Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



31 événements affichés, le premier en 1574 - le dernier en 1694



Naissance de Bernardin Gigault

Bernardin Gigault naît avant 1574, fils de Jean Gigault, Seigneur de Bellefonds, et de Charlotte de Voisines, Dame des Granges (morte en 1574).



Mariage de Bernardin Gigault avec Jeanne Aux Épaules

Bernardin Gigault épouse le 28 février 1607 Jeanne Aux Épaules (morte en 1652), fille d'Henri-Robert-aux-Épaules, Baron de Sainte-Marie-du-Mont, Lieutenant général du Roi en Normandie. Leurs enfants sont :



Mariage de Bernardin Gigault de Bellefonds avec Jeanne aux Épaules

Bernardin Gigault de Bellefonds, Gouverneur de Valognes et de la ville et du château de Caen, épouse en 1607 Jeanne aux Épaules. Leur enfant est :



Mariage d'Henri-Robert Gigault avec

Henri-Robert Gigault épouse Marie d'Avoyne ou d'Avoine (morte en 1643). Leurs enfants sont :



Naissance de Bernardin Gigault

Bernardin Gigault naît en 1630, fils d'Henri-Robert Gigault, Seigneur de Bellefonds, de Gruchy et du Chef-du-Pont, et de Marie d'Avoynes.



Mort de Bernardin Gigault Marquis de Bellefonds

Bernardin Gigault est Seigneur de Bellefonds, Bernardin Gigault est gouverneur des villes et châteaux de Caen et de Valognes.

Bernardin Gigault meurt à Valognes en 1639.



Mort d'Henri-Robert Gigault

Bernardin Gigault Gouverneur de Valognes

Henri-Robert Gigault est Seigneur de Bellefonds, de Gruchy et du Chef-du-Pont, Maréchal des camps, Gouverneur de Valognes et intendant de la généralité de Caen.

Henri-Robert Gigault meurt à Paris en novembre 1644

Il est inhumé aux Petits Augustins de Paris le 22 novembre 1644

Bernardin Gigault, son fils, devient Gouverneur de la ville et du château de Valognes.


Armand de Bourbon-Conti

Armand de Bourbon-Conti Commandant en chef de la Fronde

Siège de Paris

Bataille de Charenton

Mort de Frédéric Maurice de Durfort

Mort de Gaspard IV de Coligny Duc de Châtillon et Maréchal de France

Paix de Saint-Germain

Paix de Rueil

En janvier 1649, Anne-Geneviève de Bourbon-Condé est l'âme de cette Fronde parlementaire.

Elle amène Armand de Bourbon-Conti, son second frère, et Henri II de Valois-Longueville, son mari, aux mécontents.

Les frondeurs décident de renverser Mazarin à qui on reproche ses trop lourds impôts.

Charlotte-Marguerite de Montmorency ne se mêle pas de politique et reste fidèle à la reine,

Charlotte-Marguerite de Montmorency suit la Cour en janvier 1649 à St Germain.

Jean-François Paul de Gondi tente d'organiser la révolte en lui donnant un chef. Louis II de Bourbon-Condé refuse ce rôle. Jean-François Paul de Gondi doit se rabattre sur son frère cadet, Armand de Bourbon-Conti qui est reconnu pour généralissime par le Parlement.

Charles II de Lorraine-Guise offrit ses services aux Parisiens pendant la Fronde. Il se déclare général de l'armée du roi, sous l'autorité du Parlement, mais Charles II de Lorraine-Guise n'est qu'un des lieutenants d'Armand de Bourbon-Conti.

Paris est assiégée par l'armée royale, qui ravage les villages de la région parisienne par pillages, incendies, viols...

Pendant le siège de Paris, Nicolas Fouquet s'occupe du service des subsistances.

Bernardin Gigault empêche que des troupes normandes enrichissent les hommes de la Fronde assiégés à Paris par les soldats de Mazarin.

Armand de Bourbon-Conti est battu à Charenton le 8 février 1649 par Louis II de Bourbon-Condé, son frère, resté fidèle à la Cour.

Gaspard IV de Coligny meurt après la bataille de Charenton au Château de Vincennes le 9 février 1649.

Mademoiselle observe dans ses Mémoires que l'affliction de Mme de Châtillon fut modérée par l'amitié que son mari avoit pour Mlle de Guerchy, et même dans le combat il avoit une de ses jarretières nouée à son bras.

En février 1649, François VI de La Rochefoucauld est tiré à bout touchant.

Frédéric Maurice de Durfort, Comte de Rozan, est impliqué dans le blocus de Paris au cours duquel il est blessé le 19 février 1649.

Mathieu Molé négocie le Traité de Rueil en 1649.

Michel IV Le Tellier est chargé des négociations avec les princes et participe à la signature du Traité de Rueil le11 mars 1649.

Mathieu Molé évite un affrontement entre les partisans de Louis II de Bourbon-Condé et ceux de Jean-François Paul de Gondi dans l'enceinte même du Palais de justice.

N'obtenant pas la soumission de la capitale, les partis concluent la paix de Saint-Germain le 1 avril 1649. La Cour accorde l'amnistie générale.

Ce n'est qu'un répit.

Frédéric Maurice de Durfort meurt le 1er mai 1649 des suites de ses blessures.

Mazarin revient à Paris le 18 août 1649.

François de Vendôme joue un rôle important pendant la Fronde en 1649.

Jean-François Paul de Gondi négocie en hâte avec Anne d'Autriche un codicille, réservant honneurs et places à lui-même et à ses amis. Malheureusement, Mathieu Molé, président du Parlement de Paris, divulgue le contenu du codicille, faisant ainsi brusquement chuter la popularité de Jean-François Paul de Gondi.



Siège du château de Valognes

Bernardin Gigault défend le château de Valognes assiégé durant 18 jours avant de capituler le mardi de Pâques, 6 avril 1649, et d'être conduit à Saint-Pierre-Église.



Bernardin Gigault Mestre de camp du régiment de Champagne

Favori du jeune roi Louis XIV, Bernardin Gigault est Mestre de camp du régiment de Champagne en 1650 et 1651.



Mariage de Pierre de Villars avec Marie Gigault de Bellefonds

Pierre de Villars épouse à Moulins dans l'Allier le 24 janvier 1651 Marie Gigault de Bellefonds (1626-1706). Leurs enfants sont :

Marie Gigault de Bellefonds est une épistolière, tante de Bernardin Gigault, Marquis de Bellefonds, et Maréchal de France.



Jacques de Rougé du Plessis-Bellière Commandant en chef de l'armée de Catalogne

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière Lieutenant-général

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière devient Gouverneur de La Bassée, puis de Dieppe.

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière devient commandant en chef de l'armée de Catalogne en 1653 et Lieutenant-général.

Bernardin Gigault suit le marquis du Plessis-Bélière en Catalogne.

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière est proche collaborateur de Mazarin et de Louis XIV.

Louis XIV le retient pour sa prochaine promotion de chevaliers du Saint-Esprit et souhaite le nommer Maréchal de France.


Jacques de Rougé Marquis du Plessis-Bellière - Par Jean Bernard Duseigneur - Galerie des batailles du château de Versailles

Mort de Jacques de Rougé du Plessis-Bellière et de Faÿ-lès-Nemours

Bernardin Gigault participe à l'expédition de Castellammare.

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière a sous ses ordres le régiment de Plessis-Bellière-infanterie.

Jacques de Rougé du Plessis-Bellière meurt à Torre d'Anunziata près de Castellamare dans la région de Naples le 24 novembre 1654 lors d'une charge de cavalerie.

Le cardinal Mazarin réagit ainsi après l'annonce de sa mort:

Je suis au désespoir de la mort du Plessis-Bellière.

Le roi Louis XIV demande pour le marquis du Plessis-Bellière les Honneurs du Louvre, réservés aux Ducs et Pairs de France.

Suzanne de Bruc de Monplaisir, sa veuve, les refuse.



Bernardin Gigault Lieutenant général des Armées du Roi

Bernardin Gigault est fait lieutenant général des Armées du Roi en 1655.



Mariage de Bernardin Gigault avec Madeleine Fouquet

Bernardin Gigault épouse le 27 décembre 1655 Madeleine Fouquet (morte le 20 mai 1716), fille de Jean, Seigneur de Chaslain et du Boulay, et de Renée, Dame de la Remort. Leurs enfants sont :



Bataille de Tournai

Bernardin Gigault défait 10 compagnies ennemies près de Tournai en Flandre le 11 janvier 1659.


Charles II d'Espagne

Mort de Philippe IV d'Espagne

Charles II d'Espagne Roi d'Espagne

Marie-Anne d'Autriche Régente d'Espagne

Philippe IV appelle Johann Eberhard Nithard à son chevet pour le soutenir spirituellement lors de ses derniers moments.

Philippe IV d'Espagne meurt à Madrid le 17 septembre 1665.

L'histoire le retient comme un homme politique médiocre.

Philippe IV compte parmi les mécènes les plus importants et est l'un des plus grands collectionneurs de tous les temps. La collection du Prado lui doit beaucoup.

II fait venir à la Cour, le jeune Vélasquez, à peine âgé de 20 ans, et le soutient tout au long de sa carrière.

Il protège la plupart des peintres espagnols de son époque et commande des œuvres importantes à de nombreux artistes étrangers (Rubens, Poussin, Claude Gellée, Stanzione ...).

Il achète de nombreux tableaux anciens, notamment à la vente des biens de Charles Ier d'Angleterre ou à la succession Rubens.

Charles II d'Espagne devient Roi d'Espagne.

Marie-Anne d'Autriche assure la régence d'Espagne.

Bernardin Gigault est l'envoyé extraordinaire de France à Madrid pour félicité Charles II d'Espagne de son accession au trône.

En sus de son impotence, Charles II d'Espagne a à affronter un conflit sur sa succession opposant :

Ce prince faible sera sans cesse gouverné :



Jonction de la flotte les Provinces-Unies avec celle de Louis XIV

En 1666, Bernardin Gigault va dans les Provinces-Unies pour concerter la jonction de leur flotte avec celle du Roi commandée par François de Vendôme, le duc de Beaufort.



Première partie de la guerre de Dévolution

La guerre de Dévolution qui dure de 1667 à 1668, est déclenchée à la suite de la mort de Philippe IV d'Espagne. C'est la première guerre de Louis XIV.

Suite au mariage entre Louis XIV et Marie-Thérèse d'Autriche, fille aînée de Philippe IV d'Espagne, la dot de 500 000 écus n'a pas été payée.

En vertu du droit de dévolution, coutume ancestrale originaire du Brabant, Louis XIV réclame sur les possessions d'Espagne Mons, le Luxembourg, Anvers, Cambrai, le Brabant, Malines, Namur, la Franche-Comté, la Haute-Gueldre et le Limbourg,.

La première partie de la guerre de Dévolution se déroule dans les Pays-Bas espagnols de mai 1667 à août 1667.

Dès mars-avril 1667 Louis XIV débute ses préparatifs militaires en ne les cachant que pour la forme.

Le marquis de Castel-Rodriguo, alerte en vain Madrid sur les intentions du jeune roi quant à la province qu'il gouverne.

En mai 1667 Louis XIV fait parvenir au souverain d'Espagne le Traité des droits de la Reine Très-Chrétienne, sa femme Marie-Thérèse d'Autriche dans lequel il réclame pratiquement tous les Pays-Bas espagnols, un tiers de la Franche-Comté et la moitié du Luxembourg.

Louis XIV prend la tête de l'armée, secondé par Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon.

Peu après Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon se voit confier le commandement de l'armée d'invasion, sous la direction de Louis XIV qui quitte Saint-Germain-en-Laye. L'objectif est de marcher sur Bruxelles.

Louis II de Bourbon-Condé et François-Henri de Montmorency-Bouteville se trouvent sans affectation.

Bernardin Gigault commande plusieurs détachements et est nommé gouverneur du pays d'entre-Sambre-et-Meuse, blessé alors à 8 reprises lors de sièges ou de combats.



Bernardin Gigault premier maître d'hôtel du roi

Bernardin Gigault devient premier maître d'hôtel du roi en 1668.



Pierre de Villars Ambassadeur en Espagne

L'alliance de Pierre de Villars avec la famille de Bernardin Gigault, un homme ennemi de tous les ministres lui attire leur haine, et surtout celle de Louvois.

Rebuté par les obstacles que lui suscite ce dernier, Pierre de Villars quitte la carrière des armes, et a recours à la protection d'Hugues de Lionne pour entrer dans la diplomatie.

Après avoir été employé auprès des princes d'Allemagne et d'Italie Pierre de Villars est ambassadeur en Espagne en 1668.


Bernardin Gigault Marquis de Bellefonds - par Joseph Albrier

Bernardin Gigault Maréchal de France

Bernardin Gigault, Marquis de Bellefonds, est fait maréchal de France par Louis XIV, par lettres données à Saint-Germain-en-Laye le 8 juillet 1668. Il prête serment le lendemain.



Bernardin Gigault Ambassadeur extraordinaire en Angleterre

Bernardin Gigault est Ambassadeur extraordinaire en Angleterre en juillet 1670.

Bernardin Gigault est ensuite placé sous les ordres de François de Blanchefort de Créquy de Bonne.



Bernardin Gigault Commandant de l'armée de Hollande

Bernardin Gigault reçoit ensuite le commandement de l'armée de Hollande en novembre 1673, mais refusant d'appliquer l'ordre de se retirer de places fortes qu'il juge importantes pour le royaume.

Il s'attire une nouvelle disgrâce, qui sera plus longue.

Deux désobéissances heureuses, dit Chateaubriand.



Démission de Bernardin Gigault de sa charge de premier maître d'hôtel du roi

Bernardin Gigault se démet de sa charge de premier maître d'hôtel du roi en 1676.


Louis le Grand Dauphin Marie-Anne-Christine de Bavière

Mariage de Louis le Grand Dauphin avec Marie-Anne-Christine de Bavière

Le mariage a lieu en Bavière le 28 janvier 1680.

Louis le Grand Dauphin épouse à Vitry-le-François le 7 mars 1680 Marie-Anne-Christine de Bavière.

Leurs enfants sont :

Louis le Grand Dauphin l'aimera tendrement, bien qu'elle fût d'un tempérament maladif et geignard et d'un caractère pessimiste et renfrogné.

Bernardin Gigault devient premier écuyer de la Dauphine.



Prise de Pont-Major

Siège et prise de Gérone

À la tête de l'armée de Catalogne en 1684, Bernardin Gigault prend le Pont-Major et assiège victorieusement Gérone.

Charles-Marie de Saulx de Tavannes sert avec sa compagnie dans l'armée de Bernardin Gigault en 1684.



Bernardin Gigault Chevalier des Ordres du Roi

François de Neufville Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit

Guy Aldonce II de Durfort Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis

Jacques-Henri Ier de Durfort Chevalier du Saint-Esprit

François III d'Aubusson Chevalier des ordres du roi

Bernardin Gigault est fait Chevalier des Ordres du Roi le 31 décembre 1688.

François de Neufville est fait Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le 31 décembre 1688.

Le 31 décembre 1688, à Versailles, Guy Aldonce II de Durfort est fait chevalier de l'ordre du Saint-Esprit, dans la onzième promotion du règne de Louis XIV.

Guy Aldonce II de Durfort est également chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis.

Jacques-Henri Ier de Durfort est fait Chevalier du Saint-Esprit le 31 décembre 1688.

François III d'Aubusson est fait Chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1688.


Bataille de Barfleur-la Hougue Bataille de la Hougue - par Richard Paton

Bataille de Barfleur

Mort du Contre-amiral Carter

Bataille de la Hougue

Pour aider Jacques II Stuart, son cousin, à retrouver son trône, Louis XIV lui propose une flotte et des hommes mis sous l'autorité d'Anne Hilarion de Costentin.

Bernardin Gigault est le commandant du corps expéditionnaire.

L'embarquement est prévu en Cotentin avec 20 000 hommes et 70 vaisseaux pour débarquer près de l'Île de Portland.

Une des conditions de la réussite de ce plan est qu'Anne Hilarion de Costentin entre en Manche avec une force navale suffisante pour tenir tête à la flotte coalisée.

L'opération est placée sous le commandement de Jacques II Stuart, de Bonrepaus et de Bellefonds, ce dernier doit commander le corps expéditionnaire.

Une flotte de protection et de transport basée à Brest doit venir à Saint-Vaast pour embarquer les troupes.

Devant l'ampleur de la tâche pour rassembler les troupes, de nombreuses difficultés surviennent notamment entre l'armée de terre et la marine.

Victor Marie d'Estrées à la tête de l'escadre du Levant appareille de Toulon le 21 mars 1692.

Le 26 mars 1692, Louis XIV adresse un courrier à Anne Hilarion de Costentin contenant les directives quant au déroulement de l'opération.

Bien qu'il commande à la flotte, Anne Hilarion de Costentin ne possède donc aucun pouvoir décisionnaire.

Il doit appareiller impérativement le 25 avril 1692 et aucun retard ne sera toléré quitte à laisser en arrières les vaisseaux non armés.

Il doit envoyer la partie de sa flotte la plus rapide au Havre prendre contact avec Bonrepaus pour le prévenir de son arrivée ensuite, il doit se rendre à la Hougue pour embarquer l'infanterie puis attendre l'arrivée des navires emportant le reste des troupes.

Par ce courrier, l'amiral apprend que le lieu du débarquement sera désigné par le roi Jacques II Stuart et qu'il lui obéira en tout point ainsi qu'à Bellefonds.

Une fois le débarquement terminé, il renverra les bâtiments de transport dans leurs ports respectifs et restera en Manche.

Toutefois, si Anne Hilarion de Costentin rencontre les anglais avant d'arriver à la Hougue, le roi lui donne l'ordre de les combattre.

Sa Majesté veut qu'il les combatte en quelque nombre qu'ils soient [...] et s'il a du désavantage, Sa Majesté se remet à lui de sauver l'armée le mieux qu'il pourra.

Victor Marie d'Estrées capture deux navires anglais le 15 avril 1692.

Alors qu'elle s'apprête à passer Gibraltar le 18 avril 1692, l'escadre du Levant traverse une violente tempête qui détruit 2 vaisseaux.

L'amiral est contraint de faire demi-tour pour s'abriter à Malaga et réparer les avaries.

En avril 1692, Jacques II Stuart, de Bonrepaus et de Bellefonds s'installent à Saint-Vaast.

Victor Marie d'Estrées apprend qu'un convoi anglais se trouve à proximité. Le 22 avril 1692, Victor Marie d'Estrées envoie 5 navires les attaquer. Pour éviter la capture, les anglais incendient leurs bateaux.

L'escadre du Levant ne franchit le détroit de Gibraltar que le 25 avril 1692.

À la date prévue du déclenchement de l'opération, manquent encore environ 2 500 hommes, les 20 navires de Chateaurenault et l'escadre du Levant.

Alors qu'initialement, Anne Hilarion de Costentin devait disposer de 70 vaisseaux, il n'en dispose que d'une quarantaine sous-armés en hommes et en équipement.

Le 12 mai 1692 sous les ordres d'Anne Hilarion de Costentin, la flotte du Ponant quitte Brest.

Les 16 navires de l'escadre du Levant mouille à Bertheaume le 29 mai 1692.

Le 29 mai 1692, la flotte du Ponant d'Anne Hilarion de Costentin se dirige vers la Hougue, pour embarquer l'armée de Jacques II Stuart. Mais on annonce la flotte anglo-hollandaise au large de Barfleur.

L'amiral n'est pas prévenu à temps que la flotte anglaise lui est supérieure :

Louis XIV ayant donné l'ordre d'attaquer quelles que soient les circonstances, Anne Hilarion de Costentin décide d'attaquer la flotte ennemie en plein centre, pendant près de 12 heures.

Anne Hilarion de Costentin fait jeu égal avec la flotte coalisée et parvient au prix de combats acharnés et de manœuvres habiles à ne perdre aucun bâtiment.

Par contre, les Anglais déplorent la mort du contre-amiral Carter et la perte de deux navires.

Philippe Le Valois commande avec le grade de vice-amiral une escadre de 6 vaisseaux : L'Ambitieux, Le Courageux, La Couronne, Le Maure, Le Henri et Le Fort.

Philippe Le Valois se distingue en protégeant le Soleil Royal, navire amiral sur lequel se trouve Anne Hilarion de Costentin, attaqué par 4 vaisseaux anglais, mais il est obligé de brûler L'Ambitieux, 92 canons, et Le Fort, 58 canons, pour éviter leur capture.

Pendant le combat, Philippe Le Valois endommage lourdement le HMS Royal Sovereign, commandé par l'Admiral Delaval.

Finalement, la flotte française renonce, et tente de se mettre à l'abri, profitant de la nuit et de la brume.

Faute de fortification sur la côte normande, Anne Hilarion de Costentin tente de rejoindre Brest ou Saint-Malo. Une majorité des navires, 27 navires, parviennent à franchir le Cap de la Hague, mais 13 ne peuvent franchir des courants du raz Blanchard. Ils sont contraints de revenir vers l'ennemi et de se réfugier dans la baie de Saint-Vaast-la-Hougue.

Le 1er juin 1692, 3 navires fortement touchés s'échouent au large de Cherbourg :

L'artillerie des fortifications de la ville tient pour quelque temps l'ennemi à distance. Le stock de poudre du Soleil Royal et du Triomphant, en s'embrasant, explose et les projections provoquent de gros dégâts matériels et humains dans la ville.

La proximité des côtes françaises permet de récupérer la quasi totalité des équipages ce qui relativise la perte subit. À l'époque, il est plus aisé de remplacer un navire qu'un équipage expérimenté.

Les 2 et 3 juin 1692, les Anglais, embarqués sur des chaloupes, incendient l'un après l'autre les navires en rade de la Hougue.

Jacques II Stuart regarde sur les hauteurs de Quinéville, ce spectacle qui signifie la fin de ses ambitions.

Louis XIV ne tiendra pas rigueur à Anne Hilarion de Costentin de cette défaite.

Après la défaite de La Hougue, la marine française ne fera jamais plus jeu égal contre la marine anglaise...

Cette sévère défaite révèle la nécessité de consolider la défense de la baie, avec deux tours similaires, l'une sur le fort de la Hougue et l'autre sur Tatihou.

Elle révèle aussi amèrement l'erreur commise par les adversaires de Sébastien Le Prestre, qui ont convaincu le Roi d'arrêter les travaux du port de Cherbourg et même de détruire ses fortifications.

On impute à Louis II Phélypeaux de Pontchartrain une part de responsabilité dans ce désastre de La Hougue.

Pendant quelques décennies, les vestiges de la flotte d'Anne Hilarion de Costentin serviront de mouillage pour les marins et de ressources en bois. Peu à peu oubliées, les épaves sont redécouvertes en 1985 et présentées en partie au musée maritime de Tatihou.



Bernardin Gigault Commandeur de l'ordre de Saint-Louis

Bernardin Gigault est fait Commandeur de l'ordre de Saint-Louis en avril 1693.



Mort de Bernardin Gigault Marquis de Bellefonds Seigneur de l'Île-Marie et de Gruchy

Bernardin Gigault meurt au château de Vincennes le 4 décembre 1694.

Il est inhumé dans la Sainte-Chapelle de Vincennes.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !