Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



198 événements affichés, le premier en 550 - le dernier en 1851



Soumission de la Bavière

Vers 550, Théodebald d'Austrasie soumet la Bavière.

Il nomme Garibald Ier de Bavière gouverneur.

Le pays des Bavarois devient ainsi une marche orientale du royaume mérovingien.

Il le restera jusqu'à Charlemagne.


Arnould de Metz

Arnould de Metz Évêque de Metz

Clotaire II récompense ses fidèles et invite expressément Arnould de Metz à accepter le siège épiscopal de l'évêché de Metz qui est la capitale du royaume d'Austrasie.

Arnould de Metz devient le 29e Évêque de Metz de 613 ou 614 à 628 ou 629.

Arnould de Metz fait preuve d'un dévouement dans l'accomplissement de ses attributs.

Il est pour cela très apprécié et Clotaire II continue à l'associer au gouvernement de l'Austrasie.

Dode Ferreol entre au couvent puisqu'un évêque ne peut être marié.

Clotaire II nomme Arnould de Metz précepteur de Dagobert Ier de France, son fils.

Il est domesticus, c'est-à-dire conseiller de celui-ci.

L'écrivain Paul Diacre rapporte une scène qu'il tient de la bouche de Charlemagne.

Arnould de Metz, faisant preuve d'humilité, passant sur un pont de la Moselle jette dans le fleuve un anneau.

Il dit : Je croirai que Dieu m'a pardonné mes péchés quand je retrouverai cet anneau.

Quelque temps après, on retrouve l'anneau dans les entrailles d'un poisson, servi à la table épiscopale.

Le trésor de la cathédrale de Metz comporte un anneau, en or fin massif, d'un travail assez grossier, comportant une agate d'onyx sur laquelle est gravé un poisson engagé dans une nasse autour de laquelle se noient deux autres poissons.

Enlevé en 1793 avec les vases sacrés de la cathédrale, il est racheté par un des officiers de la monnaie.

Il sera rendu au trésor en 1846.


Dagobert Ier de France -Sculpture de 1838-1839 de Jean Duseigneur, en marbre blanc au château de Versaille Dagobert Ier

Mort de Caribert II

Chilpéric Roi d'Aquitaine

Mort de Chilpéric Roi d'Aquitaine

Dagobert Ier de France Roi des Francs

La conquête de la Vasconie s'achève à peine lorsque Caribert II meurt le 8 avril 632.

Il est inhumé à Saint-Romain-en-Blaye.

Chilpéric, son fils, lui succède.

Chilpéric, fils de Caribert II, meurt, est assassiné peu de temps après, peut être sur ordre de Dagobert Ier de France.

On a longtemps affirmé que Chilpéric aurait survécu et qu'il était l'ancêtre des princes d'Aquitaine de la famille d'Eudes en se basant sur la fausse charte d'Alaon (un faux du XVIIe siècle).

Cette affirmation n'est pas crédible et la famille d'Eudes, prince d'Aquitaine, n'est pas descendante des Mérovingiens comme les noms employés par les membres de la dynastie semblent le montrer.

Dagobert Ier de France devient Roi de tout le royaume Franc en 632 et établit sa capitale à Paris.

L'unité de l'empire franc est alors rétablie sous le sceptre de Dagobert.

Ses conseillers sont Didier et Éloi de Noyon, son trésorier .

Mais les Basques reprennent l'offensive.

L'Aquitaine devient duché en 632.

Elle le restera jusqu'à sa soumission par Charlemagne en 769.

Madelgaire est officier à la cour de Dagobert Ier de France remplit des missions que lui confie le Roi :



Mariage de Pépin III Le Bref avec Berthe Au Grand Pied

Pépin III Le Bref épouse en 740 ou vers 744 ou 749 Berthe Au Grand Pied. Leurs enfants sont :



Naissance de Guillaume Ier de Gellone

Guilhem ou Guillaume Ier de Gellone ou Guillaume Ier le Grand dit au Court Nez ou le saint naît vers 742 ou 752 ou 755, fils de Thierry Ier d'Autun et d'Aude de France.

Élevé avec les enfants de Pépin III le Bref, Guillaume Ier de Gellone se fait remarquer par son habileté dans les armes et se lie d'amitié avec l'un d'eux, Charlemagne, son cousin.



Naissance de Charlemagne

Charles Ier dit le Grand ou Charlemagne naît le 2 avril 742 ou 747 au château d'Ingelheim à Aix-la-Chapelle, fils de Pépin III le Bref et de Berthe Au Grand Pied, Reine de Laon.



Mariage de Didier de Lombardie avec Ansa

Didier de Lombardie épouse en 745 Ansa de Lombardie. Leurs enfants sont :


Raban Maur (à gauche), soutenu par Alcuin (au milieu), dédicace son œuvre à l'archevêque Otgar de Mayence (à droite)

Naissance d'Angilbert de Ponthieu

Ingelbert ou Angilbert de Ponthieu ou de Vienne naît à Aachen vers 745 ou en 750, fils de Nithard de Saalgau (mort en 778) et de Richarde de Herstal, dans une famille franque.

Richarde de Herstal est la fille de Jérôme de Herstal, lui-même fils bâtard de Charles Martel

Angilbert de Ponthieu est élevé à la cour de Charlemagne, où il est l'élève et l'ami d'Alcuin; grand érudit anglo-saxon.

Angilbert de Ponthieu est destiné à l'état ecclésiastique et reçoit des ordres mineurs tôt dans la vie.

Il acquit une grande connaissance des lettres et va continuer à se perfectionner dans cette voie sous la direction d'Alcuin tout le reste de sa vie en suivant les conseils d'Adalard de Corbie.



La Provence administrée par Pépin III le Bref et Charlemagne

Les rois francs administrent fermement la Provence sous Pépin III le Bref et Charlemagne. A cette période, la vie agricole connaît un nouvel essor.



Sacre pontifical

Le 27 ou le 28 juillet 754, le pape gagne l'abbaye de Saint-Denis, au nord de Paris, que 1 000 liens affectifs rattachent à Pépin III le Bref et à sa famille.

Étienne II y sacre Pépin III le Bref avec éclat et lui confère les titres de roi des Francs et de Patrice des Romains ("Patricius Romanorum").

Les fils et héritiers de Pépin III le Bref : Carloman et Charles (le futur Charlemagne), sont aussi sacrés par la même occasion, ce qui légitime la future lignée carolingienne.

Leur mère, Berthe Au Grand Pied, est bénie par le souverain pontife.

Le pape, par cet acte, établit un lien entre l'onction faite aux rois de l'Ancien Testament et celle des rois de la nouvelle dynastie. Pendant le millénaire qui va suivre, tous les souverains de France vont se réclamer de cette cérémonie pour se faire sacrer à leur avènement. La légitimité des rois des Francs est désormais de droit divin et ne dépend plus exclusivement des seigneurs francs, électeurs de leur roi. Le principe de cette royauté de droit divin va durer en France sans interruption pendant 1 100 ans.

En confirmant la royauté de Pépin III sur les Francs et en lui conférant lui-même l'onction, le pape prend ses distances avec l'empereur byzantin. C'est le début d'un long conflit entre la papauté et l'empereur byzantin et le patriarcat de Constantinople. Le Saint-Siège s'en remet désormais pour sa sécurité aux souverains francs. C'est le début d'une longue collaboration, bien que souvent orageuse, avec les Carolingiens et leurs lointains héritiers du Saint Empire romain germanique.

Pépin III le Bref se voit obligé, pour satisfaire le pape Étienne II de rompre l'alliance qui le liait aux Lombards.

L'envoi d'une délégation auprès des Lombards, le 14 octobre 754, ne suffit pas à calmer leurs revendications.



Mariage de Gérold Ier de Vintzgau avec Emma d'Alémanie

Gérold Ier de Vintzgau épouse vers 755 Imma ou Emma d'Alémanie, fille de Nebe ou Nebi, Roi d'Alémanie, et d'Herswinde de Saxe. Leurs enfants sont :



Transfert du corps de Saint-Germain de Paris

Le 25 juillet 756, en présence du roi Pépin III le Bref et de Charlemagne, son fils, le corps de Saint-Germain est transféré de la chapelle Saint-Symphorien de l'atrium dans le chœur, derrière l'autel de la sainte Croix, suite à l'affluence des pèlerins qui viennent lui rendre hommage.

L'église est désormais uniquement connue comme Saint-Germain-des-Prés



Mariage de Liutfrid II d'Alsace avec Hiltrude de Wormsgau

Liutfrid II d'Alsace épouse Hiltrude de Wormsgau. Leurs enfants sont :



Liaison de Charlemagne avec Hilmitrude

Charlemagne à une liaison en 767 ou 768 avec Himiltride ou Hilmitrude ou Himiltrude ou Hiniltrude. Leur enfant est :



Mort de Pépin III le Bref

Charlemagne Roi de France

Carloman Ier de Francie Roi de France

Pépin III le Bref meurt à 53 ans, le 14 ou le 24 septembre 768, à Saint-Denis après avoir partagé le royaume, suivant la vieille coutume franque. Il est enterré à l'abbatiale de Saint-Denis.

Le royaume est partagé entre les fils de Pépin III le Bref et de Berthe Au Grand Pied:

Carloman Ier de Francie est couronné Roi d'Austrasie le 5 octobre 768 à Soissons. Il est roi de Bourgogne, Provence, Septimanie et Alsace

Charlemagne est couronné Roi de France le 9 octobre 768 à Noyon sous le nom de Charles Ier.

La capitale de Charles est fixée à Noyon, celle de son cadet à Soissons, à quelques kilomètres de distance !

Malgré cette proximité, les relations entre les deux frères sont tendues.

Charles, plus actif que son frère, supporte mal de n'avoir reçu que la part la plus pauvre de ce royaume immense qui s'étend de part et d'autre du Rhin.



Mariage de Lothaire de Moselgau avec Alix Carolingienne

Lothaire de Moselgau est banni par Pépin III le Bref pour concussion.

Lothaire de Moselgau rentre en grâce sous Charlemagne.

Lothaire de Moselgau épouse Alix Carolingienne, fille de Pépin III le Bref. Leur enfant est :


Formation de l'Empire Carolingien

Soumission de l'Aquitaine, du Languedoc et de la Gascogne

Guillaume Ier de Gellone Duc d'Aquitaine

Guillaume Ier de Gellone est un des meilleurs lieutenants de Charlemagne lorsqu'il conquiert l'aquitaine.

Guillaume Ier de Gellone devient Duc d'Aquitaine.

Hunald II, fils de Waïfre, tente de soulever l'Aquitaine contre Charlemagne, et Loup II de Gascogne lui donne refuge en 769.

Carloman Ier de Francie refuse à Charlemagne son aide pour soumettre les Aquitains. Qu'à cela ne tienne, Charles règle leur compte aux Aquitains et par la même occasion s'empare de la Gascogne, au sud de la Garonne.

Loup II est obligé par Charlemagne de lui livrer le fugitif.

Charlemagne bâtit la forteresse de Franciacum (Fronsac vers l'embouchure de la Dordogne).

Tassilon III de Bavière n'aide pas Charlemagne dans sa lutte contre les Aquitains. Tassilon obtient du pape que son fils, Théodon, reçoive l'onction royale.



Naissance de Pépin le Bossu

Pippin ou Pépin le Bossu naît en 769, fils de Charlemagne et d'Hilmitrude.



Charlemagne à Liège

Charlemagne ait célébré à Liège la Pâques en 770.



Répudiation d'Hilmitrude

Mariage de Charlemagne avec Désirée de Lombardie

Le contrat de mariage de Charlemagne et d'Hilmitrude est annulé en 770, sous la pression de Berthe Au Grand Pied.

Pour étendre encore son royaume et son pouvoir, Didier de Lombardie, Roi des Lombards, désire :

Didier de Lombardie espère avoir en Charlemagne un allié sûr.

Le pape Étienne III, craignant pour son état pontifical, prie Charlemagne de ne pas s'unir à Désirée et Carloman Ier de Francie à Gerberge de Lombardie. Mais Charlemagne accepte l'union.

Charlemagne épouse le 25 décembre 770 à Mayence Désirée de Lombardie, fille de Didier de Lombardie et d'Ansa.


Hildegarde de Souabe

Prise de Rome par Didier de Lombardie

Répudiation de Désirée de Lombardie par Charlemagne

Mariage de Charlemagne avec Hildegarde de Souabe

En 771, Didier de Lombardie marche vers Rome et pénètre la ville. Étienne III implore alors Charlemagne.

Désirée de Lombardie est répudiée en 771 sous la pression du pape. Charlemagne fait ainsi comprendre à Didier de Lombardie qu'il le condamne.

Charlemagne épouse à Aix-la-Chapelle en 771 Hildegarde de Souabe. Leurs enfants sont :



Naissance de Gisèle

Gisèle naît vers 771, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Mort de Carloman Ier de Francie

Charlemagne Roi des Francs

Carloman Ier de Francie meurt inopinément à 20 ans le 4 décembre 771 à Samoussy dans l'Aisne. Il enterré à l'abbatiale de Saint-Denis.

Charlemagne, son frère aîné, déshérité les enfants de Carloman. L'épouse de Carloman et ses 2 fils fuient en Lombardie, afin de ne pas être massacrés par Charlemagne, qui ne désire pas partager son nouveau royaume.

Charles met la main sur l'ensemble des possessions paternelles. Il peut régner désormais sans partage sur le royaume. C'est le début d'une ascension irrésistible.



Un organisateur

Charles restaure un semblant d'administration dans l'Occident européen ravagé par les guerres intestines.

Le roi des Francs Charles n'est pas encore devenu Charlemagne (une déformation du latin Carolus Magnus, Charles le Grand en français).

Le règne personnel de Charles Ier, très long (42 ans), est une suite incessante de guerres contre:

Il combat pour consolider ses possessions et faire progresser la foi chrétienne.



Pillages Saxons

Les Saxons commencent leurs pillages dès 772, en Thuringe.

Les Saxons sont composés :

Ils descendent de l'ancienne Germanie et sont païens.

Charlemagne fait fuir les Saxons.

L'église de Daventer est incendiée.

Le siège est mis devant Ehresbourg.

Irmensaül est détruite.



Naissance de Charles II le Jeune

Charles II le Jeune naît à Aachen en Prusse en 772, fils de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Mort de Étienne III Pape

Adrien Ier Pape

Adrien Ier inquiété par Didier de Lombardie

Étienne III (IV) meurt le 24 janvier 772. Il est fait Saint

Étienne III établit qu'aucun laïque ne pourrait être élu pape s'il n'avait pas été cardinal. Il déclare nul le synode iconoclaste de Constantinople et condamne l'antipape Constantin II.

Adrien Ier, né à Rome, fils d'un certain Théodore, appartenait à une famille noble de Rome, les Colonna. Très populaire, Adrien Ier monte progressivement les échelons de la hiérarchie ecclésiastique, devenant notaire régionnaire, puis sous-diacre à l'appel de Paul Ier, avant d'être nommé diacre par Étienne III.

Hadrien ou Adrien Ier est élu 95e Pape le 9 février 772, à un moment où l'Église de Rome avait besoin d'un protecteur.

Adrien Ier reconstruit les aqueducs détruits par les Lombards et les murs de la ville. Il commence une restauration grandiose des églises romaines et de la construction de l'hôpital de Santo Spirito.

Didier de Lombardie pense pouvoir manipuler Adrien Ier aussi facilement que l'ancien pape mais Adrien Ier lui tient tête et le somme de lui rendre les villes qu'il détient indûment. À l'imitation d'Étienne II, Adrien Ier envoie un émissaire à Charlemagne afin de lui demander aide et soutien.



Naissance d'Adélaïde

Adélaïde naît en 773, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Naissance de Pépin Ier d'Italie

Carloman qui prendra ensuite le nom de Pépin Ier d'Italie, naît en 773 ou en en 777, fils de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Conquête de la Lombardie par Charlemagne

En 773, Benoît d'Aniane participe avec Charlemagne à l'expédition contre les Lombards en Italie. Benoît d'Aniane est alors destiné à une brillante carrière militaire.

En 773, Charlemagne et son armée propose aux Lombards un dédommagement en échange des villes, mais Didier de Lombardie refuse.

L'armée de Charlemagne est alors divisée en deux, une partie sous ses ordres, une autre sous l'autorité de son oncle, Bernard.

Ils franchissent ainsi les Alpes, et une armée de volontaires prend un itinéraire détourné afin de prendre les Lombards à revers.

Les Lombards fuient, Didier de Lombardie se réfugie dans Pavie et son fils, Adalgise, dans Vérone.

Pépin fait garder les cités afin de les empêcher de sortir et entreprend la conquête de la Lombardie.


L'État pontifical avant 774 Pèlerinage de Charlemagne à Rome

Pèlerinage de Charlemagne à Rome

Charlemagne se rend à Rome et est reçu avec tous les honneurs par le pape, à la fin du carême de 774.

Adrien Ier lui fait renouveler son serment d'alliance et d'amitié. Charlemagne fait la promesse d'agrandir la donation de Pépin III le Bref, son père, et de lui donner le duché de Bénévent et à la Vénétie (Pérugin et duché de Spolète).

Par cette promesse, le pape possédant alors un véritable état, devient ainsi souverain et assure sa prééminence sur la chrétienté.



Don du Stophanberch au prieuré de Lièpvre

En 774, Charlemagne fait don au prieuré de Lièpvre du Stophanberch ou Staufenberg et des terres attenantes. Le Stophanberch est le nom de la montagne où le château du Haut-Kœnigsbourg sera construit. Elleest située dans la commune française d'Orschwiller dans le Bas-Rhin.


Expansion de l'empire franc Couronne de Fer des rois lombards

Prise de Pavie

Charlemagne Roi des Lombards

En mars ou juin 774, après un très long siège, Charlemagne entre dans Pavie, près de Milan, la capitale des Rois lombards.

Le roi des Francs refuse de traiter avec Didier de Lombardie qu'il dépose.

Didier de Lombardie est enfermé en France, au monastère de Corbie. Gerberge, veuve de Carloman, et ses fils sont également enfermés.

Charlemagne ceint la couronne de fer des rois lombards, prenant dès lors le titre de "roi des Francs et des Lombards", étape décisive dans la restauration de l'empire d'Occident.

La "Couronne de Fer" des rois lombards est incrustée d'émaux et son cercle intérieur en fer a été, soi-disant, fabriqué à partir d'un des clous de la vraie croix.

Tassilon III de Bavière n'intervient pas pour prêter assistance aux Lombards lorsque Charlemagne met fin au règne de son beau-père. Toutefois, l'événement doit renforcer Tassilon dans sa défiance envers Charlemagne.



Mort de Adélaïde

Adélaïde, fille de Charlemagne, meurt en 774.



Campagne contre les Saxons

En 774, les Saxons recommencent à pénétrer en Rhénanie. Charlemagne, occupé en Italie, envoie une armée qui détruit et tue tout ce qu'elle rencontre.



Naissance d'Eberhard II de Nordgau

Eberhard II de Nordgau naît en 775.

Eberhard II de Nordgau sera camérier de Charlemagne.



Naissance de Rotrude de France

Rotrude de France naît en 775, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Réunion des Grands à Quierzy

En 775, lors d'une réunion à Quierzy, Charlemagne et les Grands du royaume, décident de convertir les Saxons au christianisme.



Révolte des Saxons

Campagne chez les Saxons

En 775, les Saxons se révoltent à nouveau et commettent des massacres. Ils brûlent des églises.

Charlemagne mène une nouvelle expédition.

Les Ostphaliens et Angrariens se rendent sans la moindre résistance.

Pendant ce temps les Westphaliens massacrent l'armée franque, jusqu'à l'arrivée de Charlemagne.

Pour éviter d'être alors exterminés, les Westphaliens se rendent et demandent la paix.

Witukind ou Witikind ou Widukind, chef des Saxons, un des principaux personnages de la noblesse westphalienne, mène les luttes des Saxons pour leur indépendance et pour garder leur foi païenne.



Mort d'Heddon

Remi de Strasbourg Évêque de Strasbourg

Heddon, petit-fils d'Étichon-Adalric Ier d'Alsace, meurt le 8 mars 776.

Remi de Strasbourg est nommé 24e ou 28e évêque de Strasbourg.

Il jouit de la faveur de Charlemagne.



Nouvelle révolte des saxons

Les Nordalbingiens attendent patiemment leur heure afin de reconquérir leurs territoires perdus.

L'occasion se présente lorsque Charlemagne retourne en Italie pour mâter le duc de Frioul, en 776. Les Nordalbingiens reprennent des territoires.



Rébellion de l'archevêque de Ravenne et du Duc de Frioul

Léon, archevêque de Ravenne, n'a pas accepté l'assujettissement au pape.

Aidé par le duc de Frioul, l'archevêque revendique l'indépendance de l'exarchat de Ravenne dont il sera le chef.

Début 776, Charlemagne retourne en Italie.

Léon a déjà imploré le pardon du pape mais le duc de Frioul s'entête.

Le duc de Frioul est décapité, comme tous ceux qui résistent, aussi les Lombards comprennent qu'il vaut mieux obéir au nouveau roi d'Italie.

Tassilon III de Bavière est désormais isolé : l'annexion du royaume des Lombards, puis du Frioul achève en effet l'encerclement de la Bavière.

Les duchés de Toscane (Tuscie), de Spolète et de Cividale (Frioul) sont supprimé en 776.

Un seul duché lombard résiste plus ou moins en Italie méridionale : le duché de Bénévent qui se considère comme l'héritier du royaume lombard et qui s'élève en principauté.

Le 6 octobre 776, Charlemagne est déclaré roi.


Expansion de l'empire franc

Assemblée de Paderborn

En 777, Charlemagne retourne en Saxe pour mâter la rébellion des Nordalbingiens.

Le retour rapide de Charlemagne les surprend et les oblige à capituler.

Widukind Ier de Saxe se sauve au Danemark car il voit que l'opposition est inutile.

En 777, les nobles saxons participent à l'assemblée de Paderborn en tant que vassaux du roi. Ils acceptent de se convertir au christianisme.

Charlemagne entreprend quand même la fortification de la Westphalie et la Thuringe afin que les églises soient à l'abri des incursions de ces vandales.



Soliman ben Alarabi sous la protection de Charlemagne

En 777, Sulayman ibn al-Arabi, ou Soliman ben Alarabi, wali ou gouverneur musulman de Barcelone et de Saragosse, ennemi de l'émir de Cordoue se présente devant le roi des Francs en son palais de Paderborn, en Saxe.

Le wali se plaint de l'émir de Cordoue Abd Al-Rahman Ier, qui rejette l'autorité du calife de Bagdad et se met sous la protection de Charlemagne. Il lui promet de lui livrer les places fortes du nord de l'Espagne, comme Saragosse, en échange de son aide.

Le roi des Francs se dit qu'en intervenant contre Abd Al-Rahman Ier, l'émir de Cordoue, il peut rendre service au calife de Bagdad Al-Mansour, avec lequel il a en commun l'hostilité de l'empereur chrétien qui règne à Byzance.

Il ne voit pas d'inconvénient aussi à soulager la pression qui s'exerce sur les roitelets chrétiens qui résistent tant bien que mal à l'émir dans leurs refuges pyrénéens ou cantabriques.



Naissance d'Hildegarde

Hildegarde naît en 776 ou 777, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Théodulf d'Orléans en Languedoc

La famille de Théodulf d'Orléans s'établit aux alentours de 778 dans la région du Languedoc appelée Septimanie ou Gothie.

Le jeune homme se consacre aux études.

Fort cultivé, Théodulf d'Orléans devient enseignant en Italie, où il est repéré par Charlemagne.

Théodulf d'Orléans est accueilli à sa cour aux côtés d'autres lettrés comme l'Anglo-Saxon Alcuin ou le Lombard Paul Diacre.



Testament de Remi de Strasbourg

Remi de Strasbourg rédige son testament par lequel il consacre et octroie l'île d'Eschau et l'abbaye ainsi que l'abbaye de Werd, à Notre Dame et à l'église épiscopale de Strasbourg.

Ce testament est retrouvé dans les archives de Saverne.

Il été daté de Strasbourg des Ides du mois de Mars la la 10e année du règne de Charlemagne le 15 mars 778.



Abbon de Poitiers Comte de Poitiers

Corson Comte de Toulouse et Duc d'Aquitaine

Abbon de Poitiers est nommé par Charlemagne en 778, en même temps que 8 autres comtes dans l'ancien royaume d'Aquitaine. Il s'agit pour l'empereur de réorganiser le sud de son Empire. Il est pour cela choisi dans son entourage proche, les antrustions.

Chez les Francs et les Mérovingiens, l'antrustion était un homme libre qui avait juré fidélité à la personne du roi et l'accompagnait notamment dans ses campagnes guerrières.

Corson ou Chorson devient Comte de Toulouse et Duc d'Aquitaine en 778.



Retour de Widukind Ier de Saxe

Quand Charlemagne part en Espagne en 778, Widukind Ier de Saxe revient et, faisant confiance à l'amour des Saxons pour l'indépendance, organise une guerre de vengeance.

Les hordes de Saxon pillent et dévastent la région du Rhin moyen, et menacent même Fulda, de sorte que les moines doivent se sauver, emportant les restes de saint Boniface.

Charlemagne ne peut lancer une offensive très importante contre les Saxons. Il mobilise les Francs de l'Est et les Alamans et les envoie en Westphalie.


Campagne des Francs au delà des Pyrénées Roncevaux

Campagne des Francs au delà des Pyrénées

Bataille du col de Roncevaux

Mort de Lambert de Bourges

Au printemps 778, parti de Chasseneuil au confluent du Lot et de la Garonne, Charlemagne se rend en Espagne avec une armée considérable et puissante. Les Francs passent les Pyrénées pour la première fois sans la moindre difficulté, les Basques, soumis en apparence mais alliés des Aquitains, n'étant pas assez forts pour attaquer.

L'une des armées franques s'installe à Pampelune, l'autre, à l'est, s'empare de Barcelone et Gérone.

Pendant ce temps, Soliman ben Alarabi prend Saragosse. Gérone et Barcelone se rendent aussi.

Charlemagne marche alors vers Saragosse afin de rejoindre Soliman ben Alarabi et de regrouper les armées.

Mais Soliman ben Alarabi change subitement de camp, si bien que Charlemagne ne peut prendre la ville.

Le roi rencontre en Espagne une situation très différente de celle qu'il imaginait. Les chrétiens, comme dans tout pays musulman, ont un statut de protégé (dhimmi en arabe) qui les oblige à payer de lourdes taxes. Mais ils ne sont pas pour autant en rébellion ouverte contre les occupants et ces derniers, très minoritaires, se montrent plus ou moins accommodants avec leurs sujets. Difficile dans ces conditions de se présenter en libérateur.

L'émir Abd Al-Rahman Ier monte à la rencontre des Francs avec son armée.

Charlemagne apprend que Widukind Ier de Saxe s'approche du Rhin.

Charlemagne ne peut pas faire le siège de Saragosse.

Il n'a plus qu'une hâte : se sortir du guêpier espagnol et repartir vers la France et vers les Saxons.

Charlemagne lève alors le siège et reprend le chemin de Pampelune avec des otages musulmans, qui sont libérés par un coup de main à l'entrée de la Navarre.

Par représailles, l'armée de Charlemagne rase les remparts de Pampelune.

Charlemagne reprend le chemin du nord.

Au passage des Pyrénées, les hommes et les bêtes empruntent en file indienne des cols aux pentes escarpées.

Le 15 août 778, pour se venger des destructions de Pampelune, les Basques tendent une embuscade à l'armée de Charlemagne de part et d'autre du col de Roncevaux.

Ils pillent une colonne de ravitaillement, à l'arrière-garde de l'armée, et se dispersent aussitôt.

Charlemagne, averti trop tard, ne peut rien faire.

Dans cette bataille, Charlemagne perd :

La Chronique des ducs de Brabant nous dit que Lambert de Bourges, paladin de Charlemagne, meurt lors de cette bataille.

Il est inhumé à Saint-Seurin, où l'on trouve les sépultures des Français morts à Roncevaux.

Selon la Chanson de Roland, Íñigo Ximenes Arista et Inigo II Iniguez Arista, son fils âgé de 7 ans, aurait été présents à Roncevaux.

Charlemagne se résout à remettre à plus tard le châtiment des Basques, d'autant plus que Abd Al-Rahman Ier, l'émir de Cordoue, tue Soliman ben Alarabi et reprend Saragosse et Barcelone.

La première Marche d'Espagne des Francs est un échec.

Cet incident est signalé dans les Annales royales, chronique du règne de Charlemagne, et dans la biographie de ce dernier par le moine Eginhard : Vita Caroli Magni.

Il faudra attendre 300 ans avant que les troubadours, poètes itinérants, se saisissent de cet événement pour lui donner une dimension épique, donnant naissance au plus célèbre poème de la littérature médiévale : la Chanson de Roland.



Construction de la Cathédrale carolingienne de Strasbourg

Le site actuel de la cathédrale de Strasbourg a été utilisé par plusieurs édifices religieux successifs à partir de l'occupation romaine. Le site était alors occupé par un sanctuaire romain. On sait qu'une cathédrale fut élevée par l'évêque saint Arbogast à la fin du VIIe siècle sur la base d'un temple dédié à la Vierge Marie mais il ne nous en reste rien.

Au VIIIe siècle, la première cathédrale est remplacée par un édifice plus important qui est terminé sous le règne de Charlemagne.

Le testament de l'évêque Rémi (ou Remigius) de 778 atteste de sa volonté d'être inhumé dans la crypte.

Les fouilles menées récemment révèlent que cette cathédrale carolingienne avait 3 nefs et 3 absides. Un poème décrit cette cathédrale ornée d'or et de pierreries par l'évêque Ratald (ou Rathold).



Wido d'Alsace Préfet des Marches de Bretagne

Wido d'Alsace est nommé par Charlemagne, préfet des Marches de Bretagne, en remplacement du défunt Rolland.



Fondation du Comté de Toulouse

Les chefs gascons sont néanmoins livrés à Charlemagne. Des comtes sont établis dans les principales villes d'Aquitaine.

Le comté de Toulouse créé par Charlemagne en 778 est un état riche et puissant qui, dans la pyramide pré-féodale, fait partie du royaume d'Aquitaine.



Les Maures en Provence

Sous les premiers rois carlovingiens, les Maures, voyant qu'ils ne peuvent détacher la Provence du royaume de Pépin et de Charlemagne, entreprennent de la ruiner par des courses rapides. Ils débarquent à l'improviste dans la Camargue, à Marseille, à Nice, etc., pillent les villes et les campagnes et disparaissent, après avoir rempli leurs vaisseaux légers d'esclaves et de butin.



Naissance de Lothaire

Naissance de Louis Ier Le Pieux

Mort de Lothaire

Lothaire et Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire, frères jumeaux, naissent à la villa Cassino­gilum à Chasseneuil-du-Poitou (dans la Vienne) le 16 avril 778, fils de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.

Débonnaire signifie le faible ou le Sot.

Charlemagne est absent car en expédition militaire vers l'Espagne.



Abbon Comte de Poitou

Abbon est nommé par Charlemagne Comte de Poitou en 778, jusqu'au moins en 794.



Naissance de Berthe

Berta ou Berthe Carolinien naît en 779 ou en 780, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



La riposte aux Saxons

En 779, Charlemagne envahit la Westphalie.

Les Angrariens et Ostphaliens lui renouvellent serment de soumission, afin d'échapper au massacre.

Charlemagne pousse jusqu'aux frontières des Slaves.



Naissance de Berthe Carolingien

Berthe Carolingien naît vers 779, fille de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.



Fondation de l'abbaye de Münsterschwarzach

Une communauté religieuse féminine est fondée vers 780 par Fastrade de Franconie, sous le patronage du Saint-Sauveur, de la Vierge Marie et de sainte Félicité.

Les abbesses étaient choisies dans la famille carolingienne; la première étant Théodrade, fille de Charlemagne et de Fastrade de Franconie, la dernière Berthe, la fille de Louis II le Germanique.



Soumission des Saxons

En 780, les Saxons soumettent et reçoivent pour la plupart le baptême à Horheim.

Charlemagne profite du calme des Saxons pour aller passer l'hiver de 780 à 781 en Italie.



Fiançailles de Constantin VI et de Gertrude

Décidée à restaurer les relations avec Rome, Irène l'Athénienne envoie un émissaire à Rome en 781 afin de demander à Charlemagne la main de sa fille Gertrude (Hermengarde), pour son fils Constantin VI. Ce geste réjouit Charlemagne. En effet, jusqu'ici, les empereurs byzantins avaient toujours dédaigné les empereurs occidentaux, ne renonçant pas à leur ancienne suprématie.

Les Byzantins sont en pleine guerre iconoclaste. Ils redoutent le rapprochement du pape avec Charlemagne et craignent de perdre leurs territoires comme la Sardaigne, la Sicile, Venise, Naples et l'Istrie, au profit des Francs. Irène rétablit le culte des images et entreprend de se rapprocher à son tour du pape.

Arichis, duc de Bénévent, est l'époux d'Adelperge, fille de Didier de Lombardie, et par conséquent le beau-frère d'Adalgise, fils de Didier de Lombardie, l'ancien roi Lombard.

Arichis, se croyant supérieur à son titre de duc, s'est octroyé celui de prince et se pose en continuateur de Didier.

Charlemagne ne fait pas confiance à Arichis, bien que celui-ci ait reconnu sa suzeraineté. Charlemagne accepte donc de fiancer sa fille Gertrude à Constantin VI, geste par lequel :



Pépin Ier d'Italie Roi d'Italie

Angilbert de Ponthieu Chef du conseil de Pépin le Bossu

Adalhard précepteur de Pépin Ier d'Italie

Le 15 avril 781, le pape Adrien Ier baptise Carloman, un des fils de Charlemagne, et lui attribue le prénom de Pépin.

Il le sacre roi d'Italie.

Carloman devient ainsi Pépin Ier d'Italie.

Angilbert de Ponthieu accompagne Pépin Ier d'Italie en qualité de primicerius palatii (archichapelain).

Angilbert de Ponthieu est chef du conseil de Pépin Ier d'Italie dont il devient l'ami,.

Angilbert de Ponthieu assiste ce dernier dans le gouvernement de l'Italie pendant un certain temps.

Le peuple italien pense en avoir fini avec l'oppression des Francs.

Mais Charlemagne laisse un conseiller, Adalhard, à la cour de son fils.

Adalhard est officiellement le précepteur de Pépin Ier d'Italie mais officieusement le régent du royaume.

Ainsi, Charlemagne est toujours roi des Lombards et dirige encore l'Italie, en associant son fils à ses décisions.



Louis Ier le Pieux Roi d'Aquitaine

Arnold précepteur de Louis Ier le Pieux

En 781, Charlemagne fait aussi sacrer roi d'Aquitaine son autre fils, Louis Ier le Pieux.

L'Aquitaine est un royaume subordonné à Charlemagne.

Ce nouvel état comprend l'Aquitaine proprement dite ainsi que la Vasconie et a pour capitale Toulouse.

Son précepteur, Arnold, est un fidèle serviteur de Charlemagne, si bien que c'est encore Charlemagne qui dirige, sous couvert de son fils. L'administration est assurée :



Adrien Ier vassal de Charlemagne

En 781, Adrien Ier espère que Charlemagne lui donnera les terres promises en 774. Charlemagne n'a aucune envie de les lui attribuer mais il craint de rompre son serment. Prétextant que l'état pontifical n'est pas assez puissant pour se défendre des byzantins, Charlemagne ne lui accorde qu'une petite partie des territoires promis.

Adrien Ier est ainsi devenu un "vassal" de Charlemagne, puisque c'est Charlemagne qui est le véritable chef de Rome et de l'état pontifical, en tant que patrice romain, c'est-à-dire défenseur de Rome.

Profitant de son séjour auprès du pape, Charlemagne en profite pour lui demander d'intervenir auprès de Tassilon III de Bavière, afin que celui-ci n'oublie pas qu'il est avant tout un vassal du roi des Francs.



Renouvellement du serment de fidélité de Tassilon III de Bavière

Tassilon III de Bavière a peur de Charlemagne qui lui demande de confirmer sa fidélité en prêtant à nouveau serment en 781.

Le duc accepte de se rendre à l'assemblée de Worms à condition que le roi des Francs lui livre des otages, afin de garantir sa sécurité.



Soumission de la Saxe

En 782, Charlemagne entreprend de gérer la Saxe. Pour cela, il la divise en comtés, sous la responsabilité de nobles saxons. Pour lui, la Saxe est entièrement et totalement soumise. Widukind Ier de Saxe doit s'enfuir de nouveau au Danemark.

Mais une fois de plus, Widukind Ier de Saxe revient pour se joindre à un nouveau soulèvement. Mais Widukind Ier de Saxe convainc ses partisans de piller les églises et de massacrer les Francs, au nom des dieux germaniques. Willihad, le premier évêque de Brême, est obligé d'abandonner son travail missionnaire. Tous les Francs ou presque sont exterminés.

Charlemagne accourt en Saxe, ordonne aux chefs saxons de lui livrer les rebelles. Il pense ainsi mâter toute tentative de rébellion. Mais, Widukind Ier de Saxe n'a plus la nation entière Saxonne de son côté. En effet, une partie franque forte a pris naissance.



Renaissance carolingienne

À partir de 782, Paul Diacre participe à la "Renaissance carolingienne" en séjournant 5 années à la cour de Charlemagne.

En 782, l'écriture romane est adoptée dans l'empire.


Saint Benoit de Nursie avec le livre de la règle et Saint Benoit d'Aniane avec le modèle du monastère d'Aniane - église de Saint-Guilhem-le-Désert

Fondation l'abbaye d'Aniane

Rédaction de la règle de Saint-Benoît

Prévoyant de faire perpétuer le souvenir de Liutgarde d'Alémanie, Charlemagne fait construire le monastère d'Aniane, en 782.

Benoît d'Aniane mène alors une vie d'anachorète, et il fonde avec des disciples, en 782, sur les bords du fleuve Hérault l'abbaye d'Aniane. Il choisit comme modèle le cénobitisme.

Aniane connait grâce à son abbé, un succès et un essor considérable. Il obtient de Charlemagne des lettres d'immunités et la reconnaissance de la liberté d'élection de l'abbé.

Le développement est toutefois freiné par la rigueur exigée.

Benoît d'Aniane se tourne alors vers la règle de Saint Benoît de Nursie, qu'il veut faire appliquer au sens strict.

Benoît d'Aniane modifie et complète cette règle avec celle de Colomban.

Benoît d'Aniane rédige la Concorde des règles, s'appuyant sur ses commentaires de la règle de saint Benoît de Nursie.

Plus de 300 moines formés dans ce monastère s'éparpillent dans tout l'empire pour répandre la règle bénédictine, réformer les anciennes abbayes et en fonder de nouvelles.



Mort d'Hildegarde

Hildegarde, fille de Charlemagne, meurt en 783.



Mariage de Charlemagne avec Fastrade de Franconie

Charlemagne épouse à Worms en octobre 783 Fastrade de Franconie. Leurs enfants sont :

Fastrade de Franconie tente de tuer Pépin le Bossu, fils d'Himiltrude.

Fastrade de Franconie lutte avec rage contre les Saxons.


Maurégat Ier des Asturies

Mort de Silo Roi des Asturies

Maurégat Ier des Asturies Roi des Asturies

Silo meurt en 783.

Le trône semble acquis à Alphonse II le Chaste, fils de Fruela Ier des Asturies.

Alphonse II le Chaste bénéficie de l'appui de sa tante Audesinde, femme de Silo.

Mais Maurégat Ier des Asturies, soutenu par la noblesse en réponse à certains excès de Fruela Ier des Asturies, oblige Alphonse II le Chaste à s'exiler du royaume.

Maurégat Ier des Asturies, fils illégitime d'Alphonse Ier des Asturies, devient roi des Asturies.

La tradition attribue à Maurégat Ier des Asturies le Tribut des cent Vierges.

La légende veut qu'en obtenant l'aide puis la paix d'Abd al-Rahman Ier l'émir de Cordoue, il ait dû lui verser ce tribut annuel en signe de vassalité et qui devait comprendre en réalité un certain nombre d'esclaves.

Mais c'est la rivalité sur la doctrine adoptioniste qui marque le règne de Maurégat Ier des Asturies, provoquant l'intervention :

L'une des conséquence de la condamnation des thèses du métropolitain est l'émancipation à la fin du VIIIe siècle du clergé du nord de la péninsule de la tutelle de l'archevêque de Tolède, " dhimmi " des musulmans.



Rébellion de Widikund

Mais la punition terrible infligée par Charlemagne sur 4 000 Saxons a considérablement renforcé les insurgés.

Widukind Ier de Saxe doit de nouveau se sauver au Danemark. Widukind Ier de Saxe persuade les habitants de la zone nordique d'Elbe et des Frisons de se joindre à la révolte.

Charlemagne revient en Saxe, extermine tous les Saxons qu'il rencontre. Rien ne lui résiste et il atteint le nord de la Saxe, le territoire des Nordalbingiens. Seul Widukind Ier de Saxe est introuvable. On lui fait savoir qu'en cas de reddition, il ne sera pas tué.

Charlemagne, ayant vu qu'il était le principal esprit de la résistance, cherche par tous les moyens à l'inciter à se soumettre paisiblement.



Baptême de Widukind Ier de Saxe et christianisation de la Saxe

En 784, Widukind Ier de Saxe accepte de se rendre.

Il est baptisé avec plusieurs de ses compagnons, à Attigny et Charlemagne accepte d'être son parrain.

Charlemagne cru que l'opposition Saxonne était cassée, et le pape décida même d'une action de grâce.

Bien qu'heureux de cette victoire du christianisme sur les païens, Charlemagne sait que les Saxons ne se laisseront pas christianiser aussi facilement que les apparences le laissent supposer. C'est pourquoi il instaure le capitulaire "de Partibus Saxonis", où il oblige les Saxons à respecter les chrétiens et à se convertir au christianisme, sous menace de mort. Il entreprend ainsi la conquête religieuse de la Saxe.

Les Saxons se tiendront tranquilles pendant 8 ans.

Dès lors, on n'entendra plus parler de Widukind Ier de Saxe.

Il est assez probable que Mathilde de Rhingelheim, la deuxième épouse d'Henri Ier l'Oiseleur est membre de la même famille.

Widukind Ier de Saxe devint bientôt un des héros de légende.

Plus tard il est apparu comme un grand constructeur d'églises.



Expédition en Bretagne

Les Bretons, Celtes venus de Grande-Bretagne avant l'avènement de Clovis, sont indépendants. Les Francs n'ont jamais réussi à les soumettre totalement, juste à leur faire payer un tribut.

La Bretagne est divisée en deux :

En 786, les Normands refusent de payer le tribut annuel. Charlemagne envoie un de ses sénéchaux, Audulf, en Bretagne. Il pénètre les forteresses mais ne saccage rien sur son passage, si bien que les Bretons se tiennent tranquilles.



Campagne contre le duché de Bénévent

Début 787, Charlemagne, Pépin Ier d'Italie et leur armée entreprennent un voyage en Italie pour mâter Arichis, duc de Bénévent.

Charlemagne donne quelques terres du duché de Bénévent au pape et se prépare à envahir le duché.

Arichis, bien que soutenu par son peuple, ne peut rien faire contre les Francs. Aussi envoie-t-il son fils, Romuald, à Charlemagne, pour le supplier de ne pas envahir le duché de Bénévent. Charlemagne entre malgré tout dans le duché.



Grimoald de Bénévent otage de Charlemagne

Arichis de Bénévent s'est réfugié dans la forteresse de Salerne. Il offre de se soumettre, implore le roi d'épargner son duché et donne son second fils, Grimoald de Bénévent, en otage. Charlemagne accepte l'offre et retourne en Francie.



Ambassade de Tassilon III de Bavière auprès d'Adrien Ier

Menace d'invasion de la Bavière par Charlemagne

En 787, Tassilon III de Bavière envisage toujours de préserver l'autonomie de son duché.

Pour cela, Tassilon III de Bavière envoie une ambassade à Rome et demande à Adrien Ier d'intervenir en sa faveur auprès de Charlemagne.

Charlemagne qui vient de mâter la révolte du duc de Bénévent, accepte de négocier la paix, à condition de connaître les garanties proposées par Tassilon III de Bavière. L'ambassade ne pouvant répondre, Adrien Ier le menace d'excommunication.

En 787, lors de sa réunion avec les Grands du royaume, Charlemagne se résout à éprouver Tassilon III de Bavière afin de voir si sa fidélité est fiable ou pas.

Charlemagne rassemble une armée et la divise en 3 pour attaquer la Bavière simultanément par le nord, l'est et le midi.

Tassilon III de Bavière, craignant l'invasion, se rend auprès de Charlemagne au Lechfeld, près d'Augsbourg, le 3 octobre 787. Il implore son pardon et lui livre des otages en échange de sa bienveillance et renouvelle son serment d'allégeance.



Arichis Duc de Naples

Mais, après le départ de Charlemagne, Arichis entreprend des pourparlers avec les Byzantins. Irène lui accorde le duché de Naples, à condition qu'il lui reconnaisse la suzeraineté.



Mort d'Arichis et de Romuald de Bénévent

Peu de temps après, Arichis et Romuald décèdent. Ces décès réduisent à néant l'alliance du duché aux Byzantins, d'autant plus que Charlemagne détient toujours Grimoald en otage.

Charlemagne envoie alors des délégués au duché, afin de recevoir de nouveau serment de fidélité de la part des Grands, qui cèdent, terrorisés.



Résistance de Grimoald II revenu contre les Byzantins

Pour donner le change, la population du duché implore Charlemagne de leur rendre Grimoald, condition acceptée mais seulement après que Grimoald ait à son tour juré fidélité à Charlemagne.

De Byzance, Adalgise espère pouvoir reconquérir le royaume lombard et prendre le pouvoir mais échoue dans sa tentative d'invasion par l'Italie du Sud, soutenu par l'impératrice Irène.

Adalgise est repoussé en 787 par une coalition composée de Grimoald de Bénévent, vassal de Charlemagne, des Francs et du duc de Spolète.


Expansion de l'empire franc

Alliance de Tassilon III de Bavière avec les Avars

Tassilon III de Bavière condamné à mort puis gracié

Confiscation de la Bavière

Campagne contre les Avars

De retour dans sa capitale, à Ratisbonne, Tassilon III de Bavière reprend ses intrigues, probablement sous l'influence de son épouse, Liutberge de Lombardie, qui n'avait pas oublié le sort fait à sa famille.

Tassilon III de Bavière s'allie aux Avars (ou Huns : Voisins des Bavarois qui occupent l'ancienne Pannonie romaine, région de part et d'autre du Danube). Leur plan est d'attaquer les Francs en deux points différents, en même temps, mi 788.

Le parti de l'aristocratie qui est favorable à Charlemagne le fait prévenir. Charlemagne convoque Tassilon III de Bavière à une assemblée pour s'expliquer sur les accusations portées contre lui. Tassilon III de Bavière est forcé d'avouer tous les crimes qu'on voulait bien lui reconnaître et est condamné à mort en 788. Mais Charlemagne lui fait grâce de la vie, étant membre de sa famille.

Tassilon III de Bavière entre dans les ordres à l'abbaye Saint-Pierre de Jumièges.

Liutberge de Lombardie, Théodon et Théodebert, ses 2 fils, sont aussi enfermés dans des monastères.

Charlemagne mate les Bavarois rebelles et confisque la Bavière. Il supprime la fonction de duc et le remplace par la charge de plusieurs comtés attribués à des nobles francs.

Les Avars sont des pilleurs professionnels, païens "purs et durs" détestant les chrétiens.

Leur chef ou roi est le Khan, secondé par le jugur. Le Khan habite un camp militaire en forme de cercle, le Ring (qui signifie Anneau), où les Avars entreposent tous leurs butins.

Les Avars attaquent les Francs, mi 788, comme convenu avec le Bavarois Tassilon III de Bavière, Ils attaquent simultanément au sud et à l'ouest, en Carinthie et à Frioul.

Ils sont battus sur les 2 fronts, résistent encore, mais une grande partie meurt noyée dans le Danube.

Charlemagne confie une partie de son armée à un préfet (latin præfectus), Gérold de Bavière, son meilleur lieutenant, son beau-frère alaman. Elle attaque par la Carinthie et la Bavière. Les Avars tentent alors de négocier, en vain.

Les Francs, en soumettant les Avars, ont étendu leurs frontières de près de 400 km vers l'est. Ils arrivent aux frontières des Slaves.



Guillaume Ier de Gellone Comte de Toulouse et Marquis de Septimanie

Pour remplacer Corson, Charlemagne confie le comté de Toulouse à Guillaume Ier de Gellone en 788 ou 790.



Les Slaves

Les Slaves ne formaient pas un véritable état puisque composés par beaucoup de peuples, autonomes pour la plupart :

Certains textes ajoutent d'autres peuplades :

Ces 3 derniers peuples ont plus ou moins été soumis par Pépin Ier d'Italie et Eric de Frioul.

Il existe beaucoup de rivalités entre ces peuples, que Charlemagne va exploiter.

Ainsi, les Abodrites et les Sorabes, ennemis des Wilzes, s'allient à Charlemagne sans la moindre difficulté. Ils ont même participé à l'expédition des Francs contre les Wilzes, en 789, où les Wilzes se sont soumis rapidement.

On ne sait pas si Charlemagne a réussi à soumettre les autres peuples slaves, mais en tout cas, il a consolidé ses frontières grâce aux Abodrites, Wilzes et Sorabes.



Projet de mariage de Ecgfrith de Mercie avec Berthe Carolingien

Vers 789, Offa de Mercie, demande pour Ecgfrith de Mercie, son fils, la main de Berthe Carolingien en échange du mariage d'une de ses filles avec Charles II le Jeune, fils de Charlemagne, mais ce dernier, craignant peut-être de donner à Offa de Mercie un otage, rompit les négociations.



Naissance d'Adeltrude Carolingien

Adeltrude Carolingien naît en 790, fille de Charlemagne et de Fastrade de Franconie.



Angilbert de Ponthieu Primicier de la chapelle royale

Angilbert de Ponthieu est Primicier de la chapelle royale de 791 à 794, surnommé l'Homère de la cour.

Angilbert de Ponthieu est chargé par Charlemagne de la défense des côtes septentrionales de l'Empire.



Nouvelle campagne contre les Avars

En 791, Charlemagne part avec une armée, renforcée par les troupes de Pépin Ier d'Italie. Charlemagne la divise en deux, afin de combattre sur les deux rives du Danube à la fois. Thierry Ier d'Autun, Comte d'Autun commande l'une des deux. Pendant ce temps, Gérold et son armée descendent le Danube par bateau.

Les Avars fuient, les Francs progressent, sans rencontrer de véritable résistance. Malheureusement, une épidémie tue pratiquement toute la cavalerie de Charlemagne. Les Avars sont sauvés, au moins pour quelque temps.



Révolte de Pépin le Bossu contre Charlemagne

En 791, Pépin le Bossu, jaloux de ses demi-frères, fomente un complot contre son père visant à l'assassiner pour le remplacer. Il est aidé par tous les mécontents ou ceux qui aimeraient accéder au trône.

Mais, ils sont trahis par un partisan de Charlemagne, Fardulf.

Les rebelles sont tous décapités ou pendus. Pépin le Bossu est gracié mais tonsuré et emprisonné à l'abbaye de Prüm en 792 avec sa mère Himiltrude où elle mourrera.

A la suite de ce complot, Charlemagne instaure un serment général d'allégeance, c'est-à-dire un serment d'obligation de fidélité et d'obéissance envers le roi.


Espagne en 790

Mort de Bermude Ier des Asturies

Alphonse II le Chaste Roi des Asturies

Naissance de Ramire Ier des Asturies

Bermude Ier des Asturies meurt en 791 ou en 797.

En 791, Alphonse II le Chaste, fils de Fruela Ier devient roi.

Alphonse II établit des contacts diplomatiques avec Charlemagne.

Ramire Ier des Asturies naît en 791 à Oviedo, fils de Bermunde Ier des Asturies et de Nunilo Nunialona Ursinda de Coimbra.



Rébellion des Saxons

Suite au capitulaire de "Partibus Saxonis", les Saxons se soulèvent en 792. Les missionnaires francs utilisant plus ou moins la force pour convaincre les Saxons de se convertir au christianisme, les poussent au contraire à se rebeller et à adorer leurs dieux païens.

Les Saxons demandent l'aide des Frisons, leurs voisins au nord, eux aussi païens, et des Avars, déjà en lutte contre Charlemagne. Tous abjurent le christianisme, pillent les églises, traquent les catholiques et réhabilitent le culte des idoles. Une armée franque est anéantie.


Première incursion viking Drakkars

Première incursion viking en Occident

Les vikings deviennent un danger sérieux pour Charlemagne. Le 8 juin 793, venus du nord sur de longs bateaux, ils pillent le monastère de l'île anglaise de Lindisfarne. En quelques heures, profitant de l'effet de surprise et ne ménageant pas les violences de toutes sortes, ils remplissent leurs bateaux d'un riche butin : objets d'art, métaux précieux, esclaves,... Leur brève incursion suscite l'épouvante jusqu'à la cour de Charlemagne. Pour l'instant n'osent pas s'attaquer aux Francs, bien qu'ils aient attaqué les îles de Ré et d'Oléron et navigué sur la Garonne, repoussés par les habitants. Malgré son succès, le premier raid des Vikings à Lindisfarne reste longtemps sans suite.

Les Vikings, ces guerriers d'un genre nouveau, sont désignés par leurs contemporains comme les hommes du nord (Nortmanni ou Normands dans les langues germaniques de l'époque). Eux-mêmes s'appellent Vikings, ce qui signifie "guerriers de la mer" dans leur langue, le norrois.

Il est vrai qu'ils ne font pas les choses à moitié. Peu nombreux, ils tombent sur leur proie par surprise puis pillent et tuent avec des raffinements de cruauté. En mutilant horriblement leurs victimes, en incendiant tout sur leur passage, ils entretiennent autour d'eux une réputation de violence qui enlève à quiconque l'envie de leur résister autrement que par la fuite.

Entre autres facéties, il leur arrive d'ouvrir la cage thoracique d'un prisonnier et de mettre à l'air libre les deux poumons. Le malheureux, aussitôt libéré, court la campagne en hurlant de douleur et l'on imagine l'effet sur les témoins de rencontre !...

Ils appartiennent à des peuples apparentés aux Germains qui habitent la Scandinavie (aujourd'hui, Danemark, Suède et Norvège).

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ces peuples encore païens sont rien moins que sauvages. Ils pratiquent l'élevage et l'agriculture dans un réseau de villages paisibles. Ils maîtrisent très bien la métallurgie du fer et sont de bons forgerons. Ils jouissent d'une organisation sociale solide et cultivent la poésie épique en se racontant les mythes de leurs dieux et de leurs héros.

Les Vikings sont quelques poignées de mauvais garçons réfractaires à cette existence. Ils se retrouvent dans les ports et là, bénéficiant d'un savoir-faire multiséculaire dans la navigation, ils empruntent des bateaux et partent en quête d'aventures et de gloire.

Leurs bateaux, connus aussi sous le nom de knörr ou landskip, doivent leur nom "drakkar" au dragon sculpté qui orne la proue. Ils ont une apparence effilée et fragile : 18m de long (la quille est constituée d'une seule poutre en chêne) pour 2,5m de large, le tirant d'eau n'était que de 50cm pour pouvoir remonter les fleuves. Ils n'en sont pas moins capables d'affronter les océans. Les flancs, protégés par des boucliers ronds, son constitués de planches qui se chevauchent successivement comme les tuiles d'un toit. Ils sont non pontés et peuvent transporter de 50 à 70 guerriers et 30 rameurs qui s'assoient sur des malles contenant leurs armes et leurs rations alimentaires.Les drakkars peuvent filer 5 noeuds à la rame et, sous conditions favorables, jusqu'à à 9 noeuds

Les Vikings ont une religion polythéiste organisée autour de trois divinités principales :

A ces divinités bienfaisantes s'oppose le mauvais génie Loki, qui provoquera la fin du monde.

Les Vikings croient en une vie après la mort. Les guerriers morts au combat sont appelés à rejoindre le Walhalla (ou paradis), où les attendent de belles Walkyries.



Rédaction de l'Opus Caroli regis contra synodum

Vers 793, Théodulf d'Orléans rédige, au nom de Charlemagne, le manifeste intitulé Opus Caroli regis contra synodum souvent appelé Libri Carolini.

C'est une réponse officielle de la monarchie franque au document venu de l'Empire byzantin suite au deuxième concile de Nicée.

Dans ce texte, Théodulf d'Orléans, prenant appui sur Aristote et sur sa méthode logique, fustige la pratique de l'adoration des images, considérée comme idolâtre.



Mort de Tassilon III de Bavière

En 794, Tassilon III de Bavière est sorti de son monastère et emmené au concile de Francfort, où Charlemagne le fait renoncer publiquement à tout pouvoir. Tassilon III de Bavière implore le pardon pour ses fautes et abandonne officiellement tout droit au trône de Bavière, pour lui et toute sa famille.

La Bavière, comme la Carinthie, sont rattachées au royaume des Francs, étant désormais placées directement sous l'autorité royale.

Tassilon de Bavière meurt en 794.



Campagne en Saxe

Charlemagne retourne en Saxe en 794. Il a divisé son armée en deux :

Charlemagne entre en Thuringe et Charles en Westphalie. Les rebelles se rendent sans combat et jurent fidélité au roi.

En 795, Charlemagne et son armée traverse la Saxe jusqu'à l'Elbe, pillant au passage.

Ayant appris la mort d'un de ses alliés, le duc des Aborites, Charlemagne durcit la lutte et les représailles. Il pénètre en Francie.

Il ne reste qu'un petit groupe de rebelles, réfugié en Wihmodie, le long de la mer du Nord.



Liaison de Angilbert de Ponthieu avec Berthe Carolingien

Angilbert de Ponthieu a une liaison en 795 avec Berthe Carolingien. Leurs enfants sont :



Mariage de Charlemagne avec Maldegarde

Charlemagne épouse en 795 Maldegarde. Leur enfant est :


Léon III Pape

Mort d'Adrien Ier Pape

Léon III Pape

Adrien Ier meurt, regretté des Romains, le 26 décembre 795. Charlemagne lui fait faire cette épitaphe :

Nomina jungo simul titulis, clarissime, nostra : Hadrianus, Carolus, rex ego, tuque pater. Quisque legas versus, devoto pectore, supplex Amborum mitis, dic, miserere Deus.

Léon III est élu pape le 26 décembre 795, le jour même de l'enterrement de son prédécesseur. Au moment de son élection, il est cardinal-prêtre de Sainte-Suzanne et trésorier pontifical. Mais des factions sont hostiles à son égard.

Aussitôt après son couronnement, Léon III envoie à Charlemagne :

et lui demande de lui envoyer un représentant pour recevoir le serment du peuple de Rome.

En réponse, Charlemagne rappelle qu'il est le défenseur de l'Église, et joint à son message une partie du trésor pris aux Avars.

Si Adrien Ier avait tout fait pour préserver l'indépendance de l'état pontifical, Léon III, lui, place Rome sous l'autorité directe de Charlemagne.



Campagne de Pépin Ier d'Italie contre les Avars

Charlemagne est obligé d'attendre pour continuer sa lutte, à cause de la rébellion des Saxons.

Ce laps de temps lui est profitable. Les Avars se désunissent et contestent le pouvoir du Khan. Le tudun, un des principaux dignitaires du royaume des Avars, offre même sa terre et ses hommes à Charlemagne.

En 795, Pépin Ier d'Italie envoie le général Eric, duc de Frioul, sur le territoire des Avars. Le Khan vient d'être assassiné, les Grands se disputent le pouvoir, Eric en profite pour envahir le Ring et s'emparer d'une partie des trésors.



Childebrand II missus sur l'Autunois

En 796, Childebrand II, petit-fils de Childebrand Ier est nommé missus sur l'Autunois, reçoit de Charlemagne le domaine de Perrecy en Charolais. Le Charolais est inclus dans le comté d'Autun.

Son frère Nibelung II épouse Berthe d'Autun, sœur de Thierry II d'Autun et de Guillaume Ier de Gellone.



Mort de Offa de Mercie

Mort de Ecgfrith de Mercie

Cenwulf de Mercie Roi de Mercie

À la fin de son règne, Offa de Mercie est le plus puissant monarque de Grande-Bretagne.

Offa de Mercie entretient une correspondance avec Charlemagne.

Offa de Mercie finance la construction de nombreux établissements religieux, malgré ses relations conflictuelles avec Jænberht, l'archevêque de Cantorbéry.

Offa de Mercie édifie la digue d'Offa, à la frontière du pays de Galles, une barrière de terre de 130 km de long.

Offa de Mercie meurt le 29 juillet 796.

Offa de Mercie ne parvient pas à établir une dynastie durable.

Ecgfrith de Mercie, son fils, meurt le 17 décembre 796.

Cenwulf de Mercie, un cousin éloigné, descendant de Cenwalh de Mercie, un autre frère de Penda de Mercie et d'Eowa, devient Roi de Mercie en 796.



Mariage de Charlemagne avec Liutgarde d'Alémanie

Charlemagne épouse en 796 ou 797 Liutgarde d'Alémanie.

Alcuin dit d'elle : La reine, aime à converser avec les hommes savants et doctes. Après ses exercices de dévotion, c'est son plus cher passe-temps. Elle est pleine de complaisance pour le roi, pieuse, irréprochable et digne de tout l'amour d'un tel mari. Elle est à la cour honorée même des enfants de Charlemagne. Elle pratique aussi la chasse.

Charlemagne fait embellir Aix-la-Chapelle, sa capitale.


Campagne des Francs au delà des Pyrénées

Nouvelle Marche d'Espagne

En 796, Charlemagne envoie une armée piller le nord de l'Espagne, sans rencontrer la moindre résistance.



Reconquête de Lisbonne par Alphonse II

Le roi des Asturies, Alphonse II le Chaste, prête serment de suzeraineté à Charlemagne et reconquiert Lisbonne. Même les habitants des Baléares chassent les arabes et se mettent sous la protection de Charlemagne.



Offre de soumission de Barcelone

En avril 797, Sa'dun al-Ruayni se présente à Aix-la-Chapelle et offre à Charlemagne de lui soumettre la cité en échange de son maintien au pouvoir et d'une aide dans sa lutte contre Cordoue.



Révolte des Avars

Après la dernière campagne de Pépin Ier d'Italie, le territoire des Avars est ravagé.

Il n'y a presque plus d'habitants, les nobles ont péri.

Devant ce désastre, le tudun pousse les Avars à se rebeller contre Charlemagne, en 797.



Campagne de Charlemagne en Wihmodie

En 797, Charlemagne pénètre en Wihmodie et bat les derniers résistants saxons. Toute la Saxe implore le pardon des Francs mais quelques Saxons tendent encore des embuscades.



Théodulf d'Orléans Évêque d'Orléans

En 797, Charlemagne nomme Théodulf d'Orléans Évêque d'Orléans.

Théodulf d'Orléans exerce cette charge de 798 (date incertaine) à 818.

Théodulf d'Orléans organise l'enseignement essentiellement dans l'Orléanais, créant des écoles paroissiales gratuites, des écoles épiscopales pour le niveau secondaire et des écoles monastiques.

Il réforme le système d'hospitalisation et établit dans les couvents la règle bénédictine, qui astreint les moines à la prière et au travail.



Déposition de Constantin VI l'Aveugle

Irène l'Athénienne Impératrice byzantine

Le matin du 18 août 797, avec l'accord d'Irène l'Athénienne, des conjurés s'introduisent dans le palais impérial et lui crèvent les yeux. Il est ensuite déporté hors de Constantinople et enfermé dans un monastère.

Irène reprend le pouvoir et devient Impératrice byzantine en 797. Son titre d'empereur est très contesté. Son geste lui retire l'appui des chrétiens.

Le peuple offre la couronne à Charlemagne, qui la récuse.

La suzeraineté de Byzance sur l'Occident n'est plus qu'un mirage…

Sur le plan intérieur, Irène prend le contre-pied de la politique suivie par Constantin V et Constantin VI et apporte son soutien aux riches commerçants, au détriment des couches populaires. Elle favorise également la restauration du monachisme, créant le monastère du Stoudios, fédération de monastères qui s'installe à Constantinople sous la direction de l'évêque Théodore. Elle prend des mesures afin d'améliorer les conditions de vie des plus défavorisés et de satisfaire les moines : une loi déclarera une bénédiction suffisante pour sanctionner le mariage des pauvres, une autre loi prohibera les troisièmes noces. Ces innovations seront jugées démagogiques par certains membres de l'aristocratie byzantine, demeurés conservateurs.



Pillage de la Saxe par Charlemagne

Intégration de la Saxe au royaume

À partir de mi 798, Charlemagne met à sac la Saxe entre l'Elbe et Weser. Ce pillage systématique va durer jusqu'en 799, date à laquelle les derniers rebelles se rendront.

Charlemagne intègre dès lors la Saxe à son royaume, sans en faire un véritable état.

En 798, il substitue le "Capitulare saxonixum" au précédent, en remplaçant la peine de mort par des amendes. Il ne modifie rien à la société saxe, y laissant les nobles à la tête, en nommant même quelques uns comtes, et en les chargeant du commandement des armées. Les Saxons, païens ou chrétiens, servent dès lors fidèlement Charlemagne et les Francs, malgré quelques nids de résistance. Charlemagne envisage toujours de christianiser la Saxe mais comprend et accepte que cela prenne du temps et que la violence ne serve à rien. La Saxe ne sera totalement christianisée que sous Louis Ier le Pieux.



Construction d'une nouvelle abbatiale Notre-Dame à Chelles

Peu avant 799, Gisèle, sœur de Charlemagne fait construite une nouvelle abbatiale dédiée à Notre-Dame à Chelles.



Révolte des Avars

Mort de Gérold de Bavière

Mort d'Éric de Frioul

Partage du territoire des Avars

Ils recommencent en 799 mais sans succès, bien que Gérold de Bavière et Éric de Frioul y aient laissé leur vie.

Les missionnaires remplacent les soldats et convertissent ceux qui restent au christianisme. Charlemagne intègre :



Parcelle de la vraie croix reçue par Charlemagne

En 799, Charlemagne reçoit une parcelle de la vraie croix des mains du patriarche de Jérusalem en Terre sainte



Conquête de la Bretagne

En 799, les Bretons s'agitent.

Charlemagne envoie le marquis Guy à travers la Bretagne.

Gui et les comtes sous son commandement, dont son frère le comte de Vannes Frodoaldou Hrodolt soumet les rois bretons un à un et les conduit à Charlemagne.

Celui-ci leur fait prêter serment de fidélité et soumission. La Bretagne est pacifiée.



Embuscade contre le Pape Léon III

Un groupe de partisans de l'indépendance de l'état pontifical et contre la domination des Francs est mené par des parents du défunt Pape Adrien Ier.

Léon III est protégé par le duc de Spolète, Winigis, aux ordres de Charlemagne.

Le 25 avril 799, durant une procession, Léon III est jeté à bas de son cheval, roué de coups.

Il échappe de justesse aux émeutiers qui voulaient lui crever les yeux.

Il est emprisonné. Mais le Pape s'échappe et trouve refuge auprès de Charlemagne.

Les opposants du pape l'accusent de scélératesse, de parjure, d'immoralité, et de simonie (trafic de choses saintes).

Le doute concernant le pape s'installe dans tous les esprits. Charlemagne décide de renvoyer Léon III à Rome, escorté de plusieurs hommes de confiance qu'il a chargé d'enquêter sur le compte du pontife.

La commission d'enquête découvre la manœuvre des parents d'Adrien 1er et les fait arrêter.

Léon III se disculpe en prononçant un "serment purgatoire" acceptant la punition divine s'il ment.

Léon III reste sur son trône tant que Charlemagne n'a pas décidé de son sort.



Mission contre l'adoptianisme

Charlemagne en 799 confie une mission à Benoît d'Aniane accompagné de Nebridius et de Leyrade Archevêque de Lyon pour se rendre dans les marches d'Espagne pour mettre fin à l'adoptianisme.



Mort de Marsillie Abbesse de Chelles

Gisèle Abbesse de Chelles

Se succèdent comme Abbesses de Chelles :

Marsillie meurt en 800.

Gisela ou Gisèle entre au monastère de Chelles dont elle devient Abbesse en 800 grâce au soutien de Charlemagne, son frère.

Elle échange une correspondance importante avec Alcuin.

Un scriptorium est créé dans l'abbaye de Chelles.



Mort de Liutgarde d'Alémanie

Liutgarde d'Alémanie meurt au monastère de Saint-Martin de Tours le 4 juin 800. Elle y est inhumée.

Le monastère de la Celle Saint-Paul de Cormery a été fondé par Ithier, précédent abbé de Saint-Martin de Tours.

Le jour même de la mort de Liutgarde, Charlemagne signe un diplôme pour que le monastère de la Celle Saint-Paul de Cormery soit suffragant de l'abbaye de Tours.

Charlemagne fait demander par Alcuin à Benoît d'Aniane, 22 de ses moines pour y implanter la nouvelle règle de saint Benoît.

Après la mort de Liutgarde, Charlemagne ne se remariera plus.



Liaison de Charlemagne avec Gersvinde

Charlemagne a une liaison vers 800 avec Gersvinde. Leur enfant est :



Mariage de Leibulf de Provence avec Oda

Leibulf de Provence Comte de Provence

Leibulf de Provence épouse Oda ou Odda. Leur enfant est :

L'ascension au pouvoir de Leibulf de Provence date des dernières années du règne de Charlemagne qui lui accorde nombre de ses titres. Successeur probable du Comte Loup, Leibulf de Provence devient Comte de Provence.



Construction de la cathédrale carolingienne de Laon

Une première cathédrale est édifiée à Laon sous l'épiscopat de l'évêque Gerfrid, (774-799). Ce premier monument, dédié à Saint-Sauveur et à Sainte-Marie, est consacré le 6 septembre 800 en présence de Charlemagne.


Couronnement de Charlemagne à Rome - Grandes Chroniques de France - XVe siècle

Charlemagne Empereur des Romains

Charlemagne profite de la quasi-vacance de l'empire d'Occident pour se faire couronner à Rome dans la basilique Saint-Pierre par le pape Léon III à la Noël le 25 décembre 800.

En remerciement des services rendus à la papauté et notamment de l'élimination des Lombards, Charlemagne reçoit du souverain pontife le titre inédit d''Empereur des Romains.

La cérémonie se déroule en présence d'une nombreuse délégation de Francs.

Théodulf d'Orléans assiste à ce couronnement.

Par son sacre dans la Ville éternelle, Charlemagne se démarque de son père, sacré à Saint-Denis.

Il se présente de façon symbolique en continuateur lointain de l'empire romain d'Occident...

C'est ainsi qu'il arbore comme emblème l'aigle monocéphale (une seule tête tournée vers la gauche).

Il rompt de la sorte avec la lignée de Clovis, qui a unifié 3 siècles plus tôt les territoires francs des deux côtés du Rhin.

Irène l'Athénienne cherche la paix avec les francs mais le couronnement de Charlemagne est regardé à Constantinople comme un acte de rébellion.

Avec le sacre de Charles le Grand, le monde romain de l'Antiquité se trouve désormais partagé entre trois empires rivaux :


Royaume Franc sous Charlemagne Royaume Franc sous Charlemagne

Royaume Franc sous Charlemagne

Le royaume comporte 15 millions d'habitants.


Comtés

Charlemagne gouverne son empire par l'intermédiaire d'environ 200 comtés, sous l'autorité d'un compagnon du roi (du latin, comes, comitis, dont nous avons fait Comte) à qui il délègue l'administration locale : à la fois administrateur, juge, chef militaire et percepteur des impôts et amendes. Très souvent choisis parmi les membres de sa famille, ceux-ci sont à l'origine d'une aristocratie dont les liens survivront, au travers des frontières, au morcellement de son empire.


Pagi

Il divise son royaume en 250 entités de base du nom de "pagi", d'après le mot latin pagus qui désigne une circonscription rurale (en France, beaucoup de ces pagi sont devenus à la Révolution des départements). Les habitants des pagi, surtout des travailleurs de la terre, sont désignés sous le terme pagenses, dont nous vient le mot paysan.


Missi dominici

Pour éviter les abus de pouvoir des seigneurs locaux, Charles délègue fréquemment ses proches dans les pagi. Ces représentants, ou missi dominici (en latin "envoyés du maître") vont deux par deux et se surveillent l'un l'autre ! L'un est un comte et l'autre un évêque.

Inspecteurs spéciaux, ils sont chargés de faire connaître et exécuter les décisions gouvernementales et levent en cas de besoin des troupes.

Attentif aux affaires religieuses, Charles constitue aussi une quinzaine d'archevêchés pour favoriser l'évangélisation de l'Occident.


Dénomination Charlemagne l'empereur à la barbe fleurie

Les clercs de la cour de Charles Ier prennent rapidement l'habitude de désigner l'empereur du qualificatif latin de Carolus Magnus (en français, Charles le Grand, en allemand, Karl der Grosse), devenu "Charlemagne" dans la langue populaire.

En France et en Allemagne, à la fin du Moyen Âge, les chroniqueurs tentent chacun de leur côté de "naturaliser" à leur profit l'empereur.

Ils enrichissent son hagiographie, évoquant même en termes poétiques et quelque peu curieux "l'empereur à la barbe fleurie".

En prêtant à l'empereur une barbe alors qu'il était vraisemblablement imberbe, ils veulent souligner son autorité virile. Quand au qualificatif de fleurie, il s'agit d'une mauvaise traduction de "flori", qui signifie blanc en vieux français.


Armée de Charlemagne Chevalier armé, musée municipal de l'évêché de Limoge Mannequin du musée de l'Armée de Paris

Charlemagne et son armée

Chaque grand propriétaire doit servir en personne et doit en plus équiper à ses frais et amener avec lui à la guerre d'autant de paysans qu'il est riche. Ceux qui cherchent à s'y dérober sont punis d'une lourde amende et les déserteurs sont condamnés à la peine capitale.

Image ci-contre de la bibliothèque Marcienne à Venise

Charlemagne développe la cavalerie lourde cuirassée où servent les seigneurs, contre qui l'infanterie avait bien du mal à se défendre. Charles Martel a auparavant testé ces techniques contre les arabes.

Le costume guerrier carolingien est proche de celui des romains :



Renaissance carolingienne et latin

Le latin revient en force chez les clercs de l'Église et les cours princières, à la faveur de ce que l'on a appelé la "renaissance carolingienne".

Le jeune roi des Francs est un Barbare illettré qui ne parle que le francique, la langue des Francs.

Intelligent et énergique, il n'a de cesse de s'instruire et apprend le latin auprès des meilleurs clercs de son temps.

Charlemagne s'inquiète de la disparition du latin dans l'empire d'Occident en lequel il veut voir une prolongation de l'ancien empire romain !

Il fait donc venir d'Angleterre le savant Alcuin.

Celui-ci réintroduit l'usage du latin à l'abbaye de Saint-Martin de Tours, où les moines ne savaient même plus lire le texte latin de la Bible, la Vulgate, dans la traduction de saint Jérôme du Ve siècle.

Théodulf d'Orléans travaille pour Charlemagne à la révision de la version alors autorisée de l'Écriture sainte (texte traduit en latin et que nous appelons encore Vulgate).

Théodulf d'Orléans collationne ainsi des manuscrits de la Bible, et, anticipant les méthodes de Loup de Ferrières, utilise des annotations précises pour distinguer l'origine des différentes leçons.

Les moines d'Irlande, qui ont pieusement conservé la pratique du latin à l'abri des invasions et des troubles, apportent leur concours à Alcuin dans les différentes abbayes du continent.

C'est ainsi que l'usage du latin va à nouveau s'épanouir dans tous les milieux cultivés d'Occident... jusqu'à l'aube du XVIIIe siècle (le grand savant Isaac Newton, qui mourut en 1727, publiera ainsi ses premiers ouvrages en latin et les derniers en anglais).

On retrouve les traces de la renaissance du latin dans les langues modernes avec des mots à deux racines. Par exemple, eau est une déformation populaire ancienne du latin aqua tandis que aquatique est une création savante tardive de la renaissance carolingienne, plus proche de la racine latine.

Les moines copistes de l'époque carolingienne inventent aussi une écriture cursive qui leur permet de travailler plus vite qu'avec l'écriture en capitale héritée des Romains. Cette écriture proche de nos minuscules actuelles est dite "caroline" en l'honneur de Charlemagne. Les serments de Strasbourg en 842 en offrent un bon exemple.



Assemblée à Toulouse

Siège de Barcelone

Charlemagne convoque une Assemblée à Toulouse au printemps de 800.

Charlemagne y décide l'envoi vers Barcelone de son fils Louis Ier le Pieux.

Une armée sous le commandement de plusieurs nobles, dont :

part dans la région en espérant la soumission de la cité et sa prise de contrôle.

Contre son sentiment mais par fidélité, Sanche Ier-Loup, Comte de Gascogne, prend part à l'expédition.

Sa'dun al-Ruayni trahit sa promesse, se refuse à remettre la cité. Les francs sont contraints d'assiéger la ville.

Un long siège commence probablement pendant l'automne 800.

Sa'dun al-Ruayni essaie de s'échapper vers Cordoue pour demander de l'aide mais est capturé.

Harun prend sa place.



Sanche-Loup Ier de Gascogne Duc de Vasconie

Sanche-Loup Ier de Gascogne est libéré lorsqu'il reconnaît la suzeraineté de Charlemagne comme Duc de Vasconie en 801.



Liaison de Charlemagne avec Regina

Charlemagne prend pour concubine vers 800 ou vers 801 Régina ou Regina. Leurs enfants sont :



Projet d'union matrimoniale de Charlemagne avec Irène l'Athénienne

Léon III tente de réunir les deux Empires par l'union de Charlemagne et de l'impératrice Irène l'Athénienne. À l'automne 801, Irène l'Athénienne propose à Charlemagne un projet d'union matrimoniale destiné à réunifier l'Empire romain.



Parcelle de la vraie croix reçue par Hugues III d'Alsace

Un manuscrit du Père jésuite Lyra rapporte qu'Hugues III d'Alsace est accusé de trahison envers Charlemagne et qu'il doit être décapité mais il est entièrement innocenté.

Pour le dédommager de cette injustice, Charlemagne lui fait don en 802 d'une parcelle de la vraie croix.

Hugues III d'Alsace ne se trouve pas digne de posséder cette relique.

Il la fait enchâsser dans un grand reliquaire en forme de croix et le met au cou d'un chameau, tandis que sa femme Ava y ajoute un évangile richement orné.

On convient que le précieux don restera et sera vénéré à l'endroit où la bête s'arrêtera de son gré.

Une sonnette au cou et suivi de 5 chevaliers, le chameau part de Bourgogne et arrive en Alsace au pied du Mont Sainte-Odile où il s'arrête le 7 des Ides de juillet.

C'est cet endroit qui est choisi pour y élever l'abbaye Sainte-Marie de Niedermunster.



Egbert de Wessex dans l'armée de Charlemagne

Egbert de Wessex sert 3 ans dans l'armée de Charlemagne et emploie ce temps d'exil à acquérir des connaissances dans l'art de la guerre et plus difficilement dans celui de gouverner.



Liaison de Charlemagne avec Madelgarde

Charlemagne a une liaison en 802 avec Madelgarde, fille de Madelbert de Lommois, Comte de Hainaut et Duc de Dentelin. Leur enfant est :



Liaison de Charlemagne

D'une liaison vers 803, Charlemagne a comme enfant Richbod (vers 803-14 juin 844).



Godfried de Danemark Roi des Danois

Godfred ou Godfried de Danemark devient Roi des Danois avant 804.

Godfried de Danemark apparait comme roi des Danois pour la première fois dans les Annales regni Francorum, en 804, lorsqu'il vient avec sa flotte et sa cavalerie au lieu nommé Slesthorp, à la frontière de son royaume et de l'empire de Charlemagne pour une entrevue qui n'a finalement pas lieu.



Théodulf d'Orléans Conseiller théologique de Charlemagne

Théodulf d'Orléans reçoit du pape le pallium et succéde à Alcuin comme conseiller théologique de l'empereur en 804.



Mariage d'Unroch II d'Artois avec Engeltrude de Frioul

Unroch II d'Artois épouse en 805 Engeltrude de Frioul (780-857), fille d'Audran Ier de Frioul (740-792), Comte de Frioul, et d'Ansperge de Lombardie (née en 745). Leurs enfants sont :

Unroch II d'Artois est un ami de Charlemagne.

Engeltrude de Frioul est héritière de Frioul.



Préparation de la division de l'empire de Charlemagne

Charlemagne ne croyait pas que la dignité impériale lui survivrait et ne voyait pas d'inconvénient à se soumettre à la coutume germanique du partage de l'héritage entre tous les fils.

Le 6 février 806, à Thionville, Charlemagne prépare donc la division de son empire entre ses fils, nommés consorts du royaume et de l'Empire :



Liaison de Charlemagne avec Adelinde

Charlemagne prend pour concubine vers 806 ou 807 Adélaïde ou Adelinde. Leur enfant est :



Bataille de Taillebourg

Charlemagne vainc les Sarrasins à Taillebourg, lieu stratégique pour le franchissement de la Charente, en 808.



Nouvelle Expédition au sud de Barcelone

En 808, Charlemagne envoie Ingobert, son légat, à Toulouse dans le but que Louis Ier le Pieux, son fils, qui réside en Aquitaine, l'envoie en expédition au sud de Barcelone.

Comme lors de l'expédition précédente, Ingobert divise l'armée franque :

Selon Astrónom, chroniqueur officiel du royaume des francs, dans sa Vita Ludovici :

Les forces de Bera de Barcelone et Adhemar de Narbonne traversent l'Èbre avec les barques qu'ils ont préparées. Les chevaux traversent à la nage. Leurs défécations sont entrainées par le courant et détectées par les habitants de Tortosa.

Le wali de cette cité, attaque Bera de Barcelone et Adhemar qui réussissent à échapper avec peu de pertes dans leur armée. Ils rejoignent Ingobert et se retirent une nouvelle fois de la zone.



Attaque des Obodrites par Godfried de Danemark

En 808, Godfried de Danemark attaque le peuple slave des Obodrites, de concert avec leurs voisins les Wiltzes.

Godfried de Danemark chasse Thrasicon des Obodrites, l'un de leurs ducs, et capture Godelaïd, un autre de leurs ducs,

Charlemagne dépêche Charles II le Jeune, son fils, avec une forte armée sur l'Elbe.

Les Danois sont repoussés.

Reginold, neveu de Godfried de Danemark, fils de son frère, meurt durant la bataille.



Liaison de Charlemagne avec Gerswinde de Saxe

Charlemagne prend en 808 pour concubine Gerswinde de Saxe. Leur enfant est :

Ce mariage met un terme définitif à la guerre contre les Saxons.



Mort de Thrasicon des Odobrites

En 809, une rencontre entre les envoyés de Godfried de Danemark et ceux de Charlemagne, sans doute sur la rive gauche de l'Eider, n'aboutit à aucun accord.

Thrasicon des Obodrites, qui a dû donner son fils en otage à Godfried de Danemark, entre sur le territoire des Wiltzes, alliés de ce dernier, et le ravage.

Trahi, Thrasicon des Odobrites meurt dans le port de Rerich tué par les hommes Godfried de Danemark.



Concile d'Aix-la-Chapelle

Théodulf d'Orléans participe en novembre 809 à l'assemblée générale ou plaid ou concile ou synode d'Aix-la-Chapelle

Ce concile affirme la doctrine de la double procession.

À la demande de Charlemagne, Théodulf d'Orléans écrit à la même époque, un traité sur le Saint Esprit (De spiritu sancto).



Mort de Rotrude de France

Rotrude fille de Charlemagne meurt le 6 juin 810.



Mariage de Goslin de Melun avec Adeltrude Carolingien

Goslin de Melun épouse Adeltrude Carolingien, fille de Charlemagne et de Fastrade de Franconie.

Leur enfant est :



Narbonne Archevêché

En 810, à la demande de Charlemagne, le pape Léon III élève le siège épiscopal de Narbonne au titre d'archevêché.



Frisons État de tributaires du Danemark

Mort de Godfried de Danemark

Hemming de Danemark Roi de Danemark

En 810, Godfried de Danemark et les Danois, avec une flotte de 200 vaisseaux attaquent la Frise et réduisent les Frisons à l'état de tributaires.

Godfried de Danemark se retire dans ses états.

Godfried de Danemark meurt en 810 assassiné.

Hemming de Danemark, son neveu, lui succède comme Roi de Danemark

Hemming de Danemark fait la paix avec Charlemagne, mais, la rigueur de l'hiver ayant rompu toutes voies de communication entre les deux parties, on observe la paix jurée sans déposer les armes.



Révolte des Bretons

En 811, Charlemagne lui-même se livre à des représailles à peine imaginables qui n'épargnent pas même les églises et les monastères de Saint-Malo.

Mais les Bretons ne se soumettent pas.

Charlemagne décide la création du comté d'Herbauges, qui englobe dans ses limites les comtés de Tiffauges et des Mauges.



Rencontre entre les Danois et les Francs

Dès le retour du printemps 811, 12 chefs des deux nations se rencontrent sur l'Eyder pour confirmer la paix.

Les négociateurs sont :

Vers le milieu de novembre 811, Aowin et Hebbi se rendent à Aix-la-Chapelle pour apporter à Charlemagne de la part d'Hemming de Danemark des présents et des promesses de paix.



Construction d'un château à Bonnes

Un premier château médiéval aurait été établi à Bonnes vers 811 par Arteld, missus dominicus et frère d'Éginhard, le biographe de Charlemagne.

Toutefois, les fouilles effectuées à Chamarande établissent que le lieu n'a jamais été fortifié.



Hugues III d'Alsace Ambassadeur de Constantinople

En 811, Hugues III d'Alsace est nommé ambassadeur à Constantinople par Charlemagne.



Mariage de Staurakios avec Théophano

Bataille de Pliska

Mort de Nicéphore Ier le Logothète

Blessure de Staurakios

Staurakios Empereur byzantin

Abdication de Staurakios

Michel Ier Rangabé Empereur byzantin

Mariage de Michel Ier Rhangabé avec Propopia

Staurakios ou Stauracius, fils de Nicéphore Ier le Logothète, épouse Théophano, cousine de l'impératrice Irène l'Athénienne.

Lors d'une brillante campagne menée contre les Bulgares, Nicéphore Ier le Logothète vainc le khan bulgare Krum et prend Pliska sa capitale.

Mais Nicéphore tombe dans une embuscade et est vaincu et tué le 25 juillet 811, ainsi d'une grande partie de son armée par Krum qui fait de son crâne une coupe à boire.

Staurakios, fils de Nicéphore Ier le Logothète, lui même gravement blessé par une épée au cou, réussit à s'échapper et à rejoindre Constantinople.

Les officiers survivants, espérant qu'il en réchappera proclament Staurakios empereur byzantin en juillet 811.

Paralysé par sa blessure, il ne règne qu'un mois.

Staurakios abdique le 2 octobre 811 en faveur de son beau-frère Michel Ier Rhangabé.

Michel Rhangabé, fils de Théophilacte Rangabé, drongaire de la flotte, est acclamé empereur byzantin par l'armée et le sénat dans l'hippodrome le 2 octobre 811.

Staurakios se retire dans un monastère.

Staurakios accepte le fait accompli, est tonsuré et envoyé dans un monastère.

Michel Ier Rhangabé épouse Propopia, fille de Nicéphore Ier le Logothète. Leurs enfants sont :

Faible et influençable, Michel Ier Rangabé se laisse manipuler par le patriarche Nicéphore de Constantinople et l'abbé Théodore de Stoudios, tous deux opposés sur la question du culte des images.

Michel Ier Rangabé sous l'influence de Théodore, se montre favorable aux Images.

Michel Ier Rhangabé s'empresse de révoquer les mesures fiscales de Nicéphore Ier le Logothète et, fervent partisan des images, multiplie les dons d'argent à l'Église.

Après 12 ans de négociations, Michel Ier Rhangabé reconnait à Charlemagne le titre d'empereur mais non d'empereur des Romains.

Le rêve d'un empire universel prend fin et un nouvel empire était créé en Occident.



Découverte de la tombe de l'apôtre Saint Jacques

Pendant le règne d'Alphonse II le Chaste, on découvrit en 812 à Compostelle une tombe qu'on supposa être celle de l'apôtre Saint Jacques.

Partant d'Oviedo, le roi Alphonse II le Chaste visite la tombe et devient le premier pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle.

Du fait de ses relations avec la cour de Charlemagne, un flux de pèlerins commence à s'établir : ils franchissaient les Pyrénées, passaient par Oviedo et, de là, vers Compostelle.



Trêve avec les musulmans

Après l'échec des 3 expéditions vers Tortosa, les propositions pacifistes de Bera de Barcelone ont un écho à la cour.

Finalement l'Empereur Charlemagne les accepte en 812, pour une durée de 3 ans.



Aldric du Mans à la cour de Charlemagne

Aldric du Mans aurait été envoyé par ses parents à la cour de Charlemagne vers 812.



Plainte contre les comtes de Septimanie et de Gothie

Un groupe de propriétaires terriens hispaniques, des nobles locaux de l'ancienne province de Septimanie et de Gothie ou de la Marche Hispanique, portent plainte contre :

Ces propriétaires se plaignent de ce qu'on leur impose sur leurs terres des tributs et des charges injustes.

En 812, les comtes accusés se rendent à la cour d'Aix-le-Chapelle.

Charlemagne donne raison aux plaignants.



Traité de paix d'Aix-la-Chapelle

En 812, l'Empereur byzantin Michel Ier Rangabé reconnaît Charlemagne comme empereur romain d'Occident.



Restitution des biens à l'abbaye de Montier-en-Der

En 813, par un mandement de Charlemagne, Aléran de Troyes ou en latin Aledramnus est chargé de restituer des biens volés à l'abbaye de Montier-en-Der.



Bernard de Vermandois Roi d'Italie

En 813, Charlemagne nomme Bernard de Vermandois Roi d'Italie.


Charlemagne et Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire Empereur

Deux des fils de Charlemagne sont disparus prématurément.

Louis Ier le Pieux, son 3ème fils, est son seul héritier.

Charlemagne réunit évêques, abbés, comtes, prêtres, diacres et notables Francs venant de tout son empire à Aix-la-Chapelle.

Ils élaborent 46 chapitres sur ce qui est nécessaire à l'Église de Dieu et au peuple chrétien.

Devant cette assemblée, Louis Ier le Pieux est nommé empereur le 11 septembre 813 du vivant de son père.

L'empire n'est donc pas découpé, comme il est coutume de le faire à l'époque.

A l'avènement de Louis Ier Le Pieux, son frère, Berthe Carolingien est bannie de la cour .


Miniature représentant Louis dit le Pieux se détachant sur un texte sacré - école de Fulda

Mort de Charlemagne

Louis Ier le Pieux Roi des Francs

Louis Ier le Pieux Roi des Lombards

Bernard de Vermandois Roi d'Italie

Charlemagne meurt à Aix-la-Chapelle le 28 janvier 814, à 71 ans d'une pleurésie.

Il est inhumé à Aix-la-Chapelle dans la chapelle de son palais.

Rampon de Barcelone est chargé d'annoncer à Louis Ier le Pieux la mort de Charlemagne, son père, à Doué-la-Fontaine (Anjou).

En 814, Louis Ier le Pieux récupère l'intégralité de l'héritage de Charlemagne.

Il reste entouré de conseillers aquitains, comme le chancelier Helisachar ou le moine Benoît d'Aniane.

Les envoyés du basileus, Léon V, venant confirmer le titre impérial de Charlemagne le remettent à Louis Ier le Pieux

Dès lors, Louis Ier le Pieux se fait titrer Empereur auguste.

Louis Ier pousse la piété à l'extrême, devenant un véritable dévot.

Il donne des terres à des humbles, diminuant ainsi son propre patrimoine.

Louis Ier le Pieux confirme Bernard de Vermandois Roi d'Italie.



Mort de Léon III Pape

Étienne IV ou V Pape

Léon III Pape meurt le 11 juin 816 à Rome.

Il est inhumé le 12 juin à Saint-Pierre, aux côtés de Léon Ier et Léon II.

Il sera canonisé en 1673 par Clément X.

Léon III fonde l'école palatine, le premier noyau de l'université de Paris.

Léon III combattit l'adoptianisme en Espagne.


Querelle du Filioque

La "querelle du Filioque" est la querelle théologique entre l'Église catholique romaine et l'Église orientale, à propos du dogme de la Trinité.

Le mot Filioque est ajouté unilatéralement dans le credo occidental: "ex Patre Filióque procedit" "Il procède du Père et du Fils".

Ce mot était déjà employé notamment en Espagne, afin de réfuter l'arianisme.

Léon III accepte le Filioque comme une vérité de foi mais, malgré la pression des évêques de France et d'Espagne, refuse de l'insérer dans la liturgie.

C'est Charlemagne qui l'ajoute au symbole de Nicée.

Le pape proteste en faisant apposer, sur les portes de sa cathédrale, gravés sur des plaques métalliques, les textes latin et grec du credo original.

Étienne IV, né à Rome, est élu pape le 12 juin 816 sans attendre que Louis Ier le Pieux approuve cette élection.

Pour ne pas offenser l'empereur, Étienne IV ordonne aux Romains de prêter fidélité au roi des Francs puis envoie à Louis des ambassadeurs afin d'expliquer cet hommage.



Couronnement de Louis Ier le Pieux

Indépendance de l'État de Rome

Le Pape Étienne IV se rend lui-même à la cour des Francs.

Le 5 octobre 816, il procède à Reims au couronnement comme empereur et impératrice de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.

Le pape obtient de Louis Ier le Pieux que l'État de Rome redevienne indépendant, ce que Charlemagne avait toujours refusé.

Le roi des Francs est désormais le vassal du pape en Francie, chose que n'acceptera pas Lothaire Ier, fils de Louis Ier le Pieux.



Application de la règle de Saint Benoît aux Monastères

Capitulum monasticum

Les monastères ne respectent plus la règle de Saint Benoît : pour obliger les monastères à respecter ses principes fondamentaux, Louis Ier le Pieux impose par le capitulaire de 817 la règle bénédictine à tous les monastères.

Louis Ier le Pieux réunit à Aix-la-Chapelle tous les abbés de l'Empire pour faire accepter le capitulum monasticum, préparé par Benoît d'Aniane.

Le but de cette constitution est de réglementer et surtout d'unifier les différents styles de vie monastique.

Saint Augustin et Benoît de Nursie sont à cette époque les meilleures références pour vivre une vie religieuse à la fois exigeante et raisonnable.

L'empereur qui est en accord parfait avec ce mouvement de purification en proclame l'application dans tout l'Empire.

Ainsi, la politique culturelle mis en place par Charlemagne trouve-t-elle ici toute l'ampleur d'une brillante renaissance artistique, spirituelle, intellectuelle dans beaucoup de monastères, devenus des lieux privilégiés de transmission de la culture.

Toutefois, à partir de cette règle unique vont se créer des traditions propres à chaque abbaye.



Berthmond et Ithier Comtes d'Auvergne

Guérin Ier de Vergy Comte d'Auvergne, de Chalon, de Mâcon et de Bourgogne.

Berthmond et Ithier sont Comte d'Auvergne sous Charlemagne.

Guérin Ier de Vergy est "comte de Chalon de son estoc", c'est-à-dire par héritage.

Guérin Ier de Vergy devient Comte d'Auvergne en 818, par un don de Louis Ier le Pieux, ce qui fait supposer qu'Alba d'Autun est la fille d'Ithier, Comte d'Auvergne.



Rorgon Ier du Maine Comte de Rennes

Rorgon Ier du Maine vit à la cour de l'empereur Charlemagne.

Louis Ier le Pieux confie à Rorgon Ier du Maine le comté de Rennes en 819.



Attaque des Abodrites, Wilzes, Slaves et Normands

De nombreuses attaques ont lieu venant de l'Elbe : Abodrites, Wilzes, Slaves et Normands mais les frontières et fortifications de Charlemagne tiennent.



Imputation des échecs francs à Pampelune à Bera de Barcelone

Exil de Bera de Barcelone

Rampon de Barcelone Comte de Barcelone, Gérone, Osona et Besalú

Guilhem Comte de Razès et de Conflent

Bera de Barcelone défenseur de la trêve avec les musulmans est accusé d'être responsable des échecs francs à Pampelune.

Le parti belliciste emmené :

qualifie la trêve de contraire aux intérêts nationaux.

En février 820 est convoquée à Aix-la-Chapelle une Assemblée générale.

Bera de Barcelone s'y rend.

Gaucelme de Roussillon y envoie son lieutenant Sanila, qui formule contre Bera de Barcelone une accusation d'infidélité et de trahison.

Le litige, comme il est habituel à l'époque, se règle par un duel judiciaire dans le Palais lui-même.

Bera de Barcelone s'il veut être considéré comme le leader du parti goth, n'a pas d'autre option que d'accepter le défi.

Le duel (à l'origine des futurs tournois médiévaux) se fait à cheval, avec des javelots et des armes légères.

Ce système utilisé par les goths, est quasi inconnu des francs.

Bera de Barcelone qui n'est pas aussi habile que son rival, est battu par Sanila.

Sa déroute entraine la reconnaissance des charges dont il est accusé et, par conséquent, la peine de mort.

L'Empereur Louis Ier le Pieux, qui ne considère pas le comte comme un traitre, commue la peine de mort et l'envoie en exil à Rouen.

Bera de Barcelone résidera dans cette ville jusqu'à sa mort.

Les domaines de Bera de Barcelone sont divisés:



Mort de Berthe

Berthe, fille de Charlemagne, meurt en 826.



Destitution de Hugues de Tour et de Mainfroi d'Orléans

Eudes Ier d'Orléans Comte d'Orléans

En février 828, Hugues III d'Alsace tarde à porter secours à Bernard Ier de Septimanie qui combat les Sarrazins commandés par Abou Marvan au sud de l'Aquitaine.

Hugues III d'Alsace et Mainfroi d'Orléans sont sévèrement réprimandés par Louis Ier le Pieux qui les destitue de leurs titres.

Louis Ier le Pieux destitue Hugues III d'Alsace de la fonction d'ambassadeur à Constantinople.

À la suite de cet épisode, Hugues III d'Alsace est affublé du nom d'Hugues le Peureux.

Mainfroi d'Orléans est remplacé à Orléans par Eudes Ier d'Orléans, dont le frère Guillaume est déjà Comte à Blois et Chartres.

Eudes Ier d'Orléans et Guillaume sont cousins de Bernard Ier de Septimanie et alliés au clan des Aquitains.

Ils sont issus de la famille des Gérold de Bavière.

De cette famille est issue Hildegarde la femme de Charlemagne.



Bernard Ier de Septimanie Chambellan

En 829, Bernard Ier de Septimanie, reçu à la cour, s'attire les bonnes grâces de Judith de Bavière, et donc de Louis Ier le Pieux puisque celui-ci subit l'influence de sa femme.

Bernard Ier de Septimanie devient chambellan, maître de la politique.

Les évêques ont de plus en plus de pouvoir puisque Louis Ier le Pieux leur accorde de plus en plus de liberté, ce que Charlemagne avait toujours évité…



Paix de Chouzy-sur-Cisse

Exil de Lothaire Ier et d'Hugues III d'Alsace

En 835, Louis Ier le Pieux est remis sur son trône et vient à Thionville pour tenir la diète qu'il a convoquée pour le mois de février.

Lothaire Ier se rend aux invitations de son père avec Hugues III d'Alsace qui l'a soutenu.

Lothaire Ier et Hugues III d'Alsace implorent leur grâce.

Lothaire Ier est obligé de signer la paix à Chouzy-sur-Cisse, près de Blois.

C'est grâce à l'intervention de Wala de Corbie, ancien précepteur de Charlemagne, et conseiller de Lothaire Ier que les deux personnages sont graciés.

Ils perdent toutefois leur comté et une partie de leurs biens.

Hugues III d'Alsace est contraint de s'exiler en Italie et Wala de Corbie doit s'exiler à l'abbaye de Corbie.



Meinrad Ermite

Meinrad fait ses études des Belles-Lettres qui l'introduisent à la lecture de l'Écriture Sainte.

Meinrad part mener la vie d'ermite à Einsiedeln en Suisse, au canton de Schwytz.

La petite-fille de Charlemagne lui fait don de ce lieu à Meinrad, son cousin, après de longues années.

Peu à peu, la sainteté attire les pèlerins, qui peuvent ainsi vénérer la Mère de Dieu en ce sanctuaire.



Naissance d'Adélaïde de Frioul

Aélis de Paris ou Adélaïde de Frioul naît entre 850 et 853, fille :

Elle est l'arrière petite-fille du comte Bégon de Paris et d'Alpaïs.

Alpaïs pourrait être fille du roi Louis Ier le Pieux ou selon certaines sources beaucoup plus sûres une fille illégitime de Charlemagne et de l'une de ses nombreuses concubines.

Si Alpaïs n'est ainsi pas la fille de Louis Ier le Pieux, Adélaïde de Frioul est nièce de Charles II le Chauve et cousine de son fils, Louis II le Bègue.

Si Alpaïs est une fille illégitime de Charlemagne, Adélaïde de Frioul est une demi-sœur de Charles II le Chauve et tante de Louis II le Bègue.



Sanche II Sancion Mitarra Duc de Vasconie ou Gascogne, Comte de Fézensac

Vers 850, Sanche Mitarra ou Sancius-Mitarra ou Santxo Mitarra, second fils de Sanche-Loup de Gascogne, devient chef des Vascons. Mitarra signifie le Terrible

Ses qualités militaires mais aussi politiques le font triompher de Pépin II d'Aquitaine qui lui avait déclaré la guerre. Les troupes de Pépin II d'Aquitaine sont repoussées sur la rive droite de la Garonne.

Sanche Mitarra affranchit le duché de Vasconie de la tutelle carolingienne. Il établie sa capitale à Bordeaux.

68 ans après le coup de force de Charlemagne, la Vasconie retrouve ses anciennes frontières naturelles.



Mariage d'Ursus de Champagne avec Berthe

Ursus de Champagne épouse en 870 Berthe.

Leur enfant est :

Berthe est la sœur du comte Hucbald, beau-frère du roi Bérenger dit Le Vieux d'Italie, gendre de Gisèle, petite-fille de Charlemagne



Mort de Louis II le Germanique

Louis III le Jeune Roi de Francie orientale

Carloman Ier de Bavière Roi de Bavière

Charles III le Gros Roi d'Alamannie

Louis II le Germanique meurt à Francfort-sur-le-Main le 28 août 876, âgé de 70 ans.

Il est inhumé au de Lorsch.

Il est inhumé dans le cloître du monastère de Lörsch en Hesse.

Louis II le Germanique montre beaucoup de modération, de courage et de talent à gouverner et sait :

Ses fils s'étant révoltés contre lui, il se souvient qu'il s'est lui-même révolté contre son père, et les ramène à l'obéissance sans employer la rigueur.

Des héritiers de Charlemagne, il était le seul capable de contenir les factions, de se former un grand parti, tant par la douceur et la fermeté de son caractère que par les grâces de sa personne et l'enjouement de son humeur.

En 876, les trois fils de Louis II le Germanique se partagent la Germanie, qui forme alors un immense royaume, puisque, outre l'ancienne France au delà du Rhin, elle comprend la Saxe, la Thuringe, la Bavière, la Pannonie, le pays des Grisons, la Lorraine et quelques provinces en deçà du Rhin.


Louis II le Bègue Louis II le Bègue - Grandes Chroniques de France - Bibliothèque Nationale Paris Louis II le Bègue

Mort de Charles II le Chauve

Louis II le Bègue ou le Fainéant Roi de Francie occidentale

Sacre de Louis II le Bègue

Théodebert Comte de Meaux

Carloman Ier Roi d'Italie

Charles II le Chauve doit rentrer.

Il meurt à Avrieux, près de Modane, dans la vallée de Maurienne, avant d'être revenu le 6 octobre 877.

Il est enterré au monastère de Nantus.

Hincmar est son exécuteur testamentaire.

Sous son règne, la brillante culture carolingienne connut son apogée notamment grâce à ses largesses.

Prince raffiné et cultivé, il fit de sa cour le plus grand centre culturel de l'époque notamment avec Jean Scot Erigène qui y vécut et enseigna de 845 à 867.

Un nombre très important d'écrits date de cette période.

Il ne faut donc pas trop s'empresser de juger ce règne comme le début de la décadence.

Bien au contraire, la puissance carolingienne dura jusqu'à sa mort.

Les 5 enfants de Charles II le Chauve et Richilde sont morts en bas âge.

Les insurgés sont amenés a priori à refuser la couronne à Louis II le Bègue, qu'une santé faible et l'embarras qu'il a de s'exprimer rendent peu redoutable aux factieux.

Comme Louis II le Bègue n'est pas son fils, et que Richilde, veuve de Charles II le Chauve, a le plus vif désir de voir le duc Boson V de Provence, son frère, s'élever jusqu'à la souveraineté, elle se range du coté des mécontents, dans l'espoir que les divisions qui s'annonce servent l'ambition de son frère.

Louis II le Bègue, apprenant à la fois la mort de son père et les dangers qui menace le trône, part d'Orreville, maison de plaisance entre Arras et Amiens, distribue les places et les trésors de son père en faveur de ceux qu'il rencontre, et prodigue l'argent et les grâces pour se faire des partisans.

Cette conduite devient le premier grief qu'allèguent contre lui les seigneurs, convaincus qu'il ne peut rien accorder sans leur consentement.

En effet, depuis l'usurpation de Pépin III le Bref la couronne était devenue élective, et le sacre était regardé comme une condition nécessaire du pouvoir royal.

Louis, non reconnu par les seigneurs, non sacré par les évêques, n'est rien.

Ainsi la France est deux mois dans l'incertitude.

L'impératrice Richilde, s'aperçoit que les mécontents ne la flattent que pour l'éloigner du roi.

Craignant d'avancer la ruine de Boson V de Provence en se pressant trop de l'élever, Richilde montre le testament par lequel Charles II le Chauve appelle son fils Louis à lui succéder.

Richilde lui remit l'épée de Charlemagne, la couronne, le sceptre, le manteau royal.

Ces signes du pouvoir ayant rapproché de lui les esprits divisés, Louis II le Bègue est sacré à Compiègne par Hincmar, Archevêque de Reims, le 8 décembre 877.

Hincmar garde toute son influence.

Théodebert, frère d'Anscharic Évêque de Paris, succède à Louis II le Bègue comme Comte de Meaux en 877.

Carloman Ier de Bavière hérite et devient Roi d'Italie en 877.



Allégeance des grands vassaux du royaume de Francie occidentale

Il est possible que Charles III le Gros ait été couronné rex in Gallia par l'évêque Gilon de Langres, à Grand (Vosges) le 20 mai 885, jour de la fête de l'Ascension.

Mais Charles III le Gros ne se plait que dans les montagnes de l'Helvétie dont l'air lui est favorable et diminue sa langueur.

En juin 885, Charles III le Gros, ayant finalement accepté, reçoit le serment d'allégeance des grands vassaux du royaume de Francie occidentale au palais de Ponthion.

L'Empire de Charlemagne, le Regnum Francorum, est ainsi reconstitué pour la dernière fois, à l'exception de la Provence et de la Bourgogne Transjurane et de la Bretagne.



Siège de Pavie

Mort de Bérenger Ier de Frioul

Pavie est assiégée et pillée.

Bérenger Ier de Frioul meurt le 7 avril 924 assassiné par les habitants dans l'indifférence générale.

Personne ne se présente pour relever le titre.

C'est ainsi que disparaît dans l'indifférence la couronne impériale inaugurée par Charlemagne. Il est vrai que celle-ci était très vite devenue un hochet sans pouvoir.


Portrait d'Othon Ier paint par Lucas Cranach Othon Ier le Grand - le cavalier de Magdebourg - statue équestre de 1240 Othon Ier le Grand et Jean XII - miniature de 1450

Othon Ier le Grand Empereur germanique

Privilegium ottonianum

Comme son père et tous ses successeurs, Othon Ier le Grand tient à s'asseoir sur le trône de pierre de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle, à la place de Charlemagne.

Othon II de Saxe est élu par ses troupes et devient empereur sous le nom d'Othon Ier le Grand.

Othon Ier et Adélaïde de Bourgogne sont couronné empereur et impératrice d'Occident par le pape Jean XII à Rome le 2 février 962.

Othon Ier le Grand crée un nouvel empire, le Saint Empire romain germanique, qui prétend restaurer l'empire de Charlemagne dont le dernier titulaire était Bérenger Ier de Frioul.

Selon la terminologie des historiens postérieurs, Othon Ier le Grand fonde le 1er Reich allemand.

Mais sans infrastructures ni administration autre que l'Église, le nouvel empire est une pâle copie de l'empire romain, disparu depuis près de 500 ans.

Il couvre le royaume de Germanie, ou d'Allemagne, et le royaume d'Italie, limité à la Lombardie.

L'Empire Germanique englobe le royaume de Bourgogne.

Cette mainmise de l'autorité impériale amène la suzeraineté du royaume bourguignon à glisser doucement vers leurs parents germaniques, tandis que le pouvoir local tombe entre les mains des grands.

La dénomination de Saint Empire romain germanique n'apparaitra qu'au XVe siècle.

Les réformes administratives d'Othon Ier le Grand privilégient le clergé épiscopal et la collégialité des prélats et princes au détriment des monastères.

Jean XII couronne Othon pour le remercier de l'avoir sauvé des griffes de Bérenger II d'Ivrée.

En échange, après moult négociations, Othon Ier le Grand accorde le privilegium ottonianum, confirmation de la Donation de Pépin : l'Empereur reconnaît les États pontificaux, étendus jusqu'aux régions byzantines, en échange d'un serment de fidélité du pape, librement élu, aux représentants impériaux.



Naissance d'Humbert Ier de Savoie

Humbert Ier de Savoie, dit Humbert aux Blanches Mains, en italien Umberto Ier de Savoie Biancamano, naît en Maurienne entre 970 et 980, fils d'Amédée de Provence.

Selon une légende fabriquée vers la fin du XVIe siècle pour les princes de la Maison de Savoie afin de prouver leur origine saxonne et donc leur droit à ceindre la couronne impériale, le vrai père d'Humbert Ier de Savoie serait un certain Bérold, prince saxon, descendant du fameux Widukind Ier de Saxe, le vaillant antagoniste, puis ami de Charlemagne qui aurait fui le Saint-Empire pour se réfugier dans le royaume de Provence après avoir été accusé d'amour impossible avec la femme de l'empereur.

Une autre légende voudrait qu'il soit le fils de Gérald de Genève (né en 942).


Tombe de Grégoire V Pape Sylvestre II Pape Sylvestre II Pape

Mort de Grégoire V Pape

Sylvestre II Pape

Grégoire V meurt le 18 février 999.

Il a inhumé dans l'ancienne basilique Saint-Pierre.

Othon III du Saint-Empire veut restaurer l'empire de Charlemagne, voire l'empire romain de Constantin.

Il espère y arriver en plaçant sur le trône de Saint-Pierre son maître et ami, Sylvestre II (55 ans).

Il est élu pape et consacré le 2 avril 999.

Pour mettre en lumière le partenariat entre le pape et l'empereur, Gerbert choisit le nom de Sylvestre II en référence à Sylvestre Ier qui fut pape sous l'empereur Constantin Ier et qui reconnut le christianisme comme religion de l'Empire romain.



Mort d'Othon II de Basse-Lotharingie

Godefroy II de Verdun Duc de Basse-Lotharingie

Frédéric de Verdun Comte de Verdun

Othon II de Basse-Lotharingie meurt en 1006 (Selon les Chronica de Sigebert de Gembloux) ou en 1012.

Il est le dernier des carolingiens mâles issus de Louis Ier le Pieux.

Les seuls caroligiens encore vivant sont les Herbertiens de Vermandois, issu de Bernard, fils illégitime de Pépin, le fils aîné de Charlemagne.

Il est possible que Lambert Ier de Louvain revendique le duché de Basse-Lotharingie à la mort d'Othon II de Basse-Lotharingie, son beau-frère, mais rien ne permet de le certifier.

L'empereur Henri II le Saint nomme Godefroy II de Verdun Duc de Basse-Lotharingie sur la recommandation de Gerhard Ie, Évêque de Cambrai.

Il prend le nom de Godefroy Ier de Basse-Lotharingie.

Ce choix est conduit par diverses considérations :

Il bénéficie en outre du soutient de ses frères :

Godefroy II de Verdun confie alors le comté de Verdun à Frédéric de Verdun, son frère.



Dédicace de l'église abbatiale de Lagny-sur-Marne

Don d'un clou de la croix du Christ

2 ans après son achèvement, l'église abbatiale de Lagny-sur-Marne est dédicacée en 1019 par Léothéric, archevêque de Sens, en présence de Robert II de France et d'un grand nombre de princes et d'évêques.

L'église est dédiée à Saint Pierre, Saint Paul et aux Saints Innocents.

La seigneurie de Laigny (dénomination populaire de la bourgade) est rétablie.

Robert II le Pieux fait don à l'abbaye de Lagny-sur-Marne de la pointe d'un des clous de la croix du Christ et d'une épine de la Couronne du Sauveur.

Ces reliques proviennent du trésor de Charlemagne à Aix-la-Chapelle.

Lagny-sur-Marne s'appellera Lagny Le Clou.

Un dimanche de Passion, Robert II le Pieux vient Lagny-sur-Marne en procession, pieds nus, accompagné d'Henri Ier de France, alors Duc de Bourgogne.

Le souvenir de cette procession sera renouvelé tous les ans jusqu'au jour où les Calvinistes brûleront ces reliques.

Le blason de la ville de Lagny-sur-Marne comporte toujours ce clou.


Cathédrale de Besançon

Construction de la Cathédrale Saint-Jean de Besançon

Hugues Ier de Salins fait reconstruire en 1061 la Cathédrale Saint-Jean de Besançon construite par l'empereur Charlemagne au XIe siècle.



Naissance d'Adélaïde de Vermandois

Adélaïde de Vermandois naît en 1062, fille d'Herbert V de Vermandois et d'Adèle de Valois.

Descendante en ligne masculine illégitime de Charlemagne, Adélaïde de Vermandois est le dernier membre connu de la dynastie carolingienne.


Cathédrale de Noyon

Construction de la cathédrale de Noyon

Noyon s'est élevé sur le castrum d'une ville romaine de garnison vers la fin du IIIe siècle. Les premiers évêques s'y sont établis intra muros lorsqu'au VIe siècle, le siège du diocèse a été transféré de Saint-Quentin, vraisemblablement à l'initiative de saint Médard.

La ville et son évêque étaient très liés à la royauté franque.

En 768, Charlemagne est couronné roi de Neustrie.

Hugues Capet y est sacré roi le 3 juillet 987.

En 1131, un incendie détruit en partie la cathédrale carolingienne, qui est seulement consolidée.

L'évêque, qui était le seigneur de la ville, donne l'autorisation d'étendre la construction à l'extérieur de l'enceinte antique pour l'agrandir.

Simon de Vermandois, le frère du comte Raoul Ier de Vermandois, en est alors l'évêque.

Suspendu en 1142, celui-ci plaide à Rome le maintien de l'union de Tournai à l'évêché de Noyon en vain.

Simon de Vermandois se croise en 1146.



Canonisation de Charlemagne

Pascal III canonise Charlemagne à Aix-la-Chapelle en 1165, à la demande de Frédéric Ier Barberousse.



Construction du château fort de Suze-la-Rousse

Bertrand Ier des Baux fait bâtir un château fort sur une colline qui domine le village de Suze-la-Rousse sur l'emplacement d'un relais de chasse offert par Charlemagne à son cousin Guillaume Ier de Gellone au VIIIe siècle.

Enceinte fortifiée à la manière médiévale, cette forteresse domine le pays d'alentour et assure à ses occupants une tranquillité exceptionnelle. Il est à demi incrusté dans la roche ocre, doté de remparts gigantesques, de douves profondes, d'un pont-levis, et d'un puits.



Mariage de Philippe II Auguste avec Isabelle de Hainaut

Philippe II Auguste cherche l'alliance flamande pour échapper à l'emprise des Champenois menés par sa mère Adèle de Champagne et ses oncles. Philippe II Auguste épouse le 28 avril 1180 à Bapaume Isabelle de Hainaut. Leur enfant est :

Isabelle à 13 ans et lui 15 ! Isabelle de Hainaut est la nièce de Philippe Ier d'Alsace, Comte de Flandre et pair du royaume. Philippe Ier d'Alsace lui donne une dot imprudemment disproportionnée : l'Artois. Isabelle présente de plus l'avantage d'avoir du sang carolingien, les comtes de Hainaut descendant de Charles de Basse-Lorraine et donc de Charlemagne.


Béatrice de Genève - Peinture de 1700/1799 - La Venaria Reale de Turin

Mariage de Thomas Ier de Savoie avec Béatrice de Genève

Thomas Ier de Savoie épouse en 1195 ou en mai 1196 Béatrice de Genève, fille de Guillaume Ier de Genève et de Béatrice de Valpergue de Faucigny. Leurs enfants sont :



Naissance de Pierre II de Savoie

Pierre II de Savoie dit le petit Charlemagne naît à Suze dans la Drôme en 1203, fils de Thomas Ier de Savoie et de Béatrice de Genève.


La Madonne de Vic - par Frans Pourbus le Jeune

Dépose de La Madonne de Vic en l'église Saint-Nicolas-des-Champs

La chapelle de la Vierge dans l'église Saint-Nicolas-des-Champs à Paris IIIe est concédée à la famille de Vic.

Dominique de Vic y dépose le tableau de La Madonne de Vic en 1617.

Un roi, sans doute Charlemagne, entouré de saints est agenouillé devant la Vierge.

L'identification des personnages est incertaine. Méry de Vic, à l'extrémité droite, et Dominique de Vic, son frère, à gauche, sont représentés.

Avec La Messe de Saint Gilles, ce tableau est l'un des deux seuls à représenter la couronne de Saint Louis.

Ce tableau est la source iconographique la plus précise en notre possession sur certains insignes royaux utilisés à l'occasion du sacre des rois de France, les Regalias.

Emblèmes du pouvoir et objets liturgiques, ils sont conservés à la basilique Saint-Denis.

On distingue :


Louis XVI en costume de sacre

Sacre de Louis XVI

Gaspard de Clermont-Tonnerre Duc et Pair de France

Jean-François-Joseph de Rochechouart, pair du royaume, et l'évêque de Beauvais cherchent le roi pour le conduire à la cathédrale.

Louis XVI est sacré en la cathédrale de Reims le 11 juin 1775.

Il est organisé par Gaspard-Louis Rouillé d'Orfeuil.

Charles X de France assiste au sacre de son frère.

Il représente Louis XVII, Duc de Normandie et Pair du Royaume.

Gaspard de Clermont-Tonnerre en sa qualité de doyen des maréchaux du royaume, a l'honneur de tenir pendant la cérémonie, comme il est d'usage, Joyeuse, l'épée de Charlemagne.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord assiste à ce sacre.

Alexandre-Angélique de Talleyrand-Périgord, son oncle, y assiste comme coadjuteur de l'évêque consécrateur.

Charles-Daniel de Talleyrand-Périgord, son père, y assiste comme otage de la sainte Ampoule.

Jean-Louis-Roger de Rochechouart est l'un des 4 otages de la Sainte Ampoule.

Louis XVI, à cette occasion, élève Gaspard de Clermont-Tonnerre à la dignité de Duc et de Pair de France.

Jean-Louis-Roger de Rochechouart est reçu chevalier des ordres du roi en 1775.


Sacre de Joséphine de Beauharnais

Sacre de Napoléon Ier

Le 4 novembre 1804, Pie VII fait une halte d'une nuit à Montargis, dans la maison de Vincent-Marie Viénot de Vaublanc.

Du 25 au 28 novembre 1804, Pie VII fait un premier séjour à Fontainebleau pour le sacre de l'empereur Napoléon Ier.

Le 2 décembre 1804, Napoléon Ier est sacré empereur en présence du pape Pie VII à Notre-Dame de Paris.

Napoléon Ier pose la couronne impériale sur la tête de son épouse Joséphine de Beauharnais et qui la proclame impératrice.

François Étienne Christophe Kellermann porte la couronne de Charlemagne lors du sacre de Napoléon.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord assiste à ce couronnement.



Charles Rigault de Genouilly Capitaine de vaisseau

Charles Rigault de Genouilly est nommé Capitaine de vaisseau.

Charles Rigault de Genouilly se distingue en commandant le premier vaisseau mixte, le Charlemagne, lors de ses essais, en 1851.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !