Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



30 événements affichés, le premier en 1576 - le dernier en 1683



Mariage de Philippe-Emmanuel de Lorraine avec Marie de Luxembourg

Philippe-Emmanuel de Lorraine épouse à Paris le 12 juillet 1576 Marie de Luxembourg, Duchesse d'Étampes et de Penthièvre, Vicomtesse de Martigues, fille de Sébastien de Luxembourg, Duc de Penthièvre, et de Marie de Beaucaire. Leurs enfants sont :

Elle est aussi héritière de la vicomté de Martigues.

En effet, Philippe-Emmanuel de Lorraine hérite, par sa femme, d'un important patrimoine, notamment en Bretagne.


Gabrielle d'Estrées (à droite) et Julienne-Hippolyte d'Estrées (École Française - vers 1594) - Le geste de Julienne-Hippolyte d'Estrées signifie que Gabrielle d'Estrées est enceinte - ce que confirme la dame en train de coudre une layette en arrière-plan - Musée du Louvre Gabrielle d'Estrées - Gravure du XIXe siècle

Liaison d'Henri IV de France avec Gabrielle d'Estrées

Le hasard conduit Henri IV de France, vers la fin de 1590, au château de Cœuvres qu'habite Gabrielle d'Estrées.

Il conçoit pour elle une vive passion.

Henri IV de France a une liaison en 1591avec Gabrielle d'Estrées. Leurs enfants sont :

Henri IV de France a un total de 11 enfants illégitimes.



Naissance de César de Bourbon

César de Bourbon naît à Coucy-le-Château le 7 juin 1594, fils d'Henri IV de France et de Gabrielle d'Estrées.



Légitimation de César de Bourbon

César de Bourbon est légitimé en 1595.



Cession du comté de Beaufort

César de Bourbon Duc de Beaufort

Le 6 juillet 1597, Gabrielle d'Estrées acquiert de Catherine de Clèves le comté de Beaufort et toutes ses dépendances.

Henri IV de France réunit le comté de Beaufort à la baronnie de Jaucourt et les érige en duché-pairie en faveur de César de Bourbon, son fils naturel.



Naissance de César de Choiseul

César de Choiseul naît à Paris le 12 février 1598, fils de Ferry de Choiseul (vers 1569-1624), Comte du Plessis, et de Madeleine Barthélémy (morte en 1628).

César de Bourbon est le parrain de César de Choiseul.



César de Bourbon Duc de Vendôme, d'Étampes

César de Bourbon est pourvu du duché de Vendôme par Henri IV de France, son père, et devient Duc de Vendôme en 1598 et Duc d'Étampes.



Soumission de Philippe-Emmanuel de Lorraine

Édit de Nantes

Henri IV de France marche en personne contre Philippe-Emmanuel de Lorraine et reçoit sa soumission à Angers le 20 mars 1598.

En échange, César de Bourbon est fiancé avec Françoise de Lorraine-Mercœur.

Henri IV de France accorde son pardon à Gabriel de Goulaine et aux principaux lieutenants de Philippe-Emmanuel de Lorraine :

L'article 6 du traité de soumission donne la possibilité aux gens de guerre de rejoindre l'armée royale.

Jacques-Auguste de Thou prend une part importante à la rédaction cet Édit.

Pour sceller cette reddition, Henri IV de France choisit Nantes pour signer le fameux Édit de Nantes, le 30 avril 1598 (et non le 13 avril cette date étant due à une erreur de l'époque) qui règle le problème protestant.

L'édit de Nantes n'est pas un acte gracieux, dû à la volonté du roi, mais un traité dont les articles sont débattus comme avec des belligérants.

L'édit garantit la liberté de conscience et marque un tournant dans l'histoire des mentalités. Sa signature marque la distinction entre :

L'homme se coupe en deux : une moitié publique, et une moitié privée. Les actions et les actes sont soumis sans exception à la loi du monarque.

L'édit autorise la liberté de culte aux protestants partout dans le royaume dans les lieux où le protestantisme était installé avant 1597 ainsi que dans 3 500 châteaux de seigneurs justicieux et dans deux localités par bailliage, Dans certaines villes, le culte protestant est interdit : Paris, Rouen, Dijon, Toulouse ou encore Lyon.

Les Réformés ne sont pas privés de leurs droits civils, ils peuvent ouvrir des académies. Une dotation de 45 000 écus est prévue pour les pasteurs.

Dans d'autres c'est l'inverse, le culte catholique est interdit à Saumur, La Rochelle, Montauban ou Montpellier. Les catholiques qui veulent garder la foi de leurs pères ne peuvent se rendre à l'église : elle est détruite, ou la porte en est barrée par des piquets, sur ordre d'un chef protestant.

Dans certaines villes : Bordeaux, Grenoble, Castres, les protestants sont jugés par des tribunaux constitués pour moitié de protestants.

L'édit accorde aux protestants 150 lieux de refuges, dont 51 places de sûreté. Ces places pourront être défendues par une armée potentielle de 30 000 soldats.

Le mot de tolérance ne figure pas dans l'Édit. À cette époque ce mot est synonyme d'endurer ou encore de supporter alors qu'il peut signifier aujourd'hui accepter la pensée de l'autre comme aussi vraie que sa propre opinion. Au XVIe siècle, dans le domaine religieux, chacun est sûr de détenir la vérité, sachant que l'autre est dans l'erreur et joue son destin éternel. Il serait criminel de l'abandonner et de renoncer à un droit d'ingérence pour le sauver, y compris par la force.

Ce qui fait la différence entre les édits de tolérance précédents et l'édit de Nantes, c'est la mise en application réelle de ce dernier grâce à l'autorité d'Henri IV de France. Il ne faut pas croire non plus que ce traité soit accueilli avec soulagement. Des villes comme Paris, Rennes, Rouen ou autres villes catholiques ne le ratifieront qu'au bout de 10 ans sous la menace d'Henri IV.

Des personnes comme Théodore Agrippa d'Aubigné le qualifient d'abominable édit.

Les Catholiques voient cet édit comme un moyen de contenir les protestants en attendant leur disparition, une sorte de pis-aller en somme.

De leur côté les protestants ne considèrent cet édit que comme une pause dans la conversion des catholiques.

La promulgation de cet édit constitue une amnistie mettant fin à la guerre civile.

Que la mémoire de toutes choses passées d'une part et d'autre depuis le commencement du mois de mars 1585 jusqu'à notre avènement à la couronne et durant les troubles précédents et à l'occasion d'iceux, demeurera éteinte et assoupie comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ni permis à nos procureurs généraux ni autres personnes quelconques publiques ni privées, en quelques temps ni pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procès ou poursuite en aucune cour ou juridiction que ce soit.

L'édit conduit finalement la France à sacraliser un roi à un degré sans équivalent en Europe. Il fonde, autour d'une religion d'État dont le souverain est le pivot, l'absolutisme. Son aboutissement est une véritable religion royale, qui culminera avec Louis XIV à Versailles.

Une découverte historiographique récente montre que l'édit de Nantes n'a pas été scellé avec de la cire verte, utilisée pour les édits perpétuels, mais avec de la cire brune, comme un édit temporaire. Problème de chancellerie ou calcul politique ? Le débat reste ouvert.

Léonor Chabot est délégué par ses coreligionnaires pour avoir des éclaircissements sur l'Édit de Nantes.


César de Bourbon

Mariage de César de Bourbon avec Françoise de Lorraine-Mercœur

Marie de Luxembourg, duchesse-douairière de Mercœur, s'oppose longtemps à ce mariage, ne pouvant se résoudre à confondre son noble sang avec celui d'un bâtard, fût-il de sang royal mais les sommes payées par Henri IV de France pour la soumission (4 295 350 livres, évaluées par Maximilien de Béthune) et l'absence de soutien qu'elle trouve parmi ses proches ont sans doute raison de ses résistances

Pour conclure la paix entre Henri IV de France et Philippe-Emmanuel de Lorraine, qui dirige la Sainte-Ligue en Bretagne, César de Bourbon épouse en 1609 Françoise de Lorraine-Mercœur, fille de Philippe-Emmanuel de Lorraine et de Marie de Luxembourg.

Leurs enfants sont :

Françoise de Lorraine-Mercœur, nièce de Louise de Lorraine-Vaudémont est la plus riche héritière du royaume.

Françoise de Lorraine-Mercœur est surtout connue pour sa grande piété.

Françoise de Lorraine-Mercœur protège Vincent de Paul, et aidée de Élisabeth de Bourbon-Vendôme, sa fille, n'hésite pas à payer de sa personne pour aider les miséreux de Paris et de ses domaines.



Naissance de Louis II de Vendôme

Louis II de Vendôme Duc de Mercœur

Louis II de Vendôme naît à Paris en octobre 1612, fils de César de Bourbon et de Françoise de Lorraine-Mercœur.

Louis II de Vendôme devient Duc de Mercœur en 1612 du vivant de César de Bourbon, son père.



Naissance de Élisabeth de Bourbon-Vendôme

Élisabeth de Bourbon-Vendôme, dite mademoiselle de Vendôme, naît en 1614, fille de César de Bourbon, Duc de Vendôme, et de Françoise de Lorraine-Mercœur, Duchesse de Mercœur et de Penthièvre.



Traité de Sainte-Ménehould

Convocation des États généraux

Richelieu Député du clergé aux États généraux

En 1614, Henri II de Bourbon-Condé, César de Bourbon, Henri de Mayenne, Henri de Gondi se révoltent contre Concino Concini.

Henri II de Bourbon-Condé veut empêcher le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche.

Henri II de Rohan conseille la Reine pour combattre cette révolte.

Les premières prises d'armes des grands se concluent avec le traité négocié par Henri II de Bourbon-Condé avec Marie de Médicis à Sainte-Menehould, le 15 mai 1614 :

Henri II de Bourbon-Condé ne parvient pas à structurer son opposition au pouvoir royal.

Marie de Médicis couvre d'or les nobles et leur promet la convocation des états généraux.

Les États généraux sont convoqués par Louis XIII en 1614.

Richelieu se fait élire député du clergé poitevin aux États généraux devant se tenir à Paris.

Léonor de Valençay, abbé de Bourgueil, est député du clergé.

Odet de La Noue assiste aux États généraux.

Gabriel de L'Aubespine est délégué par le clergé aux États Généraux.

Robert Ier Miron, Président du tiers état, s'y fait remarquer par son patriotisme, dénonçant avec véhémence, dès la séance d'ouverture et à nouveau lors de la clôture, les abus de la régence aux dépens du pauvre peuple.

Louis III de Lorraine participe à ces États généraux.

Jacques Davy du Perron soutient les doctrines ultramontaines contre le tiers état. II fait condamner le De ecclesiastica et politica potestate de Richer. Le pape lui en adresse des remerciements.

Marie de Médicis s'engage à concrétiser l'alliance avec l'Espagne et à faire respecter les thèses du concile de Trente.

Les réformes de la Paulette et de la taille restent lettre morte.

Le clergé joue le rôle d'arbitre entre le Tiers État et la noblesse qui ne parvenaient pas à s'entendre.

Le lieutenant civil Henri de Mesmes déclare que les ordres sont frères et enfants d'une mère commune, la France. Un des représentants de la noblesse lui répond qu'il se refuse à être le frère d'un enfant de cordonnier ou de savetier.

Cet antagonisme profite à la Cour qui prononce bientôt leur clôture.



Naissance de François de Vendôme

François de Vendôme, dit le Roi des Halles, naît le 16 janvier 1616, fils de César de Bourbon, Duc de Vendôme, et de Françoise de Lorraine-Mercœur.



Fondation du collège de Vendôme

En 1623, César de Bourbon fonde le collège de Vendôme dont il confie l'administration à l'ordre des Oratoriens.



Mort de Marie de Luxembourg

Françoise de Lorraine-Mercœur et César de Bourbon héritier d'Anet

Marie de Luxembourg meurt le 6 septembre 1623.

Françoise de Lorraine-Mercœur et César de Bourbon hérite d'Anet en 1623.

Anet sera alors pour César de Bourbon et sa famille tantôt un abri sûr, tantôt une résidence imposée.


Anne d'Autriche peinte par Rubens en 1625

Complot du comte de Chalais

Mort du comte de Chalais

Jean-Baptiste d'Ornano Prisonnier

Mort de Jean-Baptiste d'Ornano Maréchal de France

En 1626, Gaston de France mène une première conspiration contre Richelieu.

Le comte de Chalais est au cœur d'un complot, ayant pour but d'assassiner Louis XIII.

Marie Aimée de Rohan participe la conspiration de son amant, le comte de Chalais.

Anne d'Autriche, poussée par Marie Aimée de Rohan, participe à ce complot.

César de Bourbon est impliqué dans cette conspiration. César de Bourbon est emprisonné en 1626 avec son frère Alexandre de Vendôme au Château de Vincennes.

Jean-Baptiste d'Ornano lui aussi mêlé à cette conspiration est arrêté à Fontainebleau le 4 mai 1626 et emprisonné à Vincennes.

Jean-Baptiste d'Ornano meurt en 1626 de maladie dans son cachot insalubre.

Le comte de Chalais et Jean-Baptiste d'Ornano sont victime de la versatilité de Gaston qui décimera les rangs de ses complices successifs.

Du fait de son peu d'appuis et soutiens, le Comte de Chalais est jugé principal voire seul responsable et meurt décapité.

À partir de cette date, Louis XIII et Anne d'Autriche vivent séparés.



Libération de César de Bourbon

Exil de César de Bourbon en Hollande

César de Bourbon est libéré en 1630 et exilé en Hollande.

Richelieu force César de Bourbon à abandonner ses terres de Bretagne en 1630.



Retour de César de Bourbon

César de Bourbon revient de Hollande en 1632.



Retour de César de Bourbon

Exilé en Angleterre, César de Bourbon en revient en 1642.



Mort de Richelieu

Mazarin Principal Ministre de l'État

Démission de Sublet de Noyers

Richelieu meurt le 4 décembre 1642.

Ses grandes réformes ayant rendu Richelieu très impopulaire, à l'annonce de sa mort, le peuple allume des feux de joie pour fêter l'événement.

Réputé pour son habileté voire son caractère jugé retors, souvent critiqué pour sa fermeté intransigeante, Richelieu fait du concept moderne de raison d'État la clé de voûte de ses méthodes de gouvernement et de sa vision diplomatique et politique.

Par son testament, Richelieu nomme exécuteurs testamentaires :

Richelieu possède, à son décès, 20 millions de livres, une des fortunes les plus importantes de l'époque et, dit-on, la plus importante de tous les temps en France, après celle de Mazarin.

Richelieu lègue le Palais-Royal et un million et demi au roi Louis XIII.

A Marie-Madeleine de Vignerot hérite d'une partie des biens de Richelieu, entre autres, du château de Rueil et du petit Luxembourg.

Marie-Madeleine de Vignerot doit achever la construction de l'église de la Sorbonne que Richelieu a commencée et qui doit lui servir de tombeau.

Elle s'en acquittera parfaitement.

Richelieu recommande Mazarin à Louis XIII.

Le roi décide de se réconcilier avec certains des anciens conspirateurs comme César de Bourbon, son demi-frère, et ses fils, Louis II de Vendôme et François de Vendôme, Duc de Beaufort.

Louis XIII ne nomme pas de nouveau premier ministre et continue à faire la politique du Cardinal.

Louis XIII fait entrer Mazarin au conseil d'État.

Le 5 décembre 1642, Mazarin est nommé Principal Ministre de l'État, comme l'a recommandé Richelieu.

Il prend vite la place de Richelieu auprès du Roi.

La preuve en est que, quelques mois plus tard, lorsque le secrétaire d'État à la guerre, Sublet de Noyers démissionne.

Louis XIII nomme pour le remplacer un des protégés de Mazarin, Michel IV Le Tellier.

François VI de La Rochefoucauld revient à la cour, dans l'espoir de voir ses mérites récompensés.

Mais Mazarin a le même projet que Richelieu : rabaisser l'orgueil des Grands.


Charles de L'Aubespine - Portrait par Pierre Daret

Cabale des Importants

François de Vendôme Prisonnier

François de Vendôme, Duc de Beaufort, et Marie Aimée de Rohan, Duchesse de Chevreuse organisent un complot le 27 mai 1643.

Ce complot est nommé la cabale des Importants car ils sont aidés par de nombreux Grands :

François VI de La Rochefoucauld et Louis d'Astarac participent à cette intrigue.

Les comploteurs veulent dépouiller les anciens partisans de Richelieu, la Maison Condé notamment, de tous leurs biens et privilèges et récupérer leurs charges perdues du temps de Richelieu.

La cabale vise :

Ils ont pour cela prévu de faire assassiner Mazarin puis de le remplacer par un proche, Augustin Potier, Évêque de Beauvais.

Mazarin a rapidement vent de la conspiration.

François de Vendôme est arrêté le 2 septembre 1643 au Louvre

François de Vendôme est emprisonné au donjon de Vincennes, où il restera 5 ans.

La plupart des membres de la caballe sont exilés par l'autorité royale.

Charles de L'Aubespine est de nouveau éloigné.

Claude de Bourdeille est à nouveau contraint à l'exil en Hollande.


Louis II de Vendôme - par Dumonstier

Mariage de Louis II de Vendôme avec Laure Mancini

Pour se concilier la cour, Louis II de Vendôme est contraint d'épouser une nièce de Mazarin.

Louis II de Vendôme épouse le 4 février 1651 ou en juillet 1651 à Brühl en Allemagne Laure Mancini, nièce de Jules Mazarin. Leurs enfants sont :

Ce n'est qu'avec ce mariage que César de Bourbon s'assagit.

Il restera fidèle à Anne d'Autriche durant toute la Fronde.


César de Bourbon

César de Bourbon Grand amiral de France

César de Bourbon est nommé grand amiral de France en 1651.



César de Bourbon Surintendant général de la Navigation

César de Bourbon est nommé surintendant général de la Navigation en 1655.



Mort de César de Bourbon

François de Vendôme Duc de Beaufort

Devenu infirme, César de Bourbon meurt à Paris le 22 octobre 1665.

Françoise de Lorraine-Mercœur, sa veuve, continue de vivre à Anet.

François de Vendôme devient 2e Duc de Beaufort en 1665.


Madame de Montespan et ses enfants

Liaison de Louis XIV avec Madame de Montespan

Exil de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart devient la maîtresse de Louis XIV, lors de la campagne des Flandres en mai 1667. Leurs enfants sont :

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a un appartement à peu de distance de celui de Louis XIV.

Les courtisans clairvoyants n'ont pas de peine à expliquer pourquoi l'un et l'autre se dérobent en même temps au cercle de la reine.

Une longue période de cohabitation débute alors entre Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart et Françoise Louise de La Baume Le Blanc qui est à nouveau un paravent devant dissimuler au public les amours du roi avec une femme mariée.

Dans l'espoir de regagner le cœur du roi qu'elle ne cesse d'aimer, Françoise Louise de La Baume Le Blanc essuie toutes les humiliations que lui inflige Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, mari de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, fait un scandale à la cour lorsqu'il apprend la liaison de sa femme. Il est promptement enfermé au For-l'Évêque, puis exilé sur ses terres, en Gascogne, d'où il ne sortira presque plus jusqu'à sa mort.

Seule Marie-Thérèse d'Autriche, la reine ne veut pas se douter de la liaison du Roi. Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a su la persuader de sa vertu.



Naissance de Louis César de Bourbon

Louis César de Bourbon naît au Génitoix en Seine-et-Marne en 1672, fils de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Louis-Auguste de Bourbon Légitimé

Louis XIV légitime et titre en décembre 1673 :

les 3 enfants qu'il a eu de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. mais sans nommer cette dernière.

Françoise d'Aubigné apparaît à la cour à cette occasion.



Louis-Auguste de Bourbon, Louis César de Bourbon et Louise-Françoise de Bourbon et Françoise d'Aubigné à Versailles

Louis-Auguste de Bourbon Colonel général des Suisses et Grisons

En janvier 1674, Louis-Auguste de Bourbon, Louis César de Bourbon et Louise-Françoise de Bourbon emménagent, avec Françoise d'Aubigné, leur gouvernante, à Versailles.

En 1674, Louis-Auguste de Bourbon reçoit la charge de colonel général des Suisses et Grisons.

De tempérament pieux et effacé, Louis-Auguste de Bourbon étudie avec beaucoup de soin.

Mais, malgré les efforts François-Henri de Montmorency-Bouteville, Louis-Auguste de Bourbon comprend médiocrement la science militaire et se révèlera ensuite piètre officier.



Mort de Louis César de Bourbon

Louis César de Bourbon meurt en 1683.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !