Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



22 événements affichés, le premier en 1649 - le dernier en 1700


Philippe IV d'Espagne - peint vers 1652-1655 Marie-Anne d'Autriche, - par Diego Vélasquez- vers 1655 - huile sur toile, 128,8 x 99 cm - Kunsthistorisches Museum de Vienne

Mariage de Philippe IV d'Espagne avec Marie-Anne d'Autriche

Philippe IV d'Espagne est veuf d'Élisabeth de France.

Philippe IV d'Espagne épouse en 1649 Marie-Anne d'Autriche, sa nièce, fille de Ferdinand III de Habsbourg et de Marie-Anne d'Autriche, sœur puînée de Philippe IV d'Espagne. Leurs enfants sont :

Marie-Anne d'Autriche, une jeune fille gaie, devient froide et moins enjouée après son mariage.

Elle est alors assujettit à l'implacable et oppressante étiquette de la cour Espagnole.

Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe IV d'Espagne, et d'Élisabeth de France, n'a que 3 ans de moins que Marie-Anne d'Autriche.

Elle est alors l'héritière de la couronne en l'absence d'héritier mâle.

Johann Eberhard Nithard suit Marie-Anne d'Autriche à Madrid. Il garde son rôle d'Aumônier et de Confesseur.

Johann Eberhard Nithard gagne la confiance de Philippe IV d'Espagne qui le nomme dans une série de commissions qui ont pour but d'améliorer le sort du peuple.

Johann Eberhard Nithard remplit ces tâches mineures à la satisfaction du roi qui, semble-t-il, souhaite le voir créer cardinal. Nithard, l'en dissuade. L'estime du roi n'en est que plus grande.


Élisabeth-Amalie de Hesse-Darmstadt

Mariage de Philippe-Guillaume de Wittelsbach-Neubourg avec Élisabeth-Amalie de Hesse-Darmstadt

Philippe-Guillaume de Wittelsbach-Neubourg est veuf d'Anne Catherine Constance de Pologne.

Philippe-Guillaume de Wittelsbach-Neubourg épouse en 1653 Élisabeth-Amalie de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles II d'Espagne

Charles II d'Espagne ou de Habsbourg surnommé l'ensorcelé (el Hechizado) naît à Madrid le 6 novembre 1661, fils de Philippe IV d'Espagne et de Marie-Anne d'Autriche.

Les mariages consanguins successifs de la famille produisent une telle dégénérescence que Charles est rachitique, maladif et débile. Il ne peut marcher et parler qu'à 5 ans.


Charles II d'Espagne

Mort de Philippe IV d'Espagne

Charles II d'Espagne Roi d'Espagne

Marie-Anne d'Autriche Régente d'Espagne

Philippe IV appelle Johann Eberhard Nithard à son chevet pour le soutenir spirituellement lors de ses derniers moments.

Philippe IV d'Espagne meurt à Madrid le 17 septembre 1665.

L'histoire le retient comme un homme politique médiocre.

Philippe IV compte parmi les mécènes les plus importants et est l'un des plus grands collectionneurs de tous les temps. La collection du Prado lui doit beaucoup.

II fait venir à la Cour, le jeune Vélasquez, à peine âgé de 20 ans, et le soutient tout au long de sa carrière.

Il protège la plupart des peintres espagnols de son époque et commande des œuvres importantes à de nombreux artistes étrangers (Rubens, Poussin, Claude Gellée, Stanzione ...).

Il achète de nombreux tableaux anciens, notamment à la vente des biens de Charles Ier d'Angleterre ou à la succession Rubens.

Charles II d'Espagne devient Roi d'Espagne.

Marie-Anne d'Autriche assure la régence d'Espagne.

Bernardin Gigault est l'envoyé extraordinaire de France à Madrid pour félicité Charles II d'Espagne de son accession au trône.

En sus de son impotence, Charles II d'Espagne a à affronter un conflit sur sa succession opposant :

Ce prince faible sera sans cesse gouverné :



Fortification de Charleroi

Charleroi était autrefois un petit Bourg nommé le Charnoy.

Les Espagnols le fortifient en 1666.

Ils lui donnent le nom de Charleroy ou Charleroi car leur Roy s'appelle Charles II d'Espagne.



Traité entre Léopold Ier de Habsbourg et Louis XIV

Louis XIV s'allie à l'électeur de Brandebourg.

Le 13 janvier 1668, l'empereur Léopold Ier de Habsbourg signe un traité secret avec Louis XIV dans lequel les deux souverains se partagent les possessions de Charles II d'Espagne alors que celui-ci est toujours vivant.

Le partage de l'empire espagnol y est décidé.

Entre autre, La France recevrait une partie des Pays-Bas espagnols (Belgique actuelle).



Majorité de Charles II d'Espagne

Charles II d'Espagne atteint sa majorité en 1675.

Marie-Anne d'Autriche, la régente, gardera cependant le contrôle de l'Espagne jusqu'à sa mort en 1696.


Plan de Cambrai datant de 1710 – les inondations au sud - à l'oues, la porte de Selles, la porte Notre-Dame au nord Codification des attaques des places fortes par Vauban Siège et reddition de la forteresse de Cambrai en avril 1677 par Adam François van der Meulen Philippe de France portant une armure à fleur de lys et le cordon bleu de l'Ordre du Saint-Esprit.

Siège de Cambrai

Siège de Saint-Omer

Forte d'une armée de métier bien payée et bien organisée qui comprend plus de 279 000 hommes, bénéficiant d'une artillerie puissante, la monarchie française est alors la meilleure armée d'Europe.

Face à elle, les places fortes des anciens Pays-Bas espagnols sont défendues par quelques milliers d'hommes, souvent des mercenaires mal payés et des compagnies de bourgeois qui n'offrent que leur courage.

Louis XIV, qui veut assurer à jamais le repos de ses frontières, décide d'en finir avec Cambrai et se porte en personne devant la ville.

Charles II d'Espagne estime plus la place de Cambrai, que tout le reste de la Flandre ensemble.

Elle est fameuse par le nombre des affronts qu'elle a fait souffrir aux Français.

Selon Boileau on juge, en France, que les Espagnols feront tous les efforts pour sauver Saint-Omer et Cambrai, dont la perte risque d'entraîner le reste des Pays-Bas.

Cambrai est isolé et ne peut espérer aucun secours mais la défense de la ville est confortée par :

Le temps, froid, pluvieux et neigeux, rend les conditions difficiles pour les assiégeants.

Les services secrets de Louvois l'ont renseigné sur les sentiments des Cambrésiens : ils ne sont pas belliqueux et n'ont pas d'attaches particulières avec l'Espagne.

Le 22 mars 1677, Louis XIV et François III d'Aubusson, s'installent à Awoingt d'où il dirige le siège.

François-Henri de Montmorency-Bouteville prend position à la Marlière.

Guy Aldonce II de Durfort s'installe au château d'Escaudœuvres.

Armand-Frédéric de Schomberg prend position à Ramilliesn.

La suite de Louis XIV comprend aussi Louvois et Simon Arnauld d'Andilly et le père de la Chaise, confesseur du roi.

Nicolas Chalon du Blé, Henri de Guise-Lorraine et Yves d'Alègre participent à ce siège.

César III Auguste de Choiseul participe à ce siège, sous les ordres de Philippe Ier d'Orléans

L'armée française est composée de 38 bataillons d'infanterie et 48 escadrons de cavalerie, soit plus de 40 000 hommes.

Les défenseurs de Cambrai sont au nombre de 4 000.

Vauban, qui commande les opérations, entreprend la réalisation de lignes de circonvallation et de contrevallation entourant la place :

Le front nord de Cambrai est vulnérable.

Profitant de cette faiblesse, les Français ouvrent une tranchée du côté de la porte Notre-Dame.

7 000 paysans viennent de Picardie aident aux travaux d'approche qui avancent rapidement.

Des buttes sont construites afin de placer, pour une meilleure performance, les canons au niveau de la contre-escarpe.

Le 30 mars 1677 les premières batteries se mettent à battre en brèche 3 demi-lunes et le corps de la place.

Le 1er avril 1677 les troupes françaises attaquent les 3 demi-lunes.

Le 2 avril 1677 les troupes françaises investissent l'une des demi-lunes entre la porte de Selles et la Porte Notre-Dame.

Le 5 avril 1677, la ville se rend après que les troupes françaises ont sapé les fortifications.

La garnison se réfugie dans la citadelle.

Les Français ouvrent alors une tranchée sur l'esplanade.

Dans la nuit du 11 au 12 avril 1677, 150 Français sont tués.

En réponse le roi fait saper les fortifications à 3 endroits au niveau du bastion Saint Charles.

Le gouverneur refuse toutefois de se rendre.

Le 17 avril 1677, le commandement français indique que deux autres mines vont de manière imminente écrouler les fortifications.

Le gouverneur Pedro de Zavala, blessé à la jambe durant les combats, fait battre la chamade et capitule.

Le roi apprend la nouvelle alors qu'il assiste, à Awoingt, à la messe officiée par le père de la Chaise.

Le 19 avril 1677, après les négociations d'usage, Pedro de Zavala, porté sur une litière en raison de sa blessure, remet les clefs de la citadelle à Louis XIV, après un siège de 29 jours.

On lui rend les honneurs pour sa belle défense.

Les combats de la citadelle ont fait plus de 1 200 blessés.

Les 2 000 Espagnols encore valides quittent la place tambours battant, mèches allumées, enseignes déployées.

Le 20 avril 1677, Louis XIV entre dans la ville et fait chanter le Te Deum dans l'église cathédrale puis visite la citadelle, qu'il ne trouve pas aussi forte qu'il le croyait.

Le 21 avril 1677, Louis XIV nomme le marquis de Cezen gouverneur de la ville.

Celui-ci nomme 14 nouveaux échevins tout en gardant le même prévôt.

Les jours suivants Louis XIV quitte Cambrai pour rejoindre Douai.

L'évènement grandit la gloire du roi en raison de l'ancienneté de la ville et du prestige de son archevêché.



Politique des Réunions

Dès la fin de la Guerre de Hollande, Louis XIV de France se lance dans la politique des Réunions.

Le roi s'appuie sur les parlements des cités frontalières comme, par exemple, ceux de Metz ou de Besançon, qui forment des commissions, les Chambres de réunion.

S'étant penché sur leurs archives et les différents traités de paix, les parlementaires s'aperçoivent qu'un certain nombre de territoires ayant fait partie de leur ressort n'en font plus partie et s'en plaignent à la cour.

Cette situation est jugée abusive par Louis XIV qui, en pleine période de paix et sans déclarer de guerre, décide de recouvrer ces territoires qui devraient légalement lui appartenir...

Le roi applique la stratégie du coup de poing en s'emparant de force des villes et des forteresses qu'il revendique sachant Charles II d'Espagne impuissante et Léopold Ier de Habsbourg paralysé par l'avance Ottomane.



Raimondo Montecuccoli Prince de l'Empire

Raimondo Montecuccoli Duc de Melfi

En 1679, Raimondo Montecuccoli est fait Prince de l'Empire et reçoit le duché de Melfi de Charles II d'Espagne.



Mariage de Charles II d'Espagne avec Marie-Louise d'Orléans

Marie-Anne d'Autriche ne peut empêcher le mariage de Charles II d'Espagne, son fils, avec une nièce de Louis XIV.

Charles II d'Espagne épouse dans la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau par procuration le 31 août 1679 Marie-Louise d'Orléans, fille de Philippe Ier d'Orléans et d'Henriette-Anne Stuart.

Marie-Louise d'Orléans se fait la championne de la politique impérialiste de la France, inclinant Charles II d'Espagne à demeurer neutre.



Gouvernement du Duc de Medinaceli

Comme Charles II d'Espagne est incapable de gouverner seul, il est aidé par le Duc de Medinaceli de 1680 à 1685.


René Robert Cavelier de La Salle La flotte de Cavelier de La Salle en 1684 - peint en 1844 par Théodore Gudin - La Belle sur la gauche, Le Joly au centre et L'Aimable échoué à droite

René Robert Cavelier de La Salle Gouverneur de la Louisiane

René Robert Cavelier de La Salle se rend en France et y rétablit complètement son crédit auprès de Jean-Baptiste Antoine Colbert et du roi. Il est remis en possession du fort Frontenac et du fort Saint-Louis.

Louis XIV apporte son soutien à René Robert Cavelier de La Salle pour monter une expédition afin de s'assurer une meilleure maîtrise de la France sur l'Amérique du Nord et également de surveiller les mines d'argent du Mexique qui alimentent les caisses de Charles II d'Espagne.

Avec le titre de gouverneur de la Louisiane, René Robert Cavelier de La Salle quitte donc le port de La Rochelle le 24 juillet 1684 à la tête d'une grande expédition.

Le Roi-Soleil lui accorde le navire de guerre le Joly et la barque longue La Belle.

Pour transporter les quelque 300 colons, soldats et hommes d'équipage, René Robert Cavelier de La Salle doit louer deux autres navires : la frégate L'Aimable et le ketch Le Saint-François.

Le Saint-François tombe aux mains de corsaires espagnols aux Indes occidentales, au large d'Hispaniola.

Les navires dépassent l'embouchure du Mississippi et continuent pendant 2 semaines de longer la côte vers l'ouest.

Arrivée près de la baie de Matagorda, au Texas, René Robert Cavelier de La Salle se rend compte de son erreur et décide de faire relâche dans la baie. Lors de la manœuvre L'Aimable s'échoue sur un banc de sable, et coule. La quasi totalité de sa cargaison est perdue.



Gouvernement du Conde de Oropesa

Comme Charles II d'Espagne est incapable de gouverner seul, il est aidé par le Conde de Oropesa de 1685 à 1691.



Mariage par procuration de Charles II d'Espagne avec Marie-Anne de Neubourg

Le mariage par procuration de Charles II d'Espagne et de Marie-Anne de Neubourg a lieu le 28 août 1689 à Ingolstadt en Bavière, en présence de Léopold Ier de Habsbourg et d'Éléonore de Neubourg, sœur de Marie-Anne.


Marie-Anne de Neubourg

Mariage de Charles II d'Espagne avec Marie-Anne de Neubourg

Marie-Anne de Neubourg est assez attirante, grande, élancée, d'un physique agréable et rousse, mais égoïste et hautaine.

Charles II d'Espagne épouse à San Diego, près de Valladolid, en 1690 Marie-Anne de Neubourg.

Les deux mariages de Charles II d'Espagne resteront stériles, le roi étant notoirement incapable d'engendrer.

Le désespoir de la cour d'Espagne de ne pas voir naître d'héritier va jusqu'à faire exorciser le roi.

Pendant le règne, Marie-Anne de Neubourg fait subir à son époux des crises de colères et des grossesses imaginaires.



Maximilien II Emmanuel de Bavière Gouverneur des Pays-Bas espagnols

En 1692, Charles II d'Espagne nomme Maximilien II Emmanuel de Bavière Gouverneur des Pays-Bas espagnols.

Il le restera jusqu'en 1706.

Son principal conseiller est le vice-gouverneur et Comte Jean de Brouchoven.



Gouvernement du Conde de Oropesa

Comme Charles II d'Espagne est incapable de gouverner seul, il est aidé à nouveau par le Conde de Oropesa de 1695 à 1699.


Conquêtes de Louis XIV de France sur l'Espagne et l'Empire

Traité de Ryswick

Fin de la Guerre de la ligue d'Augsbourg

Philippe V d'Espagne héritier du trône d'Espagne

Léopold Ier de Lorraine Duc de Lorraine et de Bar

Léopold Ier de Lorraine reçoit un commandement dans l'armée du Rhin en 1697.

Jean-Baptiste Colbert de Torcy négocie avec Simon Arnauld d'Andilly, son mentor et beau-père.

Ces traités de Rijswijk ou Ryswick, dans les faubourgs de La Haye, mettent fin à la Guerre de la ligue d'Augsbourg entre Louis XIV et la Grande Alliance.

Louis XIV manœuvre habilement :

Les négociations traînent en longueur. Louis XIV fait un ultimatum aux coalisés. La paix doit être signée avant le 20 septembre 1697.

La France signe trois premiers traités le 20 septembre 1697 avec respectivement les Provinces-Unies, l'Angleterre et l'Espagne.

Louis XIV accepte de reconnaître Guillaume III d'Orange-Nassau comme roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume III.

Louis XIV accepte de rendre la plus grande partie des Pays-Bas espagnols, la Catalogne et Barcelone à Charles II d'Espagne.

Son calcul est de ménager l'opinion espagnole, afin de préparer la succession d'Espagne. Avec l'appui de la cour de Madrid, Charles II d'Espagne désignera Philippe d'Anjou, petit-fils de Louis XIV, comme héritier

Les Provinces-Unies signent des accords commerciaux avec la France et obtiennent le droit d'entretenir des garnisons dans certaines forteresses des Pays-Bas espagnols.

L'Espagne reconnait l'occupation par la France de l'ouest de l'île de Saint-Domingue (pars occidentalis).

Cela permettra à la France d'être le premier producteur mondial de sucre dès les années 1740. Le sucre étant une denrée fort chère et exportable, Louis XIV renforce ainsi les intérêts des négociants français, situés notamment à Bordeaux, Nantes et Lorient, et préoccupés par le commerce atlantique.

Un délai supplémentaire est accordé à Léopold Ier de Habsbourg. Un second traité est signé avec le Saint Empire romain germanique le 30 octobre 1697.

Louis XIV rend la Lorraine à Léopold Ier de Lorraine qui devient effectivement Duc de Lorraine et de Bar, mais la Lorraine doit rester neutre.

Louis XIV annexe définitivement la Sarre, les quatre-cinquième de l'Alsace (Strasbourg, villes de la Décapole, Basse-Alsace).

La France obtient une compensation financière pour ses droits sur le Palatinat.

Le traité est ratifié le 13 décembre 1697.


Joseph-Ferdinand de Bavière

Joseph-Ferdinand de Bavière Héritier du trône d'Espagne

En 1698, Charles II d'Espagne désigne comme héritier du trône d'Espagne et des possessions espagnoles Joseph-Ferdinand de Bavière.

De tous les prétendants, le jeune infant est d'après Louis III de Rouvroy de Saint-Simon le plus fort en droit, le plus faible en puissance.



Gouvernement du Cardinal Fernández de Portocarrero

Comme Charles II d'Espagne est incapable de gouverner seul, il est aidé par le Cardinal Fernández de Portocarrero de 1699 à 1700.


Philippe V d'Espagne

Mort de Charles II d'Espagne

Philippe V d'Espagne Roi d'Espagne

Louis le Grand Dauphin réclame avec une vigueur inaccoutumée pour son fils Philippe V d'Espagne, l'héritage de la couronne d'Espagne sur laquelle sa mère lui a donné des droits.

Charles II d'Espagne, descendant de Charles Quint, meurt à Madrid le 1er novembre 1700 sans descendance, éteignant avec lui la branche espagnole de la maison des Habsbourg.

Jean-Baptiste Colbert de Torcy négocie alors le testament du roi Charles II d'Espagne.

Par testament, Charles II d'Espagne fait de Philippe V d'Espagne, fils de Louis le Grand Dauphin et de Marie-Anne-Christine de Bavière, son héritier.

Philippe V d'Espagne tient ses droits au trône espagnol de Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683), sa grand-mère.

Du 9 au 11 novembre 1700, Louis XIV tient à Fontainebleau, chez Françoise d'Aubigné, plusieurs conseils et prend la décision d'accepter ce testament. Louis XIV réalise ainsi son rêve de mettre un membre de la dynastie des Bourbon (son petit-fils en l'occurrence) sur le trône d'Espagne.

Philippe V d'Espagne devient roi d'Espagne.

Louis-Auguste de Bourbon et à Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé donnent au château de Sceaux une fête brillante pour célébrer le départ de Philippe V d'Espagne.

Malgré de nombreux renversements suivis de restauration, la Maison Bourbon conservera la couronne d'Espagne jusqu'à notre époque. L'actuel roi d'Espagne, Juan Carlos Ier, est un descendant de Louis XIV.

À la mort du dernier Habsbourg d'Espagne, l'ordre de la Toison d'or est scindé en deux branches, pour exister simultanément en Espagne et en Autriche.

Charles II d'Espagne demande par testament que Marie-Anne de Neubourg, sa veuve, reçoive une rente correcte chaque année, et qu'elle soit traitée avec respect par son successeur.

Cependant, Philippe V d'Espagne, ordonne que Marie-Anne de Neubourg quitte Madrid avant son entrée dans la capitale.

Marie-Anne de Neubourg n'a pas d'autre choix que de se réfugier à Tolède où elle habite dans le vieil et sinistre Alcazar où sa situation s'avère très difficile.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !