisonnier lors de cette bataille.

Il compose dans sa prison un Dialogue de l'amour, qu'il dédie à son épouse.

Alors qu'il séjourne avec l'armée pontificale, Léon X est fait prisonnier à la suite de la bataille de Ravenne.

Au lieu de marcher sur Rome, les troupes françaises perdent du temps à piller Ravenne.

Après la Bataille de Ravenne, Robert III de la Marck participe à la prise d'Alessandria.

Les troupes espagnoles et pontificales ont le temps de se ressaisir et les 18 000 soldats suisses arrivent en Lombardie.

Les troupes de ses adversaires chassent les français de Lombardie.

Bayard s'illustre à nouveau, à Ravenne, lors du délicat retrait des troupes françaises.

En juin 1512, l'armée française, en déroute, recule. Les Français perdent le Milanais.

Léon X réussit à s'évader.

Les Médicis rentrent à Florence et les Sforza à Milan. Ils restituent Parme et Plaisance au Saint-Siège.

Les Suisses mettent Maximilien Sforza sur le trône de Milan. Il devient Duc de Milan en 1512.

Jules II est l'objet, en France, de représentations de plusieurs soties et moralités, dont les plus célèbres, Chasse du cerf des cerfs et le Jeu du Prince des Sots de Pierre Gringoire ou Gringore, datent de 1512.

Jean Lemaire de Belges publie un Traité des conciles et des schismes, qui prend la défense de Louis XII.

Louis XII envoie en Lombardie une nouvelle armée française avec Louis II de La Trémoïlle.


Françoise d'Alençon

Mariage de Charles IV de Bourbon-Vendôme avec Françoise d'Alençon

Françoise d'Alençon est veuve de François II d'Orléans-Longueville.

Charles IV de Bourbon-Vendôme épouse à Châteaudun le 18 mai 1513 Françoise d'Alençon, fille de René d'Alençon, et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont. Leurs enfants sont :


Charles IV de Bourbon-Vendôme

Charles IV de Bourbon-Vendôme Duc de Vendôme

Louis XII érige le comté de Vendôme en Duché-pairie et Charles IV de Bourbon-Vendôme devient duc de Vendôme en 1514.


Bataille de Marignan Charles III de Bourbon, gravure de Thomas de Leu Charles III de Bourbon

Bataille de Marignan

Mort de Charles de Bueil

Mort de Charles de la Trémoïlle

Déposition de Maximilien Sforza

François Ier Duc de Milan, de Parme et de Plaisance

Charles III de Bourbon Connétable de France

Charles III de Bourbon Vice-roi du Milanais

Pendant les escarmouches qui conduisent à la bataille de Marignan, les soldats de Robert Stuart d'Aubigny sous le commandement de Jacques de la Palice, dans un audacieux raid de cavalerie derrière les lignes ennemies, surprennent et capturent Prospero Colonna, le commandant du pape,.

Ce sont les piquiers suisses qui attaquent les français le 13 septembre 1515 et mettent en difficulté l'armée de François Ier de France.

Avec l'aide des vénitiens, François Ier de France réussit cependant à battre le 14 septembre 1515, grâce à la supériorité du feu français.

Cette bataille fait plus de 15 000 victimes.

Participent à cette bataille :

Capitaine, Charles de Bueil commande une compagnie de gendarmerie lors de cette bataille.

Charles de Bueil meurt le 13 septembre 1515.

Charles de Bueil, et le duc de Châtellerault, d'Imbercourt, Jacques d'Amboise seigneur de Bussy, Hugues d'Amboise, baron d'Aubijoux, fondant la lance en arrêt sur le bataillon des Suisses, se font jour en 2 ou 3 endroits, culbutent et foulent aux pieds de leurs chevaux un grand nombre de combattants, mais périssent presque tous dans ce premier effort.

Louis IV de Bueil, son frère, est blessé lors de cette bataille.

Robert Stuart d'Aubigny prend part à cette bataille.

Robert III de la Marck se distingue et contribue à la victoire des Français.

François Ier de France l'adoube de sa propre main.

Louis II de La Trémoïlle se distingue à Marignan.

Charles de la Trémoïlle, son fils, meurt le 13 septembre 1515.

Claude de Lorraine-Guise se conduit en héros et est grièvement blessé.

Charles IV de Bourbon-Vendôme combat à la tête de 70 lances.

Charles III de Bourbon dirige une armée.

François Ier de France tire une gloire de cet affrontement n'hésitant pas à se mêler lui-même à la bataille comme les héros de l'antiquité.

François Ier et François Ier de Bourbon-Saint-Pol se fait adouber Chevalier par Bayard sur le champ de bataille.

Cette victoire entraîne la facile conquête de l'Italie en un temps où l'arrivée de l'or américain diminue pour une courte période.

Maximilien Sforza se soumet au Roi français et est déposé de son duché de Milan.

Le 13 octobre 1515, François Ier de France est déclaré Duc de Milan, de Parme et de Plaisance.

François Ier de France nomme Charles III de Bourbon Connétable de France et vice-roi du Milanais.

Antoine Duprat est nommé chancelier du duché de Milan.

Plusieurs traités sont signés pour mettre fin à ces guerres d'Italie.

Il y a :


Charles Quint

Mort de Ferdinand II d'Aragon Roi d'Aragon et de Sicile

Jeanne la Folle Reine d'Aragon et de Castille

Charles Quint Roi catholique de tous les royaumes d'Espagne

Charles Quint Roi de Sicile

Au cours des deux années précédentes, Ferdinand II d'Aragon aurait pâti de problèmes de santé, dont l'origine serait la prise d'herbes lui permettant d'espérer une descendance de Germaine de Foix.

Ferdinand II d'Aragon le Catholique meurt le 23 ou 25 janvier 1516 à Madrigalejo.

Ferdinand II d'Aragon laisse à Germaine de Foix dans son testament des rentes annuelles de plus de 50 000 florins, un usufruit de veuvage qui serait annulé en cas de remariage.

Dans sa dernière lettre à son petit-fils Charles Quint, Ferdinand II d'Aragon lui recommande de ne pas abandonner sa veuve et de s'assurer du respect de son testament.

Jeanne la Folle devient reine d'Aragon et de Castille sous le nom de Jeanne Ire.

Cependant sa santé l'empêche d'exercer le pouvoir.

En 1516, Ferdinand II d'Aragon laisse un empire immense à son petit-fils Charles Quint.

Charles Quint devient Roi de Castille, conjointement avec sa mère.

Il hérite aussi de l'Aragon, la Haute-Navarre, Grenade, Naples, la Sicile, la Sardaigne, les Baléares, Malte et les possessions espagnoles en Amérique.

Les couronnes de Castille et d'Aragon sont définitivement unies et forment le royaume d'Espagne.

Charles Quint prend le titre de Roi catholique de tous les royaumes d'Espagne sous le nom de Charles Ier d'Espagne mais il est surtout connu sous le nom de Carlos Quinto en Espagne et en Amérique latine.

Il est roi de Sicile sous le nom de Charles IV

Germaine de Foix part vivre en Castille.



Naissance de Marguerite de Bourbon-Vendôme

Marguerite de Bourbon-Vendôme naît en 1516, fille de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.



Naissance d'Antoine de Bourbon

Antoine de Bourbon naît en 1518, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme (1489-1537), Duc de Vendôme, et de Françoise d'Alençon.

Antoine de Bourbon porte d'abord les titres de Comte de Marle puis de Beaumont.



Naissance de François de Bourbon-Vendôme

François de Bourbon-Vendôme naît le 23 septembre 1519, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme avec Françoise d'Alençon.



Expédition de Charles Quint en Champagne

En 1521, Charles IV d'Alençon défend la Champagne contre une expédition de Charles Quint.



Bataille de Mézières

Le 26 septembre 1521, Bayard, François Ier de Bourbon-Saint-Pol et Anne de Montmorency défendent la ville de Mézières assiégée par les troupes allemandes de Charles Quint.

Jacques Ier de Montgomery ravitaille Mézières.

Les qualités militaires d'Anne de Montmorency sont révélées à cette occasion.

Claude d'Annebault fait l'apprentissage des armes et se distingue à la défense de Mézières.

Charles IV de Bourbon-Vendôme participe à la campagne de Flandre.



Naissance de Charles Ier de Bourbon

Charles Ier de Bourbon naît à la Ferté-sous-Jouarre le 22 décembre 1523, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.


Bataille de Pavie - Tapisserie du XVIe siècle - Galleria Nazionale di Capodimonte à Naples

Bataille de Pavie

Mort de François de Lorraine

Mort de Guillaume Gouffier de Bonnivet

Mort de René de Savoie

Mort de Georges III d'Amboise

Mort de Louis II de La Trémoïlle

Mort de Jacques II de Chabannes

Mort de Just Ier de Tournon Seigneur de Tournon

François Ier de France Prisonnier

Anne de Montmorency Prisonnier

Fernando d'Avalos Généralissime

Le 23 février 1525, attaqué sous les murs de la Pavie, François Ier de France repousse les assaillants grâce à son artillerie.

Jacques II de Chabannes, proche conseiller du roi, ne parvient pas à empêcher ce dernier de sonner la charge des chevaliers, réduisant ainsi à néant le travail des artilleurs de Galiot de Genouillac.

La cavalerie française est battue par l'armée du marquis de Pescara, secondé par Charles III de Bourbon.

L'impétuosité de la cavalerie française et de son chef, "le Roi-Chevalier", est l'une des causes principales de la défaite le 24 février 1525.

Fernando de Avalos contribue puissamment à la victoire. Il est nommé généralissime.

François de Scépeaux fait ses premières armes lors de cette bataille.

Claude d'Annebault participe à cette bataille comme lieutenant de la compagnie de François de Saint-Pol.

Louis IV de Bueil, Robert III de la Marck, Claude d'Annebault sont fait prisonnier lors de cette bataille.

Gaspard de Saulx est auprès du roi en qualité de page à cette bataille.

Gaspard de Saulx y est fait prisonnier, mais relâché peu après car on n'en espère pas de rançon.

Charles Quint, irrité par la défection de Robert II de La Marck, son père, emprisonne Robert III de la Marck en Flandres où il reste quelques années.

Jean VIII de Créquy participe à cette bataille.

Robert Stuart d'Aubigny participe à cette bataille.

René de Montejean participe à cette bataille. Il est grièvement blessé et est fait prisonnier.

Le feu des arquebusiers espagnols provoque une hécatombe qui décime les nobles qui y participent.

Sont tués :

Louis II de La Trémoïlle est surnommé le chevalier sans reproche, digne émule et compagnon d'armes de Bayard, le chevalier sans peur.

Jacques II de Chabannes, lancé à cheval, est mis à terre par des arquebusiers et doit combattre à terre dans une lourde armure, face à de légers lansquenets. Il est fait prisonnier par le capitaine italien Castaldi.

Buzarto, un officier espagnol, qui avait espéré faire lui-même prisonnier Jacques II de Chabannes, furieux de ce que l'Italien refuse de partager la rançon escomptée, appuie son arquebuse sur le front du maréchal et lui fait éclater la tête.

Just Ier de Tournon meurt lors de cette bataille.

Sont fait prisonnier :

Blaise de Lasseran est trop pauvre pour payer rançon, on doit le relâcher.

Charles IV d'Alençon et Antoine II de Clermont-en-Trièves participent à cette bataille.

Après la capture du roi, Charles IV d'Alençon commande l'armée française.

Le respect du point d'honneur (ne point reculer) entraîne la captivité du Roi, qui déclare :

Tout est perdu, fors l'honneur

François Ier de France est d'abord emprisonné près de Crémone. Il est ensuite transféré à Naples, puis près de Valence et enfin à Madrid.

Il écrit à sa mère :

Madame, pour vous avertir comme se porte le ressort de mon infortune, de toutes choses, ne m'est demeuré que l'honneur et la vie sauve, et pour ce que mes nouvelles vous serons quelque peu de réconfort, j'ay prié qu'on me laissast vous escrire. Ceste grace m'a esté accordée, vous priant ne vouloir prendre l'extrémité de vos finz en usant de vostre accoutumée prudence ; car j'ay l'espérance à la fin que Dieu ne m'abandonnera point. Vous recommandant vos petits-enfants et les miens, vous suppliant faire donner sur passage pour aller et retourner en Espagne au porteur qui va devers l'Empereur pour scavoir comment il veut que je sois traicté. Et sur ce très humblement me recommande en vostre bonne grâce. Très humble et obéissant fils, Françoys.

Charles Quint a de fortes exigences : la Bourgogne, les Flandres et l'Artois. Il souhaite également pour Henri VIII Tudor l'ouest de la France et pour Charles III de Bourbon la Provence. François Ier de France juge ses demandes intolérables.

La Régente de Louise de Savoie organise la continuité du royaume et une contre-offensive diplomatique contre l'empereur Charles Quint, maîtrisant autant que possible les invasions. Heureusement les envahisseurs sont occupés par ailleurs.

Anne de Montmorency est libéré contre une rançon.

Fidèle de François Ier de France, Charles IV de Bourbon-Vendôme est nommé chef du Conseil lorsque celui-ci est prisonnier.

Claude de Lorraine-Guise est conseiller militaire de Louise de Savoie.

Pendant l'absence et la captivité de François Ier de France, Louise de Savoie ne gouverne que par les conseils d'Antoine Duprat.



Mort de Charles IV d'Alençon Duc d'Alençon et de Berry

Marguerite d'Angoulême Duchesse d'Alençon et de Berry Comtesse d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez

Éprouvé par la défaite de Pavie, accusé d'avoir abandonné le roi, Charles IV d'Alençon tombe malade. et meurt à Lyon en avril 1525.

Marguerite d'Angoulême spolie Françoise d'Alençon, sœur de Charles IV d'Alençon, de son héritage.

Marguerite d'Angoulême, veuve de Charles IV d'Alençon, devient Duchesse d'Alençon et de Berry Comtesse d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez.



Gabriel de Gramont Ambassadeurs en Angleterre

Gabriel de Gramont devient ambassadeur en Angleterre en 1526, afin d'engager Henri VIII Tudor à épouser Marguerite d'Angoulême, veuve de Charles IV d'Alençon.


Marguerite d'Angoulême - dessin de Dumontier d'après le tableau de Clouet

Mariage d'Henri II d'Albret avec Marguerite d'Angoulême

Marguerite d'Angoulême est veuve de Charles IV d' Alençon.

Grâce au prestige que lui confère son évasion, Henri II d'Albret épouse en Navarre en 1526 et à Saint-Germain-en-Laye le 21 janvier 1527 Marguerite d'Angoulême, fille de Charles d'Orléans, Duc d'Angoulême, et de Louise de Savoie. Leurs enfants sont :

Marguerite d'Angoulême est Reine de Navarre.



Naissance de Renée de Bourbon

Renée de Bourbon naît à Saint-Germain-en-Laye le 6 février 1527, fille de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.


Charles IV de Bourbon-Vendôme

Prise et Sac de Rome

Mort de Charles III de Bourbon

Clément VII Prisonnier

Charles IV de Bourbon-Vendôme Duc de Bourbon

Charles Quint fait Philibert de Châlon-Arlay gouverneur et capitaine général du Royaume de Naples.

Abandonné par Charles Quint, qui ne veut pas satisfaire ses ambitions, Charles III de Bourbon résout de se créer une principauté en Italie.

Les mercenaires allemands qui stationnent en Italie du Nord sous les ordres du connétable Charles III de Bourbon décident de descendre sur Rome afin de se rétribuer par le pillage, comme il était assez courant à l'époque.

Charles III de Bourbon met le siège devant Rome qu'il prend mais il meurt pendant l'assaut le 6 mai 1527.

La ville est pillée.

Philibert de Châlon-Arlay est acclamé par les troupes comme généralissime et tente de calmer les lansquenets protestants de Georg von Frundsberg sans pouvoir empêcher le sac de Rome.

Ferdinand Ier Gonzague prend part au sac de Rome où il pille les palais de ses propres parents.

Philibert de Châlon-Arlay réussit néanmoins à garantir la sécurité de Clément VII qui, assiégé dans le château Saint-Ange, se rend à lui.

Clément VII est emprisonné quelques mois. Cela permet d'empêcher le pape d'annuler le mariage d'Henri VIII Tudor et de Catherine d'Aragon, tante de Charles Quint, qui ne pouvait pas donner d'héritier à l'Angleterre.

Jules III figure parmi les otages donnés par Clément VII aux Impériaux et aurait été tué par les lansquenets impériaux à Campo di Fiori, s'il n'avait pas été libéré en secret par le Cardinal Pompeo Colonna.

Les domaines de Charles III de Bourbon, dont le duché de Bourbon, sont réunis à la couronne. Charles IV de Bourbon-Vendôme devient Duc de Bourbon en 1527.



Naissance de Jean de Bourbon

Jean de Bourbon naît le 6 juillet 1528, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.



Naissance de Louis Ier de Bourbon-Condé

Louis Ier de Bourbon-Condé naît à Vendôme le 7 mai 1530, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.



Naissance d'Éléonore de Bourbon

Éléonore de Bourbon naît en 1532, fille de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.



Mort de Charles IV de Bourbon-Vendôme Duc de Bourbon et de Vendôme, Comte de Soissons, de Marle et de Conversano

Antoine Duc de Vendôme et de Bourbon

Charles IV de Bourbon-Vendôme meurt à Amiens le 25 mars 1537 ou le mercredi 4 avril 1537.

Antoine de Bourbon, son fils, devient Duc de Vendôme et de Bourbon.



Mariage de François Ier de Clèves avec Marguerite de Bourbon-Vendôme

François Ier de Clèves épouse au château du Louvre à Paris le 10 ou le 20 janvier 1538 Marguerite de Bourbon-Vendôme, fille de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon. Leurs enfants sont :

Le contrat de mariage date du 19 janvier 1538 au château du Louvre à Paris.

Un bal masqué est organisé dans lequel :

sont costumés en satyres.



Charles II d'Orléans Duc de Bourbon

En 1544, Charles II d'Orléans est fait brièvement Duc de Bourbon sous le nom de Charles IV de Bourbon-Vendôme.



Naissance de Renée d'Anjou

Renée d'Anjou naît le 21 octobre 1550, fille de Nicolas d'Anjou, Marquis de Mézières, descendant illégitime de Charles IV d'Anjou, et de Gabrielle de Mareuil.


Renée de Bourbon

Renée de Bourbon Abbesse de Chelles

Renée de Bourbon, fille de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon, prend réellement en main l'administration de l'abbaye de Chelles en 1560.



Naissance de Charles Ier Gonzague

Charles Ier Gonzague ou en italien Carlo I Gonzaga ou Charles Ier de Mantoue naît à Paris dans l'hôtel de Nevers le 6 mai 1580, fils de Louis de Gonzague et d'Henriette de Clèves.

Fortuné, parent d'Henri IV de France (ils ont le même grand-père Charles IV de Bourbon-Vendôme) et de plusieurs maisons souveraines, il reçoit une solide éducation tant intellectuelle que militaire.



Mariage de François II de Lorraine avec Christine de Salm

N'ayant pu épouser la richissime Marie de médicis, François II de Lorraine épouse en 1597 Christine de Salm (1575-1627), Comtesse de Salm. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles IV de Lorraine

Charles de Vaudémont ou Charles IV de Lorraine naît le 5 avril 1604, fils de François II de Lorraine et de Christine de Salm.

Il aurait dû être numéroté Charles III de Lorraine, mais les historiographes lorrains, voulant établir la légitimité des ducs de Lorraine et de Guise et les rattacher directement aux carolingiens, inclurent dans la liste des ducs le carolingien Charles (mort en 991), duc de Basse-Lotharingie.

Charles IV de Lorraine passe son enfance à la Cour de France et est compagnon de jeu du futur Louis XIII.



Mariage d'Henri II de Lorraine avec Marguerite de Gonzague

Henri II de Lorraine est veuf de Catherine de Bourbon.

Henri II de Lorraine épouse à Mantoue le 24 avril 1606 Marguerite de Gonzague, fille de Vincent Ier de Mantoue et d'Éléonore de Médicis. Leurs enfants sont :

Marguerite de Mantoue est la nièce de Marie de Médicis.


Bataille de la Montagne Blanche

Trêve d'Ulm entre catholiques et luthériens

Bataille de la Montagne Blanche

Exil de Frédéric V du Palatinat

Ferdinand II de Habsbourg Roi de Bohême

Ferdinand II de Habsbourg Archiduc d'Autriche

À la tête de l'armée de Maximilien Ier de Bavière, Tilly se rend en 1620 en Haute-Autriche pour mettre au pas la noblesse insurgée et prendre possession de la Haute-Autriche que Ferdinand II de Habsbourg lui concède pour ses frais.

La France offre sa médiation, concrétisée à Ulm en juillet 1620 par une trêve entre catholiques et luthériens. La Bohême calviniste n'est donc pas concernée.

Abandonné par les puissances étrangères et l'Union Protestante, Frédéric V du Palatinat a peu de moyens financiers et humains.

Tilly se dirige directement vers Prague. Le 8 septembre 1620, Charles-Bonaventure de Longueval fait sa jonction avec Tilly.

La bataille de la Montagne Blanche se déroule le 8 novembre 1620, non loin de Prague. Elle oppose :

Charles IV de Lorraine combat lors de cette bataille pour l'empereur Ferdinand II de Habsbourg et montre ses compétences de chef de guerre.

Henri de Lorraine-Harcourt y fait ses premières armes. Ses compagnons s'aperçoivent qu'il a l'étoffe d'un grand capitaine et le surnomment Cadet la Perle, parce qu'il portait une perle à l'oreille.

Le commandant protestant, Christian d'Anhalt-Bernburg, rassemble ses troupes, et les déploie sur les pentes d'une colline, la montagne blanche (en Tchèque : Bílá Hora, en Allemand : Weissenberg) bloquant ainsi la route de Prague. Les troupes occupent une solide position : Le flanc droit est couvert par un pavillon de chasse, et le flanc gauche par un ruisseau. Un autre ruisseau et quelques mares sont devant eux.

Tilly observant la position ennemie envoie ses hommes les mieux entrainés sur un petit pont pour traverser le ruisseau et attaquer le centre, soutenus par un feu d'artillerie très nourri.

En à peine 2 heures de combats acharnés, le centre de la ligne ennemie est écrasé, ce qui met fin aux combats. L'armée tchèque est détruite.

Tilly entre dans Prague. La liberté de religion est supprimée. Cette bataille met fin à l'indépendance de la Bohême pour une période de 300 ans.

Tilly se rend maître ensuite, sans grandes difficultés, du Haut-Palatinat.

Cette bataille marque la fin de la première période dite bohémienne de la guerre de Trente Ans.

Le 13 novembre 1620, les États de Bohême reconnaissent de nouveau Ferdinand II de Habsbourg comme Roi de Bohême et Archiduc d'Autriche. La Bohême devient propriété personnelle des Habsbourg.

Démis de tous ses titres et dépouillé de ses possessions par décret impérial, Frédéric V du Palatinat s'enfuit, contraint à l'exil à Sedan, auprès de son oncle Henri de La Tour d'Auvergne entre 1620 et 1623. La brièveté de son règne, un an et 4 jours, lui vaut le surnom de Roi d'un hiver (Winterkönig).

Ferdinand II de Habsbourg récompense Charles-Bonaventure de Longueval en lui attribuant plusieurs possessions en Bohême :

Ces possessions demeureront à ses descendants jusqu'au XXe siècle.

Heinrich Matthias von Thurn perd l'intégralité de ses possessions en Bohême.

Ferdinand II de Habsbourg le fait proscrire, comme tous les autres meneurs du soulèvement.

Jean-Ernest Ier de Saxe-Weimar refuse de se soumettre à Ferdinand II de Habsbourg.

Jean-Ernest Ier de Saxe-Weimar est par conséquent dépouillé de ses titres.

Guillaume Ier de Saxe-Weimar, son frère cadet, assure la régence du duché de Saxe-Weimar.


Henriette de Lorraine - Par l'atelier de van Dyck 1637 - acheté par la mairie de St Avold en 1997

Projet de mariage de Louis de Guise avec Nicole de Lorraine

Mariage de Louis de Guise avec Henriette de Lorraine

Mariage de Charles IV de Lorraine avec Nicole de Lorraine

Selon les coutumes des duchés, la fille aînée d'Henri II de Lorraine est son héritière et doit lui succéder tout en transmettant ses droits à son époux comme l'avait fait deux siècles plus tôt la duchesse Isabelle Ire de Lorraine et son époux René Ier d'Anjou.

Sentant sa fin approcher, Henri II de Lorraine désire marier Nicole de Lorraine à Louis de Guise, son favori, que le duc considère comme un fils.

La famille ducale et la noblesse Lorraine est scandalisée et refusent à céder le pas à un homme de naissance obscure.

Il est décidé que Nicole de Lorraine épousera Charles IV de Lorraine, son cousin, le plus proche héritier du trône en ligne masculine. En compensation, Henri II de Lorraine obtient pour son favori la main de sa nièce, sœur de Charles IV de Lorraine.

Louis de Guise épouse à Nancy le 21 mai 1621 Henriette de Lorraine, fille de François II de Lorraine et de Christine de Salm. Ils n'ont pas d'enfants.

Charles IV de Lorraine épouse le 23 mai 1621 Nicole de Lorraine, fille d'Henri II de Lorraine et de Marguerite de Gonzague. Ils n'ont pas d'enfants.



Mort de François III de Rethel

Charles II de Nevers-Mantoue Duc de Nevers et de Rethel

François III de Rethel meurt à Charleville le 13 octobre 1622.

François est héritier en puissance des fiefs de Charles Ier Gonzague, son père. Charles II de Nevers-Mantoue, frère de François, devient l'héritier présomptif des duchés de Nevers et de Rethel et de la principauté d'Arches. Il prend le titre de courtoisie de Duc Charles IV de Rethel



Mort d'Henri II de Lorraine Duc de Lorraine

Nicole de Lorraine Duchesse de Lorraine et de Bar

Henri II de Lorraine, Duc de Lorraine, désigne pour lui succéder Nicole de Lorraine, sa fille, mariée à Charles IV de Lorraine, en précisant que Charles ne tient son autorité que de par sa femme.

Henri II de Lorraine meurt à Nancy le 31 juillet 1624.

Marguerite de Gonzague, sa veuve, vient vivre à Nomeny de 1624 à 1629.

À la fin de sa vie, confronté à une période très difficile pour la Lorraine, Henri II de Lorraine recrute des soldats pour protéger le duché des mercenaires qui le traversent, et renforce les fortifications, ce qui, avec les dons accordés aux favoris, met à mal les finances ducales.

Son gouvernement débonnaire le fait passer toutefois à la postérité avec le surnom de Bon.

Nicole de Lorraine devient Duchesse de Lorraine et de Bar le 1er août 1624.


Charles IV de Lorraine

François II de Lorraine Duc de Lorraine et de Bar

Charles IV de Lorraine Duc de Lorraine et de Bar

Charles IV de Lorraine ne se contente pas d'une position de prince consort et entreprend avec François II de Lorraine, son père, d'arriver au pouvoir.

François II de Lorraine s'appuyant sur le testament de René II d'Anjou qui spécifiait que duché ne pouvait se transmettre qu'en lignée masculine, revendique le duché de Lorraine.

Les États Généraux de Lorraine estiment sa requête légitime et il devient Duc de Lorraine et de Bar le 21 novembre 1625 sous le nom de François II de Lorraine.

Il en profite pour rembourser ses dettes avec les finances ducales.

Le 26 novembre 1625, François II de Lorraine abdique en faveur de son fils, qui devient Duc de Lorraine et de Bar sous le nom de Charles IV de Lorraine.

Ce dernier réussit ainsi à écarter Nicole de Lorraine, sa femme, du pouvoir et à devenir seul Duc.

Le fossé qui sépare Nicole de Lorraine de son mari se creuse avec ces événements.

François II de Lorraine se consacre ensuite à la gestion de ses comtés de Vaudémont et de Salins.

D'abord appelée Henriette de Vaudémont, elle devient Henriette de Lorraine lorsque son père puis son frère deviennent ducs de Lorraine.

Les relations entre la France et la Lorraine se dégradent, car Louis XIII refuse de reconnaître les principes du droit qui ont amené Charles IV de Lorraine au pouvoir.

Charles IV de Lorraine soutient discrètement les ennemis de Richelieu et accueille les comploteurs qui peuvent ainsi échapper à la justice royale.

D'ailleurs la politique de Louis XIII et de Richelieu est d'amener la frontière ouest du royaume au bord du Rhin, ce qui implique l'annexion de la Franche-Comté, de l'Alsace et de la Lorraine.


Louis de Guise - Prince de Phalsbourg - Gravure par Jacques Callot Louis Portrait par Daniel Dumonstier en 1627

Louis de Guise et Henriette de Lorraine Prince et Princesse Phalsbourg et Lixheim

En 1629, Charles IV de Lorraine veut donner à Henriette de Lorraine, sa sœur, le titre de princesse.

Charles IV de Lorraine érige en une principauté, pour elle-même et pour Louis de Guise son mari, les seigneuries de Phalsbourg et Lixheim.



Traité de Bärwald

La Suède qui vient de vaincre la Pologne, a des vues sur la Poméranie et voit défavorablement la puissance catholique s'installer en Allemagne du Nord.

Louis XIII et Gustave II Adolphe de Suède signe le traité de Bärwald le 13 ou le 23 janvier 1631.

Ce traité marque l'entrée larvée de la France dans la Guerre de Trente ans contre les Habsbourg. Louis XIII ne déclare pas directement la guerre au Saint Empire Romain Germanique mais il soutient les ennemis des Habsbourg.

L'alliance a pour but :

Il a aussi pour objectif que les forteresses et les fortifications qui ont été construites dans les ports et sur les plages de la Baltique et de la Mer Océane et dans les Grisons c'est-à-dire en Savoie, soient démolies et remises en l'état où elles se trouvaient avant les commencements de la présente guerre allemande.

Le traité assure à Gustave II Adolphe de Suède une aide financière importante. La France s'engage à verser 1,5 millions de livres tournois ou 400 000 écus par an, payables sur les places de Paris et d'Amsterdam, aux échéances des 15 mai et 15 novembre.

Ce traité permet à Richelieu d'équiper la marine royale qu'il s'attache à construire.

Une clause prévoit des échanges commerciaux entre les deux parties. La Suède s'engage à livrer à la France des agrès, des pièces d'artillerie, des mâts, du chanvre, du cuivre et d'une manière générale tous les matériaux nécessaires à la construction navale.

Les Suédois doivent respecter le culte catholique et l'indépendance de la Bavière.

Dès la fin du mois, les Suédois mettent pied en Poméranie et au Mecklembourg.

Un traité secret est par ailleurs conclu entre la France et la Bavière pour se garantir mutuellement leurs possessions sur le Rhin.

Au printemps 1631, Charles IV de Lorraine envoie son armée pour soutenir l'empereur Ferdinand II de Habsbourg.



Tentative d'invalidation du mariage de Charles IV de Lorraine avec Nicole de Lorraine

Souhaitant quitter Nicole de Lorraine, son épouse, Charles IV de Lorraine tente de provoquer l'invalidation son mariage en faisant condamner en 1631 pour sorcellerie Melchior de la Vallée, le prêtre qui avait baptisé Nicole.



Mort de Louis de Guise Prince de Phalsbourg

Du même tempérament fantasque que Charles IV de Lorraine, son frère, Henriette de Lorraine est inconstante.

Louis de Guise s'éloigne d'elle pour soutenir le duc.

Louis de Guise est engagé dans les troupes de Charles IV de Lorraine en Bavière contre les Suédois.

Louis de Guise meurt à Munich le 4 décembre 1631.

Quelque temps plus tard, Henriette de Lorraine fait ramener le corps de Louis de Guise à Sampigny où il est inhumé dans le caveau de l'église Sainte-Lucie.

Henriette de Lorraine séjourne dans sa principauté de Lixheim.

Des pièces de monnaie à son effigie, dénommées doubles tournois, sont frappées en 1633 et 1634.



Invasion de la Lorraine par la France

En juin 1632, Louis XIII envahit et occupe le Barrois et la Lorraine.

Charles IV de Lorraine est contraint de signer un traité qu'il pense bien ne pas respecter.



Mariage de de France avec Marguerite de Lorraine

Gaston de France fréquente la cour de Charles IV de Lorraine, un prince aussi fantasque que lui, alors en guerre contre la France.

Gaston de France est amoureux de Marguerite de Lorraine qu'il appellera toute sa vie l'Ange.

Sans le consentement de Louis XIII, Gaston de France épouse en 1632 Marguerite de Lorraine, sœur de Charles IV de Lorraine. Leurs enfants sont :



Négociations avec Charles IV de Lorraine et l'Espagne

Trahison de Richelieu par Charles de L'Aubespine

En 1633, Marie Aimée de Rohan participe aux négociations avec Charles IV de Lorraine et l'Espagne menée par Charles de l'Aubespine, son amant, Marquis de Châteauneuf.

En 1633, Charles de L'Aubespine trahit Richelieu pour les beaux yeux de Marie Aimée de Rohan.

Charles de L'Aubespine lui révèle les projets de Louis XIII sur la forteresse lorraine de Moyenvic, et Marie Aimée de Rohan en informe aussitôt Charles IV de Lorraine.

Richelieu ôte les sceaux à Charles de L'Aubespine pour les donner à Pierre II Séguier.

Charles de L'Aubespine est jeté dans une prison du château d'Angoulême où il restera 10 ans.

Marie Aimée de Rohan est exilée en Touraine.



Invasion de la Lorraine par la France

Siège de Nancy

Traité de Charmes

Charles IV de Lorraine et de Bar refuse de rendre hommage à la France et s'allie à Ferdinand II de Habsbourg. Il soutient les ennemis de Richelieu.

Le 30 juillet 1633 le Parlement de Paris prononce la confiscation du Barrois.

Deux jours plus tard, Richelieu fait envahir le Barrois et la Lorraine.

Les troupes françaises commencent à prendre les villes dont Bar-le-Duc et le 26 août 1633 mettent le siège devant Nancy.

Henri II de La Ferté-Senneterre se retrouve devant Nancy en 1633.

Le 25 septembre 1633, Louis XIII et Richelieu pénétrent dans Nancy peuplée de 16 000 habitants qui viennent d'être évacuée par Henry Louis de Lorraine-Chaligny et sa garnison lorraine.

Nommé maître de camp du régiment d'infanterie qu'il lève en 1633, Philippe de La Mothe-Houdancourt assiste au siège de Nancy.

Le 30 septembre 1633, Charles IV de Lorraine par le traité de Charmes livre sa capitale.

Seules résistent quelques places fortes, telles que :

Henriette de Lorraine, jeune veuve, est contrainte à une fuite assez romanesque.



Abdication de Charles IV de Lorraine

Nicolas II François de Vaudémont Duc de Lorraine

Mariage de Nicolas II François de Vaudémont avec Claude-Françoise de Lorraine

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine en résidence surveillée

Fuite de Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine

Nicole de Lorraine transférée à Fontainebleau

Charles IV de Lorraine juge plus favorable aux intérêts de la Lorraine d'abdiquer le 19 janvier 1634 en faveur de son frère Nicolas II François de Vaudémont, et va prendre un commandement dans les troupes impériales.

Nicolas II François de Vaudémont est plus apprécié des Français que Charles IV de Lorraine.

Nicolas II François de Vaudémont s'accorde par provision une dispense pour un mariage avec Claude-Françoise de Lorraine, sa cousine.

Cette dispense sera ensuite confirmée.

Nicolas II François de Vaudémont envoie le lendemain au pape une lettre pour signaler les raisons pour lesquelles il renonce au cardinalat et se fait relever de ses vœux.

Nicolas II François de Vaudémont veut contrecarrer les projets que fait Louis XIII de marier Claude de Lorraine à un prince étranger à la Lorraine, la loi salique ne s'appliquant pas en Lorraine et barrois.

Nicolas II François de Vaudémont épouse à Lunéville le 17 février ou le 8 mars 1634 Claude-Françoise de Lorraine, sa cousine germaine, fille d'Henri II de Lorraine et de Marguerite de Gonzague. Leurs enfants sont :

La population lorraine reste profondément hostile à l'occupant français, à l'image de :

Le mariage inopiné du "cardinal", incite les Français à mettre Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine en résidence surveillée.

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine réussirent à s'échapper le 1er avril 1634 et se réfugient en Franche-Comté, terre espagnole.

Nicolas II François de Vaudémont et Claude-Françoise de Lorraine se rendent ensuite en Toscane chez leur tante Christine, épouse du grand duc,

Après les fuites de son mari, de sa sœur et de son beau-frère, Nicole de Lorraine reste le seul membre de la famille dans le duché.

Le 24 avril 1634, Nicole de Lorraine est transférée à Fontainebleau.



Nicolas Fouquet Conseiller au parlement de Metz

Nicolas Fouquet obtient en 1634 une charge de conseiller au parlement de Metz, nouvellement créé par Richelieu.

Cet octroi témoigne de la faveur de François Fouquet et la confiance du cardinal en Nicolas Fouquet, qui obtient une dispense d'âge.

Nicolas Fouquet reçoit mission du cardinal d'inventorier les papiers du Trésor de la chancellerie de Vic, où sont conservés tous les titres du temporel de l'évêché de Metz et de l'abbaye de Gorze.

Il s'agit de vérifier si Charles IV de Lorraine n'empiète pas sur les droits du roi de France, ce qui est toujours le cas quand il s'agit de territoires enclavés à l'étranger et rattachés depuis peu à la France.

Il s'agit de justifier l'entrée des troupes françaises dans ses États qui occupent le duché avant les conclusions de Nicolas Fouquet. Le jeune homme s'acquitte de sa tâche avec brio.



Séparation de Charles IV de Lorraine et de Nicole de Lorraine

En 1635, Charles IV de Lorraine se sépare de Nicole de Lorraine, son épouse, au prétexte qu'il n'a pas été libre de choisir au moment de son mariage, mais la papauté n'accepte pas d'annuler le mariage.

Charles IV de Lorraine subit des revers en 1635 alors qu'il tente de reconquérir ses duchés,



Retour d'Adam von Schwartzenberg à Berlin

Paix de Prague

Rapprochement de Jean-Georges Ier de Saxe avec le parti catholique

Les revers de fortune des Suédois entraînent le rappel d'Adam von Schwartzenberg à Berlin.

La Paix de Prague est négociée entre Ferdinand II de Habsbourg, fatigué, et plusieurs princes protestants dont :

Ferdinand III de Habsbourg, fils de Ferdinand II participe aux négociations.

Le 30 mai 1635, Ferdinand II de Habsbourg signe cette paix qui ramène l'Allemagne à la paix d'Augsbourg, signée 80 ans plus tôt.

La guerre se poursuivra néanmoins encore 11 années.

Les armées impériales commandées par Ottavio Piccolomini se retournent vers les Pays-Bas.

Sur le Rhin, les impériaux, commandés par Matthias Gallas, alliés aux troupes de Charles IV de Lorraine, font équilibre aux troupes de la France et de Bernard de Saxe-Weimar.

Adam von Schwartzenberg représente à Georges-Guillaume Ier de Brandebourg qu'il est possible de faire main basse sur le duché de Poméranie au détriment des Suédois à condition d'appuyer militairement les Habsbourg.

Il estime qu'il faut pour cela mobiliser une armée de 26 000 hommes.

Le recrutement est un échec et Georges-Guillaume Ier de Brandebourg ne parvient à lever qu'un contingent de 11 000 hommes.

Guillaume Ier de Bade-Bade recouvre ses possessions lors de cette paix.

Guillaume V de Hesse-Cassel conclut un pacte d'alliance avec la France, entraînant l'invasion de la Hesse-Cassel par les troupes de Ferdinand II de Habsbourg. Guillaume V doit s'enfuir avec sa famille.



Retour de Louis II de Bourbon-Condé à Paris

Campagne de Franz Freiherr von Mercy en comté de Bourgogne

Prise de Pontailler-sur-Saône

Prise de Mirebeau-sur-Bèze

Siège de Saint-Jean-de-Losne

En 1636, les opérations en Italie piétinent, de même que celles d'Alsace.

En 1636, Louis II de Bourbon-Condé revient à Paris, puis part faire ses premières armes, rattrapant ainsi la médiocrité militaire d'Henri II de Bourbon-Condé, son père.

Bernard de Saxe-Weimar seconde les manœuvres d'Henri II de Bourbon-Condé en comté de Bourgogne en 1636.

En 1636, Franz Freiherr von Mercy commande les troupes de Charles IV de Lorraine, membre de la coalition regroupant l'Autriche, l'Espagne, la Bavière, le pape, en guerre contre la France de Louis XIII et de Richelieu.

Cette armée de de Charles IV de Lorraine fait partie des forces coalisées commandées par le général en chef Matthias Gallas.

Le 15 août 1636, Charles IV de Lorraine et Franz Freiherr von Mercy font une entrée triomphale à Dole en Franche-Comté qu'une armée française, commandée par 'Henri II de Bourbon-Condé, gouverneur de Bourgogne n'a pas réussi à prendre quelques semaines auparavant.

Une partie de l'armée lorraine, constituée essentiellement de 3 000 mercenaires croates se dirige alors sur Pontailler-sur-Saône dans le duché de Bourgogne.

La ville, après une belle résistance, est prise le 28 août 1636.

La répression infligée par l'armée de Franz von Mercy est effroyable : tous les habitants capturés sont brûlés vifs, toutes les maisons incendiées, les deux églises rasées.

Les forces croato-lorraines s'abattent alors sur les villages voisins :

Ils sontcomplètement détruits, y compris les églises et prieurés.

Tous les habitants qui ne peuvent se cacher au fond des forêts ou dans des îles reculées de la Saône sont passés au fil de l'épée, sans considération de sexe ou d'âge, une cruauté implacable.

L'armée det Franz Freiherr von Mercy se dirige alors sur Mirebeau-sur-Bèze qui offre une belle résistance le 2 septembre 1636 avant que la jonction de l'armée de Franz Freiherr von Mercy avec le gros des troupes de Matthias Gallas ne permette la prise de la ville.

Elle est traitée avec la même violence que les villages du bord de Saône.

Les armées impériales se dirigent alors vers le sud en continuant leurs massacres jusqu'à la ville de Saint-Jean-de-Losne.

Au passage, le prieuré de Saint Léger est dévasté et tous les habitants tués.

Là, les habitants, hommes et femmes, leur opposent une farouche et héroïque résistance jusqu'à l'arrivée de renforts français.

Le 28 octobre 1636, les troupes autrichiennes décident de s'établir à Saint-Jean-de-Losne pour l'hiver.

Le 2 novembre 1636, après deux assauts et malgré une brèche dans les fortifications, Saint-Jean-de-Losne n'est toujours pas prise et les habitants assiégés refusent catégoriquement toute reddition.

Un troisième assaut n'y suffit pas : les assiégeants ne prennent pas possession de la ville.

La pluie continue qui est tombée pendant le siège, fait entrer en crue la Saône.

Les assiégeants manquent de vivres.

Une avant-garde des troupes royales, dirigées par le maréchal Josias Rantzau, arrive en soutien des habitants.

Philippe de La Mothe-Houdancourt sert en qualité de sergent de bataille dans l'armée de Bourgogne.

Le camp des armées impériales est inondé.

Matthias Gallas et Franz Freiherr von Mercy décident de lever le camp et de se replier vers la Franche-Comté.

Les troupes autrichiennes et se replient.

La retraite, du 3 novembre à décembre 1636 dans le mauvais temps, est très pénible et l'armée impériale y laisse de nombreux canons et de nombreux morts.

Louis XIII récompensera le courage de Saint-Jean-de-Losne en l'exemptant d'impôts.

Deux drapeaux pris aux Autrichiens lors des assauts sont visibles dans l'église Saint-Jean-Baptiste.

Il faudra deux générations pour que les villages de Pontailler-sur-Saône, Maxilly-sur-Saône, Heuilley-sur-Saône, Talmay soient reconstruits et retrouvent une vie normale.



Mariage de Charles IV de Lorraine avec Béatrix de Cusance

Charles IV de Lorraine épouse le 9 avril 1637 Béatrix de Cusance.

Leurs enfants sont :



Naissance de François

François de Lorraine naît, prématuré, en 1637, fils de Charles IV de Lorraine et de Béatrix de Cusance.



Testament Charles IV de Lorraine

En novembre 1637, Charles IV de Lorraine, malade, se sentant à l'article de la mort, rédige un testament au château de Belvoir (Doubs).

Il confie :

Ce testament est reproduit dans l'inventaire des papiers du Cardinal Granvelle, par Gachard en 1863.



Traité de Saint-Germain-en-Laye

Protectorat français sur la Lorraine

Charles IV de Lorraine entreprend de négocier de nouveau avec la France.

Par le traité de Saint-Germain-en-Laye du 2 avril 1641, Charles IV de Lorraine récupère ses états exsangues mais doit accepter le protectorat français et s'engager à ne pas conclure d'alliance avec la maison d'Autriche.



Complot du Comte de Soissons

Bataille de la Marfée

Mort de Louis de Bourbon-Condé Comte de Soissons

Siège de Sedan

Condamnation d'Henri II de Lorraine-Guise

Sedan forme en 1640 une principauté indépendante dont le prince, Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne, accueille les protestants et factieux fuyant la France et Richelieu.

Charles IV de Lorraine soutient le complot de Louis de Bourbon-Condé.

Marie Aimée de Rohan participe à cette conspiration.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne prend part à la conspiration des Princes de la paix, avec le Louis de Bourbon-Condé et Henri II de Lorraine-Guise, visant à rétablir les privilèges des grands féodaux.

Louis XIII envoie une arméee à Sedan sous les ordres de Gaspard III de Coligny pour mettre fin à ses agissements.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne demande et obtient une aide de Ferdinand III de Habsbourg, son ami personnel.

L'armée royale est déroutée vers la Marfée, proche de Sedan.

Gênée par le mauvais temps qui rend les chemins boueux, l'armée royale n'arrive sur le plateau que vers 11 heures le 6 juillet 1641, attendue par l'armée sedanaise.

L'affrontement commence et les Sedanais résistent bien au choc.

Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne, commandant la cavalerie, contourne le champ de bataille à l'abri de collines, et tombe sur le flanc de l'armée royale.

C'est alors la débandade, l'armée de Gaspard III de Coligny abandonne ses bagages.

Abraham de Fabert d'Esternay se signale lord de cette bataille.

Dès midi, le combat tourne de manière quasi-décisive à l'avantage de Louis de Bourbon-Condé.

Louis de Bourbon-Condé a la fâcheuse habitude de relever la visière de son casque avec son pistolet.

Louis de Bourbon-Condé fait ce geste machinal et le coup part.

Louis de Bourbon-Condé meurt.

Sans héritier légitime, avec lui s'éteint la branche des Soissons.

Son corps est placé en l'église de la chartreuse Notre-Dame-de-Bonne-Espérance d'Aubevoye, autrement dénommée chartreuse de Bourbon-lèz-Gaillon.

Louis XIII fait le projet d'intenter un procès pour lèse-majesté à la dépouille de Louis de Bourbon-Condé.

Malgré la défaite, l'armée royale commence le siège de Sedan.

Frédéric-Maurice de la Tour d'Auvergne négocie sa soumission dans un traité signé le 4 août 1641 avec Louis XIII, qui lui confie le commandement de l'armée d'Italie.

Richelieu, après avoir maîtrisé les coupables, décide d'arrêter Charles IV de Lorraine qui réussit à s'enfuir fin juillet 1641 et reprend le combat contre la France ennemie.

Henri II de Lorraine-Guise est condamné à mort, mais s'enfuit dans les Flandres.

Ses biens sont alors confisqués.



Charles IV de Lorraine excommunié

Charles IV de Lorraine est excommunié pour bigamie le 23 avril 1642.

Il se sépare de Béatrix de Cusance.



Naissance de Charles V de Lorraine

Charles V Léopold de Lorraine, dit le duc sans duché, naît à Vienne le 3 avril 1643, fils de Nicolas II François de Vaudémont et de Claude-Françoise de Lorraine.

Il aurait dû être numéroté Charles IV de Lorraine, mais les historiographes lorrains, voulant établir la légitimité des ducs de Lorraine et de Guise et les rattacher directement aux carolingiens, inclurent dans la liste des ducs le carolingien Charles (mort en 991), Duc de Basse-Lotharingie.



Mariage de Charles III de Lorraine-Elbeuf avec Anne-Élisabeth de Lannoy

Anne-Élisabeth de Lannoy est veuve d'Henri Roger du Plessis-Liancourt.

Charles III de Lorraine-Elbeuf épouse le 7 mars 1648 Anne-Élisabeth de Lannoy. Leurs enfants sont :

Anne-Élisabeth de Lannoy fait quelques extravagances et son mari, d'une jalousie maladive la veut mener à Montreuil (d'après Tallemant des Réaux).

On disait que c'était pour s'en défaire car cet air là est contraire à ceux qui sont menacés du poumon.


Banquet de la garde civique d'Amsterdam à l'occasion de la paix de Münster par Bartholomeus van der Helst - peint en 1648 Carte de l'Europe après la Paix de Westphalie en 1648 Conquêtes de Louis XIV de France sur l'Espagne et l'Empire Charles Ier Louis du Palatinat

Les traités de Westphalie

Paix de Münster

Paix d'Osnabrück

Pendant les négociations préparatoires aux traités de Westphalie :

Incapable de lutter contre de pareils adversaires, Ferdinand III de Habsbourg se voit forcé de signer le 24 octobre 1648, les traités de Westphalie.

Ces traités concluent la guerre de Trente Ans et la guerre de Quatre-vingts ans.

Négociés pendant plusieurs années, ces traités sont signés en deux lieux distincts :

Hugues de Lionne remplit une mission lors de ce traité.

La guerre entre la France et l'Espagne n'est pas incluse dans leurs dispositions.

Charles IV de Lorraine, ayant échoué dans ses négociations avec Mazarin, est également exclu de ces traités.

Les décisions remodèlent l'Europe pour de longues années.

La France annexe :

L'indépendance des Provinces-Unies (Pays-Bas) est reconnue par l'Europe.

La Suède annexe la Poméranie occidentale et d'autres territoires qui lui donnent le contrôle des bouches de l'Oder, de l'Elbe et de la Weser.

Wismar, l'île Poel et la ville de Neukloster deviennent suédoise.

Wismar prend alors le nom de Wisborg.

Le Brandebourg annexe la Poméranie orientale.

La dignité électorale de Maximilien Ier de Bavière est confirmée ainsi que sa possession du Haut-Palatinat

Charles Ier Louis du Palatinat rentre en possession du Bas-Palatinat, qu'a perdu son père, et obtient, en dédommagement du reste de ses États héréditaires, l'investiture d'un huitième électorat, qui est créé en sa faveur, ainsi que la charge d'architrésorier de l'empire.

Élisabeth Stuart, sa mère, reste cependant en Hollande.

L'indépendance des Cantons suisses est reconnue.

Ces traités accordèrent la liberté de conscience à l'Allemagne, reconnaissaient les 3 confessions, catholique, luthérienne et calviniste dans le Saint-Empire : les princes conservent le droit d'imposer leur religion à leurs sujets.

Le Saint Empire se trouve morcelé en 350 petits États, sonnant le glas de la puissance des Habsbourg.

Le traité également érige l'État-nation souverain comme socle du droit international, mettant fin (en théorie) au droit du plus fort.

C'est une nouvelle conception de la souveraineté.

Guillaume Ier de Bade-Bade recouvre ses possessions lors de cette Paix.



Bataille de Bléneau

Siège d'Étampes

Exclu des traités de Westphalie, Charles IV de Lorraine reprend la guerre et est en position de menacer Paris en 1652.

Louis II de Bourbon-Condé, à la tête d'une armée espagnole, marche sur Paris.

Louis XIV réussit à persuader Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon de prendre la tête des troupes royales.

Louis II de Bourbon-Condé détruit une partie de l'armée royale à la Bataille de Bléneau le 7 avril 1652.

Charles de Monchy est battu lors de cette bataille.

Louis II de Bourbon-Condé échoue à exploiter sa victoire.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon regroupe ses forces et fait le siège des rebelles à Étampes en mai 1652.



Charles IV de Lorraine Prisonnier

Ralliement à la France de Nicolas II François de Vaudémont

Charles IV de Lorraine perd sa crédibilité en cherchant à négocier à la fois avec Mazarin et les princes frondeurs.

L'Espagne lui reproche d'être la cause de l'échec.

Charles IV de Lorraine est arrêté par les troupes du roi d'Espagne à Bruxelles le 25 janvier 1654 et transféré à l'Alcazar de Tolède.

Nicolas II François de Vaudémont prend le commandement de l'armée lorraine.

Devant le refus espagnol de libérer Charles IV de Lorraine, Nicolas II François de Vaudémont se rallie à la France.



Mort de Nicole de Lorraine

Mariage de Charles IV de Lorraine avec Béatrix de Cusance

Nicole de Lorraine passe les dernières années de sa vie à Paris.

Elle y meurt le 2 février 1657.

Alors détenu en Espagne, Charles IV de Lorraine épouse une nouvelle fois Béatrix de Cusance par procuration pour légitimer ses enfants qui malgré tout, ne seront pas considérés comme dynastes.



Libération de Charles IV de Lorraine

L'intervention et les efforts Nicolas II François de Vaudémont, son frère, permettent à Charles IV de Lorraine d'être libéré le 15 octobre 1659.

Charles IV de Lorraine et Béatrix de Cusance ne reprennent pas la vie commune.



Traité de Vincennes entre la France et la Lorraine

La collaboration de Nicolas II François de Vaudémont avec le royaume de France permet la restitution des duchés.

Charles IV de Lorraine récupère ses duchés par le traité de Vincennes du 28 février 1661.

Mais Charles IV ne renonce pas à ses activités militaires et continue à combattre au profit de ses voisins.

Il engage des travaux pour remettre en état les routes lorraines et barroises.

Pour ce faire, il accable d'impôts ses sujets déjà ruinés par la guerre de trente ans.



Projet de mariage de Charles IV de Lorraine avec Marie-Élisabeth de Ludres

En 1662, Charles IV de Lorraine, en visite à Poussay, remarque Marie-Élisabeth de Ludres d'une grande beauté, et décide d'en faire sa femme. Il est de 43 ans son aîné.

Les fiançailles avec Marie-Élisabeth de Ludres durent un an, puis Charles se ravise.



Mariage de Charles IV de Lorraine avec Marie Louise d'Aspremont

Charles IV de Lorraine est veuf de Béatrix de Cusance.

Charles IV de Lorraine veut alors épouser Marie-Louise d'Apremontqui a alors 14 ans.

Marie-Élisabeth de Ludres s'y oppose en raison de leurs précédentes fiançailles, et reçoit l'appui du clergé Lorrain.

Charles IV de Lorraine menace Marie-Élisabeth de Ludres d'engager des poursuites pour le crime de lèse-majesté qu'elle a selon lui commis.

Charles IV de Lorraine épouse en 1664 ou en 1665 Marie Louise d'Aspremont. Ils n'ont pas d'enfant.



Refus de Charles IV de Lorraine de licencier ses armées

Charles IV de Lorraine refusa en 1669 de licencier ses armées sur l'injonction de Louis XIV.



Prise de Nancy

Prise d'Épinal

Les troupes françaises commandée par François de Créquy envahissent à nouveau les duchés au cours de l'été 1670.

Le 19 septembre 1670, les troupes françaises commandée par François de Créquy s'emparent de Nancy.

Charles IV de Lorraine se retire à Épinal, défendue par le comte de Tornielle et la garnison lorraine.

Après 18 jours de siège, François de Créquy reprend la ville d'Épinal, et le château capitule le 28 septembre 1670.

Charles IV de Lorraine doit à nouveau s'enfuir et, sans ressource, licencie son armée.

Pour donner l'exemple au reste de la Lorraine, la ville est condamnée à payer 30 000 francs barrois et à détruire ses fortifications et son château à ses frais

La ville comportait 7 tours de portes, 8 tours et 2 portes en petite ville (Rualménil), 14 tours au château et 1 700 mètres de muraille.

Épinal cesse d'être une place forte et stratégique.

Épinal se francisera progressivement.


Henry Louis de Lorraine-Chaligny - portrait de Daniel Dumonstier en 1612

Mort d'Henry Louis de Lorraine-Chaligny Marquis de Moy

Henry Louis de Lorraine-Chaligny meurt le 10 juin 1672.

Il est inhumé en habit de capucin, selon son souhait, à Saint-Nicolas de Port, l'église du couvent des capucins de Varangéville.

Henry Louis de Lorraine-Chaligny fait une carrière militaire au service de Charles IV de Lorraine.



Grande alliance de La Haye

Le 30 août 1673, les Provinces-Unies, l'Autriche, l'Espagne et Charles IV, Duc de Lorraine, forment la Grande alliance de La Haye contre la France.


Combat de Ladenburg - Médailles sur les principaux évènements du règne entier de Louis le Grand, avec des explications historiques- par Académie des inscriptions et belles-lettres - 1723

Combat de Ladenburg

Charles IV de Lorraine et Aeneas Sylvius de Caprara, avec les troupes qu'ils ont pu ramasser du débris de la bataille de Sinsheim, se regroupent près de Heidelberg, et reçoivent un renfort considérable

Leur armée se trouve de moitié plus ?orte que celle de Louis XIV.

Ils ne se croient pourtant pas en sureté.

Ils entrent dans le Palatinat entre le Main et le Neckar, et se retranchent près de Ladenbourg.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon décide d'aller chercher, pour les combattre une seconde ?ois.

Il part de Loken le 3 juillet 1674 et passe le Rhin à Philippsburg.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon arrive le 4 juillet 1674 sur les bords du Neckar, se rend maitre du gué près de Vidlingen, et fait jeter aussitôt un pont de bateaux, pour le passage de l'infanterie et de l'artillerie.

Mais le 5 juillet 1674, comme il était sur le point de passer, il apprend que les ennemis ont décampé la veille.

Le comte de Roye, détaché avec quelques escadrons, atteint leur cavalerie, qui est en arrière-garde, et qui l'attend en bataille dans une petite plaine au-delà de Zujgemberg.

Il la renverse, et la pousse jusqu'au gros de l'infanterie, qui se débande pour gagner les bois.

Pierre-Henry d'Arnaudat commande l'avant-garde de l'armée du Rhin détruit le fameux régiment de hussards dits de Seklers.

La cavalerie française poursuit les fuyards jusqu'au delà de Darmstat, en tue un grand nombre, et fait plusieurs prisonniers.

Leurs généraux, avec le reste de leur armée, se sauvent du côté de Francfort.



Mariage de Guy XXIII de Laval avec Madeleine de Blanchefort-Créquy

Guy XXIII de Laval épouse le 3 avril 1675 Madeleine de Blanchefort-Créquy, fille de Charles III de Blanchefort-Créquy et d'Anne de Saint-Gelais. Leurs enfants sont :



Disgrâce de François de Créquy

Bataille de Consarbrück

Bataille de Philippsburg

François de Créquy Prisonnier

François de Créquy ne veut pas servir sous les ordres d'Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon et il est disgracié.

En 1675 après le mort de Turenne et le retrait de Louis II de Bourbon-Condé, François de Blanchefort de Créquy de Bonne revient en service.

En août 1675, François de Blanchefort de Créquy de Bonne est battu par Charles IV de Lorraine au pont de Consarbrück ou Consarbruck ou Konz ou Konzer Brucke et à Philippsburg.

Jacques Éléonor Rouxel est blessé et fait prisonnier lors de cette bataille.

En septembre 1675, François de Créquy se laisse enfermer dans Trèves où il est fait prisonnier.


Charles V de Lorraine

Mort de Charles IV de Lorraine

Charles V de Lorraine Duc titulaire de Lorraine et de Bar

Charles V de Lorraine généralissime des armées impériales

Charles IV de Lorraine tombe malade dans le Palatinat.

Charles IV de Lorraine meurt à Bernkastel le 18 septembre 1675.

Charles V de Lorraine devient Duc titulaire de Lorraine et de Bar.

En septembre 1675, Charles V de Lorraine est nommé généralissime des armées impériales.

Tous les États européens le reconnaissent comme tel, à l'exception de la France, qui occupe les duchés.



Naissance de Guy XXIV de Laval

Charles IV Louis Bretagne de la Trémoïlle ou Guy XXIV de Laval naît à Paris le 15 mars 1683, fils de Guy XXIII de Laval et de Madeleine de Blanchefort-Créquy.


Marie-Amélie de Saxe vers 1750

Mariage de Charles III d'Espagne avec Marie-Amélie de Saxe

Charles III d'Espagne épouse en 1738 Marie-Amélie de Saxe, fille de Frédéric-Auguste II de Saxe et de Marie-Josèphe d'Autriche. Leurs enfants sont :


Philippe Ier de Parme et Marie-Louise-Élisabeth de France - vers 1756

Mariage de Philippe Ier de Parme avec Marie-Louise-Élisabeth de France

Fin février 1739, Louis XV annonce officiellement qu'il promet sa chère Babette à Philippe d'Espagne, un des fils cadets de Philippe V d'Espagne.

La cour s'offusque de cette alliance, car l'infant n'a guère de chance de monter sur le trône espagnol.

Philippe Ier de Parme épouse par procuration le 26 août 1739 Marie-Louise-Élisabeth de France.

Elle quitte Versailles le 30 août 1739. Les adieux à sa famille sont déchirants.

En larmes, elle quitte sa sœur jumelle sur ces mots : C'est pour toujours, mon Dieu, c'est pour toujours !

Marie-Louise-Élisabeth de France rencontre son époux à Alcalá de Henares, à 30 km de Madrid.

Philippe Ier de Parme épouse le 25 octobre 1739 Marie-Louise-Élisabeth de France, fille de Louis XV et de Marie Leszczynska. Leurs enfants sont :

Les enfants seront éduqués selon la Philosophie des Lumières en leur donnant pour précepteur Mably et Condillac.

Par ce mariage, Marie-Louise-Élisabeth de France prend de nom de Madame Infante.

Philippe Ier de Parme n'est guère brillant mais les époux s'entendront bien.



Naissance de Charles IV d'Espagne

Charles IV d'Espagne naît à Portici en Italie le 11 novembre 1748, fils de Charles III d'Espagne et de Marie-Amélie de Saxe.



Mort de Louis de France

Louis de France, Duc de Bourgogne, fils aîné de Louis-Ferdinand de France, enfant précoce et prometteur, meurt en 1761.

Cela cause à Louis-Ferdinand de France un immense chagrin. Il ne reporte pas son affection sur Louis-Auguste de France, son fils suivant le futur Louis XVI mais sur Louis-Stanislas, le cadet, plus ouvert et spirituel, le futur Louis XVIII.

Marie Louise de Bourbon-Parme est alors promise à Charles IV d'Espagne.

Jean-Gilles du Coëtlosquet est nommé précepteur des frères de Louis de France :


Josépha de Bavière

Mariage de Joseph II d'Autriche avec Josépha de Bavière

Joseph II d'Autriche est veuf de Marie-Isabelle de Bourbon-Parme et ne souhaite pas se remarier.

Marie-Thérèse de Habsbourg, mère du jeune veuf, veut que son fils donne naissance à un héritier pour le trône impérial.

Joseph II d'Autriche fait des propositions de mariage à Marie-Louise de Bourbon-Parme, sœur de Marie-Isabelle. Il pense retrouver en elle les qualités de la défunte.

Marie-Thérèse de Habsbourg, sans illusion, prend sur elle d'écrire à la cour d'Espagne.

La proposition est refusée car elle est déjà fiancée à Charles IV d'Espagne et ne s'intéresse pas à Joseph.

Joseph II d'Autriche épouse au palais de Schönbrunn le 23 janvier 1765 Josépha de Bavière, fille de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.

Josépha de Bavière est plus âgée que lui de 2 ans.

Joseph ne trouve pas Josépha séduisante, la décrivant dans une lettre comme une personne courtaude, grosse et petite avec de vilaines dents. Il admet cependant que du point de vue du caractère, Josépha est une femme irréprochable, qui l'aime, et qu'il l'admire pour ses qualités mais souffre d'être incapable de l'aimer.

Joseph refuse de coucher dans leur chambre commune, et fait même séparer en 2 le balcon qui joint leurs appartements au palais de Schönbrunn, afin de ne jamais devoir rencontrer sa femme. Le mariage ne sera probablement jamais consommé.


Charles IV d'Espagne et Marie Louise de Bourbon-Parme - par Goya - la reine dominatrice est représentée au centre du tableau pour signifier sa domination sur son mari - musée du Prado Madrid

Mariage de Charles IV d'Espagne avec Marie Louise de Bourbon-Parme

Marie-Louise est nubile. Charles IV d'Espagne épouse au palais de la Granja à San Ildefonso le 4 septembre 1765 Marie Louise de Bourbon-Parme, sa cousine. Leurs enfants sont :

Les relations amoureuses entre Manuel Godoy et Marie Louise de Bourbon-Parme seront de notoriété publique au point de lui attribuer la paternité des infants



Naissance de Clément-Wenceslas de Metternich

Clément-Wenceslas-Népomucène-Lothaire ou Clément-Wenceslas de Metternich (en allemand : Klemens Wenzel Nepomuk Lothar Fürst von Metternich-Winneburg zu Beilstein) naît à Coblence dans l'électorat de Trèves le 15 mai 1773, fils de Franz Georg Karl von Metternich et de Marie-Béatrice de Kageneck.

Il est issu de la Maison de Metternich qui fait partie de la haute noblesse rhénane.

Il est le filleul et porte le prénom de Clément Wenceslas de Saxe, archevêque-électeur.

Clément Wenceslas de Saxe est oncle de Louis XVI de France, de Charles IV d'Espagne et de Ferdinand IV de Naples.



Naissance de Charlotte Joachime d'Espagne

Charlotte Joachime d'Espagne naît en 1775, fille de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme.



Naissance de Marie-Louise d'Espagne

Marie-Louise d'Espagne ou de Bourbon naît en 1782, fille de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme.



Naissance de Ferdinand VII d'Espagne

Ferdinand VII d'Espagne naît le 14 octobre 1784, fils de Charles IV d'Espagne et de Marie-Louise de Bourbon-Parme.



Mariage de Jean VI de Portugal avec Charlotte Joachime d'Espagne

Jean VI de Portugal épouse en 1785 Charlotte Joachime d'Espagne (1775-1830), fille de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles Marie Isidore Benoît de Bourbon

Charles Marie Isidore Benoît de Bourbon ou, en castillan, Su Alteza don Carlos María Isidro Benito de Borbón y de Borbón naît le 29 mars 1788, fils de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme.

Il naît avant l'abrogation de la loi salique par Charles IV d'Espagne, son père.


Charles IV d'Espagne

Mort de Charles III d'Espagne

Charles IV d'Espagne Roi d'Espagne

José Moñino y Redondo Premier ministre

Abrogation de la loi salique en Espagne

Charles III d'Espagne meurt à Madrid le 14 décembre 1788.

A la mort de Charles III d'Espagne, le déclin économique et les dysfonctionnements de l'administration mettent au jour les limites du réformisme, au moment même où la Révolution française met sur la table une alternative à l'Ancien Régime.

Charles IV d'Espagne devient Roi d'Espagne.

Il accède au trône avec une large expérience des affaires de l'état mais il manque de volonté personnelle.

Cela met le gouvernement dans les mains de Marie Louise de Bourbon-Parme; son épouse; et de Manuel Godoy, son favori.

On dit qu'il est l'amant de la reine, bien qu'aujourd'hui ce fait soit contesté par divers historiens.

Les premières décisions de Charles IV d'Espagne démontrent une volonté réformiste.

Charles IV d'Espagne nomme José Moñino y Redondo premier ministre.

Ce dernier prend des mesures comme :

et donne une impulsion au développement économique.

Charles IV d'Espagne prend l'initiative d'abroger la loi salique imposée par son prédécesseur Philippe V d'Espagne.



Naissance de Marie-Isabelle d'Espagne

María Isabel de Borbon ou Marie-Isabelle d'Espagne naît à Madrid le 4 juillet 1789, fille de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme.



Abrogation de la loi salique ratifiée par les Cortes

Ferdinand VII d'Espagne Prince des Asturies

L'abrogation de la loi salique est ratifiée par les Cortes de 1789 mais ne sera pas promulguée.

Ferdinand VII d'Espagne est reconnu comme prince des Asturies par les Cortes contrôlées par le José Moñino y Redondo lors d'une cérémonie célébrée au monastère San Jeronimo el Real de Madrid le 13 septembre 1789.

Lorsque les nouvelles de France parviennent en Espagne, la nervosité de la couronne s'accroit et Charles IV d'Espagne renvoie les Cortes.

L'isolement semble être le meilleur moyen d'éviter les propagations des idées révolutionnaires à l'Espagne.

José Moñino y Redondo, face à la gravité des faits, suspend les Pactes de famille, établit des contrôles à la frontière pour empêcher l'expansion révolutionnaire et exerce une forte pression diplomatique en appui à Louis XVI.

Il met fin aux projets réformistes du règne précédent et les remplace par le conservatisme et la répression, essentiellement aux mains de l'Inquisition :


Jeanne-Marguerite Gallois - par Élisabeth Vigée Lebrun en 1792

Émigration de Marie-Joséphine-Louise de Savoie

Marie-Joséphine-Louise de Savoie et Jeanne-Marguerite Gallois, sa lectrice, émigrent ensemble le 20 juin 1791, en suivant les plans de Louis XVIII, mais sans lui qui préfère voyager seul

Commence alors l'exil dans les Cours d'Europe, avec une pension confortable de 10 000 livres tournois donnée par Charles IV d'Espagne qui lui suffit à peine.

Elles séjournent à Kiel en Allemagne puis en Europe de l'Est.

Commence aussi une vie très discrète, loin de Louis XVIII avec Jeanne-Marguerite Gallois.


Pedro Pablo Abarca de Bolea

Pedro Pablo Abarca de Bolea Premier ministre

José Moñino y Redondo est disgracié par Charles IV d'Espagne en 1792.

Il restera plusieurs années emprisonné à Pampelune.

Pedro Pablo Abarca de Bolea est nommé le 28 février 1792 secrétaire d'État, équivalent de premier ministre, par Charles IV d'Espagne.

Pedro Pablo Abarca de Bolea est ami de Voltaire et d'autres révolutionnaires français. Il doit faire face a la France révolutionnaire et essaie de sauver Louis XVI.


Manuel Godoy - gravure de A. L. J de Laborde in Viaje histórico y pintoresco de España

Manuel Godoy Premier ministre

Manuel Godoy Duc d'Alcudia et de Sueca et Capitaine général

Charles IV d'Espagne, le jugeant dépassé, remplace Pedro Pablo Abarca de Bolea par Manuel Godoy, le 15 novembre 1792. Il est ministre universel de Charles IV d'Espagne avec pouvoir absolu.

Manuel Godoy, un garde du corps, a une ascension rapide à la cour grâce à son influence sur la reine Marie Louise de Bourbon-Parme. En seulement quelques années, Manuel Godoy devient Duc d'Alcudia et de Sueca, Capitaine général.

Manuel Godoy initie des mesures réformistes :



Guerre du Roussillon

Catherine-Dominique de Pérignon Lieutenant-colonel d'infanterie

La guerre du Roussillon, aussi dénommée guerre des Pyrénées ou guerre de la Convention est un conflit qui oppose l'Espagne et la France révolutionnaire entre 1793 et 1795, à l'intérieur du conflit plus général entre la Première Coalition et la France.

En janvier 1793, Antonio Ricardos remplace à Barcelona, le comte de Lacy qui vient de mourir et devient gouverneur de Catalogne.

Manuel Godoy, l'homme fort du gouvernement espagnol, signe avec la Grande-Bretagne son adhésion à la Première Coalition contre la France, afin de récupérer la partie de la Catalogne : Roussillon, Conflent et Cerdagne, devenue française depuis le traité des Pyrénées de 1659.

La Convention nationale déclare la guerre à Charles IV d'Espagne, se mobilise la première et attaque l'Espagne le 7 mars 1793 à travers la frontière catalane.

L'armée française est composée de nouvelles recrues qui ne peuvent qu'opposer qu'une faible résistance.

Une flotte anglo-espagnole opère à Toulon en soutien aux royalistes.

Catherine-Dominique de Pérignon démissionne au premier cri de guerre pour devenir lieutenant-colonel d'infanterie dans l'armée des Pyrénées orientales.



Naissance de François de Paule d'Espagne

Francisco de Paula de Borbón ou François de Paule d'Espagne naît en 1794, fils de Charles IV d'Espagne et de Marie Louise de Bourbon-Parme.

Lady Holland dira plus tard que François de Paule d'Espagne a une indécente ressemblance avec Manuel Godoy, son père présumé.

Ce doute retentira jusqu'à aujourd'hui dans la querelle dynastique française puisque la branche aînée des Bourbons est issue de François de Paule d'Espagne, par primogéniture.



Manuel Godoy Premier ministre en Espagne

Napoléon Ier a besoin, dans sa lutte contre les Anglais, de la collaboration de l'Espagne et surtout de sa flotte.

Pour cela, Napoléon Ier fait pression sur Charles IV d'Espagne pour qu'il renouvelle sa confiance en Manuel Godoy.

Manuel Godoy revient au pouvoir en 1800.


Jean-Andoche Junot

Traité de Fontainebleau

Invasion du Portugal

Prise de Lisbonne

Jean-Andoche Junot Gouverneur du Portugal

Jean-Andoche Junot Duc d'Abrantès

Exil de Jean VI de Portugal

Rio de Janeiro Capitale de l'Empire portugais

Napoléon Ier accentue les pressions contre le Royaume-Uni, allié traditionnel du Portugal.

Le Portugal refuse d'appliquer le blocus continental.

Le 27 octobre 1807, Charles IV d'Espagne et Napoléon Ier signent le Traité de Fontainebleau, qui autorise le passage des troupes françaises par le territoire espagnol pour envahir le Portugal.

Jean VI de Portugal tente de trouver un compromis avec la France, mais ses constantes hésitations poussent finalement Napoléon Ier à décider l'invasion du Portugal par Jean-Andoche Junot.

Les frasques de Jean-Andoche Junot lui valent un quatrième exil.

Jean-Andoche Junot, mis à la tête d'une armée pour envahir le Portugal, part de Salamanque en novembre 1807

Le 29 novembre 1807, la famille royale du Portugal et la cour s'embarque pour le Brésil, colonie portugaise.

Après une marche pénible au Portugal, l'armée que commande Junot ne trouve des vivres et des ressources qu'en atteignant Abrantès, petite ville sur le Tage, à 10 myriamètres de Lisbonne.

Jean-Andoche Junot s'empare de Lisbonne au début décembre 1807.

Jean-Andoche Junot est nommé Gouverneur du Portugal et fait Duc d'Abrantès.



Conjuration de l'Escurial

La conjuration de l'Escurial a lieu fin 1807.

Elle est menée par Ferdinand VII d'Espagne, prince des Asturies, qui veut la destitution de Manuel Godoy et la déposition de Charles IV d'Espagne, son propre père.

La tentative échoue et Ferdinand VII d'Espagne dénonce tous ses partisans.


Ferdinand VII d'Espagne - par Goya

Invasion de l'Espagne

Prise de Madrid

Arrestation de Manuel Godoy

Abdication de Charles IV d'Espagne

Ferdinand VII d'Espagne Roi d'Espagne

Claude-Anne de Rouvroy de Saint-Simon prisonnier et condamné à mort

En février 1808, Napoléon Ier, avec l'excuse que le blocus contre l'Angleterre n'était pas respecté par tous les ports espagnols, envoie une puissante armée aux ordres de Joachim Murat, son beau-frère.

Des troupes françaises entrent en Catalogne pour occuper les places qu'elles rencontrent à leur passage.

Bon Adrien Jeannot de Moncey prend part à cette campagne.

En février et mars 1808, des cités comme Barcelone et Pampelune restent sous domination française.

Alexandre-Louis-Auguste de Rohan-Chabot participe à l'invasion militaire de l'Espagne par Joseph Bonaparte.

Esprit Victor Élisabeth Boniface de Castellane fait cette campagne d'Espagne.

Lorsque Madrid est prise en 1808, Alexandre-Louis-Auguste de Rohan-Chabot rallie Paris pour annoncer personnellement la nouvelle à Napoléon Ier en couvrant la distance deux fois plus vite que les courriers habituels.

La présence des troupes françaises sur le territoire espagnol accroit l'opposition à Manuel Godoy, critiqué par les secteurs traditionnels pour sa politique réformiste et sa soumission à Napoléon Ier.

En mars 1808, face à l'occupation française, Manuel Godoy conseille à Charles IV d'Espagne et à Ferdinand VII d'Espagne de quitter l'Espagne.

Profitant de la présence royale au Palais d'Aranjuez, le Soulèvement d'Aranjuez, le 17 mars 1808, provoque l'arrestation de Manuel Godoy.

Le 19 mars 1808, Ferdinand VII d'Espagne écarte son père du trône.

Charles IV d'Espagne abdique en faveur de son fils Ferdinand VII d'Espagne.

Ferdinand VII d'Espagne revient à Madrid.

Le père et le fils se trouvent virtuellement prisonniers de l'armée française.

Napoléon Ier les oblige tous les deux, d'abord le père puis le fils, à le rejoindre à Bayonne.

Ferdinand VII arrive à Bayonne le 20 avril 1808.

Ayant pris part à la défense de Madrid assiégée par les Français, Claude-Anne de Rouvroy de Saint-Simon est pris et condamné à mort.

Françoise Marie de Rouvroy, sa fille, arrache sa grâce à Napoléon Ier.

La peine est commuée, et Claude-Anne de Rouvroy de Saint-Simon enfermé dans la citadelle de Besançon, où Françoise Marie de Rouvroy le rejoint, compagne volontaire de sa prison.


Défense du parc d'artillerie de Montéléon - par Joaquín Sorolla y Bastida Charge des Mamelouks - Carga de los Mamelucos – qui reflète la lutte de rue de ce jour – par Francisco Goya El Tres de Mayo - Los fusilamientos en la montaña del Príncipe Pío - Illustre la répression qui met fin au soulèvement populaire du Dos de Mayo - par Francisco Goya

Insurrection à Madrid

En l'absence de Ferdinand VII d'Espagne et de Charles IV d'Espagne, la situation se fait de plus en plus tendue à Madrid.

Le 2 mai 1808, la foule commence à affluer devant le Palais Royal.

Elle voit comment les soldats français font sortir du palais les plus jeunes infants pour les mener auprès de leurs parents.

Lorsque les français forcent l'infant François de Paule d'Espagne à partir, la multitude se lance à l'assaut des carrosses au cri de Ils nous l'enlève - Que nos lo llevan.

Les soldats français tirent sur la foule.

La lutte dure pendant des heures et s'étend à tout Madrid.

Les militaires espagnols, victimes de la confusion institutionnelle ambiante, restent passifs dans leurs casernes.

Seul le parc d'Artillerie situé dans le Palais de Monteleón prend finalement les armes contre les français, sous la direction des capitaines Luis Daoíz y Torres et Pedro Velarde Santillán.

Après avoir repoussé une première offensive française commandée par le général Lefranc, ils meurent en luttant héroïquement contre les renforts envoyés par Joachim Murat.

Peu à peu, les foyers de résistance tombent.

Des centaines d'espagnols, hommes et femmes, et des soldats français meurent dans cet affrontement.

La répression est cruelle.

Dans le Salón del Prado et dans les champs de La Moncloa, on fusille par centaines des patriotes, en application du décret de Joachim Murat contre tout espagnol qui porte des armes.


Joseph Bonaparte

Joseph Ier Bonaparte roi des Espagnes et des Indes

Abolition de l'Inquisition espagnole

Ferdinand VII d'Espagne, sous la pression, impériale et paternelle, rend la couronne à Charles IV d'Espagne le 6 mai 1808, sans savoir que le jour avant Charles avait accepté la cession de ses droits en faveur de Napoléon Ier.

Charles IV d'Espagne et Marie Louise de Bourbon-Parme séjournent au château de Fontainebleau du 23 mai à début juin 1808.

Ils sont accompagnés de Manuel Godoy.

Napoléon Ier désigne finalement comme roi d'Espagne son frère Joseph Bonaparte qui règne sous le nom de Joseph-Napoléon Ier.

Joseph Bonaparte est perçu par une majorité d'Espagnols comme un roi illégitime, un roi intrus.

Ses ennemis lui attribuent le surnom de Pepe Botella (Jojo la bouteille) car ses premiers décrets ont concerné les boissons alcooliques et les jeux de cartes.

Joseph Bonaparte abolit en 1808 l'Inquisition espagnole.



Charles IV d'Espagne et Ferdinand VII d'Espagne en résidence surveilléeà Valençay

Napoléon Ier fait mettre Charles IV d'Espagne et Ferdinand VII d'Espagne en résidence surveillée au château de Valençay, propriété de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, son ministre.



Mort de Marie Louise de Bourbon-Parme

Mort de Charles IV d'Espagne

Marie Louise de Bourbon-Parme meurt à Rome le 2 janvier 1819 en exil à la cour papale.

Charles IV d'Espagne meurt à Rome le 20 janvier 1819 en exil à la cour papale.

Charles s'intéresse dès sa jeunesse aux arts.

Violoniste amateur, Charles IV d'Espagne achète en 1775 le quartet de Stradivarius conservés actuellement au Palais Royal de Madrid et s'entoure des musiciens dirigés par le violoniste et compositeur Gaetano Brunetti.

Charles IV d'Espagne commandent des œuvres à Luis Meléndez, Claude Joseph Vernet et Luis Paret et nomme Francisco de Goya peintre de cour.



Retour en Suède de Bernardine Eugénie Désirée Clary

Construction du Palais de Rosendal

Mariage d'Oscar Ier de Suède avec Joséphine Maximilienne Eugénie Napoléone de Beauharnais

Bernardine Eugénie Désirée Clary revient définitivement en Suède le 13 juin 1823.

Bernardine Eugénie Désirée Clary finit par s'accoutumer à son nouveau pays d'adoption et gagne l'estime de ses sujets. Elle ne songe plus à un retourner en France.

Jean-Baptiste Jules Bernadotte pardonne son infidélité à Bernardine Eugénie Désirée Clary.

Jean-Baptiste Jules Bernadotte fait construire à son intention le Palais de Rosendal de 1823 à 1826, sur l'île de Djurgården, où Bernardine Eugénie Désirée Clary mène une vie à sa convenance, loin de l'étiquette et des fastes de la Cour.

Oscar Ier de Suède épouse le 19 juin 1823, Joséphine Maximilienne Eugénie Napoléone de Beauharnais, fille d'Eugène de Beauharnais et d'Augusta-Amélie de Bavière. Leurs enfants sont :


Charles XV de Suède

Mort d'Oscar Ier de Suède

Charles XV de Suède Roi de Suède et Roi de Norvège

Oscar Ier de Suède meurt à Stockholm le 8 juillet 1859 des suites d'une longue maladie.

Charles XV de Suède devient Roi de Suède et Roi de Norvège sous le nom de Charles IV le 8 juillet 1859.


Charles Ier d'Autriche

Mort de François-Joseph Ier d'Autriche

Charles Ier d'Autriche Empereur d'Autriche

Charles Ier d'Autriche Roi de Hongrie

Charles Ier d'Autriche Roi de Bohême

François-Joseph Ier d'Autriche meurt au Château de Schönbrunn à Vienne le 21 novembre 1916.

Charles Ier d'Autriche, son petit-neveu, lui succède et devient le dernier Empereur d'Autriche, le dernier Roi apostolique de Hongrie sous le nom de Charles IV (IV.

Károly) et le dernier Roi de Bohême, sous le nom de Charles III.

Charles Ier d'Autriche est couronné comme Roi de Hongrie à Budapest le 30 décembre 1916.

Il ne sera jamais couronné Empereur d'Autriche, ni Roi de Bohème.

Dès son avènement, Charles Ier d'Autriche cherche les voies de la paix avec les Alliés et notamment la France.



Mariage de François-Xavier Ier de Bourbon-Parme avec Madeleine de Bourbon-Busset

François-Xavier Ier de Bourbon-Parme épouse à Lignière en France le 12 novembre 1927, Madeleine de Bourbon-Busset (1898-1984).

Leurs enfants sont :



Naissance de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme

Carlo Ugo ou Carlos Hugo Javier María Sixto Luís Roberto Juan Jorge Benedicto Miguel ou Charles IV Hugues de Bourbon-Parme naît français à Paris le 8 avril 1930, fils de François-Xavier Ier de Bourbon-Parme et de Madeleine de Bourbon-Busset.

Il est baptisé Carlos Hugo Javier María Sixto Luís Roberto Juan Jorge Benedicto Miguel en l'église Notre-Dame d'Auteuil.


Juliana des Pays-Bas - Bernhard von Lippe-Biesterfeld - Béatrix des Pays-Bas à gauche - Irène à droite - en 1942

Mariage de Bernhard von Lippe-Biesterfeld avec Juliana des Pays-Bas

Bernhard des Pays-Bas Prince-Consort

Bernhard zur Lippe-Biesterfeld ou Bernhard von Lippe-Biesterfeld épouse le 7 janvier 1937 Juliana des Pays-Bas. Leurs enfants sont :

Bernhard von Lippe-Biesterfeld devient Prince-Consort sous le nom de prince Bernhard des Pays-Bas.



Changement de prénom de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme

Né Hugues, il devient le 28 juin 1963 Charles-Hugues de Bourbon-Parme, par jugement du tribunal de grande instance de la Seine.


Charles IV Hugues de Bourbon-Parme et Irène des Pays-Bas

Mariage de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme avec Irène des Pays-Bas

Irène des Pays-Bas est éprise d'un prince controversé.

Contre l'avis du Parlement Néerlandais, Charles IV Hugues de Bourbon-Parme épouse en la chapelle Borghèse de la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome le 29 avril 1964 Irène des Pays-Bas. Leurs enfants sont :

Par ce mariage, Irène des Pays-Bas se convertit au catholicisme, ce qui l'oblige à renoncer à tout droit sur la couronne des Pays-Bas.



Naissance de Charles V Xavier de Bourbon-Parme

Carlo Saviero ou Carlos Javier de Borbón-Parma ou Charles V Xavier de Bourbon-Parme naît le 27 janvier 1970, fils de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme et d'Irène des Pays-Bas.



Charles IV Hugues de Bourbon-Parme Prétendant éphémère au trône d'Espagne

François-Xavier Ier de Bourbon-Parme abdique.

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme, son fils, devient prétendant carliste éphémère au trône d'Espagne en 1975.



Mort de François-Xavier Ier de Bourbon-Parme

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme Prétendant au trône du duché de Parme

François-Xavier Ier de Bourbon-Parme meurt à Zizers en Suisse le 7 mai 1977.

Sa sépulture se trouve dans le cimetière des moines de l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes.

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme devient le prétendant au trône du duché de Parme en 1977.



Charles IV Hugues de Bourbon-Parme espagnol

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme obtient la nationalité espagnole en 1979 par décret du roi Juan Carlos.

Son identité à l'état civil espagnol est Carlos Hugo de Borbón-Parma y Borbón.



Divorce de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme et de Irène des Pays-Bas

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme et Irène des Pays-Bas divorcent en 1981.



Mort de Charles IV Hugues de Bourbon-Parme

Charles V Xavier de Bourbon-Parme Duc titulaire de Parme et Prétendant au trône d'Espagne

Charles IV Hugues de Bourbon-Parme meurt à Barcelone le 18 août 2010 des suites d'un cancer.

Il est inhumé le 28 dans la crypte des ducs de Parme de la basilique Santa Maria della Steccata de Parme où sont rassemblés 26 aïeux.

Il porte les titres de courtoisie de Duc de Parme et de Comte de Montemolín.

Charles V Xavier de Bourbon-Parme, son fils, devient Duc titulaire de Parme et prétendant au trône d'Espagne.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !