Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



44 événements affichés, le premier en 875 - le dernier en 939



Mariage de Louis II le Bègue avec Adelaïde de Frioul

Charles II le Chauve la choisit comme épouse pour son fils Louis II le Bègue que tout le monde s'accorde à reconnaître comme laid et bégayant.

Louis II le Bègue épouse en février 875 Aélis ou Adelaïde de Frioul ou de Paris, fille d'Adalard, Comte de Paris.

Leurs enfants sont :


Louis III et Carloman II - peint vers1837 par Charles Auguste Guillaume Henri François Louis de Steuben - Musée national du château et des Trianons à Versailles

Mort de Louis II le Bègue

Louis III de France Roi de Francie occidentale

Carloman II de France Roi de Francie occidentale

Naissance de Charles III le Simple

Alors qu'il prépare une expédition punitive contre les comtes de Poitiers et du Mans, Louis II le Bègue, malade, meurt à Compiègne le 10 ou 11 avril 879.

Il est inhumé le 14 avril dans l'église Notre-Dame de Paris.

De nombreuses concessions ont été faites par Louis II le Bègue aux grands seigneurs.

Son règne est l'époque où s'établissent beaucoup de seigneuries, de duchés et de comtés.

Les seigneurs démembrent la France pour ajouter à leurs domaines, et les plus puissants ou les plus habiles se créent des royaumes.

A la mort de Louis II le Bègue :

Charles III de France, dit le Simple, naît, après la mort de son père, le 17 septembre 879, fils de Louis II le Bègue et d'Adelaïde de Frioul.

Le simple ne signifie pas sot, mais honnête.

Cette naissance d'un enfant mâle remet en cause l'héritage des fils d'Ansgarde d'Hiémois.

Louis III de France et Carloman II de France sont couronnés simultanément en septembre 879 au monastère de Ferrières-en-Gâtinais et règnent ensemble :

Louis III le Jeune veut s'emparer du trône de France, sous prétexte que les deux fils de Louis II le Bègue n'étant pas légitimes, n'y ont aucun droit.

Ramnulf II de Poitou prête serment au nouveau souverain du sud de la Loire, Carloman II de France.

Le mariage d'Adélaïde de Frioul est attaqué par Ansgarde d'Hiémois de Bourgogne et ses deux fils, qui n'hésitent pas à l'accuser d'adultère.


Carloman blessé à mort dans la forêt de Bézu - 1821 par Jean-Charles-Joseph Rémond -Musée du Louvre

Mort de Carloman II de France Roi de Francie occidentale

Charles III le Gros Roi de Francie occidentale

Carloman II de France meurt le 6 ou le 12 décembre 884.

Il est involontairement blessé par un des vassaux au cours d'une partie de chasse dans la forêt d'Ivelines (l'actuelle forêt de Lyons en France entre Rouen et Gournay-en-Bray).

Il est inhumé à Saint-Denis.

II n'a pas d'héritier.

Le successeur en titre est normalement Charles III le Simple, demi-frère de Carloman II de France, fils posthume de Louis II le Bègue, âgé de 5 ans, placé sous la garde de Ramnulf II de Poitou.

Au terme d'un long et difficile procès, Adélaïde de Frioul finit par l'emporter et son fils Charles III le Simple est reconnu comme enfant légitime et seul héritier de la couronne de France.

Les Grands du royaume, ayant à leur tête Hugues l'Abbé, l'écartent cependant du trône car il est trop jeune et choisissent Charles III le Gros, empereur d'Occident en titre, afin d'assurer la régence de la "Francia Occidentalis" pendant la minorité de Charles III le Simple.


Arnulf de Carinthie

Diète de Tibur

Déposition de Charles III le Gros en Francie Orientale

Arnulf de Carinthie Roi de Germanie et de Lotharingie

Arnulf de Carinthie Roi de Lotharingie et d'Italie

À la suite de violentes douleurs de tête, Charles III le Gros subit en février 887 une trépanation pour soulager ses souffrances qui le laisse plus faible et plus maladif encore.

Luitward se réfugie près d'Arnulf de Carinthie et engage ce prince à lever l'étendard de la révolte contre l'Empereur, son oncle.

Charles III le Gros convoque une assemblée des grands et des princes de son empire.

En novembre 887, pour la Saint-Martin, à la Diète de Tibur ou Tribur, non loin de Mayence en Hesse, se réunissent les principaux seigneurs des duchés électeurs allemands de Souabe et de Franconie.

Mais Arnulf de Carinthie s'y présente avec des forces imposantes.

Il fait déposer Charles III le Gros qui se réfugie au monastère de la Reichenau en Souabe.

Charles est déchu de ses titres : Roi de Francie Orientale et Empereur d'Occident.

Son empire est divisé en sept petits royaumes.

Charles III le Gros n'est pas compté dans les rois de France, ce qui explique que Charles III le Simple dont il avait pris le trône portera ensuite le numéro III, après Charles II le Chauve.

Le numéro III du Gros était celui d'empereur d'Occident.

Après avoir perdu tout pouvoir, Charles III le Gros devient obèse, et épileptique.

Les principaux seigneurs des duchés électeurs allemands élisent 15 novembre 887 Roi de Germanie (Francie orientale) Arnulf de Carinthie, Margrave de Carinthie.

Ils obtiennent, la prestation de serment de vassalité (der Lehnseid) par les prétendants du trône de la Francie occidentale.

Arnulf de Carinthie est également proclamé Roi en Lotharingie et Italie.


Eudes Ier de France Eudes Ier de France

Mort de Charles III le Gros

Guy III de Spolète Roi de Francie occidentale

Eudes Ier de France Roi de Francie occidentale

Retour de Guy III de Spolète en Italie

Accord avec Ramnulf II de Poitou

Manassès Ier de Chalon-sur-Saône Comte d'Oscheret

Anschaire Ier d'Ivrée Marquis d'Ivrée en Italie

En Francie occidentale, Charles III le Gros est sur le point d'être déposé par les Grands pour avoir essayé d'acheter les envahisseurs normands au lieu de les combattre.

Vers les derniers jours de sa vie, Charles III le Gros est tombé dans un tel dénuement, qu'il vit des aumônes de l'archevêque de Mayence.

Charles III le Gros meurt au cloitre de Neudingen situé en bordure du Danube le 12 ou le 13 janvier 888.

Il est inhumé dans l'abbaye de Reichenau, située dans une île du lac de Constance, en, Souabe.

On prétend que se sont ses propres domestiques qui l'ont étranglé.

Foulques le Vénérable, Archevêque de Reims, demande à Guy III de Spolète, Duc de Spolète de venir d'Italie pour se faire sacrer roi.

Gui traverse les Alpes, et arrive à Langres où se trouvent ses partisans bourguignons tous proches de Foulques le Vénérable :

L'évêque Gîlon de Langres, le sacre roi début 888.

Les seigneurs de Francie occidentale se refusent à élire Charles III le simple, écarté en raison de sa jeunesse.

Ils lui préfèrent l'un des leurs Eudes Ier de France, Comte de Paris et de Troyes, héros du siège de Paris par les Vikings.

Le 29 février 888, Eudes Ier de France est élu Roi de Francie occidentale et couronné en l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne par Gautier de Sens, Archevêque de Sens.

L'autorité du nouveau roi est purement nominale.

Elle s'étend sur les territoires occupés par les Francs et situés à l'Ouest de la Meuse.

Ils recouvrent à peu près le nord de l'actuelle France.

Herbert Ier de Vermandois trahit la cause de Charles III le Simple et reconnaît Eudes Ier de France comme souverain.

Audoin Ier d'Angoulême et Guillaume Ier de Périgueux prennent le parti d'Eudes Ier de France, contre Charles III le Simple.

Audoin Ier d'Angoulême a un en grand crédit auprès d'Eudes Ier de France.

Ramnulf II de Poitou, qui est le gardien du Carolingien Charles III le Simple, ne reconnaît pas Eudes Ier de France.

Il est suivi en cela :

Mais Foulques le Vénérable abandonne son favori suite au couronnement d'Eudes Ier de France.

Eudes Ier de France se dirige alors vers Poitiers accompagné des deux frères de Ramnulf II de Poitou, Gauzbert et Èbles devenu Évêque de Paris et Chancelier du nouveau Roi.

Ramnulf II de Poitou va à sa rencontre et trouve un accord à minima avec Eudes Ier de France.

Guy III de Spolète repart en Italie et emmène ses partisans.

Guy III de Spolète remercie Anschaire Ier d'Ivrée en fondant le marquisat d'Ivrée.

Anschaire Ier d'Ivrée devient le premier margrave ou marquis d'Ivrée.

Il est le fondateur de la maison d'Ivrée.

Le comté d'Oscheret est donné à Manassès Ier de Chalon-sur-Saône.



Mort d'Hugues de Bourges Comte de Bourges

En 892, Hugues de Bourges Comte de Bourges est vaincu et tué par Guillaume Ier le Pieux, Comte d'Auvergne.

Eudes Ier de France, occupé par sa lutte contre Charles III le Simple, reconnaît alors la possession du Poitou à Aymar de Poitiers et reconnaît tous les titres de Guillaume Ier le Pieux, s'assurant ainsi de leur neutralité.


Charles III le Simple Charles III le Simple Charles III le Simple

Charles III le Simple Roi de Francie occidentale

Eudes Ier de France est parti mâter les Gascons et les Bretons.

Le 28 janvier 893, Foulques le Vénérable, archevêque de Reims et grand défenseur de la dynastie carolingienne fait couronner Charles III le Simple, Roi de France, en l'abbaye Saint-Rémy de Reims, à l'âge de 14 ans. Charles est immédiatement reconnu par les adversaires d'Eudes Ier de France et en particulier par Guillaume Ier le Pieux.

Eudes Ier de France pour se concilier Richard le Justicier se rend à Chalon en mai 893 et séjourne quelques jours dans la région, mais Richard conserve sa neutralité dans la lutte qui oppose Charles III le Simple à Eudes Ier.



Zwentibold Roi de Lotharingie

Siège de Laon

Après avoir repoussé dans les montagnes de la Suisse les armées de Rodolphe Ier de Bourgogne, Arnulf de Carinthie devint le maître paisible des contrées de Lotharingie.

En 894, Arnulf de Carinthie cède à Zwentibold, son fils naturel, la Lotharingie qui retrouve ainsi son autonomie nationale. Zwentibold devient Roi de la Lotharingie. C'est placer un fou sur le trône de Lotharingie.

Le premier acte du nouveau prince est de s'allier avec son cousin le roi Charles III le Simple, et d'assièger Laon favorable au roi Eudes Ier de France.



Fiancailles de Arnould et d'Alix de Vermandois

Conflit entre Baudouin II de Flandre et Charles III le Simple

Alix de Vermandois est fiancée au fils aîné de Baudouin II de Flandre, Arnould. Malgré cette réconciliation passagère, les hostilités reprennent, Baudouin II de Flandre s'opposant cette fois au roi Charles III le Simple, qui avait favorisé Herbert Ier.

Charles III le Simple reprend Péronne qui avait été occupée une nouvelle fois, et s'empare de Saint-Omer, du château de St-Vaast, et de son abbaye. Le roi en donne alors bénéfice à l'archevêque de Reims, Foulques le Vénérable, qui l'échange bientôt contre Saint-Médard près de Soissons. Ce qui n'empêche pas la rancœur de Baudouin II de Flandre.

Après la mort de Raoul, abbé de Saint-Bertin, Baudouin II de Flandre demande la gestion temporelle de l'abbaye, mais les moines, craignant les exactions du comte, font appel à Foulques le Vénérable, qui est finalement élu abbé.

Cette nomination sera confirmée à la mort d'Eudes Ier de France par Charles III le Simple.



Arrangement entre Charles III le Simple et Eudes Ier de France

Foulques le Vénérable chancelier

En 897, après dix ans de guerres, Foulques le Vénérable parvient à concilier les deux rivaux Eudes Ier de France accepte de partager le royaume avec son rival.

Sous la pression d'Arnulf de Carinthie, Charles III le Simple se soumet à Eudes Ier de France qui désigne Charles III le Simple comme successeur. Charles reconnaissant nomme Foulques le Vénérable chancelier.



Mort d'Eudes Ier de France

Charles III le Simple seul Roi de France

Robert Ier de France confirmé Duc des Francs

Sous la pression d'Arnulf de Carinthie, Eudes Ier de France doit reconnaître, juste avant sa mort, Charles III le Simple comme son successeur.

Eudes Ier de France meurt à La-Fère dans l'Aisne le 1er janvier 898. Il est inhumé à Saint-Denis.

Charles III le Simple est à nouveau sacré Roi de France et réunifie la Francie occidentale, de l'Atlantique au Rhin. Adélaïde de Frioul, sa mère, assiste au couronnement.

Richard le Justicier est l'un des grands qui peut prétendre à la couronne, mais comme les autres, il reconnaît Charles III le Simple, le Carolingien.

Charles III le Simple est contraint et forcé de coopérer avec Robert Ier de France, le puissant Comte de Paris, frère d'Eudes Ier de France.

Robert Ier de France reconnaît l'autorité de Charles III le Simple qui lui confirme le titre et les pouvoirs de Duc des Francs.



Bataille de Saucourt-en-Vimeux

Charles III le Simple vainc les Normands à Saucourt-en-Vimeux le 28 décembre 898.



Décision d'enlever la Lotharingie à Zwentibold

Mort d'Arnulf de Carinthie

En 899, Arnulf de Carinthie et Charles III le Simple s'entendent pour dépouiller Zwentibold de la Lotharingie.

Arnulf de Carinthie meurt à Regensburg ou Ratisbonne le 8 décembre 899.

Mais Arnulf de Carinthie meurt, et cette résolution reste sans suite.



Mort de Foulques le Vénérable Archevêque de Reims

Excommunication de Baudouin II de Flandre

Baudouin II de Flandre qui convoite l'abbaye de Saint-Bertin dont Foulques le Vénérable est le bénéficiaire, le fait assassiné par Winemare le 17 juin 900.

Hervé de Reims, successeur désigné de l'archevêque, le menace d'excommunication, mais Charles III le Simple, prince faible, ne peut que pardonner à son trop puissant vassal.



Èbles Manzer le Bâtard Comte de Poitou

En 902, Èbles Manzer se lance à la reconquête de son Comté, il prend Poitiers en l'absence d'Aymar puis vainc celui ci sans doute avec l'aide de l'armée de Guillaume Ier le Pieux et récupère le Comté de Poitiers.

Charles III le Simple, avec qui Èbles a été élevé, l'investit Comte de Poitou.

Èbles récompense ceux qui l'ont soutenu et d'abord le Vicomte Savary Ier de Thouars auquel il donne l'Abbaye de Saint Maixent.

Èbles Manzer restructure le Poitou en créant les Vicomtés à Melle et Aulnay.

Aymar se retire alors auprès de son beau frère Bernard Comte de Périgord.



Mariage de Charles III le Simple avec Frérone de Rhingelheim

Charles III le Simple épouse en 907 Frérone de Rhingelheim, fille de Thierry II de Ringelheim, Comte de Ringelheim en Saxe, et de Rheinghildin de Frise. Leurs enfants sont :

Charles III le Simple a Gisèle Carolingienne dit La Délaissée (née en 908), une fille bâtarde qui sera promise comme épouse à Rollon.



Naissance de Fréderune de France

Fréderune de France naît en 909, fille de Charles III le Simple et de Frérone de Rhingelheim.



Siège d'Auxerre

Bataille de Chartres

Traité de Saint-Clair-sur-Epte

Naissance de la Normandie

Fusion de La "marche normande" et de la "marche bretonne"

Robert Ier de France Marquis des deux marches

En 911, les Normands conduits par Rollon assiègent Auxerre, mais la ville résiste, les assiégeants lèvent le camp.

Les Francs dirigés par Robert Ier de France, Duc des Francs, Richard le Justicier, Èbles Manzer, Duc de Poitiers, et l'évêque Géran leur font subir une terrible défaite devant Chartres le 20 juillet 911. Plus de 6 000 Danois sont tués.

L'affrontement se termine par le traité de Saint-Clair-sur-Epte à l'ouest de Paris car les Normands ne peuvent battre les Francs et les Francs ne peuvent chasser définitivement les Normands. L'habile Robert, Comte de Paris, négocie, pour le roi carolingien Charles III le Simple, le traité avec Rollon.

Par ce traité, les Normands de Rollon s'engagent à cesser leurs raids et à empêcher d'autres bandes vikings de piller la Neustrie.

En échange, Charles III le Simple lui abandonne une grande partie de la Neustrie aux bouches de la Seine dans les 3 diocèses de Rouen, Évreux et Lisieux, base du futur duché de Normandie.

Le terme de Neustrie disparaît alors.

Le Viking fait l'hommage de vassalité au roi Carolingien.

Dudon de Saint-Quentin raconte l'anecdote suivante : Rollon refusant de s'agenouiller devant le roi en signe d'hommage, afin de lui baiser le pied, un compromis est alors trouvé. Un des proches de Rollon doit effectuer le geste à sa place. Mais le Normand, sans s'agenouiller, lève si haut le pied du roi que ce dernier perd l'équilibre et tombe à la renverse.

La marche normande qui n'a plus lieu d'être, est alors fusionnée avec l'autre marche, et l'on voit le marquis Robert Ier de France parfois qualifié de demarchus, soit maître des deux marches.



Mort de Louis IV l'Enfant

Conrad Ier de Germanie Roi de Germanie

Charles III le Simple Roi de Lotharingie

Régnier Ier de Hainaut Duc de Lotharingie

Louis IV l'Enfant, dernier des Carolingiens en Germanie, meurt à Ratisbonne le 24 septembre 911.

Son successeur légitime est Charles III le Simple.

Mais Henri Ier l'Oiseleur est choisi pour succéder à Louis IV l'Enfant mais il décline cette offre et demande d'élire Conrad Ier de Germanie.

Les grands vassaux allemands, réunis à Forchheim en novembre 911, élisent comme Roi de Germanie (Francie orientale) Conrad Ier de Franconie dit le Jeune, un des leurs, sous le nom Conrad Ier de Germanie.

Ils mettent ainsi terme à la dynastie des carolingiens directs à l'est du Rhin qui sont désormais remplacés par les Ducs de Saxe.

La Lotharingie, sous l'impulsion de Régnier Ier de Hainaut rejette la suzeraineté de Conrad Ier de Germanie pour se rallier à Charles III le Simple.

Charles III le Simple, Roi de Francie occidentale, succède à Louis IV l'Enfant en Lotharingie.

Charles III le Simple nomme Régnier Ier de Hainaut marquis de Lotharingie. Il est en fait le véritable Duc de Lotharingie, même s'il n'en porte pas le titre, et tient le pouvoir militaire en Lotharingie.


Baptême de Rollon

Baptême de Rollon

Bernard le Danois Baptisé

Baptême des enfants de Rollon

Mariage de Rollon avec Gisèle de France

Rollon Jarl des Normands

Rollon Comte de Rouen

Rollon se fait baptiser en 912 en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert, du nom de Robert Duc des Francs son parrain de baptême.

Bernard le Danois est baptisé à Rouen.

Á l'instar de sa sœur Adèle de Normandie, Guillaume Ier Longue-Épée a peut-être obtenu son nom après son baptême en 912.

Rollon reçoit de plus en mariage Gisèle de France, première fille bâtarde de Charles III le Simple et de sa première femme, âgée d'à peine 4 ans.

Rollon porte le titre de Jarl des Normands, l'équivalent scandinave de Comte, et le titre de Comte de Rouen.

Rollon et ses Vikings étendent très vite leur domination à l'ensemble de l'actuelle Normandie, tout en adoptant les mœurs féodales et la langue de leur pays d'adoption.

Durant les 6 jours qu'il passe sous les blancs habits du catéchumène, pour réparer les désolations qu'il leur avait fait subir, Rollon dote de ses largesses les établissements religieux.

Ainsi, le Mont-Saint-Michel reçoit la terre d'Ardevon. Rollon rappelle sous la règle cénobitique les chanoines que la guerre en avait éloignés, et leur confirme leurs dotations anciennes.

Mais les chanoines avaient été plongés dans l'existence dissipée des villes, ne purent se plier de nouveau à l'abstinence de la vie solitaire.



Mort de Rodolphe Ier de Bourgogne

Rodolphe II de Bourgogne Roi de Bourgogne Transjurane

Rodolphe Ier de Bourgogne meurt le 25 octobre 912. Rodolphe II de Bourgogne devient Roi de Bourgogne Transjurane en 912.

Rodolphe II de Bourgogne défend avec succès son royaume contre une tentative de conquête par le roi des Francs et de Lorraine, Charles III le Simple.



Mariage de Conrad Ier de Germanie avec Cunégonde de Souabe

Révolte des ducs de Bavière, de Saxe et de Souabe contre Conrad Ier de Germanie

En 913, Erchanger Ier de Souabe et Conrad Ier de Germanie sont en désaccord. Mais Erchanger Ier de Souabe marie sa sœur au roi.

Cunégonde de Souabe est veuve de Léopold de Bavière

Conrad Ier de Germanie épouse en 913 Cunégonde de Souabe. Leur enfant est :

Avec ce mariage diplomatique Erchanger Ier de Souabe devient le représentant de Conrad Ier de Germanie en Souabe.

Suite à cela, l'alliance avec l'évêque Salomon III de Constance est rompue et ce dernier s'oppose à son ascension.

Arnulf Ier de Bavière, Henri Ier l'Oiseleur, et Erchanger Ier de Souabe se révoltent et se rendent indépendants, malgré le mariage de Conrad. Conduits par Régnier Ier de Hainaut, ils se rallient à Charles III le Simple, Roi de France.

Conrad Ier de Germanie tente d'assurer son autorité avec l'appui des évêques.



Donation de fiefs sur les bords de l'Allier à Aimar de Bourbon

En 913, Charles III le Simple donne à Aimar de Bourbon quelques fiefs sur les bords de l'Allier.



Régnier Ier de Hainaut Marquis de Lothari Comte de Hainaut et de Mons ngie

Mort de Régnier Ier de Hainaut

Gislebert II de Hainaut Comte de Maasgau

Wigéric de Bidgau Comte palatin de Lotharingie

Charles III le simple nomme Régnier Ier de Hainaut Marquis de Lotharingie en 915.

Régnier Ier de Hainaut meurt à Meerssen dans le Limbourg entre le 25 août 915 et le 19 janvier 916, noyé dans le Rhin près d'Andernach.

Le partage de ses états annonce le morcellement du Lothier en plusieurs comtés indépendants.

La puissance territoriale semble passer au comte palatin Widric ou Wigeric de Bidgau qui devient Comte palatin de Lotharingie d'Aix-la-Chapelle en 915 ou 916 et assume l'autorité en Lotharingie.

Gislebert II de Hainaut succède son père dans ses fonctions comtales en 915.

Gislebert II de Hainaut devient Comte de Maasgau sous le nom de Gislebert III et Abbé laïc de l'abbaye de Stavelot et de Saint-Maximin de Trèves.



Naissance d'Ermentrude de France

Ermentrude de France naît en 915, fille de Charles III le Simple et de Frérone de Rhingelheim.



Révolte de Gislebert II de Hainaut contre Charles III le simple

En 918, Gislebert II de Hainaut se révolte contre Charles III le simple, Roi de France et de Lotharingie, et cherche appui chez Henri Ier l'Oiseleur, roi de Germanie.



Mariage de Charles III le Simple avec Edwige de Wessex

Charles III dit le Simple épouse le 10 février 919 Edwige de Wessex. Leur enfant est :



Coexistence de Robert Ier de Franceet de Charles III le Simple

Robert Ier de France paraît vivre en bonne intelligence avec Charles III le Simple jusque en 920.



Naissance de Louis IV d'Outremer

Louis IV d'Outremer naît en 921, fils de Charles III le Simple et d'Edwige de Wessex. Il est ainsi nommé car il grandit en Angleterre.



Don de des terres autour d'Egmond à Thierry Ier de Hollande

Thierry Ier de Hollande reçoit de Charles III le Simple des terres autour d'Egmond en un lieu nommé Bladella ou Pladella Villa (situé dans la commune actuelle de Bladel) en 922.

Thierry Ier de Hollande érige un couvent en bois sur ces terres pour des religieuses.

C'est l'origine de l'abbaye Egmond.


Robert Ier de France

Haganon titulaire des bénéfices de l'abbaye de Chelles

Mort d'Hérivée de Châtillon-sur-Marne

Déposition de Charles III le Simple

Robert Ier de France Roi de France

Charles III le Simple est impuissant contre les dynasties féodales qui se constituent, à l'abri des nombreux donjons.

En 922, Charles III le Simple retire à Rothilde de France les bénéfices d'Abbesse de Chelles. Il les donne à son favori Haganon.

Jamais un roi n'avait auparavant privé un de ses fidèles de ses honneurs, sauf en cas de trahison.

Cet outrage rejaillit sur l'entourage de Rothilde de France, notamment sur Hugues Ier du Maine, son fils, et Hugues le Grand, son gendre, les poussant à la révolte

Robert Ier de France, Duc des Francs, se met à la tête des seigneurs et du Clergé de France contre Charles III le Simple.

Participent à cette révolte :

Hérivée, Archevêque de Reims, et tous les vassaux de la seigneurie ecclésiastique de Reims prennent les armes pour la famille capétienne.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne est Prisonnier à Paris en 922 comme rebelle contre Robert Ier, roi de France.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne est révoqué en 922 de son titre honorifique d'archichancelier.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne inféode plusieurs terres de son Église à Eudes de Châtillon-sur-Marne, son frère : Châtillon-sur-Marne, Basoches,...

Hérivée de Châtillon-sur-Marne meurt à Reims le 2 juillet 922 sur son siège épiscopal.

Désormais les successeurs métropolitains d'Hérivée de Châtillon-sur-Marne, renseignés sur l'attitude royale, ne viendront plus au secours du souverain.

Charles III le Simple se réfugie à Laon.

Charles III le Simple envahit les terres de l'archevêque de Reims, mais est forcé de se retirer devant Robert Ier de France et Raoul Ier de France, qui l'attaquent entre Épernay et Tours-sur-Marne.

Charles III le Simple se réfugie en Lorraine.

Robert Ier de France envoie son fils Hugues le Blanc avec une petite armée prêter appui à Giselbert, Duc de Lorraine, pour combattre Charles III le Simple en Lorraine.

Les Grands de Francie occidentale déposent Charles III le Simple.

Le 29 juin 922, ils offrent la couronne à Robert Ier de France, fils de Robert IV de Hesbaye et frère d'Eudes, en récompense de ses services.

Il est sacré à Saint-Remy de Reims le 30 juin 922 par Gautier, archevêque de Sens selon le rituel inauguré par Pépin III le Bref.

Èbles Manzer reste fidèle à Charles III le Simple.



Alliance de Robert Ier de France avec Henri Ier l'Oiseleur

Au début 923, pour contrer Charles III le Simple, Robert Ier de France étend encore ses alliances et se rapproche de l'empereur d'Allemagne Henri Ier l'Oiseleur, avec lequel il a une entrevue personnelle sur les bords de la Roër ou de la Ruhr (d'après Flodoard).


Bataille de Soissons Raoul Ier Raoul Ier

Bataille de Soissons

Mort de Robert Ier Roi de France

Raoul Ier de France Roi de France

Charles III le Simple refuse la destitution et rassemble une armée considérable en Lorraine. Il rentre en France et marche sur Laon.

Robert Ier de France établit son camp près de Soissons, sur les bords de l'Aisne.

Charles III le Simple attaque Robert Ier de France à l'improviste, le dimanche 15 juin 923, et lui livre une bataille acharnée. Charles III le Simple fait preuve d'une grande bravoure.

Arnould Ier de Flandre soutient Charles III le Simple lors de la bataille de Soissons.

Robert Ier de France est tué.

La tradition raconte qu'il périt dans un duel légendaire, soit avec Charles III le Simple lui-même, soit avec le comte lorrain Fulbert, porte-étendard de l'armée carolingienne.

Mais Hugues le Grand, fils de Robert de France, aidé d'Herbert II de Vermandois, galvanise les soldats en montrant le cadavre de son père.

Malgré la mort de Robert Ier de France, Charles III le Simple est défait et est forcé de battre en retraite.

D'après Richer, qui était du parti des Carolingiens, les troupes françaises fortes de 20 000 hommes en perdent 11 000 et l'armée carolingienne au nombre de 10 000 en perdent 7 118.

Robert Ier de France est inhumé à Sainte-Colombe de Sens.

Les grands du royaume, ne voulant pas rendre la couronne à Charles III le Simple, choisissent pour roi Raoul Ier de France. Son beau-frère Hugues le Grand a refusé le titre de crainte d'abandonner ses comtés et de perdre ainsi son influence sur les grands.

Le 13 juillet 923, Raoul Ier de France est couronné Roi de France à Saint-Médard de Soissons, par l'archevêque Gautier de Sens. Raoul Ier de France conserve ses domaines bourguignons, mais également ses autres honneurs dans les provinces de Reims, Troyes, Laon et Berry qu'il administre en même temps que le royaume.

Pendant les premières années de son règne l'anarchie va régner dans tout le royaume. Malgré de réelles qualités, Raoul Ier de France va avoir du mal à se faire reconnaître comme roi par les grands vassaux.

Raoul Ier de France se bat contre le pillage des Vikings mais il intervient également en Lorraine et en Alsace à la demande de l'évêque de Metz.

Èbles Manzer reconnaît Raoul Ier de France.

Mais Guillaume le Jeune, héritier de Guillaume Ier le Pieux, refuse de le reconnaître.



Charles III le Simple prisonnier

Exil d'Edwige de Wessex et de Louis IV d'Outremer

Henri Ier l'Oiseleur Roi de Lotharingie

Charles III le Simple, devenu un roi sans couronne, appelle à la rescousse les Normands de Rollon et trouve refuge chez son vassal, Herbert II de Vermandois, Comte d'Omois. Mais ce dernier le fait prisonnier le 17 juillet 923 car sa sœur était l'épouse de Robert Ier de France.

Herbert II de Vermandois le garde prisonnier dans un premier temps à Château-Thierry

L'épouse de Charles III le Simple, Edwige de Wessex s'enfuit et trouve refuge en Angleterre avec son fils, le futur Louis IV d'Outremer (d'où son surnom).

En 923, la féodalité Lotharingienne offre la souveraineté de la Lotharingie au roi de Germanie Henri Ier l'Oiseleur.

Henri Ier l'Oiseleur entre en Lotharingie.

Gislebert II de Hainaut conduit les armées d'Henri Ier l'Oiseleur, contre Raoul Ier de France qui est obligé de lui céder le territoire.



Transfert de Charles III le Simple au château de Péronne

Herbert II de Vermandois transfère Charles III le Simple en 924 dans une tour du château de Péronne.



Cession de l'Hiémois et du Bessin à Rollon

En 924, Raoul Ier de France est contraint de combattre sur les bords de l'Oise les Normands de Rollon venus suite à l'appel à la rescousse de Charles III le Simple. Poursuivi jusqu'en Normandie, Rollon demande à négocier la paix; en échange de l'arrêt des ses incursions dévastatrices, Rollon reçoit l'Hiémois et le Bessin.

Arnould Ier de Flandre soutient Raoul Ier de France contre Rollon.



Mort de Séulf

Hugues de Vermandois Comte et Archevêque de Reims

Séulf meurt le 7 août 925.

Herbert II de Vermandois se sert de Charles III le Simple comme moyen de pression vis-à-vis de Raoul Ier de France et il obtient de ce dernier le siège archiépiscopal de Reims pour son fils Hugues de Vermandois. Hugues de Vermandois devient Comte et Archevêque de Reims en 925.


Vic-Fezensac

Mort de Garcie II Sanche dit le Courbé Duc de Gascogne

Sanche III Garcie Duc de Grande Gascogne

Guillaume Ier Garcie Comte de Fézensac et d'Armagnac

Arnaud Garcie Comte d'Astarac

La Vasconie du Nord s'est agrandie du Comté d'Agen, par mariage, et le Roi de France, Charles III le Simple, a reconnu Garcie II Sanche comme "Comte et Marquis sur les limites de l'Océan".

Garcie II Sanche dit le Courbé meurt en 926.

Malheureusement, Garcie II Sanche avant sa mort, décide de partager ses terres entre ses trois fils :

Ce partage malheureux conduisit un éclatement de la Vasconie, et la filiation princière rompue amène un système d'autorité importé du modèle franc : les rapports de vassalité, la féodalité, jusqu'alors inconnue en Gascogne.

En 920, dans l'acte de fondation du comté d'astarac figure un château de Fezensac résidence des Ducs de Gascogne.

Vic ou vicus désigne un village par opposition à urbs qui désigne une ville. Fezensac viendrait de Fidentia : nom d'un gros propriétaire gallo-romain.

Sainte Fauste aurait été martyrisée à Fezensac.

Deux puissances rivales vivent côte à côte : l'église et la féodalité, régnant sur deux parties de la ville séparées par un terrain vague :



Herbert II de Vermandois Comte de Laon

Construction du château Gaillot à Laon

Destruction du château de Mortagne

En 928, Raoul Ier de France craint qu'Herbert II de Vermandois ne libère Charles III le Simple qu'il retient toujours prisonnier à Péronne.

Contre sa volonté initiale, Roger II de Laon doit donner Laon à Herbert II de Vermandois.

Herbert II de Vermandois construisit une citadelle, le château Gaillot, à Laon.

Roger II de Laon, lésé de son comté, combat Herbert II de Vermandois, qui fait raser son château de Mortagne.



Mort de Charles III le Simple

Le Berry retiré à Èbles Manzer

Après 6 années de captivité, Charles III le Simple meurt à Péronne le 7 octobre 929.

Sa dépouille est inhumée en l'église Saint-Fursy de Péronne.

Après la mort de Charles III le Simple, le Roi Raoul Ier de France essaie de réduire le pouvoir d'Èbles Manzer. Il lui retire d'abord le Berry.



Mariage d'Herbert III de Vermandois Le Vieux avec Edwige de Wessex

Edwige de Wessex est veuve de Charles III le Simple.

Herbert III de Vermandois Le Vieux épouse à Saint-Quentin dans l'Aisne en 931 Edwige de Wessex. Leur enfant est :



Mariage de Gottfried de Metz avec Ermentrude de France

Gottfried de Metz, Comte palatin de Lotharingie, épouse en 935 Ermentrude de France, fille de Charles III le Simple, Roi de France, et de Frérone de Rhingelheim. Leurs enfants sont :


Louis IV d'Outremer Louis IV d'Outremer

Mort de Raoul Ier de France

Louis IV d'Outremer Roi de Francie occidentale

Hugues le Grand Régent du Royaume de Francie occidentale

Hugues le Grand Duc des Francs

Raoul Ier de France multiplie les fiefs et réduit ainsi le domaine royal au comté de Laon.

Dans la consternation générale, Raoul Ier de France meurt le 15 janvier 936 (le 2 des ides) à Auxerre, atteint de pédiculose corporelle, "prolifération de poux, de morpions et de vermines sur tout le corps".

Il est inhumé dans l'église abbatiale de Sainte-Colombe près de Sens, à côté de son père.

La succession se dispute entre :

Hugues le Grand, fils de Robert Ier de France, ne souhaite toujours pas régner car il craint de perdre ses comtés de Neustrie.

Hugues le Grand fait accepter par les grands, la restauration carolingienne.

Il fait élire Louis IV d'Outremer, fils de Charles III le Simple.

Par cette élection, Hugues le Grand neutralise les ambitions d'Herbert II de Vermandois.

Le soutien normand se révèle décisif pour Louis IV d'Outremer.

Hugues le Grand accueille à Boulogne Louis IV d'Outremer qui était jusqu'alors auprès de son grand-père le roi de Wessex.

Le dimanche 19 juin 936, Louis IV d'Outremer est couronné et sacré Roi par Artaud de Reims, Archevêque de Reims, dans l'église abbatiale de Saint-Vincent de Laon, sa ville natale et place forte de la famille carolingienne.

Herbert II de Vermandois et Hugues le Grand rendent l'hommage au nouveau roi.

Louis IV d'Outremer concède à Hugues le Grand le titre pompeux de Duc des Francs (Francorum dux) et lui rétrocède ses possessions de Francie occidentale, ne conservant que les territoires entre Rhin et Meuse.

Les domaines propres du roi sont essentiellement la région de Laon.

Hugues le Grand, régent, règne sur la Francie Occidentale et la Bourgogne où Louis IV d'Outremer n'a aucune autorité.



Mariage de Wichmann d'Ostphalie Billung avec Fréderune de France

Wichmann d'Ostphalie Billung épouse Fréderune de France, fille de Charles III Le Simple et de Frérone de Rhingelheim :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !