Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



132 événements affichés, le premier en 505 - le dernier en 890



Rédaction du Bréviaire d'Alaric

En 505, Alaric II de Wisigothie permet à Aire-sur-Adour la rédaction en latin du "Bréviaire d'Alaric" (base du droit coutumier de la province, composé par Anianus), qui s'inspire du code romain oriental Théodosien et qui subsistera jusqu'à Charles II le Chauve vers 850.



Liaison de Rorgon Ier du Maine avec Rotrude

Rorgon Ier du Maine a une liaison vers 800 avec Rotrude de France. Leur enfant est :



Mariage de Rorgon Ier du Maine avec Bichilde

Après la fin de sa relation avec Rotrudede France, Rorgon Ier du Maine épouse Bilchilde ou Bichilde. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier le Pieux avec Judith de Bavière

Louis Ier le Pieux est veuf d'Ermengarde de Hesbaye.

Louis Ier le Pieux épouse à Aix-la-Chapelle le 3 février 819 Judith de Bavière. Leurs enfants sont :

Judith de Bavière est choisie par l'empereur parmi les plus belles héritières de l'empire.

Ambitieuse, beaucoup plus jeune que son époux, elle prend vite une grande influence.

Elle le rend encore plus dévot.


L'empereur Lothaire Ier L'empereur Lothaire Ier

Lothaire Ier Co-empereur

Le 5 avril 823 à Rome, Lothaire Ier est couronné co-empereur par le pape Pascal Ier, celui-ci se soumettant à son autorité.

Il espère ainsi protéger son royaume du futur enfant de Louis Ier le Pieux, Charles II le Chauve.

Lothaire Ier envisage de récupérer les territoires de l'Église, cédés par son père.

La papauté se soumet à son autorité.

Lothaire Ier reprend Rome.

Hilduin de Saint-Denis accompagne Lothaire Ier lors de l'expédition à Rome.



Naissance de Charles II le Chauve

Charles II le Chauve ou the Bald ou Carolingien naît à Francfort-sur-le-Main le 13 juin 823, fils de Louis Ier le Pieux et de Judith de Bavière.

Il est le filleul de Lothaire Ier.

Dès lors, Judith de Bavière fait tout pour détruire l'Ordinatio.

Elle pousse Louis Ier le Pieux à revenir sur les avantages qu'il avait faits à ses premiers enfants et à former un royaume pour Charles II le Chauve, ce qui produisit une révolte générale.

Lothaire Ier, pour la contrer, fait appel à des partisans, recruté en partie dans l'épiscopat.



Mariage d'Eudes Ier d'Orléans avec Engeltrude de Fézensac

Eudes Ier d'Orléans, Comte d'Orléans, épouse en 825 Engeltrude de Fézensac.

Leurs enfants sont :


Partage du royaume de 829

Nouveau partage

Charles II le Chauve Duc de Souabe

En 829, Louis Ier le Pieux change l'Ordinatio en donnant des territoires de Lothaire Ier à Charles II le Chauve, âgé de 7 ans :

Charles II le Chauve est fait Duc de Souabe en 829.


Lothaire Ier chef de la résistance

Rébellion de Lothaire Ier, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique contre Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux prisonnier

Judith de Bavière et Charles II le Chauve otages

La Loire moyenne est le principal théâtre des guerres durant 5 ans à partir de 830.

Lothaire Ier s'instaure chef de la résistance, soutenu par son frère Pépin Ier d'Aquitaine.

Hugues le Peureux et son frère Mainfroi d'Orléans (Les Etichonides) sont pour Lothaire Ier.

Lothaire Ier est marié à Ermengarde de Tours, fille d'Hugues le Peureux.

Leurs adversaires, soutenant l'Empereur Louis Ier le Pieux, sont les fils de Guillaume Ier le Grand :

En 830, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique capturent leur père qui promet de ne plus rien faire sans l'accord de ses fils.

Ils veulent tonsurer leur père mais Lothaire Ier s'y oppose.

Heribert ou Herbert, fils de Guillaume Ier le Grand, est aveuglé sur ordre de Lothaire Ier en 830.

Lambert Ier de Nantes prend en otage Judith de Bavière, ainsi que Charles II le Chauve, et les enferme à l'abbaye de Sainte-Croix de Poitiers.

Bernard de Septimanie s'enfuit à Barcelone.

Lothaire Ier entreprend de restaurer le gouvernement et annule le partage qui favorisait Charles II le Chauve.

Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique sont lésés.

Hilduin de Saint-Denis prend le parti des princes, en particulier de Charles II le Chauve contre Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis perd le bénéfice de ses abbayes et est banni.

Il s'enfuit d'abord à Paderborn puis rejoint l'abbaye de Corvey (près d'Höxter sur la Weser), où il est enfermé sur ordre de Louis Ier le Pieux.

En réalité, l'abbé Warin le reçoit généreusement.

En retour, Hilduin de Saint-Denis lui remet des reliques de Saint Vit, qui feront par la suite l'objet d'une vénération particulière à Corvey.

Avant 831, Hilduin de Saint-Denis regagne la faveur de Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis retrouve la direction de l'abbaye de Saint-Denis, qu'il réforme.



Reprise du pouvoir par Louis Ier le Pieux

En 831, Louis Ier le Pieux reprend le pouvoir en utilisant Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique qui trahissent Lothaire Ier pour mieux hériter.

Judith de Bavière et Charles II le Chauve sont rendus à Louis Ier le Pieux.



Rébellion de Lothaire Ier

Exil de Lothaire Ier

Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique se rebellent pour occuper la première place du royaume.

Ils sont vaincus par leur père.

Judith de Bavière envisage de partager son empire entre Charles II le Chauve et Lothaire Ier, ayant évincé Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique.



Charles II le Chauve Roi d'Aquitaine

Charles II le Chauve, est nommé roi d'Aquitaine de 832 à 833.

Mainfroi d'Orléans, exilé en Bavière, reprend la lutte en 832 en liaison avec Lambert II de Nantes, Comte de Nantes et des Marches de Bretagne.



Le Champ du Mensonge

Louis Ier le Pieux déposé

Louis Ier le Pieux, Charles II le Chauve et Judith de Bavière prisonniers

Mais Lothaire Ier se révolte.

Ses frères se rallient à lui.

Lothaire Ier demande à Grégoire IV d'arbitrer le conflit entre son père et lui.

Près de Colmar, en un lieu qui sera appelé Le Champ du Mensonge (Lügenfeld), Louis Ier le Pieux, en mauvaise posture, est déposé par ses fils :

Ils sont mécontents du partage successoral.

En 833, devant l'assemblée de Soissons, Louis Ier le Pieux est déposé et enfermé avec Charles II le Chauve.

Judith de Bavière est enfermée à Tortona en Italie.

Grégoire IV séjourne à Colmar en juillet 833.



Prise de Chalon-sur-Saône

Mort de Gaucelme Marquis de Gothie

Mort de Gerberge

En 834, soutenant le parti de l'empereur, Guérin de Provence défend Chalon-sur-Saône, sa ville, contre une attaque de Lothaire Ier qui s'en empare après quelques jours de combats.

Gaucelme, fils de Guillaume Ier le Grand, est au nombre des défenseurs.

Gaucelme meurt décapité sur ordre de Lothaire Ier.

Gerberge, fille de Guillaume Ier le Grand, meurt enfermée dans un tonneau et noyée dans la Saône sur ordre de Lothaire Ier.

Guérin de Provence sauve sa tête en embrassant lâchement le parti de Lothaire Ier.

Cette trahison lui vaut la perte de ses honneurs, retirés par Charles II le Chauve.



Destitution de Robert le Fort

Destitution de Guérin II d'Auvergne

Nouveau couronnement de Louis Ier le Pieux

Lors des luttes de pouvoir entre les fils de Louis Ier le Pieux, Robert le Fort, cité dès 836, prend parti pour Charles II le Chauve, qui était le gendre d'Eudes Ier d'Orléans.

Robert IV de Hesbaye doit abandonner ses terres, incorporées dans le royaume de Lothaire Ier, pour se réfugier à l'Ouest, dans sa famille maternelle.

Ayant pris le parti de Lothaire Ier, Guérin II d'Auvergne est destitué de ses titres par Louis Ier le Pieux vers 836.

Louis Ier le Pieux est couronné de nouveau.



Charles II le Chauve Armé chevalier

Charles II le Chauve est armé chevalier en 836.



Pouvoir de Charles II le Chauve sur la Frise et le territoire entre Meuse et Seine

En 837, sous l'influence de Judith de Bavière, Louis Ier le Pieux accorde à Charles II le Chauve, la Frise et le territoire entre Meuse et Seine.



Mort de Pépin Ier d'Aquitaine

Pépin II d'Aquitaine Roi d'Aquitaine

Pépin Ier d'Aquitaine meurt le 13 décembre 838.

Pépin II d'Aquitaine devient Roi d'Aquitaine.

En 838, Pépin II d'Aquitaine est destitué par Louis Ier le Pieux au profit de son demi-frère Charles II le Chauve.

Émenon de Poitiers, Comte de Poitou, ainsi que de nombreux autres Comtes, se range aux cotés de Pépin II d'Aquitaine contre Louis Ier le Pieux.



Assemblée de Worms

En 839, Louis Ier le Pieux se réconcilie avec Lothaire Ier.

Le royaume est de nouveau partagé :

Louis II le Germanique, se sentant lésé, tente de se rebeller mais s'enfuit rapidement.



Destitution d'Émenon de Poitiers

Ramnulf Ier de Poitou Comte de Poitou

Louis Ier le Pieux arrive à Poitiers où il passe Noël 839, il destitue Émenon de Poitiers qui se réfugie à Angoulême auprès de son frère Turpion ainsi que leur frère Bernard.

Louis Ier le Pieux installe Ramnulf Ier de Poitou comme nouveau Comte de Poitou en 839 à 866.

Ramnulf Ier de Poitou est le beau-frère de Bernard, frère d'Émenon de Poitiers (ils avaient épousé des sœurs rorgonides).

Ramnulf Ier de Poitou est en réalité un chef de guerre du Roi Charles II le Chauve, toujours en mouvement.



Alalande Gouverneur de Loches

En 840, Charles II le Chauve nomme Alalande, une de ses lieutenants, gouverneur de Loches.



Prise de la Germanie par Louis II le Germanique

Mort de Louis Ier le Pieux

Lothaire Ier Empereur d'Occident

Louis II le Germanique, voyant Judith de Bavière se rapprocher de l'ambitieux Lothaire Ier, pense que ce rapprochement entre deux ennemis mortels a pour but de l'exclure de l'héritage.

Il se saisit donc de ce qui devait lui revenir et prend les armes contre Louis Ier le Pieux et s'empare, en 840 :

Ainsi on ne lui objectera pas plus tard les prétendues dispositions que l'empereur aurait faites à sa mort.

Il se crée lui-même Roi de Germanie.

Louis II le Germanique hâte ainsi la mort de son père.

Louis Ier le Pieux meurt à sur une île du Rhin à Ingelheim-Am-Rhein près de Mayence le 20 juin 840.

Lothaire Ier devient Empereur d'Occident en 840.

Louis II le Germanique et Charles II le Chauve refusent de reconnaître Lothaire Ier comme suzerain.

Lothaire Ier désire subordonner :

Il envisage de les combattre et de les vaincre séparément.

Hilduin de Saint-Denis rejoint le camp de Lothaire Ier, l'aîné, qu'il suit à Cologne et à Prüm.

Dès juillet 840, Lothaire Ier arrive en Francie avec une véritable armée et s'enfonce dans les terres de Charles II le Chauve : Reims, la Meuse.

Lothaire Ier essaie de soudoyer les vassaux de Charles II le Chauve et reçoit l'appui des Grands, dont les Bretons et les Aquitains.

Nominoë entre en rébellion contre Charles II le Chauve, Roi de Francie.

Charles II le Chauve revenant d'Aquitaine sillonne son royaume : Tours, Orléans, Quierzy...

Avant l'hiver la situation est telle que Charles II le Chauve négocie avec Lothaire Ier une trêve.

Il lui envoie une assemblée l'exhortant à respecter les dernières volontés de Louis Ier le Pieux.

Charles II le Chauve en profite pour se rapprocher de Lambert II de Nantes et de ses partisans au Mans.



Siège de Poitiers

Bernard de Poitiers Comte de Poitou

Pépin II d'Aquitaine essaie de s'emparer de Poitiers.

Il échoue car Charles II le Chauve et son armée commandée par Adalard de Fézansac l'obligent à lever le siège de la ville.

Face à Ramnulf Ier de Poitou, Bernard de Poitiers, un frère d'Émenon de Poitiers, devient Comte de Poitou en 840 nommé par Pépin II d'Aquitaine.

L'administration de Poitiers et du Comté est en fait assurée par l'Évêque Ebroin qui est apparenté aux Rorgonides.



Garcia Comte de Gascogne de Comminges

Donat Loup de Bigorre Comte de Bigorre

Centulle Ier de Béarn Vicomte de Béarn

Le comté de Comminges, englobant le Couserans, est créé en 840 en faveur de Garcia de Gascogne fils aîné d'Aznar Ier Sanche de Gascogne.

Le comté de Bigorre et le vicomté de Béarn sont créés et donnés par Charles II le Chauve, vers 840 à deux fils de Loup III Centule :



Incendie de Rouen

En 841, le royaume de Charles II le Chauve subit l'invasion des Normands.

En 841, l'incendie de Rouen par les Vikings détruit la basilique primitive.

La première cathédrale est édifiée, certainement dans les dernières décennies du IVe siècle, au centre même du castrum gallo-romain.

La basilique primitive était un ensemble d'églises dont les deux plus importantes devaient être séparées par une cour (un atrium).

On a retrouvé les soubassements de l'église nord sous la cour d'Albane.

Elle semble remise en état d'une façon provisoire en attendant le retour de la paix dans la région.



Hommage de Nominoë à Charles II le Chauve

Charles II le Chauve obtient même l'hommage de Nominoë en janvier 841.

Lothaire Ier concède provisoirement l'Aquitaine, la Provence et une partie de la Neustrie à Charles II le Chauve.

Celui-ci accepte l'arrangement tout en s'efforçant de rallier les Grands à sa cause.



Bataille de Fontenay-en-Puisaye

Mort de Gérard Ier de Vergy Comte d'Auvergne

Mort de Gui de Vannes

Mort de Ricouin Préfet de la marche de Bretagne

En 841, Charles II le Chauve et Louis II le Germanique se promettent assistance.

Lothaire Ier marche vers Louis II le Germanique qui fuit en Bavière.

Charles II le Chauve et Louis II le Germanique se dirigent l'un vers l'autre, avec les renforts de Judith de Bavière et se rejoignent à Auxerre.

Ils demandent à négocier avec Lothaire Ier mais celui-ci attend l'arrivée de Pépin II d'Aquitaine pour les attaquer.

L'affrontement a lieu à Fontenay-en-Puisaye ou Fontonoy-en-Puisaye, près d'Auxerre, le 25 juin 841.

Baudouin Ier Bras-de-Fer et Girard II de Paris participe à la bataille, dans le camp de Lothaire Ier.

Charles II le Chauve doit sa victoire à Guérin de Provence.

Lothaire Ier vaincu est obligé de fuir et continue malgré tout à tenter d'attaquer séparément ses frères.

Girard II suit sans aucun doute Lothaire Ier à Aix.

Gérard Ier de Vergy, Comte d'Auvergne, Gui de Vannes, Ricouin, préfet de la marche de Bretagne, meurent lors de la bataille.

Pépin II d'Aquitaine abandonne Lothaire Ier.



Renaud Préfet de la marche de Bretagne

Lambert, fils de Ricouin, demande à reprendre la charge de préfet de la marche de Bretagne de son père.

Charles II le Chauve refuse et nomme à sa place Renaud, Comte d'Herbauge, qui s'est illustré dans la lutte contre les Scandinaves.

Lambert se réfugie en Bretagne.

Pendant que les Francs se battent à Fontenay-en-Puisaye, Nominoë envahit la marche franco-bretonne puis s'allie au comte Lambert, maître de Nantes.



Mariage de Charles II le Chauve avec Ermentrude d'Orléans

Couronnement d'Ermentrude d'Orléans

Adalard de Fézansac incite Charles II le Chauve à épouser la fille de sa sœur Engeltrude de Fézensac.

Charles II le Chauve épouse au Palais de Quierzy ou à à Crécy-en-Ponthieu ou Crécy sur Oise le 13 décembre 842 Ermentrude d'Orléans, fille d'Eudes Ier d'Orléans et d'Engeltrude de Fézensac.

Leurs enfants sont :

Ermentrude d'Orléans est couronnée à Saint-Médard de Soissons.


Serment de Strasbourg

Serment de Strasbourg

Le 14 février 842, à Strasbourg, probablement dans la Cathédrale carolingienne de Strasbourg, Louis II le Germanique et Charles II le Chauve s'allient contre leur frère aîné Lothaire Ier et se prêtent serment d'assistance mutuelle :

En prêtant un double serment devant leurs armées, Charles II le Chauve et Louis II le Germanique, sans s'en rendre compte, renforcent le pouvoir des Grands, en ayant associé les troupes et les nobles à leur victoire sur Lothaire Ier.

Le serment est repris par les soldats présents dans leur langue habituelle.

C'est que les habitants du "Regnum francorum" (le royaume des Francs) ont pratiquement oublié le latin et commencent à se distinguer par leurs idiomes selon qu'ils se trouvent à l'ouest ou à l'est de la Meuse.

Ce grand moment de l'Histoire occidentale, qui voit l'émergence des langues européennes, nous a été rapporté par e chroniqueur Nithard, mort en 844, dans son Histoire des fils de Louis Ier le Pieux.

Cette miniature montre Charles II le Chauve béni par la main de Dieu, avec à ses pieds la personnification des principales provinces de son royaume.

Elle est extraite du Codex aureus ou Évangile de saint Emmeran de Rastibonne (Bibliothèque de Munich).

Une assemblée d'évêques décide que Lothaire Ier n'est plus apte à régner et partage son royaume entre Charles II le Chauve et Louis II le Germanique.

Pendant ce temps :

Les Grands sont mécontents.

Les deux frères regrettent d'avoir spolié Lothaire Ier alors que Louis Ier le Pieux avait partagé son royaume entre tous.


Le royaume franc après le Traité de Verdun Louis II le Germanique Charles II le Chauve Charles II le Chauve Charles II le Chauve

Traité de Verdun

Lothaire Ier Empereur d'Occident

Lothaire Ier Roi de Francia Média

Louis II le Germanique Roi de Francia orientalis

Charles II le Chauve Roi de Francia occidentalis

Charles II le Chauve, Louis II le Germanique et Lothaire Ier négocient afin de partager le royaume en 3 parts égales.

En août 843, le conflit entre les trois frères s'achève provisoirement par un compromis : le traité de Verdun.

Lothaire Ier, l'aîné, garde le titre, purement honorifique, d'empereur d'Occident et se contente de la partie centrale de l'empire, la Francia Média.

La Lotharingie, le domaine de Lothaire Ier consiste en une frange de territoires étirée des bouches de l'Escaut à la plaine du Pô, en Italie, en passant par le couloir rhénan et le sillon rhodanien.

Après moult déformations, le nom de Lotharingie deviendra ... Lorraine.

La Provence et la Bourgogne Transjurane sont englobées à la Lotharingie qui suscite la convoitise de ses deux puissants voisins : la Francie occidentale et la Francie orientale.

L'un des vassaux le plus important du roi est Hucbert d'Arles, Marquis de Transjurane, frère de Theutberge de Bourgogne, épouse de Lothaire II de Lotharingie.

Les comtés de la Haute-Bourgogne, c'est à dire Portois, Varais, Escuens, Amous et Ajoie sont incorporés dans le royaume de Lotharingie.

Louis II le Germanique devient Roi de Francia orientalis ou Roi de Germanie.

Son domaine comporte la Bavière, la Carinthie et la Saxe.

Adalard de Fézansac suit alors Louis II le Germanique en Francie Orientale.

Charles II le Chauve a la Francia occidentalis, future France.

Son royaume est délimité entre la Meuse, la Saône, les Cévennes et les Pyrénées.

Il doit son surnom au fait qu'il se soit fait rasé le crâne lors d'une cérémonie religieuse en signe de soumission à l'église, à l'encontre de la tradition franque exigeant que le roi ait les cheveux longs.

Suite au traité de Verdun, Eudes Ier de Troyes-Robertien et Robert IV de Hesbaye, possessionné en Austrasie, quittent leurs biens pour rejoindre Charles II le Chauve.



Assemblée de Coulaines

Dès son avènement, Charles II le Chauve reconnaît aux évêques, lors de l'assemblée de Coulaines, le droit de pouvoir porter un jugement moral sur les actions du gouvernement royal qui s'en trouve ainsi subordonné à l'église.



Naissance de Judith de France

Judith de France naît en 843, fille de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans.



Bataille de Messac

Mort de Renaud Préfet de la marche de Bretagne

Nominoë tombe gravement malade à la même époque et Renaud ou Rainald, Comte de Nantes et préfet de la marche de Bretagne, estime le moment propice pour se débarrasser de lui.

En Mai 843, Erispoë, en accord avec son père Nominoë, sans doute aussi pour protéger les colonies bretonnes en train de s'installer sur la rive gauche de la Vilaine, décide de monter un coup de main sur le comté de Nantes.

A la tête d'une petite unité, Erispoë traverse la rivière au Port de Guipry et se heurte près de Messac aux soldats de Rainald, nombreux, bien organisés et vraisemblablement informés des préparatifs de l'incursion bretonne.

Erispoë est obligé de battre en retraite après avoir subi des pertes importantes.

A Guipry, sur la rive droite de la Vilaine, Erispoë attend les renforts que Lambert, postulant au titre de comte de Nantes, est allé chercher au pays d'Aleth.

Dès l'arrivée de Lambert, il traverse à nouveau se lance à la poursuite de ses ennemis.

Ceux-ci, persuadés que le combat de Messac leur laisse beaucoup de répit, s'en retournent tranquillement vers Nantes.

Un après-midi au bord de l'Isac, près de Blain, les soldats d'Erispoë les surprennent et les massacrent.

Renaud ou Rainald est tué durant la Bataille.

Nominoé se considère libéré de son serment envers Charles II le Chauve.



Hervé Comte d'Herbauges

Mort de Bernard de Poitiers Comte de Poitou

Mort d'Hervé d'Herbauges Comte d'Herbauges

Lambert II de Nantes occupe brièvement Nantes, que Charles II le Chauve confie rapidement à Hervé, fils aîné de Renaud.

Bernard de Poitiers s'associe à Hervé d'Herbauges, fils de Renaud, Comte d'Herbauges contre Lambert II de Nantes en rébellion contre Charles II le Chauve.

Nominoë appuie Lambert II de Nantes en 844.

Les troupes bretonnes contribuent à la défaite et à la mort d'Hervé d'Herbauges et de Bernard de Poitiers.

En campagne en Aquitaine, Charles II le Chauve ne peut réagir.

Apprenant par ailleurs les difficultés que connaît le roi à Toulouse, Nominoë poursuit l'offensive et met le Maine à feu et à sac.

Les alliés Bretons envahissent et pillent le Poitou.



Expédition Vikings

En 844, Clisson en Loire-Atlantique est pillée et incendiée de par les Vikings.

Les Vikings, basés sur l'île de Ré, remontent en 844 la Garonne jusqu'à Toulouse, puis la Dordogne.

Leurs drakkars rapides leur confèrent une mobilité terrifiante.

Ils s'en prenaient tout particulièrement aux églises et aux monastères et exigeaient de lourdes rançons de la population.

Sous prétexte de défense contre les Normands, les anciennes murailles gallo-romaines sont reconstruites dès 844 contre l'avis de Charles II le Chauve (capitulaire de Pitres), assurant l'indépendance des comtes et seigneurs locaux

Toulouse est mis à sac et brûlé en 844.



Guérin de Provence Comte d'Auxois et Marquis de Bourgogne

Guérin de Provence devient Comte d'Auxois et Marquis de Bourgogne en 844.

Guérin de Provence fait de Chalon-sur Saône la capitale du marquisat qui lui est attribué par Charles II le Chauve.

Chalon devient le centre de décision de la Bourgogne éduenne.



Campagne de Charles II le Chauve contre Pépin II d'Aquitaine

Mort de Bernard de Septimanie Duc de Septimanie, Comte de Barcelone, de Poitiers et de Toulouse

Guillaume Comte de Toulouse

Sunifred Ier de Barcelone Marquis d'Espagne Comte de Barcelone et d'Ausona

Charles II le Chauve doit mener dès 844 une expédition contre Pépin II d'Aquitaine.

Cependant, subissant un véritable désastre en Angoumois aggravé par le pillage de Nantes, Charles II le Chauve parvient à se rétablir en menant le siège de Toulouse.

Bernard de Septimanie participe à la rébellion de Pépin II d'Aquitaine contre Charles II le Chauve

Ayant favorisé la rébellion de Pépin II d'Aquitaine, Bernard de Septimanie est mis à mort à Toulouse par Charles II le Chauve en 844.

Un comte Guillaume lui succède comme Comte de Toulouse.

Sunifred Ier de Barcelone devient Marquis d'Espagne et Comte de Barcelone et d'Ausona en 844.



Enfants de Théodoric de Vergy

Mariage de Bivin de Vienne avec Richilde d'Arles de Bourgogne

Théodoric de Vergy ou d'Ardennes est le conseiller du roi Charles II le Chauve, le Chambellan de Louis II le Bègue, il est tuteur de Louis III de France et de Carloman II de France.

Il aurait eu pour enfants :

Les historiens sont d'accord sur le fait que Richard le justicier, Boson V de Provence et Richilde d'Ardennes soient frères et sœurs.

Mais ils divergent sur leurs parents.

Bivin de Vienne épouse en 844 Richilde d'Arles de Bourgogne.

Leurs enfants sont :



Traité de Saint Benoît sur Loire

Frédelon de Toulouse Comte de Toulouse

Raymond Ier de Toulouse Comte de Quercy

Toutefois, Charles II le Chauve est contraint de reconnaître la souveraineté de Pépin II d'Aquitaine lors du traité de Saint-Benoit-sur-Loire en 845.

Charles II le Chauve es se réconcilie avec Lambert II de Nantes.

Frédelon de Toulouse se rallie à Charles II le Chauve, qui le confirme dans ses fonctions en 845 et nomme Raymond Ier de Toulouse, son frère, Comte de Quercy.


Robert IV de Hesbaye

Pillage de Paris par les Vikings

Les vikings, dirigés par Ragnar Lotbrok, sur plus d'une centaine de drakkars, remontent la Seine et pillent Paris en mars 845 en brûlant les monastères et les églises.

Quelques rares seigneurs francs sont en état de leur résister.

Parmi eux Robert IV de Hesbaye.

Charles II le Chauve, n'ayant pas pu levée de troupes à temps, choisit d'acheter leurs retraits en échange de 7 000 livres d'argent (somme très importante à l'époque).

Afin de réunir cette somme, il crée un impôt exceptionnel, le Danegeld.



Bataille de Ballon

En novembre 845, Charles II le Chauve doit se rendre à Tour pour célébrer la Saint-Martin.

Mais il se décommande, ayant été averti qu'un parti de Bretons souhaite faire défection, pourvu qu'il vienne immédiatement à leur aide.

L'ost royal n'est plus au complet à cette époque de l'année et vu le caractère improvisé de l'intervention, les Francs sont sans doute peu nombreux.

Du côté des Bretons commandés par Nominoë, l'armée semble constituée d'une seule cavalerie légère, donc certainement encore bien moins nombreuse.

Charles II le Chauve traverse la Vilaine avec ses troupes, au Pont-Neuf et prend la direction du village de Ballon et de l'abbaye de Ballon, situé près de Bains (aujourd'hui Bains-sur-Oust) non loin de Redon, où s'est embusqué Nominoë.

La bataille a lieu le 22 novembre 845 dans le confluent marécageux de l'Oust et de l'Aff.

C'est un véritable chausse-trape où les Bretons exploitent leur connaissance des marécages pour vaincre les Francs.

Les troupes de Charles II le Chauve subissent de très grosses pertes sous les coups de javelots répétés des cavaliers de Nominoë.

Elles abandonnent la lutte au matin du troisième jour et battent en retraite, laissant sur le terrain leurs morts, leurs blessés et un butin considérable.

Le roi franc, humilié, se sauve, au cours de la nuit, avec sa garde personnelle, sans même prévenir ses lieutenants de son départ.

Cette victoire de Ballon permet à Nominoë d'assurer sa mainmise sur le comté gallo-franc de Vannes (la partie Est du Vannetais).



Nominoë Duc de Bretagne

Après qu'a circulé la rumeur de sa mort, Charles II le Chauve réapparaît dans le Maine.

Il y reconstitue son armée, mais doit attendre après l'assemblée générale d'Épernay pour se diriger de nouveau vers la Bretagne, à la fin de l'été 846.

Charles II le Chauve signe la paix et reconnaît Nominoë comme Duc de Bretagne.

Un climat de guerre froide s'installe.

Un certain Mangil mène des raids dans le Bessin à la Noël 846.

Par sa politique et ses victoires, Nominoë donne à la Bretagne son unité géographique, des institutions durables et une indépendance qui allait perdurer, avec des hauts et des bas, jusqu'en 1532.



Eudes Ier de Troyes-Robertien Comte d'Angers

En 846, Charles II le Chauve fait Eudes Ier de Troyes-Robertien Comte d'Angers.

Eudes Ier de Troyes-Robertien a également des biens dans la région de Châteaudun.



Naissance de Louis II le Bègue

Louis II, dit le Bègue ou le Fainéant, naît le 1er novembre 846, fils de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans.

Comme l'indique son surnom, Louis II bégaie, ce qui l'empêche de s'exprimer en public et nuit à son autorité.



Colloque de Meerssen

Devant les menaces des raids vikings et sarrasins, le colloque de Meerssen se réunit à l'instigation de Lothaire Ier, en 847.

Charles II le Chauve et Louis Ier le Pieux, cherche à rétablir l'unité de l'empire mais leur refus de reconnaître la prééminence de Lothaire Ier en se reconnaissant vassal de se dernier sanctionne au contraire la division.

Ce colloque permet à tout homme libre de pouvoir choisir le suzerain de son choix autre que le roi et libère les hommes d'armes de l'obligation de suivre le roi à la guerre, sauf en cas de guerre contre un ennemi étranger du royaume.

Ainsi le colloque favorise le développement de la féodalité et amoindri le pouvoir militaire du souverain.

Charles II le Chauve nomme 4 évêques, dont l'évêque de Vannes Susan.

Bientôt en guerre ouverte avec Charles II le Chauve, Nominoë les chasse pour cause de simonie vers 847 à Coetlouh.



Naissance de Charles d'Aquitaine

Charles l'Enfant naît vers 847, fils de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans.



Révolte des aquitains contre Pépin II d'Aquitaine

Charles II le Chauve Roi d'Aquitaine

En 848, profitant de la révolte des aquitains contre leur roi Pépin II d'Aquitaine, Charles II le Chauve accepte la couronne d'Aquitaine que lui offre l'aristocratie de ce royaume.

Le 6 juin 848 Charles II le Chauve se fait sacrer Roi d'Aquitaine et couronner à Orléans par l'archevêque de Sens Ganelon.

Mais refusant d'être déchut de son trône, Pépin II d'Aquitaine engage la lutte contre Charles II le Chauve.



Réconciliation de Charles II le Chauve avec Lothaire Ier

Devant faire face à sa lutte contre Pépin II d'Aquitaine, Charles II le Chauve se réconcilie avec son frère Lothaire Ier à Péronne en 849.



Prise de Toulouse

Charles II le Chauve fait prendre Toulouse sans combat en 849 par Frédelon de Toulouse.

Aléran de Troyes accompagne Charles II le Chauve au siège de Toulouse.

Pépin II d'Aquitaine, roi d'Aquitaine est vaincu.



Mariage de Gislebert Ier de Hainaut avec Ermengarde de Germanie

Le mariage de Gislebert Ier de Hainaut et d'Ermengarde de Germanie est reconnu en 849. Leurs enfants sont :

Grâce à Charles II le Chauve, Gislebert Ier de Hainaut se réconcilie avec Lothaire Ier. Gislebert reçoit le Darnau.



Naissance de Carloman

Carloman naît en 849, fils de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans. Il est destiné dès l'enfance à la vie religieuse.



Mort de Guillaume de Septimanie Duc d'Aquitaine Comte d'Agen et de Bordeaux

Aléran de Troyes Marquis de Gothie

Aléran de Troyes Comte de Barcelone, de Narbonne, de Roussillon et d'Empuries

Guillaume de Septimanie meurt à Barcelone en 850, décapité sur ordre de Charles II le Chauve, pour avoir tenté de s'emparer des marches d'Espagne et de Barcelone.

Aléran de Troyes est alors nommé Marquis de Gothie, Comte de Barcelone, de Narbonne, de Roussillon et d'Empuries



Prise de Rennes et de Nantes par Nominoë

Charles II le Chauve les considérant l'un et l'autre comme trop âgés, Nominoë et Lambert II font alliance contre lui.

En 850, Nominoë et Lambert II forcent les portes de Rennes, la garnison franque laissée dans les murs de la ville par Charles II le Chauve, fait sa reddition.

Puis Nominoë et Lambert II de Nantes s'emparent et annexe Nantes en 850.



Naissance d'Adélaïde de Frioul

Aélis de Paris ou Adélaïde de Frioul naît entre 850 et 853, fille :

Elle est l'arrière petite-fille du comte Bégon de Paris et d'Alpaïs.

Alpaïs pourrait être fille du roi Louis Ier le Pieux ou selon certaines sources beaucoup plus sûres une fille illégitime de Charlemagne et de l'une de ses nombreuses concubines.

Si Alpaïs n'est ainsi pas la fille de Louis Ier le Pieux, Adélaïde de Frioul est nièce de Charles II le Chauve et cousine de son fils, Louis II le Bègue.

Si Alpaïs est une fille illégitime de Charlemagne, Adélaïde de Frioul est une demi-sœur de Charles II le Chauve et tante de Louis II le Bègue.



Paix entre Semen Garcia et Charles II le Chauve

Semen Garcia combat les Francs puis fait la paix avec Charles II le Chauve en 850.



Mort de Nominoë

Bataille de Jengland-Beslé

Traité d'Angers

Erispoë Roi de Bretagne

Nominoë, après avoir conquis le Maine et l'Anjou, marche en direction de la Seine. Il meurt aux environs de Vendôme le 7 mars 851. Il est inhumé au monastère de Redon

En mars 851, Charles II le Chauve profitant de la mort de Nominoë, mène son armée en Bretagne pour la soumettre. La rencontre avec les armées bretonnes d'Erispoë, fils de Nominoë, et d'Argantael, se fait à Jengland-Beslé, un petit hameau situé sur l'actuelle commune du Grand-Fougeray, près de la rivière Vilaine.

Les Francs y sont sévèrement défaits le 22 août 851.

En septembre 851, à Angers, Charles II le Chauve reconnaît à Erispoë l'autorité anciennement détenue par son père sur le Vannetais et la Bretagne, augmentée de la Marche de Bretagne :

La partie occidentale de la Neustrie devient la Haute-Bretagne.

La population franque de cette région n'est pas chassée lors de cette annexion et constituera la Bretagne de langue romane ou gallo.

Charles II le Chauve concède à Erispoë le titre de roi, ce qu'aucun empereur carolingien n'avait fait pour un prince étranger à sa famille. Rennes devient bretonne.



Pépin II d'Aquitaine prisonnier de Charles II le chauve

En 852, Charles II le chauve lance une seconde campagne militaire en Aquitaine.

Pépin II d'Aquitaine s'enhardit alors et pénètre sur les terres des Vascons, en 852. Mal lui en prend car Sanche Sancion Mitarra capture Pépin II d'Aquitaine et le livre à Charles II le Chauve.


Blason des Ducs de Gascogne

Création du duché de Gascogne

Le comté de Vasconie citérieure est érigé en duché de Gascogne par Charles II le Chauve en 852.



Robert IV de Hesbaye Recteur de l'abbaye de Marmoutiers

En 852, Charles II le Chauve fait Robert IV de Hesbaye recteur ou abbé laïc de l'abbaye de Marmoutier.



Robert IV de Hesbaye Comte de Tours

En 853, Charles II le Chauve nomme Robert IV de Hesbaye missi dominici des régions de Tours et d'Angers : le Maine, l'Anjou, la Touraine, le Corbonnais et le pays de Seez, et probablement comte de Tours.



Nouvelle invasion des Vikings

Pillage de Nantes

Pillage de St Martin de Tours

Expédition viking vers l'abbaye de Redon

Tandis que Charles II le Chauve pacifie l'Aquitaine, une importante expédition viking, dirigée par Sidroc et comprenant près d'une centaine de Drakkars et 4 000 guerriers s'installe en bord de Seine à Jeufosse, à mis chemin entre Rouen et Paris. Les Vikings ravagent l'ensemble du bassin de la Seine suivit par le bassin de la Loire. En 853, la ville de Nantes est de nouveau pillée par les Normands.

Robert IV de Hesbaye s'attache à combattre non seulement les vikings mais également les raids bretons qui sévissent en Anjou et en Touraine. Tours est pillé ainsi que la riche abbaye de St Martin de Tours en 853.

En 853, le chef viking Gottfried remonte la Vilaine avec le secret espoir de mettre à sac la riche abbaye de Redon. Les moines implorent la protection de Dieu. Un violent orage, accompagné de grêle, de tonnerre et de véritables trombes d'eau, s'abat sur les vikings. Gottfried et ses hommes, saisis de frayeur, comblent de présents l'abbaye de Redon au lieu de la piller.



Expédition de Louis II le Jeune en Aquitaine

Mort de l'Évêque Ebroin

Évasion de Pépin II d'Aquitaine

Devant l'impassibilité royale, Robert IV de Hesbaye se rebelle et appelle à son secours Louis II le Germanique qui lui envoie son fils Louis le Jeune en 854 avec une armée pour s'approprier l'Aquitaine

L'Évêque Ebroin, toujours partisan de Charles II le Chauve, est tué lors d'une émeute. Ramnulf Ier de Poitou prend alors la direction effective du Comté de Poitou.

L'évasion de Pépin II d'Aquitaine engendre le ralliement et la mobilisation de ses fidèles contre Charles II le Chauve qui est chassé de ce royaume et déchu de sa couronne.

Cependant, la maladresse de Pépin II d'Aquitaine et son incapacité à exercer un bon gouvernement le privent rapidement de tous ses soutiens.



Charles l'Enfant d'Aquitaine Roi d'Aquitaine

L'aristocratie aquitaine se cherche un nouveau souverain. En 855, Charles II le Chauve instaure son fils aîné Charles l'Enfant, Roi d'Aquitaine. Il est couronné à Limoges.

Mais son fils Charles dit l'Enfant réclame l'indépendance de l'Aquitaine et se marie à la veuve d'Humbert Comte de Bourges. Charles II le Chauve vient avec son armée et l'Aquitaine se soumet.


Lothaire II de Lotharingie Lothaire II de Lotharingie

Abdication Lothaire Ier

Traité de Prüm

Mort de Lothaire Ier

Louis II le Jeune Empereur d'Occident

Louis II le Jeune Roi d'Italie

Lothaire II de Lotharingie Roi de Lotharingie

Charles de Provence Roi de Provence ou de Bourgogne Cisjurane

Girard II de Paris Précepteur de Charles de Provence et Régent du royaume de Provence

À la fin de sa vie, Lothaire Ier comble les abbayes de Murbach, de Lièpvre, d'Erstein, de Saint-Étienne à Strasbourg et de Munster.

En 855, Lothaire Ier abdique et convoque ses grands vassaux.

Selon la tradition germanique, par le traité de Prüm, il partage ses possessions entre ses fils, en leur présence pour éviter tous troubles au moment de la vacance du trône.

Ce dernier domaine va s'appeler la Lotharingie, nom issu du latin Lotharii Regnum, le royaume de Lothaire.

Puis Lothaire Ier s'enferme dans l'abbaye de Prüm.

Lothaire Ier meurt à Prüm le 29 septembre 855.

Les frères de Lothaire Ier, Charles II le Chauve et Louis II le Germanique, s'emparent et se partagent une partie des possessions de Lothaire Ier. Le reste est partagé comme prévue entre les fils de Lothaire Ier.

Louis II le Jeune l'aîné demeure empereur d'Occident et Roi d'Italie.

Lothaire II de Lotharingie est couronné premier Roi de Lotharingie en 855.

Son territoire est situé entre la Meuse et le Rhin allant des Vosges à la Frise, comprenant notamment la future Lorraine et le futur Brabant. Il fixe sa capitale à Metz. Les comtés de Haute Bourgogne sont légués à Lothaire II de Lotharingie.

Lothaire II de Lotharingie, après avoir reçu le serment de fidélité de ses nouveaux sujets, va, à Francfort, voir son oncle Louis II le Germanique, dont il désire se faire un appui.

Charles de Provence hérite du royaume de Provence, appelée aussi Bourgogne Cisjurane. Ses territoires s'étendent de la Méditerranée à la Bourgogne actuelle, en incluant la Provence, Lyon et la Suisse.

Mais Charles de Provence n'est qu'un enfant et il est épileptique. Le véritable maître du royaume est son précepteur Girard II de Paris qui agit en régent du royaume.

Les velléités d'indépendance de la Provence en 848 expliquent peut-être quelques années plus tard l'apparition de ce royaume de Provence.


La Papesse Jeanne La Papesse Jeanne

Légende de la Papesse Jeanne

La légende de la papesse Jeanne conte l'histoire d'une femme qui aurait usurpé la papauté catholique en cachant sa véritable identité sexuelle. Cette légende fut accréditée jusqu'au XVIe siècle par l'Église elle-même. La légende s'est développée au cours du Moyen Âge. La première mention connue de la papesse se trouve dans la chronique de Jean de Mailly, dominicain du couvent de Metz, rédigée vers 1255. La légende se propage ensuite rapidement et sur une large étendue géographique, ce qui laisse supposer qu'elle existait déjà auparavant et que le dominicain se soit contenté de la consigner par écrit. Vers 1260, l'anecdote se retrouve chez Étienne de Bourbon, également dominicain et de la même province ecclésiastique que Jean de Mailly, dans son Traité des divers matériaux de la prédication. C'est surtout le récit qu'en fait le dominicain Martin le Polonais, chapelain de plusieurs papes, dans sa Chronique des pontifes romains et des empereurs, vers 1280, qui lui assure le succès. L'érudit Onofrio Panvinio, moine augustin, rédige en 1562 la première réfutation sérieuse de la légende dans sa Vitæ Pontificum (Vie des papes).


Naissance de Jeanne au tarot

Jeanne au tarot naît en 822 à Ingelheim, à proximité de Mayence, fille d'un moine, peut être Gerbert, un des évangélistes du pays des Angles venus prêcher la bonne parole aux frères saxons. La petite Jeanne baignant dans cet univers de savoir eut donc la chance de pouvoir étudier, ce qui était refusé à aux femmes de l'époque. Seule la carrière ecclésiastique permettant de pouvoir continuer de solides études, elle entre donc en religion comme copiste sous le nom masculin de Johannes Anglicus (Jean l'Anglais). Selon Martin le Polonais, elle aurait simplement suivi son amant étudiant. Elle voyage énormément de monastères en monastères. Elle se rend tout d'abord à Constantinople où elle aurait vu Théodora, l'impératrice douairière. Elle passe par Athènes afin d'étudier la médecine auprès du Rabbi Isaac Istraeli. De retour en Germanie, elle se rend au Regnum Francorum chez le roi Charles II le Chauve.


Jeanne au tarot Secrétaire aux affaires internationales du pape Léon IV

Jeanne au tarot se rend à Rome en 848 où elle obtient une chaire d'enseignement. Dissimulant toujours son identité, elle est accueillie dans les milieux ecclésiastiques et en particulier, à la Curie. En raison de sa réputation de connaissance universelle, elle rencontre le pape Léon IV et devient rapidement son secrétaire aux affaires internationales.


Jeanne au tarot Pape

En juillet 855, succédant à celui-ci, elle se fait élire pape sous le nom de "Benoît III".

En 857, la papesse se trouve enceinte, obligée de dissimuler sa grossesse, elle est prise de contractions au cours d'une procession et accouche quasiment en publique. Selon Jean de Mailly, elle est lapidée à mort par la foule. Selon Martin le Polonais, elle meurt en couches.



Amplification de la menace Viking

La menace Viking ne cesse de s'amplifier. Ils multiplient des raids de plus en plus audacieux et destructeurs.

Les Normands pillent Orléans le 18 avril 856.

En 856, Sidroc, allié à Bjoern, attaquent et dévastent à nouveau Paris. Ils menacent de tout brûler si on ne leur verse pas une forte somme d'argent : Charles II le Chauve s'exécute.



Louis II le Bègue Comte du Mans

Révolte des grands d'Aquitaine contre Charles II le Chauve

En 856, Charles II le Chauve donne à son fils Louis II le Bègue une sorte de vice-royauté sur une Marche à l'est de la Bretagne entre la Seine et la Loire pour défendre le pays contre les Vikings, les Bretons et les Aquitains. Louis II le Bègue devient Comte du Mans.

Mais la présence dans le Maine de l'héritier du trône, Louis II le Bègue, réduit considérablement l'autonomie et le pouvoir des comtes de cette région. C'est le soulèvement général des Grands, dont Eudes Ier de Troyes-Robertien et Robert IV de Hesbaye.

Les Comtes du centre ouest sont pour la plupart apparentés à la femme de Charles II le Chauve, Ermentrude d'Orléans.



Projet avorté de mariage de Louis II le Bègue avec une fille d'Erispoë

Charles II le Chauve entreprend de sceller une alliance avec Erispoë pour faire cesser les raids bretons contre le royaume. Erispoë est marié à Marmohec de Poher et a un fils nommé Conan et une fille. En 856, est négocié le mariage de Louis II le Bègue, fils de Charles II le Chauve, avec la fille d'Erispoë contre une restitution de terres. Le projet n'aboutit pas.



Mariage d'Ethelwulf de Wessex avec Judith de France

Ethelwulf de Wessex épouse à Verberie-sur-Oise le 1er Octobre 856 Judith de France, fille de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans.



Mariage d'Ethelbald de Wessex avec Judith de France

Ethelbald de Wessex qui avait critiqué le mariage son père avec Judith, fille du roi de France ne craint pas d'en faire sa propre épouse. Ethelbald épouse en 858 Judith de France, fille de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans. Leur enfant est :

Mais l'union est jugée incestueuse et scandalise le peuple du Wessex. Ethelbald est contraint de se séparer de Judith, sous l'influence de l'évêque de Winchester.



Invasion de la Francia occidentalis par Louis II le Germanique

En 858, Adalard de Fézansac offrent la couronne à Louis II le Germanique. Répondant à cet appel, Louis II le Germanique envahit la Francia occidentalis.

Charles II le Chauve se trouve dans une situation désespérée puisque abandonné par l'ensemble de son aristocratie qui le méprise, et ne disposant d'aucun soutien ni de ressources financières suffisantes.

Échard de Mâcon participe à la révolte des grands du royaume contre Charles II le Chauve.

Charles II le Chauve requiert l'arbitrage de Nicolas Ier.

Louis II le Germanique cherche à acheter les clercs et évêques afin qu'ils acceptent de le sacrer. Hincmer ou Hincmar, archevêque de Reims, reconnu comme le principal chef de l'église après le roi, refuse de le faire.

Hincmar organise la résistance du royaume contre Louis II le Germanique et les Grands.

Il offre au roi une aide précieuse tant financière que militaire.



Destitution de d'Eudes Ier de Troyes-Robertien

Rodolphe de Bavière Comte de Troyes

Charles II le Chauve sanctionne ceux qui l'ont trahi lors de la révolte des grands d'Aquitaine et met en place des membres de la famille de sa mère, les Welfs.

Pour s'être révolté, Eudes Ier de Troyes-Robertien est destitué en 858. Rodolphe de Bavière, Comte de Ponthieu, oncle de Charles II le Chauve, devient Comte de Troyes. Eudes Ier de Troyes-Robertien trouve alors refuge de l'autre côté de la Saône.



Victoire de Charles II le Chauve sur Louis II le Germanique

Cession du pays entre Jura et Alpes au roi d'Italie

En 859, Louis II le Germanique est repoussé par Charles II le Chauve qui le bat.

Louis II le Jeune se fait céder par Charles II le Chauve le pays situé entre le Jura et les Alpes.

Robert IV de Hesbaye est encore allié à Pépin, Roi d'Aquitaine, et à Salomon de Bretagne contre Charles II le Chauve dont il se trouve ainsi être un adversaire dangereux.



Commandement militaire régional contre les vikings

À partir de 860, pour lutter contre les vikings, Charles II le Chauve organise et regroupe de vastes régions menacées sous un même commandement militaire. Il nomme ainsi Baudouin en Flandres et Bernard Plantevelue voit sa puissance s'accroître.

Bernard Plantevelu, comte d'Auvergne, ayant tué le comte de Toulouse, est fait comte de Toulouse par Charles II.

Bernard Plantevelu obtient par la suite le Limousin et le Rouergue puis le Berry, l'Autunois et la Septimanie, puis le Poitou (en 879) suivit du Lyonnais et de Mâcon. Il était progressivement devenu le plus puissant personnage de tout le royaume mais allié au roi.

Notons que pour se concilier l'un des plus actifs et redoutable chef viking, Hasting, Charles II lui offrit le titre et le comté de Chartres.



Réconciliation de Charles II le Chauve avec Robert IV de Hesbaye

Traité de Meung-sur-Loire

Robert IV de Hesbaye Duc des Francs ou de Neustrie

Robert IV de Hesbaye Comte d'Anjou, de Blois, du Maine, de Tours

Robert IV de Hesbaye Marquis de la Marche bretonne

Comme son fils Louis II le Bègue s'avère incapable d'affronter efficacement les vikings, Charles II le Chauve se réconcilie avec Robert IV de Hesbaye et par conséquent avec les Grands.

En 861, Charles II le Chauve, par le traité de Meung-sur-Loire, détache Robert IV de Hesbaye de Salomon et s'assure ses services.

Chargé de résister aux deux grands ennemis de Charles II le Chauve, les Bretons et les Vikings, il devient un des principaux conseillers du roi pour tout ce qui concerne la Neustrie.

Charles II le Chauve nomme Robert IV de Hesbaye :

Il lui donne entre la Seine et la Loire un commandement militaire analogue à celui qu'avait déjà exercé Louis II le Bègue.



Révolte de Carloman Ier de Bavière

Adalard le Sénéchal Marquis de la Marche normande

Révolte des rorgonides

Compromis en 861, lors de la révolte de Carloman Ier de Bavière contre Louis II le Germanique, son père, Adalard de Fézansac s'enfuit de Germanie avec ses parents Udo, Bérenger et l'abbé Waldo pour se réfugier à la cour de Charles II le Chauve.

Charles II le Chauve donne à Adalard de Fézansac et à ses cousins la marche de Neustrie, avec la mission de la défendre contre les Normands.

La nomination d'Adalard de Fézansac et de ses cousins comme Marquis de la marche normande est perçue par Rorgon II du Maine, Ragenold d'Herbauges et Gauzfrid du Maine, son frère, comme une menace pour leur puissance. Ils se révoltent et s'allient à Salomon de Bretagne.



Campagne de Charles II le Chauve contre la Provence et la Bourgogne

Charles de Provence, épileptique, a une mauvaise santé. Ses deux oncles, Charles II le Chauve et Louis II le Germanique, convoitent son héritage. À l'automne 861, Girard II de Paris, régent de Charles de Provence et de Bourgogne, défend ces royaumes contre les prétentions de Charles II le Chauve, ce dernier s'avance jusqu'à Mâcon mais ne dépasse pas cette limite.



Révolte des Bretons et Louis II le Bègue

En 862, Robert IV de Hesbaye défait une troupe de Vikings au service de Salomon, en prend une autre à sa solde et la lance contre Salomon.

En 862, Robert IV de Hesbaye a à lutter contre Louis II le Bègue, le propre fils de Charles II le Chauve, qu'il a supplanté dans son commandement, et qui, uni aux Bretons et aux seigneurs neustriens, jaloux de la situation prépondérante faite à Robert, ravage l'Anjou. Charles II le Chauve réussit à ramener le calme en combattant sur certains fronts et en payant tribu aux autres.



Répudiation de Theutberge de Bourgogne par Lothaire II de Lotharingie

Mariage de Lothaire II de Lotharingie avec Waldrade de Wormsgau

Annulation du mariage de Lothaire II de Lotharingie avec Waldrade de Wormsgau

Excommunication de Waldrade de Wormsgau

Theutberge de Bourgogne, sa femme, ne lui ayant pas donné d'enfant, Lothaire II de Lotharingie la répudie en 862 avec la connivence de quelques évêques.

Lothaire II de Lotharingie fait condamner Theutberge sous l'inculpation d'inceste, celle-ci est accueillie par Charles II le Chauve.

Lothaire II de Lotharingie épouse le 15 octobre 862 sa concubine Valdrade ou Waltrade ou Waldrade de Wormsgau, fille de Walachon IV, Comte de Wormsgau, et d'Ida de Wormsgau. Leurs enfants sont :

Charles II le Chauve reproche à son neveu Lothaire se remariage. Pour gagner à ce projet ses oncles et ses frères, il se montre très complaisant notamment en assistant Charles II le Chauve dans sa lutte contre les Normands.

Les frères de Theutberge de Bourgogne interviennent auprès du pape Nicolas Ier. Le pape Nicolas Ier refuse ce remariage et envoie ses légats à Metz où réside le roi, pour le contraindre à renoncer. Nicolas Ier excommunie Waldrade de Wormsgau.

Le pape excommunie les archevêques de Trèves et de Cologne, qui avaient annulé le premier mariage et résiste même aux assauts armés de Louis II le Jeune, frère de Lothaire II de Lotharingie.



Échard de Mâcon Comte de Chalon-sur-Saône

Charles II le Chauve investit Échard de Mâcon, rentré en grâce, en 863 du comté de Chalon-sur-Saône.



Paix d'Entrammes

Robert défait deux fois Louis II le Bègue, l'oblige à prendre la fuite et contraint ainsi Salomon à signer avec Charles II le Chauve la paix d'Entrammes en 863.



Onfroi Marquis de Toulouse

Mort de Onfroi Comte d'Autun

Bernard Plantevelue Comte d'Autun

Mariage de Bernard Plantevelue avec Ermengarde d'Auvergne

Eudes Ier Comte de Mâcon et de Dijon

Onfroi devient Marquis de Toulouse en 863.

Onfroi meurt en 863.

Bernard Plantevelue, cousin d'Onfroi, prend possession du comté d'Autun. Il le restera jusqu'en 869.

Bernard Plantevelue épouse en 863 Ermengarde d'Auvergne, fille de Bernard de Septimanie (ou peut-être de Guérin Ier de Vergy) et de Liégarde d'Auvergne, Dame de Châlon et Vergy. Leurs enfants sont :

Eudes Ier, fils d'Arduin Ier, rentre dans les faveurs de Charles II le Chauve et devient Comte de Mâcon et de Dijon en 863.

Le voilà installé sur les deux côtés de la Saône.

En 863, Eudes Ier aide les moines de Glanfeuil fuyant les invasions normandes à s'installer dans la région de Lons le Saunier.


Blason des Comtes de Flandre

Baudouin Ier Bras-de-Fer Marquis ou Comte en Flandre

Charles II le Chauve attribue au forestier la marche de Flandre (Belgique seconde) en bénéfice dotal. Baudouin Ier dit Bras-de-Fer est Marquis ou Comte en Flandre en 863. Baudouin Ier Bras-de-Fer est en fait le dernier comte fonctionnaire de Belgique Seconde.



Mort de Charles de Provence

Louis II le Jeune Roi de Provence

Accord de Mantaille

Lothaire II de Lotharingie Duc de Lyon

Girard II de Paris Conseiller de Lothaire II de Lotharingie

Charles de Provence meurt en 863 sans enfants. Charles II le Chauve voit le royaume de Charles de Provence lui échapper. Louis II le Jeune, frère de Charles de Provence, arrive le premier pour s'octroyer la Provence. Lothaire II de Lotharingie arrivé trop tard, ne peut pas faire respecter l'accord de 859 faisant de lui l'héritier unique.

Un accord est signé le 30 avril 863 au château de Mantaille :

Girard, le régent de l'ex-royaume du défunt, devient le premier conseiller de Lothaire II de Lotharingie.



Traité d'Entrammes

Le Roi de Bretagne Salomon à nouveau vainqueur, impose aux Francs l'existence d'un royaume de Bretagne par le traité d'Entrammes en Mayenne en 863. Salomon acquiert sur les Francs de Charles II le Chauve le Maine et une partie de l'Anjou.



Tentative d'assassinat de Charles II le Chauve par Bernard Plantevelue

Robert IV de Hesbaye Comte d'Autun, d'Auxerre et Nevers

À Pîtres, Bernard Plantevelue tente d'assassiner le roi Charles II le Chauve et ses principaux conseillers et s'enfuit après la découverte du complot. Il se maintient contre tous à la tête du comté d'Autun semant la terreur et le malheur partout.

En 864, Robert IV de Hesbaye prend une part importante au concile de Pitres où il amène prisonnier un des instigateurs de la révolte de Charles d'Aquitaine, fils du roi.

En 864, le souverain dépouille Bernard Plantevelue de ses honneurs qu'il donne à Robert IV de Hesbaye, qui entre en possession d'Auxerre et Nevers, et devient le premier personnage de la Bourgogne.



Conrad II d'Auxerre au service de Lothaire II de Lotharingie

Destitution de Conrad II d'Auxerre du comté d'Auxerre

Mort d'Hucbert d'Arles Marquis de Bourgogne Transjurane et Abbé laïc de Saint-Maurice d'Agaune

Conrad II d'Auxerre Duc de Bourgogne Transjurane

En 864, Conrad II d'Auxerre décide de soutenir son autre cousin royal. Il abandonne sa fidélité à son cousin, Charles II le Chauve et se met au service de Lothaire II de Lotharingie. Conrad II d'Auxerre est destitué du comté d'Auxerre.

En 864 ou 866, près d'Orbe, pour le compte de Lothaire II de Lotharingie, Conrad II d'Auxerre tue Hucbert d'Arles Marquis de Bourgogne Transjurane et Abbé laïc de Saint-Maurice d'Agaune.

En récompense de son acte, Conrad II d'Auxerre reçoit en 864 le duché de Bourgogne Transjurane comprenant les comtés de Genève, de Valais, de Vaud, et de Gex.



Retour de Lothaire II de Lotharingie à son épouse Theutberge de Bourgogne

En 865, Charles II le Chauve, avec le soutien de Louis II le Germanique et du pape, menace Lothaire II de Lotharingie de châtiments, s'il ne revient pas sur son attitude maritale inconvenante pour un monarque. Lothaire II de Lotharingie, de peur de perdre son royaume, accepte toutes les exigences.

Il renvoie sa concubine et reprend son épouse légitime : Theutberge de Bourgogne.

En juillet 865, il rencontre son oncle Charles II le Chauve à Attigny, les deux souverains se sont raccommodés.



Naissance de Godehilde de France

Godehilde de France naît en 865, fille de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans.



Mort de Rorgon II du Maine

Gauzfrid du Maine Comte du Maine

Gauzfrid du Maine Marquis de la Marche normande

Rorgon II du Maine meurt en 865. Gauzfrid devient comte du Maine en 865.

Afin de ramener la paix, Charles II le Chauve retire la marche de normande à Adalard de Fézansac et à ses cousins pour la donner à Gauzfrid du Maine, en échange de sa soumission.

Ragenold d'Herbauges se soumet également.



Mort de Guillaume d'Orléans

Guillaume d'Orléans meurt en 866 décapité pour trahison sur ordre de Charles II le Chauve.



Pillage du Mans

Bataille de Brissarthe

Mort de Robert IV de Hesbaye

Mort de Ramnulf Ier de Poitou Duc d'Aquitaine

Louis II le Bègue Comte d'Autun

Hugues l'Abbé tuteur de Robert Ier de France et Eudes Ier de France

Eudes Ier de France Marquis de Neustrie

En 866, le prince breton Salomon s'est allié au Danois Hasting (Hásteinn) pour une expédition contre l'Anjou, le Maine, et la Touraine. La ville du Mans est saccagée et toute la contrée est ravagée. Louis II le Bègue n'ayant pas su empêcher ce pillage, Robert IV de Hesbaye est rappelé en Neustrie et y reprend ses possessions. Il reçoit, en outre, l'abbaye de Saint-Martin de Tours. Robert IV de Hesbaye parvient à réunir une armée franque alors que les Bretons et Scandinaves se replient avec leur butin. Il a avec lui Ramnulf Ier, Comte de Poitiers, Gauzfrid, Comte du Maine, et Hervé du Maine. Gauzfrid, comte du Maine bat les vikings entre la Loire et le Mans.

Robert, Ramnulf Ier de Poitou et Gauzfrid assiègent les vikings d'Hasting à Brissarthe près Angers.

Une bataille oppose les Francs aux Normands le 15 septembre 866.

Robert IV de Hesbaye et Ramnulf Ier de Poitou sont tués au combat. Robert est tué en repoussant sans casque ni cuirasse une sortie des Vikings qu'il avait enfermés dans l'église.

Hasting n'est pas né en Scandinavie mais dans les environs de Troyes. Toutefois, Hasting préfère embrasser une carrière de mercenaire et de Prince pillard à la tête d'une bande de vikings, au noble métier de paysans qu'exerçaient ses parents sous le joug du servage.

En 866, Charles II le Chauve attribue le comté d'Autun à Louis II le Bègue, son fils, malgré les tentatives de prise du pouvoir par Bernard Plantevelue, toujours présent dans la région.

Eudes n'a que 6 ans. En 866, Hugues L'Abbé, beau-fils de Robert IV de Hesbaye, se voit confier par Charles II le Chauve la tutelle de Robert Ier de France et Eudes Ier de France, les enfants de Robert IV de Hesbaye, ceux-ci étant trop jeunes pour assumer les charges et honneurs de leur père.

Eudes Ier de France hérite du titre de marquis de Neustrie.

Hugues l'Abbé s'acquitte fort bien de son rôle de tuteur et fortifie leur position quant aux places fortes héritées de leur père : Orléans, Meung sur Loire, Blois, et Châteaudun.



Divorce de Louis II le Bègue et d'Ansgarde d'Hiémois

Le roi Charles II le Chauve parvient à faire casser le premier mariage de Louis II le Bègue et d'Ansgarde d'Hiémois par le pape Jean VIII.



Mort de Landri Comte de Saintes

Mort d'Émenon de Poitiers Comte de Poitou

Vulgrin Ier d'Angoulême Comte d'Angoulême et de Périgord

Bernard de Gothie Comte de Poitou

Émenon de Poitiers, Comte de Poitou, livre bataille à Landri, Comte de Saintes, à cause du château de Bouteville, le 14 juin 866.

Landri meurt dans ce combat.

Émenon de Poitiers est blessé et meurt le 22 juin 866. Il est inhumé à l'abbaye de Saint-Cybard ou Saint-Cybar à Angoulême.

L'Aquitaine Seconde est partagée par Charles II le Chauve :

Bernard de Gothie prend progressivement le pouvoir en Poitou sans qu'au début il ait eu d'investiture officielle. Bernard de Gothie, beau-fils de Ramnulf Ier de Poitou, est probablement Comte en 866.



Louis II le Bègue Roi d'Aquitaine

En 867, Charles II le Chauve confit le royaume d'Aquitaine à Louis II le Bègue, son fils.



Eudes Ier Comte d'Autun

En 867, Charles II le Chauve remplace Louis II le Bègue sur le comté d'Autun par Eudes Ier, fils d'Arduin Ier.



Reprise de la souveraineté sur le duché de Bretagne

En 867, Salomon duc de Bretagne, verse un tribut symbolique à Charles II le Chauve et reconnaît sa souveraineté sur ce duché qui était jusqu'alors véritablement indépendant.



Girard II de Paris Comte de Bourges

Girard II de Paris hérite du Comté de Bourges et de ses abbayes. Charles II le Chauve le destitue en 867.



Séparation de Charles II le Chauve et d'Ermentrude d'Orléans

Charles II le Chauve se sépare d'Ermentrude d'Orléans en 867 sans la répudier. Ermentrude d'Orléans se retire à l'abbaye de Hasnon, près de Valenciennes.



Traité de Compiègne

En 868, par le traité de Compiègne, Charles II le Chauve abandonne à Salomon Roi de Bretagne le Cotentin, l'Avranchin ainsi que les îles anglo-normandes.

La Bretagne atteint alors son extension géographique maximale et comprend :

La Bretagne proprement dite comprenant

A partir de 868, Salomon, inquiet des invasions normandes qui se multiplient, reste fidèle à Charles II le Chauve



Lutte de Girard II de Paris contre Charles II le Chauve

En 868, Girard II de Paris s'oppose une nouvelle fois au roi Charles II le Chauve à propos de l'héritage du comté de Bourges.



Hugues l'Abbé Comte d'Auxerre, d'Anjou, de Blois, du Maine, de Tours

Hugues l'Abbé Duc des Francs

Hugues l'Abbé Marquis de la Marche bretonne

En 868, Charles II le Chauve démet Eudes Ier de France de ces honneurs qu'il donne à Hugues l'Abbé.

Hugues l'Abbé devient Comte d'Auxerre, Comte d'Anjou, Comte de Blois, Comte du Maine, Comte de Tours, Duc des Francs et Marquis de la Marche bretonne.



Donation de Vézelay au pape confirmée par Charles II le Chauve

La donation du monastère de Vézelay est confirmée par Charles II le Chauve en 868.



Voyage de Lothaire II de Lotharingie à Rome

Mort de Lothaire II de Lotharingie

Invasion de la Lotharingie par Charles II le Chauve

Charles II le Chauve Roi de Lotharingie

En 869, Lothaire II de Lotharingie a une entrevue à Rome avec le pape Adrien II et lui fait des présents considérables, et en reçoit de grands témoignages d'amitié.

Avant de l'admettre à la communion, le pape lui fait jurer sur l'hostie, ainsi qu'aux seigneurs de sa suite, qu'il a suivi exactement les ordres de Nicolas Ier son prédécesseur, et que sa rupture avec Waldrade de Wormsgau est sincère et sans retour.

Le serment sur l'eucharistie est alors au nombre des épreuves ou jugements de Dieu.

En vertu des paroles de saint Paul, celui qui reçoit indignement le corps et le sang de Jésus-Christ mange et boit son jugement.

On croit en conséquence que quiconque ose ainsi se parjurer mourra infailliblement dans l'année.

Lothaire II de Lotharingie et ses Français, trop avancés pour pouvoir reculer, prononcent le serment redoutable; et Lothaire II de Lotharingie reçoit du pontife :

En quittant Rome, Lothaire II de Lotharingie est atteint d'une fièvre violente.

Il se fait transporter à Plaisance ou Piacenza en Italie.

Lothaire II de Lotharingie meurt le 8 août 869, d'une maladie contagieuse.

On ne manque pas, d'après les préjugés du temps, d'attribuer cette mort à son parjure.

La reine Theutberge de Bourgogne se retire au monastère de Sainte-Glossinde de Metz, dont elle est abbesse et où elle est enterrée.

Hincmar devient conseiller de Charles II le Chauve.

En 869, après la mort de son neveu Lothaire II de Lotharingie, Charles II le Chauve décide d'envahir son royaume.

Charles II le Chauve se laisse sacrer à Metz par Hincmar, Archevêque de Reims.

La lutte reprend entre Girard II de Paris et Charles II le Chauve.

Après des escarmouches dans le Berry, et l'Auxerrois, Girard II de Paris, conseiller de Lothaire II de Lotharingie, regagne ses terres Lyonnaises et s'enferme dans Vienne, car les deux oncles du défunt, Charles II le Chauve et Louis II le Germain, ont des prétentions sur le royaume de leur neveu.



Mort d'Ermentrude d'Orléans

Mariage de Charles II le Chauve avec Richilde d'Ardennes

Ermentrude d'Orléans meurt au couvent de Hasnon le 6 octobre 869.

Charles II le Chauve est veuf d'Ermentrude d'Orléans.

Charles II le Chauve épouse le 12 octobre 869 sa concubine Richilde d'Ardennes.

Leurs enfants sont :



Révolte de Carloman contre Charles II le Chauve

Carloman prisonnier

Carloman se révolte en 869 contre son père qui le fait enfermer à Senlis.



Confirmation du mariage de Charles II le Chauve avec Richilde d'Ardennes

Boson V de Provence Abbé de Saint-Maurice d'Agaune

Le mariage de Charles II le Chauve et de Richilde d'Ardennes est confirmé à Aix-la-Chapelle le 22 janvier ou juin 870.

Charles II le Chauve accorde à son nouveau beau-frère, Boson V de Provence, l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, qui avait été détenue par son oncle maternel Hubert.


Royaume franc après le Traité de Meerseen

Traité de Meerseen

Partage de l'héritage de Lothaire II de Lotharingie

Revendication de la Lotharingie par Hugues le Bâtard

Berthe de Lorraine et Hugues le bâtard, les enfants de Waldrade de Wormsgau, deuxième épouse de Lothaire II de Lotharingie, sont réputés bâtards.

L'héritage de Lothaire II de Lotharingie aurait dû revenir à ses frères.

Mais ses deux oncles, Louis II le Germanique et Charles II le Chauve se rencontrent à Meerseen ou Mersen, dans l'actuel Limbourg (près de Maastricht) le 8 ou le 9 août 870.

Ils se mettent d'accord pour se partager l'héritage de leur neveu Lothaire II.

Eudes, Comte de Troyes, d'Autun est l'un des artisans du traité.

Louis II le Germanique obtient la plus grande partie de la Lotharingie.

L'Alsace est retirée à Hugues le bâtard et est incluse dans la part de Louis II le Germanique.

Sur la Haute-Bourgogne, Charles II le Chauve récupère, le comté de Portois et une partie du comté de Varais avec Besançon.

La Francie occidentale de Charles II le Chauve et la Francie orientale de Louis II le Germanique ont désormais une frontière commune qui suit à peu près les cours de la Moselle et de la Meuse.

Cette frontière ne cessera de fluctuer au fil des siècles et des millions de soldats et de victimes civiles paieront jusqu'à nos jours la disparition de l'état tampon de Lotharingie.

Girard II de Paris refuse ce partage et entre en rébellion contre Charles II le Chauve.

Hugues le Bâtard revendique le royaume de Lothaire II de Lotharingie, son père, et entre en clandestinité.



Lutte de Louis II le Jeune contre les sarrasins

Le partage usurpé de la Lorraine par ses oncles Louis II le Germanique et Charles II le Chauve, ne suffit pas pour détourner Louis II le Jeune de sa lutte contre les sarrasins.

Louis II le Jeune remporte en 870 plusieurs avantages sur des bandes de Sarrasins qui dévastent les Calabres.



Libération de Carloman

Désertion de Carloman

Siège de Vienne

Charles II le Chauve Roi de Bourgogne

Sur ordre du pape Adrien II, Charles II le Chauve libère Carloman, son fils, et l'oblige à le suivre lors de son expédition contre Girard II de Paris en 870.

Carloman abandonne alors son père et, avec une armée de soldats déserteurs, met à sac les régions autour de Reims jusqu'en Belgique.

Charles II le Chauve avec l'appui des archevêques de Lyon et de Vienne, assiège en décembre 870 les armées de Girard II de Paris placées sous le commandement de sa femme Berthe de Tours.

La ville résiste pendant plusieurs mois, mais les troupes royales dévastant la campagne, Girard II de Paris accourt et demande une capitulation honorable.

Girard II de Paris cède Vienne à Charles II le Chauve qui est couronné Roi de Bourgogne à Vienne le 24 décembre 870.

Il incorpore le Lyonnais et le Viennois dans son royaume.

De leur côté, Girard II de Paris et sa femme se retirent à Avignon (où sur leurs terres de Vézelay, les deux hypothèses sont défendues par les historiens) qui avait été leur ancien fief.



Boson V de Provence Gouverneur du Lyonnais et du Viennois

Charles II le Chauve nomme Boson V de Provence en janvier 871, gouverneur du Lyonnais et du Viennois, charge occupée jusqu'alors par Girard II de Paris.



Mort d'Eudes Ier Comte du Varais

Rofroi Comte du Varais

Rofroi Archicomte de Haute-Bourgogne

Boson V de Provence Comte de Troyes

Eudes Ier, fils d'Arduin Ier, Comte du Varais, meurt à l'automne 870 ou en 871.

Boson V de Provence, en compagnie du marquis Bernard de Gothie, est son exécuteur testamentaire.

Le comté de Varais est un ancien comté de la Lotharingie, qui s'étendait autour de Besançon.

Rofroi devient Comte du Varais et exerce un pouvoir archi-comtal sur la Haute-Bourgogne.

Cette unité autour de Rofroi, s'explique en partie par l'absence d'autre cité importante, mais également par la présence de l'archevêché sur cette ville.

Charles II le Chauve confie à Boson V de Provence l'administration du comté de Troyes.



Naissance de Rothilde de France

Rohilde ou Rothildis ou Rothilde de France ou de Neustrie naît vers 871, fille de Charles II le Chauve et de Richilde d'Ardennes.



Boson Comte d'Auvergne et du Berry

En 872, la montée en puissance de Boson V de Provence continue.

Charles II le Chauve, le nomme Conseiller et Chambrier de son fils Louis II le Bègue, Roi d'Aquitaine.

Boson récupère cette année là, les honneurs du comte Gérard d'Auvergne, déposé de ses fonctions, et reçoit le comté du Berry.



Mission diplomatique de Formose en France

Formose entreprend une mission diplomatique en France en 872.

Formose persuade Charles II le Chauve de se faire couronner Empereur d'Occident par le pape.



Victoire sur les Vikings à Angers

Les Bretons de Salomon Roi de Bretagne prête main-forte aux Francs pendant le siège d'Angers, occupés par les Vikings.

Charles II le Chauve vainc puis expulse d'Angers les Vikings en 873.



Carloman à nouveau prisonnier

Charles II le Chauve réussit à faire prisonnier Carloman et, par l'intermédiaire d'Hincmar, l'archevêque de Reims, demande l'excommunication de son fils.

La sentence d'excommunication est approuvée par une grande majorité d'évêques.

Adrien II prend le parti de Carloman mais doit finalement céder devant l'hostilité des évêques de France.



Aveuglement de Carloman

Exil de Carloman

Carloman Abbé d'Echternach

En 873, Charles II le Chauve ordonne l'aveuglement de son fils et son incarcération à Corbie.

Carloman réussit à se réfugier chez son oncle Louis II le Germanique qui le fait abbé d'Echternach.



Mariage de Louis II le Bègue avec Adelaïde de Frioul

Charles II le Chauve la choisit comme épouse pour son fils Louis II le Bègue que tout le monde s'accorde à reconnaître comme laid et bégayant.

Louis II le Bègue épouse en février 875 Aélis ou Adelaïde de Frioul ou de Paris, fille d'Adalard, Comte de Paris.

Leurs enfants sont :


L'Europe vers 875

Mort de Louis II le Jeune Roi d'Italie

Charles II le Chauve Empereur d'Occident

Charles II le Chauve Roi d'Italie

Boson V de Provence Duc d'Italie et de Provence

Louis II le Jeune retourne en Lombardie, où il meurt à Brescia le 12 août 875.

Il ne laisse qu'une fille nommée Ermengarde d'Italie.

Charles II le Chauve, accompagné de Richard le Justicier et de son frère Boson V de Provence, se rend à Rome.

Charles II le Chauve séjourne quelques jours à Besançon en 875, en attendant la succession de son neveu l'empereur Louis II le Jeune.

En 875, face aux appétits de Louis Ier le Germanique et de Charles II le Chauve et se défendant de l'aristocratie romaine, pour éviter toute guerre civile, le pape Jean VIII s'arroge le droit de choisir le nouvel empereur.

Son choix se porte sur Charles II le Chauve, le prince qui lui paraît le plus apte à défendre la papauté contre les raids des sarrasins.

Le 25 décembre 875, le pape Jean VIII consacre Charles II le Chauve et Richilde d'Ardennes du titre d'empereur et d'impératrice.

Charles II le Chauve est couronné roi d'Italie à Pavie.

Charles II réunit une partie de l'Empire carolingien sous son sceptre.

Louis Ier de Germanie refuse le fait accomplit et envahit le royaume jusqu'à l'Aisne mais ne recevant pas l'appuis des Grands qui demeurent fidèle à Charles II, Louis Ier doit battre en retraite.

Charles II le Chauve, nomme son beau-frère Boson V de Provence, Duc d'Italie et Duc de Provence.



Boson V de Provence Vice-roi d'Italie

En février 876, au départ de Charles II le Chauve pour la France, Boson reçoit à Pavie le titre de Vice-roi d'Italie.



Bataille d'Andernach

Charles II le Chauve, méconnaissant les droits du sang, combat ses neveux, les fils de Louis II le Germanique, pour essayer de conquérir la partie orientale de la Lorraine (Lotharii Regnum).

Mais les fils de Louis Ier refusent de se laisser déshériter par Charles II.

Louis III le Jeune est prêt à prouver, par 30 témoins, qu'il n'a pas contrevenu à l'accord passé avec son père.

Charles II le Chauve, feignant d'être disposé à écouter ses justifications, lui accorde une suspension d'armes pendant laquelle il jure de ne rien entreprendre mais il continue sa marche secrètement.

Charles II le Chauve s'avance près d'Andernach pour surprendre Louis III le Jeune et lui crever les yeux.

Mais Louis III le Jeune est averti de cette perfidie par l'archevêque de Cologne.

Le 8 octobre 876, Charles II le Chauve est vaincu par Louis III le Jeune à Andernach.

Charles II accepte de reconnaître la légitimité de ses neveux sur le trône de Germanie et retire ses prétentions.



Charles II le Chauve au secours du pape

En 876, Charles II le Chauve doit partir pour l'Italie, au secours du pape Jean VIII menacé par les Sarrasins du sud de la péninsule italienne.

Charles II le Chauve instaure son fils, Louis II le Bègue, chef du gouvernement du royaume, sous la tutelle d'évêques et de comtes.



Mort d'Échard de Mâcon

Boson V de Provence Comte de Mâcon, de Chalon sur Saône et d'Autun

Échard de Mâcon meurt vers 876 ou 877.

Son testament a été conservé jusqu'à nos jours et nous informe entre autres, du contenu de sa bibliothèque, ainsi que des animaux qu'il possédait pour la chasse : chiens, éperviers, faucons.

Théodoric Nibelung est l'un des exécuteurs testamentaires d'Échard de Mâcon.

Boson V de Provence, neveu de Richilde d'Amiens, l'épouse d'Échard de Macon, reçoit de Charles II le Chauve, son beau-frère impérial, les comtés d'Échard, c'est à dire ceux de Mâcon, de Chalon-sur-Saône.

Thierry le Chambrier s'empare de la villa de Perrecy.



Richard le Justicier et Hugues l'Abbé Missus en Italie et en Provence

Rappelé par Charles II le Chauve en début 877, Boson V de Provence retourne en France.

Boson V de Provence confie jusqu'en 879 le royaume d'Italie et le duché de Provence, (missus en Italie et en Provence) :



Capitulaire de Quierzy ou Quiersy-sur-Oise

Avec la fin de la "paix romaine", les rois et empereurs, qui ne pouvaient être partout à la fois, avaient délégué à chacun de leurs meilleurs guerriers la défense d'une portion du territoire.

Au fil du temps, la plupart des terres de l'empire étaient ainsi passées sous la tutelle d'un seigneur.

En échange des services rendus à leur souverain, ceux-ci pouvaient pleinement jouir des revenus de leurs terres.

Les compagnons d'armes de Charles II le Chauve rechignent à une nouvelle expédition.

Ils appréhendent de quitter les terres qu'ils ont reçu mission de défendre.

Pour rassurer ses compagnons (en latin, comitis, dont nous avons fait comtes), les fidéliser et surtout les inciter à partir avec lui, Charles II le Chauve les réunit à Quiersy ou Quierzy-sur-Oise avant leur départ pour l'Italie.

Le 16 juin 877, il leur présente un capitulaire par lequel il les assure que les droits de leurs fils (leurs biens et titres) sur leurs terres seront préservés au cas où ils viendraient à mourir pendant l'expédition.

Ce capitulaire est une étape significative vers la constitution d'une noblesse héréditaire et ce que les historiens modernes appellent la "société féodale".

Les comtes ne dépendent plus des nominations du souverain et de fonctionnaires, ils deviennent des personnes disposant de pouvoirs administratifs, policiers et fiscaux sur une région de manière relativement autonome donc de moins en moins subordonné au pouvoir royal.

La riche Aquitaine, pillée par les Francs, les Sarrasins et les Normands, rentre dans le régime féodal héréditaire.

Herbert Ier de Vermandois apparaît en 877 à la cour du roi Charles II le Chauve.



Campagne de Charles II le Chauve en Italie contre les sarrasins

Charles qui a été nommé protecteur des Etats Pontificaux intervient en Italie contre les sarrasins qui menacent Rome.

Il doit rapidement se retirer devant l'irruption d'une armée plus nombreuse venu de Germanie levé pour empêcher la prise de contrôle par Charles II de la péninsule.



Soulèvement en Francia occidentalis

Rébellion de Bernard de Gothie

Bernard de Gothie Comte d'Autun

Pendant le séjour de Charles II le Chauve en Italie, la Francia occidentalis se soulève.

En 877, Bernard de Gothie, Hugues l'abbé et de Bernard Plantevelue refusent de reconnaître Louis II le Bègue, fils de Charles II le Chauve, comme son nouveau souverain.

Bernard de Gothie devient Comte d'Autun en 877.

Bernard de Gothie, maître de la Gothie, de la Septimanie, du Berry et de l'Autunois, se comporte en véritable roi.


Louis II le Bègue Louis II le Bègue - Grandes Chroniques de France - Bibliothèque Nationale Paris Louis II le Bègue

Mort de Charles II le Chauve

Louis II le Bègue ou le Fainéant Roi de Francie occidentale

Sacre de Louis II le Bègue

Théodebert Comte de Meaux

Carloman Ier Roi d'Italie

Charles II le Chauve doit rentrer.

Il meurt à Avrieux, près de Modane, dans la vallée de Maurienne, avant d'être revenu le 6 octobre 877.

Il est enterré au monastère de Nantus.

Hincmar est son exécuteur testamentaire.

Sous son règne, la brillante culture carolingienne connut son apogée notamment grâce à ses largesses.

Prince raffiné et cultivé, il fit de sa cour le plus grand centre culturel de l'époque notamment avec Jean Scot Erigène qui y vécut et enseigna de 845 à 867.

Un nombre très important d'écrits date de cette période.

Il ne faut donc pas trop s'empresser de juger ce règne comme le début de la décadence.

Bien au contraire, la puissance carolingienne dura jusqu'à sa mort.

Les 5 enfants de Charles II le Chauve et Richilde sont morts en bas âge.

Les insurgés sont amenés a priori à refuser la couronne à Louis II le Bègue, qu'une santé faible et l'embarras qu'il a de s'exprimer rendent peu redoutable aux factieux.

Comme Louis II le Bègue n'est pas son fils, et que Richilde, veuve de Charles II le Chauve, a le plus vif désir de voir le duc Boson V de Provence, son frère, s'élever jusqu'à la souveraineté, elle se range du coté des mécontents, dans l'espoir que les divisions qui s'annonce servent l'ambition de son frère.

Louis II le Bègue, apprenant à la fois la mort de son père et les dangers qui menace le trône, part d'Orreville, maison de plaisance entre Arras et Amiens, distribue les places et les trésors de son père en faveur de ceux qu'il rencontre, et prodigue l'argent et les grâces pour se faire des partisans.

Cette conduite devient le premier grief qu'allèguent contre lui les seigneurs, convaincus qu'il ne peut rien accorder sans leur consentement.

En effet, depuis l'usurpation de Pépin III le Bref la couronne était devenue élective, et le sacre était regardé comme une condition nécessaire du pouvoir royal.

Louis, non reconnu par les seigneurs, non sacré par les évêques, n'est rien.

Ainsi la France est deux mois dans l'incertitude.

L'impératrice Richilde, s'aperçoit que les mécontents ne la flattent que pour l'éloigner du roi.

Craignant d'avancer la ruine de Boson V de Provence en se pressant trop de l'élever, Richilde montre le testament par lequel Charles II le Chauve appelle son fils Louis à lui succéder.

Richilde lui remit l'épée de Charlemagne, la couronne, le sceptre, le manteau royal.

Ces signes du pouvoir ayant rapproché de lui les esprits divisés, Louis II le Bègue est sacré à Compiègne par Hincmar, Archevêque de Reims, le 8 décembre 877.

Hincmar garde toute son influence.

Théodebert, frère d'Anscharic Évêque de Paris, succède à Louis II le Bègue comme Comte de Meaux en 877.

Carloman Ier de Bavière hérite et devient Roi d'Italie en 877.


Arnulf de Carinthie

Diète de Tibur

Déposition de Charles III le Gros en Francie Orientale

Arnulf de Carinthie Roi de Germanie et de Lotharingie

Arnulf de Carinthie Roi de Lotharingie et d'Italie

À la suite de violentes douleurs de tête, Charles III le Gros subit en février 887 une trépanation pour soulager ses souffrances qui le laisse plus faible et plus maladif encore.

Luitward se réfugie près d'Arnulf de Carinthie et engage ce prince à lever l'étendard de la révolte contre l'Empereur, son oncle.

Charles III le Gros convoque une assemblée des grands et des princes de son empire.

En novembre 887, pour la Saint-Martin, à la Diète de Tibur ou Tribur, non loin de Mayence en Hesse, se réunissent les principaux seigneurs des duchés électeurs allemands de Souabe et de Franconie.

Mais Arnulf de Carinthie s'y présente avec des forces imposantes.

Il fait déposer Charles III le Gros qui se réfugie au monastère de la Reichenau en Souabe.

Charles est déchu de ses titres : Roi de Francie Orientale et Empereur d'Occident.

Son empire est divisé en sept petits royaumes.

Charles III le Gros n'est pas compté dans les rois de France, ce qui explique que Charles III le Simple dont il avait pris le trône portera ensuite le numéro III, après Charles II le Chauve.

Le numéro III du Gros était celui d'empereur d'Occident.

Après avoir perdu tout pouvoir, Charles III le Gros devient obèse, et épileptique.

Les principaux seigneurs des duchés électeurs allemands élisent 15 novembre 887 Roi de Germanie (Francie orientale) Arnulf de Carinthie, Margrave de Carinthie.

Ils obtiennent, la prestation de serment de vassalité (der Lehnseid) par les prétendants du trône de la Francie occidentale.

Arnulf de Carinthie est également proclamé Roi en Lotharingie et Italie.



Mariage d'Hugues de Bourges avec Rothilde de France

Hugues de Bourges épouse Rothilde de France, fille de Charles II le Chauve et de Richilde de Provence.

Leur enfant est :

Des généalogistes attribuent un possible premier époux à Rothilde de France.

Hugues de Bourges est en fait l'oncle de Roger Ier du Maine.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !