Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



26 événements affichés, le premier en 1359 - le dernier en 1418



Mariage de Jean II d'Armagnac avec Jeanne de Périgord

Jean II d'Armagnac épouse le 13 avril ou le 4 ou 21 novembre 1359 Jeanne de Périgord, fille de Roger-Bernard Ier de Périgord, Comte de Périgord, et d'Éléonore de Vendôme.

Leurs enfants sont :



Mariage de Jean Ier de Berry avec Jeanne d'Armagnac

Jean Ier de Berry épouse le 24 juin 1360 Jeanne d'Armagnac (morte en 1388), fille de Jean Ier d'Armagnac et de Béatrice de Clermont.

Leurs enfants sont :



Naissance de Bernard VII d'Armagnac

Bernard VII d'Armagnac naît à Paris en 1363 ou 1364, fils de Jean II d'Armagnac et de Jeanne de Périgord.



Mort de Jean II d'Armagnac Comte d'Armagnac, de Fézensac, de Charolais, de Rodez

Jean III d'Armagnac Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez, Vicomte de Carlat

Bernard VII d'Armagnac Comte de Charolais

Mêlé aux intrigues de Jean Ier de Berry, son beau-frère, contre Philippe II le Hardi, Jean II d'Armagnac est convoqué à la Cour pour se défendre :

Le procès ne s'ouvre pas Jean II d'Armagnac meurt à Avignon le 26 mai 1384 avant d'arriver à Paris.

Jean III d'Armagnac devient Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez, vicomte de Carlat.

Bernard VII d'Armagnac devient Comte de Charolais.



Lutte contre les compagnies de routiers

Jean III d'Armagnac, avec son frère Bernard VII d'Armagnac, combat les compagnies de routiers, qu'il tente en 1384 d'emmener en Espagne et de ce fait augmente la sécurité de la population vivant en France méridionale.



Lutte contre les compagnies de routiers

Jean III d'Armagnac, avec son frère Bernard VII d'Armagnac, tente une seconde fois en 1389 d'emmener en Espagne les compagnies de routiers.



Expédition de Jean III d'Armagnac en l'Italie

Mort de Jean III d'Armagnac Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez

Philippe II le Hardi Comte de Charolais

Bernard VII d'Armagnac Comte d'Armagnac, de Fézensac, de Rodez

En 1391, Jean III d'Armagnac doit partir pour l'Italie afin de venir en aide à Carlo Galéas II Visconti, Seigneur de Parme et époux de sa sœur, Béatrice d'Armagnac, qui est en conflit avec son cousin Jean-Galéas Ier Visconti, Duc de Milan.

Jean III d'Armagnac meurt le 25 juillet 1391 à Alessandria, en Lombardie.

Bernard VII d'Armagnac cède le comté de Charolais à Philippe II le Hardi.

Bernard VII d'Armagnac devient Comte d'Armagnac, de Fézensac, de Rodez.



Mariage de Jean d'Armagnac avec Marguerite de Comminges

Afin de conserver la mainmise sur le comté de Comminges, Bernard VII d'Armagnac force le mariage de Marguerite de Comminges, veuve de Jean III, avec un lointain cousin. Jean d'Armagnac, Comte de Pardiac et Vicomte de Fézensaguet, épouse en 1392 Marguerite de Comminges.



Mariage de Bernard VII d'Armagnac avec Bonne de Berry

Bonne de Berry, nièce de Charles V le Sage, est veuve du comte Amédée VII de Savoie.

Bernard VII d'Armagnac épouse le 2 décembre 1393 Bonne de Berry. Leurs enfants sont :



Naissance de Jean IV d'Armagnac

Jean IV d'Armagnac naît à Rodez le 15 octobre 1396, fils de Bernard VII d'Armagnac et de Bonne de Berry.



Naissance d'Anne d'Armagnac

Anne d'Armagnac naît en 1399 ou 1402, fille de Bernard VII d'Armagnac et de Bonne de Berry.



Naissance de Bonne d'Armagnac

Bonne d'Armagnac naît à Lavardens en 1399, fille de Bernard VII d'Armagnac et de Bonne de Berry.



Naissance de Bernard VIII d'Armagnac

Bernard VIII d'Armagnac naît en 1400, fils de Bernard VII d'Armagnac et de Bonne de Berry.



Mort de Jean d'Armagnac

Bernard VII d'Armagnac Comte de Pardiac

En 1402, Bernard VII d'Armagnac fait mourir son lointain cousin Jean d'Armagnac et ses enfants en prison pour récupérer ses terres. Bernard VII d'Armagnac devient Comte de Pardiac. Bernard VII d'Armagnac garde prisonnière Marguerite de Comminges, la veuve.



Mariage de Jean IV d'Armagnac avec Blanche de Bretagne

Bernard VII d'Armagnac marie son fils. Jean IV d'Armagnac épouse à Nantes le 16 juin 1407 Blanche de Bretagne, fille de Jean IV le Conquérant et Jeanne de Navarre. Leur enfant est :


Assassinat du Duc d'Orléans Charles Ier d'Orléans Valentine Visconti pleurant la mort de Louis Ier d'Orléans - Musée de l'Ermitage

Mort de Louis Ier d'Orléans

Charles Ier d'Orléans Duc d'Orléans

Charles Ier d'Orléans Comte de Valois et de Blois

Charles Ier d'Orléans Seigneur de Coucy et de Chauny

Jean d'Orléans Comte d'Angoulême et de Périgord

Le 23 novembre 1407, Louis Ier d'Orléans sort de l'hôtel Barbette où réside la reine Isabeau de Bavière, sa belle-sœur.

Il est situé à Paris, rue Vieille du Temple, dans le quartier du Marais où sont situés les hôtels et les palais des Grands du royaume et du Roi lui-même.

Isabeau de Bavière est encore alerte et séduisante à 39 ans malgré une douzaine de grossesses. La connivence des grands est troublée par la complicité de Louis Ier d'Orléans avec la reine, qui fait craindre à certains que le frère du Roi ne prenne le dessus au Conseil.

Les rivaux du duc d'Orléans ne se font pas faute de répandre des rumeurs sur l'inconduite d'Isabeau de Bavière et sur ses relations coupables avec le séduisant Louis Ier d'Orléans.

Les historiens du XIXe siècle, reprochant à la reine son origine allemande, sont allés jusqu'à imaginer une conception adultérine du dauphin Charles VII de France avec le duc d'Orléans.

Louis Ier d'Orléans est assassiné par une bande de malfrats masqués. Ses valets et ses gardes, qui l'escortent, sont impuissants à le protéger. Il est inhumé le 24 novembre 1407.

On découvre que les meurtriers ont agi sur ordre de Jean sans Peur qui voit le pouvoir lui échapper. Le commanditaire du crime se fait d'abord discret car la population parisienne, forte de 300 000 âmes, est secouée par le drame et est portée à la révolte.

Puis des rumeurs circulent et le vent tourne... C'est que la veuve du duc d'Orléans, Valentine Visconti, fille du duc de Milan, n'inspire guère de confiance aux Parisiens. Le duc de Bourgogne est d'autre part très puissant et capable de beaucoup de choses imprévisibles. La ville, peu à peu, en arrive à pardonner aux assassins par crainte de plus graves ennuis.

L'assassinat du duc d'Orléans met fin à la guerre entre Louis Ier d'Orléans et Charles II de Lorraine. Charles II de Lorraine se rallie aux Bourguignons.

En sa qualité d'aîné, Charles Ier d'Orléans recueille la plus grande part de l'héritage dont le duché d'Orléans, les comtés de Valois et de Blois, et les seigneuries de Coucy et de Chauny.

Jean d'Orléans devient Comte d'Angoulême et de Périgord en 1407.

Bernard VII d'Armagnac reste attaché au parti d'Orléans.

D'abord partisan de Jean sans Peur, Jean Ier de Bourbon le désavoue après le meurtre de Louis Ier d'Orléans et se rapproche des Armagnacs, devenant un farouche adversaire du Duc de Bourgogne.

Louis II de Bourbon décide de se retirer dans ses terres et envisage de s'établir dans un couvent de Célestins.

Guillaume Cousinot devient Chancelier de Charles Ier d'Orléans. Sa position de premier plan du côté des Armagnacs, fait perdre à Guillaume Cousinot tous ses biens en France, qui sont confisqués par le parti des Bourguignons.



Mariage de Charles Ier d'Orléans avec Bonne d'Armagnac

Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons

Le parti d'Orléans devient le parti des Armagnacs à la ligue de Gien le 15 avril 1410.

Guillaume II de Narbonne adhère au parti des Armagnacs.

Bernard VII d'Armagnac marie sa fille au nouveau duc d'Orléans.

Le contrat de mariage est signé le 18 avril 1410 à Gien.

Charles Ier d'Orléans épouse Bonne d'Armagnac, fille de Bernard VII d'Armagnac.

Charles Ier d'Orléans, demande appui au Comte Bernard VII d'Armagnac.

Bernard VII est un seigneur brutal et redouté. Il commande à une soldatesque nombreuse, originaire des pays de l'Adour et de la Garonne. Sans trop hésiter, il se met au service de son gendre.

Pour cette raison, les partisans de Charles Ier d'Orléans se font connaître sous le nom d'Armagnacs et pendant des décennies, le malheureux royaume résonnera de la querelle des Armagnacs et des Bourguignons.

D'abord médiateur dans l'opposition entre Bourgogne et Orléans, Jean Ier de Berry favorise, à partir de 1410, les Armagnacs dans la guerre civile les opposant aux Bourguignons,

Jean V le Sage autorise Arthur III de Bretagne son frère, à recruter des troupes en Bretagne afin de servir la cause des Armagnacs contre les Bourguignons.

Louis II de Bourbon refuse dans un premier temps d'adhérer à la Ligue de Gien. Jean Ier de Bourbon, son fils, Comte de Clermont, ayant rejoint les Armagnacs, Louis II de Bourbon le tance très sévèrement.

Alliés aux Bourguignons, Guillaume II de Bavière intervient à leurs côtés dans la guerre civile.

Philippe de Morvilliers est un partisan de Jean sans Peur au cours de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.



Guerre entre Jean Ier de Foix et Bernard VII d'Armagnac

Dès avril 1412, Jean Ier de Foix entre en guerre contre Bernard VII d'Armagnac, Comte d'Armagnac.



Ordonnance cabochienne

Réunion des états généraux

Révolte des Parisiens

Jean Ier de Berry Capitaine de Paris

Jean Ier de Berry Lieutenant du roi en Languedoc

Charles Ier d'Albret à nouveau Connétable de France

Les Bourguignons, alliés des clercs et des docteurs de l'université, réclament la réforme du royaume.

Une commission est formée, chargée d'enquêter sur les abus de l'administration. Pierre Cauchon en fait partie.

Les universitaires, soutenus par Jean sans peur, prépare une réforme administrative connue sous le nom d'ordonnance cabochienne et qui tend à brider le pouvoir monarchique.

Jean sans peur s'aliène ainsi les modérés.

Exerçant nominalement le pouvoir au nom de Charles VI le Fou, son père toujours malade, Louis de France doit face au soulèvement d'une partie des Parisiens menés les bouchers de Simon Caboche, agent du parti Bourguignon.

Afin de récupérer des fonds destinés à la guerre contre les Anglais, Charles VI le Fou est obligé de convoquer les états généraux en janvier 1413 et de signer l'ordonnance. En signe d'acceptation, il coiffe même le capuchon des cabochiens.

Lors de l'émeute du 27 avril 1413, la foule parisienne vient réclamer sous ses fenêtres les têtes des traîtres, en premier lieu celle de Pierre des Essarts.

Louis de France réplique qu'il n'a pas de traîtres chez lui, mais il doit finalement céder et une liste de 50 personnes à châtier est lue sous la pression des émeutiers par son chancelier Jean Ier Jouvenel des Ursins.

Furieux, Louis de France se plaint de cet affront au véritable instigateur de cette émeute, Jean sans Peur, son beau-père.

Mais ce dernier étant maître à ce moment de la capitale, Louis de France est réduit à l'impuissance.

Il est ainsi contraint de s'entourer de conseillers bourguignons et de laisser ceux-ci mener des massacres dans la capitale.

Mais les exactions des Bourguignons et des cabochiens entraînent bientôt les habitants à se soulever.

Les Armagnacs débarquent à Paris pour y remettre de l'ordre.

Les cabochiens et tous les sympathisants bourguignons sont exterminés.

Jean sans peur doit quitter brusquement Paris en août 1413.

Valéran III de Luxembourg doit quitter Paris avec le parti bourguignon.

Louis de France appuie la chute des Cabochiens et le retour au pouvoir du parti des Armagnacs.

Bernard VII d'Armagnac conduit en province et à Paris la répression.

Jean Ier de Berry traite avec les Anglais et est nommé Capitaine de Paris et Lieutenant du roi en Languedoc en 1413.

Charles Ier d'Albret est rétabli dans sa charge de Connétable de France en 1413 quand les Armagnacs reprennent le pouvoir.

Louis II d'Anjou rejoint la faction des Armagnacs contre les Bourguignons

Yolande d'Aragon arrange le futur mariage de sa fille Marie d'Anjou avec Charles de Ponthieu qui deviendra Charles VII de France.



Prébende affectée à Jean Carrier

Qualifié de conseiller du comte Bernard VII d'Armagnac, Jean Carrier obtient de Benoît XIII provision:

Le titulaire de cette prébende, Michel del Bès, traité dans la bulle de schismatique, se voit privé de cette dernière, pour avoir participé au concile de Pise, et adhéré à l'obédience de Jean XXIII.



Trêve entre Jean Ier de Foix et Bernard VII d'Armagnac

Une trêve est signée le 28 mai 1413 entre Jean Ier de Foix et Bernard VII d'Armagnac mais est rompue quand les Armagnacs prennent le pouvoir.



Bernard VII d'Armagnac Connétable de France

Bernard VII d'Armagnac, Comte d'Armagnac, est fait Connétable de France le 30 décembre 1415.

Il devient le chef du gouvernement du dauphin.

Bernard VII d'Armagnac lutte contre les Bourguignons et la reine Isabeau de Bavière, ralliés aux Anglais.

Bernard VII d'Armagnac refusé l'aide de.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam s'engage dans la faction de Jean Sans Peur.



Tanguy du Chastel Prévôt de Paris

En 1415, Tanguy du Chastel est prévôt de Paris, chargé de l'ordre dans la ville.

Dans la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, Tanguy du Chastel est un des chefs du parti Armagnac aux côtés de Bernard VII d'Armagnac. Tanguy du Chastel s'oppose aux partisans du duc de Bourgogne qui cherchent à s'emparer de la capitale.



Charles II de Lorraine Connétable de France

En 1415, la reine Isabeau de Bavière nomme Charles II de Lorraine connétable de France à la place de Bernard VII d'Armagnac, mais il renonce vite à revendiquer cette charge.



Mariage de Charles II d'Albret avec Anne d'Armagnac

Charles II d'Albret épouse le 28 octobre 1417 Anne d'Armagnac, fille de Bernard VII d'Armagnac et de Bonne de Berry. Leurs enfants sont :


Les Bourguignons entrent dans Paris - par Martial d'Auvergne- enluminure issue de l'ouvrage Vigiles de Charles VII-- Paris - XVe siècle

Révolte des Parisiens contre les Armagnacs

Mort de Bernard VII d'Armagnac

Jean IV d'Armagnac Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez

Fuite de Charles le dauphin à Bourges

Charles VII Régent du royaume de France

Entrée de Jean sans Peur à Paris

Soumission de Charles Ier de Bourbon à Jean sans Peur

À Paris, cependant, le mécontentement gronde contre les gens du Comte d'Armagnac qui font régner la terreur (comme, avant eux, les Bourguignons).

Dans la nuit du 28 au 29 mai 1418, une violente émeute chasse les Armagnacs de Paris.

Charles VII de France est réveillé en catastrophe par Tanguy du Chastel, prévôt de Paris, aidé de Pierre Ier de Beauvau et Ambroise II de Loré.

Ils le roulent dans une couverture, le jettent sur un cheval et l'entraînent hors de la ville en furie.

Avec ses fidèles, Charles VII de France se réfugie à Bourges, prospère capitale du duché de Berry qu'il a reçu en héritage de Jean de France.

Prenant le titre de régent, Charles VII de France va poursuivre la lutte contre les Anglais à la tête de ce qui reste du parti armagnac.

Pierre de Rieux se trouve alors à Paris. Destitué par les Bourguignons, Pierre de Rieux est maintenu Maréchal de France par le Dauphin Charles VII de France.

Bernard VII d'Armagnac meurt le 12 juin 1418 découpé en rondelles.

Jean IV d'Armagnac devient Comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez en 1418.

Le soir du 20 août 1418, le bourreau Capeluche entraîne le petit peuple et une bande de va-nu-pieds à l'assaut de la Bastille et des maisons des Armagnacs. Tueries et pillages se prolongent toute la nuit. On compte plus de 10 000 morts.

Paris se soumet une nouvelle fois aux Bourguignons.

Jean sans Peur rentre en force dans la capitale en 1418.

Il pense pouvoir gouverner le royaume à la faveur de la maladie du Roi.

Jean sans Peur manœuvre à sa guise Charles VI le Fou et Isabeau de Bavière.

Mais Jean sans Peur finasse avec les Anglais, dont il n'entend pas être l'ennemi sans vouloir pour autant s'allier avec eux.

Après la chute des Armagnacs en 1418, Charles Ier de Bourbon doit se soumettre à Jean sans Peur.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam joue un grand rôle dans la prise de Paris.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam sauve cependant l'abbé de Saint-Denis, et lui offre refuge à L'Isle-Adam. ce dernier décède néanmoins peu après.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !