Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



17 événements affichés, le premier en 1464 - le dernier en 1511



Mariage de Charles Ier d'Amboise avec Catherine de Chauvigny

Charles Ier d'Amboise épouse en 1464 ou en 1470 Catherine de Chauvigny. Leurs enfants sont :


Vitrail des Célestins de Rouen sur lequel sont représentés - soit la belle-mère la femme et ja belle-sœur de Louis Malet de Graville - soit sa femme et deux de ses filles Louis Malet de Graville et ses fils

Mariage de Louis Malet de Graville avec Marie de Balsac

Louis Malet de Graville épouse dans les années 1470 Marie de Balsac. Leurs enfants sont :

Le Parlement de Paris reçoit des plaintes de Jeanne Malet de Graville, car René d'Illiers vend ses terres. Il est ordonné qu'elle reçoive par provision le château de Marcoussis et 3.000 livres de rente,

Marie de Balsac ou Balzac est la fille de Roffec ou Rossec II de Balsac, Seigneur de Glisenave, et peut-être de Jeanne d'Albon, descendante de Guigues IV d'Albon.

Rossec II de Balsac est sénéchal de Nîmes et Beaucaire, capitaine de 10 hommes d'armes et de 4.000 francs-archers, gouverneur du Pont-Saint-Esprit, chevalier de l'ordre de Saint-Michel, conseiller et chambellan du roi Louis XI.

Louis Malet de Graville est comblé de dons par Louis XI, qui lui accorde la seigneurie de Chastres en 1470.

La seigneurie de Chastres-Arpajon appartient au seigneur de Marcoussis.

Louis Malet de Graville autorise le marché et fait construire une halle au croisement des routes de Paris à Étampes et de Dourdan à Corbeil.



Naissance de Charles II d'Amboise

Charles II d'Amboise naît en 1473, fils de Charles Ier d'Amboise et de Catherine de Chauvigny.



Retour de Ludovic le More

Révolte des Milanais

Ludovic le More à nouveau Duc de Milan

Ludovic le More Prisonnier

Ludovic le More quitte l'Autriche et revient sur Milan avec une armée de 20 000 hommes.

L'annonce de ce retour provoque le 25 janvier 1500 des soulèvements à Milan et dans d'autres villes, durement opprimée par Jacques de Trivulce.

Les Français se replient prudemment sur Novare.

De février à mars 1500, Ludovic le More reprend Milan puis Pavie, Parme, Vigevano et Novare que les Français sont autorisés à quitter, et Saint Ambroise.

Ludovic le More reprendre son trône de Duc de Milan.

Louis XII désigne Louis II de La Trémoïlle comme son lieutenant-général en Milanais pour reconquérir le duché.

D'autres troupes françaises franchissent les alpes.

Louis XII envoie aussi Georges d'Amboise.

Jacques de Trivulce mène une nouvelle campagne.

Ludovic le More n'ayant pas soldé ses mercenaires, ces derniers refusent de combattre les Français.

Au siège de Novare, Louis II de La Trémoïlle réussit à défaire l'armée milanaise.

Ludovic le More tente de quitter la ville caché parmi les mercenaires suisses, mais est trahi par l'un d'entre eux qui le vend aux français le 8 avril 1500.

Livré au général français Louis II de La Trémoïlle le 10 avril 1500, Ludovic le More est envoyé en France et enfermé au château de Loches.

En juin 1500, Louis II de La Trémoïlle estime qu'il a rempli sa mission et il rentre en France, en déclinant les offres de Louis XII, qui lui propose de devenir vice-roi ou gouverneur de la nouvelle province de Milan.

Georges d'Amboise fait nommer son neveu Charles II d'Amboise de Chaumont comme gouverneur du duché de Milan.

À Milan, un Sénat mi-français, mi-italien est mis en place.

Avec l'aide de la France, César Borgia prend possession de la totalité de la Romagne pontificale.



Charles II d'Amboise Lieutenant Général en Lombardie

Charles II d'Amboise Vice-roi de Lombardie

Charles II d'Amboise devient Lieutenant Général en Lombardie en 1501.

Charles II d'Amboise devient Vice-roi de Lombardie.



Charles II d'Amboise Grand-maître de France

Charles II d'Amboise devient Grand-maître de France en 1502.



Jean II de Nicolaï Grand chancelier de Naples

Entrée de Louis XII dans Gênes

L'accord entre Louis XII et Ferdinand II d'Aragon prend fin en début 1502.

Français et Espagnols n'attendant qu'un faux mouvement de l'autre pour se déclarer la guerre.

Louis XII nomme Jean II de Nicolaï Grand chancelier de Naples en 1502, et lui confie le gouvernement civil.

En juin 1502, Français et Espagnols ne s'entendent pas sur le partage du royaume de Naples.

Commence une guerre confuse menée par Louis d'Armagnac, Duc de Nemours, et le général Gonzalve de Cordoue

De juillet à septembre 1502, Louis XII fait un voyage en Italie, sans aller dans le Sud.

Charles II d'Amboise, Jacques de Trivulce et Pierre de Rohan-Guémené accompagnent Louis XII lors de son entrée solennelle dans Gênes le 26 août 1502.



Mariage de Charles II d'Amboise avec Jeanne Malet de Graville

Charles II d'Amboise épouse Jeanne Malet de Graville, fille de Louis Malet de Graville et de Marie de Balsac.

Leurs enfants sont :



Naissance de Georges III d'Amboise

Georges III d'Amboise naît en 1503, fils de Charles II d'Amboise et de Jeanne Malet de Graville.



Liaison de Charles II d'Amboise

Charles II d'Amboise a une liaison. Son enfant est :

Ce fils naturel est à l'origine de la famille d'Amboise qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours.

Charles II d'Amboise envoie Michel d'Amboise dans sa seigneurie de Sagonne près de Meillant pour qu'il soit élevé avec Georges III d'Amboise, son autre fils, de deux ans plus âgé.


Charles II d'Amboise

Charles II d'Amboise Maréchal de France

Charles II d'Amboise, Seigneur de Chaumont, de Meillan et de Charenton, est fait Maréchal de France en 1506 par Louis XII.



Léonard de Vinci à Milan

En 1506, Charles II d'Amboise fait venir à Milan Léonard de Vinci, qu'il a en grande estime.

De 1507 à 1508, Léonard de Vinci peint de magnifiques œuvres telles que La vierge aux rochers et La Sainte-Anne.

Mais en plus, il réalise pour le compte de Charles II d'Amboise des travaux d'hydraulique, des statues, et même les plans de son nouveau palais.



Révolte à Gênes

Siège de Gênes

En 1507, les habitants de la ville de Gênes se révoltent. Louis XII est réclamé par la population.

En avril 1507, Bayard force le passage des Apennins devant Gênes.

Charles III de Bourbon accompagne Louis XII à Gênes. Charles IV d'Alençon y fait sa première campagne.

Louis II de La Trémoïlle et Charles de La Trémoïlle, son fils, se distingue lors de cette expédition de Gênes.

Favori de François Ier de France, Guillaume Gouffier se concilie sa faveur par le courage qu'il déploie lors de ce siège.

Jacques II de Chabannes commande en 1507 l'avant-garde de l'ost français au siège de Gênes, au cours duquel il est grièvement blessé.

Charles II d'Amboise réprime la révolte des Génois.



Charles II d'Amboise Amiral de France

Louis Malet de Graville tuteur des enfants deJacques de Vendôme

En 1508, Louis Malet de Graville cède à Charles II d'Amboise de Chaumont, son gendre, sa charge d'amiral de France.

Jacques de Vendôme, époux de Louise Malet de Graville, laisse en 1508 ses 3 enfants, Louis, Charles et Louise, sous la tutelle de l'amiral Louis Malet de Graville, leur grand-père.

Louis Malet de Graville se retire dans son château de Marcoussis.



Bulle d'excommunication contre Venise

Bataille d'Agnadel

Bartolomeo d'Alviano Prisonnier

Prise de Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera

Siège de Padoue

Jacques II de Chabannes est envoyé au secours de Maximilien Ier de Habsbourg.

Le 15 avril 1509, l'armée française quitte Milan.

Jules II fulmine une bulle d'excommunication contre Venise, le 27 avril 1509.

Les Vénitiens refusent de céder à l'ultimatum papal et la guerre éclate.

Commandées par Louis XII en personne, l'armée française franchit la frontière lombarde le 9 mai 1509.

Philippe de Savoie-Nemours, Antoine II de Lorraine, Charles III de Bourbon, Charles IV d'Alençon, Jacques de Trivulce, Charles II d'Amboise, Louis II de La Trémoïlle et son fils Charles de La Trémoïlle participent à cette Campagne.

Venise lève une armée de mercenaires commandée par Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano, les cousins Orsini. Cette armée composée de 30 000 fantassins et 2 000 cavaliers, stationne devant Bergame. Ils reçoivent l'ordre d'éviter toute confrontation directe et de s'en tenir à des démonstrations et des escarmouches pour harceler l'ennemi.

Le 9 mai 1509, Louis XII, à la tête de 30 000 hommes dont 6 000 Suisses et 2000 cavaliers, fait traverser l'Adda à son armée, à hauteur de Cassano d'Adda. Charles II d'Amboise commande l'avant-garde.

Bartolomeo d'Alviano est partisan d'enfreindre les consignes des doges et d'attaquer de front l'envahisseur.

Mais finalement, Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano qui campent sous les remparts de Treviglio, se décident à décrocher sur le Pô afin de tenir des positions plus solides.

Le 14 mai 1509, alors qu'il fait marche vers le sud, Bartolomeo d'Alviano se heurte à un détachement français commandé par Charles II d'Amboise, qui stationne ses troupes autour du village d'Agnadel.

Bartolomeo d'Alviano range son armée, environ 8 000 hommes, en ordre de bataille, sur un coteau surplombant un vignoble.

Les vénitiens engagent l'action qui est reçu par l'avant-garde Française.

Charles II d'Amboise répond par une charge de cavalerie, puis fait monter les piquiers suisses à l'assaut. Ses troupes sont ralenties dans l'ascension de la colline par le franchissement d'un fossé de drainage et par la pluie. Les positions vénitiennes soutiennent le premier choc.

Niccolò di Pitigliano est déjà plusieurs kilomètres au sud. Il reçoit un message de Bartolomeo d'Alviano l'appelant à la rescousse. Il fait répondre qu'il vaut mieux interrompre la bataille, et poursuit sa marche vers le sud.

Le gros de l'armée française arrive à Agnadel et encercle Bartolomeo d'Alviano.

Les bataillons Français et Vénitiens se combattent dans une terrible mêlée, sans pouvoir presque se reconnaitre, et dans un tel tumulte que les ordres sont à peine entendus par les soldats.

Louis XII fait disposer son artillerie dans les broussailles, hors de la vue des ennemis. Il les fait tirer, éclaircissant les rangs Vénitiens.

Il fait alors donner la gendarmerie Française, qui est alors la plus redoutable d'Europe, mettant en fuite les forces ennemies.

Bartolomeo d'Alviano est renversé de son cheval et reçoit un coup de lance qui lui fait perdre l'œil. Il est fait prisonnier.

Les Français, notamment le chevalier Bayard, s'illustrent aux côtés de leurs alliés.

La cavalerie vénitienne s'enfuit, puis en l'espace de 3 heures, l'armée vénitienne est détruite et compte 4 000 morts.

L'issue de la bataille est connue de Niccolò di Pitigliano dans la soirée. Au matin, la moitié de ses troupes ont déserté.

Une Chapelle des Morts ainsi qu'une stèle commémorative rappellent encore aujourd'hui la bataille d'Agnadel.

Confronté à l'avance inexorable de l'armée française, Niccolò di Pitigliano précipite se retraite sur Trévise et Venise, laissant Louis XII prendre possession de toute la Lombardie.

Louis XII s'empare immédiatement des villes lombardes qui lui reviennent : Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera.

Charles IV d'Alençon participe aux prises de Bergame, de Caravaggio, de Borromeo et de Crémone.

La victoire française met la République de Venise à la merci d'une invasion, voire d'une disparition.

Machiavel a pu dire de cette bataille qu'en un jour les Vénitiens ont perdu ce qu'ils avaient mis 800 ans à arracher.

Maximilien Ier de Habsbourg fait de même avec les siennes et Jules II occupe la Romagne.

Les troupes vénitiennes se ressaisissent.

Le 15 juillet 1509, les Vénitiens qui s'étaient fortifiés dans Trévise, assiège Padoue sous les ordres d'Andréa Gritti.

En septembre 1509, ils reprennent Padoue.

Maximilien Ier de Habsbourg vient mettre le siège devant Padoue le 15 septembre 1509, mais doit le lever 17 jours plus tard.



Mort de Charles II d'Amboise Maréchal de France

Charles II d'Amboise meurt à Correggio en Lombardie le 11 février 1511. Il est inhumé en la chapelle des Cordeliers d'Amboise. Sa tombe est en cuivre émaillé. Deux figures de chevaliers sont gravées dessus : l'une d'elles porte l'ancre d'amiral.

Le chroniqueur Jean d'Authon écrit : Mort le prit un peu bien tôt car il fut homme de bien toute sa vie, un sage, vertueux et avisé seigneur de grande vigilance et bien entendant les affaires.

Louis Malet de Graville est rétabli Amiral de France à la mort de Charles II d'Amboise, son gendre.

Après la mort de Charles II d'Amboise, son père, Michel d'Amboise, sans fortune, est pris en charge par Georges III d'Amboise, son frère.



Jacques II de Chabannes Grand maître de France

Concile de Pise

Prise de Bologne

Concile de Ravenne

Christopher Bainbridge Cardinal

Maladie de Jules II

En 1511, pendant le conflit contre les espagnols et le pape Jules II, Jacques II de Chabannes succède à Charles II d'Amboise à la tête des troupes françaises en Italie.

Jacques II de Chabannes obtient également la prestigieuse charge de Grand maître de France.

Gaston de Foix reçoit alors le commandement de l'armée royale en Italie.

Il méritera par ses hauts faits d'être surnommé le Foudre d'Italie.

Quand le jeune Gaston de Foix arrive en Italie pour prendre le commandement de l'armée française, Jacques II de Chabannes le seconde.

Un groupe de cardinaux pro-français convoque à Pise un concile destiné à destituer Jules II.

Sous les ordres de Gaston de Foix, Jacques II de Chabannes se porte aux secours des bolognais assiégés par les troupes espagnoles. Il réussit à faire lever le siège,

En mai 1511, Louis XII prend Bologne où Jules II est installé. Il a quitté la ville quelques jours auparavant.

En réponse, Jules II convoque un autre concile à Ravenne.

Jules II riposte par sa bulle Sacrosanctæ en excommuniant les membres du concile de Pise.

Durant ce concile, il crée plusieurs nouveaux cardinaux, dont Christopher Bainbridge au titre de cardinal de Saint-Praxed.

La maladie de Jules II, en 1511, donne l'idée à Léon X de se porter candidat à sa succession.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !